Hansard
Consult the new user guides
For assistance, please contact us
Consult the new user guides
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 11 of 11
View Patrick Brown Profile
CPC (ON)
View Patrick Brown Profile
2014-11-27 12:05 [p.9880]
Mr. Speaker, I first want to congratulate the member for Oshawa on his very thoughtful remarks. We are certainly fortunate to have a parliamentary secretary who is so engaged on the topic.
It is impossible to stand today to speak about the thalidomide tragedy and not be moved. It is a story of an unspeakable tragedy of distraught parents, and children born with challenges that most of us cannot begin to comprehend. This is a tragic event from the 1960s that reminds us of why we need to take drug safety so seriously.
Nothing could ever undo the pain and suffering that was inflicted. It is a story that changed the way we regulate drugs in Canada. It opened our eyes to the fact that while drugs can bring many benefits, by curing diseases, reducing symptoms, and prolonging lives, they can also carry tremendous risks. It also serves as a constant reminder that we as parliamentarians must do all that we can to strengthen patient safety in Canada. That is why I am very pleased to hear that the Minister of Health will be meeting with thalidomide victims and working co-operatively with them to determine what government can do to support them.
Canada now has one of the safest drug systems in the world, and our government recently strengthened that even further, giving royal assent to Bill C-17, Vanessa's law. Protecting patients is a shared responsibility, one that also rests with fellow legislators in the provinces and with provincial health departments, individual health care professionals and administrators, the colleges that regulate medical practice and other professional organizations, key partners like the Canadian Patient Safety Institute, and the Drug Safety and Effectiveness Network, and last, of course, the manufacturers of drugs.
The thalidomide tragedy of the 1960s, like no other event before or since, has impressed upon us what a truly enormous responsibility that is. While the quest for new cures is vital, it is equally important that we do everything in our power to ensure that drugs that reach the market do not cause harms that outweigh their benefits. That is why all parties in the House and in the other place united to unanimously support Vanessa's law, and why so many stakeholders and individuals endorsed that legislation.
Although many steps have been taken previously to strengthen Canada's drug safety system, we all recognize that the Minister of Health and Health Canada did not have adequate powers to protect patients from drugs that were found to be unsafe once they were on the market We, as legislators, acted decisively to provide the new tools to address this gap.
I would like to take some time today to focus on how Vanessa's law will enhance patient safety, how it will reduce the risk of tragic events like those associated with thalidomide, and how it will help Canadians to make informed decisions about the drugs they are taking.
Vanessa's law will ensure that knowledge about approved drugs and medical devices continues to be gathered and shared with the public once products enter the market. This is important because clinical trials can only tell us about how a drug will affect a particular population, the population it was tested on. They do not tell us how the drug will affect everyone who might take it once it is on the market.
When a company submits an application for market authorization to Health Canada, reviewers analyze the results of all tests and studies that are submitted. If the product is safe, effective, and of high quality, the department will give the company a licence to market a drug in Canada for a particular use. However, once products reach the market, Health Canada's ability to gather knowledge about them has traditionally been limited, and its ability to take action when problems arise has also been limited. That is why there are new provisions in Vanessa's law that represent a game changer.
Let me take a moment to describe some of them and why Vanessa's law is so crucial. One important new provision is that Vanessa's law will give the Minister of Health the ability to set the terms and conditions on an authorization and to make those terms and conditions publicly available. What this means is that, as part of the authorization, Health Canada will be able to ask a pharmaceutical company to continue to gather information in the real world, after the product reaches the market, and to make the results of the information gathering public so that Canadians and their health care providers have easy access to them.
For example, Health Canada may require the company to gather information about the impacts of a drug on patients with multiple medical conditions. Health Canada could require a company to monitor and assess the effects of drugs on patients with impaired kidney function. This may or may not have been studied in the initial clinical trial, and the approved label would indicate that.
However, this information may prove to be important as we gather real-world experience and see some patients with impaired kidney function and how the drug affects them. It may become apparent that there is no difference in the benefits and harms experienced by patients with impaired kidney function.
However, should it become clear that there may be a cause for concern, Health Canada will be able to compel the manufacturer to conduct active safety surveillance or conduct a new study specifically to address the issue. The information about what activities the manufacturers are being compelled to undertake will be made public. It will be a transparent system so that prescribers and patients will know what actions are being taken. Vanessa's law also provides the Minister of Health with the power to compel a label change for a drug and to make that information publicly available to Canadians. In the past, most companies have agreed on a voluntary basis to undertake a label change. Sometimes, however, protracted negotiations have been required, and sometimes, those negotiations were not successful. The new powers provided by Vanessa's law have changed that, so if adults or children are taking a drug, they will be able to access this new information. This will allow us, as Canadians, to make informed decisions in consultation with our health care providers.
However, not all new information comes from tests, studies, or the ongoing proactive monitoring of a drug. Sometimes, adverse events are completely unexpected and only identified through a rigorous adverse drug reaction reporting system. This reflects the reality I mentioned before, that patient safety is a shared responsibility. That is why Vanessa's law included mandatory reporting of serious adverse drug reactions and medical device incidents by health care institutions. Simply put, serious adverse drug reaction reports from manufacturers, health care institutions, health care professionals, and the public often provide the first clue about an emerging drug safety issue.
To date, adverse drug reactions have been under-reported in Canada. It has only been mandatory for companies to report adverse drug reactions related to their products. It was recognized that it is critical that we increase the reporting of adverse drug reactions so that Health Canada could take quick action when a problem is detected and share the knowledge rapidly with health care professionals and, most importantly, the public, in order to prevent further harm.
Sometimes, it may be necessary to remove a drug or particular batch of the drug from the market. Other times, it may be appropriate to change the label of a drug so that health care practitioners are aware of the new information when they make their prescribing decisions. In other situations, it may be most appropriate to require the company to conduct some active monitoring to gather further information.
I mentioned earlier the important work done by the Canadian Patient Safety Institute and the Drug Safety and Effectiveness Network. The Canadian Patient Safety Institute works with governments, health organizations, leaders, and health care providers to inspire improvements in patient safety and quality care. It acts as an advocate and catalyst for improvements in patient safety, and it invests in and brokers policy and system changes to protect the health of Canadian patients. As Health Canada works to roll out the new authorities provided in Vanessa's law, either immediately or through developing regulations, these organizations will be able to provide advice.
Nothing can undo the pain and suffering endured by the thalidomide survivors and their families, and it is truly tragic. However, with the passing of Vanessa's law, federal regulators have important new tools to enhance on-market drug safety. The legislation is a very real step to reducing the risk that similar tragedies will occur in the future, and it represents a very important federal contribution to the shared goal of patient safety in Canada.
Monsieur le Président, je tiens tout d'abord à féliciter le député d'Oshawa de ses observations très sensées. Nous sommes chanceux d'avoir un secrétaire parlementaire si engagé dans ce dossier.
Il est impossible de prendre la parole aujourd'hui au sujet de la tragédie de la thalidomide sans être ému. C'est l'histoire d'une tragédie sans nom de parents en détresse et d'enfants qui ont dû surmonter des difficultés incompréhensibles pour la plupart d'entre nous. C'est un événement tragique des années 1960 qui nous rappelle pourquoi nous devons prendre l'innocuité des médicaments très au sérieux.
Rien ne pourra jamais réparer la douleur et la souffrance causées. C'est une histoire qui a changé notre façon de réglementer les médicaments au Canada. Elle nous a fait comprendre que, même si les médicaments comportent de nombreux avantages, comme guérir des maladies, réduire les symptômes et prolonger des vies, ils peuvent également comporter d'énormes risques. Cette histoire nous rappelle également que nous, en tant que parlementaires, devons tout faire en notre pouvoir pour renforcer la sécurité des patients au Canada. Voilà pourquoi je suis très heureux d'apprendre que la ministre de la Santé rencontrera les victimes de la thalidomide et collaborera avec elles pour déterminer comment le gouvernement peut les aider.
Le régime canadien d'homologation des médicaments est maintenant l’un des plus sûrs dans le monde, et le gouvernement l'a récemment renforcé lorsque le projet de loi C-17, la Loi de Vanessa, a obtenu la sanction royale. La protection des patients est une compétence partagée avec les législateurs provinciaux; les ministères provinciaux de la Santé; les professionnels de la santé et les administrateurs des soins de santé; les collèges qui réglementent la pratique médicale; d’autres organisations professionnelles; des partenaires clés comme l’Institut canadien pour la sécurité des patients et le Réseau sur l'innocuité et l'efficacité des médicaments; et bien entendu les fabricants de médicaments.
Jamais une autre tragédie, ni avant, ni depuis celle de la thalidomide des années 1960, ne nous a fait réaliser à quel point c’est une responsabilité gigantesque. Même si de nouveaux médicaments sont essentiels, il est également important de faire tout en notre pouvoir en vue de nous assurer que les médicaments sur le marché ne présentent pas plus d'inconvénients que d'avantages. Voilà pourquoi tous les partis de la Chambre et de l'autre endroit ont unanimement adopté la Loi de Vanessa et pourquoi de nombreux intervenants et particuliers l'appuient également.
Même si de nombreuses mesures ont été prises précédemment pour renforcer le régime de surveillance de l'innocuité des médicaments du Canada, nous reconnaissons tous que le ministre de la Santé et Santé Canada n'avaient pas les pouvoirs adéquats pour protéger les patients contre des médicaments dont le caractère nuisible était prouvé après leur mise en marché. En tant que législateurs, nous avons pris des mesures décisives pour fournir de nouveaux outils et combler cette lacune.
Aujourd'hui, j'aimerais prendre le temps de parler de la Loi de Vanessa et de la façon dont elle permettra d'accroître la sécurité des patients, de réduire le risque que des situations tragiques comme celle de la thalidomide se reproduisent, et d'aider les Canadiens à prendre des décisions éclairées sur les médicaments qu'ils prennent.
Grâce à la Loi de Vanessa, nous nous assurerons de continuer à recueillir des renseignements sur les médicaments et les dispositifs médicaux approuvés, et ces renseignements seront transmis au public lorsque ces produits seront mis en marché. C'est un élément important, parce que les essais cliniques peuvent seulement montrer les répercussions d'un médicament sur un échantillon de population donné, c'est-à-dire sur les personnes qui ont participé aux essais. Ils ne nous permettent pas de prédire les réactions de toutes les personnes qui pourraient prendre le médicament une fois qu'il est sur le marché.
Quand une entreprise présente une demande d'autorisation de mise en marché à Santé Canada, des évaluateurs analysent les résultats de tous les tests et de toutes les études qui accompagnent la demande. Si le produit est jugé sécuritaire, efficace et de grande qualité, le ministère accorde alors à l'entreprise l'autorisation de commercialiser le médicament au Canada pour une utilisation particulière. Toutefois, par le passé, Santé Canada ne pouvait obtenir que très peu de renseignements sur les produits une fois qu'ils étaient sur le marché, et le ministère ne pouvait prendre que des mesures limitées en cas de problème. Voilà pourquoi les nouvelles dispositions adoptées dans la Loi de Vanessa changeront la donne.
J'aimerais prendre quelques instants pour décrire certaines de ces dispositions et expliquer pourquoi la Loi de Vanessa revêt un caractère aussi crucial. Une des nouvelles dispositions importantes prévues dans la Loi de Vanessa conférera au ministre de la Santé le pouvoir d'assujettir une autorisation à des modalités et de les rendre publiques. Cela signifie que, dans le cadre de cette autorisation, Santé Canada pourra demander aux sociétés pharmaceutiques de continuer à recueillir des renseignements pratiques après la mise en marché d'un produit et de rendre publics les résultats de ce processus pour veiller à ce que les Canadiens et les fournisseurs de soins de santé aient facilement accès à ces renseignements.
Par exemple, Santé Canada pourrait exiger que les sociétés pharmaceutiques recueillent des données sur les effets d'un médicament sur des patients souffrant d'affections multiples. Le ministère pourrait aussi leur demander de surveiller et d'évaluer les effets de médicaments sur des patients atteints d'une maladie du rein. Ces effets pourraient ne pas avoir été étudiés lors des essais cliniques initiaux, ce qui serait indiqué sur l'étiquette approuvée.
Ces données pourraient s'avérer pertinentes au fur et à mesure qu'on recueillera des renseignements pratiques et qu'on pourra constater les effets d'un médicament sur les patients ayant une fonction rénale déficiente. Il en ressortirait peut-être que les avantages et les effets nocifs du médicament sont les mêmes, qu'on ait ou non une maladie du rein.
Cependant, s'il en ressort un constat manifestement inquiétant, Santé Canada pourra obliger le fabricant à exercer une surveillance sanitaire active ou à mener une nouvelle étude portant expressément sur le problème relevé. L'information relative aux activités imposées aux fabricants sera rendue publique. Il s'agira d'un système transparent qui permettra aux médecins prescripteurs et aux patients de connaître les mesures qui auront été prises. La Loi de Vanessa confère par ailleurs au ministre de la Santé le pouvoir d'imposer le réétiquetage d'un médicament et la divulgation publique de cette information. Par le passé, la plupart des entreprises acceptaient volontairement de réétiqueter leurs produits. Cependant, il fallait parfois se livrer à des négociations interminables qui, à l'occasion, échouaient. Les nouveaux pouvoirs prévus aux termes de la Loi de Vanessa ont changé la donne. Les adultes et les enfants qui prennent un médicament pourront accéder à la nouvelle information. De cette façon, les Canadiens seront à même de prendre des décisions éclairées, en consultation avec leurs médecins.
Les essais cliniques, les études et le suivi proactif des effets des médicaments ne permettent pas, toutefois, d'obtenir toute l'information nécessaire. Les effets indésirables des médicaments sont parfois complètement inattendus; il arrive qu'ils ne puissent être détectés que grâce à un système rigoureux de déclaration des effets indésirables. Ce fait illustre ce que je viens de dire, à savoir que la protection des patients est une responsabilité commune. C'est pour cette raison que la Loi de Vanessa oblige les établissements de santé à signaler les effets indésirables graves des médicaments et les incidents liés aux instruments médicaux. Bref, les effets indésirables graves que déclarent les fabricants, les établissements de santé, les professionnels de la santé et la population sont souvent les premiers signes qui permettent de détecter un problème d'innocuité.
Jusqu'à présent, les effets indésirables des médicaments n'étaient pas signalés comme il se doit. Les sociétés pharmaceutiques étaient seulement tenues de signaler les effets indésirables de leurs produits. On s'est rendu compte qu'il fallait absolument que les effets indésirables soient mieux signalés pour que Santé Canada puisse intervenir rapidement et transmettre immédiatement l'information aux professionnels de la santé et, surtout, à la population.
Il est parfois nécessaire de retirer du marché un médicament ou un lot de production. Il peut être parfois nécessaire aussi de changer les renseignements qui se trouvent sur l'étiquette pour que les professionnels de la santé connaissent les nouveaux renseignements avant de prescrire le médicament. Dans d'autres cas, il faut obliger la société pharmaceutique à assurer activement un suivi afin de recueillir plus d'information.
J'ai évoqué tout à l'heure le travail important effectué par l'Institut canadien pour la sécurité des patients et le Réseau pancanadien sur l'innocuité et l'efficacité des médicaments. L'Institut canadien pour la sécurité des patients collabore avec les gouvernements, les organismes de santé, les dirigeants et les fournisseurs de soins de santé pour susciter la volonté d'améliorer la sécurité des patients et la qualité des soins. L'institut se fait le défenseur et le catalyseur des améliorations à la sécurité des patients et, grâce à ses investissements et à son rôle d'intermédiaire, il permet de modifier les politiques et les systèmes en vue de protéger la santé des patients canadiens. Pendant que Santé Canada travaille à instaurer les nouveaux pouvoirs prévus dans la loi de Vanessa, pouvoirs qui entreront en vigueur immédiatement ou par voie de réglementation, ces organisations seront là pour fournir des conseils à cet égard.
Rien ne peut soulager les douleurs et les souffrances endurées par les survivants de la thalidomide et leurs familles, ce qui est vraiment tragique. Toutefois, grâce à l'adoption de la loi de Vanessa, les organismes fédéraux de réglementation disposent de nouveaux outils importants pour accroître l'innocuité des médicaments sur le marché. Il s'agit d'une mesure très concrète pour réduire le risque que de telles tragédies se reproduisent à l'avenir. C'est aussi une contribution très importante du gouvernement fédéral à un objectif commun: la sécurité des patients au Canada.
View Patrick Brown Profile
CPC (ON)
View Patrick Brown Profile
2014-11-27 12:16 [p.9882]
Mr. Speaker, I did sit on the health committee for several years but have not been on the committee for the last two years. I do have a keen interest in health care, and obviously this tragedy shocked all of us. It is an issue about which we all have endless concern.
The member mentioned that she is pleased that we are supporting this motion and I am glad to hear that. There is no partisanship when it comes to standing united in the face of this tragedy.
I am so pleased that the Minister of Health has announced she will be meeting with the Thalidomide Victims Association of Canada. It is important to state that it is going to happen. The government will be here to provide whatever support it can in the wake of this tragedy.
Health Canada has learned from this tragedy and has made improvements that have reduced the risk of this kind of terrible event from occurring again, including an overhaul of Canada's drug and regulatory framework. That is important. We recognize the pain and suffering of the victims and we are here to support them. At the same time, we want to make sure that we learn from what happened and that Health Canada has the framework and the regulatory ability to ensure we can prevent something like this from ever happening again.
Monsieur le Président, j'ai siégé au comité de la santé pendant plusieurs années, mais je n'y siège plus depuis deux ans. Je m'intéresse beaucoup aux questions concernant les soins de santé et, manifestement, cette tragédie nous choque tous. C'est une question dont nous ne cesserons jamais de nous préoccuper.
La députée a mentionné qu'elle était heureuse que nous appuyions cette motion et je suis content de l'entendre. Il n'y a pas de partisanerie quand il s'agit de faire cause commune devant une telle tragédie.
Je suis si heureux que la ministre de la Santé ait annoncé qu'elle rencontrera des représentants de l'Association canadienne des victimes de la thalidomide. Il est important de le dire. Le gouvernement sera présent pour fournir tout le soutien possible aux victimes de cette tragédie.
Santé Canada a tiré des leçons de cette tragédie et a apporté des améliorations qui réduisent le risque que ce genre d'incident terrible se reproduise, ayant notamment remanié complètement la réglementation et le régime d'encadrement du secteur pharmaceutique. C'est important. Nous sommes conscients de la douleur et de la souffrance que doivent endurer les victimes et nous sommes là pour les soutenir. Parallèlement à cela, nous voulons nous assurer que nous tirons des leçons de ce qui est arrivé et que Santé Canada est doté du cadre et du pouvoir de réglementation nécessaires pour empêcher qu'une chose pareille ne se reproduise.
View Patrick Brown Profile
CPC (ON)
View Patrick Brown Profile
2014-11-27 12:19 [p.9882]
Mr. Speaker, the member for Northumberland—Quinte West has made his life in public safety, and this falls into that category. This is all about public safety.
I want to touch on Bill C-17, Vanessa's law, which was raised by my colleague. It is important to recognize what this legislation will do. It is a step forward for patient safety and for public safety. Bill C-17 will bring in mandatory recall powers, so that we will not have to negotiate with big pharma companies; mandatory reporting of serious adverse drug reactions; tough new fines and jail time for companies that put Canadians at risk; and transparency for drug approvals and clinical trials. These are all critically important steps forward.
Obviously the tragic events in the 1960s remind us of why we need to take drug safety seriously. Let us be clear. Nothing can ever undo the pain and suffering inflicted on these individuals. That is why it is so important that we get it right, so this never happens again. That is why it is important that we use every power and tool within government's regulatory powers to make sure we have the proper framework in place to protect patients.
Monsieur le Président, le député de Northumberland—Quinte West a fait carrière dans le domaine de la sécurité publique, et le débat actuel est en plein dans ce domaine. Il est question actuellement de sécurité publique.
Je voudrais dire un mot sur le projet de loi C-17, la Loi de Vanessa, dont parle mon collègue. Il est important de savoir ce que fera cette loi, qui est une mesure importante pour assurer la sécurité des patients et du public en général. Le projet de loi C-17 confère au ministère le pouvoir d'ordonner le rappel d'un médicament de manière à ce que nous n'ayons pas à négocier avec les grandes sociétés pharmaceutiques. De plus, il sera désormais obligatoire de déclarer les réactions indésirables graves aux médicaments, et le ministère pourra infliger des amendes et des peines d'emprisonnement aux sociétés qui mettent en péril la santé des Canadiens. Les essais cliniques des médicaments et la décision d'en autoriser l'utilisation seront désormais entourés d'une transparence accrue. Ce sont des mesures bénéfiques d'une importance cruciale.
Évidemment, les événements tragiques des années 1960 nous rappellent pourquoi nous devons prendre au sérieux la question de l'innocuité des médicaments. Il faut bien comprendre que rien ne pourra jamais effacer la douleur et les souffrances qu'ont endurées ces personnes. C'est pourquoi il est important de ne plus commettre d'erreurs pareilles pour que plus jamais une tragédie semblable ne se produise. C'est pourquoi il est important que nous utilisions tous les pouvoirs et tous les outils dont dispose le gouvernement, sur le plan de la réglementation, pour nous assurer que le cadre établi protège efficacement les patients.
View Patrick Brown Profile
CPC (ON)
View Patrick Brown Profile
2012-04-30 16:42 [p.7353]
Mr. Speaker, I will be sharing my time today with the distinguished member for Calgary Centre-North who tells me that her home is referred to as awesomeness.
I am glad to rise in the House today to join my colleagues in this important debate. I am here to speak to what our government is doing to ensure that first nations and Inuit receive the nutrition they need to lead healthy lives.
We recognize the link between access to healthy food and the promotion of health, well-being and the prevention of chronic disease. One of the reasons we are modernizing our food regulations is to keep up with the needs of Canadians. The changes put forward will not only help our government maintain a high level of scientific rigour but they will allow decisions to be implemented faster, cutting red tape and delays for the approval process in providing Canadians with safe products. They will help our government respond more quickly to the pace of change in science and innovation and play its role in continuing to protect the health and safety of Canadians.
These changes will not just help all in Canada but will specifically be of benefit to first nations people and Inuit. We are making strategic investments to promote nutrition and improved access to healthy foods in first nations and Inuit communities.
Food security is linked to a variety of factors, and meeting these challenges requires the contributions of multiple sectors working together. Our government is working with aboriginal partners, provincial and territorial governments, and other sectors to look at how to best address these factors and help improve food security.
With an annual investment of $60 million, the nutrition north Canada program is one response to the complex issues facing the challenge of healthier foods for northerners. The program provides a retail subsidy that helps northerners living in isolated communities access healthy food at lower cost. The program focuses the subsidy on perishable healthy foods that have to be flown into isolated northern communities all year round.
I remember two years ago when the health committee, of which I am a member, toured Nunavut and looked at some of the health challenges. The cost of perishable goods was enormous in some of these isolated northern communities. Obviously, this is something the federal government assists with and it is a very important issue that we are addressing.
Preliminary program data demonstrates that nutrition north Canada is supporting improved access to healthier foods for northerners. Between April 1 and September 30, 2011, more than 80% of the subsidy went toward healthy foods, such as produce, milk and dairy products, meat and alternatives, and grain products.
As part of the nutrition north Canada program, Health Canada receives $2.9 million annually to support culturally appropriate retail and community-based nutrition education initiatives. These activities increase the knowledge of healthy living and eating habits, develops skills for selecting and preparing both healthy store-bought foods and country foods, and strengthens retail community partnerships.
Community activities include the promotion of healthy foods, cooking skill classes, school-based projects, in-store taste tests and grocery store tours. Health Canada has also supported communities with planning, training and developing partnerships with local stores and other community partners.
Early success is reported for the nutrition education initiatives 2011-12, which include stronger linkages with local stores, stronger nutrition and healthy eating education, cooking skills development and coordination with other community programs. Over 300 community-based activities were offered in 2011-12 and over 50 community workers were trained.
The nutrition north Canada program also subsidizes country or traditional foods when available through local stores or when bought from processing plants that are registered with the program. Even though this is a first step for nutrition north Canada, it shows that the government recognizes the importance of country foods to the health and well-being of first nations and Inuit.
A healthy way of eating that includes traditional or country food has been associated with lower levels of heart disease and diabetes. These foods contain less fat and sugar than many store-bought foods and contribute important nutrients needed for good health. Other benefits of traditional food include physical activity during harvesting and have cultural and spiritual significance.
Our government also recognizes the importance of quality nutrition in enabling children to reach their fullest developmental and lifetime potential. We are working with first nations leaders, other levels of government, partners and stakeholders to ensure access to high quality health programs that promote a healthy start in life for first nations and Inuit children.
Maternal and child health programs, like those supported by Health Canada, have been shown to have a positive effect on the physical, psychological and social development of all family members.
The aboriginal head start on reserve is one of the programs supporting the healthy growth of approximately 9,000 first nations children and their families living in over 300 first nations communities across Canada by funding community-based early childhood intervention programming that addresses the developmental needs of children from birth to six years of age. Health Canada's aboriginal head start program promotes the health and wellness of first nations children and their families through culture, language, social support, education and parental involvement programming, health promotion and nutrition.
In the aboriginal head start program, children learn how to make healthy food choices through snack programs or meals using Canada's food guide. They may go on field trips with staff, parents and other family members and participate in traditional food-gathering activities.
The maternal child health program supports home visiting by nurses and family visitors for first nation pregnant women and families with young children.
Health Canada is helping to address factors that impact maternal and infant mortality in first nations and Inuit communities by providing information on maternal nutrition and supporting the programs that aim to promote healthier lifestyles and behaviours, such as the reduction of smoking. The program also helps by increasing access to quality prenatal care and regulated birth attendants. The maternal child health program provides a co-ordinated approach to maternal and child health services with strong links to elders, nursing and other community-based programs.
Together with the maternal child program, the Canada prenatal nutrition program is working to improve the adequacy of the diet of prenatal and breastfeeding women; increased access to nutrition information services and resources to eligible women, particularly those at high risk; increased breastfeeding support; and increased knowledge and skill-building opportunities in maternal and infant nutritional health programs among those involved in this program.
The brighter futures program provides funding to first nations and Inuit communities for activities supporting improved physical and mental health, child development, parenting skills and healthy babies. Funding facilitates community-directed and designed programming that addresses local priorities. As such, communities may choose to use the funding to promote linkages among social and health programs, including education, health, child and family, and provincial systems.
With the goal of supporting healthy childhood development and overall mental health, communities may choose to use brighter futures funding to support activities such as in-school breakfast programs, traditional food cooking classes and healthy eating and nutrition workshops.
Through these programs, this government is also supporting the work to address the challenge of childhood obesity. This issue is of particular concern for aboriginal children and youth as rates of obesity are significantly higher among this group than among the general Canadian population, and aboriginal children are becoming obese at a very young age. Obesity is strongly linked to high rates of chronic diseases, including type 2 diabetes. First nations people are three to five times more likely to experience type 2 diabetes than non-aboriginal Canadians.
Since 1999, the aboriginal diabetes initiative's main objective is to reduce type 2 diabetes by supporting health promotion and disease prevention, including healthy eating and active living, through activities and services delivered by trained community health workers and health care providers. More than 600 first nations and Inuit communities have access to health promotion and diabetes prevention activities through the aboriginal diabetes initiative.
I hope I have helped to inform this important discussion today by outlining the efforts and partnerships that our government is undertaking to build healthier first nations and Inuit communities. The issues I have outlined today point to the needs that we as a government must focus on and work together with first nations and Inuit leaders and provincial and territorial partners to support first nations and Inuit communities in having the healthiest lifestyle possible.
Monsieur le Président, je partagerai mon temps de parole aujourd’hui avec la députée de Calgary-Centre-Nord, qui me dit qu'il s'agit d'une circonscription impressionnante.
Je suis heureux de prendre la parole pour participer avec mes collègues à cet important débat. J’ai l’intention de parler de ce que fait notre gouvernement pour veiller à ce que les membres des Premières nations et les Inuits puissent se nourrir comme il se doit pour mener une vie saine.
Nous reconnaissons le lien qui existe entre l’accès à une alimentation saine et la promotion de la santé et du mieux être et la prévention des maladies chroniques. L’une des raisons pour lesquelles nous modernisons la réglementation des produits alimentaires est que nous devons être au diapason des besoins des Canadiens. Les changements proposés non seulement aideront notre gouvernement à maintenir une grande rigueur scientifique, mais permettront de mettre plus rapidement en œuvre les décisions et de réduire les tracasseries administratives et les retards dans le processus d’approbation. Ils aideront notre gouvernement à réagir à l’évolution scientifique et à l’innovation et à continuer de protéger la santé et la sécurité des Canadiens.
Ces changements aideront tout le Canada, d’une façon générale, mais favoriseront en particulier les membres des Premières nations et les Inuits. Nous faisons des investissements stratégiques pour promouvoir la nutrition et faciliter l’accès à des aliments sains dans les collectivités inuites et des Premières nations.
La sécurité alimentaire est liée à divers facteurs et, pour relever les défis, de multiples secteurs doivent collaborer. Le gouvernement collabore avec des partenaires autochtones, les gouvernements provinciaux et territoriaux et d’autres secteurs pour trouver les meilleures façons d’aborder ces facteurs et pour accroître la sécurité alimentaire.
Le programme Nutrition Nord Canada, fort d'un investissement annuel de 60 millions de dollars, est l’une des solutions aux difficultés que présente l’approvisionnement des habitants du Nord en aliments sains. Le programme offre des subventions au commerce de détail pour aider les habitants des collectivités isolées du Nord à acheter des aliments sains à moindre coût. Il met l’accent sur les aliments sains périssables qui sont acheminés par avion toute l’année vers les collectivités isolées du Nord.
Il y a deux ans, je m’en souviens, le Comité de la santé — dont je fais partie — a visité le Nunavut et il s’est penché sur divers problèmes liés à la santé. Le prix des denrées périssables était exorbitant dans certaines des collectivités du Nord. Évidemment, c’est un problème que le gouvernement fédéral aide à soulager, et c’est une question très importante pour nous.
Les premières données sur le programme montrent que grâce à Nutrition Nord Canada les habitants du Nord ont davantage accès à des aliments sains. Entre le 1er avril et le 30 septembre 2011, plus de 80 p. 100 des subventions ont été appliquées à des aliments sains, par exemple les fruits et légumes frais, le lait et les produits laitiers, les viandes et substituts et les produits céréaliers.
Dans le cadre du programme Nutrition Nord Canada, Santé Canada reçoit 2,9 millions de dollars annuellement pour appuyer la vente de produits adaptés sur le plan culturel et des initiatives communautaires d’éducation nutritionnelle. Ces activités améliorent les connaissances sur les habitudes de vie et d’alimentation saines, elles développent les habiletés servant à choisir et à préparer les aliments sains achetés en magasin et les aliments traditionnels, et elles renforcent les partenariats avec le secteur de la vente au détail.
Parmi les activités communautaires, il faut mentionner la promotion des aliments sains, les cours de cuisine, les projets scolaires, les tests de dégustation organisés dans les magasins et les visites guidées à l’épicerie. Santé Canada a également aidé les collectivités à mener des activités de planification, de formation et d’établissement de partenariats avec des magasins locaux et d’autres partenaires communautaires.
Les initiatives d’éducation nutritionnelle de 2011-2012 ont rapidement porté fruit, notamment au chapitre des liens avec les magasins locaux, de l’éducation en matière de nutrition et d’alimentation saine, du développement des compétences culinaires et de la coordination avec d’autres programmes communautaires. Plus de 300 activités communautaires ont été offertes en 2011-2012, et plus de 50 travailleurs communautaires ont suivi une formation.
Le programme Nutrition Nord Canada subventionne également les aliments traditionnels qui sont offerts dans les magasins locaux ou même achetés aux usines de transformations inscrites au programme. C’est une première étape pour Nutrition Nord Canada, mais elle montre bien que le gouvernement reconnaît l’importance des aliments traditionnels pour la santé et le bien-être des membres des Premières nations et des Inuits.
Une alimentation saine qui comprend des aliments traditionnels est généralement associée à une faible incidence de maladies cardiaques et de diabète. Ces aliments contiennent moins de lipides et de sucres que nombre d’aliments achetés et fournissent des nutriments utiles au maintien d’une bonne santé. Les aliments traditionnels offrent d’autres avantages, dont l’activité physique nécessaire pendant la récolte, et ils présentent une importance culturelle et spirituelle particulière.
Le gouvernement est aussi conscient que les enfants ont besoin d'une alimentation de qualité pour s'épanouir pleinement et atteindre leur plein potentiel. Nous travaillons de concert avec des dirigeants des Premières nations, des représentants d'autres gouvernements, des partenaires et des intervenants afin que les enfants autochtones et inuits aient accès à des programmes de santé de qualité et puissent prendre un bon départ dans la vie.
Des études l'ont démontré: les programmes axés sur la santé de la mère et de l'enfant, comme ceux qu'appuie Santé Canada, ont un effet positif sur le développement physique, psychologique et social de tous les membres de la famille.
Le Programme d'aide préscolaire aux Autochtones est l'une des initiatives qui favorisent la croissance saine des enfants. Ce programme soutient environ 9 000 enfants des Premières nations et leurs familles dans plus de 300 collectivités autochtones partout au pays. Il finance des stratégies d'intervention précoce qui favorisent le développement des enfants de la naissance à six ans. Le Programme d'aide préscolaire aux Autochtones soutenu par Santé Canada est fondé sur la culture, la langue, le soutien social, l'éducation, la participation des parents, la promotion de la santé et la nutrition.
Dans le cadre de ce programme, les enfants apprennent à choisir des aliments sains pour leurs collations et leurs repas en fonction du guide alimentaire canadien. Ils participent parfois à des excursions où ils s'adonnent à des activités de cueillette traditionnelles avec des employés, des parents et d'autres membres de leur famille.
Le programme axé sur la santé de la mère et de l'enfant est destiné aux femmes autochtones enceintes et aux familles qui ont de jeunes enfants. Il prévoit des visites à domicile effectuées par des infirmières ou des visiteurs de la famille.
Santé Canada contribue à atténuer les facteurs responsables de la mortalité maternelle et infantile dans les collectivités inuites et des Premières nations, en distribuant de l'information sur l'alimentation des mères et en appuyant des programmes visant à promouvoir un mode de vie et des comportements plus sains, comme le renoncement au tabac. En outre, le Programme assure un meilleur accès à des soins prénataux de première qualité et à des sages-femmes diplômées. Le Programme de soins de santé maternelle et infantile propose une approche coordonnée à l'égard des services de santé maternelle et infantile, fondée sur des liens solides avec les aînés, les soins infirmiers et d'autres programmes communautaires.
En collaboration avec le Programme de soins de santé maternelle et infantile, le Programme canadien de nutrition prénatale vise à améliorer l'alimentation des femmes enceintes et des femmes qui allaitent; à accroître l'accès aux services d'information et aux ressources en matière d'alimentation pour les femmes admissibles, surtout les femmes à risque; à fournir un soutien accru à l'allaitement; et à renforcer les connaissances et à mettre sur pied des activités favorisant l'acquisition chez les participants de compétences en lien avec les programmes de santé nutritionnelle des mères et des enfants.
Le programme Grandir ensemble alloue des fonds aux collectivités inuites et des Premières nations pour financer des activités visant à améliorer la santé physique et mentale, le développement de l'enfant, les compétences parentales ainsi que la santé des bébés. Ces fonds permettent de concevoir des programmes communautaires, lesquels répondent à des priorités locales. Les collectivités peuvent également utiliser les fonds pour promouvoir les liens entre les programmes sociaux et les programmes de santé — y compris l'éducation, la santé, l'enfant et la famille —, ainsi que les systèmes provinciaux.
Afin de favoriser le sain développement des enfants et la santé mentale en général, les collectivités peuvent décider d'utiliser les fonds alloués dans le cadre du programme Grandir ensemble pour mener diverses activités, comme des programmes de petits déjeuners dans les écoles, des cours de cuisine traditionnelle ainsi que des ateliers sur la saine alimentation et la nutrition.
Grâce à ces programmes, le gouvernement appuie aussi les efforts déployés pour régler le problème posé par l'obésité chez les enfants. Il s'agit d'un problème particulièrement préoccupant chez les enfants et les adolescents autochtones, car les taux d'obésité sont beaucoup plus élevés au sein de ce groupe qu'au sein de la population canadienne en général, et les enfants autochtones deviennent obèses à un très jeune âge. L'obésité est étroitement liée à des niveaux sans précédent de maladies chroniques, y compris le diabète de type 2. Les membres des Premières nations sont de trois à cinq fois plus susceptibles d'être atteints de diabète de type 2 que les Canadiens non autochtones.
Depuis 1999, le principal objectif de l'Initiative sur le diabète chez les Autochtones consiste à réduire l'incidence du diabète de type 2 grâce à la promotion de la santé et à la prévention des maladies, que ce soit en inculquant de saines habitudes alimentaires ou en favorisant un mode de vie actif, dans le cadre d'activités et de services offerts par des travailleurs communautaires en santé et des fournisseurs de services de santé ayant reçu la formation nécessaire. Plus de 600 collectivités inuites et des Premières nations ont accès à des activités de promotion de la santé et de prévention du diabète dans le cadre de l'Initiative sur le diabète chez les Autochtones.
J'espère avoir contribué à cette importante discussion en présentant les efforts déployés par le gouvernement et les partenariats qu'il a conclus afin d'améliorer la santé des habitants des collectivités inuites et des Premières nations. Les enjeux que j'ai mis en lumière aujourd'hui font état des besoins de ces collectivités. Le gouvernement doit axer ses efforts sur ces besoins et collaborer avec les chefs des collectivités inuites et des Premières nations, de même qu'avec les partenaires provinciaux et territoriaux, afin d'aider ces collectivités à adopter le style de vie le plus sain qui soit.
View Patrick Brown Profile
CPC (ON)
View Patrick Brown Profile
2012-04-30 16:53 [p.7355]
Mr. Speaker, it is wonderful to have a Minister of Health who is a former health minister in Nunavut. She is well aware of some of these challenges, and Health Canada is addressing these with vigour.
In terms of Nutrition North Canada, Health Canada has received $2.9 million annually to support culturally appropriate retail and community-based nutrition education initiatives in 76 fully eligible first nations and Inuit communities to deal with just that. The initiative increases northerners' knowledge of healthy eating and improves their skills in selecting and preparing healthy store-bought and traditional or country foods.
To support retail and community partnerships at the local level, Health Canada is working with retailers who operate in isolated northern communities on initiatives that promote healthy choices within stores that are affordable.
As I mentioned before, I remember being just shocked when I went into a grocery store in Iqaluit at the cost of some of the perishable items. They are sometimes five or ten times the cost it would be in Ottawa or Barrie where I live.
Obviously this is an important program. The $2.9 million is very well used to support this in ensuring that healthy foods are available in these remote communities.
Monsieur le Président, je trouve qu'il est merveilleux que notre ministre de la Santé ait occupé le même poste au Nunavut. Elle est bien informée des problèmes qui existent, problèmes que Santé Canada tente vigoureusement de résoudre.
Afin de s'attaquer à ces problèmes, Santé Canada reçoit, dans le cadre du programme Nutrition Nord Canada, 2,9 millions de dollars annuellement pour appuyer la vente de produits adaptés sur le plan culturel et des initiatives communautaires d’éducation nutritionnelle dans 76 collectivités autochtones et inuites admissibles. Ce programme améliore les connaissances des habitants du Nord sur les saines habitudes alimentaires et leurs capacités à choisir et à préparer des aliments sains achetés en magasin et des aliments traditionnels ou prélevés dans la nature.
Afin de soutenir les partenariats avec le secteur de la vente au détail et les partenariats communautaires à l'échelle locale, Santé Canada travaille avec des détaillants dans les collectivités isolées du Nord pour mettre au point des initiatives favorisant la présence dans les magasins de produits qui sont à la fois sains pour la santé et abordables.
Comme je l'ai mentionné auparavant, je me rappelle du choc que j'ai éprouvé quand je suis entré dans une épicerie d'Iqaluit et que j'ai constaté à quel point certains produits périssables coûtaient cher. Les prix des produits dans cette localité est parfois cinq ou dix fois plus élevé qu'à Ottawa ou à Barrie, ma circonscription.
Nutrition Nord Canada est évidemment un programme important. L'investissement de 2,9 millions permet de veiller à ce que ces collectivités éloignées aient accès à des aliments sains.
View Patrick Brown Profile
CPC (ON)
View Patrick Brown Profile
2012-04-30 16:55 [p.7355]
Mr. Speaker, my opposition colleague finished up by talking about insurance and asking how this is relevant to our discussion on the Food and Drugs Act. Obviously the nutrition of Canadians is central to the Food and Drugs Act. The fact that some Canadians are in more vulnerable situations is incredibly relevant. Health Canada has always played a leadership role and under our current Minister of Health has increased its leadership in this area. I am incredibly proud of the work she and this government have done. Nutrition is of critical importance to Health Canada.
We need to ensure we do our best to protect these individuals by providing them with access to healthy food and healthy lifestyles.
Monsieur le Président, mon collègue de l'opposition vient de parler d'assurance et a demandé comment mon intervention se rapportait à notre discussion concernant la Loi sur les aliments et drogues. La nutrition est un élément central de cette loi. Le fait que certains Canadiens sont plus vulnérables que d'autres est très pertinent. Santé Canada a toujours donné l'exemple, et c'est encore plus vrai depuis l'arrivée en poste de la ministre de la Santé actuelle. Je suis incroyablement fier du travail que le gouvernement et elle ont fait. La nutrition est d'une importance cruciale pour Santé Canada.
Nous devons faire tout notre possible pour protéger les personnes vulnérables en leur donnant accès à des aliments et à des modes de vie sains.
View Patrick Brown Profile
CPC (ON)
View Patrick Brown Profile
2012-04-30 16:57 [p.7356]
Mr. Speaker, what an appropriate question from such a wonderful MP for Oak Ridges—Markham. Obviously, the cuts to Ontario medical schools during the NDP government in Ontario had a devastating effect across Ontario. We still face doctor shortages today because of it. The 40% slashing to provincial transfers for health had a devastating effect on health systems across the country. I am just so happy that we have a Conservative government in Ottawa that has put a focus on the health of Canadians and done incredible work in enhancing Canada's health care system, not like the slash and burn days with the provincial NDP and federal Liberals.
Monsieur le Président, c'est une question fort pertinente du remarquable député d'Oak Ridges—Markham. De toute évidence, les compressions imposées aux écoles de médecine en Ontario ont eu des effets dévastateurs dans toute la province. Nous sommes encore aux prises aujourd'hui avec des pénuries de médecins à cause de ces compressions. Les réductions de 40 p. 100 dans les transferts aux provinces au titre des soins de santé ont eu des répercussions néfastes sur les systèmes de santé partout au pays. Je suis très heureux qu'il y ait désormais à Ottawa un gouvernement conservateur qui accorde la priorité à la santé des Canadiens et qui fait un travail extraordinaire pour améliorer le système de soins de santé du Canada, ce qui contraste avec les coupes aveugles du gouvernement néo-démocrate provincial et du gouvernement libéral fédéral.
View Patrick Brown Profile
CPC (ON)
View Patrick Brown Profile
2011-10-04 12:07 [p.1816]
Mr. Speaker, I will be splitting my time with the extraordinary member of Parliament for Brandon—Souris.
Suicide is a tragic event that affects far too many Canadian families. Suicide is one of the leading causes of death worldwide. Each year, several thousand Canadians lose their lives to suicide. The World Health Organization estimates that in Canada the rate of suicide is 15 for every 100,000 people. While suicide rates vary by age, gender and ethnicity in Canada, males appear to be more at risk.
Furthermore, suicide is the second leading cause of death among youth aged 10 to 24, according to the Canadian Psychiatric Association.
Certainly, some of the tragedies in the National Hockey League this summer of some of its alumni highlighted how prevalent this problem is, how prevalent this challenge is.
If there is one silver lining out of these enormous tragedies, it is that it will raise awareness to the critical need to look at mental health.
Our health minister , who is from the north, understands first-hand how very real and tragic this issue is in both first nation and Inuit communities. The suicide rate among first nation youth is approximately five to seven times higher in Canada than for non-aboriginal youth. In Inuit regions, suicide is 11 times the Canadian rate.
While there are many contributing factors to suicide, mental illness is a major one. According to the Canadian Mental Health Association, nearly six million, or one in five Canadians, are likely to experience a mental illness over the course of their lifetime. This is why our government has taken some concrete steps to improve the mental health and well-being of Canadians. We take mental health issues seriously. We would like to recognize two important events related to mental illness that will take place this month. In Canada, this is Mental Illness Awareness Week. October 10 is World Mental Health Day. These events provide opportunities to raise awareness of mental illness and the importance of good mental health.
Studies indicate that more than 90% of suicide victims suffer from a mental illness or substance abuse problem. In addition, many of the same risk and protective factors that have an impact on mental illness can influence the risk of suicide. A recent study by the Centre for Addiction and Mental Health found that mental illness is associated with more lost work days than any other chronic condition, costing the Canadian economy $51 billion annually in lost productivity.
Mental health and well-being contribute to our quality of life. Good mental health is associated with better physical health outcomes, improved educational attainment, increased economic participation, and rich social relationships. Recognizing the importance that good mental health plays on our everyday lives, in 2007, this government created the Mental Health Commission of Canada as an independent, arm's-length organization. It provides a national focal point for mental illness. This government has invested $130 million in the commission over 10 years to advance work on mental health issues.
The commission is mandated to lead the development of Canada's first ever national mental health strategy. When released in 2012, the strategy would provide a way for the people of Canada, the mental health community, and the jurisdictions, to work together to achieve better mental health.
The commission's release, in 2009, of “Toward Recovery and Well Being: A Framework for a Mental Health Strategy for Canada” marked the completion of the first phase in developing the strategy. It set out a vision containing broad goals for transforming mental health systems in Canada. It has become an important reference point for mental health policy and practice across the country.
The Mental Health Commission of Canada is now finalizing the first ever mental health strategy that would translate the vision and goals of this framework into a strategic plan. Elements of suicide prevention are expected to be contained in the strategy. The strategy has been informed by the voices of thousands of people and hundreds of organizations with a wide diversity of points of view and experience. This strategy is expected to make a significant contribution to the mental health community.
Another important initiative the Mental Health Commission of Canada has been mandated to address is the stigma associated with mental health issues. Stigma is a major barrier preventing people from seeking help. Many Canadians living with a mental illness say the stigma they face is often worse than the mental illness itself. Mental illness affects people of all ages, from all walks of life. It can take on many forms, including depression, anxiety and schizophrenia.
The Mental Health Commission of Canada has launched the largest systematic effort to reduce the stigma of mental health in Canadian history, known as Opening Minds. Its goal is to change the attitudes and behaviours of Canadians toward people living with mental health problems. Through this initiative the commission is working with partners across Canada to identify and evaluate existing anti-stigma programs. Efforts to reduce the stigma associated with mental illness are currently focused at health care providers, the media, the workforce, along with children and youth. Opening Minds is serving as a catalyst in mobilizing actions of others to make a real difference in the area of anti-stigma programs.
To ensure that all the information on mental illness is accessible to the public and those in the mental health field, the commission is establishing a knowledge exchange centre. This initiative is creating new ways for Canadians to access information, share knowledge, and exchange ideas about mental health. All Canadians will have access to knowledge, ideas, and best practices related to mental illness. Furthermore, this will enhance the capacity for knowledge exchange throughout the Canadian mental health system.
The government has also taken further action to address the issue of mental health among the homeless. Mental illness and homelessness are increasingly related and there is a need for more research in this area.
Just last week in Barrie I was speaking to a nurse in the community, Nicole Black. She works at the David Busby Street Centre in Barrie. She was telling me how prevalent it is and the challenge that is faced when trying to assist with the battle to combat homelessness. It is great that the government recognizes the importance to work in this area. This is why in 2008 the government provided $110 million over five years to the Mental Health Commission of Canada to investigate mental illness and homelessness. This includes the At Home/Chez Soi initiative, which is the largest research project of its kind in the world.
The project is happening now in five Canadian cities: Vancouver, Winnipeg, Toronto, Montreal, and Moncton. This research project is centred on the housing first model. This means that once a person is given a place to live, the person can better concentrate on personal issues. The innovative approach of this project has the potential to make Canada a world leader in providing services to people who are homeless and living with a mental illness.
By creating and supporting the Mental Health Commission of Canada, the government has recognized the link between suicide and mental illness and has demonstrated its commitment to help address this serious issue.
In Barrie, when I toured the Canadian Mental Health Association offices on Bradford Street and the mental health area of the Royal Victoria Hospital, where there are some of the best doctors in the region who assist with mental health issues, I certainly heard loud and clear that this is a growing concern for Canadians and that we need to do what we can to contribute as a federal government. I am so proud that our federal government, under the leadership of our finance minister, has made this a priority.
It is my pleasure to be in the House today to address this very important topic.
Monsieur le Président, je partagerai mon temps avec l'extraordinaire député de Brandon—Souris.
Le suicide est une tragédie qui frappe beaucoup trop de familles canadiennes. C'est une des principales causes de décès dans le monde. Chaque année, plusieurs milliers de Canadiens se suicident. Selon l'Organisation mondiale de la santé, le taux de suicide au Canada est de 15 personnes sur 100 000. Bien que ce taux varie selon l'âge, le sexe et l'appartenance ethnique au Canada, les hommes y semblent le plus à risque.
Par ailleurs, le suicide est la deuxième cause de décès chez les jeunes de 10 à 24 ans, selon l'Association des psychiatres du Canada.
Les tragédies qui ont frappé certains anciens membres de la Ligue nationale de hockey cet été ont mis en évidence la fréquence du problème, la fréquence de ce défi.
Le seul aspect positif de ces tragédies effroyables, c'est qu'elles mettent en évidence la nécessité critique de se pencher sur les problèmes de santé mentale.
Notre ministre de la Santé, qui vient du Nord, connaît particulièrement bien cette réalité tragique chez les Premières nations et les communautés inuites. Le taux de suicide chez les jeunes des Premières nations au Canada est environ cinq à sept fois plus élevé que chez les non-Autochtones. Dans les régions inuites, le taux de suicide est 11 fois supérieur à la moyenne canadienne.
De nombreux facteurs contribuent au suicide, mais la maladie mentale est l'un des principaux. Selon l'Association canadienne pour la santé mentale, près de 6 millions de Canadiens, c'est-à-dire un sur cinq, risquent d'être affectés par une maladie mentale au cours de leur vie. C'est pourquoi notre gouvernement a pris des mesures concrètes pour améliorer la santé et le bien-être mentaux des Canadiens. Nous prenons au sérieux les problèmes de santé mentale. Nous tenons à souligner deux grands événements concernant la santé mentale qui auront lieu ce mois-ci. Au Canada, c'est la Semaine de sensibilisation aux maladies mentales. Le 10 octobre est la Journée mondiale de la santé mentale. Ce sont des occasions de sensibiliser la population aux maladies mentales et à l'importance d'une bonne santé mentale.
Des recherches montrent que plus de 90 p. 100 des victimes de suicide souffrent d'une maladie mentale ou d'un problème de toxicomanie. En outre, une bonne partie des facteurs de risque et de protection qui influent sur la maladie mentale peuvent aussi influer sur le risque de suicide. Selon une récente étude du Centre de toxicomanie et de santé mentale, la maladie mentale entraîne plus de pertes de journées de travail que toute autre affection chronique, et coûte chaque année à l'économie canadienne 51 milliards de dollars en perte de productivité.
La santé et le bien-être mentaux contribuent à notre qualité de vie. La bonne santé mentale se traduit par une meilleure santé physique, un plus grand succès dans les études, une participation accrue à l'économie et des relations sociales épanouies. Conscient de l'importance de la santé mentale dans notre vie quotidienne, notre gouvernement a créé en 2007 la Commission de la santé mentale du Canada, un organisme indépendant du gouvernement. C'est le centre national des questions de santé mentale. Le gouvernement a investi 130 millions de dollars sur 10 ans dans cette commission pour faire avancer les recherches sur la santé mentale.
La commission est chargée de piloter la mise au point de la première stratégie nationale de santé mentale du Canada. Quand elle sera publiée, en 2012, elle donnera aux Canadiens, à la communauté de la santé mentale et aux autorités les moyens de s'unir pour faire progresser la santé mentale.
En publiant, en 2009, un document intitulé « Vers le rétablissement et le bien-être: Cadre pour une stratégie en matière de santé mentale au Canada », la commission a marqué l'aboutissement de la première phase de l'élaboration de cette stratégie. Ce document présente une vision comportant les grands objectifs de la transformation des systèmes de santé mentale au Canada. C'est devenu une importante base de référence pour la stratégie et la pratique en matière de santé mentale au pays.
La Commission de la santé mentale du Canada met la touche finale à la toute première stratégie de santé mentale qui traduira la vision et les objectifs de ce cadre en un plan stratégique. Il est prévu que cette stratégie, façonnée grâce à l'apport de milliers de personnes et de centaines d'organisations ayant une foule de points de vue et d'expériences, intégrera des éléments de prévention du suicide. On s'attend à ce qu'elle apporte une contribution importante au milieu de la santé mentale.
Autre initiative importante, la Commission de la santé mentale du Canada a reçu le mandat de s'attaquer aux préjugés associés à la maladie mentale. Ces préjugés constituent un obstacle majeur qui empêche les gens d'aller chercher de l'aide. De nombreux Canadiens souffrant de malade mentale affirment que la stigmatisation dont ils sont souvent victimes est souvent pire que la maladie elle-même. La maladie mentale touche des personnes de tous les âges et de tous les horizons. Elle peut prendre de nombreuses formes, dont la dépression, l'anxiété et schizophrénie.
La Commission de la santé mentale du Canada vient de donner le coup d'envoi à la plus grande campagne systématique de l'histoire du Canada, Changer les mentalités, dans le but d'éliminer la stigmatisation associée à la maladie mentale. Son objectif est de changer les mentalités et les comportements des Canadiens envers ceux et celles qui ont un problème de santé mentale. Dans le cadre de cette initiative, la commission travaille avec divers partenaires partout au Canada en vue de recenser et d'évaluer les programmes de lutte contre les préjugés. Les efforts pour diminuer la stigmatisation liée à la maladie mentale visent présentement les fournisseurs de soins, les médias, la population active, ainsi que les jeunes et les enfants. L'initiative Changer les mentalités sert de catalyseur, en ce sens qu'elle mobilise les efforts de tous pour faire une véritable différence dans la lutte aux préjugés.
Pour s'assurer que toute l'information sur les maladies mentales soit accessible à la population et à ceux qui oeuvrent en santé mentale, la commission met sur pied un centre d'échange des connaissances. Cette initiative offre aux Canadiens de nouvelles façons d'accéder à l'information, de partager le savoir et d'échanger des idées au sujet de la santé mentale. Tous les Canadiens auront accès à des informations, à des idées et aux pratiques exemplaires ayant trait à la maladie mentale. En outre, cette initiative augmentera les possibilités de partage du savoir dans l'ensemble du réseau canadien de santé mentale.
Le gouvernement a également pris d'autres mesures pour s'attaquer aux problèmes de troubles mentaux dont souffrent les sans-abri. La maladie mentale et l'itinérance sont de plus en plus reliées, et il est nécessaire de faire davantage de recherche dans ce domaine.
Encore la semaine dernière, à Barrie, j'ai eu une conversation avec Mme Nicole Black, une infirmière communautaire qui travaille au David Busby Street Centre, à Barrie. Elle me disait à quel point l'itinérance est répandue et que c'est tout un défi que d'essayer de s'attaquer à ce phénomène. Il est heureux que le gouvernement reconnaisse l'importance d'agir dans ce domaine. Voilà pourquoi, en 2008, il a versé à la Commission de la santé mentale du Canada 110 millions de dollars sur cinq ans pour mener des recherches sur la maladie mentale et l'itinérance. Cela englobe l'initiative At Home/Chez soi, le plus vaste projet de recherche du genre dans le monde.
Ce projet se déroule présentement dans cinq villes canadiennes: Vancouver, Winnipeg, Toronto, Montréal et Moncton. Il s'articule autour du modèle « Priorité au Logement ». Cela signifie qu'une fois qu'une personne a un toit, elle peut mieux se concentrer sur la résolution de ses problèmes personnels. L'approche novatrice de ce projet est susceptible de faire du Canada un chef de file pour ce qui est des services offerts aux personnes itinérantes atteintes de maladie mentale.
En créant et en soutenant la Commission de la santé mentale du Canada, le gouvernement reconnaît le lien entre le suicide et la maladie mentale et se montre résolu à participer à la recherche d'une solution à ce grave problème.
À Barrie, lors de ma visite aux bureaux de l’Association canadienne pour la santé mentale, rue Bradford, et au département de la santé mentale de l’Hôpital Royal Victoria, où travaillent certains des meilleurs médecins de la région dans le domaine de la santé mentale, on m'a dit clairement que c’est une préoccupation croissante pour les Canadiens et que le gouvernement fédéral doit faire ce qu’il peut pour aider. Je suis si fier que le gouvernement fédéral, sous la direction du ministre des Finances, en ait fait une priorité.
Je suis heureux d’être à la Chambre aujourd’hui pour parler de cette importante question.
View Patrick Brown Profile
CPC (ON)
View Patrick Brown Profile
2011-10-04 12:17 [p.1817]
Mr. Speaker, there are many interrelations and correlations between mental health challenges and suicide. It will be no surprise that the Mental Health Commission, which has a budget of $130 million over 10 years thanks to this government, will obviously consider that as one of the central aspects to look at when it conducts this study.
In terms of what is being done to address suicide, mental illness is a major risk factor for suicide. It is estimated that 90% of all suicide victims have some kind of mental health condition. That is why it is very important to look at them in the overall framework, together. The 90% figure would suggest that to look at mental health and not suicide at the same time would be a disservice.
Obviously the government has made it a focus to invest in mental health by virtue of the Mental Health Commission of Canada and associated monetary investments to establish and support that commission.
I certainly concur with the member that they are interrelated.
Monsieur le Président, il existe de nombreux liens et corrélations entre les problèmes de santé mentale et le suicide. Il est donc manifeste que la Commission de la santé mentale, qui est dotée d’un budget de 130 millions de dollars sur dix ans grâce au présent gouvernement, accordera à ce phénomène une place privilégiée dans son étude.
Au chapitre du suicide, les problèmes de santé mentale constituent un grand facteur de risque. On estime que 90 p. 100 de toutes les personnes qui mettent fin à leurs jours ont un trouble de santé mentale. C’est la raison pour laquelle il est très important d’en tenir compte dans l’ensemble du cadre. Ce pourcentage montre que de s’occuper de la santé mentale sans, parallèlement, se pencher sur le suicide ne rendrait service à personne.
À l’évidence, le gouvernement a fait de la santé mentale une priorité en investissant dans la création et le maintien de la Commission de la santé mentale du Canada.
Je suis absolument d’accord avec le député pour dire que ces deux phénomènes sont étroitement liés.
View Patrick Brown Profile
CPC (ON)
View Patrick Brown Profile
2011-10-04 12:32 [p.1819]
Mr. Speaker, I thank my colleague for his eloquent speech today and for highlighting the focus of mental health.
As I mentioned in a previous comment, one of the things that was raised at the Busby Centre in Barrie, which is a terrific place that helps with homelessness, was the interrelation with homelessness and mental health issues and the need for government to do more. That would be one of the things the Mental Health Commission could address when it looks at the many different facets of mental health.
Does my colleague from Brandon—Souris share those same concerns in Manitoba?
Monsieur le Président, je remercie mon collègue de son allocution éloquente; je le remercie également d'avoir mis en lumière la question de la santé mentale.
Comme je l'ai déjà mentionné, l'excellent Busby Centre de Barrie, qui vient en aide aux sans-abris, a notamment abordé la relation entre l'itinérance et les problèmes de santé mentale. Le fait que le gouvernement devrait en faire encore plus dans ce domaine a aussi été abordé. C'est aussi un des volets sur lesquels la Commission de la santé mentale devrait se pencher lorsqu'elle examine les diverses facettes de la santé mentale.
Est-ce que mon collègue de Brandon—Souris a remarqué ces mêmes préoccupations au Manitoba?
View Patrick Brown Profile
CPC (ON)
View Patrick Brown Profile
2011-10-04 15:42 [p.1847]
Mr. Speaker, I thank the member for his eloquent speech on the importance of mental health and suicides.
Earlier, his colleague, the Liberal Party member for St. Paul's, mentioned that Canada had a suicide rate three times that of the U.S. It is important to note that the information shared by the Liberal Party member is actually incorrect. We just pulled the stats from the CDC website in the U.S. and from Stats Canada and it is identical, actually. It is both 11 tragic deaths per 100,000. It is important that we do not use statistics in the House that are wrong. We hope we can ensure that is not a fallacy that is raised here.
Does the member have any specific suggestions as to how we could improve the formidable commitment that the government made with the Mental Health Commission and the funding that was quite historic in 2007?
Monsieur le Président, je remercie le député de son discours éloquent au sujet du suicide et de l'importance de la santé mentale.
Auparavant, sa collègue, la députée libérale de St. Paul's, a mentionné que le taux de suicide au Canada est trois fois plus élevé qu'aux États-Unis. Il est important de mentionner que les renseignements communiqués par la députée du Parti libéral sont en fait incorrects. Nous venons tout juste d'extraire les statistiques du site des CDC aux États-Unis et du site de Statistique Canada et, en fait, les taux sont identiques, soit 11 décès tragiques pour 100 000 habitants. Il est important de ne pas utiliser de statistiques erronées à la Chambre. Nous souhaitons nous assurer qu'aucune donnée fallacieuse n'est présentée ici.
Le député souhaite-t-il faire des suggestions particulières quant aux mesures que nous pourrions prendre pour améliorer l'extraordinaire engagement que le gouvernement a pris en créant la Commission de la santé mentale et en y allouant des sommes sans précédent en 2007?
Results: 1 - 11 of 11

Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data