Committee
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 9 of 9
View Cathy McLeod Profile
CPC (BC)
Could you give me a specific example of a partnership you've had with an ASETA holder, what you've done, and what the other person has done, and then in the minute or two that we will, hopefully, have left, can you talk about your specific recommendations to government regarding how you see that we should move forward to really get the best outcomes for the expenditures that are put in?
Pouvez-vous me donner un exemple concret de partenariat que vous avez formé avec un signataire d'entente de la SFCEA, en précisant ce que vous avez fait et ce qu'a fait votre partenaire? Ensuite, dans les deux minutes qui resteront, je l'espère, vous pourriez nous parler des recommandations précises que vous voudriez présenter au gouvernement sur les moyens d'avancer de façon à obtenir les meilleurs résultats possibles par rapport aux dépenses faites?
View Andrew Saxton Profile
CPC (BC)
Thank you.
I understand there have been some questions with regard to their hours of operation. Could you explain the level of service that they provide to Canadians?
Merci.
Je crois qu'il y a eu certaines questions concernant leurs heures d'ouverture. Pouvez-vous nous expliquer le niveau de service que le centre offre à la population?
View Bob Zimmer Profile
CPC (BC)
I'll see what I can come up with here. To start, thanks to the servicemen and servicewomen who are in the room today. I don't know if anyone has acknowledged you today, but we sure appreciate what you have done.
I was pleasantly surprised that the bureau is a mechanism to assist veterans, that it is even there, for one. To somehow connect our veterans with what they are due, it's good to see you are there.
I will ask a question that Mr. Lizon dwelled on a bit before. Do you feel there are gaps in service? We see the BPA, but we also see the Royal Canadian Legion, which address similar but different issues. In your opinion, are there any gaps between the two levels of service?
Je verrai quelles questions je peux poser cet après-midi. Toutefois, j’aimerais, pour commencer, remercier les militaires qui sont présents dans la salle. Je ne sais pas si quelqu’un vous a rendu hommage aujourd’hui, mais nous vous sommes certainement reconnaissants de ce que vous avez fait.
J’ai été agréablement surpris d’apprendre que, premièrement, le bureau existait et qu’il représentait un moyen d’aider les anciens combattants. Il est bon de savoir que vous existez afin de permettre, d’une manière ou d’une autre, aux anciens combattants de recevoir ce qui leur est dû.
Je vais vous poser une question sur laquelle M. Lizon s’est quelque peu étendu auparavant. Avez-vous le sentiment qu’il y a des lacunes à combler dans les services? Il y a le BSJP, mais aussi la Légion royale du Canada, qui s’occupe de problèmes semblables, bien que différents. À votre avis, y a-t-il des lacunes à combler entre les deux niveaux de service?
View James Moore Profile
CPC (BC)
Thank you, Mr. Chair, and thank you colleagues.
This morning I am accompanied by my Deputy Minister, Daniel Jean, and Hubert Lussier, Assistant Deputy Minister for Citizenship and Heritage, responsible for official languages files at Canadian Heritage.
Thank you, Mr. Chairman, for giving me the opportunity to appear before you this morning.
I would like to acknowledge the work this committee has accomplished since last fall in the course of your study on the Roadmap. It is in this context that I would like to talk about what we have achieved, and are achieving, with the Roadmap, and how we are taking steps to prepare for the future.
I know that there have been some questions raised at this committee in some of your consultations by some of the witnesses who have been before your committee about how I and our government plan to consult on the current road map to plan for the path ahead. At the outset, I'd like to address those questions.
This summer I plan to lead a comprehensive, pan-Canadian set of consultations on official languages. I and other members of our government and officials from my department will hear from Canadians in each and every province and territory on the next steps in the road map for linguistic duality. This summer my colleagues and I will hear from Canadians in communities across the country: Victoria, Edmonton, Regina, Winnipeg, Toronto, Ottawa, Sudbury, Quebec, Montreal, Fredericton, Moncton, Halifax, Charlottetown, St. John's, Whitehorse, Yellowknife, and Iqaluit. We won't visit just Canada's largest cities, but suburban and rural communities as well.
We will also create an online forum for Canadians unable to attend our consultations to share their views online. This is an approach we took back in the previous Parliament, when we were doing consultations for our copyright legislation. We found that the number of Canadians who wished to have participation in these kinds of consultations on large-scope public policy issues was much larger than we often appreciate. So we're going to be doing that, as well, when it comes to consultation on official languages.
As a point of comparison, when former New Brunswick Premier Bernard Lord was asked by our government to do consultations in 2007, prior to the current road map, he visited seven communities. This is much more comprehensive and much more broad based and pan-Canadian. It will involve me, as the minister, as well as my parliamentary secretary and other members of our government, as well as, as I said, an online presence.
In comparison to those previous consultations, this will be much broader and will be open to far more Canadians. We look forward to listening to new ideas on how we move forward on official languages policy. Of course, to supplement this, the great work this committee has done on consultation will feed into this process as well.
The question is why we are doing this. We're doing this because both of Canada's official languages define who we are as Canadians. They are the languages of our national dialogue and the languages that enable Canadians who come to our country to participate more fully in our society in every way. Our official languages allow us to build a united, prosperous Canada together. For these reasons, our government is proud to support our official languages.
The road map for Canada's linguistic duality has been the vehicle that allows us to do just that. Canada's investment in the road map is, to put it bluntly, a lot of taxpayers' money. There's a commitment of $1.1 billion over five years. In fact, it is the largest and most comprehensive investment in Canada's official languages Canada has ever seen. The road map includes 32 separate initiatives implemented by 15 agencies and departments of the Government of Canada. It allows us to act in priority areas: skills training, education, immigration, economic development, and the arts.
With the road map, our government is committed to promoting and protecting Canada's official languages, and today I can say that we have kept our word. We have kept our promises and have delivered on this commitment. As a matter of fact, in budget 2012, tabled not that long ago, of course, it says, and I will quote:
Canada’s two official languages are an integral part of Canada's history and identity....Economic Action Plan 2012 will continue support for official languages by maintaining funding to protect, celebrate and enhance Canada’s linguistic duality.
To put it another way, with budget 2012 we have kept our promise to support Canada's official languages.
On transfers to the provinces, our budget protects funding in the Roadmap for official language education and programs.
On support for culture, our budget protects funding in the Roadmap for official languages on cultural engagement and expression in the arts.
On support for second language education, our budget protects funding in the Roadmap for official languages for Canadians of all ages hoping to better understand English and French. On front-line training for health care workers, our budget protects funding for health services in English and French.
I will quote again from the budget. On all of these things, we maintained funding to protect, celebrate and enhance our linguistic duality. We kept our word, and because of this minority language communities are stronger than ever.
On April 5, shortly after Budget 2012 was tabled, I presented our mid-term report of the Roadmap for Canada's Linguistic Duality.
It outlines in detail how the government is delivering on those promises that I just outlined. The report confirms the implementation of the 32 initiatives contained in the road map and how they are proceeding, as we had hoped they would. They are being managed carefully, transparently, and effectively by all the departments and agencies involved. I invite those of you who have yet to see the mid-term report to take a look at it and to send me your comments and suggestions.
Broadly speaking, I am pleased by our progress and will share with you some of the concrete examples of our success.
In total, 2.4 million young Canadians are learning French or English as a second language. Close to 245,000 young Canadians from minority communities are studying their language of choice in more than 900 schools across the country.
Since 2008, support through the road map has made it possible to open five new school community centres and 14 new community learning centres in Quebec, as well as 33 new child care services in francophone communities.
Since 2008, more than 2,000 people from minority communities have enrolled in French-language health training programs.
Since 2008, more than 140 welcome centres and integration networks have been established to provide new services for immigrants in both official languages.
Since 2008, more than 100 new projects in the arts and culture originating in the minority communities have been supported.
We added, as I'll remind you, this fifth component to our road map because we recognize the importance of arts and culture and expression in the protection and celebration and health of minority languages in communities all across the country.
All these projects were launched and implemented under the leadership of our government.
As I said, I am preparing to lead a round of consultations in all regions of Canada this summer. These consultations will be more extensive than those held in 2007. They will also allow us to see if our funding is effective, and if our programs offer a good return for taxpayers, and an understanding of what changes might better serve Canadians going forward.
Finally, I'll close where I began, Mr. Chairman. I'd like to again thank this committee for your work, for inviting witnesses—inviting Canadians—to come to your committee to contribute to these consultations and the upcoming report on the road map. It too will help guide our deliberations on the way ahead.
Thank you very much for attention. If you have any questions, I'd be pleased to answer them.
Je vous remercie, monsieur le président, et je remercie mes collègues.
Ce matin, je suis accompagné par M. Daniel Jean, sous-ministre, et M. Hubert Lussier, sous-ministre adjoint pour la citoyenneté et le patrimoine, responsable du dossier des langues officielles à Patrimoine canadien.
Je vous remercie, monsieur le président, de m'offrir l'occasion de me présenter devant le comité ce matin.
J'aimerais souligner tout le travail qu'a accompli le comité depuis l'automne dernier dans le cadre de l'étude de la Feuille de route. C'est dans ce contexte que j'aimerais parler de ce que nous avons réalisé et de ce que nous accomplissons dans le cadre de la Feuille de route, ainsi que des étapes à venir.
Je sais que dans le cadre de vos consultations, votre comité a entendu des questions posées par des témoins au sujet de la façon dont mon gouvernement et moi entendons consulter le public sur la Feuille de route actuelle, afin de planifier l'avenir. J'aimerais d'emblée répondre à ces questions.
Je mènerai cet été des consultations pancanadiennes exhaustives sur les langues officielles. Avec d'autres députés et des fonctionnaires de mon ministère, j'écouterai les Canadiens dans chacune des provinces et dans chacun des territoires, au sujet de l'avenir de la Feuille de route sur la dualité linguistique. Cet été, mes collègues et moi écouterons des Canadiens de collectivités réparties dans tout le pays: Victoria, Edmonton, Regina, Winnipeg, Toronto, Ottawa, Sudbury, Québec, Montréal, Fredericton, Moncton, Halifax, Charlottetown, St. John's, Whitehorse, Yellowknife, et Iqaluit. Nous ne visiterons pas seulement les grandes villes du pays, mais aussi des banlieues et des collectivités rurales.
Nous créerons aussi un forum en ligne pour que les Canadiens qui ne peuvent participer à nos consultations en personne puissent le faire par Internet. C'est une méthode que nous avions déjà adoptée à la précédente législature, pour nos consultations sur le droit d'auteur. Nous avons pu constater que le nombre de Canadiens qui souhaitent participer à de telles consultations sur des grandes questions d'affaires publiques était bien plus grand que ce que l'on croit souvent. Nous reprendrons donc cette démarche pour nos consultations sur les langues officielles.
En comparaison, lorsque notre gouvernement a demandé à l'ancien premier ministre de Nouveau-Brunswick, Bernard Lord, de mener des consultations en 2007, avant l'actuelle Feuille de route, il a visité sept collectivités. La démarche sera cette fois plus exhaustive, rejoignant plus de monde, à l'échelle du pays. J'y participerai, en tant que ministre, ainsi que mon secrétaire parlementaire et d'autres députés ministériels, en plus d'assurer une consultation par Internet.
Comparées aux consultations précédentes, celles-ci seront plus vastes et ouvertes à beaucoup plus de Canadiens. Nous sommes prêts à écouter toutes les nouvelles idées qui seront présentées sur l'avenir de nos politiques en matière de langues officielles. Il va de soi que l'excellent travail du comité, un travail consultatif, alimentera aussi ce processus et le complétera.
Il faut se demander pourquoi nous faisons cela. Nous le faisons parce que les deux langues officielles du Canada définissent qui nous sommes, comme Canadiens. Ce sont les langues de notre dialogue national, les langues qui permettent aux Canadiens qui arrivent au pays de participer plus pleinement à notre société. Nos langues officielles nous permettent de bâtir ensemble un Canada uni et prospère. Pour ces raisons, notre gouvernement est fier d'appuyer les langues officielles.
La Feuille de route pour la dualité linguistique du Canada est l'instrument qui nous permet d'y arriver. Il est clair que le Canada a investi beaucoup d'argent des contribuables dans la Feuille de route. C'est un engagement de 1,1 milliard de dollars sur cinq ans. C'est d'ailleurs l'investissement le plus important et le plus complet que le Canada ait fait dans ses langues officielles. La Feuille de route comprend 32 initiatives distinctes, mises en oeuvre par 15 agences et ministères du gouvernement du Canada. Elle permet d'intervenir dans des secteurs prioritaires comme l'acquisition de compétences, l'éducation, l'immigration, l'expansion économique et les arts.
Avec la Feuille de route, le gouvernement a pris l'engagement de promouvoir et de protéger les langues officielles du Canada et je peux vous dire que nous avons tenu promesse. En effet, cet engagement a été respecté. D'ailleurs, dans le budget de 2012 déposé récemment, nous disions, et je cite:
Les deux langues officielles du Canada font partie intégrante de l'histoire et de l'identité du pays... Le Plan d'action économique de 2012 continuera d'assurer le soutien des langues officielles en maintenant le financement destiné à protéger, à célébrer et à renforcer la dualité linguistique du Canada.
En d'autres mots, avec le budget 2012, nous tenons notre promesse de soutien aux langues officielles du Canada.
À propos de nos transferts vers les provinces, notre budget protège les investissements de la Feuille de route pour l'enseignement des langues officielles ainsi que pour les programmes.
À propos du soutien à la culture, notre budget protège le financement de la Feuille de route pour les langues officielles en ce qui concerne l'engagement en matière de culture et d'expression dans le domaine des arts.
En matière de soutien à l'enseignement de la langue seconde, notre budget protège le financement de la Feuille de route pour les langues officielles pour que les Canadiens de tous les âges qui souhaitent améliorer leur compréhension de l'anglais ou du français puissent le faire. Pour l'enseignement en première ligne des travailleurs du domaine de la santé, notre budget protège le financement des services de santé en anglais et en français.
Je vais me reporter à nouveau au budget. Dans toutes ces matières, nous avons maintenu le financement pour protéger, célébrer et améliorer notre dualité linguistique. Nous avons tenu notre promesse et, grâce à cela, les communautés de langue officielle en situation minoritaire sont plus fortes que jamais.
Le 5 avril, peu après le dépôt du budget de 2012, j'ai présenté le rapport de mi-parcours de la Feuille de route pour la dualité linguistique.
Il explique en détail comment le gouvernement tient les promesses que je viens de vous décrire. Le rapport confirme la mise en oeuvre des 32 initiatives que contient la Feuille de route et explique comment elles progressent, tout comme nous l'avions escompté. Ces initiatives sont gérées minutieusement, de manière transparente et efficace par tous les ministères et organismes impliqués. J'invite tous ceux d'entre vous qui n'ont pas encore lu le rapport de mi-parcours de le feuilleter et de m'envoyer vos commentaires et suggestions.
De façon générale, je suis satisfait de notre progrès et je vais vous faire part de certains exemples concrets illustrant notre réussite.
Au total, 2,4 millions de jeunes Canadiens apprennent le français ou l'anglais comme langue seconde. Près de 245 000 jeunes Canadiens de communautés minoritaires étudient dans la langue de leur choix dans plus de 900 écoles à travers le pays.
Depuis 2008, le soutien apporté par le biais de la Feuille de route a permis d'ouvrir 5 nouveaux centres communautaires scolaires et 14 nouveaux centres d'apprentissage communautaire au Québec, ainsi que 33 nouveaux services de garderie dans des communautés francophones.
Depuis 2008, plus de 2 000 personnes issues de communautés minoritaires se sont inscrites à des programmes de formation en santé en langue française.
Depuis 2008, plus de 140 centres d'accueil et réseaux d'intégration ont été créés pour offrir de nouveaux services aux immigrants dans les deux langues officielles.
Depuis 2008, plus de 100 nouveaux projets dans le secteur des arts et de la culture, au sein des communautés minoritaires, ont reçu un soutien.
Nous avons ajouté, comme je vous le rappelle, ce cinquième élément à notre Feuille de route parce que nous reconnaissons l'importance des arts et de la culture ainsi que de l'expression dans la protection et la célébration et la santé des langues minoritaires dans les communautés partout au pays.
Tous ces projets ont été lancés et mis en oeuvre sous la houlette de notre gouvernement.
Comme je l'ai mentionné, je prépare une tournée de consultations dans toutes les régions du Canada. Cette tournée aura lieu cet été. Ces consultations seront plus poussées que celles tenues en 2007. Elles nous permettront également de voir si notre financement est approprié, de déterminer si nos programmes offrent un bon rendement pour les contribuables et de savoir quels changements peuvent être mis en avant pour mieux servir les Canadiens à l'avenir.
Enfin, je terminerai où j'ai commencé, monsieur le président. J'aimerais, une fois de plus, remercier le comité pour son travail et pour avoir invité des témoins — invité des Canadiens — à venir témoigner devant votre comité pour contribuer à ces consultations et au prochain rapport sur la Feuille de route. Ce rapport nous aidera également à orienter nos délibérations sur la voie à suivre.
Merci beaucoup pour votre attention. Si vous avez des questions, je me ferai un plaisir d'y répondre.
View Richard Harris Profile
CPC (BC)
Thank you, Mr. Chair, and thank you, ladies and gentlemen, for your presentations.
I have a couple of questions.
Ms. Flohr, it appears to me, or I'm gathering, rightly or wrongly, that your department or your division is the opening door to the rest of the services. If it's not, is there a single-window entry for veterans who are going to require services, so that once they go through that entry, someone will take their hands and lead them to whatever other services they may require?
Where does the hands-on help come from? Does it come through a single entrance? Do they go through that entrance and then they're helped from there on into other departments that provide different services for them?
Merci, monsieur le président, et merci mesdames et messieurs de vos présentations.
J'ai deux ou trois questions à vous poser.
Madame Flohr, il me semble, ou je comprends, à tort ou à raison, que votre département ou votre division constitue la porte d'entrée vers le reste des services. Si tel n'est pas le cas, existe-t-il un guichet unique pour les vétérans qui auront besoin des services, de sorte qu'une fois qu'ils s'adressent à ce guichet, quelqu'un les prend par la main et les mène vers tous les services dont ils pourraient avoir besoin?
D'où provient cette aide concrète? Est-ce par le biais d'un guichet unique? Est-ce que les vétérans s'adressent à ce guichet et c'est à partir de là qu'on les aide à communiquer avec d'autres départements pour la prestation d'autres services qui leur sont destinés?
View Richard Harris Profile
CPC (BC)
Thank you, Mr. Chair.
Welcome, minister, and thank you for your participation.
I wanted to say something, first of all, on Mr. Casey's last question. He asked whether, as you downsize, you will be sensitive to your employees. I think the question should be, and rightly so, whether as you downsize you are going to be, and were you, sensitive to the veterans and the programs and services they receive. After all, that's the most important part of your department. That's the most important mandate. It is to provide the programs and services veterans need, when they need them.
I see, Minister, in the estimates, that in fact, there is about a $45 million net increase in funding for veterans. The majority of that funding—I think it was a net $85 million in additional funding—was for grants and disability awards, earnings, losses, etc. I want to commend you, because cutting a department budget the size of yours is something that is a big challenge, particularly when your department is providing such needed and essential services for our veterans, who so richly deserve the help they need.
I have been in business and have gone through a couple of recessions and have survived them. I know that when I had to cut, I had a vision in front of me, which was that whatever I cut in my business, it could not hurt my relationships with my customers.
Minister, when you and your department started this process of downsizing, as you're required to do in times like these, did you have that mandate and that vision? Did you create the mandate for yourselves that whatever you do, it cannot result in decreased services and programs for the veterans, the people we need to help? Was that your prime driver as you looked for ways to cut your budget?
Merci, monsieur le président
Je vous remercie, monsieur le ministre, et vous souhaite la bienvenue.
Je voudrais tout d'abord faire un commentaire sur la dernière question de M. Casey, qui vous demandait si vous alliez être sensible aux besoins de vos employés, en procédant à la réduction de l'effectif. Je pense qu'il aurait dû plutôt vous demander si vous avez été, ou si vous allez être, sensible aux besoins des anciens combattants et tenir compte des programmes et services qu'ils reçoivent. Après tout, ce sont eux qui constituent la partie la plus importante de votre ministère. C'est la partie la plus importante de votre mandat: offrir en temps opportun les programmes et les services dont les anciens combattants ont besoin.
Dans le Budget principal des dépenses, je constate, monsieur le ministre, qu'il y a en fait une augmentation nette d'environ 45 millions de dollars. La majorité de ce financement — je pense qu'il s'agissait d'un financement supplémentaire net de 85 millions de dollars — était destiné aux indemnités et allocations d'invalidité, aux allocations pour perte de revenus, etc. Je vous félicite, car la réduction d'un budget de la taille du vôtre présente un immense défi, surtout lorsqu'on songe que votre ministère offre à nos anciens combattants, qui le méritent au plus haut point, des services essentiels et dont ils ont grand besoin.
J'ai été moi-même dans les affaires et j'ai survécu à quelques récessions. Je sais que lorsque j'avais à faire des compressions, j'avais une vision dans laquelle si j'avais à réduire quelque chose, il ne fallait pas que cela nuise à mes relations avec mes clients.
Monsieur le ministre, lorsque votre ministère et vous-même avez amorcé le processus de réduction des effectifs, comme vous devez le faire dans des temps comme celui-ci, avez-vous eu ce mandat et cette vision? Vous êtes-vous fixé le mandat par lequel, quoi que vous fassiez, cela ne pouvait pas avoir pour effet de diminuer les services et les programmes destinés aux anciens combattants, ces gens qui ont besoin de notre aide? Était-ce là votre souci premier lorsque vous songiez à des moyens de réduire votre budget?
View Ron Cannan Profile
CPC (BC)
Ultimately, the taxpayers are our customers. We're in the business of serving Canadians, so we want to deliver the services as cost-efficiently and effectively as possible. Can you give us examples of how this consolidation would improve service delivery to Canadians?
Au bout du compte, nos clients, ce sont les contribuables. Notre mandat est de servir les Canadiens, alors nous voulons offrir nos services de la façon la plus économique et efficace possible. Pouvez-nous dire comment cette consolidation permettrait d'améliorer la prestation des services aux Canadiens?
View Cathy McLeod Profile
CPC (BC)
Okay.
You mentioned that the private sector can deliver many functions. Do you have any examples that you can give?
D'accord.
Vous avez dit que bien des services pouvaient être fournis par le secteur privé. Pouvez-vous nous donner des exemples?
View John Weston Profile
CPC (BC)
We also benefit when they go back to their home countries. Could you tell us more about the study you mentioned?
You said there was a double teaming in the first part of the year, Ms. Edlund. Could you explain what you did and what can be done going forward to produce these kinds of results again?
Cela nous rapporte également un autre avantage quand ils retournent dans d'autres pays. Pouvez-vous nous donner plus d'information quant à l'étude que vous avez mentionnée?
Vous avez dit qu'il y a eu un double teaming au cours de la première partie de l'année, madame Edlund. Pouvez-vous nous expliquer ce que vous avez fait et ce que l'on pourra faire dans l'avenir pour obtenir encore une fois de si bons résultats?
Results: 1 - 9 of 9

Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data