Committee
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 30 of 1251
View Ted Falk Profile
CPC (MB)
View Ted Falk Profile
2015-05-25 15:46
Thank you, Mr. Chairman, and thank you, Mr. Auditor General, and also all the officials for joining us at committee here today. I always enjoy reading your reports.
Mr. Ferguson, I'd like to start off with questions for you. I'd first like to say that our government is very pleased that the Auditor General concluded that our government has appropriate practices to analyze proposed tax expenditures, monitor existing ones, and share information with the Canada Revenue Agency.
In your report you stated that Finance Canada does a good job of analyzing new tax measures and monitoring existing ones. Can you elaborate on your findings and how the government is providing transparency and accountability?
Merci, monsieur le président. Je remercie également M. Ferguson et les fonctionnaires d'êtres venus témoigner au comité aujourd'hui. J'ai toujours beaucoup de plaisir à lire vos rapports.
Monsieur Ferguson, je vais commencer par vous. J'aimerais d'abord dire que le gouvernement est très heureux d'apprendre que le vérificateur général a conclu que le gouvernement a mis en place des pratiques adéquates pour l'analyse des dépenses fiscales proposées, la surveillance des mesures existantes et l'échange de renseignements avec l'Agence du revenu du Canada.
Dans votre rapport, vous avez indiqué que Finances Canada faisait un bon travail en ce qui concerne l'analyse des nouvelles mesures fiscales et la surveillance des mesures existantes. Pourriez-vous approfondir vos conclusions et nous dire comment le gouvernement assure la transparence et la reddition de comptes?
Michael Ferguson
View Michael Ferguson Profile
Michael Ferguson
2015-05-25 15:46
We were looking at a couple of different aspects in the audit. We were looking at what the Department of Finance does before a tax measure is put in place, and then we were also looking at what it does once a tax measure has been implemented.
As for what it does before a tax measure is put in place, we cover that starting in paragraph 3.34, which is where we say the following:
...when analyzing tax-based expenditures before they were implemented, the Department of Finance Canada considered most key elements of its analytical framework, such as the need for government intervention, and efficiency, effectiveness, and equity.
Throughout that section we do say, for example, in paragraph 3.42, that:
We found that the Department analyzed the issues related to policy need, efficiency, effectiveness, equity, and forgone revenues for most of the selected tax measures. However, the Department did not consider spending alternatives for the tax measures we examined.
Overall, in the area of looking at measures before they're implemented, we felt that the department was doing a good job of analyzing them and doing most of the things that were in its framework. We did say, in paragraph 3.42, however, that we found in some cases that it hadn't considered spending alternatives for the tax measures we examined.
La vérification portait sur deux aspects distincts. Nous avons examiné les activités menées par le ministère des Finances avant la mise en oeuvre d'une mesure fiscale, puis nous avons examiné ses activités après la mise en oeuvre d'une mesure fiscale.
Nous abordons les activités du ministère avant la mise en oeuvre d'une mesure fiscale à partir du paragraphe 3.34, dans lequel on mentionne ce qui suit:
[...] lorsqu’il analysait les dépenses fiscales avant qu’elles ne soient mises en oeuvre, le ministère des Finances Canada examinait la majorité des composantes clés de son cadre d’analyse, notamment la nécessité de l’intervention gouvernementale ainsi que l’efficience, l’efficacité et l’équité.
Dans l'ensemble de cette section, nous affirmons, au paragraphe 3.42, par exemple:
Nous avons constaté que le Ministère analysait les facteurs touchant le besoin stratégique, l’efficience, l’efficacité, l’équité et les recettes cédées pour la plupart des mesures fiscales choisies, mais qu’il n’avait pas pris en considération des solutions de rechange.
Dans l'ensemble, en ce qui concerne les activités menées avant la mise en oeuvre des mesures fiscales, nous estimons que le ministère des Finances faisait un bon travail d'analyse et qu'il avait examiné la majorité des composantes de son cadre d’analyse. Nous soulignons toutefois, au paragraphe 3.42, que nous avons constaté que dans certains cas, le ministère n'avait pas pris en considération des solutions de rechange pour les mesures fiscales que nous avons étudiées.
View Patricia Davidson Profile
CPC (ON)
You talked about transparency within your organization. Certainly we all know that's extremely important. You also talked about your status reports on different things.
You also said that since 2010-11 the annual financial statements have been audited by an independent auditor. How is that different from other organizations within the government structure? What happened before 2010-11?
Vous avez parlé de la transparence au sein de votre organisation. Évidemment, nous savons tous que c'est très important. Vous avez également parlé de vos rapports d'étape, qui portent sur différents sujets.
Par ailleurs, vous avez dit que depuis 2010-2011, les états financiers annuels ont été vérifiés par un vérificateur indépendant. En quoi cette approche diffère-t-elle de celle des autres organisations au sein du gouvernement? Comment procédiez-vous avant 2010-2011?
Mary Dawson
View Mary Dawson Profile
Mary Dawson
2015-05-25 15:54
Before 2010-11 we did not have an independent auditor. We decided, in the first few years, to have one because we wanted to allow people to be as certain as possible that we were doing a good job with our money.
I really don't know enough about comparing it to the others, but Denise can perhaps add something.
Avant 2010-2011, nous n'avions pas recours à un vérificateur indépendant. Nous avons décidé, au cours des premières années, d'y recourir parce que nous voulions donner aux gens le plus d'assurance possible que nous utilisons notre argent de façon judicieuse.
Je n'en sais vraiment pas assez pour comparer cette approche à celle des autres, mais Denise pourrait peut-être ajouter quelque chose.
Denise Benoit
View Denise Benoit Profile
Denise Benoit
2015-05-25 15:55
If I remember well from my years in the public service, the Auditor General usually will audit the financial statements. In our case, because of our status, we actually went out. We're using Ernst & Young to do it, but they're using the same accounting principles. They're verified, like any other financial statements that would be done within the public service.
Si je me souviens bien, compte tenu de mes années d'expérience dans la fonction publique, c'est le vérificateur général qui vérifie habituellement les états financiers. Dans notre cas, en raison de notre statut, nous avons retenu des services externes. Nous avons recours aux vérificateurs d'Ernst & Young, mais ils utilisent les mêmes principes comptables. Ils font des vérifications, comme dans le cas de tout autre état financier au sein de la fonction publique.
View James Rajotte Profile
CPC (AB)
All right. Well, I encourage everyone to get their own, because it is an incredibly helpful service.
My final point may be as much a comment as a question, involving some of my colleagues' questions. The comment I get most often that's critical of CRA is about when someone is being audited either as a person or as a business and the auditors change through that audit. It's very hard on the person who's being audited in terms of having to re-educate someone all over again regarding their particular situation. I think that has improved over time, but that's the biggest comment I get from taxpayers in my constituency.
I don't know if you have a comment on that.
D'accord. Eh bien, j'encourage tout le monde à s'inscrire, parce que c'est un service incroyablement pratique.
Ma dernière intervention est autant un commentaire qu'une question, et elle renvoie à des points déjà abordés par mes collègues. La critique que j'entends le plus souvent à propos de l'ARC est que lorsqu'une personne ou une entreprise fait l'objet d'une vérification, il arrive qu'on change de vérificateur en cours de route. C'est très difficile pour la personne visée d'avoir à raconter encore une fois toute son histoire à une autre personne. Je pense que la situation s'est améliorée, mais c'est la principale critique que j'entends des contribuables de ma circonscription.
Je ne sais pas si vous avez des commentaires à formuler là-dessus.
Rick Stewart
View Rick Stewart Profile
Rick Stewart
2015-05-12 10:15
I guess as a general comment I would say two things. We're cognizant of the challenges that poses, and at the end of the day, we're taxpayers as well, so I can recognize that challenge.
De façon générale, je pourrais vous dire deux choses. Nous sommes au courant des difficultés que cela entraîne, car au bout du compte, nous sommes des contribuables nous aussi. Nous savons ce que c'est.
Julie Gelfand
View Julie Gelfand Profile
Julie Gelfand
2015-05-12 9:03
Mr. Chair, thank you for this opportunity to contribute to your committee's review of the Canada Water Act annual report for April 2013 to March 2014. Joining me today are Jim McKenzie and Andrew Ferguson, principals with our office.
Fresh water is essential to the health of ecosystems, and in turn, to the well-being of Canadians, who count on fresh water for just about every aspect of their lives. Fresh water also plays an important role in economic and industrial activities in Canada, from the production of goods and services, to recreation and tourism.
But Canada faces water management challenges. The quality and quantity of its water resources are under pressure from a range of sources, including urban runoff and sewage, agriculture, and industrial activities. Other long-term threats include population growth, economic development, climate change and scarce supplies of fresh water in certain parts of the country.
In 2010, we examined Environment Canada's management of national programs to monitor water quality and quantity—some of the programs underlying the report being considered by this committee. At that time, we found that Environment Canada was not adequately monitoring Canada's surface water resources. We have not assessed the progress the department has made since 2010 and so cannot comment on any development or improvements in Environment Canada's fresh water monitoring program that may have occurred since our audit.
In 2010, we found that Environment Canada had not defined the extent of its water monitoring responsibilities, particularly on federal lands such as First Nations reserves, Canadian Forces bases, national parks and national wildlife areas.
We also found that the department had not located its monitoring stations based on an assessment of risks to water quality and quantity. In its 2012-13  Canada Water Act annual report, Environment Canada did indicate that it had implemented a risk-based approach in response to our recommendations. However, we are not able to provide assurance to the committee, as we have not done a follow-up audit on this topic.
We also found that from 2004 to 2009, Environment Canada had not submitted annual reports to Parliament as required under the Canada Water Act. We note that in the past few years, this reporting has improved.
I would now like to discuss the recent findings from our fall 2014 audit of the joint Canada-Alberta implementation plan for oil sands monitoring, another topic that's covered in the 2013-14 Canada Water Act annual report.
ln 2010 and 2011, the governments of Canada and Alberta commissioned independent reviews of the adequacy of oil sands monitoring, prompted by growing concerns about the environmental impacts of the oil sands. The reviews identified significant shortcomings in oil sands monitoring, including the monitoring of water quality. ln early 2012, the governments of Canada and Alberta committed to establishing a joint monitoring program for the oil sands and released the joint Canada-Alberta implementation plan for oil sands monitoring what many people call the JOSM.
ln the audit we reported on in the fall of 2014, we examined whether Environment Canada had implemented its responsibilities under the joint plan according to established timelines and budgets and the objectives and approaches set out in the plan. At that time we found that 60% of Environment Canada's expenditures were allocated for water monitoring projects under the joint plan. The work plans related to monitoring of air, water, and biodiversity identified Environment Canada's responsibilities and included budgets and timelines for deliverables. This is important.
ln light of the complexity and costs associated with establishing a comprehensive monitoring program for the oil sands, concrete work plans make it more likely that the program will achieve its objectives. At that time, we examined nine monitoring projects in detail, including three water monitoring projects led by Environment Canada, and found that most were being implemented according to schedule.
Integrating the information resulting from the separate monitoring of activities across air, water, and biodiversity is also important for ensuring the most complete picture of environmental effects possible. We found that Environment Canada was taking initial steps to integrate the results of monitoring information for two substances: polycyclic aromatic hydrocarbons and mercury. We also found, however, that further efforts were needed to meet commitments to engage stakeholders, including first nations and Métis, and to incorporate traditional ecological knowledge into Environment Canada's monitoring activities. We also found that the department's role in oil sands monitoring post-March 2015 was unclear.
ln my view, these findings from our work on oil sands monitoring highlight the importance of well-designed water monitoring systems. ln a 2011 study report, we examined some of the key characteristics of good environmental monitoring systems and noted some questions that the members of this committee may wish to consider and pose to the other witnesses. The questions include the following.
What monitoring is required to determine whether environmental legislation is working as intended? Is that monitoring in place? What environmental components or geographic regions are not being monitored now? What are the consequences of these gaps? What steps have been taken to ensure accountability, independence, and the continuity of funding for monitoring systems? Finally, how does Environment Canada know if the monitoring data is meeting user needs?
Mr. Chair, this concludes my opening remarks. We would be pleased to answer any questions the committee may have.
Thank you. Merci.
Monsieur le président, je vous remercie de nous donner l'occasion de contribuer à votre examen du rapport annuel d'avril 2013 à mars 2014 prévu par la Loi sur les ressources en eau du Canada. Je suis accompagnée aujourd'hui de James McKenzie et d'Andrew Ferguson, deux directeurs principaux du bureau.
L'eau douce est essentielle à la santé des écosystèmes et, par le fait même, au bien-être des Canadiens, qui en ont besoin dans presque toutes les facettes de leur vie. L'eau douce joue un rôle important dans les activités économiques et industrielles du Canada, que ce soit pour la production de biens et de services ou les loisirs et le tourisme.
Le Canada est cependant aux prises avec des problèmes de gestion de l'eau. La qualité et la quantité de ses ressources en eau sont menacées par diverses sources, y compris les eaux de ruissellement et les eaux usées urbaines, l'agriculture et les activités industrielles. Il existe également d'autres menaces à long terme, notamment la croissance de la population, le développement économique, les changements climatiques et les maigres réserves d'eau douce dans certaines parties du pays.
En 2010, nous avons examiné la gestion par Environnement Canada des programmes nationaux de surveillance de la qualité et de la quantité des ressources en eau, certains des programmes dont il est question dans le rapport annuel que le comité examine aujourd'hui. À l'époque, nous avons constaté qu'Environnement Canada ne surveillait pas adéquatement les ressources en eau de surface du Canada. Comme nous n'avons pas évalué les progrès réalisés par le ministère depuis 2010, nous ne pouvons pas faire de commentaires sur les nouvelles avancées ou les améliorations qui ont pu être apportées au programme de surveillance après notre audit.
En 2010, nous avions constaté qu'Environnement Canada n'avait pas défini l'étendue de ses responsabilités en matière de surveillance des ressources en eau, surtout en ce qui a trait aux réserves des Premières Nations, aux bases des Forces canadiennes, aux parcs nationaux et aux réserves nationales de faune.
Par ailleurs, nous avions constaté qu'Environnement Canada n'avait pas positionné ses stations de surveillance en fonction d'une évaluation des risques pour la qualité et la quantité des ressources en eau. Par contre, dans son rapport annuel de 2012-2013, qui a été rendu public l'année passée, le ministère précise qu'il a utilisé une approche basée sur le risque pour donner suite à nos recommandations. Nous ne sommes cependant pas en mesure de fournir au comité une assurance à cet égard, car nous n'avons pas fait d'audit de suivi sur la question.
Nous avions également constaté qu'Environnement Canada n'avait pas présenté au Parlement de rapport annuel entre 2004 et 2009, comme l'exige la Loi sur les ressources en eau du Canada. À ce chapitre, nous remarquons que la situation s'est améliorée au cours des dernières années.
Je vais maintenant parler des constatations présentées dans notre rapport d'audit de l'automne 2014 au sujet du Plan de mise en oeuvre conjoint Canada-Alberta pour la surveillance visant les sables bitumineux, document dont fait mention le Rapport annuel d'avril 2013 à mars 2014 de la Loi sur les ressources en eau du Canada.
En 2010 et en 2011, les gouvernements du Canada et de l'Alberta ont commandé des études indépendantes sur l'efficacité de la surveillance des sables bitumineux. Ils voulaient ainsi donner suite aux inquiétudes grandissantes exprimées sur les répercussions environnementales de l'exploitation des sables bitumineux. Ces études ont fait ressortir des lacunes importantes dans la surveillance des sables bitumineux, notamment au chapitre de la surveillance de la qualité de l'eau. Au début de 2012, les gouvernements du Canada et de l'Alberta se sont engagés à établir un programme commun de surveillance des sables bitumineux et ont publié le Plan de mise en oeuvre conjoint Canada-Alberta pour la surveillance visant les sables bitumineux.
Dans le cadre de l'audit présenté dans notre rapport de l'automne 2014, nous avons vérifié si Environnement Canada s'était acquitté de ses responsabilités aux termes du Plan conjoint en respectant les échéanciers, les budgets, les objectifs et les approches qui y étaient définis. Nous avons constaté qu'Environnement Canada consacrait 60 % de ses dépenses à des projets de surveillance des ressources en eau, dans le cadre du Plan conjoint. Les plans de travail visant la surveillance de l'air, de l'eau et de la biodiversité établis dans le cadre du Plan conjoint définissaient les responsabilités d'Environnement Canada, ainsi que les budgets et échéanciers pour les résultats attendus. Cette constatation est importante.
Vu la complexité de l'établissement d'un programme complet de surveillance des sables bitumineux et les coûts qui s'y rattachent, le programme sera plus susceptible d'atteindre ses objectifs si les plans de travail sont concrets. Lors de notre audit, nous avons examiné neuf projets de surveillance dirigés par Environnement Canada, dont trois projets de surveillance de l'eau. Nous avons constaté que la plupart avaient été mis en oeuvre en respectant les échéanciers fixés.
Il importe d'intégrer l'information recueillie dans le cadre des activités de surveillance des diverses composantes de l'air, de l'eau et de la biodiversité pour obtenir un tableau le plus exhaustif possible des effets environnementaux potentiels. Nous avons constaté que le ministère avait pris des mesures initiales pour intégrer les données recueillies sur deux substances faisant l'objet d'une surveillance, soit les hydrocarbures aromatiques polycycliques et le mercure. Nous avons cependant constaté que des efforts supplémentaires s'avéraient nécessaires pour honorer l'engagement pris de favoriser la participation des intervenants, notamment les Premières Nations et les Métis, dans les activités de surveillance d'Environnement Canada et d'y intégrer leurs savoirs écologiques traditionnels. Nous avons aussi constaté que le rôle du ministère en matière de surveillance des sables bitumineux n'était pas clair après 2015.
À mon avis, les constatations découlant de notre audit de la surveillance des sables bitumineux font ressortir l'importance de disposer de systèmes de surveillance de l'eau bien conçus. Dans un rapport d'étude de 2011, nous avons abordé certains des éléments clés qui caractérisent de bons systèmes de surveillance de l'environnement et relevé certaines questions que les membres du comité voudront peut-être poser aux autres témoins. Voici quelques-unes de ces questions:
Quelle surveillance est nécessaire pour déterminer si la législation environnementale fonctionne comme prévu? Cette surveillance est-elle en place? Quels éléments de l'environnement ou quelles régions géographiques échappent à la surveillance à l'heure actuelle? Quelles sont les conséquences de ces lacunes? Quelles mesures ont été prises pour assurer la continuité du financement, la reddition de comptes et l'indépendance? Comment Environnement Canada fait-il pour savoir si les données issues de la surveillance répondent aux besoins des utilisateurs?
Ainsi se termine, monsieur le président, ma déclaration d'ouverture. Nous serons heureux de répondre aux questions des membres du comité.
Je vous remercie.
View François Choquette Profile
NDP (QC)
Thank you very much.
It is really important to study and analyze the joint Canada-Alberta implementation plan for oil sands monitoring.
Mr. Moffet, the commissioners report questions the importance of greater participation by stakeholders, particularly by First Nations and Métis, in monitoring activities.
Has any follow-up been done on this concern that was raised in the commissioner's report?
Merci beaucoup.
Il est vraiment important d'étudier et d'analyser le Plan de mise en oeuvre conjoint Canada-Alberta pour la surveillance visant les sables bitumineux.
Monsieur Moffet, dans le rapport de la commissaire, on s'était questionné sur l'importance d'accroître la participation des intervenants aux activités de surveillance, notamment les Premières Nations et les Métis.
Est-ce qu'on a donné suite à cette préoccupation soulevée dans le rapport de la commissaire?
Darren Goetze
View Darren Goetze Profile
Darren Goetze
2015-05-12 10:05
We definitely reviewed, commented on, and responded to the commissioner's report. We were quite pleased with their conclusions that work plans were effectively being implemented across the monitoring program. We continue to work within those work plans, and every year we try to improve the process of monitoring, and the accountability and governance of monitoring going forward.
In addition, as I mentioned earlier, we are currently in the process of organizing an independent expert review of the monitoring that took place under the joint oil sands monitoring program, which ran from 2012 to 2015. It ended in March 2015 and we are now in a new relationship with Alberta to continue the monitoring according to the same types of work plans that we've had in the past. So as I mentioned, in 2015-16 monitoring is continuing without interruption.
Nous avons bien sûr étudié, fait des observations et répondu au rapport de la commissaire. Nous avons été assez heureux des conclusions voulant que des plans de travail soient effectivement mis en oeuvre dans le cadre du programme de surveillance. Nous continuons de suivre ces plans de travail et chaque année, nous essayons d'améliorer le processus de surveillance, la reddition de comptes et la gouvernance de la surveillance.
De plus, comme je l'ai déjà indiqué, nous sommes actuellement en train d'organiser une expertise indépendante de la surveillance effectuée en vertu du Programme conjoint pour la surveillance visant les sables bitumineux, lequel s'est déroulé de 2012 à 2015. Il a pris fin en mars 2015 et nous avons actuellement une nouvelle relation avec l'Alberta afin de continuer cette surveillance selon le même genre de plans de travail que nous avions par le passé. Donc, comme je l'ai indiqué, en 2015-2016, la surveillance continuera sans interruption.
Julie Gelfand
View Julie Gelfand Profile
Julie Gelfand
2015-05-12 10:07
In our 2014 audit, we noticed in looking at the monitoring governance system that many First Nations and Métis groups were removed from the table. They were still participating in specific monitoring projects, on the ground, for which they were still at the table, but they were no longer at the big table for planning the joint Canada-Alberta implementation plan for oil sands monitoring. They were withdrawn, as were several NGOs.
We noted that one of the goals of the monitoring program was to obtain stakeholder involvement. But that isn't what we saw when we went to make observations. No, we saw that several stakeholders had been withdrawn from the table. To find out why, you'd have to ask the governments of Alberta and Canada.
So we recommended that Environment Canada — and, in fact, we can make recommendations only to that department, not to Alberta — work hard to reintegrate these stakeholders.
Dans le cadre de l'audit que nous avons déposé en 2014, nous avons constaté, en étudiant la gouvernance du système de surveillance, que plusieurs Premières Nations et groupes de Métis s'étaient retirés de la table. Ils participaient tout de même à des projets spécifiques de surveillance, sur terre, pour lesquels ils étaient toujours à la table, mais ils n'étaient plus à la grande table pour la planification du Plan de mise en oeuvre conjoint Canada-Alberta pour la surveillance visant les sables bitumineux. Ils s'en étaient retirés, de même que plusieurs ONG.
Nous avions remarqué que l'un des objectifs du programme de surveillance était d'obtenir l'engagement des parties prenantes. Or ce n'est pas ce que nous avons vu quand nous sommes allés faire des observations. Au contraire, nous avons constaté que plusieurs parties prenantes s'étaient retirées de la table. Pour en connaître la raison, il faudrait poser la question aux gouvernements de l'Alberta et du Canada.
Nous avons donc recommandé qu'Environnement Canada — en effet, nous ne pouvons faire des recommandations qu'à l'égard de ce ministère et non de l'Alberta — travaille fort pour réintégrer ces parties prenantes.
Darren Goetze
View Darren Goetze Profile
Darren Goetze
2015-05-12 10:33
We have, I guess, a multi-faceted relationship with both of those communities. We have an air monitoring station located in Fort McKay. We have water monitoring operations that launch from Fort McKay. We ask the band regularly if we can use, for example, their boat launch. That's a small operational thing, but folks go through the community quite often. They have allowed us to use their facilities. We also include them in the engagement activities that we're undertaking. We have regular dialogues with their representatives.
I answered Mr. Choquette's question badly, for which I apologize, but we do actually have an enhanced effort to engage first nations and Métis communities across the oil sands effort. It was one of the things that came out of the audit, and we expanded our efforts as a result of that recommendation.
In fact, we went to communities to talk to them directly, communities as diverse as Grande Prairie and Peace River. We tried to hear from communities more directly. We've also altered the governance of the program so that representatives of first nations and Métis communities have a direct input to the co-chairs and can influence the decisions that are being made under the joint oil sands monitoring program.
Nous avons, je dirais, une relation multiple avec ces deux communautés. Nous avons une station de surveillance de l'air ambiant à Fort McKay. Nous avons des opérations de surveillance de l'eau qui partent de Fort McKay. Nous demandons régulièrement à la communauté, par exemple, le droit d'utiliser leur embarcadère. Ce n'est pas grand-chose, mais nos gars traversent la communauté assez régulièrement. La communauté nous a autorisés à utiliser ses installations. Nous la faisons participer aux activités de sensibilisation que nous menons. Nous dialoguons régulièrement avec ses représentants.
J'ai mal répondu à la question de M. Choquette, je m'en excuse, mais nous faisons des efforts sérieux pour faire participer les communautés des Premières Nations et les communautés métisses à l'initiative sur les sables bitumineux. C'est l'une des choses qui est ressortie de la vérification et nous avons redoublé d'efforts en conséquence.
En réalité, nous sommes allés vers les communautés pour leur parler directement. Des communautés très diverses, de la Première Nation de Grande Prairie à celle de la rivière de la Paix. Nous avons essayé d'avoir un contact direct avec les communautés. Nous avons aussi modifié la gouvernance du programme afin que les représentants des Premières Nations et des communautés métisses puissent apporter leurs contributions directement aux coprésidents et puissent influencer les décisions qui sont prises dans le cadre du programme conjoint de surveillance sur les sables bitumineux
View Murray Rankin Profile
NDP (BC)
View Murray Rankin Profile
2015-05-07 16:41
The scathing report of the Auditor General on the failed diabetes prevention strategy would be something I would love to get into. It was absolutely scathing, and I'm just wondering if anything has been done to address the scandalous conclusions that they reached in their 2013 report. Weak management practices, no strategy, no priorities, no performance measures are the words that they report.
J'aimerais beaucoup me pencher sur le rapport cinglant du vérificateur général au sujet de la stratégie ratée de prévention du diabète. Je me demande seulement si quelque chose a été fait pour réagir aux conclusions scandaleuses qui ont été tirées dans le rapport de 2013. Il y est question de pratiques de gestion qui laissent à désirer, de l'absence de stratégie, de priorités et de mesures de rendement.
Krista Outhwaite
View Krista Outhwaite Profile
Krista Outhwaite
2015-05-07 16:41
Thank you for the question.
We've actually done quite a bit of work on the chapter that the member is referring to in terms of the audit of the diabetes prevention strategy. In fact the world, Canada, the Public Health Agency, and all of its partners have moved upstream to address the causes of diabetes. A lot of work has gone into healthier lifestyles for children and adults that will help to prevent or mitigate the onset of diabetes.
We have substantive action plans in terms of addressing the specific concerns of the Auditor General in that particular chapter. We have completed almost all of the work that we had set out for ourselves in response to the concerns. In fact we may have even completed all of it. I would be happy to provide a report to this committee that demonstrates that.
Merci de la question.
En réalité, nous avons accompli beaucoup de travail sur ce à quoi fait allusion le député pour ce qui est de la vérification de la stratégie de prévention du diabète. De fait, le monde, le Canada, l'Agence de la santé publique et tous ses partenaires ont travaillé en amont afin de réagir aux causes du diabète. On a beaucoup travaillé sur la promotion de modes de vie plus sains auprès des enfants et des adultes, ce qui permettra d'aider à prévenir ou à atténuer l'apparition du diabète.
Nous avons des plans d'action importants pour ce qui est de réagir aux préoccupations particulières du vérificateur général à ce chapitre particulier. Nous avons presque tout terminé le travail que nous avions prévu faire pour réagir aux préoccupations. Peut-être même avons-nous tout terminé. Je serais ravie de fournir un rapport qui le prouve au comité.
View Mathieu Ravignat Profile
NDP (QC)
View Mathieu Ravignat Profile
2015-05-07 11:18
Thank you both for being here.
I'll start with a request for some information. Do you use external consultants presently, and if so, can you give us a sense of whether that use has increased or decreased in the last five or ten years? And can you tell me why you use the majority of your external consultants?
Thanks.
Merci à vous deux de votre présence aujourd'hui.
J'aurais d'abord une précision à vous demander. Faites-vous actuellement appel à des consultants de l'extérieur et, le cas échéant, pouvez-vous nous dire si votre recours à de telles ressources a augmenté ou diminué au cours des cinq ou dix dernières années? Pouvez-vous nous indiquer également les motifs pour lesquels vous vous tournez vers des consultants dans la majorité des cas?
Merci.
Desmond Gray
View Desmond Gray Profile
Desmond Gray
2015-05-07 11:18
Sure. I will turn to Begonia in a second to assist me in this answer, but I'll give you the knowledge I have to start.
One area in which we have used consultants for some time is auditing. We employ auditors to help us deliver our ISO 9000 and ISO 14000 certification programs.
I was there about 15 or 20 years ago when we did an analysis when we began this program in CGSB. I'll be very frank with you: there has been continuous progress in CGSB to ensure that it is not working in a domain where the private sector should deliver services. So while we recognize the important role we play in the public sector, we also seek to ensure that, where we can, we utilize resources in the private sector, especially because they can be far more cost-effective.
For example, we carry out a series of audits for clients all across Canada, and we have them in the United States and even in other countries. It's far more cost-effective for us to contract with consultants who have the technical expertise, the skills, and the knowledge. We don't then have to employ them on a continual basis. It has been a more cost-effective model for us.
Begonia, would you like to add anything?
Certainement. Je vais demander à Begonia de compléter ma réponse, mais je vais d'abord vous dire ce que je sais.
Le secteur de la vérification fait partie de ceux dans lesquels nous faisons appel à des consultants depuis un bon moment déjà. Ainsi, des vérificateurs de l'extérieur nous appuient dans la mise en oeuvre des programmes de certification ISO 9000 et ISO 14000.
J'étais là il y a 15 ou 20 ans lorsque nous avons effectué l'analyse à l'origine de ces programmes à l'ONGC. Je vais être bien franc avec vous: l'office ne cesse de progresser dans ses efforts pour éviter d'intervenir dans des domaines où la prestation des services devrait incomber au secteur privé. Nous sommes bien conscients du rôle important que nous jouons au sein du secteur public, mais nous veillons également à utiliser dans toute la mesure du possible les experts du secteur privé, d'autant plus qu'ils peuvent accomplir le même travail à moindre coût.
Par exemple, nous devons effectuer une série de vérifications pour nos clients de partout au Canada, des États-Unis et d'ailleurs dans le monde. Il est beaucoup plus rentable pour nous de faire appel à des consultants qui possèdent l'expertise technique, les compétences et les connaissances nécessaires. Nous ne sommes alors pas tenus de les conserver en permanence au sein de notre effectif. C'est une façon de procéder plus rentable pour nous.
Begonia, vous aviez quelque chose à ajouter?
Begonia Lojk
View Begonia Lojk Profile
Begonia Lojk
2015-05-07 11:19
Des is absolutely right. We do use external consultants, mostly for auditing services.
To answer your other questions, the number has increased over, I would say, the last four years, primarily because our staffing levels have been reduced. Around 2010, we had about 46 people on staff; we're now down to about 33. There are many reasons for that: retirement, attrition and so on; to some extent there were budget cuts as well. But we find that the use of external consultants works very well for us. It gives us flexibility and also reduces the costs for industry, because we will use consultants who are located in the jurisdiction in which the audit is taking place whenever we can.
I'm trying to think whether we use consultants in other areas. We use laboratories to do our testing. They are not consultants, but they are external services.
Desmond a tout à fait raison. Nous faisons appel à des consultants de l'extérieur, surtout pour les services de vérification.
Pour répondre à votre autre question, je dirais que le nombre de consultants a augmenté au cours des quatre dernières années, surtout en raison de la réduction de nos niveaux de dotation. Aux alentours de 2010, nous comptions 46 employés; nous n'en avons plus que 33. Ce phénomène s'explique notamment par les départs à la retraite, l'attrition et, dans une certaine mesure, les compressions budgétaires. Nous avons toutefois pu constater que le recours à des consultants de l'extérieur produit d'excellents résultats pour nous. Il nous procure une certaine flexibilité tout en réduisant les coûts pour l'industrie, car nous pouvons faire appel à des experts travaillant dans la région où la vérification doit être menée toutes les fois que cela est possible.
J'essaie de voir dans quels autres domaines nous pouvons utiliser les services de consultants. Il y a des laboratoires qui effectuent des essais pour nous. Ce ne sont pas des consultants, mais ce sont des services externes.
View Mathieu Ravignat Profile
NDP (QC)
View Mathieu Ravignat Profile
2015-05-07 11:20
So despite the fact that your budget has been cut—and you point out that this may be a factor in you having let some people go or having reduced your staff—you're having to pick up that labour by hiring external consultants. Is that what I understand?
Alors, malgré le fait que votre budget ait été diminué — et vous avez indiqué que c'était peut-être l'un des facteurs qui vous ont obligé à laisser aller des gens ou à réduire votre personnel — vous devez faire appel à des consultants de l'extérieur pour accomplir le même travail. Est-ce bien ce qu'il faut comprendre?
Desmond Gray
View Desmond Gray Profile
Desmond Gray
2015-05-07 11:21
I think that may be a slight part, but the majority of it was based on sound economics, to be honest with you.
When we did the ISO 9000 and 14000 standards, we evaluated the total cost of doing the work using public servants versus the cost, after we did the audit detail plan, of using privately located and privately contracted consultants. We looked at what the cost benefit to Canada would be. The cost was significantly reduced through the use of consultants.
C'est peut-être un facteur secondaire, mais ce sont des considérations économiques qui guident ces décisions dans la vaste majorité des cas.
Lorsque nous avons établi les normes ISO 9000 et ISO 14000, nous avons évalué les coûts totaux de l'exercice selon que le travail était accompli par des fonctionnaires ou confié, une fois le plan de vérification détaillé établi, par contrat à des consultants du secteur privé. Nous avons ainsi constaté qu'il était beaucoup plus avantageux pour nous de faire appel à des consultants.
View Mauril Bélanger Profile
Lib. (ON)
Thank you, Mr. Martin.
I am not very familiar with this subject, but I hope that my questions will not repeat those that have already been asked.
My first question goes to Mr. Rousseau.
You said that you have several hundred subcontractors. Could you tell us how those subcontractors are chosen and for what time period?
Merci, monsieur Martin.
Je ne connais pas beaucoup ce domaine, mais j'espère que mes questions ne seront pas une répétition de celles qui ont déjà été posées.
Ma première question s'adresse à M. Rousseau.
Vous avez dit que vous aviez plusieurs centaines de sous-traitants. Pourriez-vous nous dire comment les sous-traitants sont choisis et pour quelle période de temps?
Jean Rousseau
View Jean Rousseau Profile
Jean Rousseau
2015-05-05 11:31
Let me clarify the concept of subcontractors. The members of the committees that establish the standards are volunteers. When I talked about subcontractors, I meant for checking the standards. Audits are conducted in order to check products, to verify management system standards or to evaluate laboratories since some activities are seasonal in nature. So we have a great need for a lot of people for a short time.
We also need experts in major areas or with various specializations. That is when we need subcontractors. We have our own employees for a certain number of tasks. Otherwise, we hire subcontractors, people who must be recognized by us. They must meet standards. We have to evaluate their credentials and their performance according to the criteria on an on-going basis. We have to be sure that they have all the knowledge, the know-how and the people skills they need in order to conduct the evaluations.
Je vais clarifier cette notion de sous-traitants. Les membres de comités qui établissent des normes sont bénévoles. Lorsque je parlais de sous-traitance, c'était pour la vérification de ces normes, c'est-à-dire les audits qui sont effectués pour faire les vérifications des produits, relativement aux normes de systèmes de gestion ou pour évaluer des laboratoires puisqu'il y a des activités de nature saisonnière. Nous avons donc besoin d'un grand nombre de personnes pendant une courte période.
Nous avons besoin aussi de spécialistes pour des domaines d'envergure ou de spécialisation différente. Nous avons alors besoin de sous-traitants. Nous avons nos propres employés pour un certain nombre de travaux. Sinon, nous engageons des sous-traitants, des gens qui doivent être reconnus par nous. Ils doivent correspondre à des normes. Nous devons évaluer leurs qualifications et leur rendement selon des critères sur une base continue. Nous devons nous assurer que ces gens ont tout à fait les compétences, le savoir-faire et le savoir-être pour faire des évaluations.
View Mauril Bélanger Profile
Lib. (ON)
Mr. Dulmage, does your association have people who they also call to do some of the audits?
Monsieur Dulmage, votre association compte-t-elle des gens à qui vous pouvez également faire appel pour effectuer certaines des vérifications?
Graham Rae Dulmage
View Graham Rae Dulmage Profile
Graham Rae Dulmage
2015-05-05 11:33
No, I should explain. We were founded in 1920, so we're 95 years old. We have 185 employees in Canada.
Non. Toutefois, je devrais expliquer ma réponse. L'association a été fondée en 1920. Elle a donc 95 ans. Nous employons 185 travailleurs au Canada.
View Mauril Bélanger Profile
Lib. (ON)
You do your own.
Vous offrez vos propres services.
Graham Rae Dulmage
View Graham Rae Dulmage Profile
Graham Rae Dulmage
2015-05-05 11:33
We do our own follow-up services. We are tied to a large organization with 12,000 employees. For something specialized we would sometimes bring in an outside person, but normally it's all done by the staff.
Nous assurons la prestation de nos propres services de suivi. Nous sommes liés à une grande organisation qui compte 12 000 employés. Pour nous prévaloir de certains services spécialisés, nous embauchons parfois une personne de l'extérieur. Mais, habituellement, tout le travail est effectué par notre personnel.
View Mauril Bélanger Profile
Lib. (ON)
I'm aware of an organization called Accreditation Canada/Agrément Canada. They do the accreditation for hospitals. Is there a linkage at all with either of your organizations?
Je connais un organisme appelé Accreditation Canada/Agrément Canada. Ses membres s'occupent de l'agrément des hôpitaux. Cette organisation est-elle liée d'une façon ou d'une autre à l'une ou l'autre de vos organisations?
Graham Rae Dulmage
View Graham Rae Dulmage Profile
Graham Rae Dulmage
2015-05-05 11:33
There isn't with us directly. I'm aware that they do talk to the Standards Council of Canada. Having been on a hospital board as a treasurer, I was involved in the accreditation audit. It's an area in which I think there could be more liaison and collaboration.
Elle n'a pas de lien direct avec nous. Je sais qu'elle communique avec le Conseil canadien des normes. Comme j'ai déjà été trésorier du conseil d'administration d'un hôpital, j'ai participé à la vérification de l'agrément. À mon avis, c'est un secteur avec lequel nous devrions collaborer davantage et assurer davantage la liaison.
View Mauril Bélanger Profile
Lib. (ON)
Mr. Rousseau, do you have anything to do with Accreditation Canada?
Et vous, monsieur Rousseau, avez-vous des relations avec Agrément Canada?
Jean Rousseau
View Jean Rousseau Profile
Jean Rousseau
2015-05-05 11:34
The Accreditation Canada system operates in parallel, in a way. An international organization develops standards for evaluating hospitals. Yes, there has been discussion with a view to building a bridge between the Standards Council of Canada, Accreditation Canada, the Bureau de normalisation du Québec and the Conseil québécois d'agrément. This is an area that really focuses on hospitals and other services to the public.
Le système d'Agrément Canada fonctionne en quelque sorte en parallèle. Une organisation internationale élabore les normes quant aux évaluations réalisées dans les centres hospitaliers. Oui, il y a eu des discussions en vue d'établir un pont entre le Conseil canadien des normes, Agrément Canada, le Bureau de normalisation du Québec et le Conseil québécois d'agrément. Ce domaine se concentre vraiment sur les centres hospitaliers et d'autres services à la population.
Michael Ferguson
View Michael Ferguson Profile
Michael Ferguson
2015-05-04 15:32
Thank you.
Mr. Chair, we are pleased to be here and would like to thank you for this opportunity to discuss our 2013-2014 performance report and our 2015-2016 report on plans and priorities.
With me today is Sylvain Ricard, Assistant Auditor General of Corporate Services and Chief Financial Officer, Lucie Cardinal our Comptroller, and Kimberly Leblanc, Director of Human Resources Services.
Our financial audits, performance audits, special examinations of crown corporations, and the work of the Commissioner of the Environment and Sustainable Development serve Parliament by supporting its oversight of government spending and performance.
In the 2013-2014 fiscal year, the period covered by out most recent performance report, we completed 100 financial audits, 2 special examinations, and 29 performance audits, and we began work on the audit of senators' expenses.
All of our audits are conducted in accordance with Canadian auditing standards and Canadian standards on quality control. We subject our audits and system of quality control to internal practice reviews and monitoring, and to periodic external reviews to provide assurance that you can rely on the quality of our work.
In the 2013-14 fiscal year, we used $84.3 million of the $88.3 million of parliamentary appropriations available to us. We had a budget of 576 full-time equivalent employees and employed the equivalent of 573 full-time employees.
With these resources, we completed all planned audit work except for one performance audit, on workforce adjustment measures, which was cancelled. In addition, we completed a previously unplanned performance audit, a follow-up on child and family services in Nunavut.
Our 2013-2014 performance report contains a number of indicators of the impact of our work and measures of our operational performance. The tables containing our targets and actual performance results are attached to this statement as appendix A.
We followed up on 10 performance audit recommendations and found that entities had made satisfactory progress in implementing five of them, or 50%, which is below our target of 75%. In our 2013-14 performance report, we noted that 21% of our performance audits were reviewed by parliamentary committees, compared with 30% in the 2012-13 fiscal year and 48% in the 2011-12 fiscal year. Recently a hearing about one additional audit is taking place, bringing the result for 2013-14 to 24%.
Although our measures of organizational performance remain generally positive, we did not meet our on budget targets for performance audits and special examinations. Our results for performance audits were significantly affected by three audits with relatively small budgets. The one special examination that was over budget had a more decentralized operational management than anticipated, leading to increased audit effort.
Our practice reviews serve as a key quality control in our audit methodology. In all cases, these reviews found the audit reports we issued to be appropriate and supported by proper evidence. However, our reviews also identified a need to improve the documentation of the nature and extent of oversight by senior auditors in some of our files.
Looking forward, we are always seeking opportunities to improve our products and operations. In the 2015-2016 fiscal year, we will continue activities to maximize the value of our audits and will seek further efficiencies in our audit processes. We will focus most of our improvement efforts on the following three priorities.
First, we will implement new senior management roles and responsibilities for our audits. This implementation will lead to more streamlined decision-making and ensure that decision-making can occur at the most appropriate level in the organization. We will also be completing a review of the office's governance framework to allow us to implement one better suited to support the new roles and responsibilities and our operational needs.
Second, in support of the new roles and responsibilities, we will be updating our professional development and official languages plans. Updating our professional development plan will ensure that we provide our staff with the training and development opportunities they need to meet their new responsibilities. Updating our official languages plan will ensure that we support our staff in their efforts to maintain or meet the language requirements of their positions.
Third, to ensure that decision making is occurring at the most appropriate level in the organization, we must empower our employees to make decisions about their work. We have surveyed our employees to assess their level of empowerment, and we will be developing actions to respond to their feedback.
Having completed the review of our strategic plan and objectives, we are well into our review of the related performance indicators that we will use to manage the office and to report to you on our performance. Many of the indicators remain unchanged, although we have added some important new ones in the areas of our independence, financial management, audit selection, internal service standards, and development and management of our people. Tables containing our renewed performance measures have been attached to this statement as appendix B.
For the 2015-16 fiscal year we are requesting parliamentary appropriations of $78.3 million in our main estimates. Our planned number of full-time equivalent employees is 557. With these resources, we expect to complete more than 95 financial audits, 21 performance audits, and five special examinations and to report on our audit of senators' expenses.
In conclusion, Mr. Chair, my staff and I look forward to providing you with valuable assurance, information, and advice in the coming year. We thank you for your ongoing support of our work.
Thank you, Mr. Chair. We would be pleased to answer your questions.
Thank you.
Merci.
Monsieur le président, nous sommes heureux d'être ici aujourd'hui et nous vous remercions de nous donner l'occasion de discuter de notre Rapport sur le rendement de 2013-2014 et de notre Rapport sur les plans et les priorités de 2015-2016.
Je suis accompagné de Sylvain Ricard, vérificateur général adjoint des Services corporatifs et dirigeant principal des finances, de Lucie Cardinal, contrôleur du bureau, et de Kimberley Leblanc, directrice des services en ressources humaines.
Nous appuyons le Parlement dans la surveillance des dépenses et de la performance du gouvernement grâce à nos audits d'états financiers, à nos audits de performance, à nos examens de sociétés d'État et aux travaux de la commissaire à l'environnement et au développement durable.
Au cours de l'exercice 2013-2014, soit la période visée par notre dernier rapport sur le rendement, nous avons réalisé 100 audits d'états financiers, deux examens spéciaux et 29 audits de performance. Nous avons aussi amorcé notre audit au sujet des dépenses des sénateurs.
Tous nos audits sont menés conformément aux Normes canadiennes d'audit et aux Normes canadiennes de contrôle qualité. Nous soumettons nos audits et notre système de contrôle qualité à des revues internes des pratiques, à des contrôles et à des examens externes périodiques, afin de vous donner l'assurance que vous pouvez vous fier à la qualité de nos travaux.
Au cours de l'exercice 2013-2014, nous avons utilisé 84,3 millions des 88,3 millions de dollars de crédits parlementaires qui nous avaient été accordés. Nous disposions d'un budget de 576 équivalents temps plein et comptions l'équivalent de 573 employés à temps plein.
Ces ressources nous ont permis de mener à bien tous les travaux d'audit prévus, à l'exception d'un audit de performance sur les mesures de réaménagement des effectifs qui a été annulé. Nous avons aussi réalisé un audit de performance imprévu, soit un suivi de notre audit des services à l'enfance et à la famille du Nunavut.
Notre Rapport sur le rendement de 2013-2014 renferme un certain nombre d'indicateurs servant à mesurer l'incidence de nos travaux et des mesures pour évaluer notre rendement organisationnel. Les tableaux décrivant nos objectifs de rendement et les résultats obtenus sont joints à l'annexe A de la présente déclaration.
Nous avons fait le suivi de 10 recommandations formulées dans des audits de performance antérieurs et avons constaté que les entités avaient fait des progrès satisfaisants en vue de donner suite à cinq d'entre elles, soit 50 %. Ce résultat est inférieur à notre objectif de 75 %. Dans notre Rapport sur le rendement de 2013-2014, nous avons noté que 21 % de nos audits de performance avaient été examinés par un comité parlementaire, contre 30 % en 2012-2013 et 48 % en 2011-2012. Dernièrement, un comité parlementaire s'est penché sur un autre de nos audits, ce qui porte notre résultat pour 2013-2014 à 24 %.
Même si les résultats des mesures de notre rendement organisationnel sont restés généralement positifs, nous n'avons pas atteint nos cibles relatives au respect des budgets pour les audits de performance et les examens spéciaux. Dans le cas des audits de performance, nos résultats ont été grandement affectés par trois audits aux budgets relativement petits. Un examen spécial a dépassé le budget établi: il portait sur une société dont la gestion des activités était beaucoup plus décentralisée que prévu, ce qui a pesé sur les travaux d'audit.
Les revues des pratiques constituent des contrôles de qualité qui sont essentiels à nos méthodes d'audit. Les revues ont toutes conclu que les rapports fournis étaient appropriés et étayés par des éléments probants convaincants. Elles ont cependant révélé qu'il était nécessaire d'améliorer la documentation au sujet de la nature et de l'étendue de la surveillance exercée par les auditeurs d'expérience dans le cadre de certains de nos dossiers.
Au cours des années à venir, nous continuerons de nous employer à profiter de toutes les occasions d'améliorer nos produits et nos activités. Au cours de l'exercice 2015-2016, nous poursuivrons nos initiatives visant à optimiser la valeur de nos audits et à accroître l'efficacité de nos processus d'audit. Nous ferons porter la plupart de nos efforts sur les trois priorités décrites ci-après.
Premièrement, nous adopterons de nouveaux rôles et responsabilités pour les cadres supérieurs chargés de nos audits. Cette initiative vise à simplifier les processus décisionnels et à faire en sorte que les décisions soient prises au niveau hiérarchique le plus approprié au sein de l'organisation. Nous procéderons également à un examen du cadre de gouvernance du bureau afin de mettre en œuvre un cadre mieux adapté aux nouveaux rôles et responsabilités, et à nos impératifs opérationnels.
Deuxièmement, pour appuyer l'instauration de ces nouveaux rôles et responsabilités, nous actualiserons nos plans de perfectionnement professionnel et de langues officielles. La mise à jour de notre plan de perfectionnement professionnel nous permettra d'offrir à nos employés les cours de formation et les possibilités de perfectionnement dont ils ont besoin pour s'acquitter de leurs nouvelles responsabilités. La mise à jour de notre plan des langues officielles nous permettra d'appuyer les efforts déployés par nos employés pour maintenir leurs compétences linguistiques ou pour satisfaire aux exigences linguistiques de leur poste.
Troisièmement, pour avoir l'assurance que les décisions sont prises au niveau hiérarchique le plus approprié de l'organisation, nous devons renforcer le pouvoir d'agir en toute autonomie de nos employés pour leur permettre de prendre des décisions au sujet des travaux qu'ils réalisent. Nous avons effectué un sondage auprès de nos employés pour déterminer leur niveau d'habilitation au travail. Nous définirons des mesures pour donner suite à leurs commentaires à ce sujet.
Puisque nous avons terminé notre examen de notre plan et de nos objectifs stratégiques, nous avons largement entamé notre examen des indicateurs de rendement connexes dont nous nous servirons pour gérer le bureau et vous faire rapport sur notre rendement. Bon nombre de ces indicateurs demeurent inchangés, même si nous en avons ajouté de nouveaux d'importance en ce qui touche notre indépendance, gestion financière, sélection des sujets de vérification, normes des services internes et développement et gestion de nos ressources humaines. Les tableaux contenant nos mesures de rendement renouvelées ont été annexés à cette déclaration sous l'annexe B.
Pour l'exercice 2015-2016, nous demandons au Parlement des crédits de 78,3 millions de dollars dans notre Budget principal des dépenses. Nous comptons avoir 557 équivalents temps plein. Grâce à ces ressources, nous comptons mener à bien plus de 95 audits financiers, 21 audits de rendement et 5 examens spéciaux en plus du dépôt du rapport de notre vérification des dépenses des sénateurs.
Pour conclure, monsieur le président, mon personnel et moi serons heureux de pouvoir vous fournir une assurance, des informations et des avis utiles au cours de la prochaine année. Nous vous remercions de l'appui et de l'intérêt continus que le comité manifeste à l'égard de nos travaux.
Je vous remercie, monsieur le président. Nous serons heureux de répondre aux questions des membres du comité.
Merci.
Results: 1 - 30 of 1251 | Page: 1 of 42

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
>
>|
Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data