Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 15 of 163
View Leon Benoit Profile
CPC (AB)
View Leon Benoit Profile
2009-12-10 10:09 [p.7867]
Mr. Speaker, I have the honour to present, in both official languages, the fifth report of the Standing Committee on Natural Resources in relation to Bill C-20, An Act respecting civil liability and compensation for damage in case of a nuclear incident.
The committee has studied the bill and has decided to report the bill back to the House with amendments.
Monsieur le Président, j'ai l'honneur de présenter, dans les deux langues officielles, le cinquième rapport du Comité permanent des ressources naturelles, concernant le projet de loi C-20, Loi concernant la responsabilité civile et l'indemnisation des dommages en cas d'accident nucléaire.
Le comité a étudié le projet de loi et a convenu d’en faire rapport avec des propositions d'amendement.
View Nathan Cullen Profile
NDP (BC)
View Nathan Cullen Profile
2009-06-04 14:46 [p.4205]
Mr. Speaker, the Minister of Natural Resources has consistently demonstrated poor judgment. She endangered the lives of Canadians who are waiting for cancer tests by hiding the leak at Chalk River and allowing the isotopes crisis to worsen. The only good decision she could make would be to resign. Even in that she is a failure.
The minister’s incompetence has put lives in danger. She can still do the right thing without the agreement of the Prime Minister. She should resign immediately.
Monsieur le Président, la ministre des Ressources naturelles a systématiquement fait preuve de mauvais jugement. Elle a mis en danger la vie de Canadiens qui attendent pour des examens pour le cancer en cachant la fuite de Chalk River et en laissant la crise des isotopes s'aggraver. Sa seule bonne décision serait de démissionner. Mais même ça, c'est un échec.
L'incompétence de la ministre a mis des vies en danger. Elle peut encore faire le bon choix, sans l'accord du premier ministre. Qu'elle démissionne maintenant!
View Stephen Harper Profile
CPC (AB)
Mr. Speaker, as the House knows, the shutdown of the reactor at Chalk River has been unexpected.
That said, our government and the company have been working with isotope suppliers around the world to attempt to manage this situation. Of course we are also in communication with the medical community on how best to address this.
The fact of the matter is that the reactor had to be shut down for safety reasons, and those safety reasons must be paramount.
Monsieur le Président, la Chambre sait que la fermeture du réacteur à Chalk River était inattendue.
Cela dit, notre gouvernement et la société travaillent avec les fournisseurs d’isotopes partout dans le monde pour essayer de gérer la situation. Nous sommes également en communication avec le milieu médical, bien sûr, afin de déterminer la meilleure façon de régler le problème.
Le réacteur a dû être fermé pour des raisons de sécurité, et la sécurité passe avant tout.
View Stephen Harper Profile
CPC (AB)
Mr. Speaker, this is exactly why a reactor should not be shut down without a reason, but in this case, there are serious safety concerns.
As I have said, when other reactors have been shut down around the world, Canada has increased its production to help manage that situation. We are working with our international partners and working with the medical community to manage this particular problem. There will be challenges, but steps are being taken to deal with those challenges.
Monsieur le Président, c'est exactement pour cela qu'on ne peut pas fermer un réacteur sans raison, mais, dans le cas présent, il y a de graves problèmes de sécurité.
Comme je l'ai dit, lorsque d'autres réacteurs ont été fermés ailleurs dans le monde, le Canada a accru sa production pour aider à gérer la situation. Nous travaillons avec nos partenaires internationaux et avec le milieu médical pour résoudre le problème. Il y aura des obstacles, bien sûr, mais nous prenons des mesures pour pouvoir les surmonter.
View Stephen Harper Profile
CPC (AB)
Mr. Speaker, we are clear on the facts. There is a huge challenge here, and that is why a reactor is not shut down without a reason. In this case, that reason has to do with public safety.
As we have done in the past, we are working with the other isotope producers and the medical community to manage this situation in the best way possible.
Monsieur le Président, nous sommes clairs en ce qui a trait à la réalité. Il y a un grand défi ici et c'est la raison pour laquelle on ne ferme pas un réacteur sans avoir une raison. Il y a une raison de sécurité publique dans cette situation.
Nous travaillons, comme nous l'avons fait dans le passé, avec les autres producteurs d'isotopes et la communauté médicale pour gérer cette situation de la meilleure façon possible.
View Jim Maloway Profile
NDP (MB)
View Jim Maloway Profile
2009-05-28 12:44 [p.3840]
Madam Speaker, I appreciate having the opportunity to finish my remarks today, having started yesterday.
Bill C-20 has been before the House previously under a different number. With the perpetual election process we have around here, it appears that every two years we go into an election. As with a lot of the bills we are speaking to these days, it seems we get these bills through to the committee stage and then an election gets called and we have to start the whole process over. I am hoping that this Parliament survives long enough to finally clear off all these bills that have been in the hopper for two, four and six years, so that we can start with a fresh, new group.
An hon. member: It is up to you guys.
Mr. Jim Maloway: The Conservative member says it is up to us. I think the member should understand that it is a two-way street. The government members have a big role to play in the reason that the House gets off the rails so often.
Though I had not been elected at the last Parliament, I remember when the Conservatives were torching their own committees.The whole place was shut down and things were not getting done. They say one cannot teach an old dog new tricks. I think we seeing some evidence that one can, because we do have a couple of committees in the House now that are working very well. We see some possibly positive signs of some future improvements and cooperation.
That said, the NDP is on record as opposing Bill C-20, the Nuclear Liability and Compensation Act. We do so for a number of reasons. In particular, this bill covers liability of only $650 million. That may seem like a lot because the current legislation allows for only $75 million. It is hard to believe that here we are in 2009 with limits on liability for nuclear reactors of only $75 million. That is extremely small.
Clearly, this law has to be updated. It is time to get it updated. The government has decided to raise the bar to $650 million.
We say that $650 million is far too low. If we look at our largest trading partner, the United States, they have a $10 billion limit. We know that when nuclear reactors are built, whether they are in Canada or the United States, they are likely going to be built in populated areas, near cities. So I cannot, for the life of me, see why we should somehow have only a $650 million liability limit in Canada and a $10 billion liability limit in the United States when the reactors are in proximity to the same sorts of risk and exposure.
That is one area I see as a problem. Certainly, if there is damage with a reactor in Canada, there is likely to be as much damage out of a reactor that melts down in the United States. There is a consistency there between the companies.
U.S. nuclear companies want to buy Canadian nuclear facilities. They require this change, so the U.S. companies want this legislation before they buy in. Today in the paper we have an article regarding the sale of our nuclear facilities to a private interest. That gets back to the budget, when the government announced that it was going to raise $6 billion selling government assets. There is no worse time to be selling government assets than when we are in a recession.
What is the government doing? We were trying to determine what sort of assets it would be selling off. Clearly, this is one area where it is looking at selling off assets. It seems to me that to the extent that we have to be involved in nuclear, and I do not really like to see us too heavily involved in nuclear, certainly not building any more new plants, but dealing with the plants we have, we should be at least keeping the ownership of the facilities within the purview of the government.
At the end of the day, if we are going to privatize nuclear facilities and require liability limits from these same facilities where there were 81 nuclear accidents in the last 50 years, we know that the risks involved are sufficient that we would not find insurance companies wanting to cover it, and if we do, it is going to be at very excessive rates. What will happen after a loss is that the taxpayers end up picking up the shortfall anyway. So why would we allow private entrepreneurs to own nuclear facilities, and after they construct their facility, they come to us after a couple of years and say they were not able to obtain high enough levels of liability insurance? What are we going to do at that point? Are we going to dismantle the plant? No, the government is going to backstop. The bottom line is that we know, at the end of the day, when the insurance policies run out, the government is going to backstop the whole process anyway.
We are dealing with an industry that has a very spotty safety record. I have a list of 81 nuclear accidents since 1950. Certainly within my lifetime, on December 12, 1952, Chalk River, which is seemingly always in the news, had a reactor core damaged. Approximately 30 kilograms of uranium was released through the reactor stack. There was a huge problem involving that incident in 1952.
On May 24, 1958, once again at Chalk River, just a few years later, over 600 people were employed in the cleanup of the spill at that time.
When we juxtapose 81 nuclear accidents with, say, a more friendly source of energy such as hydroelectricity, I am not aware in Manitoba or in terms of Hydro-Québec, or any hydro producer in North America, of these utilities having any incidents at all. If we do have a hydro failure, the worst that happens is that we have a blackout, which we had a couple of years ago. We had rolling blackouts through the United States and parts of Canada, but we do not see huge contamination. We do not see people being poisoned, cancer rates going up, or the cleanup problems we have with nuclear.
Also a big area of concern is the storage. We have a big issue in Manitoba with the Pinawa area and the desire to store the waste in a mine shaft. All the studies that have been done and the opposition to the idea have eaten up a lot of time and money to try to determine how stable the rock is in the mine to enable storage of the nuclear material.
We have examples, as I mentioned yesterday, of certainly the Russians, but probably the Americans too, dumping nuclear waste into the ocean. Who is to know where that material is and whether those barrels are leaking? It seems to me that eventually it is going to happen and we have just contaminated our environment for the last 50 years using this approach. Why do we keep doing the same things when we know they do not work?
I mentioned yesterday the asbestos situation. There was a time when we did not know the effects of asbestos and we spent billions of dollars installing it in government buildings and other buildings. Then at a certain point we found out the medical evidence was that it is not safe. Now we are spending billions having it removed from government buildings.
There is the whole issue with trans fats and DDT. We have had long experience with nuclear power and we see the government trying to kickstart the process, privatize the nuclear industry, basically selling it to the Americans at cut-rate prices, and trying to facilitate more development, particularly in places like India.
There is an article in the paper today talking about how contracts are contemplated with India and all the provisos we have to make sure that country does not use it to build nuclear bombs. That is nice. How well did that work in the past? We started out with only two nuclear powers, and there are so many right now that I do not even know what the final count is. Dozens of countries are in the process of trying to obtain a nuclear bomb, and one way they are doing that is starting out with nuclear power plants.
This could be an overpowering issue, a supported issue, if we did not have alternatives available. We have hydro power. There is Hydro-Québec in Quebec and Manitoba Hydro in Manitoba. Manitoba has developed 5,000 megawatts of power and there is another 5,000 megawatts that can be developed.
What we should be doing is building an east-west power grid. I know members of the Conservative government are supportive of that. The member for Charleswood—St. James—Assiniboia and Minister of State (Democratic Reform) is a strong supporter of the idea of building an east-west power grid. What happened? The federal government wrote a cheque for $500 million or so to the Ontario government a year and a half ago, and nothing has been done as far as an east-west power grid is concerned. I think the money is being used to develop nuclear plants.
If we could build a power grid to Manitoba and beyond, we could develop our final power plants and provide the power to Ontario so that it could get rid of the coal plants it is using now. It would stop the need for developing more nuclear power.
How long is it going to take Ontario, Saskatchewan or Alberta, all interested in nuclear power plants, to develop them? They are never going to get done. I do not know of any politician who would go out door-knocking and campaigning in favour of nuclear power. I may be wrong, but certainly none in Manitoba will. This industry is still very tarnished and I cannot see members of any party campaigning on nuclear energy.
A member from Saskatchewan stood yesterday and talked about that very issue. I suggested to him that if Brad Wall and his Conservative government in Saskatchewan think they are going to be re-elected in two or three years after campaigning that nuclear power plants are going to be built, I say good luck to them. It does not matter who the NDP nominates at next week's leadership convention; he or she is going to be the next premier of Saskatchewan if the Conservatives run on that issue.
We have dealt with the hydro situation. Let us deal with wind power. Wind power was not a going concern. Even though Holland had windmills for hundreds of years, wind power has not been a going concern over the years. If people go to Pincher Creek, Alberta, as I have, they will see wind farms that were built in 1990-91, sort of at the beginning of the wind farm development in Canada. It is amazing. It is almost like a museum of wind farm development. We see small turbines from those days and compare them to the huge turbines we see now, and the cost of production of those wind turbines has dropped substantially.
Wind power is clearly the way to go. Gull Lake in Saskatchewan has 99 megawatts of wind power. We have the St. Leon wind farm in Manitoba and a new one is coming up that will be the largest in Canada. This country's potential for wind development has no end. We only need to look at what Germany has done in turning the whole equation around, away from the focus on nuclear and oil, and over to wind development and solar panel development.
A program on CBC or CTV the other day described how Canada lost a cutting edge solar panel developer who took his plant and built it in Germany. He is thriving there all because the government did not have the foresight to look ahead, plan ahead and try to get him to locate that plant here.
This country needs to start catching up in the process. It is falling behind. We need to look at countries like Germany that are leading the way. A German politician has made a career of trying to turn around this slavish loyalty toward the old ways of doing things. We need to get moving forward. I know we have allies in the Liberal Party and in the Bloc in this area. We just need to pull the Neanderthal Conservatives along and we can get things done.
Madame la Présidente, je suis heureux de pouvoir terminer mon intervention aujourd'hui, après l'avoir commencée hier.
Le projet de loi C-20 a déjà été étudié à la Chambre sous un numéro différent. Ces temps-ci, nous avons des élections tous les deux ans. Beaucoup des projets de loi dont la Chambre est maintenant saisie se sont rendus jusqu'à l'étape du comité, puis des élections ont été déclenchées et nous avons dû reprendre le processus à zéro. J'espère que la présente législature survivra assez longtemps pour que toutes ces mesures législatives qui tournent en rond depuis deux, quatre ou six ans suivent le processus jusqu'au bout afin que nous puissions éventuellement commencer à travailler sur de nouvelles mesures.
Une voix: Il n'en tient qu'à vous autres.
M. Jim Maloway: Le député conservateur dit qu'il n'en tient qu'à nous autres, mais il devrait comprendre que c'est un jeu qui se joue à deux. S'il arrive si souvent que la Chambre ne puisse plus fonctionner, c'est en grande partie attribuable à l'attitude des ministériels.
Je n'ai pas été élu membre de la législature précédente, mais je me souviens que les conservateurs sabotaient leurs propres comités. Tout était arrêté; le travail ne se faisait pas. On dit qu'on ne peut pas montrer de nouveaux tours à un vieux chien. Je pense qu'on a des indices ici que c'est possible, parce que quelques comités de la Chambre fonctionnent maintenant très bien. On voit des signes d'amélioration et de collaboration, et c'est peut-être de bon augure.
Cela dit, c'est un fait avéré que le NPD est contre le projet de loi C-20, Loi sur la responsabilité et l’indemnisation en matière nucléaire. Nous avons un certain nombre de raisons de nous y opposer. Notamment, ce projet de loi limite la responsabilité à seulement 650 millions de dollars. Cela peut sembler beaucoup, puisque la loi actuelle ne prévoit que 75 millions de dollars de responsabilité. C'est difficile à croire que, encore en 2009, nous n'assumions la responsabilité des catastrophes nucléaires qu'à hauteur de 75 millions de dollars. C'est une somme minime.
Il ne fait aucun doute que cette loi doit être mise à jour. Le gouvernement a décidé de relever la barre à 650 millions de dollars.
Nous disons que 650 millions de dollars, c'est nettement insuffisant. Par exemple, notre principal partenaire commercial, les États-Unis, a une limite de 10 milliards de dollars. Nous savons que les réacteurs nucléaires, qu'ils se trouvent au Canada ou aux États-Unis, sont vraisemblablement construits dans des secteurs peuplés, près des villes. Je n'arrive vraiment pas à voir pourquoi la limite de responsabilité au Canada ne serait que de 650 millions de dollars, alors qu'elle est de 10 milliards de dollars aux États-Unis et que nos réacteurs, du fait de leur proximité, présentent les mêmes types de risques.
C'est un aspect que je trouve problématique. Assurément, si un réacteur cause des dommages au Canada, ces dommages seront vraisemblablement aussi graves que s'il y a fusion du coeur d'un réacteur aux États-Unis. C'est la même chose d'une société à l'autre.
Des sociétés d'énergie nucléaire américaines souhaitent acheter des installations nucléaires canadiennes. Elles exigent ce changement et, donc, les sociétés américaines veulent que cette loi soit adoptée avant d'acheter. Dans le journal d'aujourd'hui, il y a un article sur la vente de nos installations nucléaires à un intérêt privé. Cela nous ramène au budget, quand le gouvernement a annoncé qu'il tirerait 6 milliards de dollars de la vente de biens gouvernementaux. Il n'y a pas pire moment qu'une récession pour vendre des biens gouvernementaux.
Que fait le gouvernement? Nous avons essayé de déterminer le genre de biens qu'il vendrait. Manifestement, c'est un des secteurs qu'il envisage de liquider. Il me semble que, dans la mesure où nous devons intervenir en matière d'énergie nucléaire — ce qui ne signifie certainement pas qu'il faut construire d'autres centrales, mais plutôt nous occuper de celles que nous avons —, la propriété des installations devrait au moins continuer de relever du gouvernement.
En fin de compte, si nous voulons privatiser les installations nucléaires et exiger des limites de responsabilité de la part d'installations qui ont connu 81 accidents nucléaires au cours des 50 dernières années, nous savons que les risques encourus sont tels qu'il sera impossible de trouver des compagnies d'assurances prêtes à offrir cette couverture et que, si nous en trouvons, leurs tarifs seront exorbitants. Si ces entreprises essuient des pertes, les contribuables finiront par régler la différence de toute façon. Alors, pourquoi permettrions-nous à des entrepreneurs privés de posséder des installations nucléaires sachant que quelques années après leur construction, ils viendront nous voir pour nous dire qu'ils n'ont pas été en mesure d'obtenir une assurance responsabilité dont la couverture est suffisamment élevée? Que ferons-nous à ce moment-là? Allons-nous démolir la centrale? Non, le gouvernement comblera la différence. Nous savons qu'au bout du compte, lorsque la couverture des polices d'assurance aura été épuisée, le gouvernement garantira tout le processus de toute manière
Nous avons affaire à une industrie dont les antécédents en matière de sécurité sont très inégaux. J'ai une liste de 81 accidents nucléaires qui se sont produits depuis 1950. Certainement de mon vivant, le 12 décembre 1952, le coeur d'un des réacteurs de Chalk River, qui semble constamment faire les manchettes, a été endommagé. Environ 30 kilogrammes d'uranium se sont échappés par la cheminée du réacteur. Cet incident, qui s'est produit en 1952, a causé un grave problème.
Quelques années plus tard, le 24 mai 1958, il a fallu employer 600 personnes pour nettoyer le déversement qui a eu lieu, encore une fois, à Chalk River.
Si nous comparons ces 81 accidents nucléaires à, disons, une source énergétique plus écologique comme l'hydroélectricité, je ne me rappelle pas qu'Hydro-Québec ou les producteurs d'hydroélectricité du Manitoba ou d'ailleurs en Amérique du Nord aient jamais eu des incidents quels qu'ils soient. Si une centrale hydroélectrique connaît une défaillance, nous aurons, au pire, une panne d'électricité, ce qui c'est produit il y a quelques années. Nous avons été témoins de pannes en succession aux États-Unis et dans certaines parties du Canada, mais nous n'avons pas fait face à une énorme contamination. Nous ne sommes pas confrontés à des gens qui s'empoisonnent, des taux de cancer qui augmentent ou des problèmes de nettoyage comme ceux que l'énergie nucléaire entraîne.
Nous sommes également préoccupés par la question du stockage. Nous avons un sérieux problème dans la région de Pinawa, au Manitoba, où l'on désire stocker des déchets nucléaires dans un puits de mine. Nous avons dépensé beaucoup de temps et d'argent à écouter les gens qui s'opposent à l'idée et à mener des études pour essayer de déterminer si la roche de la mine est assez stable pour y entreposer des matières nucléaires.
Comme je l'ai mentionné hier, nous sommes certains que les Russes — mais probablement les Américains également — ont immergé des déchets nucléaires dans l'océan. Qui sait où ils se trouvent et si ces barils ne sont pas en train de laisser échapper des matières dangereuses? À mon avis, cela se produira tôt ou tard et, en adoptant cette approche, nous avons simplement contaminé notre environnement pendant les 50 dernières années. Pourquoi répétons-nous les mêmes gestes alors que nous savons qu'ils n'ont pas le résultat escompté?
J'ai mentionné hier la situation relative à l'amiante. À une certaine époque, nous ne connaissions pas les effets de l'amiante et nous avons consacré des milliards de dollars à en installer dans divers immeubles, dont ceux du gouvernement. Puis, à un moment donné, il a été prouvé médicalement que ce produit n'était pas sûr. Maintenant, nous devons consacrer des milliards de dollars à retirer l'amiante des immeubles gouvernementaux.
Il y a toute la question des gras trans et du DDT. Nous possédons une vaste expérience de l'énergie nucléaire et nous voyons le gouvernement essayer de relancer le processus, de privatiser l'industrie nucléaire, en fait, de la vendre à rabais aux Américains, et d'essayer de faciliter davantage de développement, en particulier dans des endroits comme l'Inde.
Il y a aujourd'hui dans le journal un article qui parle de la façon dont on envisage des contrats avec l'Inde et de toutes les dispositions restrictives qu'il faut pour veiller à ce que ce pays ne s'en serve pas pour se doter de bombes nucléaires. C'est bien. Est-ce que cela a bien fonctionné dans le passé? Au début, nous avions deux puissances nucléaires, et nous en avons tellement maintenant que je n'en connais pas le compte final. Des dizaines de pays essaient de se doter de la bombe nucléaire, et l'une des façons d'y arriver est de se doter de centrales nucléaires.
Il pourrait s'agir d'un problème accablant, d'un problème corroboré, si ce n'était des solutions de rechange qui existent. Nous avons l'hydroélectricité. Il y a Hydro-Québec, au Québec, et Manitoba Hydro au Manitoba. Le Manitoba peut produire 5 000 mégawatts et peut en développer encore 5 000.
Ce que nous devrions faire, c'est créer un réseau électrique est-ouest. Je sais que les députés du gouvernement conservateur sont d'accord avec ce principe. Le député de Charleswood—St. James—Assiniboia et ministre d’État (Réforme démocratique) appuie fortement l'idée d'un réseau électrique est-ouest. Qu'est-ce qui s'est produit? Le gouvernement fédéral a fait un chèque de quelque 500 millions de dollars à l'ordre du gouvernement de l'Ontario, il y a un an et demi, et rien n'a été accompli sur le plan du réseau électrique est-ouest. Je crois que l'argent sert à la construction de centrales nucléaires.
Si nous pouvions construire un réseau électrique qui se rendrait jusqu'au Manitoba et au-delà, nous pourrions établir nos centrales électriques finales et fournir de l'électricité à l'Ontario pour qu'elle puisse se débarrasser des centrales au charbon qu'elle utilise en ce moment. Il ne serait plus nécessaire de construire de nouvelles centrales nucléaires.
Dans combien de temps construira-t-on des centrales nucléaires en Ontario, en Saskatchewan ou en Alberta, des provinces qui sont toutes intéressées à s’en doter? Ce ne sera jamais fait. Je ne connais aucun membre de la classe politique prêt à aller frapper aux portes pour faire campagne en faveur de l’énergie nucléaire. Je me trompe peut-être, mais il est certain que personne ne le fera au Manitoba. Cette industrie a toujours très mauvaise réputation et je ne vois pas comment les membres d’un parti quel qu’il soit pourraient faire campagne pour l’énergie nucléaire.
Hier, un député de la Saskatchewan a parlé de ce problème. Je lui ai dit que si Brad Wall et son gouvernement conservateur en Saskatchewan pensent pouvoir se faire réélire d’ici deux ou trois ans après avoir fait campagne en promettant de construire des centrales nucléaires, je leur souhaite bonne chance. Peu importe qui le NPD élira à son congrès d’investiture, la semaine prochaine, car il ou elle sera le prochain premier ministre de la Saskatchewan si les conservateurs font de cette question un enjeu électoral.
Nous nous sommes penchés sur la situation de l’énergie hydroélectrique. Parlons maintenant de l’énergie éolienne. On ne s’est pas beaucoup intéressé à l’énergie éolienne. Même si la Hollande a eu des moulins à vent pendant des siècles, l’énergie éolienne n’a pas beaucoup retenu l’attention au cours des années. Si vous vous rendez à Pincher Creek, en Alberta, comme je l’ai fait, vous verrez des fermes éoliennes qui ont été construites en 1990-1991, au début de l’établissement de ces fermes au Canada. C’est très étonnant. On se croirait presque dans un musée du développement de l’énergie éolienne. On peut voir les petites turbines du début et les comparer avec les énormes turbines d’aujourd’hui. Le coût de production de ces turbines a nettement baissé.
L’énergie éolienne est certainement la voie de l’avenir. Gull Lake, en Saskatchewan, produit 99 mégawatts d’énergie éolienne. Nous avons la ferme éolienne de St. Leon, au Manitoba, et la nouvelle qui sera construite sera la plus importante du Canada. Notre pays a un potentiel inépuisable pour ce qui est du développement de l’énergie éolienne. Il suffit de voir le virage à 180 degrés de l’Allemagne qui s’est éloignée du nucléaire et du pétrole pour se tourner vers l’énergie éolienne et les panneaux solaires.
L’autre jour, une émission diffusée sur CBC ou CTV racontait que le Canada avait perdu un fabricant de panneaux solaires qui est allé construire son usine en Allemagne. Son entreprise est florissante, parce que le gouvernement a eu l’intelligence de regarder vers l’avenir et de l’inciter à implanter son usine là-bas.
Notre pays doit commencer à rattraper son retard. Nous nous sommes laissé distancer. Nous devons regarder du côté de pays comme l’Allemagne qui sont en tête de peloton. Un membre de la classe politique allemande a fait carrière en essayant de convaincre son pays de ne plus rester esclave de ses vieilles habitudes. Nous devons aller de l’avant. Je sais que j’ai des alliés au sein du Parti libéral et du Bloc dans ce domaine. Il suffit que nous rallions à nous les conservateurs néanderthaliens et nous pourrons faire bouger les choses.
View Mike Wallace Profile
CPC (ON)
View Mike Wallace Profile
2009-05-28 13:01 [p.3842]
Madam Speaker, as it is questions and comments, I would like to make a comment about the member's speech.
I have a couple of clarifications for the member, who obviously does not understand the industry as well as he should. With regard to AECL, the federal government does not own, other than Chalk River, any commercial reactors in this country. They are all run by the provinces and are all provincial organizations.
I know the member is from a different province, but in the province of Ontario, the Bruce Nuclear Power Plant is run by the private sector and its number one owner is the Ontario teachers' pension plan. Therefore, there is private sector involvement and that has nothing to do with us.
I want to be clear, though, on what was announced today on the AECL issue. AECL has two divisions and the first is a research division that has Chalk River in it. The announcement was that we would look at a new management process to ensure we can continue to develop our nuclear technology in this country. The other side is commercial, which provides the reactors. Reactor development does the actual selling of reactors around the world.
We know of a hundred different locations that are looking at nuclear power over the next number of years. We need to be in that business or we are out of the business.
The announcement for AECL today was that we would upgrade AECL to be able to be in the business so that our experience and development is turned into a commercial opportunity for this country.
The member talked about hydro power, which we all agree with, but could he name any research that he has done and where there is potential for hydro power that has not been looked at currently?
Madame la Présidente, comme c'est la période des questions et des observations, j'aimerais formuler des observations au sujet du discours du député .
Je tiens à éclaircir quelques points pour sa gouverne, car, de toute évidence, il ne comprend pas l'industrie aussi bien qu'il le devrait. Pour ce qui est d'EACL, le gouvernement fédéral n'est pas propriétaire de réacteurs commerciaux au Canada, à part celui de Chalk River. Ils sont tous gérés par les provinces. En fait, il s'agit dans tous les cas d'organisations provinciales.
Je sais que le député est originaire d'une autre province, mais, en Ontario, la centrale nucléaire de Bruce est gérée par le secteur privé, et son propriétaire principal est le Régime de retraite des enseignantes et des enseignants de l'Ontario. Comme le secteur privé gère la centrale, nous n'avons rien à voir dans celle-ci.
Je tiens toutefois à être clair relativement à ce qui a été annoncé hier au sujet d'EACL. EACL compte deux divisions. La première est une division de recherche, qui comprend Chalk River. L'annonce concernait le fait que nous allons nous pencher sur un nouveau processus de gestion pour veiller à ce que nous puissions continuer de mettre au point notre technologie nucléaire au pays. L'autre section est chargée de commercialiser les réacteurs. En fait, les responsables du développement des réacteurs se chargent de les vendre partout dans le monde.
Nous connaissons une centaine d'endroits différents qui examineront l'énergie nucléaire au cours des prochaines années. Nous devons être présents dans ce secteur commercial, sinon nous en serons tout bonnement exclus.
L'annonce d'aujourd'hui signifie que nous allons moderniser EACL pour être en mesure de mener des activités commerciales bénéfiques pour le pays en tirant profit de notre expérience et de nos méthodes de développement.
Le député a parlé d'hydroélectricité. Nous convenons tous de son importance, mais pourrait-il citer des travaux de recherche qui ont été réalisés et nous dire où se trouve le potentiel hydroélectrique qu'on n'a pas encore examiné?
View Jim Maloway Profile
NDP (MB)
View Jim Maloway Profile
2009-05-28 13:04 [p.3842]
Madam Speaker, we have 5,000 megawatts in Manitoba that are ready to be developed. I already explained to the member that wind power is a developing area that should be looked at.
What the Conservatives are trying to do is commercialize nuclear power, a long discredited enterprise. The government's vision is to take us back 30 or 40 years but that just will not work. Nobody is headed that way.
We are trying to get into a green economy. U.S. President Obama has taken over from eight years of backward Republicans, the Conservatives' Republican cousins' backward policies, and he is trying to drive the American economy forward into the future with green initiatives. All I can say is that those guys are stuck in the past.
Madame la Présidente, au Manitoba, nous avons 5 000 mégawatts prêts à être exploités. J’ai déjà expliqué au député que l’énergie éolienne est un nouveau domaine vers lequel nous devrions nous tourner.
Les conservateurs essaient de commercialiser l’énergie nucléaire, une entreprise qui est discréditée depuis longtemps. Le gouvernement veut nous ramener 30 ou 40 ans en arrière, mais cela ne marchera pas. Personne ne veut aller dans cette direction.
Nous essayons de nous diriger vers une économie verte. Le président Obama des États-Unis a mis un terme à huit années de politique républicaine arriérée, la politique des cousins républicains des conservateurs, et il essaie de conduire l’économie américaine sur la voie de l’avenir en prenant des initiatives vertes. Tout ce que je peux dire, c’est que ces gens-là sont tournés vers le passé.
View Anthony Rota Profile
Lib. (ON)
View Anthony Rota Profile
2009-05-28 13:05 [p.3842]
Madam Speaker, I want to thank the member for the speech he gave. A lot of thought went into it. He brought forward a couple of points that I found very interesting, one having to do with foreign ownership and the other with safety.
I want to go back to what happened in Ontario when the current finance minister was there. The government built a structural deficit. There was a problem. So that it would not show, it sold off assets, assets that were producing income, such as Highway 407 which was sold to foreign interests mainly. Money is now being collected from Ontarians and it is going out of the country, profits that could have been going to Ontarians.
We see the same thing happening here. The minister has abandoned Ontario, was thrown out of Ontario, basically, and now he has come to the federal government to do the same damage.
What we see is a deficit that is one of the biggest we have ever seen. What is the Conservative government doing? It is selling off assets. It is not a highway or a building. It is a nuclear plant, which really concerns me. If that were to go into foreign hands and something were to happen, the foreign owner would not only take profits away but when it was all over the owner would pick up and walk away. It is not the foreign owner's country.
Would the hon. member comment on the safety issues for not only Canadians who live directly around Chalk River but also for those of us who live in North Bay? The people in Ottawa are downwind so it also affects them. A major concern is that radioactive waste can blow over and hurt people. It affects generations. It is not just like when a cloud of smoke comes over, we breath it in and we feel lousy for a day. No. Nuclear waste stays around for thousands of years, which is where I have some concerns. I have a concern with selling that to a foreign owner who does not care about Canadian lives.
Madame la Présidente, je voudrais remercier le député pour son discours. C’était très bien pensé. Il a soulevé deux questions que j’ai trouvées très intéressantes, d’abord la propriété étrangère et ensuite, la sécurité.
Je voudrais revenir sur ce qui s’est passé en Ontario quand le ministre des Finances était là-bas. Le gouvernement a accumulé un déficit structurel. Cela posait un problème. Par conséquent, pour que cela ne se voit pas, il a vendu des actifs, des actifs qui produisaient un revenu, comme l’autoroute 407 qui a été vendue principalement à des intérêts étrangers. Les Ontariens déboursent maintenant de l’argent qui sort du pays alors qu’ils auraient pu bénéficier de ces profits.
La même chose est en train de se passer ici. Le ministre a abandonné l’Ontario, il a été plus ou moins mis à la porte de l’Ontario et il est venu causer les mêmes dommages au gouvernement fédéral.
Nous nous retrouvons avec un déficit qui est l’un des plus importants que nous ayons jamais vu. Que fait le gouvernement conservateur? Il vend des actifs. Ce n’est pas une autoroute ou un immeuble. C’est une centrale nucléaire, ce qui m’inquiète vraiment. Si elle se retrouve entre des mains étrangères et si un accident survient, non seulement le propriétaire étrangers sortira ses bénéfices du pays, mais en cas de problème, il ramassera ses billes et partira. Le Canada n’est pas son pays.
Le député pourrait-il parler de la question de la sécurité, non seulement pour les Canadiens qui vivent directement aux alentours de Chalk River, mais aussi pour ceux d’entre nous qui vivent à North Bay? Cela concerne également la population d’Ottawa étant donné que le vent souffle dans sa direction. Ces déchets radioactifs pourraient contaminer les gens. Cela touche plusieurs générations. Ce n’est pas seulement comme lorsqu’un nuage de fumée arrive au-dessus de nous. Nous le respirons et nous nous sentons mal pendant une journée. Les déchets nucléaires restent là pendant des milliers d’années, et c’est ce qui me préoccupe. Je m’inquiète à l’idée de vendre une centrale à un propriétaire étranger qui ne se soucie pas de la vie des Canadiens.
View Jim Maloway Profile
NDP (MB)
View Jim Maloway Profile
2009-05-28 13:07 [p.3842]
Madam Speaker, the member is absolutely correct. It is just totally bizarre that we would have private firms developing and owning a new nuclear reactor, having to buy insurance for the reactor and we limit the liability to $650 million when in the United States it is $10 billion and in Germany and Japan it is unlimited liability. We know at the end of the day that if the owners do not buy the insurance some year because it becomes too pricey, or even if they do have the insurance in place and the damages exceed the insurance policy, it will be the taxpayers who keep paying over and over again for the cleanup costs and then the storage costs that go on forever.
There is something in the computer business known as total cost of ownership where one does not just look at the cost of the computer. One needs to look at the total cost of operating the system. That is what we should be looking at.
When we look at those costs in the nuclear industry, we will never win because there is the cost of developing the plant, the huge delays, the cost overruns and the huge insurance costs. The insurance people are not stupid. They know there have been 81 accidents in the last 50 years, which I am sure will scare off a lot of insurance companies. Then there is the storage issue. Nobody wants the waste trucked down their highways nor do they want it stored anywhere near where they live.
What are we going to do with all this stuff? Are we going to store it here in the Parliament Buildings? People do not want it. There is a very limited market. Maybe people are agreeable to nuclear development if it is someone else's problem. If we are going to store it, build it and keep it in Ontario, fine, but the people will not like it there either.
The problem here is that we are dealing with a bad scenario and we have good scenarios for a change. We have hydro development, wind power and other sources. I spoke about the solar panel company that Canada did not help out and it went to Germany. The Germans gave it whatever it needed and it is producing huge amounts of solar panels in Germany right now. Here we are once again on the outside looking in.
Madame la Présidente, le député a tout à fait raison. Il serait vraiment bizarre d'avoir des entreprises privées qui fabriqueraient et posséderaient un nouveau réacteur nucléaire, qui devraient obtenir une assurance pour ce réacteur, et que la responsabilité soit limitée à 650 millions de dollars. Aux États-Unis, la responsabilité s'élève à 10 milliards de dollars, tandis qu'en Allemagne et au Japon elle est illimitée. Nous savons que si les propriétaires ne s'assurent pas à un moment donné — parce que le coût de l'assurance est trop élevé —, ou que même s'ils ont une assurance mais que les dommages-intérêts excèdent le montant de la police, ce sont les contribuables qui vont devoir assumer encore une fois les frais de décontamination et les coûts d'entreposage qui n'en finissent jamais.
Dans le domaine de l'informatique, on parle du coût total pour le propriétaire, qui n'inclut pas uniquement le coût de l'ordinateur. Il faut tenir compte de l'ensemble des frais d'exploitation, et c'est ce que nous devrions faire ici.
Lorsque nous regardons les coûts dans le secteur nucléaire, nous constatons que nous ne pourrons jamais prendre le dessus, parce qu'il y a les frais de mise en exploitation, les retards énormes, les dépassements de coûts et les frais d'assurance très élevés. Les assureurs ne sont pas stupides. Ils savent que 81 accidents se sont produits au cours des 50 dernières années. Ce bilan est certainement de nature à éloigner un bon nombre de compagnies d'assurances. Il y a aussi la question du stockage. Personne ne veut voir des déchets nucléaires être transportés par camion sur nos routes, et personne ne veut non plus que ces déchets soient enfouis près de l'endroit où il vit.
Qu'allons-nous faire de tous ces déchets? Allons-nous les stocker ici, dans les édifices du Parlement? Les gens ne veulent pas cela. Les possibilités sont très limitées. Les gens sont peut-être d'accord avec le développement nucléaire, mais à condition que quelqu'un d'autre s'occupe du problème. Nous pouvons bien décider de construire des installations en Ontario et de stocker les déchets nucléaires ici, mais les gens ne vont pas aimer cela non plus.
Le problème c'est que nous nous penchons sur un mauvais scénario, alors que, pour une fois, nous avons de bonnes solutions de rechange. Nous avons l'énergie hydroélectrique, l'énergie éolienne et d'autres sources. J'ai parlé de l'entreprise de fabrication de panneaux solaires que le Canada n'a pas voulu aider et qui a déménagé en Allemagne. Les Allemands ont fourni à cette compagnie tout ce dont elle avait besoin, et celle-ci fabrique maintenant de grandes quantités de panneaux solaires en Allemagne. Nous voilà encore une fois réduit au statut de simples observateurs.
View Michael Chong Profile
CPC (ON)
Madam Speaker, I have three comments to make that might clarify this debate.
The first is about the cost of nuclear. Solar and wind power cost far more than nuclear power does at the present stage in their development. The idea that nuclear is prohibitively expensive and therefore we should not be developing that technology or refurbishing the reactors that we presently have is a fallacy.
Second, with respect to the environmental footprint, nuclear has a very small environmental footprint. When we compare what we need to do in many parts of this country to produce hydro power in northern regions, when we look at the amount of watershed that needs to be flooded in order to produce this hydro power, there are significant environmental effects from the production of hydro in many parts of this country and the development of new hydro.
Furthermore, I would add that with respect to the production of power from other sources, we produce a lot of toxic chemicals, like mercury, through smokestack pollution and coal-fired plants that could easily be replaced with nuclear.
Finally, I would point out that the idea that we can move off nuclear is simply a fallacy. Ontario produces—
Madame la Présidente, je fais trois observations susceptibles d'amener un nouvel éclairage dans le présent débat.
Ma première observation porte sur le coût de l'énergie nucléaire. À l'étape actuelle de leur développement, les énergies solaire et éolienne coûtent nettement plus cher que l'énergie nucléaire. C'est une erreur de croire que l'énergie nucléaire est hors de prix et que, de ce fait, on ne devrait pas développer cette technologie ou remettre en état les réacteurs qui existent déjà.
Deuxièmement, pour ce qui est de l'empreinte écologique, l'industrie nucléaire laisse une très faible empreinte. Lorsqu'on compare ce qu'il faut faire dans de nombreuses régions du Canada pour produire de l'électricité, notamment dans le Nord, quand on voit la quantité de bassins hydrologiques qu'il faut inonder, on constate que, dans de nombreuses régions canadiennes, la production d'électricité et le développement de la filière hydroélectrique ont des répercussions environnementales considérables.
Par surcroît, je signale que l'énergie provenant d'autres sources dégage énormément de produits chimiques toxiques, notamment le mercure, par les cheminées industrielles et les centrales au charbon, installations qui pourraient aisément être remplacées par des centrales nucléaires.
Enfin, je souligne que l'idée qu'il est possible de se passer du nucléaire est tout simplement erronée. L'Ontario produit...
View Jim Maloway Profile
NDP (MB)
View Jim Maloway Profile
2009-05-28 13:11 [p.3843]
Madam Speaker, I draw the member's attention to former Conservative premier, Gary Filmon, from 1991, who was signing an agreement with the Ontario government at that time to build an east-west power grid because Manitoba has 5,000 megawatts of clean hydroelectric power.
We have exported this power for many years and are making huge amounts of money doing it, all north and south to the United States. All we need to do is build an east-west power grid. The member should talk to his own member, the minister of democratic change, who, last fall, when I made a speech on this matter, made his way over to talk to me about it and said, “Keep up the good work on this. We need that east-west power grid”. He sits only a few seats away from that member. Do they not talk to one another over there? The member for—
Madame la Présidente, j'attire l'attention du député sur le premier ministre conservateur Gary Filmon qui, en 1991, signait une entente avec le gouvernement de l'Ontario pour construire un réseau d'électricité est-ouest parce que le Manitoba a une capacité de production de 5 000 mégawatts d'énergie hydroélectrique propre.
Nous exportons de l'énergie depuis de nombreuses années vers le Nord et vers les États-Unis et cela nous rapporte énormément. Tout ce qu'il nous faut, c'est un réseau électrique est-ouest. Le député devrait s'entretenir avec son collègue, le ministre responsable de la réforme démocratique qui, l'automne dernier, quand j'ai fait une intervention sur cette question, s'est empressé de venir me dire de continuer le bon travail dans ce dossier parce qu'il nous faut ce réseau électrique est-ouest. Le député est assis à quelques banquettes de ce ministre. Ces députés ne se consultent-ils pas de temps en temps? Le député de...
View Kirsty Duncan Profile
Lib. (ON)
View Kirsty Duncan Profile
2009-05-28 13:12 [p.3843]
Madam Speaker, ballet slippers for little feet, cardboard pictures of Lenin and dolls in various states of dress and dismemberment provide a glimpse into kindergarten life before it came to a standstill in April 1986, when Chernobyl's reactor 4 exploded.
The fire burned for 10 days, contaminating tens of thousands of square miles, and the fallout was 400 times greater than that of Hiroshima. Thirty people died in the blast, four thousand died of cancer, a third of a million people were driven from their homes and six hundred thousand registered as cleanup workers or liquidators. Of these, 240,000 received the highest radiation doses.
Over the years, the compensation costs, economic losses, health and cleanup expenditures and lost productivity mounted into the hundreds of billions of dollars. Today Chernobyl remains the world's worst nuclear disaster.
Growing up, our high school teachers and our professors taught us to be concerned about nuclear accidents, nuclear waste, nuclear weapons proliferation and pollution from uranium mining. Unfortunately these problems have not gone away. For example, we continue to bury waste, a policy of “out of sight, out of mind”, despite not knowing the full environmental and health consequences.
Bill C-20 is however a positive step to managing and minimizing the risks involved in the use of nuclear material, namely through preparation, response and reparation. Specifically, Bill C-20 establishes the civil liability regime and compensation to address damages resulting from radiation in the event of a radioactive release from a Canadian nuclear installation, or from nuclear materials being transported to or from the installation. Compensable damage includes bodily injury, damage to property, economic and property losses and psychological trauma resulting from such injury or damage.
It is important that the bill address psychological trauma. The Chernobyl accident impacted economic prosperity, personal health and social well-being. Victims reported high levels of anxiety, stress, medically unexplained physical symptoms and reckless behaviour, including alcohol and tobacco abuse and consumption of game from areas heavily contaminated with high levels of radioactive cesium.
Bill C-20 increases operator liability from $75 million to $650 million and would put Canada on par with liability limits in many other countries, as well as responding to the recommendations of the Standing Senate Committee on Energy, the Environment and Natural Resources. The latter is important, as private insurers have consistently and systematically refused to provide coverage for damage resulting from nuclear incidents.
When discussing nuclear accidents, bodily injury may range from radiation sickness through to leukemia and other cancers. Radiation sickness is a serious illness that occurs when the entire body receives a high dose of radiation, usually over a short period of time. Many survivors of Chernobyl, Hiroshima and Nagasaki became ill with radiation sickness, which often began with nausea, diarrhea, skin damage and vomiting and progress to seizures and coma.
Most people who did not recover from radiation illness died within several months of exposure, usually from the destruction of bone marrow, which led to infections and internal bleeding. Unborn babies can also be exposed to radiation and they are especially vulnerable between two and fifteen weeks of pregnancy. The health consequences can be severe, including abnormal brain function, cancer, deformities and stunted growth.
Ionizing radiation can also cause certain types of leukemia. An elevated risk of blood cancer was first found among the survivors of the atomic bombings in Japan two to five years after exposure. Recent investigations suggest a doubling of the incidence of leukemia among the most highly exposed Chernobyl liquidators.
Unfortunately, time does not permit me to describe all potential health impacts such as cardiovascular problems, cataract and thyroid cancer.
Neither Bill C-20 nor its predecessors Bill C-63 and Bill C-5 have been the subject of lengthy public debate outside Parliament or have they attracted much media attention.
Members of the Canadian Nuclear Association have commented that the bill responds to society's needs and represents a balanced approach. The association further reports that the bill provides protection of the public under a coherent, explicit and stable framework.
Before putting forth questions that might be asked at committee, it is important to remind the House that while the government puts forth the bill, it is also responding to the leak at the Chalk River nuclear reactor, which provides a third of the world's medical isotopes.
The general manager of the Association of Imaging Producers and Equipment Suppliers points out that there have been at least five crises of medical isotope production in the last eighteen months. What makes the present crisis so challenging, however, is that three out of the four other reactors in the world that supply medical isotopes, in Belgium, France and South Africa, are also shut down.
While I support the bill in principle, it requires study at committee and careful questioning. For example, what are the projected economic, environmental and health costs of a nuclear release in Canada and possible impacts farther afield? Does the proposed compensation address those impacts?
We must remember that the Chernobyl fallout had far-reaching effects, spreading radionuclides as far away as Lapland in northern Scandinavia. The Arctic's Sami people are reindeer herders and face significant problems from the accident because of the high transfer rate of radioactive material from contaminated lichen to the reindeer. Many herds had to be slaughtered to avoid consumption of the meat. Scientists estimate that it will take another 20 years for radioactive levels in reindeer to fall to pre-Chernobyl levels.
The executive director of the Sierra Club of Canada reported:
A nuclear accident on the scale of the Chernobyl disaster would cost hundreds of billions of dollars in cleanup costs—conceivably 100 times more than the maximum liability industry would face under Bill C-63.
Belarus and the Ukraine are paying approximately $460 billion over 30 years to clean up Chernobyl. Twenty years after the accident, these countries still pay 5% to 7% of their budgets toward the cost of the catastrophe.
The bill is only a small part of a web of protection needed to make Canada more nuclear safe as well as providing life-saving medications to those in need.
We have had multiple wake-up calls. In August 1945, an American war plane dropped a nuclear bomb on the Japanese city of Hiroshima. An estimated 80,000 people were incinerated and in the months that followed, another 60,000 died from the effects of radiation.
A few days later was Nagasaki. About 30% of the city, including almost all of the industrial district, was destroyed by the bomb and nearly 74,000 were killed and a similar number injured.
In 1979 radioactive steam leaked into the atmosphere in Pennsylvania when a water pump broke down at the Three Mile Island nuclear plant. There were fears that some of the plant's 500 workers had been contaminated.
Complacency cannot be an option when it comes to nuclear safety. Today we know the tremendous costs and we must take action.
Madame la Présidente, de petits chaussons de danse, des images en carton de Lénine, des poupées auxquelles il manque des vêtements ou des membres — voilà autant d'objets qui fournissent un aperçu de la vie à la maternelle avant qu'elle s'arrête en avril 1986, lors de l'explosion du réacteur no 4 de Tchernobyl.
L'incendie a duré 10 jours et a contaminé une région s'étendant sur des dizaines de milliers de milles carrés; les retombées radioactives étaient 400 fois plus importantes que celles d'Hiroshima. L'explosion a fait 30 morts, le cancer en a fait 4 000; un tiers de million de personnes ont dû quitter leur foyer, et 600 000 se sont enregistrées comme travailleurs en assainissement radioactif ou liquidateurs. Parmi celles-ci, 240 000 ont reçu les plus hautes doses d'irradiation.
Au fil des ans, les coûts d'indemnisation, les pertes économiques, les dépenses en santé et en assainissement, ainsi que les pertes de rendement ont atteint les centaines de milliards de dollars. Aujourd'hui, Tchernobyl demeure la pire catastrophe nucléaire au monde.
Pendant que nous grandissions, nos enseignants au niveau secondaire et nos professeurs nous ont appris à nous inquiéter au sujet des accidents nucléaires, des déchets radioactifs, de la prolifération des armes nucléaires et de la pollution causée par l'extraction minière de l'uranium. Malheureusement, ces problèmes n'ont pas été réglés. Par exemple, nous continuons à enterrer les déchets, à les cacher pour les oublier, malgré le fait que nous en ignorons l'ensemble des conséquences sur l'environnement et sur la santé.
Cependant, le projet de loi C-20 est une mesure positive pour gérer et minimiser les risques associés à l'utilisation de matériel nucléaire, notamment en visant la préparation, la réaction et la réparation. Plus précisément, le projet de loi C-20 établit le régime de responsabilité civile et d'indemnisation pour traiter les dommages causés par le rayonnement dans le cas d'une fuite radioactive qui se produit dans un établissement nucléaire canadien ou lors du transport de matériel nucléaire en provenance ou à destination de l'établissement. Les dommages indemnisables incluent les préjudices corporels et matériels, les pertes économiques et matérielles, ainsi que les traumatismes psychologiques découlant de tels préjudices.
Il est important que le projet de loi aborde les traumatismes psychologiques. L'accident de Tchernobyl a eu des conséquences sur la prospérité économique, sur la santé des gens ainsi que sur leur bien-être. Les victimes ont signalé beaucoup d'anxiété, de stress, de symptômes physiques que la médecine n'arrive pas à expliquer et de comportements imprudents, y compris l'abus d'alcool et de tabac ainsi que la consommation de gibier en provenance de régions fortement contaminées par de hauts niveaux de césium radioactif.
Le projet de loi C-20 hausse la responsabilité de l'exploitant de 75 millions de dollars à 650 millions de dollars, ce qui placerait le Canada sur un pied d'égalité avec de nombreux pays sur le plan de la responsabilité; de plus, cela donnerait suite aux recommandations présentées par le Comité sénatorial permanent de l'énergie, de l'environnement et des ressources naturelles. Ce dernier point est important parce que les assureurs privés refusent invariablement et systématiquement de couvrir les dommages découlant d'accidents nucléaires.
En ce qui concerne les accidents nucléaires, les préjudices corporels peuvent varier, allant de la maladie des rayons jusqu'à la leucémie et d'autres cancers. Le mal des rayons est une maladie grave qui survient lorsque tout le corps est exposé à une dose élevée de radiation, généralement sur une courte période. De nombreux survivants de Tchernobyl, d'Hiroshima et de Nagasaki ont souffert de la maladie des rayons, qui commence souvent par des nausées, de la diarrhée, des lésions cutanées, des vomissements, et qui peut aller jusqu'à des crises d'épilepsie et le coma.
La plupart des gens qui ne se sont pas rétablis de la maladie des rayons sont décédés quelques mois après l'exposition, généralement des suites de la destruction de leur moelle osseuse, qui a mené à des infections et à des hémorragies internes. Les enfants à naître peuvent aussi être exposés aux radiations. Ils sont surtout vulnérables entre la deuxième et la quinzième semaines de la grossesse. Les conséquences pour la santé peuvent être graves et se traduire notamment par des anomalies de la fonction cérébrale, le cancer, des malformations et un retard de croissance.
La radiation ionisante peut aussi causer certains types de leucémie. On a d'abord découvert un risque élevé de cancer du sang parmi les survivants des bombardements atomiques au Japon deux à cinq ans après l'exposition. De récentes études révèlent qu'il y a deux fois plus de cas de leucémie parmi les liquidateurs de Tchernobyl qui ont été le plus exposés aux radiations.
Je n'ai malheureusement pas le temps de décrire tous les effets éventuels sur la santé, tels que les troubles cardiovasculaires, la cataracte et le cancer de la thyroïde.
Ni le projet de loi C-20, ni ses prédécesseurs, les projets de loi C-63 et C-5, n'ont fait l'objet d'un long débat public à l'extérieur du Parlement ou attiré beaucoup l'attention des médias.
Des membres de l'Association nucléaire canadienne ont déclaré que le projet de loi répond aux besoins de la société et constitue une approche équilibrée. L'association ajoute que le projet de loi offre une protection à la population en vertu d'un cadre cohérent, explicite et stable.
Avant de proposer des questions qui pourraient être posées en comité, il est important de rappeler à la Chambre que le gouvernement présente le projet de loi, mais il réagit aussi à la fuite au réacteur nucléaire de Chalk River, qui produit le tiers des isotopes médicaux dans le monde.
Le directeur général de l'Association of Imaging Producers and Equipment Suppliers souligne qu'il y a eu au moins cinq crises liées à la production d'isotopes médicaux au cours des 18 derniers mois. La crise actuelle est toutefois très difficile parce que trois des quatre autres réacteurs dans le monde qui produisent des isotopes médicaux — ceux de la Belgique, de la France et de l'Afrique du Sud — sont aussi fermés.
Bien que j'appuie le projet de loi en principe, il devra faire l'objet d'un examen minutieux au comité. Par exemple, quels sont les coûts estimés sur le plan de l'économie, de l'environnement et des soins de santé en cas d'accident nucléaire au Canada et quelle est l'incidence à long terme d'un tel accident? L'indemnisation proposée couvre-t-elle cette incidence?
N'oublions pas que les retombées radioactives de la catastrophe de Tchernobyl se sont fait sentir très loin; des radionucléides ont été disséminés jusqu'en Laponie, dans le Nord de la Scandinavie. Les Samis, qui élèvent des rennes dans l'Arctique, éprouvent de graves problèmes à cause de l'accident compte tenu du taux de transfert élevé de la matière radioactive du lichen contaminé aux rennes. De nombreux troupeaux ont dû être abattus pour éviter que leur viande ne soit consommée. Selon les scientifiques, cela prendra encore vingt ans avant que le niveau de radioactivité chez les rennes ne retombe à ce qu'il était avant l'accident.
Le directeur exécutif du Sierra Club du Canada a dit ce qui suit:
Un accident nucléaire de l'envergure de Tchernobyl coûterait des centaines de milliards de dollars en frais de nettoyage — soit possiblement 100 fois la responsabilité maximale imposée à l'industrie en vertu du projet de loi C-63.
Le Bélarus et l'Ukraine vont avoir dépensé environ 460 milliards de dollars sur 30 ans pour réparer les dégâts liés à Tchernobyl. Vingt ans après l'accident, ces pays consacrent toujours de 5 à 7 p. 100 de leur budget au nettoyage des dégâts causés par la catastrophe.
Le projet de loi n'est qu'un petit élément du filet de protection nécessaire pour assurer la sûreté nucléaire au Canada et pour offrir des médicaments essentiels à la survie de ceux qui ont en besoin.
Nous avons déjà eu beaucoup de signaux d'alarme. En août 1945, un avion de guerre américain a lâché une bombe atomique sur la ville japonaise de Hiroshima. Environ 80 000 personnes ont été incinérées et, dans les mois qui suivirent, 60 000 personnes de plus sont mortes des effets de la radiation.
Quelques jours plus tard, Nagasaki a subi le même sort. Environ 30 p. 100 de la ville, dont la quasi-totalité du secteur industriel, a été détruit par la bombe, qui a fait près de 74 000 morts et presque autant de blessés.
En 1979, une vapeur radioactive s'est échappée dans l'atmosphère en Pennsylvanie à la suite de la défaillance d'une pompe à eau à la centrale nucléaire de Three Mile Island. On craignait que certains des 500 travailleurs aient été contaminés.
Nous ne pouvons nous montrer complaisants dans le dossier de la sûreté nucléaire. Nous connaissons aujourd'hui les conséquences dévastatrices des accidents nucléaires et nous devons prendre des mesures adéquates.
View Michael Chong Profile
CPC (ON)
Madam Speaker, I commend the member on her speech, which consisted of a lot of facts and figures and a broader perspective on the issue of nuclear liability. I thought it was quite well researched. I have a comment to make.
I think many people do not realize how integral to our electricity production our nuclear reactors are. Ontario produces 50% of its 25,000 megawatts a day from the nuclear reactors in the province. Many other jurisdictions around the world produce even higher percentages of their electricity from nuclear power. It is a greenhouse gas freeway of producing electrical power. It is also something that has been proven reliable for decades now. Yet there are still people out there who believe we can somehow eliminate or remove nuclear power from the electricity generation equation, and that simply is not possible.
In Ontario alone, as I mentioned before, 50% of the electricity comes from nuclear power. The idea that we can, through conservation alone and through solar and wind, replace 12,500 megawatts a day with environmentally-friendly measures, like conservation, wind or solar, is simply living in a fairytale land.
The bill will go a long way to ensuring the long-term viability of nuclear power in the country. Nuclear power will be part of our electricity generation mix for a long time. It is something I strongly support because it produces electricity without any greenhouse emissions. Of all the environmental choices we have to make, that is the most challenging one and the one on which we have to put the biggest emphasis.
Madame la Présidente, je félicite la députée pour son discours. Elle a donné beaucoup de faits et de chiffres, et a présenté la responsabilité en matière nucléaire sous un angle plus large. Je pense que son discours était bien documenté et j'aimerais formuler un commentaire.
Je pense que bien des gens ne se rendent pas compte de la place qu'occupent les réacteurs nucléaires dans la production d'électricité au Canada. Par exemple, en Ontario, 50 p. 100 des 25 000 mégawatts produits quotidiennement le sont par les réacteurs nucléaires de la province. Dans de nombreux autres pays, le pourcentage d'électricité produit au moyen de l'énergie atomique est encore plus élevé. C'est une méthode de production d'électricité qui ne génère pas de gaz à effet de serre. C'est également une méthode fiable qui a fait ses preuves au cours des dernières décennies. Néanmoins, il y a encore des gens qui croient qu'il est possible d'éliminer ou de supprimer l'énergie atomique de l'équation de production d'électricité, mais c'est tout simplement impossible.
Comme je l'ai dit plus tôt, rien qu'en Ontario 50 p. 100 de l'électricité est produite par des réacteurs nucléaires. Il faut arrêter de rêver. La conservation à elle seule ne permet pas d'économiser 12 500 mégawatts par jour et il n'est pas possible de produire cette quantité d'énergie au moyen de méthodes écologiques, comme l'énergie solaire et éolienne.
Le projet de loi contribuera grandement à assurer la viabilité à long terme de l'énergie atomique au Canada. Le Canada aura encore recours pendant de nombreuses années à l'énergie atomique pour produire une partie de son électricité. C'est une méthode de production que j'appuie, parce qu'elle ne génère pas de gaz à effet de serre. De tous les choix environnementaux que nous devons faire, c'est le plus difficile et celui auquel nous devons accorder une importance toute particulière.
View Kirsty Duncan Profile
Lib. (ON)
View Kirsty Duncan Profile
2009-05-28 13:24 [p.3845]
Madam Speaker, nuclear energy is part of the mix today. However, we have to ensure that it is safe. Chalk River had leaks in 1952 and 1958. There are leaks today. We do not know what the environmental and health hazards are going forward. Therefore, safety has to be paramount.
In talking about climate change, it is our most pressing environmental issue. We must look at many options for reducing climate change, from adaptation to mitigation. We have to look at nuclear energy. We have to look at renewable energy. We must look at the whole gamut of opportunities. There is no one solution to this global problem.
Madame la Présidente, l'énergie nucléaire fait partie des options qui s'offrent à nous aujourd'hui. Toutefois, nous devons nous assurer qu'elle ne présente pas de danger. Il y a eu des fuites à Chalk River en 1952 et en 1958. Et voilà qu'il y en a aujourd'hui. Nous ignorons quels en seront les effets négatifs sur l'environnement et la santé. Par conséquent, la sécurité doit passer avant tout.
Pour ce qui est des changements climatiques, l'enjeu environnemental de l'heure, nous devons examiner de nombreuses options en vue de les réduire, allant de l'adaptation à l'atténuation. Nous devons considérer l'énergie nucléaire, l'énergie renouvelable, bref toute la gamme de possibilités. Il n'y a pas de solution unique à ce problème mondial.
Results: 1 - 15 of 163 | Page: 1 of 11

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
>
>|
Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data