Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 10 of 10
View Judy Wasylycia-Leis Profile
NDP (MB)
View Judy Wasylycia-Leis Profile
2009-12-10 10:10 [p.7868]
Mr. Speaker, on this day, which is United Nations Human Rights Day, I believe that if you were to seek it, you would find unanimous consent for the following motion. I move, seconded by the hon. member for Charleswood—St. James—Assiniboia, that this House calls upon the government to ratify the Convention on the Rights of Persons with Disabilities which was tabled in the House by the government on Thursday, December 3, 2009, as soon as all provinces have given their consent.
Monsieur le Président, en cette Journée des droits de l'homme décrétée par les Nations Unies, vous constaterez, je crois, qu'il y a consentement unanime à l'égard de la motion suivante. Je propose, avec l'appui du député de Charleswood—St. James—Assiniboia, que la Chambre demande au gouvernement de ratifier la Convention relative aux droits des personnes handicapées, déposée à la Chambre par le gouvernement le jeudi 3 décembre 2009, dès que toutes les provinces auront donné leur consentement.
View Judy Wasylycia-Leis Profile
NDP (MB)
View Judy Wasylycia-Leis Profile
2009-12-10 15:13 [p.7914]
Mr. Speaker, I have a motion, seconded by the hon. member for Charleswood—St. James—Assiniboia, for which I believe, if you seek it, you will find unanimous consent. It is on this day, United Nations Human Rights Day, and the day when the Olympic torch entered the chamber, that I would like to move:
That this House calls upon the government to ratify the Convention on the Rights of Persons with Disabilities which was tabled in the House on Thursday, December 3, 2009, as soon as all provinces and territories have officially given their consent and that this House expresses the hope that ratification is achieved by the time of the paralympic games.
Monsieur le Président, je propose une motion, avec l'appui du député de Charleswood—St. James—Assiniboia, à l'égard de laquelle vous obtiendrez, je crois, le consentement unanime de la Chambre. Aujourd'hui, en cette Journée internationale des droits de l'homme des Nations Unies, journée pendant laquelle la flamme olympique est entrée dans cette Chambre, je voudrais proposer:
Que la Chambre demande au gouvernement de ratifier la Convention relative aux droits des personnes handicapées, déposée à la Chambre le jeudi 3 décembre 2009, dès que toutes les provinces et tous les territoires auront donné leur consentement officiel, et que la Chambre exprime son espoir de voir la Convention ratifiée à temps pour les Jeux paralympiques.
View Peter Milliken Profile
Lib. (ON)
Does the hon. member for Winnipeg North have the unanimous consent of the House to propose this motion?
Some hon. members: Agreed.
The Speaker: The House has heard the terms of the motion. Is it the pleasure of the House to adopt the motion?
Some hon. members: Agreed.
La députée de Winnipeg-Nord a-t-elle le consentement unanime de la Chambre pour présenter cette motion?
Des voix: D'accord.
Le Président: La Chambre a entendu la motion. Plaît-il à la Chambre de l'adopter?
Des voix: D'accord.
View Peter MacKay Profile
CPC (NS)
View Peter MacKay Profile
2009-12-03 10:01 [p.7533]
Mr. Speaker, pursuant to Standing Order 32(2) of the House of Commons, I have the great pleasure and honour to table, in both official languages, the treaty entitled “Convention on the Rights of Persons with Disabilities” adopted at New York on December 13, 2006. An explanatory memorandum is included within this treaty.
To present this treaty is one of the great honours I have had during my time here in Parliament. This will go a long way to address some of the important challenges that persons with disabilities have in our country and around the globe.
Monsieur le Président, conformément au paragraphe 32(2) du Règlement de la Chambre des communes, j'ai le grand plaisir et l'honneur de déposer, dans les deux langues officielles, le traité intitulé « Convention relative aux droits des personnes handicapées » adopté à New York le 13 décembre 2006. Une note explicative est jointe au traité.
La présentation de ce traité constitue un des grands moments de ma carrière en tant que parlementaire. Ce traité contribuera beaucoup à abattre certaines des barrières que doivent surmonter les personnes handicapées tant au Canada qu'ailleurs dans le monde.
View Judy Wasylycia-Leis Profile
NDP (MB)
View Judy Wasylycia-Leis Profile
2009-12-03 14:03 [p.7564]
Madam Speaker, today is International Day of Persons with Disabilities. I want to thank all of those organizations, including Independent Living Canada, for organizing the eighth annual celebrations in this capital. I want to thank the Council of Canadians with Disabilities and many other organizations for driving this agenda and ensuring we can advance the state of affairs toward full inclusion for all people living with disabilities.
Today is a day to recommit ourselves to take action and that means ensuring that the UN Convention on Rights for Persons with Disabilities is ratified by our country. We applaud the fact that the government today took a first step toward doing that by tabling a document. I think you will find, Madam Speaker, that there is probably unanimous consent by everyone in the House to ensure this document is passed immediately and sent to New York to complete the ratification process.
This is a day of which to be proud. It is also a day to stand up and fight to ensure full equality for people living with disabilities.
Madame la Présidente, aujourd'hui est la Journée internationale des personnes handicapées. J'aimerais remercier tous les organismes, notamment Vie autonome Canada, qui ont organisé les festivités marquant le huitième anniversaire de cette journée à Ottawa. Je remercie le Conseil des Canadiens avec déficiences et les nombreux autres organismes qui font un travail de conscientisation et font en sorte que les choses bougent et que nous puissions atteindre l'objectif de la pleine intégration des personnes handicapées à tous les aspects de la vie sociale.
Cette journée nous fournit l'occasion de réitérer notre engagement à agir, c'est-à-dire à faire en sorte que le Canada ratifie la Convention des Nations Unies sur les droits des personnes handicapées. Nous félicitons le gouvernement, qui a fait un premier pas dans cette voie en déposant ce document à la Chambre aujourd'hui. Madame la Présidente, vous constaterez probablement qu'il y a consentement unanime pour que ce document soit adopté immédiatement et envoyé à New York, où le processus de ratification prendra fin.
En cette journée, nous avons raison d'être fiers, mais nous devons aussi nous battre pour que les personnes handicapées aient pleinement accès aux possibilités qui s’offrent à l’ensemble des Canadiens.
View Judy Wasylycia-Leis Profile
NDP (MB)
View Judy Wasylycia-Leis Profile
2009-03-30 14:52 [p.2129]
Mr. Speaker, today marks the second anniversary of the signing of the UN Convention on the Rights of Persons with Disabilities, yet the government refuses to ratify this convention despite the support of Canadians and a unanimous motion passed by the House.
What is the Conservative government doing instead? It is spending a quarter of a million dollars on an online poll asking whether or not this convention should be ratified.
Since when do we use polls to determine whether human rights should be upheld? Will the government support people with disabilities and ratify the convention now?
Monsieur le Président, c’est aujourd’hui le deuxième anniversaire de la signature de la Convention des Nations Unies relatives aux droits des personnes handicapées, mais le gouvernement refuse de ratifier la convention en dépit de l’appui des Canadiens et de la motion adoptée à l’unanimité à la Chambre.
Que fait plutôt le gouvernement conservateur? Il consacre un quart de million de dollars à un sondage en ligne demandant s’il y a lieu de ratifier la convention.
Depuis quand avons-nous recours à des sondages pour déterminer s’il convient de faire valoir les droits de la personne? Le gouvernement compte-t-il appuyer les personnes handicapées et signer maintenant cette convention?
View Deepak Obhrai Profile
CPC (AB)
View Deepak Obhrai Profile
2009-03-30 14:53 [p.2129]
Mr. Speaker, this government stands for human rights. This is one of its key foreign affairs policies. Therefore, she can rest assured that this government will fight for the rights of the disabled or anyone.
However, I would like to remind her that when we sign international treaties, we also require the assistance of the provinces. We are working with the provinces to address the issue she is talking about.
Monsieur le Président, notre gouvernement défend les droits de la personne. C’est l’un des grands principes de sa politique étrangère. Par conséquent, je tiens à rassurer la députée. Notre gouvernement combattra pour les droits des personnes handicapées comme pour les droits de toute personne.
Je voudrais cependant lui rappeler que lorsque nous signons des traités internationaux, nous devons aussi consulter les provinces. Nous travaillons avec les provinces pour régler la question qu’elle a évoquée.
View Judy Wasylycia-Leis Profile
NDP (MB)
View Judy Wasylycia-Leis Profile
2009-03-30 14:53 [p.2129]
Mr. Speaker, that does not explain why the government is prepared to spend a quarter of a million dollars determining whether the rights of persons with disabilities ought to be defended. How in the world can it justify that?
Then it turns around and underfunds by $1.8 million per year a program to help people with fetal alcohol spectrum disorder. It is a program that is already shortchanged at only $3.3 million a year.
The Minister of Health should be ashamed of trying to cover up for that kind of cutback. She knows better.
I want to ask the Minister of Finance if he is prepared to stand up today to show that the money is put back and that people with disabilities are supported.
Monsieur le Président, cela n’explique pas pourquoi le gouvernement est disposé à dépenser un quart de million de dollars pour déterminer s’il convient de défendre les droits des personnes handicapées. Comment le gouvernement peut-il justifier une telle dépense?
En même temps, le gouvernement réduit de 1,8 million de dollars par an le financement d’un programme destiné à aider les gens atteints des troubles causés par l’alcoolisation fœtale, alors que ce programme était déjà sous-financé à 3,3 millions de dollars par an.
La ministre de la Santé devrait avoir honte de défendre des réductions de ce genre. Elle sait ce qu’il en est.
Je voudrais demander au ministre des Finances s’il est disposé à prendre aujourd’hui l’initiative de rétablir ce financement et d’appuyer les personnes handicapées.
View Deepak Obhrai Profile
CPC (AB)
View Deepak Obhrai Profile
2009-03-30 14:54 [p.2130]
Mr. Speaker, as I said in my answer, this government supports human rights, whether it be the rights of the disabled, of visible minorities, or of anyone. We will continue doing that, but it is critically important to know that we work with provinces and everyone else so that we can fight for those rights.
I would like to remind her that a cabinet minister of this government is a person of disability at the forefront of support for the rights of the disabled.
Monsieur le Président, comme je l’ai dit dans ma réponse, notre gouvernement défend les droits de la personne, qu’il s’agisse de personnes handicapées, de minorités visibles ou de n’importe qui d’autre. Nous continuerons à le faire, mais il est essentiel de comprendre que nous travaillons avec les provinces et tous les autres intervenants pour être en mesure de lutter pour ces droits.
Je tiens à rappeler à la députée qu’un membre de notre Cabinet est une personne handicapée et qu’il est à l’avant-garde de la défense des droits des personnes handicapées.
View Denise Savoie Profile
NDP (BC)
View Denise Savoie Profile
2009-03-12 13:40

Question No. 4--
Ms. Dawn Black:
With regards to the use of Claymore munitions by the Canadian Forces (CF) in Afghanistan: (a) does the CF have special doctrine for the use of the Claymore in Afghanistan; (b) does the CF chain of command give instructions with regard to the use of the Claymore and obligations under the Ottawa Protocol; (c) is the chain of command aware of uses of the Claymore that have not followed standard procedures in Afghanistan; (d) is the Minister of National Defence aware of any use of the Claymore that violated the Ottawa Protocol; and (e) is the Minister or chain of command aware of any use of the Claymore in which the intended target of the weapon was responsible for its detonation?
Response
Hon. Peter MacKay (Minister of National Defence and Minister for the Atlantic Gateway, CPC):
Mr. Speaker, in response to (a), the use of a Defensive Command Detonated Weapon C19, sometimes referred to as a “Claymore”, is restricted by Canadian Forces doctrine, and further clarified by the rules of engagement for Operation ATHENA issued to Canadian Forces personnel in theatre.
In response to (b), yes, the Canadian Forces publication entitled “Defensive Operations” provides information on the use of the C19. The publication “Ambush and Counter-Ambush” provides further information on the use of support weapons, such as the C19, for ambush tactics, techniques and procedures.
Soldiers and officers are instructed in the use of the C19 and the associated doctrine during their infantry training. Each task force is provided with C19 training in Canada before deploying to Afghanistan. This allows the Infantry battle group to practise testing, setting up and initiating the C19.
In its use of the C19, the Canadian Forces follow the International Law of Armed Conflict as set out in the Joint Doctrine manual, “Law of Armed Conflict at the Operational and Tactical Levels”. The manual, at paragraph 511(4), provides as follows:
4. The use of an anti-personnel mine that is manually detonated (for example, by land line or electronic signal from a remote or protected position) by a [Canadian Forces] member is not prohibited. Therefore, the use of an explosive device such as a “Claymore Mine” is not prohibited if it is manually detonated. Any anti-personnel mine that is designed to be exploded automatically by the “presence, proximity or contact of a person” cannot be lawfully used by the [Canadian Forces]. The “Claymore Area Defence System” is not prohibited if it is command detonated. If horizontal fragmentation weapons which propel fragments in a horizontal arc of less than 90 degrees, such as the Claymore, are placed on or above the ground, they may be used for a maximum period of 72 hours if they are located in the immediate proximity to the military unit that emplaced them, and the area is monitored by military personnel to ensure the effective exclusion of civilians.
In response to (c), (d) and (e), Canadian Forces leadership is not aware of any incident involving the placement or detonation of C19s in a manner inconsistent with Canadian Forces doctrine, rules of engagement, or the Ottawa convention.

Question No. 6--
Ms. Judy Wasylycia-Leis:
With respect to United Nations conventions and treaties to which Canada is a signatory: (a) what are the federal government’s criteria for assessing individual provincial and territorial endorsement for ratifying a treaty or convention; (b) as of November 1, 2008, which provinces and territories have, according to these criteria, endorsed ratification of the United Nations Convention on the Rights of Persons with Disabilities (the Convention); (c) what steps will be undertaken by the government to secure endorsement by the remaining provinces and territories; (d) when is the next federal-provincial-territorial ministerial meeting on human rights scheduled and will Convention ratification be on the agenda of that meeting; (e) has the Convention been added to the list of international human rights treaties and conventions that are standing items on meeting agendas of the Continuing Committee of Officials on Human Rights (CCOHR); (f) has progress on the ratification process for the Convention been discussed at CCOHR meetings and what is the status of that progress as of November 1, 2008 according to the minutes of those meetings; (g) is the target date for the completion of consultations with the provinces and territories on the ratification of the Convention within the required timeframe to permit Canada to participate fully in the first meeting of States party to the Convention, expected in November 2008, to chart the oversight committee’s future course and, if not, why not; (h) what is the federal government’s criteria for assessing individual provincial and territorial endorsement for signing the Optional Protocol of an international treaty; (i) as of November 1, 2008, which provinces and territories have, according to these criteria, endorsed Canada signing the Optional Protocol of the Convention; and (j) has progress on signing the Optional Protocol for the Convention been discussed at CCOHR meetings and what is the status of that progress as of November 1, 2008, according to the minutes of those meetings?
Response
Hon. James Moore (Minister of Canadian Heritage and Official Languages, CPC):
Mr. Speaker, in response to (a), the Government of Canada has sole authority to ratify international treaties and seeks to ensure that domestic laws, policies and programs comply with the treaty in question prior to ratification. Where an international treaty has implications for provincial and territorial governments, as is the case with the Convention on the Rights of Persons with Disabilities, CRPD, e.g., regarding accessibility of buildings and services, legal capacity, health, education, family law, et cetera, these governments will do their own assessments to ensure conformity with the relevant provisions of the treaty. The Government of Canada and provincial and territorial governments are currently reviewing their policies, programs and legislation with a view to ratifying the CRPD.
In response to (b), consultations with provincial and territorial governments are ongoing. It is essential that governments have the time required to consult in confidence in order to ensure Canada’s compliance and support for ratification of the CRPD.
In response to (c), the Government of Canada is providing support and assistance to provincial and territorial governments throughout the ongoing review and assessment process. All governments are actively reviewing their policies, programs and legislation as required prior to ratification. As is common practice, the Government of Canada will seek the formal support of provincial and territorial governments once these internal reviews are completed and following a decision by the federal government with respect to ratification.
In response to (d), a ministerial meeting has not been scheduled. The Government of Canada continues to work with provinces and territories through the Continuing Committee of Officials on Human Rights.
In response to (e), the CRPD is a standing item on the agendas for biannual face-to-face meetings of the CCOHR and the monthly conference calls of the CCOHR.
In response to (f), discussions on ratification of the CRPD were held at the last in person meeting of the CCOHR as well as prior and subsequent conference calls. The review and consultations are ongoing.
In response to (g), the Government of Canada has not set a firm timeline for ratification in order to ensure that all governments have the time required to review their policies, programs and legislation for compliance with the CRPD prior to a final decision on ratification.
The timeframe in which governments are currently working is within the norms established by the process for ratification of other international human rights treaties which had similar implications for provincial and territorial governments.
In response to (h), (i) and (j), the process with respect to ratification of an optional protocol establishing an individual complaints mechanism in respect of an international human rights treaty, such as the optional protocol to the CRPD, is the same as the process for ratification of the treaty itself. The focus of current discussions with provinces and territories has been on the convention.

Question No. 7--
Ms. Judy Wasylycia-Leis:
With respect to the government’s cessation of funding for the First Nations and Inuit Tobacco Control Strategy announced on September 25, 2006: (a) as the evaluation of this strategy was not completed until March 2007, on what evidence of not providing “value for money” was the decision to cut funding based; (b) as the former Minister of Health, who has acknowledged the need to address the serious health implications of higher-than-average smoking rates in First Nations and Inuit populations, has given public reassurances – to the Standing Committee on Health on November 23, 2006 – that funding will be revived once a revised strategy has been developed, (i) what steps has the government taken since September 2006 to develop a revised strategy, (ii) what is the target date for the initiation of the revised strategy and its full funding; and (c) as the strategy’s evaluation document cited the absence of statistical data as an impediment in evaluation, will the collection of baseline and ongoing national tobacco use statistical data specific to First Nations and Inuit be included in the revised strategy and its funding?
Response
Hon. Leona Aglukkaq (Minister of Health, CPC):
Mr. Speaker, in response to (a), in budget 2006, the Government of Canada promised to review programs to ensure every taxpayer dollar spent was achieving results, providing value for money and meeting the needs of Canadians. As a result of this expenditure review, funding for the first nations and Inuit tobacco control strategy, FNITCS, was eliminated because the program had been ineffective in achieving its goal of lowering the smoking rates among first nations and Inuit. Current data indicates that smoking rates among first nations and Inuit remain very high, at approximately triple the Canadian average; 59% of first nations and 58% of Inuit are smokers.
In response to (b)(i), in September 2006, the federal government committed to work with first nations and Inuit leaders to examine options for measures that would reduce smoking, prevent the harms of tobacco smoke, and show accountability for results not achieved by the former first nations and Inuit tobacco control program. First nations and Inuit leaders are important partners and have a major role to play in an effective program that will meet the needs of their community, address the issues of smoke-free spaces, youth smoking and access to tobacco products.
Canadian and international evidence shows that in order to achieve lasting results, tobacco control actions must be comprehensive, integrated and sustained. This includes the full range of interventions, including prevention, cessation, education, as well as protection--smoke-free spaces, retailer actions and compliance--, pricing, research, surveillance and evaluation.
Health Canada has worked with first nations and Inuit partners in a number of ways to promote evidence based approaches to tobacco control: supported the Assembly of First Nations to hire a special adviser to the national chief; collaborated with the Assembly of First Nations on public opinion research regarding first nations health directors’ perceptions of tobacco control activities; and supported Inuit tobacco network to develop an evidence based, Inuit specific strategy.
In response to (b)(ii), this work, in collaboration with the Assembly of First Nations and Inuit tobacco network, has informed first nations and Inuit participation in the federal tobacco control strategy, FTCS. Funding is available to support first nations and Inuit projects through the FTCS proposals process. In addition, Health Canada supports a range of health promotion programs in first nations and Inuit communities, from diabetes prevention to maternal and child health promotion. These programs aim to enable first nations and Inuit to adopt healthy lifestyles, which includes tobacco cessation.
In response to (c), national tobacco use statistical data specific to first nations is being collected through the first nations regional longitudinal health survey. Data is currently being collected for the phase II 2008 survey. Tobacco use data specific to Inuit, as well as other aboriginal residents of Canada, is collected through Statistics Canada’s aboriginal peoples survey. Results of the 2006 survey were released December 3, 2008.

Question No. 9--
Ms. Kirsty Duncan:
With respect to mitigating the impacts of the next pandemic influenza: (a) have provincial pandemic plans been tested during the last twelve months and, if so, which ones were tested, and what revisions were made based on lessons learned; and (b) what legislative and logistical steps has the government taken regarding social distancing measures?
Response
Hon. Leona Aglukkaq (Minister of Health, CPC):
Mr. Speaker, in response to, (a), for the Canadian pandemic influenza plan, a number of provincial and territorial jurisdictions have either conducted comprehensive testing of their pandemic plans, have tested components of them, e.g, mass delivery and administration of vaccines, incident command system. In some jurisdictions, local exercises have occurred while others have also taken part in national exercises related to pandemic testing. Additionally, testing of the structures and processes that will be used during a pandemic has occurred as a result of recent avian influenza outbreaks or exercises related to other events, e.g., the 2010 Olympics. All of these activities have enabled jurisdictions to learn lessons that are being applied to pandemic preparedness and response.
In response to (b), the Quarantine Act is the legal authority under which the Government of Canada implements actions at Canadian points of entry to limit the introduction and spread of communicable diseases. Activities associated with this include screening of travellers at points of entry into or exit from Canada. Sick travellers are isolated and placed under this authority until believed to no longer pose a risk to the public. Social distancing measures are identified in Annex M, Public Health Measures, of the CPIP. Annex M provides overarching guidelines of logistical steps that can be taken by the provinces and territories s during a pandemic to control the spread of pandemic influenza. Decisions regarding implementation of these measures would be made at the discretion of provincial, territorial and local levels and will depend upon many factors including, but not limited to, severity of disease, level of disease in community, and societal impact. Social distancing measures are one component of a community based disease control strategy and can range from logistical recommendations to stay home if ill to closure of schools and daycare settings and restriction of public gatherings. These guidelines are considered by pandemic planners across the country. Timely communication of any public health measures and other relevant information to all affected will be important to help ensure compliance with the recommended interventions at the time of a pandemic. Provinces and territories would take logistical steps to implement guidelines according to the situation in their respective communities.

Question No. 10--
Ms. Kirsty Duncan:
With regards to the risk of a pandemic influenza: (a) what steps has the government taken to protect the health of Canadians during the initial delay in the availability of a specific influenza vaccine for the pandemic strain; (b) what human health and economic costs have been identified for Canada for the delay period, and what steps has the government taken to reduce these costs; (c) what is the government stockpile of Tamiflu, and has the government achieved the stockpile target for antivirals and, if not, when will it be reached; and (d) what specific steps has the government taken to address the limited shelf life of Tamiflu, and the development of resistance to the drug?
Response
Hon. Leona Aglukkaq (Minister of Health, CPC):
Mr. Speaker, in response to (a), the Government of Canada, in partnership with provinces and territories, has developed the Canadian pandemic influenza plan for the health sector, a planning tool to guide all those involved in planning and responding to an influenza pandemic. The multi-faceted plan includes a pandemic vaccine and antiviral strategy. The national antiviral stockpile, NAS, has been established to protect Canadians while a vaccine is being developed. Additionally, non-pharmaceutical measures and public messaging will be implemented to reduce the risk of disease transmission during the initial period when a pandemic virus-specific vaccine is not available.
In response to (b), the Department of Finance has conducted preliminary assessments of the economic impact and concluded that a pandemic would have limited economic effects and that a 1918-type pandemic would likely reduce annual GDP growth by up to one percentage point in the pandemic year. Planning assumptions in the Canadian pandemic influenza plan for the health sector are that a pandemic may last 12 to 18 months and more than one wave may occur within a 12 month period; that 15% to 35% of the population will be clinically ill over the course of the pandemic and, that there would be an estimated 20% to 25% rate of workplace absenteeism during the peak one to two weeks of the pandemic wave. Canada’s comprehensive approach which includes vaccine and antiviral strategies, non-pharmaceutical measures, e.g., social distancing, and public communications, would reduce the impact on human health.
In response to (c), governments have achieved the stockpile target amount for the NAS and will continue to manage the stockpile to ensure that the appropriate composition and size is maintained. The NAS contains 55.7 million doses of antivirals. An additional 14.9 million doses of antiviral treatment are stockpiled in the national emergency stockpile system for surge capacity. These numbers do not include additional provincial and territorial stockpiles or other private or government departments stockpile amounts.
In response to (d), federal, provincial and territorial public health experts are reviewing options to address the limited shelf life of Tamiflu. Moreover, in order to ensure the best possible antiviral strategy for Canada, regular reviews are conducted on new and emerging evidence on antiviral resistance, the optimal mix and amount of drugs in a diversified stockpile.

Question No. 11--
Ms. Kirsty Duncan:
With regards to the stockpiling of Tamiflu for an influenza pandemic: (a) how does Canada rank among other G7 countries in terms of the number of antiviral treatments the government has stockpiled or intends to stockpile; (b) how do the steps of the government compare to the actions of other G7 countries in terms of using Tamiflu for prophylaxis and treatment; (c) what is the ethical framework for identifying priority groups during a pandemic, and what priority groups have been identified by the government for prophylaxis and treatment; and (d) what priority age groups in order of ranking for prophylaxis and treatment during an influenza pandemic have been identified?
Response
Hon. Leona Aglukkaq (Minister of Health, CPC):
Mr. Speaker, in response to (a), Canada is comparable to other G7 countries in having a stockpile of antivirals for approximately 25% of the population. This includes the provincial and territorial, P/T, stockpiles of the national antiviral stockpile, NAS, the federal national emergency stockpile system, NESS, and other federal and provincial and territorial stockpiles. Antivirals are only one component of Canada’s multi-facet approach for managing a pandemic. Canada is unique in having a domestic supply agreement for the provision of pandemic vaccine. Canada’s target for antiviral stockpiles was established to complement other aspects of our pandemic response.
In response to (b), the Government of Canada, in collaboration with provinces and territories, has developed policy recommendations for the use of antivirals during a pandemic. Canada’s recommendations of a limited prophylaxis strategy are well within the range of plans of G7 countries. The recommendations do not support widespread use of antivirals for prevention but limited use in the following two situations: in the pandemic alert period, should cases occur in Canada, to prevent illness among people who are known to have close contact with infected individuals and during a pandemic for controlling outbreaks in “closed settings” such as long-term care facilities.
In response to (c), the Canadian pandemic influenza plan for the health sector outlines the ethical framework for planning and response to an influenza pandemic. Canada has a “treat all who need it” strategy, so there are no priority groups identified for early treatment. A report and policy recommendations on the use of antivirals for prophylaxis during an influenza pandemic was released in 2008 and included the ethical considerations that informed the recommendations. The recommendations can be found at the following weblink: http://www.phac-aspc.gc.ca/publicat/2008/prapip-uappi/07a-eng.php
In reponse to (d), Canada has not identified priority groups specifically for antiviral treatment during a pandemic. Age was not a factor when the policy recommendations for prophylaxis were made.

Question No. 18--
Mr. Dennis Bevington:
With regard to section 5.2 of the Canada Oil and Gas Operations Act and the issuance of oil and gas licenses to Paramount Resources in the Cameron Hills region of the Northwest Territories: (a) what rationale has the Minister used to determine that a benefits agreement with local Aboriginal people is not required; (b) why has the government refused to discuss a benefits agreement with the local Aboriginal people; and (c) why has the government insisted that such discussions be carried out through the Deh Cho Land Claims negotiations?
Response
Hon. Chuck Strahl (Minister of Indian Affairs and Northern Development and Federal Interlocutor for Métis and Non-Status Indians, CPC):
Mr. Speaker, in response to (a), section 5.2(2) of the Canada Oil and Gas Operations Act provides the authority to the minister to approve or to waive the requirement of approval of a benefits plan in respect of any oil and gas-related work or activity in non-accord frontier areas. The minister has no authority with regard to section 5.2(2) to determine the requirement for a benefits agreement between Paramount Resources and local aboriginal people. A benefits agreement is a bilateral contractual agreement between an operator and a community.
In response to (b), a benefits agreement is a bilateral contractual agreement between an operator and a community. The minister has no authority pursuant to the Canada Oil and Gas Operations Act to discuss benefits agreements with local aboriginal people. The Act does provide the authority to the minister to approve or to waive the requirement of approval of a benefits plan.
In response to (c), a benefits agreement is a bilateral contractual agreement between an operator and a community. Land claims negotiations have consistently provided the basis for the consideration of agreements of this nature.

Question No. 19--
Mr. Tony Martin:
With respect to the statement by the Minister of Human Resources and Skills Development in the House of Commons on November 21, 2008, what is the evidence, statistical or otherwise, based on a number of standards to measure poverty in Canada, that the cuts to the goods and services tax and the introduction of the universal child care benefit are in fact reducing poverty?
Response
Hon. Diane Finley (Minister of Human Resources and Skills Development, CPC):
Mr. Speaker, this government is supporting the child care choices of all families with young children in a clear and tangible way through the universal child care benefit, UCCB.
Since July 2006 the UCCB has been providing $100 each month, that is $2.4 billion per year, for two million children under six years of age.
This direct financial support helps parents, regardless of where they live, their hours of work or the choices they make, pay for the type of care that is best for their family.
The UCCB has lifted an estimated 24,000 families with about 55,000 children out of low income. This estimate is based on the social Policy Directorate’s microsimulation model that examines the distributional impacts of changes to tax and transfer programs.
The two-point reduction in the GST rate, from 7% to 5%, provides substantial tax relief to all Canadians, including those who do not earn enough to pay income tax.

Question No. 20--
Hon. Anita Neville:
With regard to decommissioned military bases: (a) how many homes are vacant at the Kapyong Barracks; (b) how many homes are presently vacant across the country at decommissioned military bases; (c) what is the cost to maintain the vacant homes at the Kapyong Barracks; (d) what is the cost to maintain all vacant homes across the country at decommissioned military bases; (e) what decommissioned bases across the country have been transferred to Canada Lands; (f) which decommissioned military bases are waiting to be transferred to Canada Lands; (g) what regulations are in place for decommissioned military bases with vacant housing that determines the use and occupancy of these houses; (h) when was the last time the regulations were changed with regard to the use of the houses on decommissioned military bases; and (i) is there any flexibility in the application of these regulations or the use of them?
Response
Hon. Peter MacKay (Minister of National Defence and Minister for the Atlantic Gateway, CPC):
Mr. Speaker, in response to (a), the Kapyong Barracks site does not contain homes. The adjacent Winnipeg South Housing site has 110 vacant homes and is intended for transfer to Canada Lands Company.
In response to (b), 17 homes are vacant at the decommissioned military base in Jericho Beach, British Columbia, and 430 homes are vacant at the Rockcliffe site in Ottawa, Ontario.
There are also other sites that do not fit the Department of National Defence’s definition of decommissioned military bases; however, the sites are surplus to National Defence requirements and contain vacant homes. These sites include: Winnipeg South Housing site, Winnipeg, Manitoba, (110 homes); Oakville, Ontario, (61 homes); and Shannon Park, Nova Scotia, (32 apartment buildings containing 420 apartment units).
In response to (c), Tthe Kapyong Barracks site does not contain homes; however, the operating and maintenance cost for the Winnipeg South housing site was $673,000 in fiscal year 2007-2008.
In response to (d), Tthe costs for operation and maintenance of the vacant homes at the decommissioned military bases for fiscal year 2007-2008 are as follows: Jericho Beach, British Columbia,--$65,000; and Rockcliffe site, Ottawa, Ontario,--$1,800,000.
There are also other sites that do not fit the Department of National Defence’s definition of decommissioned military bases; however, the sites are surplus to National Defence requirements and contain vacant homes. The costs associated with these sites are as follows: Winnipeg South,--$673,000; Oakville,--$200,000; and Shannon Park, Nova Scotia, has 32 apartment buildings, which are not maintained due to severe disrepair and will be demolished.
In response to (e), tThe following decommissioned bases have been transferred to Canada Lands Company: Chilliwack, British Columbia; Calgary, Alberta; Greisbach, Alberta; --London, Ontario, no homes were on the site; and Moncton, New Brunswick, no homes were on this site.
In response to (f), Ddecommissioned military bases waiting for transfer to Canada Lands Company include Jericho, British Columbia, and the Rockcliffe site in Ottawa, Ontario.
There are also other sites that do not fit the Department of National Defence’s definition of decommissioned military bases; however, the sites are surplus to National Defence requirements and are intended for transfer to Canada Lands Company and are at various stages of the transfer process. These sites include: Kapyong Barracks, Winnipeg, Manitoba, no homes on this site; Winnipeg South Hhousing site, Winnipeg, Manitoba; Oakville, Ontario; Denison Armoury site, Toronto, Ontario, no homes on this site; Highbury, Ontario, no homes on this site; Terrebonne, Quebec, no homes on this site; and Shannon Park, Nova Scotia, contains apartment buildings.
In response to (g), there are no regulations specific to vacant housing on decommissioned military bases.
For active military bases, Treasury Board’s Isolated Posts and Government Housing Directive, the Defence Administrative Order and Directive 5024-0--Department of National Defence Living Accommodation and Queen’s Regulations and Orders--Appendix 4.1– Charges for Family Housing Regulations apply.
In response to (h), tThe Isolated Posts and Government Housing Directive became effective 1 August 1, 2007. Defence Administrative Order and Directive 5024-0 became effective April 1, 2007. Queen’s Regulations and Orders Appendix 4.1 became effective September 1, 2001.
(In response to (i), Tthe Canadian Forces Housing Agency applies the regulations in order to meet the needs of Canadian Forces’ members and their families with respect to Department of National Defence accommodation housing. The regulations also contain a provision that allows the Canadian Forces Housing Agency to provide Department of National Defence housing to members of the RCMP, indeterminate employees of the Department of National Defence and other government departments.

Question No. 21--
Hon. Anita Neville:
With regard to the Indian Residential Schools Settlement: (a) what steps have been taken by the government to ensure that survivors of the Île-à-la-Crosse Residential School in Saskatchewan receive compensation that is set out in the Indian Residential Schools Settlement; (b) does the government have records of survivors from the Île-à-la-Crosse Residential School and, if so, how many does the department have record of; and (c) what are the unresolved issues of which the Prime Minister spoke about in the House of Commons on June 12, 2008 that are preventing the government from compensating the survivors of the Île-à-la-Crosse Residential School in Saskatchewan?
Response
Hon. Chuck Strahl (Minister of Indian Affairs and Northern Development and Federal Interlocutor for Métis and Non-Status Indians, CPC):
Mr. Speaker, in resonse to
(a), the government has received requests for compensation under the Indian Residential Schools Settlement Agreement from former students of Île-à-la-Crosse. The government referred to schedule “E”, Residential Schools Settlement Agreement. The government researched and provided a decision that the proposed institution, Île-à-la-Crosse, does not meet the test set forth under article 12 of the Indian Residential Schools Settlement Agreement. The government has been unable to approve applications for compensation naming the Île-à-la-Crosse institution because it is does not qualify under the Indian Residential Schools Settlement Agreement.
In response to (b), the government has two historical records relating to the potential or possible admission of 14 students to the Île-à-la-Crosse Institution.
In response to (c), the unresolved issues of which the Prime Minister spoke about in the House of Commons on June 12, 2008 refer to the fact that Canada was not jointly or solely responsible for the operation of certain institutions and, as a result, cannot offer compensation under the Indian Residential Schools Settlement Agreement. Île-à-la-Crosse is one of the institutions in this category.

Question No. 32--
Mr. Peter Stoffer:
Since February 2006, has the government engaged in any discussions, initiatives, proposals, or directives concerning changes to the existing military supply chain process for the Canadian Forces?
Response
Hon. Peter MacKay (Minister of National Defence and Minister for the Atlantic Gateway, CPC):
Mr. Speaker, Military supply chains are among the most complex in the world. In order to adapt to an environment of constant change, continuous improvement is an integral part of military supply chain management. Discussions are held between stakeholders on an ongoing basis to review the performance of the supply chain and its ability to respond to change in a timely manner. Risks and opportunities for improvement are identified and ongoing in areas such as inventory visibility, inventory velocity, and integration of both financial and materiel accountabilities.

Question No. 36--
Ms. France Bonsant:
With respect to the Royal Canadian Mounted Police detachments that were closed in Quebec in 2004: (a) five years later, what are the government’s plans for these nine detachments, specifically with respect to their possible reopening and to an increase in border staff; and (b) if an analysis of the positive and negative impacts of closing these detachments was done, what were the findings?
Response
Hon. Peter Van Loan (Minister of Public Safety, CPC):
Mr. Speaker, in response to (a), the Government has no current plans to review the Royal Canadian Mounted Police detachment closures that took place in the province of Quebec in 2004. These closures stemmed from the force’s strategic planning exercise to better align its resources with its organizational priorities. Key municipal and policing stakeholders were consulted as part of the strategic planning exercise to help maximize the efficiency and effectiveness of RCMP resources.
This government has been, and remains committed to enhancing the security of our border and helping to stem the flow of contraband and weapons entering the country that pose an important threat to the safety and security of our communities. This includes increased investments in the RCMP, as well as working closely with provincial, municipal, and U.S. partners to conduct threat assessments, identify new and emerging threats at the border and building upon successful border enforcement programs, such as Integrated border enforcement teams, to better deter, identify, and interdict organizations and individuals involved in cross-border crime. There are 24 integrated border enforcement teams strategically located along the Canada-U.S. border, including four teams operating in the province of Quebec.
In response to (b), the RCMP conducts regular border specific assessments. Based on the risks identified in those assessments and other factors such as the need for critical mass in certain locations, our resources are adequately deployed.

Question no 4 --
Mme Dawn Black:
Au sujet de l’utilisation des mines Claymore par les Forces canadiennes (FC) en Afghanistan: a) les FC appliquent-elles une doctrine précise relativement à l’utilisation des mines Claymore en Afghanistan; b) la chaîne de commandement des FC fournit-elle des instructions relatives à l’utilisation des mines Claymore et au respect des obligations en vertu de la Convention d’Ottawa; c) la chaîne de commandement est-elle au courant de certaines utilisations des mines Claymore qui n’étaient pas conformes aux procédures normalisées en Afghanistan; d) le ministre de la Défense nationale est-il au courant d’une quelconque utilisation des mines Claymore en violation de la Convention d’Ottawa; e) le ministre ou la chaîne de commandement sont-ils au courant d’une quelconque utilisation des mines Claymore où l’objectif-cible de cette arme aurait été responsable de sa détonation?
Response
L'hon. Peter MacKay (ministre de la Défense nationale et ministre de la porte d’entrée de l’Atlantique, PCC):
Monsieur le Président, voici les réponses: (a) La doctrine des Forces canadiennes restreint l’utilisation du système d’arme défensive télécommandée C19, parfois appelé « Claymore ». Les règles d’engagement relatives à l’opération Athena remises aux membres des Forces canadiennes dans le théâtre donnent également des précisions à cet égard.
(b) Oui. La publication des Forces canadiennes intitulée « Opérations défensives » traite de l’utilisation du C19. La publication Embuscade et contre embuscade donne des précisions quant à l’utilisation des armes d’appui telles que le C19 dans le cadre des procédures, techniques et tactiques d’embuscade.
Dans le cadre de leur instruction concernant l’infanterie, les soldats et les officiers sont informés relativement à l’utilisation du C19 et à la doctrine qui y est associée. Avant de prendre part à une mission en Afghanistan, les forces opérationnelles s’entraînent à utiliser le C19 au Canada. Cela permet au groupement tactique d’infanterie de s’exercer à tester, installer et déclencher le C19.
Pour ce qui est de l’utilisation du C19, les Forces canadiennes se conforment au droit international des conflits armés comme l’indique le Manuel de doctrine interarmées, Le droit des conflits armés aux niveaux opérationnel et tactique. Selon le paragraphe 511(4) du manuel:
4. L’utilisation d’une mine antipersonnel commandée à la main (p. ex., par des fils terrestres ou un signal électronique depuis un endroit éloigné ou protégé) par un membre des FC n’est pas interdite. Par conséquent, l’utilisation d’un dispositif explosif comme une «Mine Claymore» n’est pas interdite si la mine est commandée à la main. Toute mine antipersonnel qui vise à exploser automatiquement par la présence, la proximité ou le contact d’une personne ne peut pas être légitimement utilisée par les FC. Le «Système de défense de zone Claymore» n’est pas interdit si son déclenchement est télécommandé. Si les armes à fragmentation horizontale qui projettent des fragments dans un arc horizontal de moins de 90 degré, comme la mine Claymore, sont placées sur le sol ou au-dessus de lui, elles peuvent être utilisées pendant une période maximale de 72 heures si elles se trouvent à proximité de l’unité militaire qui les a posées et dans la zone surveillée par le personnel militaire de façon à en exclure effectivement les personnes civiles.
(c), (d), (e) Le commandement des Forces canadiennes n’a été mis au courant d’aucun incident lié au placement ou au déclenchement de C19 d’une manière non conforme à la doctrine ou aux règles d’engagement des Forces canadiennes, ou à la Convention d’Ottawa.

Question no 6 --
Mme Judy Wasylycia-Leis:
En ce qui concerne les conventions et traités de l'Organisation des Nations Unies dont le Canada est signataire: a) quels sont les critères utilisés par le gouvernement fédéral pour évaluer l’approbation par chaque province et territoire de la ratification d'un traité ou d’une convention; b) au 1er novembre 2008, quels provinces et territoires s’étaient montrés, d'après ces critères, en faveur de la ratification de la Convention des Nations Unies sur les droits des personnes handicapées (la Convention); c) quelles mesures le gouvernement prendra-t-il pour assurer l'approbation des autres provinces et territoires; d) quand la prochaine réunion fédérale-provinciale-territoriale des ministres sur les droits de la personne aura-t-elle lieu, et la ratification de la Convention sera-t-elle à l'ordre du jour de la rencontre; e) la Convention a-t-elle été ajoutée à la liste des conventions et des traités internationaux sur les droits humains qui sont des sujets permanents à l’ordre du jour des réunions du Comité permanent des fonctionnaires chargés des droits de la personne (CPFDP); f) les progrès réalisés à l’égard du processus de ratification de la Convention ont-ils été examinés lors des réunions du CPFDP, et où ces progrès en étaient-ils rendus le 1er novembre 2008 d’après les comptes rendus de ces réunions; g) la date prévue de fin des consultations avec les provinces et les territoires sur la ratification de la Convention respecte-t-elle les délais prescrits afin de permettre au Canada de participer pleinement à la première réunion des États parties à la Convention, prévue pour novembre 2008, en vue de définir l’avenir du comité de surveillance et, dans la négative, pourquoi; h) quels sont les critères utilisés par le gouvernement fédéral pour évaluer l’approbation par chaque province et territoire de la signature du protocole facultatif d'un traité international; i) au 1er novembre 2008, quels provinces et territoires s’étaient montrés, d'après ces critères, en faveur de la signature par le Canada du Protocole facultatif de la Convention; j) les progrès en matière de signature du Protocole facultatif de la Convention ont-ils été examinés lors des réunions du CPFDP, et où ces progrès en étaient-ils rendus le 1er novembre 2008, d’après les comptes rendus de ces réunions?
Response
L'hon. James Moore (ministre du Patrimoine canadien et des Langues officielles, PCC):
Monsieur le Président, voici les réponses: (a) Le gouvernement du Canada détient le pouvoir exclusif de ratifier des traités internationaux et vise à s’assurer que les lois, les politiques et les programmes du pays respectent le traité en question avant sa ratification. Lorsqu’un traité international a des répercussions sur les gouvernements provinciaux et territoriaux, comme dans le cas de la Convention relative aux droits des personnes handicapées, la CDPH, par exemple, concernant l’accès aux immeubles et aux services, la capacité juridique, la santé, l’éducation, le droit de la famille, etc., ces gouvernements réaliseront leur propre évaluation afin d’assurer la conformité aux dispositions pertinentes du traité. Le gouvernement du Canada et les gouvernements provinciaux et territoriaux sont à revoir actuellement leurs politiques, leurs programmes et leurs lois dans le but de ratifier la CDPH.
(b) Les consultations avec les gouvernements provinciaux et territoriaux se poursuivent. Il est essentiel que les gouvernements aient le temps nécessaire pour mener des consultations confidentiellement afin d’assurer la conformité et le soutien du Canada en vue de la ratification de la CDPH.
(c) Le gouvernement du Canada offre du soutien et de l’aide aux gouvernements provinciaux et territoriaux tout au cours du processus d’examen et d’évaluation continu. Tous les gouvernements s’activent à passer en revue leurs politiques, leurs programmes et leurs lois ainsi que requis avant la ratification. Selon la pratique courante, le gouvernement du Canada sollicitera l’appui formel des gouvernements provinciaux et territoriaux une fois que ces examens internes seront terminés et que le gouvernement fédéral aura pris une décision relativement à la ratification.
(d) Une réunion ministérielle n’est pas présentement prévue. Le gouvernement du Canada continue à travailler en étroite collaboration avec les provinces et territoires par le biais du Comité permanent des fonctionnaires chargés des droits de la personne.
(e) La CDPH représente un point permanent aux ordres du jour des réunions semestrielles en personne du CPFDP et des téléconférences mensuelles du CPFDP.
(f) Des discussions sur la ratification de la CDPH ont eu lieu au cours de la dernière réunion en personne du CPFDP ainsi qu’au cours des téléconférences antérieures et subséquentes. L’examen et les consultations se poursuivent.
(g) Le gouvernement du Canada n’a pas arrêté de calendrier ferme pour la ratification afin d’assurer que tous les gouvernements ont le temps nécessaire pour passer en revue leurs politiques, leurs programmes et leurs lois, dans le but d’assurer le respect de la CDPH avant qu’une décision finale ne soit prise au sujet de la ratification.
Le calendrier avec lequel les gouvernements travaillent actuellement suit les normes établies en vertu des processus de ratification d’autres traités internationaux de droits de la personne qui comportaient des répercussions semblables pour les gouvernements provinciaux et territoriaux.
(h),( i), (j) Le processus relatif à la ratification d’un protocole facultatif mettant sur pied un mécanisme de traitement des plaintes individuel ayant trait à un traité international sur les droits de la personne, comme le protocole facultatif à la CDPH, est le même que le processus suivi pour la ratification d’un traité comme tel. Les discussions actuelles avec les provinces et les territoires portent principalement sur la Convention.

Question no 7 --
Mme Judy Wasylycia-Leis:
En ce qui a trait à la cessation du financement de la Stratégie de lutte contre le tabagisme chez les Premières nations et les Inuits, annoncée par le gouvernement le 25 septembre 2006: a) puisque l’évaluation de cette stratégie n’a été terminée qu’en mars 2007, sur quels éléments de preuve établissant qu’il n’y avait pas « optimisation des ressources » la décision de cesser ce financement a-t-elle été prise; b) puisque l'ancien ministre de la Santé, qui a reconnu la nécessité de s’occuper des répercussions graves sur la santé que représente un taux de tabagisme plus élevé que la moyenne chez les Premières nations et les Inuits, a donné publiquement l’assurance -- notamment devant le Comité permanent de la Santé le 23 novembre 2006 -- que le financement serait repris dès qu’une nouvelle stratégie aurait été élaborée, (i) quelles mesures le gouvernement a-t-il prises depuis septembre 2006 pour élaborer une nouvelle stratégie, (ii) quelle est la date cible pour l’implantation de la nouvelle stratégie et son financement complet; c) puisque le document d’évaluation de la stratégie mentionnait que l’absence de données statistiques rendait l’évaluation incomplète, est-ce que la collecte de données statistiques de référence et la collecte permanente de données nationales sur le tabagisme chez les Premières nations et les Inuits seront prévues dans la nouvelle stratégie et dans son niveau de financement?
Response
L'hon. Leona Aglukkaq (ministre de la Santé, PCC):
Monsieur le Président, voici les réponses: (a) Dans son budget de 2006, le gouvernement du Canada s’est engagé à revoir tous ses programmes pour s’assurer que l’argent des contribuables est utilisé de façon judicieuse et rentable, afin de répondre aux besoins des Canadiens. À la suite de cet examen des dépenses, on a cessé de financer la Stratégie de lutte contre le tabagisme chez les Premières nations et les Inuits, la SLTPNI, car le programme n’avait pas atteint son objectif de diminuer les taux de tabagisme chez les Premières nations et les Inuits. Les données actuelles indiquent que les taux de tabagisme demeurent très élevés chez ces populations, soit près de trois fois la moyenne canadienne. En fait, 59 p. 100 des membres des Premières nations et 58 p. 100 des Inuits fument.
(b)i) En septembre 2006, le gouvernement fédéral s’est engagé à travailler avec les dirigeants des Premières nations et des Inuits afin d’explorer des mesures possibles de réduction du tabagisme et de prévention des méfaits de la fumée du tabac, ainsi que pour rendre des comptes quant à l’inefficacité de l’ancien programme de lutte contre le tabagisme chez les Premières nations et les Inuits. Les dirigeants des Premières nations et des Inuits sont des partenaires importants, qui ont un rôle de premier plan à jouer dans la mise en œuvre d’un programme efficace qui répond aux besoins de leur communauté et qui apporte des solutions aux questions liées aux espaces sans fumée, au tabagisme chez les jeunes et à l’accès aux produits du tabac.
Les données probantes canadiennes et internationales révèlent que, pour qu’elles soient efficaces à long terme, les mesures de lutte contre le tabagisme doivent être globales, intégrées et soutenues. Ces mesures englobent une gamme complète d’interventions, portant tant sur la prévention, l’abandon et la sensibilisation, que sur la protection (les espaces sans fumée, les mesures liées aux détaillants et leur conformité), la tarification, la recherche, la surveillance et l’évaluation.
Santé Canada a travaillé avec les partenaires des Premières nations et des Inuits de plusieurs façons à promouvoir les approches basées sur des données probantes dans le contrôle du tabagisme: En appuyant l’Assemblée des Premières nations en embauchant un conseiller spécial pour le chef national. En collaborant avec l’Assemblée des Premières nations dans une enquête d’opinion publique concernant la perception des directeurs en santé des Premières nations sur les activités de contrôle du tabagisme. En appuyant l’Inuit Tobacco Network pour développer une stratégie spécifique aux Inuits et basé sur des données probantes.
(b)ii) Ce travail, en collaboration avec l’Assemblée des Premières nations et l’Inuit Tobacco Network, a informé les Premières nations et les Inuits de leur participation a la Stratégie fédérale de lutte contre le tabagisme. Le financement est disponible pour appuyer les projets des Premières nations et des Inuits par l’entremise du processus de proposition de la Stratégie fédérale de lutte contre le tabagisme. De plus, Santé Canada appuie un ensemble de programmes de promotion de la santé dans les communautés des Premières nations et des Inuits, allant de la prévention du diabète à la promotion de la santé maternelle et infantile. Ces programmes ont pour objectif que les membres des Premières nations et les Inuits adoptent des modes de vie sains, ce qui inclut l’abandon du tabagisme.
(c) Des données statistiques nationales sur le tabagisme chez les Premières nations sont recueillies au moyen de l’Étude longitudinale régionale sur les Premières nations; les données sont actuellement recueillies pour la Phase II de l’étude de 2008. Des données sur le tabagisme chez les Inuits, ainsi que chez d’autres groupes autochtones au Canada, sont recueillies par l’Enquête auprès des peuples autochtones de Statistique Canada ;les résultats de l’enquête de 2006 ont été publiés le 3 décembre 2008.

Question no 9 --
Mme Kirsty Duncan:
En ce qui concerne l’atténuation des effets de la prochaine pandémie d’influenza: a) les plans provinciaux de lutte contre l’influenza ont-ils été éprouvés au cours des 12 derniers mois et, si oui, quels correctifs ont été apportés en fonction des leçons apprises; b) quelles mesures législatives et logistiques le gouvernement a-t-il prises à des fins d’isolement des cas?
Response
L'hon. Leona Aglukkaq (ministre de la Santé, PCC):
Monsieur le Président, voici les réponses: (a) Plusieurs provinces et territoires ont déjà mené des exercices complets de leur plan en cas d’épidémie d’influenza. Ils ont, entre autres, vérifié ses composantes, par exemple, les livraison et administration massives de vaccins, le système de commandement des interventions ,etc., et mené des exercices au niveau local. D'autres juridictions ont, pour leur part, pris part à des exercices nationaux reliés à la pandémie. De plus, les structures et les procédures qui seront utilisées en cas d'une pandémie d'influenza ont déjà été vérifiées dans le cadre d'exercices déjà menés pour différents événements tels les Jeux olympiques de 2010. Tous ces exercices ont permis aux provinces et territoires d'apprendre certaines leçons qui seront ensuite appliquées à leur plan de préparation et à leur réponse en cas d'une pandémie.
(b) La Loi sur la quarantaine est le fondement juridique du gouvernement du Canada pour mettre en œuvre des mesures aux points d’entrée canadiens afin de limiter l’entrée et la propagation de maladies contagieuses. Ces mesures associées à cette loi incluent la vérification des voyageurs aux points d’entrée et de sortie du Canada. Les voyageurs infectés sont isolés et soumis à cette loi jusqu’à ce que l’on croie qu’ils ne posent plus de risque pour le public. Les mesures d’isolement social sont énoncées à l’annexe M, Lignes directrices sur les mesures de santé publique du Plan canadien de lutte contre la pandémie d’influenza dans le secteur de la santé. L’annexe M fournit également des directives importantes sur les étapes de la logistique qui doit être observée par les provinces et les territoires pendant une pandémie afin de contrôler la propagation du virus. Des décisions concernant l’application de ces mesures seront prises aux échelons provinciaux, territoriaux ou locaux en fonction de nombreux facteurs y compris, sans s’y limiter, la gravité de la maladie, l’emprise de la maladie dans la collectivité et l’incidence sociétale. Les mesures d’isolement social sont un élément de la stratégie communautaire de contrôle des maladies et peuvent aller de simples recommandations logistiques de rester chez soi en cas de maladie, jusqu’à la fermeture d’écoles et de garderies et la limitation des réunions publiques. Ces directives sont envisagées par les planificateurs en cas de pandémie de l’ensemble du pays. Une communication prompte de toute mesure de santé publique et de tout autre renseignement pertinent à toutes les parties intéressées sera importante pour aider à assurer la conformité avec les interventions recommandées en période de pandémie. Les provinces et les territoires devraient se servir de ces étapes de logistique afin de mettre en œuvre des directives inhérentes aux situations dans leur communauté respective.

Question no 10 --
Mme Kirsty Duncan:
En ce qui concerne le risque de pandémie d’influenza: a) quelles mesures le gouvernement a-t-il prises pour protéger la santé des Canadiens dans l’attente d’un vaccin spécifique contre la souche pandémique d’influenza; b) à combien le gouvernement évalue-t-il le coût pour la santé humaine et le coût économique de cette attente au Canada, et quelles mesures a-t-il prises pour réduire ces coûts; c) à combien s’élève les réserves actuelles de Tamiflu du gouvernement, et celui-ci a-t-il atteint son objectif concernant ses réserves d’antivirus et, si non, quand l’atteindra-t-il; d) quelles mesures précises le gouvernement a-t-il prises pour résoudre le problème de la durée de conservation limitée du Tamiflu et de la résistance grandissante au médicament?
Response
L'hon. Leona Aglukkaq (ministre de la Santé, PCC):
Monsieur le Président, voici les réponses: (a) Le gouvernement du Canada a élaboré, en partenariat avec les provinces et les territoires, le Plan canadien de lutte contre la pandémie dans le secteur de la santé, un outil de planification servant de guide à toutes les personnes participant à la planification et à l’intervention en cas de pandémie d’influenza. Le plan à multiples facettes comprend un vaccin pandémique et une stratégie antivirale. La Réserve nationale d’antiviraux, laRNA, a été établie pour protéger les Canadiens, en attendant qu’un vaccin ne soit mis au point. De plus, des mesures non pharmaceutiques ainsi que des messages publics vont être implantés afin de réduire le risque de transmission du virus pendant la période initiale lorsqu’un vaccin spécifique à une pandémie n’est pas disponible.
(b) Le ministère des Finances a effectué des évaluations préliminaires des effets économiques et a conclu qu’une pandémie aurait des effets économiques limités et qu’une pandémie comme celle de 1918 réduirait probablement le PIB d’un point de pourcentage durant l’année de la pandémie. Les hypothèses de planification suivantes sont présentées dans le Plan canadien de lutte contre la pandémie dans le secteur de la santé: une pandémie pourrait durer de 12 à 18 mois et plus d’une vague pourrait se produire durant une période de 12 mois; entre 15 p. 100 et 35 p. 100 de la population serait cliniquement atteinte au cours de la pandémie et il y aurait un taux estimé entre 20 et 25 p. 100 d’absentéisme au travail pendant une à deux semaines au cours de la période la plus forte de la vague. La démarche globale du Canada, incluant des vaccins et une stratégie antivirale, des mesures non pharmaceutiques, par exemple, un éloignement social, et des communications publiques, réduirait l’effet d’une pandémie sur la santé des humains.
(c) Les gouvernements ont atteint le montant cible pour la RNA et continueront de gérer la réserve pour faire en sorte qu’une composition et une taille appropriées soient maintenues. La RNA contient 55,7 millions de doses d’antiviraux. Quatorze virgule neuf millions d’autres doses de traitement antiviral sont accumulées dans le Système de la réserve nationale d'urgence pour répondre à une demande subite. Ces chiffres n’incluent pas les réserves provinciales et territoriales additionnelles ni la quantité que peuvent contenir les réserves privées ou celles d’autres ministères gouvernementaux.
(d) Les spécialistes fédéraux, provinciaux et territoriaux de la santé publique examinent les options relatives à la durée de conservation du tamiflu. En outre, pour mettre en place la meilleure stratégie antivirale possible pour le Canada, des examens des renseignements nouveaux et émergents sur la résistance antivirale, sur le mélange optimal et sur la quantité de médicaments que doit contenir une réserve diversifiée sont effectués périodiquement.

Question no 11 --
Mme Kirsty Duncan:
En ce qui concerne le stockage de Tamiflu en vue d’une pandémie d'influenza: a) à quel rang le Canada se trouve-t-il parmi les pays du G7 pour le nombre de doses d’antiviral que le gouvernement a stockées ou compte stocker; b) comment les actions du gouvernement se comparent-t-elles à celles d’autres pays du G7 pour l’utilisation de Tamiflu à titre préventif ou curatif; c) au moyen de quels critères éthiques identifierait-on les groupes prioritaires lors d’une pandémie et auxquels d’entre eux le gouvernement ferait-il administrer le traitement à titre préventif ou curatif; d) à quels groupes d’âge par ordre de priorité administrerait-on le traitement à titre préventif ou curatif lors d’une pandémie d'influenza?
Response
L'hon. Leona Aglukkaq (ministre de la Santé, PCC):
Monsieur le Président, voici les réponses: (a) Le Canada se compare aux autres pays du G7 ayant une réserve d’antivirus pour environ 25 p. 100 de la population. Cela inclut les réserves provinciales-territoriales, PT, de la Réserve nationale d’antiviraux, la RNA, du Système de la réserve nationale d'urgence, le SRNU et d’autres réserves fédérales et PT. Les antiviraux ne sont qu’un élément de la démarche à facettes multiples du Canada pour gérer une pandémie. Le Canada est le seul pays à avoir une entente d’approvisionnement national de vaccins en cas de pandémie. La cible de réserves d’antiviraux du Canada a été établie pour compléter les autres aspects de notre intervention en cas de pandémie.
(b) Le gouvernement du Canada a élaboré, en collaboration avec les provinces et les territoires, des recommandations de politique sur l’utilisation d’antiviraux durant une pandémie. Les recommandations du Canada d’une stratégie de prophylaxie limitée se situent dans l’ordre des plans des pays du G7. Les recommandations ne favorisent pas l’utilisation répandue d’antiviraux aux fins de prévention, mais plutôt l’utilisation limitée dans les deux situations suivantes: durant la période d’alerte pandémique, si une telle pandémie devait survenir au Canada, pour empêcher que les personnes qui sont en contact étroit avec des personnes atteintes ne contractent la maladie; durant une pandémie pour limiter l’épidémie à des « lieux fermés » comme des établissements de soins prolongés.
(c) Le Plan canadien de lutte contre la pandémie dans le secteur de la santé énonce le cadre éthique de la planification et de l’intervention en cas de pandémie d’influenza. Le Canada a une stratégie « traiter toutes les personnes qui en ont besoin », de sorte qu’il n’y a pas de groupes prioritaires à traiter en premier. Un rapport contenant des recommandations de politique sur l’utilisation d’antiviraux pour la prophylaxie en cas de pandémie d’influenza a été publié en 2008 et comprenait des considérations éthiques qui ont éclairé les recommandations. Ces dernières peuvent être consultées à l’adresse Web suivante: http://www.phac-aspc.gc.ca/publicat/2008/prapip-uappi/07a-fra.php
(d) Le Canada n’a pas établi de groupes prioritaires pour le traitement antiviral durant une pandémie. L’âge n’était pas un facteur au moment d’élaborer les recommandations relatives à la prophylaxie.

Question no 18 --
M. Dennis Bevington:
En ce qui concerne l'article 5.2 de la Loi sur les opérations pétrolières au Canada et la délivrance de permis à Paramount Resources dans la région des Cameron Hills dans les Territoires du Nord-Ouest: a) comment le ministre a-t-il justifié qu’un accord sur le partage des profits avec la population autochtone locale n’était pas requis; b) pourquoi le gouvernement a-t-il refusé de discuter d’un tel accord avec la population autochtone locale; c) pourquoi le gouvernement a-t-il insisté pour que de telles discussions se tiennent dans le cadre du règlement des revendications territoriales du Deh Cho?
Response
L'hon. Chuck Strahl (ministre des Affaires indiennes et du Nord canadien et interlocuteur fédéral auprès des Métis et des Indiens non inscrits, PCC):
Monsieur le Président, voici les réponses: (a) Le paragraphe 5.2(2) de la Loi sur les opérations pétrolières au Canada autorise le ministre à approuver ou à renoncer à son droit d'approuver, un plan de retombées économiques relativement à tout projet pétrolier ou gazier dans les régions pionnières non visées par des accords. Aux termes du paragraphe 5.2(2), le ministre n'est pas habilité à déterminer la nécessité d'un accord sur les retombées entre Paramount Resources et les Autochtones de la région. Un accord sur les retombées est une entente contractuelle bilatérale entre un exploitant et une collectivité.
(b) Un accord sur les retombées est une entente contractuelle bilatérale entre un exploitant et une collectivité. La Loi sur les opérations pétrolières au Canada n'habilite pas le ministre à discuter des accords sur les retombées avec des Autochtones de la région. La Loi l’autorise toutefois à approuver, ou à renoncer à son droit d'approuver, un plan de retombées économiques.
(c) Un accord sur les retombées est une entente contractuelle bilatérale entre un exploitant et une collectivité. Les négociations en matière de revendications territoriales procurent constamment les fondements permettant d’envisager des accords de ce genre.

Question no 19 --
M. Tony Martin:
En ce qui concerne la déclaration faite à la Chambre des communes par la ministre des Ressources humaines et du Développement des compétences le 21 novembre 2008, quelles données statistiques ou autres, fondées sur un certain nombre de critères servant à mesurer le niveau de pauvreté au Canada, permettent de démontrer que les réductions du taux de la taxe sur les produits et services et la création de la Prestation universelle pour la garde d'enfants contribuent réellement à réduire la pauvreté?
Response
L'hon. Diane Finley (ministre des Ressources humaines et du Développement des compétences, PCC):
Monsieur le Président, la Prestation universelle pour la garde d'enfants, la PUGE, permet au gouvernement d'aider de façon claire et concrète toutes les familles qui ont de jeunes enfants, quel que soit leur choix en matière de garde d'enfants.
Depuis juillet 2006, des familles canadiennes reçoivent le versement mensuel de 100 $ pour chacun de leurs enfants de moins de six ans. Cela représente 2,4 milliards de dollars par an pour deux millions d'enfants.
Cette aide financière directe aide les parents, quels que soient leur lieu de résidence, leur horaire de travail ou leur choix en matière de garde d'enfants, à payer le service de garde qui leur convient le mieux.
La PUGE a permis de faire sortir environ 24 000 familles et leurs 55 000 enfants de la catégorie des familles à faible revenu. Cet estimé est fondé sur les résultats d’un modèle de microsimulation à la Direction de la Politique sociale. Ce modèle examine l’impact des changements des programmes de taxes et transferts selon les revenus.
La réduction de deux points de pourcentage du taux de la TPS, de 7 p. 100 à 5 p. 100, bénéficie à tous les Canadiens, y compris à ceux qui ne gagnent pas assez pour payer de l’impôt sur le revenu.

Question no 20 --
L'hon. Anita Neville:
En ce qui concerne les bases militaires déclassées: a) combien de maisons sont inoccupées aux casernes Kapyong; b) combien de maisons sont actuellement inoccupées sur les bases militaires déclassées de tout le pays; c) combien coûte l’entretien des maisons inoccupées aux casernes Kapyong; d) combien coûte l’entretien des maisons inoccupées sur les bases militaires déclassées de tout le pays; e) quelles bases militaires déclassées de tout le pays ont été transférées à la Société immobilière du Canada; f) quelles bases militaires déclassées sont en attente de transfert à la Société immobilière du Canada; g) au moyen de quel règlement régissant les bases militaires déclassées ayant des logements inoccupés détermine-t-on l’usage de ces maisons; h) à quand remonte la dernière modification de ce règlement relativement à l’usage des maisons des bases militaires déclassées; i) existe-t-il une certaine souplesse dans l’application de ce règlement?
Response
L'hon. Peter MacKay (ministre de la Défense nationale et ministre de la porte d’entrée de l’Atlantique, PCC):
Monsieur le Président, voici les réponses: a) Le site de la caserne Kapyong ne contient pas de maisons. Le site sud de logement de Winnipeg qui est contigu a 110 maisons inoccupées, et on envisage de le transférer à la Société immobilière du Canada.
b) Dix-sept maisons de la base militaire désaffectée de Jericho Beach, en Colombie Britannique, sont inoccupées, et 430 maisons du site de Rockcliffe à Ottawa, en Ontario, sont inoccupées.
Il y a également d'autres sites qui ne répondent pas à la définition du ministère de la Défense nationale, le MDN, de « bases militaires désaffectées »; cependant, ces sites sont excédentaires par rapport aux besoins de la Défense nationale et contiennent des maisons inoccupées. Ces sites sont notamment les suivants: Site sud de logement de Winnipeg, au Manitoba, 110 maisons; Oakville, Ontario, 61 maisons; et Shannon Park, Nouvelle-Écosse, 32 immeubles d'habitation contenant 420 appartements.
c) Le site de la caserne Kapyong ne contient pas de maisons; cependant, le coût de fonctionnement et d'entretien pour le site sud de logement de Winnipeg était de 673 000 $ au cours de l'année financière 2007-2008.
d) Le coût de fonctionnement et d'entretien des maisons inoccupées des bases militaires désaffectées, au cours de l'année financière 2007-2008, se répartit comme suit: Jericho Beach -- 65 000 $; et Rockcliffe -- 1 800 000 $.
Il y a aussi d'autres sites qui ne répondent pas à la définition du MDN de « bases militaires désaffectées »; cependant, ces sites sont excédentaires par rapport aux besoins du MDN et contiennent des maisons inoccupées. Les coûts associés à ces sites sont les suivants: Site sud de Winnipeg -- 673 000 $; Oakville -- 200 000 $; et Shannon Park, en Nouvelle-Écosse, a 32 immeubles d'habitation qui seront démolis au lieu d’être entretenus, parce qu'ils sont en très mauvais état.
e) Les bases militaires désaffectées suivantes ont été transférées à la Société immobilière du Canada: Chilliwack, Colombie-Britannique; Calgary, Alberta; Greisbach, Alberta; London, Ontario, il n'y avait aucune maison sur le site; et Moncton, Nouveau-Brunswick il n'y avait aucune maison sur le site.
f) Les bases militaires désaffectées qui attendent d'être transférées à la Société immobilière du Canada sont notamment celles des sites de Jericho, en Colombie Britannique, et de Rockcliffe à Ottawa, en Ontario.
Il y a aussi d'autres sites qui ne répondent pas à la définition du ministère du MDN de « bases militaires désaffectées »; cependant, ces sites sont excédentaires par rapport aux besoins du MDN et on envisage de les transférer à la Société immobilière du Canada. On en est à diverses étapes du processus de transfert. Il s'agit notamment des sites suivants: Caserne Kapyong, Winnipeg, Manitoba il n'y a aucune maison sur le site; Site sud de logement de Winnipeg, Winnipeg, ou Manitoba; Oakville, Ontario; Site du manège militaire Denison, Toronto, Ontario il n'y a aucune maison sur le site; Highbury, Ontario il n'y a aucune maison sur le site; Terrebonne, Québec il n'y a aucune maison sur le site; et Shannon Park, Nouvelle-Écosse contient des immeubles d'habitation.
g) Il n'y a pas de règlements particuliers concernant les maisons inoccupées se trouvant dans les bases militaires désaffectées.
Pour les bases militaires actives, les règlements suivants s'appliquent: Directive sur les postes isolés et les logements de l'État du Conseil du Trésor, Directive et ordonnance administrative de la Défense 5024-0 – Logement du ministère de la Défense nationale et Ordonnances et règlements royaux applicables aux Forces canadiennes -- Annexe 4.1 -- Règlement concernant les frais pour les logements familiaux.
h) La Directive sur les postes isolés et les logements de l'État est entrée en vigueur le 1er août 2007. La Directive et ordonnance administrative de la Défense 5024-0 est entrée en vigueur le 1er avril 2007. L'annexe 4.1 des Ordonnances et règlements royaux applicables aux Forces canadiennes est entrée en vigueur le 1er septembre 2001.
i) L'Agence de logement des Forces canadiennes applique les règlements concernant l'attribution des logements du MDN uniquement dans le cadre du mandat et de la mission de l'Agence, qui est de gérer les logements du MDN pour répondre aux besoins des membres des Forces canadiennes et de leurs familles. Les règlements contiennent aussi une disposition stipulant que l'Agence de logement des Forces canadiennes peut attribuer des logements du MDN à des membres de la GRC, à des employés du MDN et à d'autres ministères embauchés pour une période indéterminée.

Question no 21 --
L'hon. Anita Neville:
Au sujet du règlement ayant trait aux pensionnats indiens: a) quelles mesures le gouvernement a-t-il prises pour s’assurer que les survivants du pensionnat de l’Île-à-la-Crosse (Saskatchewan) reçoivent l’indemnisation prévue à l’accord de règlement; b) le gouvernement a-t-il un dossier sur les survivants du pensionnat de l’Île-à-la-Crosse (Saskatchewan) et, si oui, de combien de personnes s’agit-il; c) quelles sont les questions en suspens dont le premier ministre a parlé à la Chambre des communes le 12 juin 2008 qui empêchent le gouvernement d’indemniser les survivants du pensionnat?
Response
L'hon. Chuck Strahl (ministre des Affaires indiennes et du Nord canadien et interlocuteur fédéral auprès des Métis et des Indiens non inscrits, PCC):
Monsieur le Président, voici les réponses:
a) Le gouvernement a reçu des demandes d’indemnisation d’anciens élèves de l’Île-à-la-Crosse en vertu de la Convention de règlement relative aux pensionnats indiens. Le gouvernement a consulté l’Annexe « E », Pensionnats indiens, de la Convention de règlement relative aux pensionnats indiens. Le gouvernement a effectué des recherches et a rendu une décision selon laquelle l’établissement proposé, Île-à-la-Crosse, ne répond pas aux critères pour l’ajout d’un établissement énoncés à l’article 12 de la Convention de règlement relative aux pensionnats indiens. Il a été impossible pour le gouvernement d’approuver les demandes d’indemnisation qui se rapportaient à l’établissement de l’île-à-la-Crosse, car ce dernier ne se qualifiait pas en vertu de la Convention de règlement relative aux pensionnats indiens.
b) Le gouvernement possède deux dossiers historiques concernant l’admission possible de 14 élèves à l’établissement de l’Île-à-la-Crosse.
c) Les questions non résolues dont le premier ministre a parlé à la Chambre des communes le 12 juin 2008 faisaient référence au fait que le Canada n’était pas conjointement ou exclusivement responsable du fonctionnement de certains établissements et qu’il ne peut donc pas offrir une indemnité en vertu de la Convention de règlement relative aux pensionnats indiens. L’établissement de l’Île-à-la-Crosse entre dans cette catégorie.

Question no 32 --
M. Peter Stoffer:
Depuis février 2006, le gouvernement a-t-il participé à des discussions, initiatives, propositions ou directives concernant les changements à apporter au processus de la chaîne d’approvisionnement militaire des Forces canadiennes?
Response
L'hon. Peter MacKay (ministre de la Défense nationale et ministre de la porte d’entrée de l’Atlantique, PCC):
Monsieur le Président, les chaînes d’approvisionnement militaires comptent parmi les plus complexes au monde. L’amélioration continue est une partie intégrante de la gestion de la chaîne d’approvisionnement militaire qui assure le succès de la chaîne et qui permet de s’adapter à un milieu en constante évolution. Des discussions ont lieu régulièrement entre les intervenants afin d’examiner le rendement de la chaîne d’approvisionnement et sa capacité de s’adapter aux changements en temps opportun. Les possibilités et les risques liés à l’amélioration sont recensés dans les domaines tels que la transparence des stocks, la rotation des stocks et l’intégration des responsabilités en matière de finances et de matériel.

Question no 36 --
Mme France Bonsant:
En ce qui concerne les détachements de la Gendarmerie Royale du Canada fermés au Québec en 2004: a) cinq ans plus tard, quels sont les plans du gouvernement pour ces neuf détachements, notamment en ce qui concerne la réouverture éventuelle de ces détachements et l’augmentation des effectifs frontaliers; b) si une analyse des impacts positifs et négatifs de ces fermetures dans les régions concernées a été réalisée, quels en sont les détails?
Response
L'hon. Peter Van Loan (ministre de la Sécurité publique, PCC):
Monsieur le Président, voici les réponses: (a) À l’heure actuelle, le gouvernement n’a aucun plan en place pour examiner la fermeture des détachements de la Gendarmerie royale du Canada, la GRC, qui s’est opérée en 2004 au Québec. Ces fermetures ont été faites à la suite de l’exercice de planification stratégique visant à harmoniser les ressources et les priorités organisationnelles. Les principaux intervenants municipaux clés et les responsables des services de police ont été consultés dans le cadre de l’exercice de planification stratégique pour accroître autant que possible l’efficacité des ressources de la Gendarmerie royale du Canada.
Le gouvernement a toujours été, et sera toujours engagé à améliorer la sécurité à la frontière et à endiguer la circulation d’objets interdits et d’armes qui entrent au pays et qui présentent une menace importante pour la sécurité de nos collectivités. Il s’agit d’un accroissement des investitures dans la Gendarmerie royale du Canada ainsi que de travailler en étroite collaboration avec nos partenaires provinciaux, municipaux et américains pour effectuer des évaluations du risque et de la menace, de cerner les nouvelles menaces à la frontière et de tirer profit de programmes efficaces de maintien de l’ordre à la frontière, comme les Équipes intégrées de la police des frontières. Ces mesures permettront d’améliorer les mécanismes de dissuasion, d’identification et d’interdiction visant les organisations et les particuliers impliqués dans des activités liées à la criminalité transfrontalière. On dénombre 24 Équipes intégrées de la police des frontières situées à des endroits stratégiques le long de la frontière canado-américaine, dont quatre au Québec. Gendarmerie royale du Canada (GRC)
(b) La GRC effectue régulièrement des évaluations particulières des postes frontaliers. Nous affectons nos ressources en fonction des risques cernés lors de ces évaluations et d’autres facteurs comme la nécessité d’une masse critique dans certains postes.
Aboriginal land claimsAboriginal peoplesAboriginal residential schoolsAfghanistanAglukkaq, LeonaAgreements and contractsBevington, DennisBlack, DawnBloc Québécois CaucusBonsant, FranceBorder officials ...Show all topics
Results: 1 - 10 of 10

Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data