Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 9 of 9
View Andrew Scheer Profile
CPC (SK)

Question No. 226--
Mrs. Michelle Simson:
With regard to the human swine flu: (a) when exactly was the government first approached by Mexico for help in managing this serious health issue; (b) how many fatalities did the Mexican authorities attribute to this respiratory disease at the time they first notified Canada of their situation; (c) how many victims, that were not fatalities, were they treating when they first approached Canada on the swine flu; (d) what were the official concerns cited by the Mexican authorities in seeking Canadian and international assistance in managing this emergency; and (e) when did the Canadian government undertake the requested assistance?
Response
Hon. Leona Aglukkaq (Minister of Health, CPC):
Mr. Speaker, in response to (a), the Government of Canada was first approached by Mexico for laboratory testing assistance on April 17, 2009.
In response to (b), Mexican authorities did not disclose the number of fatalities attributed to the respiratory disease at the time they first notified Canada of their situation. Events were very unclear at that time.
In response to (c), when Mexican authorities first approached Canada on the H1N1 flu virus, they advised Canada that a number of outbreaks were occurring in different regions in Mexico, with approximately 600 suspect cases of influenza-like illness.
In response to (d), Mexican authorities contacted Canada as they were experiencing what appeared to be a late influenza season with higher than normal rates in health care workers, as well as some severe illness which they assessed as unusual. Laboratory testing in Mexico had failed to yield the diagnosis.
In response to (e), the Government of Canada responded April 17, 2009 offering laboratory and technical assistance to Mexico

Question No. 227--
Hon. Larry Bagnell:
With regards to motion M-426 (rare diseases and disorders), in the name of Mr. Bell (Vancouver North), adopted by the House on May 6, 2008, since that time: (a) has the government acted on this policy and, if not, why not; (b) how much contact has the government initiated and had with stakeholder groups such as Canadian Organization for Rare Disorders to enact this policy; (c) what financial resources has been set aside for this policy; (d) what assurances can the government give Canadians with rare disorders that they have a right to and can access effective therapies and medications; and (e) what actions will the government take to make Canadians aware of this program?
Response
Hon. Leona Aglukkaq (Minister of Health, CPC):
In response to (a), the motion called for exploratory work related to research, regulation and reimbursement of drugs for rare diseases, in collaboration with provinces and territories and stakeholders. The Motion did not establish a program or policy. Initial analysis on motion no 426 was undertaken after it was adopted in May 2008 and before Parliament was dissolved. The Government continues to consider the issue of drugs for rare diseases and the need, if any, for action in areas of federal responsibility. Further work in this area will require the active engagement of provinces and territories, who, as noted above, have primary responsibility for drug coverage.
In response to (b), No stakeholder consultations on the motion were held before the dissolution of Parliament. However, Health Canada officials have discussed related issues with stakeholders, notably the Canadian Organization for Rare Disorders CORD, on numerous occasions. CORD has been an active participant in formal consultations with respect to legislative and regulatory modernization since 2006. The organization has identified data challenges in the review and authorization of products for small populations as a key concern. They have been very supportive of efforts to modernize the Food and Drugs Act and Regulations.
In response to (c), Past analytical work related to the motion and the broader issue of drugs for rare diseases has been conducted within existing resources.
In response to (d), The federal government recognizes the challenges faced by Canadians with rare disorders, and will continue to examine issues related to treatments for rare disorders within the scope of federal role and responsibilities. For example, Health Canada is looking at the regulatory challenges posed by drugs for rare diseases, as part of the department’s ongoing work on regulatory modernization. CORD and other stakeholders have been consulted in this work. It is important to note that prescription drugs provided outside of hospital are outside of the scope of the Canada Health Act and hence, provincial and territorial governments determine, at their own discretion, whether, and under what terms and conditions, to publicly finance prescription drugs, including drugs for rare diseases. The only exceptions are federal populations, e.g., first nations and Inuit, military, veterans, for which the federal government directly provides services. However, the federal government continues to pursue constructive and collaborative work with provinces and territories, including finding ways to better assess drugs for rare diseases for potential reimbursement by our respective drug programs.
In response to (e) To clarify, no program was established through this motion, which called for exploratory work only.

Question No. 228--
Hon. Larry Bagnell:
Since coming to power, (i) what has the government done to promote and help get started the Alaska Highway gas pipeline, (ii) what meetings have been held with stakeholder groups, (iii) what has been the total government expenditures to date on this project, (iv) what is the target date for the construction of this gas pipeline?
Response
Hon. Lisa Raitt (Minister of Natural Resources, CPC):
Mr. Speaker, in resonse to (i), there are two separate proposals to build an Alaska Highway pipeline, AHP. Both project proponents are benefiting from single window access into a streamlined regulatory approvals process, either through a re-staffed Northern Pipeline Agency, NPA, or else through the Major Projects Management Office which was created to improve regulatory performance through a more accountable, predictable, transparent and timely regulatory review process for major resource projects. On March 5, 2008, the then Minister of Natural Resources Canada, NRCan, wrote to the Governor of Alaska expressing support for an AHP. NRCan has publicly expressed the government’s support for an AHP at large conferences including the Alaska Resource Development conference in Anchorage, Alaska, in November 2008, the Interstate Oil and Gas Compact Commission Conference in May 2008, and the Canadian Energy Pipeline Association’s Annual Dinners in 2008 and 2009. Recognizing the importance of first nation engagement and consultation, the Government of Canada is engaging first nations along the proposed pipeline route. The government has both funded and participated in aboriginal workshops organized by the Alaska Highway Aboriginal Pipeline Coalition, AHAPC. Currently, federal departments including NRCan, the Canadian Environmental Assessment Agency, the NPA and the National Energy Board, NEB, are conducting a series of Yukon and first nation community visits along the Yukon portion of the Alaska Highway to raise awareness and answer questions related to the proposed pipeline.
In response to (ii), since January 2006, NRCan has had several meetings with the proponents for an AHP. Meetings have taken place at all levels from working level through to ministerial. First nations are important stakeholders and the government has been actively meeting with them. To date there have been three aboriginal workshops hosted by the AHAPC, which is a service organization to Yukon first nations along the proposed route. Similar, though smaller meetings, have also taken place in British Columbia. In addition to formal workshops, NRCan has met separately with the chair of the AHAPC. Until recently, NRCan chaired an AHP Director General Steering Committee which met semi-annually to share information with key federal departments. The committee’s most active sub-group was the Environmental Assessment and Regulatory Working Group, EARWG. The EARWG met regularly with provincial government representatives as well.
In response to (iii), many AHP related expenditures have been routine business including preparing briefing material and monitoring project developments. However, NRCan did provide approximately $18,000 toward funding an Aboriginal Pipeline Coalition workshop in 2007. Approximately $3,000 was spent to attend each of the three workshops. Attending the round of community visits currently under way will add additional expenses. NRCan also sent several attendees and speakers for large conferences including the Alaska Resource Development Conference and the Interstate Oil and Gas Commission conference. Such conferences cost approximately $3,000 to $5,000 per person attending, including travel. Finally, NRCan houses the NPA, which has responsibility for the Foothills Alaska pipeline project. However, all NPA’s expenditures are cost recovered from the owner of Foothills, TransCanada Pipelines.
In response to (iv), both the TransCanada and the Denali projects have estimated first gas to start flowing in 2018--best case scenarios.

Question No. 242--
Mr. Rodger Cuzner:
With regard to Employment Insurance: (a) has the Minister of Human Resources and Skills Development been provided any documents or departmental briefing notes that outline changes to the processing time of Employment Insurance cheques; (b) under the rules, how many days does an unemployed worker have to wait for his or her first cheque; (c) on average, how many days does an unemployed worker currently wait for his or her cheque; and (d) how many service telephone lines are available to workers looking for information, and how many of those telephone lines are staffed at one time?
Response
Hon. Diane Finley (Minister of Human Resources and Skills Development, CPC):
Mr. Speaker, in response to (a), the minister has received various products that have discussed and outlined measures to maintain the standard for processing Employment Insurance, EI, claims given the significant increase in EI applications over the last eight months. A number of them have dealt with the additional resources and measures that are being added to EI processing such as: redistributing workloads across the country; increasing processing staff by over 900 and adding another 400 over the next few months; increasing overtime on a voluntary basis; reassigning staff from other areas of the department that are not involved in processing benefits; recalling recent retirees; increasing the level of automation of claims processing; and extending the regular hours of operation for EI call centres from 8:00 a.m. to 8:00 p.m. Monday and Fridays and on Saturdays from 8:00 a.m. to 4:00 p.m.
In response to (b), the standard of service is to have 80% of clients who file for benefits receive their first payment or a non-payment notification within 28 days of the date their claim was filed.
In response to (c), for the first seven months of 2009, the average number of days from the date of application until payment or notification of non-payment was 23 days.
In response to (d), the service has 1,041 telephone lines with up to 821 staff available at any one time. Call centre telephone line capacity always exceeds the number of telephone lines staffed to enable incoming calls, queuing of callers until agents become available, and internal call transfer capabilities.

Question No. 247--
Mr. Anthony Rota:
With regards to the measures announced in Budget 2009 concerning assistance for consumers of financial products by enhancing disclosure and improving business practices in respect of credit cards issued by federally regulated financial institutions: (a) which government departments, agencies, government officials and their titles were involved in the consultation process and drafting process in regards to this measure and when did they begin; (b) were there any consultations with any of the Credit Card companies who operate in Canada and, if so, when did these meetings occur and who was present; and (c) which other organisations or stakeholders were involved in the consultation process and with which government officials and when did they occur?
Response
Hon. Jim Flaherty (Minister of Finance, CPC):
Mr. Speaker, in advance of the budget presented to the House of Commons on January 27, 2009, the earliest in modern history, the government launched unprecedented consultation across Canada. These steps were taken to ensure as many Canadians as possible from members of Parliament, business leaders, economists, industry associations non-profit organizations, public interest groups, community groups, provincial, territorial and municipal governments, and most important, everyday citizens were consulted, such as:
an online consultation open to all Canadians was launched at www.fin.gc.ca;
a series of roundtable discussions was held with business leaders, economists, academics, industry leaders, community and labour organizations in cities across Canada from Saint John to Victoria;
the Minister of Finance held town hall meetings in locations across Canada to hear from Canadians personally;
meetings with finance ministers and first ministers from all provinces and territories;
the establishment of a non-partisan Economic Advisory Council of prominent Canadians from across the political spectrum for advice on the budget and on the economy in the months ahead;
meetings with leading representatives of other political parties, including the official opposition Liberal Party of Canada, to ask for their ideas; and
the Minister of Finance wrote every member of Parliament asking them to consult with the people in their communities and report what they heard back to him.
As members are likely aware, the Minister of Finance released the aforementioned proposed Credit Business Practices Regulations this past May for comment. The relevant news release and backgrounders are available online at http://www.fin.gc.ca/n08/09-048-eng.asp. To summarize, the proposed regulations would:
mandate an effective minimum 21 day, interest-free grace period on all new credit card purchases when a customer pays the outstanding balance in full;
lower interest costs by mandating allocations of payments in favour of the consumer;
allow consumers to keep better track of their personal finances by requiring express consent for credit limit increases;
limit debt collection practices that financial institutions use in contacting a consumer to collect on a debt;
prohibit over-the-limit fees solely arising from holds placed by merchants;
provide clear information in credit contracts and application forms through a summary box that will set out key features, such as interest rates and fees;
assist consumers to manage their credit card obligations by providing information on the time it would take to fully repay the balance, if only the minimum payment is made every month; and
mandate advance disclosure of interest rate increases prior to their taking effect, even if this information had been included in the credit contract.
With respect to the reaction to the proposed regulations, following is a small sampling of analysis by public interest groups or commentators:
Bruce Cran, president of Consumers' Association of Canada, said “All of the things that [the finance minister has] done in there are actually just what we asked for …overall, I’ve got to congratulate [the finance minister]”.
Mel Fruitman, vice president of Consumers' Association of Canada, said, “[They] will solve some of the most egregious practices of the credit card companies … it's a big step in the right direction towards helping us control the amounts we pay on our credit cards. We think it will greatly improve the situation”. A Toronto Star editorial stated, “[the] finance minister … has introduced some welcome regulatory changes that will both introduce more transparency to the [credit card] system and save consumers some money”. A Burnaby Now editorial stated. “[the finance minister’s] new regulations … aim to give consumers more rights when it comes to the credit card industry. One of those regulations … involves forbidding card issuers from increasing credit limits without the written consent of cardholders. We hope this and the other proposed regulations - which include a 21-day interest-free grace period on all new transactions when consumers pay their balance in full by the due date - gain approval in Ottawa”.
Additionally, please note, the aforementioned regulations were published in the Canada Gazette on May 23, 2009 and interested persons were invited to make representations to the Financial Institutions Division of the Department of Finance concerning the proposed regulations within 21 days. The deadline for submissions was June 13, 2009.
Regarding the development of the important budget 2009 measures to help consumers of financial products and the subsequent detailed proposed credit business practices regulations, officials from the Department of Finance, the Department of Justice, and the Financial Consumer Agency of Canada were involved in the development and drafting of these measures.

Question No. 253--
Mr. Scott Andrews:
With regard to the Canada Employment Insurance Financing Board (CEIFB) announced in Budget 2008, and the subsequent Nominating Committee announced July 21, 2008: (a) have the Nominating Committee identified candidates for appointment to the CEIFB and, if so, (i) has a list of potential members been presented to the Governor in Council for appointment, (ii) has the Governor in Council appointed members for the CEIFB, (iii) who were the individuals listed or appointed, (iv) what is the home province or territory for each individual; (b) what has the CEIFB done since being founded to fulfill their responsibilities, including (i) implementing Employment Insurance (EI) premium rate-setting mechanism to ensure EI revenues and expenditures break even over time, (ii) using any excess EI revenues in a given year to reduce premium rates in subsequent years, (iii) maintaining a $2 billion cash reserve fund to support rate stability measures; and (c) has a contingency fund been established, if so, (i) has the transfer of $2 billion from the Consolidated Revenue Fund into a contingency fund occurred, (ii) what is the current balance in the established contingency fund?
Response
Hon. Diane Finley (Minister of Human Resources and Skills Development, CPC):
Mr. Speaker, in response to (a) (i), yes, the nominating committee has submitted a list of candidates for the board of directors to the Minister of Human Resources and Skills Development, HRSD.
In response to (a) (ii), yes, five members of the Canada Employment Insurance Financing Board, CEIFB, were announced by the Minister of Human Resources and Skills Development on June 26, 2009. A sixth member was announced by the Minister of Human Resources and Skills Development on August 5, 2009. The remaining member is expected to be announced in the coming weeks.
In response to (a) (iii and iv), the six directors who were named to the board of directors include Ms. Elaine Noel-Bentley, Alberta; Mr. David Brown, Ontario; Mr. Jacques LeBlanc, Quebec; Ms. Janet Pau, British Colombia; Mr. Pankaj Puri, Ontario; and Mr. Tim O’Neill, Prince Edward Island.
The board of directors will be chaired by Mr. David Brown, whose qualifications include 29 years as a senior corporate law partner with the firm Davies Ward Phillips & Vineberg. He was also the chairman and chief executive officer of the Ontario Securities Commission, OSC, for seven years, where he led the expansion and reorganization of the OSC to meet the increasing demands of a changing market.
In response to (b) and (c), the CEIFB is not yet fully operational, and as such the CEIFB reserve has not yet been established.
In order to maintain a competitive advantage and to support employers and employees, the government has frozen EI premium rates for 2010 at $1.73 per $100 of insurable earnings, the same level as 2008 and 2009, providing an economic stimulus of $10.5 billion, as confirmed in Canada’s Economic Action Plan: A Second Report to Canadians, June 2009.
With the appointment of the board of directors, the CEIFB is taking the necessary steps toward setting EI premium rates on a break-even basis, beginning in 2011. The creation of a separate account will ensure that excess premiums will be held and invested until used for EI purposes only. The creation of the CEIFB ensures that EI funds are managed independently and used to pay for EI benefits, premium rates reflect actual program costs, and the program is on firm financial footing going forward.

Question No. 255--
Mr. Sukh Dhaliwal:
With respect to the Police Officers Recruitment Fund: (a) how does the government track how many new police officer positions are created and filled from the fund; and (b) how many positions has the fund created and how many of those positions have been filled?
Response
Hon. Peter Van Loan (Minister of Public Safety, CPC):
Mr. Speaker, in response to (a), establishing the first-ever Police Officers Recruitment Fund is a considerable investment that marks an important step forward in a way that respects provincial and territorial jurisdiction for policing while ensuring maximum flexibility. The government concluded its active role in the Police Officers Recruitment Fund on June 22, 2008, with the establishment of trust accounts for each jurisdiction. Consistent with their responsibility for policing, it is up to the provinces and territories to allocate funding as they see fit to their municipal and provincial police services. Provinces and territories are able to use the trust fund in a way that is best suited to address their local public safety priorities and policing needs. Provincial and territorial governments have been encouraged to report directly to their residents on the expenditures and the outcomes achieved. It is through public media releases made by provinces and territories that the Government of Canada is kept apprised of how jurisdictions choose to allocate their funding.
In response to (b), to date, seven of the provinces--Saskatchewan, Nova Scotia, Ontario, Alberta, Prince Edward Island, British Columbia and New Brunswick--have, through public media releases, announced their intentions with the funding. Publicly announced hiring includes 30 new positions in Saskatchewan, 45 officers in Nova Scotia this year as part of a plan to hire 250 officers by 2011, 329 officers in Ontario, 83 officers in Alberta and 168 officers in British Columbia. Prince Edward Island is using its share to staff and launch its Criminal Intelligence Service Bureau, and New Brunswick is investing its portion to improve regional integrated intelligence units to fight organized crime, establish a police cadet graduate bursary to attract recruits, as well as establish a safer communities and neighbourhoods enforcement unit. Further details on provincial or territorial expenditures should be directed to the responsible provincial or territorial minister.

Question No. 258--
Hon. Maria Minna:
With regard to the wage earner protection program WEPP, (a) how much money was spent on this program in 2008-2009; (b) how many individuals received payments of any kind eligible under the program; (c) were payments in (b) more or less than budgeted; (d) what was the average payment per individual; (e) how many claims were made last fiscal year; (f) how many claims are expected this year; (g) has the government planned for an increase in bankruptcies and insolvencies this year; (h) what are the administrative costs of this program; (i) how many staff are employed to administer this program; and (j) does the department plan to hire additional staff in the face of the current economic crisis to administer the WEPP?
Response
Hon. Rona Ambrose (Minister of Labour, CPC):
Mr. Speaker, all data in the responses below were compiled from the Common System for Grants and Contributions. The custom data tabulation was provided to the labour program by Service Canada.
The wage earner protection program, WEPP, was created on July 7, 2008.
In response to (a), $6.82 million in payments were issued to eligible WEPP recipients between July 7, 2008 and May 31, 2009.
In response to (b), the total number of WEPP reimbursement recipients between July 7, 2008 and May 31, 2009 was 4,802.
In response to (c), total payments made between July 7, 2008 and May 31, 2009 have been less than budgeted for but demand for the program has been steadily increasing in recent months.
In response to (d), the average WEPP payment made per recipient between July 7, 2008 and May 31, 2009 was $1,420.
In response to (e), between July 7, 2008 and May 31, 2009, the number of Canadians who filed claims for WEPP support was 5,751.
In response to (f), given that this is a new program, and one that was recently expanded as part of Canada’s economic action plan, it is difficult to estimate precisely the number of claims expected in the first full year of operation.
In response to (g), budget 2009 added greater protection for workers by extending the WEPP to cover severance and termination pay. The enhanced protection and increased demand for the program due to the uncertain economic climate is estimated to cost $25 million per year. The expanded program provides financial assistance to Canadian workers. The WEPP was originally budgeted for $31.2 million. With the additional $25 million from budget 2009 the total budget for the WEPP is now $56.2 million.
In response to (h), annual ongoing administrative costs for the WEPP are $3.5M.
In response to (i), at present there are approximately 30 staff members administering the WEPP. Of these, 9 work for the labour program and 21 work for Service Canada.
In response to (j), the labour program added two staff members and Service Canada added six staff members to support the WEPP expansion as part of budget 2009. WEPP demand is closely monitored and staffing is adjusted accordingly.

Question No. 260--
Hon. Maria Minna:
With regard to replacement workers: (a) has the government reviewed subsection 94 (2.1) of the Canada Labour Code which prohibits the use of replacement workers if these workers are used to undermine a trade union’s capacity to engage in bargaining and represent its member; (b) has the use of replacement workers ever been prohibited under subsection 94 (2.1); (c) has the government compared federal legislation to provincial legislation as it relates to replacement workers and, if so, what were the findings and conclusions; (d) has the department held consultations or provided information to the Minister of Labour to define what services would be deemed essential under federal jurisdiction in the event of a labour dispute should a ban on replacement workers be implemented; (e) does the government intend to take any action on replacement workers in 2009-2010; and (f) has the department provided the Minister of Labour with any documentation indicating that the number of work stoppages would increase and last longer if a replacement worker ban were implemented?
Response
Hon. Rona Ambrose (Minister of Labour, CPC):
Mr. Speaker, in response to (a), the effectiveness of section 94(2.1) of the Canada Labour Code regarding replacement workers has been continually reviewed by the government.
In addition, the replacement worker issue was recently considered in Peter Annis’ 2008 independent report to the Minister of Labour, entitled “Work Stoppages in the Federal Private Sector: Innovative Solutions”. Mr. Annis found that there is no conclusive evidence that banning replacement workers or modifying section 94(2.1) would lead to a decrease in the incidence or duration of work stoppages.
Finally, the government tracks the number of complaints filed with the Canada Industrial Relations Board, CIRB, alleging a violation of section 94(2.1). Since the provision was enacted in 1999, only 23 complaints have been filed alleging unfair use of replacement workers. Of these, 18 were eventually withdrawn by the union, four were dismissed and one is pending. These statistics suggest that the use of replacement workers to undermine a union’ bargaining ability is not a pressing problem in the federal jurisdiction.
In response to (b), to date, the use of replacement workers has not been prohibited under section 94(2.1). It only prohibits the use of replacement workers where their presence in the workplace is intended to undermine a union’s representational capacity.
In response to (c), only two provinces have labour legislation which restricts the right of employers to use the services of replacement workers during work stoppages. Such restrictions have been in force in Quebec since 1977 and in British Columbia since 1993. While Ontario enacted similar provisions in 1993, they were repealed in 1995.
Despite this kind of legislation, a number of complaints concerning the use of replacement workers during work stoppages are filed each year in both Quebec and British Columbia. In 2007-08, 25 complaints were filed in each province respectively. Of the 25 complaints filed in Quebec, 10 were upheld by the provincial labour board. In British Columbia, 5 of the 25 complaints were upheld.
Peter Annis’ 2008 independent report to the Minister of Labour, “Work Stoppages in the Federal Private Sector: Innovative Solutions”, found that there is no conclusive evidence that banning replacement workers would lead to a decrease in the incidence and duration of work stoppages.
In response to (d), the code does not deal with “essential services”; rather, it includes a requirement, under section 87.4, that, in the event of a work stoppage, goods and services continue to be supplied to the extent necessary to prevent an immediate and serious threat to public safety or health. Currently, if the parties cannot reach an agreement on maintenance of activities, the Canada Industrial Relations Board, CIRB, will decide what services must be maintained.
There have been no consultations on what services would need to be maintained in the event of a labour dispute specifically in the context of a replacement worker ban.
In response to (e), the government does not intend to make any changes to the labour relations provisions of the Canada Labour Code without broad agreement among stakeholders.
In response to (f), no. Data suggests that there is no significant difference in the number or duration of work stoppages whether or not there is a replacement worker ban in place. For the period 2006 to 2008, data indicates that the average duration of a work stoppage in Quebec was 52 days and in British Columbia 55.4 days, while in the federal jurisdiction, the average duration of a work stoppage was 49.2 days.

Question No. 266--
Ms. Chris Charlton:
With respect to the Government’s agreement with the Government of Ontario to harmonize the Goods and Services Tax and Ontario Provincial Sales Tax: (a) what additional classes of goods and services will the new harmonized sales tax apply to that the GST does not; (b) what additional classes of goods and services will the new harmonized sales tax apply to that the Ontario provincial sales tax does not; (c) owing to this agreement, on an annual basis, how much sales tax revenue does the government project it will lose from (i) corporations, and (ii) consumers; and (d) owing to this agreement, on an annual basis, how much new sales tax revenue does the government project it will collect from (i) corporations, and (ii) consumers?
Response
Hon. Jim Flaherty (Minister of Finance, CPC):
Mr. Speaker, in response to (a) and (b), in the 2009 Ontario budget, “Confronting the Challenge: Building Our Economic Future”, which is available online at http://www.fin.gov.on.ca/english/budget/ontariobudgets/2009/papers_all.pdf, the Government of Ontario announced its decision that, starting July 1, 2010, Ontario’s retail sales tax, RST, would be converted to a value-added tax structure and combined with the federal goods and services tax, GST, to create a federally administered single sales tax, subject to the approval of the Legislative Assembly of Ontario.
The Memorandum of Agreement, MOA, Concerning a Canada-Ontario Comprehensive Integrated Tax Co-ordination Agreement, signed by the governments of Canada and Ontario specifies that Ontario agrees to adopt the goods and services tax, GST, tax base for the Ontario portion of the harmonized sales tax. However, the MOA allows the province to designate a limited number of point-of-sale rebates for the provincial portion of the harmonized sales tax, not exceeding 5%, in aggregate, of the value of the GST base in the province. The MOA commits both governments to a comprehensive integrated tax coordination agreement, CITCA, that will elaborate on the provisions of the MOA, such as those relating to provincial tax policy flexibility, e.g., point-of-sale rebates.
In response to (c) and (d), under the MOA the federal portion of the harmonized sales tax in Ontario is 5% , and, therefore, equivalent to the current GST rate. As a result, it is not anticipated that the Government of Canada will see any change to the revenues it currently collects with the GST.

Question No. 272--
Mr. Joe Comartin:
With respect to the Police Officers Recruitment Fund: (a) how much has been allocated to the fund since its inception; (b) how much has been allocated to each jurisdiction since inception; (c) is the government aware of how many new police officers have been hired with this fund and, if so, how many in each jurisdiction; (d) what plans does the government have to help jurisdictions retain new recruits beyond the conclusion of this fund; and (e) what controls has the government put on the fund?
Response
Hon. Peter Van Loan (Minister of Public Safety, CPC):
Mr. Speaker, in response to (a), as part of our safer communities strategy, this government has delivered on a key platform commitment by making funding available to provinces and territories to support the recruitment of 2,500 new front-line police officers. Budget 2008 set aside $400 million to assist provinces and territories with the hiring of new front-line police officers. This money has been invested in a third-party trust for provinces and territories, allocated proportionately, to meet this objective.
In response to (b), all provinces and territories chose to participate in this initiative, and on June 22, 2008, the $400 million was allocated as follows: Newfoundland and Labrador, $5.9 million; Prince Edward Island, $1.6 million; Nova Scotia, $11.2 million; New Brunswick, $8.8 million; Quebec, $92.3 million; Ontario, $156 million; Manitoba, $14.4 million; Saskatchewan, $11.7 million; Alberta, $42.4 million; British Columbia, $53.3 million; and each of the three territories received $800,000. Provinces and territories have the flexibility to draw down all of these funds at any time over five years.
In response to (c), to date, seven of the provinces--Saskatchewan, Nova Scotia, Ontario, Alberta, Prince Edward Island, British Columbia and New Brunswick--have, through public media releases, announced their intentions with the funding. Publicly announced hiring includes 30 new positions in Saskatchewan, 45 officers in Nova Scotia this year as part of a plan to hire 250 officers by 2011, 329 officers in Ontario, 83 officers in Alberta and 168 officers in British Columbia. Prince Edward Island is using its share to staff and launch its Criminal Intelligence Service Bureau, and New Brunswick is investing its portion to improve regional integrated intelligence units to fight organized crime, establish a police cadet graduate bursary to attract recruits, as well as establish a safer communities and neighbourhoods enforcement unit.
In response to (d), establishing the first-ever Police Officers Recruitment Fund is a considerable investment that marks an important step forward in a way that respects provincial and territorial jurisdiction for policing while ensuring maximum flexibility. Consistent with their responsibility for policing, it is up to the provinces and territories to allocate funding as they see fit to their municipal and provincial police services. Provinces and territories are able to use the trust fund in a way that is best suited to address their local public safety priorities and policing needs. The government concluded its active role in the Police Officers Recruitment Fund on June 22, 2008, with the establishment of trust accounts for each jurisdiction.
In response to (e), consistent with their responsibility for policing, it is up to the provinces and territories to allocate funding as they see fit to their municipal and provincial police services. Provinces and territories are able to use the trust fund in a way that is best suited to address their local public safety priorities and policing needs. Provincial and territorial governments have been encouraged to report directly to their residents on the expenditures and the outcomes achieved.

Question No. 296--
Hon. Wayne Easter:
With regard to the Agriculture Minister’s 2008 request for his then-Parliamentary Secretary Guy Lauzon to conduct a study on the future of agriculture, trends in agriculture and how to attract youth to agriculture: (a) what were the findings of this report; (b) when was the report completed and presented to the Minister; (c) what communities were visited by the Parliamentary Secretary as part of the research, (i) who did he meet with in compiling his information, including their names, positions, associations represented and stakeholders in the agriculture industry, (ii) what documents were submitted for this report; (d) what were the dates, times and locations of town hall meetings held in researching this paper; (e) what were the costs associated with producing this report, including travel, meals, hospitality, meeting venues, support staff, and accomodation; (f) why has the study not been tabled in Parliament; and (g) what are the government's plans for acting on this report?
Response
Hon. Gerry Ritz (Minister of Agriculture and Agri-Food and Minister for the Canadian Wheat Board, CPC):
Mr. Speaker, in response to (a), (b), (f) and (g), no report was produced as the 40th General Election occurred ending the activities of the 39th Parliament.
In response to (c), the parliamentary secretary visited Chilliwack, British Columbia; Calgary, Alberta; Saskatoon, Saskatchewan; Ridgetown, Ontario; Vineland, Ontario; St. John’s, Newfoundland.
In response to (i), the parliamentary secretary met with a select group of young farmers in British Columbia, Alberta, Saskatchewan, Ontario (two sessions), and Newfoundland and Labrador. The sessions averaged between 8 and 12 participants.
The young farmers were chosen as individuals based on the recommendations of regional representatives from the following four organizations: Canadian 4-H Council, 4-H; Canadian Farm Business Management Council, CFMBC; Canada’s Outstanding Young Farmers’ Program, COYFP; and Canadian Young Farmers’ Forum, CYFF.
Neither the parliamentary secretary nor his office was involved in suggesting or choosing participants.
The participants were chosen for their ability to engage in a frank and open discussion on issues and concerns that most directly affect young and new farmers. Participants were not chosen as representatives of any association or stakeholder organization, or in any other official capacity.
Sections 19(1) and 21(1)(b) of the Access to Information Act preclude us from sharing the names of the participants.
In response to (ii), no documents were submitted as no report was produced due to the 40th general election occurring ending the activities of the 39th Parliament.
In response to (d), the dates, times and locations of town hall meetings held in researching this paper are: Chilliwack, British Columbia, Best Western Rainbow Country Inn, July 7, 2008, 09:00 to 11:00; Calgary, Alberta, Ramada Hotel, Downtown Calgary, July 9, 2008, 09:30 to 11:00; Saskatoon, Saskatchewan, University of Saskatchewan, July 10, 2008, 09:00 to 11:00; Ridgetown, Ontario, Ridgetown College, University of Guelph, August 19, 2008, 09:00 to 11:00; Vineland, Ontario, Southern Crop Protection and Food Research Centre, August 21, 2008, 09:00 to 11:00; and St. John's, Newfoundland, Quality Hotel Harbourview, August 28, 2008, 14:00 to 16:00.
In response to (e), the costs associated with producing this report, including travel, meals, hospitality, meeting venues, support staff, and accommodation were $15,931.22

Question No. 302--
Mr. Dennis Bevington:
With respect to political meetings held at Blatchford Lake Lodge, Northwest Territories, on the weekend of February 27 to March 1, 2009, which led to the creation of a political declaration for the Northwest Territories (NWT Declaration): (a) was the Manager, Indian and Northern Affairs Aboriginal Economic Development, Northwest Territories (Mr. Altaf Lakhani), in attendance at these meetings and, if so, why was a senior civil servant in attendance at a political meeting; (b) what, if any, role did Mr. Lakhani play in organizing these meetings; (c) what, if any, role did Mr. Lakhani play at the meetings; (d) what, if any, activities did Mr. Lakhani take part in following the meetings which were connected to the meeting or the NWT Declaration; (e) was Mr. Lakhani involved in any follow-up meetings or activities either flowing from these meetings or in connection with the NWT Declaration and, if so, when and where were these meetings held; (f) if Mr. Lakhani took part in any activities following the Blatchford Lake meetings what were these activities; (g) were government funds provided either directly or through another person or organization to organize, conduct or carry out follow-up activities related to this or other meetings or the NWT Declaration; (h) if government funds were dispersed, what were the amounts; (i) which persons or organizations received these funds; (j) under which government programs were such funds dispersed; and (k) if any government funds were dispersed, who authorized the release of these funds?
Response
Hon. Chuck Strahl (Minister of Indian Affairs and Northern Development, Federal Interlocutor for Métis and Non-Status Indians and Minister of the Canadian Northern Economic Development Agency, CPC):
Mr. Speaker, in response to (a), Mr. Altaf Lakhani was in attendance as a private citizen, not in his capacity as a public servant.
In response to (b), Mr. Lakhani was an invited participant and did not play any role in organizing the meetings.
In response to (c), Mr. Lakhani was invited for the exchange of ideas.
In response to (d), there was no further involvement by Mr. Lakhani following these meetings connected to the NWT declaration.
In response to (e), there was no further involvement of Mr. Lakhani in any follow-up meetings or activities.
In response to (f), there were none.
In response to (g), government funds were not provided either directly or through another person or organization to organize, conduct or carry out follow-up activities related to this or other meetings or the NWT declaration.
In response to (h), there were none provided.
In response to (i), there were none.
In response to (j), none were dispersed.
In response to (k), none were released.

Question No. 305--
Mr. Todd Russell:
With respect to phytosanitary management, what measures, if any, are in place to prevent the transmission or spread of potato wart and golden nematode: (a) from Newfoundland to Labrador; (b) within Labrador; (c) from Labrador to any other part of Canada; (d) if no such measures are in place, are any such measures being planned or otherwise under consideration; and (e) if so, what are they?
Response
Hon. Gerry Ritz (Minister of Agriculture and Agri-Food and Minister for the Canadian Wheat Board, CPC):
Mr. Speaker, the Canadian Food Inspection Agency’s, CFIA, mandate and priorities include preventing the spread of quarantine pests within Canada. Control of such pests is pursued primarily under provisions of the Plant Protection Act and, for potatoes, relevant provisions of the Seeds Regulations Part II. Newfoundland and Labrador is designated as a quarantine area in relation to potato wart, PW, and potato cyst nematode, PCN, with provisions in place to mitigate the spread of these pests from and within the province.
The primary control measures to prevent spread of PW and PCN within Newfoundland and Labrador have been the planting of pest-free seed potatoes combined with the use of varieties that are resistant to these pests. The CFIA, Agriculture and Agri-Food Canada and the provincial government in Newfoundland have also implemented programs to support and encourage private gardeners to plant PW- and PCN-resistant varieties.
The mainland areas of Newfoundland and Labrador, commonly referred to as Labrador, have been surveyed for PW and PCN. PCN has not been found in mainland Labrador. PW is present but only in private gardens and is not found in any of the commercial agricultural fields that exist. Measures are in place to suppress PW and prevent its spread, including soil surveys, encouragement of the use of potato varieties resistant to PW, and agricultural extension that includes good management practices that will assist in pest suppression. These measures are pursued in partnership with the provincial government.
PCN and PW are both present on the island of Newfoundland. The movement of soil, potato wart and PCN from Newfoundland is restricted legislatively under the Plant Protection Act and its regulations. In addition, under this legislation, the CFIA has the authority to impose individual notices restricting movement of regulated articles from specific gardens or fields known to be infested with PCN or PW.
Existing CFIA plant protection activities designed to prevent the spread of PCN and PW are routinely reviewed. In addition, the CFIA monitors for any changes that may indicate an increased risk of the spread of these pests to non-infested agricultural areas of Labrador or other Canadian provinces. If an increased risk were to be identified, alternative measures could be developed and implemented to mitigate the risk appropriately.
The current PCN and PW measures have proven to be effective in mitigating the risk of spreading PCN from the island of Newfoundland to Labrador and other parts of Canada, and of PW from Newfoundland and Labrador to other Canadian provinces.
Legislative restrictions for PW and PCN are specified in schedule I and schedule II of the Plant Protection Regulations, SOR/2001-287, s. 1; SOR/2004-80, s. 18.
Schedule I, entitled “Prohibited Movement within Canada”, contains the following movement restriction intended to prevent potato varieties susceptible to PW from being produced on the island of Newfoundland:
3. Movement of potato varieties with blue or purple skin (except for the varieties: Brigus, Blue Mac, A.C. Blue Pride and A.C. Domino, and any potato variety to be used for research purposes by a government, an educational institution or a corporation) is prohibited from the rest of Canada into Newfoundland.
Schedule II, subsection 50(3) and sections 51 and 52, of the Plant Protection Regulations, SOR/2001-287, s. 1; SOR/2004-80, s. 18., is entitled “Restricted Movement within Canada”. The relevant provisions relating to PW and PCN are provided below:
29. All plants produced within Newfoundland are restricted from moving to all other areas of Canada, based on the requirement for a movement certificate.
38. Soil, compost material, peat moss or anything with soil, compost material or peat moss attached are restricted from moving from Newfoundland to all other areas of Canada by the requirement for a movement certificate.
43. In order to be moved from Newfoundland to other areas of Canada, used bags, boxes, containers and other articles used to move root-crops, soil, compost material or peat moss are required to be free from soil, compost material and peat moss, or to have been subjected to a treatment or process to eradicate PCN and PW.
49. Used vehicles and equipment that are or may be infested must be free from soil and must exit the island of Newfoundland through an inspection centre with washing stations at Argentia, Port aux Basques, St. John’s or Cornerbrook.

Question No. 308--
Mr. Robert Oliphant:
With respect to the Algoma Tankers Limited application to the Department of Finance regarding a remission order for the recently paid import duty on the new petroleum product tankers, Algonova and AlgoCanada: (a) when will a decision be rendered on this application; (b) what are the qualifications necessary for a successful application; (c) have there been any consultations with any of the following organizations regarding this application, including, the Shipbuilders Association of Canada, the St. Lawrence Seaway Management Corporation, the Canadian Shipowners Association, the Chamber of Marine Commerce and the Ontario Marine Transportation Forums and, if so, what has been the result of those consultations?
Response
Hon. Jim Flaherty (Minister of Finance, CPC):
Mr. Speaker, in response to (a), this application for duty remission on the two tankers imported by Algoma Tankers Limited is currently under review by the Department of Finance. Once the review is completed, the department will make its recommendation to the Minister of Finance for his consideration.
In response to (b), in any remission request, the applicant is asked to provide the department with evidence supporting its request, including, inter alia, the effect the payment of the duties would have on its operations. As part of the process, the department also consults with all relevant stakeholders to seek their views on the remission request. Each application is reviewed on its own merits to determine whether duty remission is in the overall economic interest of Canada. A number of factors are taken into consideration in this review, including, inter alia, the results of consultations with all relevant stakeholders. Once the review is completed, the department makes a recommendation to the Minister of Finance for his consideration.
In response to (c), as part of broad consultations undertaken by the Department of Finance on this remission request, views were received from the following stakeholders: Shipbuilding Association of Canada, Canadian Shipowners Association, Chamber of Marine Commerce, Algoma Central Corporation, Imperial Oil, the St. Lawrence Seaway Management Corporation and the Ontario Marine Transportation Forum. The department also consulted officials at Industry Canada and Transport Canada. The views of all stakeholders will be fully considered as the department prepares its recommendation to the Minister of Finance.

Question No. 310--
Ms. Olivia Chow:
With respect to the Toronto Port Authority (TPA), will the government: (a) conduct an internal and external audit, as requested in a letter to the Minister of Transport outlined by four directors of the TPA, on the management of the Port Authority by the former Chief Executive Officer (CEO) during 2008; (b) disclose the legal advice to the Board of Directors of the TPA, as obtained by the former CEO in 2008; (c) order the minutes of TPA meetings from 2008 be released from abeyance; (d) provide a justification of the $80,000 in hospital and travel expenses in 2007 and part of 2008, incurred by the CEO, while operating a deficit; (e) provide a justification for changing the constitution of the TPA by expanding two extra members onto the Board; and (f) ensure no board member has a conflict of interest, and that all board members act in an ethical manner?
Response
Hon. John Baird (Minister of Transport, Infrastructure and Communities, CPC):
Mr. Speaker, in response to (a), section 41 of the Canada Marine Act requires that Canada port authorities undergo a special examination every five years, to allow an examiner to report on the port authority’s practices and protocols, including those related to financial management and control. The Toronto Port Authority has indicated that it will soon undertake its second special examination under this provision, and it should be completed prior to the end of this fiscal year. These reviews are conducted by a qualified, independent auditor.
In response to (b), the legal advice provided to the board of directors of the Toronto Port Authority belongs to the authority, and the decision to disclose the advice provided rests with the board.
In response to (c), paragraph 7(2)(b) of the Port Authorities Management Regulations requires any port authority to “prepare and maintain … at its registered office or at such other place in Canada as the board of directors thinks fit, a record of the minutes of meetings and resolutions of the board of directors and committees of directors.” This requirement to keep minutes of board meetings is consistent with good governance practices. This provision does not require Canada port authorities to make minutes of meetings public. Furthermore, the minister does not hold copies of the minutes.
In response to (d), the member of Parliament for Trinity--Spadina has been provided with a listing of travel and hospitality expenses incurred by the former chief executive officer of the Toronto Port Authority in 2007 and 2008, Question No. 61, February 19, 2009.
In response to (e), section 8 of the Canada Marine Act stipulates that the board of directors of a Canada port authority shall consist of between seven and eleven members. In December 2008, the Toronto Port Authority’s supplementary letters patent were amended, as permitted under the act, to increase membership on the board of directors from seven directors to nine.
A significant increase in airport operations and the need to ensure adequate representation of all port stakeholders led the government to increase membership on the board of directors at the Toronto Port Authority. The operation of an airport, in addition to a working port, requires additional governance oversight. The increase in membership was taken in the interests of strengthening the authority’s governance structure and the board’s ability to deal with complex issues facing the Toronto Port Authority. The individuals added to the board need to be people that know local issues and have valuable experience to bring to the table.
In response to (f), members of the board of directors at the Toronto Port Authority have a fiduciary responsibility to act in the best interests of the port. The Minister of Transport, Infrastructure and Communities takes allegations of conflict of interest on the board very seriously, and will consider the findings of any reviews or investigations related to the Toronto Port Authority.
In April 2006, the then minister of transport requested that a review of the Toronto Port Authority be undertaken to ensure that the principles of accountability and good governance had been upheld in decisions and actions taken by the Toronto Port Authority. The review of the Toronto Port Authority resulted in a comprehensive report on the Toronto Port Authority and satisfied the former minister that the board and management of the Toronto Port Authority had upheld the principles of accountability and good governance.

Question No. 312--
Hon. John McCallum:
With respect to section 162 of the Federal Accountability Act passed on December 12, 2006, what expenses were incurred by the office of the head of each department or ministry of state in fiscal year 2006-2007 for: (a) personnel; (b) transportation and communications; (c) information services, and (d) professional and special services?
Response
Hon. Vic Toews (President of the Treasury Board, CPC):
Mr. Speaker, this information was not centrally tracked prior to the coming into force of the Federal Accountability Act. Data gathering and reporting procedures were amended to report this information in the Public Accounts of Canada on a go forward basis commencing for the 2007-08 fiscal year.

Question No. 313--
Hon. Dan McTeague:
With respect to the government's decision to increase the lowest personal income tax bracket from 15% to 15.5% in Budget 2006: (a) what was the justification for the increase; (b) what was the total revenue generated by the tax increase; and (c) why the government felt it was necessary to lower the rate back to 15%?
Response
Hon. Jim Flaherty (Minister of Finance, CPC):
Mr. Speaker, in response to part (a), the lowest personal income tax rate remained at the legislated level of 16 per cent until following the budget tabled in the House of Commons on May 2, 2006.
Budget 2006 announced a permanent reduction in the lowest personal income tax rate from 16 per cent to 15.5 per cent effective July 1, 2006. Subsequently, this reduction was legislated in C-13: an act to implement certain provisions of the budget tabled in Parliament on May 2, 2006, Royal Assent given on June 22, 2006.
More information on budget 2006 is available at www.fin.gc.ca/budget06/bp/bptoc-eng.asp.
In response to part (b), as explained in part (a), only following the budget tabled in the House of Commons on May 2, 2006 was a reduction in the lowest personal income tax rate legislated. No revenue was generated by the measure. Indeed, as detailed in the budget 2006 document (see Table 3.6), reducing the lowest rate provided total tax relief of about $6.3 billion over the 2005-06 to 2007-08 period.
In response to part (c), the lowest personal income tax rate was reduced further to 15 per cent in the economic statement tabled in the House of Commons on October 30, 200, available at http://www.fin.gc.ca/budtoc/2007/ec07_-eng.asp.
The motivation for this reduction was clearly stated in that document (please see page 7), “Canada’s economic and fiscal fundamentals are rock solid, yet the world economy is experiencing turbulence and increased uncertainty. Given this global economic uncertainty, now is the time to act. Our strong fiscal position provides Canada with an opportunity that few other countries have—to make broad-based tax reductions that will strengthen our economy, stimulate investment and create more and better jobs”.
Subsequently, this reduction was legislated in C-28: an act to implement certain provisions of the budget tabled in Parliament on March 19, 2007 and to implement certain provisions of the economic statement tabled in Parliament on October 30, 2007, Royal Assent given on December 14, 2007.
A vast array of public-interest groups heralded this important reduction. For instance, the Canadian Taxpayers Federation cheered that “all taxpayers are benefitting today on the personal income tax side. This is certainly a very good announcement today, and it is an amount that is going to be felt and noticed by Canadian taxpayers." The Greater Charlottetown Area Chamber of Commerce also proclaimed, “Canadians are overtaxed and (the economic statement 2007) announcements take concrete measures to address the situation in an immediate and bold fashion. These measures are particularly welcome as global competitive pressures intensify and underscore the need for international tax competitiveness… the reduction in the lowest marginal personal income tax rate to 15 per cent will help stimulate work effort, saving and investment, all of which have a direct bearing on productivity, competitiveness and prosperity”.

Question No. 314--
Hon. Dan McTeague:
With respect to government action in the case of Mr. Muhammad Kohail, what was every official communication with the government of the Kingdom of Saudi Arabia, while respecting Mr. Kohail's right to privacy by not revealing the substance of the communication and, specifically, (i) who initiated the communication, (ii) who was involved on behalf of the Canadian government, (iii) who was involved on behalf of the Saudi government, (iv) what was the date of the communication, (v) what was the method of communication?
Response
Hon. Lawrence Cannon (Minister of Foreign Affairs, CPC):
Mr. Speaker, since his arrest in Saudi Arabia in January 2007, consular officials in Ottawa and in Saudi Arabia have been actively providing assistance and support to Mohamed Kohail, his brother, Sultan, and their family. In March 2008, following the death sentence imposed by the Saudi Court, the Government of Canada announced that it would seek clemency for Mohamed Kohail.
The Government of Canada has raised Mohamed Kohail’s case at the ministerial level at every opportunity. During a trip to Saudi Arabia in March 2008, the then Minister for Public Safety raised the case with Prince Muqrin, President of the Saudi General Intelligence Service. The Minister of Foreign Affairs wrote and spoke to his Saudi counterpart, Prince Saud Al-Faisal in May 2008. The Minister for Natural Resources raised the case with the Saudi Oil Minister while in Jeddah in late June 2008.
In December 2008, the Minister of Foreign Affairs raised the case during a phone call with Prince Saud al-Faisal. During a visit to Saudi Arabia in December 2008, the Parliamentary Secretary met with senior officials at the Saudi Human Rights Commission and the Saudi Ministry of Foreign Affairs to raise the case. The Parliamentary Secretary also met with the Saudi Minister of Justice to reiterate the Government of Canada's concerns. In February 2009, the Minister of Agriculture raised the case to his Saudi counterpart during a visit to Saudi Arabia. Finally, in June 2009, the Minister of International Trade raised the case with the Governor of Jeddah and the President of the Saudi Human Rights Commission during a visit to Saudi Arabia. The minister also met with the Kohail family to reiterate the Government of Canada’s commitment to pursuing all avenues to provide assistance to their sons.
Consular officials at the Canadian Embassy in Riyadh continue to closely monitor Mohamed Kohail’s case and remain in regular contact with Saudi authorities at the Ministry of Foreign Affairs by means of diplomatic notes and meetings. They are also in regular contact with prison officials in Jeddah to ensure that concerns regarding Mr. Kohail’s welfare are promptly addressed. When allegations of mistreatment were brought to the Ministry of Foreign Affairs’ attention in 2007, consular officials immediately raised the matter with Saudi authorities, including by diplomatic note, to request a thorough investigation into the matter.
The former Ambassador to Saudi Arabia and the current Chargé d’Affaires have raised the case with senior level Saudi authorities both in writing and in meetings, including the Saudi Minister of Justice, the Governor of Mecca, and the Saudi Ministry of Foreign Affairs’ Deputy Minister for Consular Affairs.
During an April 2008 trip to Saudi Arabia, the Director of the Consular Case Management Division and the Director of the Gulf and Maghreb Division met with key officials including the Director of Judiciary Affairs at the Saudi Ministry of Foreign Affairs.
In November 2008, at the Minister of Foreign Affairs’ instruction, the Director General of the Consular Operations Bureau and the Director General of the Middle East Bureau met with the Saudi Chargé d’Affaires in Ottawa to raise the case. The Director of Gulf and Maghreb Division met with the Head of the Legal Department at the Saudi MFA to raise the case in November 2008.
In accordance with the Access to Information Act, Section 15, detailed responses to questions (i) to (v) could be expected to be injurious to the conduct of international affairs, and will not be released by the Department of Foreign Affairs and International Trade.

Question No. 315--
Hon. Larry Bagnell:
Since the government announced plans for the construction of a $720 million polar ice breaker to be named HMCS Diefenbaker: (a) what progress has been made to date on this project; (b) have design contracts been awarded and, if so, to whom; (c) has the government altered its plans on the Diefenbaker by shelving the project and, if so, (i) when was the decision made, (ii) on who’s recommendation, (iii) what is the rational for the curtailment, (iv) why was this information not made public; (d) what is the latest estimated cost for the Diefenbaker; and (e) has the government decided to reassess the plans for the Diefenbaker in favour of recapitalizing the Coast Guard fleet on a more useful basis, with the support of the Canadian Armed Forces?
Response
Hon. Gail Shea (Minister of Fisheries and Oceans, CPC):
Mr. Speaker, budget 2008 providing funding of $720M to procure a Polar Icebreaker to replace Canadian Coast Guard Ship (CCGS) Louis S. St. Laurent, currently Canada’s most capable Heavy Icebreaker, at the end of her planned operational life in 2017. The Polar Icebreaker will provide Canada with an enhanced Arctic capability to operate farther North and over a longer period each year than is currently the case.
In response to (a), to date the following progress has been achieved:
(1) Establishment of positions and hiring of key project personnel;
(2) Broad consultation with internal and external project stakeholders to develop a preliminary mission profile for this new class of vessel; and with project definition phase of the project.
In response to (b), design contracts have not yet been awarded.
In response to (c), the procurement process for the acquisition of the Polar Icebreaker, to be named CCGS John G. Diefenbaker, is unfolding on schedule. The government has not altered any plans in this regard and remains fully committed to this project as a key component of Canada’s Northern Strategy initiative.
In response to (d), the total estimated cost for the project is $720 million.
In response to (e), the government has not reassessed its plans regarding the Diefenbaker. The project remains on schedule and delivery is planned for 2017. The Canadian Coast Guard’s current approach to fleet operations is that all vessels are multi-tasked as the most efficient and effective means of maintaining its assets and delivering on its mandated programs and providing support to and working closely with other government departments and agencies.

Question No. 324--
Mr. Bruce Hyer:
With regards to passenger rail in Northern Ontario: (a) have there been any proposals, initiatives, reports or studies on expanding service to Thunder Bay since 1990; (b) what is the estimated cost of expanding service to Thunder Bay; (c) what would be the estimated boost in ridership with extension to Thunder Bay; (d) what is the total cost of current Via Rail operations in the region; (e) what is the total revenue from the region; (f) what capital assets are owned in the region; and (g) what is the proportion of freight traffic to passenger traffic in the region?
Response
Hon. Rob Merrifield (Minister of State (Transport), CPC):
Mr. Speaker, in response to (a), in August/September 2000, VIA Rail undertook a preliminary internal review of a number of train service proposals including the re-routing of “The Canadian” through the Thunder Bay/Lake Superior route on Canadian Pacific Railway infrastructure. This would also necessitate the introduction of a Capreol-Hornepayne-Winnipeg local service to maintain access for remote communities along the present route of of “The Canadian” on the Canadian National Railway line.
In response to (b), the incremental costs of introducing this combined service change, based on the 2000 estimate, would be $5.9 million annual operating costs plus capital expenditures of $17.9 million for rolling stock and stations.
In response to (c), a market assessment of the potential impact on ridership levels has not been undertaken.
In response to (d), the total annual operating cost of VIA Rail operations in the area (i.e. Sudbury – White River service) is $2.6 million.
In response to e) Total revenue from the region (i.e. Sudbury – White River service) is $183,000.
In response to (f), capital assets owned in the region include station facilities in Washago, Sudbury Junction, Capreol, and Foleyet.
In response to g) VIA does not have information with respect to the proportion of freight traffic.

Question No. 329--
Hon. Carolyn Bennett:
With respect to Health Canada and the Canadian Apheresis Group: (a) is the Minister of Health going to submit a Treasury Board submission that would renew the mandate for funding that was given by the Canadian Blood Committee and the Canadian Blood Agency (October 1997); and (b) since existing funding is expected to expire on March 15, 2010, will the government show a renewed commitment to this group by granting permanent funding?
Response
Hon. Leona Aglukkaq (Minister of Health, CPC):
Mr. Speaker, in accordance with the 1997 federal-provincial-territorial memorandum of understanding on the establishment of the National Blood Authority, Health Canada provides funds to the Canadian Blood Services, CBS, for research and development on blood safety and effectiveness ($5M/annum since 2000-2001). Beginning in 2008, Health Canada also provides funds to CBS to improve the delivery of organ and tissue donation and transplantation activities in Canada ($3.58M /annum between April 2008 and March 2013).
Funding to the Canadian Apheresis Group ended in 2003. There is no current funding agreement between Health Canada nor the Public Health Agency of Canada and the Canadian Apheresis Group.

Question No. 337--
Hon. Shawn Murphy:
With regard to the November 2006 funding announcement made by then-Health Minister Tony Clement detailing a five-point plan for autism spectrum disorder (ASD) funding in Canada, what are the details regarding: (a) the status of the commitment to sponsor an ASD stakeholder symposium; (b) the status of the commitment to establish a chair focusing on interventions and treatment for ASD; (c) the status of the commitment to undertake a consultation process to see how an ASD surveillance program could be set up through the Public Health Agency of Canada; (d) the status of the commitment to establish a dedicated web page on the Health Canada website with ASD information and resources; (e) the status of the commitment to designate the Health Policy Branch of Health Canada as the ASD lead for actions related to ASD at the federal health portfolio level; and (f) how much federal funding these and other autism programs will receive during the fiscal year 2009-2010?
Response
Hon. Leona Aglukkaq (Minister of Health, CPC):
Mr. Speaker, in response to (a), with regard to the commitment to sponsor an ASD stakeholder symposium, in November 2007, a national symposium on autism research was hosted by Canadian Institutes of Health Research, CIHR, to share knowledge and to support dialogue on future research priorities. The report from this Symposium is now available on the CIHR web site.
In response to (b), with regard to the commitment to establish a chair focusing on interventions and treatment for ASD, funding for an autism research chair to address issues related to treatments and interventions was announced at Simon Fraser University on October 20, 2007. This joint initiative with the Government of British Columbia is being supported with $1M in federal funding over five years. Efforts to establish a Chair are currently underway by Simon Fraser University.
In response to (c), between November 2007 and May 2008, the Public Health Agency of Canada, PHAC, undertook a consultation process to examine options for the development of an Autism Spectrum Disorders, ASD, surveillance program in Canada. This process was guided by a steering committee comprised of ASD experts, and included three components:
1. an environmental scan of the current scope of ASD surveillance activities in Canada;
2. a technical workshop on the information needs and data collection options for ASD surveillance; and
3. a broader stakeholder consultation on the information needs of ASD communities and how they would like surveillance information disseminated to them.
The results of this consultation process will be used by PHAC as it undertakes a new national surveillance system for developmental disorders such as autism. This initiative, a component of the federal government’s 2008 action plan to protect human health from environmental contaminants, will be a national sentinel surveillance program to track and assess the linkages between environmental contamination and developmental disorders such as sensory impairments, autism spectrum disorders and attention deficit hyperactivity disorder. Using centres for surveillance expertise, data will be collected from a variety of local sources such as schools, hospitals, community paediatricians, and other health professionals.
In response to (d), with respect to the commitment to establish a dedicated web page on the Health Canada website with ASD information and resources, the website has been created. It provides facts and information on ASD, as well as links to Canadian and International autism organizations. The website can be found at: http://www.hc-sc.gc.ca/hc-ps/dc-ma/autism-eng.php As well, in 2007-08 Health Canada provided $50,000 to the Offord Centre for Child Studies (a research centre dedicated to improving the life quality of children with mental health and developmental problems) to support the dissemination of the latest evidence pertaining to autism through the Canadian Autism Intervention Research Network, CAIRN, via the Network’s website. The Canadian Autism Intervention Network, CAIRN, is a group of parents, clinicians and scientists working to conduct research in early intervention in autism, and is part of the Offord Centre for Child Studies. The web page on the Health Canada website links to the CAIRN website in order to direct Canadians to evidence-based information of a more clinical nature, and complement the content on the Departmental site.
In response to (e), with respect to the commitment to designate the Health Policy Branch of Health Canada as the ASD lead for actions related to ASD at the federal health portfolio level, this was done in 2007. Since then, the Health Policy Branch has become the Strategic Policy Branch, and the Chronic and Continuing Care Division within the Branch holds the lead on the ASD file.
In response to (f), with respect to federal funding for autism related initiatives during fiscal year 2009-10, the federal government has committed $200,000 to Simon Fraser University, as part of the $1M over five years for the Autism Research Chair. In addition, the federal government has a multi-year contribution agreement with the Offord Centre for Child Studies, with $25,000 in 2008-2009 and $50,000 in 2009-10, for a total of $75,000 over two years. This funding will support the development and dissemination of research priorities in Autism Spectrum Disorders, ASD, among parents, policy makers, researchers, health professionals, health educators and individuals with ASD. This work will be accomplished through a national on-line survey, a national conference in fall 2009, and by further updating the Canadian Autism Intervention Research Network website, which is the primary bilingual source for disseminating evidence-based information about ASD in Canada. In fiscal year 2009-10, CIHR has currently committed approximately $3.4 million towards autism research.

Question No. 342--
Mrs. Alexandra Mendes:
Concerning the establishment of future permanent full service passport offices throughout Canada: (a) does Passport Canada have a long term plan to increase the number of permanent full service passport offices, (i) if yes, what is the break down and timeline for the establishments of these offices, (ii) if no, is Passport Canada looking at developing such a plan; (b) has Passport Canada considered opening full service passport offices utilising the infrastructure that currently exists in local Service Canada outlets; (c) has Passport Canada considered using the trained staff that are tasked as frontline customer service worker to staff new regional full service passport offices; and (d) has Passport Canada looked into regional disparities in obtainning passports in relation to their current full service offices, (i) if yes, what recommendations were presented, (ii) if not, does Passport Canada intend on conducting such a study?
Response
Hon. Lawrence Cannon (Minister of Foreign Affairs, CPC):
Mr. Speaker, I am informed by Passport Canada that in response to (a), Passport Canada finances its operations from the fees charged for passports and other travel documents. The agency must generate sufficient revenues to meet expenditures. It periodically reviews demand patterns to evaluate whether it is feasible to open new offices. Where demand is not sufficient to sustain a passport office, the agency now offers passport services through partnership agreements. In 2003, 30 passport offices were operating across the country. Since then, the agency has opened three additional passport offices and, through partnerships with Canada Post and Service Canada, now has 230 passport points of service. Consequently, 95 per cent of Canadians now have in-person access to a passport point of service within 100 km of their residence.
As a Special Operating Agency, Passport Canada does not receive an annual parliamentary appropriation-- the service the Agency provides is supported by applicants rather than taxpayers. Passport Canada operates under a revolving fund which allows it to accumulate an annual surplus (or deficit) of up to $4 million. Passport Canada can also carry over surplus revenues from year to year to offset future shortfalls.
(ii) Other than a new regional office in Kelowna, British Columbia, scheduled to open in 2010, Passport Canada’s long-term plan does not include the opening of additional permanent full-service passport offices.
In response to (b), the cost to adequately equip and provide the security required for a full-service passport office ranges from $1.2 million to $4 million. Were Passport Canada to extend full-service status to all 320 Service Canada outlets, the required investment would be significant. The existing Service Canada network would also require substantial physical modifications to accommodate additional applicant volume and to meet security criteria. Current and new employees would also need considerable training to perform their new duties.
In response to (c), front-line examiners are trained to make decisions about whether a passport can be issued. The training is intensive, in-depth and is part of the expense required for each new regional office. Passport Canada’s human resource practices are fair and transparent. Positions are posted as they become available and all applicants are screened against a series of criteria including skills, knowledge, education and abilities.
In response to (d), Passport Canada’s receiving agent network has considerably broadened access to passport services throughout the country, especially in rural, remote and northern locations. Given the existing broad access to service, any passport expansion would result in marginal improvements in service to the majority of Canadians at a significantly higher cost.
(i), the Passport Canada Mobile Passport Unit, created in 2007, has increased accessibility in rural regions and border communities. This minimizes delays due to incomplete applications. Since January 2007, the Mobile Passport Unit has held 166 clinics and accepted more than 42,000 applications.
Passport Canada continues to explore ways to improve client services while prudently managing its funds.

Question No. 343--
Ms. Christiane Gagnon:
With respect to the defence of the former lieutenant governor of Quebec, Ms. Lise Thibault, regarding the allegations of her spending while in office: (a) how much has the government spent on legal fees associated with the defence of the former lieutenant governor of Quebec; and (b) how much will the government spend on legal fees associated with the defence of Ms. Thibault?
Response
Hon. Rob Nicholson (Minister of Justice and Attorney General of Canada, CPC):
Mr. Speaker, the Department of Justice Canada is not implicated in the defence of Mrs. Lise Thibault.
If proceedings are eventually undertaken against Mrs. Thibault, employees from Canadian Heritage may be called as witnesses. Counsel from our office could then be consulted to advise government employees of their rights and obligations and of the progress of the proceedings.
In certain cases, if the situation and interests of the Government of Canada require it, government employees may be accompanied by Justice counsel.
We estimate that the time and fees incurred by the Department of Justice in this case will remain minimal and will be incurred only to preserve the interests of the Government of Canada and its employees.

Question No. 344--
Mr. Thomas Mulcair:
With regards to Bill C-48, An Act to authorize the Minister of Finance to make certain payments, passed during the First Session of the 38th and: (a) the Post-Secondary Education Infrastructure Trust, (i) does the government know which projects received funding, (ii) what are the amounts involved, (iii) to what were allocated; (b) the Public Transit Capital Trust, (i) does the government know which projects received funding, (ii) what are the amounts involved, (iii) to what were the funds allocated; (c) the Affordable Housing Trust, (i) does the government know which projects received funding, (ii) what are the amounts involved, (iii) to what were the funds allocated; (d) the Off-Reserve Aboriginal Housing Trust, (i) does the government know which projects received funding, (ii) what are the amounts involved, (iii) to what were the funds allocated; and (e) the Northern Housing Trust, (i) does the government know which projects received funding, (ii) what are the amounts involved, (iii) to what were the funds allocated?
Response
Hon. Jim Flaherty (Minister of Finance, CPC):
Mr. Speaker, trusts are financial vehicles used by the Government of Canada to transfer funds to provinces and territories in order to meet urgent, short-term pressures in areas of shared national priority. The trust mechanism gives provincial and territorial governments the flexibility to withdraw funding in support of the identified objectives, according to their respective needs and priorities, over the lifespan of each trust.
In response to (i) and( ii), trusts established pursuant to Bill C-48, five trusts were established pursuant to Bill C-48, An act to authorize the Minister of Finance to make certain payments, which received Royal Assent in July 2005. These trusts were highlighted in the budget presented to the House of Commons on May 2, 2006:
$1 billion for the post-secondary education infrastructure trust, to support investments to promote innovation and accessibility, including investments in university and college infrastructure and equipment. The funding is notionally allocated over two years on an equal per capita basis among provinces and territories;
$900 million for the public transit capital trust, in support of capital investments in public transit infrastructure both as a means to reduce traffic congestion and to reduce carbon dioxide and other emissions. The funding is notionally allocated over three years on an equal per capita basis among provinces and territories;
$800 million for the affordable housing trust to help address short-term pressures with regard to the supply of affordable housing. The funding is notionally allocated over three years on an equal per capita basis among provinces and territories;
$300 million for the off-reserve aboriginal housing trust to help provinces address short-term housing needs for aboriginal Canadians living off-reserve. The funding is notionally allocated over three years among provinces based on the provincial share of the aboriginal population living off-reserve; and
$300 million for the northern housing trust to help meet short-term pressures with regard to the supply of affordable housing in the North. The funding is notionally allocated over three years among the three territories as follows: $50 million each for the Yukon, the Northwest Territories and Nunavut, plus an additional $150 million for urgent needs in Nunavut.
Payments to the trusts were made on September 27, 2006, after the Government was able to confirm that sufficient funds were available from surpluses in the two fiscal years 2005-06 and 2006-07.
In response to (iii), Projects receiving funding, allocation, and amounts involved, operating principles were established for each trust. Once the funds have been transferred to the trustee, the trustee, and subsequently the provinces and territories, are accountable for the distribution and use of those funds.

Question No. 346--
Ms. Ruby Dhalla:
What funds, grants, loans and loan guarantee has the government issued through the Department of Canadian Heritage, over $1,000, since January 1, 2006, and in each case where applicable: (a) the name of the recipient; (b) the constituency of the recipient; (c) the program for which the grant, loan, or loan guarantee was given; (d) the date the application was received; (e) the amount of the individual grant, loan, or loan guarantee; (f) the date the payment was made; and (g) the total amount from all programs received by the recipient in that calendar year?
Response
Hon. James Moore (Minister of Canadian Heritage and Official Languages, CPC):
Mr. Speaker, the Department of Canadian Heritage’s information systems do not capture financial information by federal riding.

Question No. 348--
Ms. Ruby Dhalla:
With regard to government advertising, since January 24, 2006: (a) how much was spent per print advertisement, listed alphabetically by supplier; (b) in which constituencies were the print advertisements distributed; (c) what dates did the print advertisements run; (d) how much was spent per radio advertisement, listed alphabetically by supplier; (e) on what stations did the radio advertisement air; (f) on what dates and times did the radio advertisements air; (g) how much was spent per internet advertisement, listed alphabetically by supplier; (h) on what websites were the internet advertisements posted; (i) how many hits did each internet advertisement receive; (j) how much was spent per television advertisement, listed alphabetically by supplier; (k) on what stations did the television advertisement air; and (l) on what dates and times did the television advertisement air?
Response
Hon. Christian Paradis (Minister of Public Works and Government Services, CPC):
Mr. Speaker, the information requested in question No. 348 is too voluminous and costly to produce. The data required to adequately respond to the question is contained on 29,472 pages, in English only. Furthermore, given the magnitude of this question, it is not practical or cost effective for the government to translate these documents.
The Government of Canada produces an advertising annual report which provides information on the process used to manage government advertising, annual expenditures, and the major campaigns undertaken to support government priorities.
These annual reports are available at the following link: http://www.tpsgc-pwgsc.gc.ca/pub-adv/annuel-annual-eng.html

Question No. 350--
Hon. Carolyn Bennett:
With respect to the Natural Health Products Directorate (NHPD): (a) is the 2010 compliance deadline purely an internal deadline or one that should be of concern to product license applicants; (b) is the current deadline is not enforced given the current large unaddressed backlog of applications; (c) will the backlog be solved simply through wholesale product rejection; (d) are reasonable application reviews taking place so that Canadians can enjoy access to safe, high quality natural health products; (e) will the government amend the Food and Drugs Act to establish a separate regulatory category for natural health products; and (f) will the government provide long term funding to the NHPD to act as the regulator for natural health products?
Response
Hon. Leona Aglukkaq (Minister of Health, CPC):
Mr. Speaker, in response to (a), Health Canada has set a goal for itself to address the Natural Health Product, NHP, product licensing backlog by March 31, 2010. This date is not set out in law or regulation--it is an internal deadline adopted by Health Canada. The only date set out in the regulation is December 31, 2009 at which time all natural health products which were previously issued a drug identification number under the Food and Drug Regulations will be required to have a product licence, as per Section 108 of the Natural Health Products Regulations.
Health Canada is confident that, building on our progress to date, we can address the backlog by March 31, 2010.
In response to (b), the Natural Health Products Directorate, together with the Health Products and Food Branch Inspectorate, are currently developing a compliance strategy for 2010.
Significant progress has been made to address the backlog of applications: as of June 2009, 47% of the product licence application backlog has been completed or is in the process of being completed and of the remaining 6661 applications, 48% have been addressed--meaning that the applicant has received at least one deficiency notice from NHPD as part of the assessment of their application. Of the product licence applications not considered in the backlog, 59% have been completed or are in the process of being completed and of the remaining 4836 applications, 25% have been addressed--meaning that the applicant has received at least one deficiency notice from NHPD as part of the assessment of their application. Of all product licence applications received since 2004, NHPD has completed or is in the process of completing 70%.
In response to (c), Health Canada continues to review applications and issue regulatory decisions. Some of those decisions will be refusals. To date, however, there have been more licences than refusals.
The Natural Health Product Regulations, NHPR, require that an applicant submit information to support the safety, efficacy and quality of a product for assessment by the NHPD. An estimated 25-30% of applications received do not include enough information or relevant information to allow the directorate, on behalf of the minister, to conclude that the product is safe and effective.
An applicant that does not include sufficient information in an application, to allow a licence to be issued is provided with an opportunity to submit further information to support the licensing of the product; in 26% of submissions, the applicant chooses not to take this opportunity and does not respond to a request from the NHPD to do so.
In response to (d), Health Canada’s priority is to protect and promote the health of Canadians by ensuring access to natural health products that are safe, effective, and of high quality. Only NHPs that are supported by adequate levels of evidence and carry appropriate labels will be authorized for sale and issued a product licence.
The safety and efficacy evaluation of a natural health product, NHP, includes an assessment of its recommended conditions of use and the existing totality of evidence related to the NHP.The information that is considered acceptable by NHPD in reviewing applications includes a range of data including:
(i) safety and efficacy information that is developed by the NHPD and made available to product licence applicants such as ingredient and product monographs and labelling standards (nearly 150 of these are now available and has been used by applicants to allow for the licensing of thousands of products);
(ii) reference to safety and efficacy information published reference texts and pharmacopeia (e.g., texts for homeopathic medicines and traditional chinese medicines);
(iii) reference to safety and efficacy information from small-scale trials that is publicly available from a variety of sources;
(iv) reference to relevant decisions made by other regulatory agencies.
In response to (e), Bill C-51, An Act to Amend the Food and Drugs Act, died on the Order Paper with the dissolution of Parliament in September 2008. Consultations with stakeholders resulted in revisions and additions to the Bill, which were to be introduced during review by Committee.
One proposed addition was the introduction of a definition for NHPs at the level of the act, clarifying that NHPs are separate from drugs. It is important to note that the proposed amendments to the Food and Drugs Act would not have affected the way that NHPs are regulated in Canada. Under the Natural Health Products Regulations, NHPs are already regulated separately from drugs. The standards of evidence used to assess the risks and benefits of NHPs will continue to incorporate history of use, traditional uses and cultural practices.
In response to (f), Health Canada remains committed to ensuring safe, effective and high quality NHPs. In budget 2008, $33 million over two years was dedicated to implement a new approach to the regulation of NHPs and ensure the safety of Canadians. The government is committed to ensuring that the regulation of NHPs balances the protection of consumers’ health and safety with the freedom to choose alternative products.

Question No. 353--
Mr. Paul Szabo:
With regards to the Canadian Institute for Health Research: (a) how much has their budget been for each year since their inception; (b) how much of that has been spent each year on research related to reproduction technologies; (c) how much of that has been spent each year on research related to stem cell research; and (d) how much of that has been spent each year on embryonic stem cell research?
Response
Hon. Leona Aglukkaq (Minister of Health, CPC):
Mr. Speaker, in response to (a), the Canadian Institutes of Health Research’s, CIHR, total parliamentary appropriations since inception are as follows:
2000-01: $401.3 million
2001-02: $553.8 million
2002-03: $651.2 million
2003-04: $696.9 million
2004-05: $757.9 million
2005-06: $813.1 million
2006-07: $863.5 million
2007-08: $993.7 million
2008-09: $974.1 million
CIHR currently estimates its 2009-10 total appropriations to be approximately $983.9 million, $973.1 million of which has already been approved by the Treasury Board.
In response to (b) total estimated funding for reproductive technology per fiscal year since inception to 2008/09 is as follows:
2000-01: $294,000
2001-02: $341,000
2002-03: $1.2 million
2003-04: $2.8 million
2004-05: $3.4 million
2005-06: $3.4 million
2006-07: $4.2 million
2007-08: $5.1 million
2008-09: $5.0 million
In response to (c), total estimated funding for stem cell research per fiscal year since inception to 2008/09 is as follows:
2000-01: $7.9 million
2001-02: $10.2 million
2002-03: $13.9 million
2003-04: $17.1 million
2004-05: $20.3 million
2005-06: $23.6 million
2006-07: $29.9 million
2007-08: $35.0 million
2008-09: $38.0 million
In response to (d), total estimated funding for embryonic stem cell research, a subset of stem cell research, per fiscal year since inception to 2008/09 is as follows:
2000-01: --
2001-02: $189,000
2002-03: $492,000
2003-04: $619,000
2004-05: $766,000
2005-06: $770,000
2006-07: $1.2 million
2007-08: $2.3 million
2008-09: $3.6 million

Question No. 360--
Mrs. Carol Hughes:
With regard to interest on advance deposits from corporate taxpayers: (a) what is the total amount of outstanding deposits; (b) what are the 30 largest amounts of outstanding deposits by company; (c) what has been the amount of interest paid over the last five years; and (d) over the last five years, which companies have refused to be repaied outstanding deposits?
Response
Hon. Jean-Pierre Blackburn (Minister of National Revenue and Minister of State (Agriculture), CPC):
Mr. Speaker, with respect to advance deposits from corporate taxpayers, what follows is the response from the Canada Revenue Agency, CRA, to the above-noted question. Please note that the CRA’s reply includes information from fiscal years 2004-2005 to 2007-2008.
In response to (a), the total amount of outstanding advance deposits from corporate taxpayers, as of May 31, 2008, was $4.4 billion.
In response to (b), please note that the confidentiality provisions of the Income tax Act, specifically Section 241(1), prohibit the CRA from either directly or indirectly disclosing “taxpayer information”. As a result of this prohibition, the CRA cannot provide the information in the manner requested.
In response to (c), as the CRA data banks do not separate refund interest related to advance deposits from any other type of refund interest paid to corporate taxpayers, the information cannot be provided in the manner requested. However, the total amount of refund interest paid over the previous five years, 2004-2008, including interest on advance deposits, was $3.1 billion.
In response to (d), please note that the confidentiality provisions of the Income tax Act, specifically Section 241(1), prohibit the CRA from directly or indirectly disclosing “taxpayer information”. As a result of this prohibition, the CRA cannot provide the information in the manner requested.

Question No. 364--
Mr. Alex Atamanenko:
With regard to the Joint Supply Ship program: (a) what is the total amount of spending to date on the project; (b) what is the current staffing level of the project; and (c) what are the expected costs of a possible cancellation?
Response
Hon. Peter MacKay (Minister of National Defence and Minister for the Atlantic Gateway, CPC):
Mr. Speaker, in response to (a), total expenditures on the joint support ship project as of 17 June 2009 were $44 million.
In response to (b), the staffing level of the joint support ship project as of 17 June 2009 was 31 personnel.
In response to (c), as the only contracts currently in place are for engineering and management support on an as required tasking basis, there would be no costs associated with any project cancellation.

Question No. 365--
Mr. Alex Atamanenko:
With regard to National Defence Public Affairs: (a) for the previous 12 months, what is the total number of media requests received; (b) what is the average time of response to questions; (c) what is the total number of questions which did not receive a response; and (d) what number of requests came from international media?
Response
Hon. Peter MacKay (Minister of National Defence and Minister for the Atlantic Gateway, CPC):
Mr. Speaker, in response to (a), readily accessible departmental records indicate that the total number of media queries received by the Department of National Defence between June 23, 2008 and June 23, 2009 was 2,900, which includes all queries received at National Defence Headquarters and those reported through the regional and local offices.
In response to (b), the average response time was 12 hours.
In response to (c) approximately 17% of the total number of queries were not answered by the reporter’s stated deadline.
In response to (d) readily accessible departmental records do not provide information on the origins of the media requests; therefore, it was not possible within the time allotted to determine which requests came from international media.

Question No. 366--
Mr. Alex Atamanenko:
With regard to Canadian participation in the Joint Strike Fighter program: (a) what has been spent on the project, broken down by year and program component; (b) what have been industrial regional benefits associated with the program, by year and project component; and (c) what would be the future costs of becoming a level two participant in the program?
Response
Hon. Peter MacKay (Minister of National Defence and Minister for the Atlantic Gateway, CPC):
Mr. Speaker, in response (a), total Department of National Defence expenditures to date (29 June 09) on the joint strike fighter program are US $142.57 million. Spending is not tracked by year and project component but rather by phase as outlined below.
i) For concept development, which occurred between 1997 and 2001, the Department of National Defence spent US $10 million.
(ii) For the system design and development phase, which began in 2002 and will conclude in 2013, the Department of National Defence has spent US $94.35 million. No further payments are required for system design and development.
(iii) For production sustainment follow-on development, commencing in 2006 and continuing until 2051, the Department of National Defence has spent US $38.22 million.
In response to (b), to date, the total value of joint strike fighter program contracts awarded to Canadian companies is CND $325 million.
In response to (c), level II participation was only possible in the system design and development phase of the program. The program no longer distinguishes between levels of partners.

Question No. 370--
Hon. Bob Rae:
With regards to the case of Omar Khadr, currently held in Guantanamo Bay, Cuba: (a) what recommendations have been made by the Department of Foreign Affairs and International Trade or any other government agency to the Minister of Foreign Affairs, or his staff, with regards to Omar Khadr; (b) in which meetings was the topic of his legal situation and future plans for reintegration raised and in what capacity; and (c) what documentation exists in this regard?
Response
Hon. Lawrence Cannon (Minister of Foreign Affairs, CPC):
Mr. Speaker, the case of Omar Khadr, like other consular cases, is the subject of regular advice from and discussion among officials, including legal counsel in light of ongoing litigation. These discussions and any documents generated in connection therewith cannot be disclosed given the ongoing litigation, Privacy Act concerns as well as other protections afforded to information exempt from disclosure under the Access to Information Act.

Question No. 371--
Hon. Bob Rae:
With regard to the operation and budget of Canadian diplomatic missions: (a) which embassies and consulates have experienced budget cuts since 2006; (b) which embassies and consulates have experienced personnel downsizing; (c) which embassies and consulates have been closed since 2006; and (d) how many Canadian diplomatic missions, including embassies and consulates are there around the world?
Response
Hon. Lawrence Cannon (Minister of Foreign Affairs, CPC):
Mr. Speaker, in response to (a), diplomatic mission budgets are subject to constant fluctuations due to evolving operational requirements. Budget increases and decreases occur regularly in-year and from one year to the next for a variety of reasons including position creation and deletions, currency fluctuations, adjustments to previous year's anomalies in reference level, incremental positions to support growth of representation from other government departments, among others.
In response to (b), since 2006, 26 diplomatic missions have experienced a decrease in personnel.
Abidjan (Ivory Coast)
Alma Ata (Kazakhstan)
Athens (Greece)
Bandar Seri Begawan (Brunei)
Bangkok (Thailand)
Brasilia (Brazil)
Bratislava (Slovakia)
Buenos Aires (Argentina)
Colombo (Sri Lanka)
Conakry (Guinea)
Denver (Usa)
Dusseldorf (Germany)
Kuala Lumpur (Malaysia)
Lisbon (Portugal)
Lusaka (Zambia)
New Delhi (India)
Oslo (Norway)
Prague (Czech Republic)
San Jose (Costa Rica)
Seoul/Pusan (Korea)
Tallinn (Estonia)
Tehran (Iran)
Tunis (Tunisia)
Vatican Vienna -- Embassy (Austria)
Warsaw (Poland)
In response to (c), since 2006, 11 diplomatic missions have been closed, namely: Phnom Penh (2009); Hamburg (2009); Tucson (2009); Cape Town (2009); Sarajevo (2009); Lilongwe (2009); Milan (2007); St. Petersburg (2007); Fukuoka (2007); Osaka (2007); and Libreville (2006).
In response to (d), there are currently 318 diplomatic missions abroad. These include: Embassies; High Commissions; Embassy/High Commission of Canada Program Offices; Offices of the Embassy / High Commission; Representative Offices -- Multilateral or Permanent; Consulates General; Consulates; Consular Agencies; and Honorary Consulates.

Question No. 373--
Hon. Bob Rae:
With regards to Canada’s involvement in Pakistan, has the government offered support to the Pakistani government to combat the incursion in the north and, if so, (i) how much money has been dedicated and through what economic channels, (ii) to which initiatives was it directed, (iii) what documentation exists in this regard?
Response
Hon. Lawrence Cannon (Minister of Foreign Affairs, CPC):
Mr. Speaker, the Government of Canada is committed to supporting Pakistan’s government and long-term development, as both are important factors in achieving regional and global stability and security. The Government of Canada is not providing direct monetary support to the Pakistani government specifically to combat the incursion in the north. However, Canada remains concerned for the fate of millions of the internally displaced persons (IDPs), and the pressures on the Government of Pakistan as a result of the military offensive against the Taliban. In support for these displaced persons, Canada has pledged $8 million for the crisis and we continue to monitor the situation to assess whether further assistance will be required. Canada also has a long-standing and diverse development cooperation relationship with Pakistan which includes the Canada-Pakistan Debt For Education Conversion valued at $117 million. Our total bilateral aid allocation to Pakistan last fiscal year was $44 million, and Canada has also provided approximately $10 million to support reconstruction activities following the 2005 South Asia Earthquake. Our core bilateral assistance to Pakistan is also expected to rise to $50 million per year in coming years. CIDA’s bilateral program is currently focused on supporting the transition to civilian government and promotes national cohesiveness by focusing on democratic governance, basic public education, equality between men and women, and stimulating sustainable economic growth. This government is committed to working closely with the Government of Pakistan in addressing the challenges it faces and their implications for regional and global security.

Question No. 378--
Mr. Rodger Cuzner:
With regard to aid for the Atlantic Canada Fishery: (a) how much funding has been allocated to each province from the Department of Fisheries and Oceans’ recent $65 million funding announcement; (b) what sectors of the fishery will receive the funding; (c) has any funding been allocated to support loss of income among fishermen; (d) does the government plan to contribute funding for the retirement of lobster licenses; (e) does the government plan to implement changes to the Employment Insurance system that will assist workers in the fishery sector; (f) has any new funding been allocated for industry infrastructure; (g) has any new funding been allocated toward research and development; (h) has any new funding been allocated toward easing access to credit for those in the fishery; and (i) what is the breakdown of the funding for each fiscal year from 2009 through 2014?
Response
Hon. Gail Shea (Minister of Fisheries and Oceans, CPC):
Mr. Speaker, on June 10, 2009 the Minister of Fisheries and Oceans announced $65 million in new funding to help the Atlantic lobster fishery. These measures will help harvesters adapt to the extraordinary market conditions created by the global recession. This funding includes $15 million in immediate, short term support to assist qualified low-income harvesters severely harmed by the collapse in market demand for their products. This funding also includes $50 million in longer-term financial assistance to support industry to develop and implement sustainability plans.
With regard to (a), the availability of this funding will be based on eligibility criteria, which is currently being developed. While the programs are available to eligible lobster harvesters in Quebec and Atlantic Canada, the funding will not be allocated by province.
With regard to (b), these programs, the short term transitional measures and the Atlantic lobster sustainability measures will be made available to licenced lobster harvesters in Quebec and Atlantic Canada.
With regard to (c), the short term transitional measures comprise $15 million of the announced funding and are for licenced lobster harvesters who have experienced a significant drop in income from lobster harvesting in 2009. This program would only be available for the 2009 fishing season.
With regard to (d), the details of the program are currently being developed.
With regard to (e), changes to the employment insurance program are not part of this initiative.
With regard to (f) and (g), the government has also made other efforts to support the lobster industry. On May 22, 2009, thegovernment announced that it is directing $10 million from the Community Adjustment Fund, CAF, to the Atlantic provinces and Quebec for activities to improve marketing, assist in innovation and develop products and technologies in the lobster industry. This CAF funding may also be used by fleets to organize and develop sustainability plans for consideration for funding under the Atlantic lobster sustainability measures. CAF will be implemented by through the Atlantic Canada Opportunities Agency and Canada Economic Development for Quebec Regions.
With regard to (h), the current economic situation is also creating difficulties for the industry to access capital. To help alleviate this challenge, Budget 2009: Canada’s Economic Action Plan provided many measures which improve access to credit, including new funding to the Business Development Bank of Canada, the creation of a Business Credit Availability Program and a new Canadian Secured Credit Facility.
With regard to (i), the program details for the short term transitional measures and the Atlantic lobster sustainability measures are currently under development.

Question No. 382--
Hon. John McKay:
With respect to Canadians who suffer severe and life-threatening adverse reactions to synthetic insulins and are unable to obtain domestically an alternative and reliable supply of animal-based insulin at a reasonable cost and pursuant to our previous Order Paper question: (a) has the Minister pursued or will the Minister pursue an agreement with the United States Food and Drug Administration to harmonize the regulations regarding approval for animal insulin, thereby enabling manufacturers to enter the North American market; (b) has the Minister pursued or will the Minister pursue a concerted education effort on animal based insulin by Health Canada aimed at both physicians and patients; (c) has the Minister pursued or will the Minister pursue a discussion with the Canadian Diabetes Association (CDA), which enjoys charitable tax status, to ensure that the treatment protocols that are sponsored by manufacturers include a clear statement on the safety and efficacy of animal insulin and that the CDA indicate what steps patients should take to obtain animal insulin in the event of adverse reactions; and (d) has the Minister pursued or will the Minister pursue subsidies for patients who are unable to afford animal insulin because of the excessive price?
Response
Hon. Leona Aglukkaq (Minister of Health, CPC):
Mr. Speaker, in response to (a), despite encouragements and repeated discussion with three manufacturers of animal insulin preparations, and despite the fact that these manufacturers were made aware of the potential financial incentives to them, including the reduction, even to zero, of fees charged for review of therapeutic products, they indicated that, without a sufficiently large, and guaranteed, market, none of the incentives offered were of sufficient interest to them.
It should be noted that two pork derived insulin products are already approved for market in Canada. Nonetheless, should there be additional applications for animal insulins and simultaneous filing in both Canada and the United States, in line with a memorandum of understanding and ongoing collaboration on a wide-variety of issues with the US, Health Canada would ensure that all regulatory requirements are harmonised between the two countries. Harmonisation of regulatory approaches and requirements is already an ongoing activity, and would not be limited to a single class of product(s).
In response to (b), Health Canada is working actively on an educational plan and materials to ensure that the medical community is aware of the issues surrounding the use of insulin of animal origin vs. biosynthetic insulin. These activities are directed at both physicians and patients.
In response to (c), Health Canada does not have the authority to pursue statements in treatment protocols through the Canadian Diabetes Association, CDA. As a professional body, the CDA is independent of the federal government. Despite this, Health Canada can introduce appropriate statements on the labels for all insulin products. The intent of these statements would be to inform physicians in a continuous manner of the reported issues surrounding animal vs. biosynthetic insulin products. Since labels contain a Consumer Information Section, patients would also be informed.
In addition, Health Canada is considering the publication of a short article on the subject in the Canadian Adverse Reaction Bulletin and even send letters to the editors of several continuous medical education publications to reinforce the messages. Finally, there may be an opportunity to update the Fact Sheet, published by Health Canada, on the treatment of diabetes.
In response to (d), the Canada Health Act requires provinces and territories to provide coverage of medically necessary pharmaceutical drugs administered in hospitals. However, there is no federal legal requirement for them to provide such coverage outside of a hospital setting. Provinces and territories of their own accord have developed publicly-funded pharmaceutical insurance plans, including insulin, and decide the terms and conditions for such plans for their residents, including eligible population groups, formularies, and pricing. The 2004 Health Accord has provided substantial additional funding to strengthen health care over a 10-year period to provincial and territorial governments, which they may use to enhance and expand publicly-funded drug plans, including coverage of increased drug costs for their residents.

Question No. 383--
Hon. John McKay:
Regarding the progress achieved thus far by the Department of International Cooperation and the Canadian International Development Agency (CIDA) in the implementation of The Development Assistance Accountability Act, 2008: (a) what steps have the Minister and CIDA taken to implement the Act, specifically, what consultations, meetings, and reviews have the Minister and CIDA conducted in order to examine how future Official Development Assistance (ODA) disbursements by CIDA are to accord with the Act; (b) how many programs now accord with the mandate of the Act and what percentage of Canada’s ODA expenditures now accord with the mandate of the Act; and (c) if no progress has been made in implementing the Act, what measures will the Minister and CIDA adopt to ensure accordance with the Act?
Response
Hon. Bev Oda (Minister of International Cooperation, CPC):
Mr. Speaker, in response to (a), after the act came into force in June 2008, a vice president-level steering committee on the implementation of the Official Development Assistance Accountability Act, ODA AA, was created to provide strategic guidance to the agency and to consider act-related policy decisions. As a result, CIDA employees have conducted the following consultations, meetings and reviews to ensure that future ODA disbursements are in accordance with the act:
(i) Reviewed strategic documents to ensure that the requirements of the act were reflected in key policy and programming documents. Key documents include: the department performance report, the report on plans and priorities, country development programming frameworks, and thematic strategies.
(ii) Developed a consultation directive to provide formal direction to CIDA employees. The development and revisions of the directive involved considerable internal consultations and meetings.
(iii) Held two interdepartmental meetings with other government departments impacted by the act. The purpose of the meetings was to provide an overview of the ODA AA, discuss the requirements under the act, and set key milestones for the process. The meetings were followed by continued support by CIDA to OGDs on the implementation of the act.
(iv) Increase consultations in the field by CIDA staff serving in countries abroad with local civil society, government, industry, businesses and community leadership.
Over the next few months and into the fall, the agency will engage partners and stakeholders, including governments, NGOs, the private sector and academia, in support of the development of strategies for CIDA’s thematic priorities. These consultations are intended to improve the agency’s knowledge and to seek advice on possible future directions.
In response to (b), the act states that international assistance can be reported as ODA if the competent minister is of the opinion that it: contributes to poverty reduction; takes into account the perspectives of the poor; and is consistent with international human rights standards. Given that the CIDA mandate is to reduce poverty, the act is already fully integrated into CIDA’s current CIDA programming.
The act also requires that CIDA prepare two annual reports on the Government of Canada’s official development assistance activities: a summary report and a statistical report. CIDA will submit the first Government of Canada summary report to Parliament on ODA activities in September 2009. The first statistical report will be published in March 2010. At that point, CIDA will be able to provide a more accurate breakdown of the percentage of Canada’s ODA expenditures.
In response to (c), progress has been made and CIDA is currently in compliance with the act. CIDA is reviewing its strategic documents to ensure that the requirements of the act are reflected in key policy and programming documents. The agency is taking measures to ensure that CIDA employees are aware of the requirements under the act through a consultation directive and to continue dialogue on the reporting requirement (i.e. the summary and statistical reports). CIDA is also providing guidance to other government department’s reporting obligations under the act, in a whole-of-government approach.

Question No. 384--
Hon. John McKay:
What is the current funding allocation to the Service Canada Language Instruction for Newcomers to Canada (LINC) program at the Willow Park location in Scarborough, Ontario and will the funding for the program continue, if funding for the LINC program changes, what is the reason for the change and if funding will not continue, why will it not continue?
Response
Hon. Jason Kenney (Minister of Citizenship, Immigration and Multiculturalism, CPC):
Mr. Speaker, Scarborough Willow Park Jr. Public School has provided language instruction for newcomers to Canada, LINC, training services under a contribution agreement between Citizenship and Immigration Canada, CIC, and the Toronto District School Board, TDSB.
Through this agreement, since 2007, just over $550,000 has been provided for services at Scarborough Willow Park Jr. Public School.
CIC and the TDSB are currently negotiating a new contribution agreement for LINC and associated services to be delivered by the TDSB. Allocations to the various TDSB sites will be determined by the TDSB, in consultation with CIC, on the basis of local needs

Question No. 385--
Hon. John McKay:
With regard to the Minister of Finance’s current budgetary deficit projection for fiscal year 2009-2010 of more than $50 billion, in light of current expenditures and revenue projections, does the Minister of Finance expect an increase in current deficit projections and, if so, by how much?
Response
Hon. Jim Flaherty (Minister of Finance, CPC):
Mr. Speaker, the June 2009 second report to Canadians on Canada’s economic action plan provided an update to the fiscal forecast for 2008-09 and 2009-10. The report is available online at http://www.fin.gc.ca/pub/report-rapport/2009-2/index-eng.asp. Canadians can follow progress on the government’s website for the economic action plan at www.actionplan.gc.ca. As outlined on page 218 of that document, based on economic and fiscal developments since budget 2009, the deficit has been revised up by $2.9 billion for 2008–09 and $8.1 billion for 2009–10. This deterioration reflects, in part, the impact of automatic stabilizers, such as EI, which provide support to the economy by automatically raising spending and lowering tax collections as the economy slows. In addition, loans to the auto industry and the Canada health transfer top-up increased the deficit projection by $8.5 billion in 2009-10, so that the total projected deficit is $3.9 billion for 2008-09 and $50.2 billion for 2009-10.
The Fiscal Monitor, the most recent of which was released July 24, 2009, provides monthly highlights and details of the government’s fiscal performance. For the first two months of the fiscal year, there was a budgetary deficit of $7.5 billion.

Question No. 387--
Hon. Scott Brison:
With regards to government advertising: (a) how much money has the government spent on newspaper and magazine advertising to provide information to the public about government programs, services, or initiatives, since January 1, 2006, giving particulars of (i) how much has been spent by each department or agency of government, (ii) the subject and nature of each advertisement, (iii) the newspaper or magazine in which each ad was published, (iv) the name and publication location; and (b) what are the dates of the newspaper or magazine issues in which the advertisements were published?
Response
Hon. Christian Paradis (Minister of Public Works and Government Services, CPC):
Mr. Speaker, the information requested in question No. 387 is too voluminous and costly to produce. The data required to adequately respond to the question is contained on 2,232 pages, in English only. Furthermore, given the magnitude of this question, it is not practical or cost effective for the government to translate these documents.
The Government of Canada produces an advertising annual report which provides information on the process used to manage government advertising, annual expenditures, and the major campaigns undertaken to support government priorities.
These annual reports are available at the following link: http://www.tpsgc-pwgsc.gc.ca/pub-adv/annuel-annual-eng.html

Question No. 395--
Ms. Siobhan Coady:
With regards to government advertising, how much money has the government spent on television and radio advertising since January 1, 2006, giving particulars of (i) how much has been spent by each department or agency of government, (ii) the subject and nature of each advertisement, (iii) the broadcast outlet on which each ad was broadcast, giving the name and location of the station, (iv) the dates on which the advertisements aired?
Response
Hon. Christian Paradis (Minister of Public Works and Government Services, CPC):
Mr. Speaker, the information requested in question No. 395 is too voluminous and costly to produce. The data required to adequately respond to the question is contained on 27,170 pages, in English only. Furthermore, given the magnitude of this question, it is not practical or cost effective for the government to translate these documents.
The Government of Canada produces an advertising annual report which provides information on the process used to manage government advertising, annual expenditures, and the major campaigns undertaken to support government priorities.
These annual reports are available at the following link: http://www.tpsgc-pwgsc.gc.ca/pub-adv/annuel-annual-eng.html.

Question no 226 --
Mme Michelle Simson:
En ce qui concerne la grippe porcine chez l’humain: a) quand exactement le gouvernement a-t-il été approché par les autorités mexicaines pour les aider à gérer cette question de santé grave; b) combien de décès les autorités mexicaines attribuaient-elles à cette maladie respiratoire au moment où elles ont signalé la situation au Canada; c) combien de victimes, qui ne sont pas décédées, ont-elles traitées lorsqu’elles ont communiqué avec le Canada concernant la grippe porcine; d) quels problèmes les autorités mexicaines ont-elles officiellement invoquées pour demander une aide canadienne et internationale pour les aider à gérer cette situation d’urgence; e) quand le gouvernement canadien a-t-il fourni l’aide demandée?
Response
L'hon. Leona Aglukkaq (ministre de la Santé, PCC):
Monsieur le Président, les réponses sont les suivantes: a) le Mexique a demandé pour la première fois au gouvernement du Canada de l’aider à effectuer des tests de diagnostic le 17 avril 2009.
En réponse à la question b), les autorités mexicaines n’ont pas divulgué le nombre de décès attribuables à la maladie respiratoire lorsqu’elles ont pour la première fois informé le Canada de la situation. Les faits étaient très nébuleux à ce moment.
En réponse à la question c), quand les autorités mexicaines ont communiqué pour la première fois avec le Canada au sujet du virus de l’influenza H1N1, elles l’ont informé d’un certain nombre d’éclosions se produisant dans diverses régions du Mexique et de quelque 600 cas présumés d’une maladie semblable à la grippe.
En réponse à la question d) les autorités mexicaines ont communiqué avec le Canada alors que sévissait ce qui semblait être un grippe saisonnière tardive se caractérisant par des taux anormalement élevés chez les travailleurs et des cas graves, ce que les autorités ont jugé anormal. Des tests en laboratoire effectués au Mexique n’avaient pas permis de confirmer le diagnostic.
En réponse à la question e) le gouvernement du Canada a réagi le 17 avril 2009 en offrant au Mexique un soutien technique et de l’aide pour effectuer des tests en laboratoire.

Question no 227 --
L'hon. Larry Bagnell:
En ce qui concerne la motion M-426 (maladies et troubles rares) au nom de M. Bell (Vancouver-Nord), adoptée par la Chambre le 6 mai 2008, depuis ce temps: a) le gouvernement a-t-il mis en oeuvre cette politique, si non, pourquoi; b) quels contacts le gouvernement a-t-il établis avec les organismes intéressés, comme la Canadian Organization for Rare Disorders, pour mettre en oeuvre cette politique; c) quelles ressources financières a-t-il réservées à cette politique; d) le gouvernement peut-il garantir aux Canadiens atteints de maladies rares qu’ils auront droit et accès à des médicaments et à des thérapies efficaces; e) quelles mesures le gouvernement prend-il pour sensibiliser les Canadiens à ce programme?
Response
L'hon. Leona Aglukkaq (ministre de la Santé, PCC):
Monsieur le Président, les réponses sont les suivantes a) La motion demandait l’exécution de travaux préliminaires liés à la recherche, à la réglementation et au remboursement des médicaments pour maladies rares, en collaboration avec les provinces, les territoires et les intervenants. La motion n’établissait pas de programme, ni de politique. Une analyse préliminaire de la motion a été menée après son adoption en mai 2008 et avant la dissolution du Parlement. Le gouvernement fédéral continue d'analyser la question des problèmes par rapport aux traitements des maladies rares et,si il y a lieu,le besoin de prendre des mesures dans les secteurs d'activités du gouvernement fédéral. Les travaux dans ce domaine requierront une participation active des provinces et des territoires qui, comme mentionné ci-haut, sont premiers responsables de la couverture des médicaments.
b) Aucune consultation sur la motion avec des intervenants n’a eu lieu avant la dissolution du Parlement. Cependant, des hauts fonctionnaires de Santé Canada ont discuté à plusieurs reprises de questions connexes avec des intervenants, notamment la Canadian Organization for Rare Disorders, CORD. CORD participe activement aux consultations officielles portant sur la modernisation des lois et des règlements depuis 2006. Cet organisme a déterminé que les difficultés liées aux données dans l’examen et l’autorisation des produits pour des populations restreintes représentent une préoccupation importante. Il appuie fortement les efforts visant à moderniser la Loi sur les aliments et drogues et son Règlement.
c) Les travaux d’analyses liés à la motion et à la question plus large des médicaments pour les maladies rares ont été financés à même les ressources existantes.
d) Le gouvernement fédéral reconnaît les problèmes auxquels font face les Canadiens qui sont atteints de maladies rares. Il continuera d’examiner les questions liées au traitement de ces maladies en tenant compte des rôles et des responsabilités du gouvernement fédéral. Par exemple, Santé Canada, dans le cadre de son travail sur la modernisation des règlements, examine les défis posés par les médicaments pour les maladies rares. CORD et d’autres intervenants sont consultés pour ce travail. Il est important de noter que les médicaments sur ordonnance fournis à l’extérieur d’un établissement de santé ne sont pas visés par la Loi canadienne sur la santé, et par conséquent, il appartient aux gouvernements provinciaux et territoriaux de déterminer, à leur discrétion, s’ils financent ou non les médicaments sur ordonnance, y compris les médicaments pour maladies rares, et, le cas échéant, selon quelles modalités. Les seules exceptions sont certains groupes, par exemple les Premières nations, les Inuits, le personnel des Forces armées et les anciens combattants, à qui le gouvernement fédéral fournit des soins directs. Toutefois, le gouvernement fédéral continue le travail de collaboration avec les provinces et les territoires, y compris l’exploration de façons de mieux évaluer la possibilité de rembourser le coût des médicaments pour les maladies rares par nos régimes d’assurance-médicaments respectifs.
e) Pour clarifier, aucun programme n’a été établi au moyen de cette motion qui n’exigeait qu’un travail exploratoire.

Question no 228 --
L'hon. Larry Bagnell:
Depuis son arrivée au pouvoir, i) qu’a fait le gouvernement pour promouvoir le gazoduc de la route de l’Alaska et contribuer à sa création, ii) a-t-il tenu des réunions avec les groupes intéressés, iii) au total, combien d’argent a-t-il consacré à ce projet jusqu’à maintenant, iv) quelle est la date cible pour la construction de ce gazoduc?
Response
L'hon. Lisa Raitt (ministre des Ressources naturelles, PCC):
Monsieur le Président, les réponses sont les suivantes en réponse à la question i), il existe deux propositions distinctes pour la construction du gazoduc de la route de l’Alaska. Les deux promoteurs de projet profitent d’un guichet unique donnant sur un processus d'approbation des projets simplifié, soit au moyen d’un réaménagement des effectifs à l’Administration du pipe-line du Nord, APN, soit par l’intermédiaire du Bureau de gestion des grands projets, créé en vue d’améliorer le rendement en matière de réglementation grâce à un processus d'examen de la réglementation plus responsable, prévisible, transparent et rapide pour les grands projets portant sur les ressources naturelles. Le 5 mars 2008, le ministre de l’époque des Ressources naturelles Canada, RNCan, a exprimé son appui à l’égard du gazoduc de la route de l’Alaska dans une lettre à la gouverneure de l’Alaska. RNCan a exprimé publiquement l’appui du gouvernement à l’égard d’un pipeline de l’Alaska dans le cadre de conférences de grande envergure, notamment la conférence pour le développement des ressources de l’Alaska qui a eu lieu à Anchorage en novembre 2008, la conférence de l’Interstate Oil and Gas Compact Commission en mai 2008 et le diner annuel de l’Association canadienne de pipelines d'énergie en 2008 et en 2009. Reconnaissant l’importance de la participation et de la consultation des Premières nations, le gouvernement du Canada tient déjà un dialogue avec celles se trouvant le long de la route proposé du gazoduc. Le gouvernement a à la fois financé les ateliers destinés aux autochtones organisés par la Coalition autochtone pour le gazoduc de la route de l'Alaska et participé à ceux ci. Actuellement, des ministères et organismes fédéraux, incluant RNCan, l’Agence canadienne d'évaluation environnementale, l’APN et l’Office national de l'énergie (ONE), effectuent une série de visites auprès de collectivités du Yukon et des Premières nations, qui se trouvent près de la portion du Yukon de la route de l’Alaska, afin de les sensibiliser et de répondre aux questions relatives au pipeline proposé.
En réponse à la question ii), depuis janvier 2006, RNCan a tenu plusieurs réunions avec les promoteurs d’un gazoduc de la route de l’Alaska. Ces réunions ont eu lieu à tous les niveaux, de celui des opérations à celui des ministres. Les Premières nations sont des groupes d’intéressés importants, et le gouvernement les a activement consultées. À l’heure actuelle, trois ateliers destinés aux autochtones ont été organisés par la Coalition autochtone pour le gazoduc de la route de l'Alaska, qui est un organisme de services pour les Premières nations du Yukon situées le long de la route proposée. Des rencontres semblables, bien que plus petites, ont été tenues en Colombie Britannique. Outre dans le cadre des ateliers officiels, RNCan a rencontré séparément le président de la Coalition. Jusqu’à récemment, RNCan présidait un comité de directeurs généraux chargé du gazoduc de la route de l’Alaska, dont les membres se réunissaient semestriellement pour communiquer de l’information aux principaux ministères fédéraux. Le sous-groupe le plus actif du Comité était le groupe de travail sur la réglementation et l’évaluation environnementale. Ce dernier a régulièrement rencontré les représentants des gouvernements provinciaux également.
En réponse à la question iii), bon nombre des dépenses liées au pipeline de l’Alaska découlent de transactions routinières, notamment la préparation de documents d'information et la surveillance de l’avancement du projet. Toutefois, RNCan a affecté environ 18 000 $ au financement d’ateliers de la Coalition en 2007. Quelque 3 000 $ ont permis de participer à chacun des trois ateliers. La participation à la série de visites de collectivités en cours fera s’élever la facture. RNCan a envoyé plusieurs représentants et conférenciers dans des conférences de grande envergure, notamment la conférence pour le développement des ressources de l’Alaska et la conférence de l’Interstate Oil and Gas Compact Commission. Pour de telles conférences, le coût pour chaque participant est d’environ 3 000 $ à 5 000 $, incluant les frais de déplacements. Enfin, l’APN, qui est responsable du « tronçon » du projet de gazoduc transalaskien Foothills, relève de RNCan. Toutefois, toutes les dépenses de l’APN sont récupérées auprès du propriétaire de Foothills, TransCanada Pipelines.
En réponse à la question iv), on estime que, tant pour le projet TransCanada que pour le projet Denali, le gaz commencera à circuler en 2018.

Question no 242 --
M. Rodger Cuzner:
En ce qui concerne l’assurance-emploi: a) a-t-on fourni à la ministre des Ressources humaines et du Développement des compétences des documents ou des notes ministérielles où sont précisés les délais de traitement des chèques d’assurance-emploi; b) selon les règles en vigueur, combien de jours un travailleur au chômage doit-il attendre avant de recevoir son premier chèque; c) en moyenne, combien de jours un travailleur au chômage attend-il à l’heure actuelle avant de recevoir son chèque; d) combien y a-t-il de lignes téléphoniques en service pour répondre aux demandes des travailleurs en quête d’information, et combien de ses lignes téléphoniques donnent accès à un préposé à un moment donné?
Response
L'hon. Diane Finley (ministre des Ressources humaines et du Développement des compétences, PCC):
Monsieur le Président, les réponses sont les suivantes: En réponse à la question a) la ministre a reçu divers produits de communication l’informant des mesures en place visant à maintenir le niveau de traitement des demandes d’assurance-emploi (AE) malgré leur augmentation importante au cours des huit derniers mois. Certaines d’entre-elles, énumérées ci-après, sont des mesures et ressources supplémentaires qui sont ajoutées au traitement de l’AE: la redistribution de la charge de travail à l’échelle nationale; nous avons embauché plus de 900 employés assignés au traitement et 400 autres seront ajoutés au cours des prochains mois l’augmentation des heures supplémentaires travaillées volontairement la réaffectation des employés d’autres secteurs du ministère qui ne travaillent pas au traitement de prestations le rappel au travail de personnes récemment retraitées l’augmentation du niveau d’automatisation du traitement des demandes les heures régulières d’ouverture des centres d’appels de l’AE ont été prolongées de 8 heures à 20 heures du lundi au vendredi et le samedi de 8 heures à 16 heures.
En réponse à la question b) l’objectif est de faire en sorte que 80 p. 100 des clients qui présentent une demande de prestations reçoivent leur premier versement ou avis de non paiement à l’intérieur d’un délai de 28 jours, suivant la date du dépôt de la demande.
En réponse à la question c) au cours des premiers mois de 2009, la moyenne du nombre de jours écoulés, entre la date de présentation de la demande et la date de réception du premier versement ou de l’avis de non paiement, était de 24 jours.
En réponse à la question d), le service compte 1 041 lignes téléphoniques avec quelque 821 employés à un moment donné. Le réseau téléphonique du centre d’appels a la capacité de recevoir plus d'appels qu'il en entre et le routage des appels se fait dans le réseau vers les agents aussitôt qu'ils deviennent disponibles selon leur profil de compétence et les capacités de transfert d’appels à l’interne.

Question no 247 --
M. Anthony Rota:
En ce qui concerne les mesures annoncées dans le Budget 2009 pour aider les consommateurs de produits financiers et consistant à exiger la divulgation de plus d’information et à améliorer les pratiques des institutions financières sous réglementation fédérale à l'égard des cartes de crédit: a) quels ministères et agences fédéraux et quels fonctionnaires fédéraux, avec leurs titres, ont participé aux consultations et à l’élaboration de ces mesures et quand les consultations ont-elles commencé; b) a-t-on consulté l’une ou l’autre des compagnies émettrices de cartes de crédit et, si c'est le cas, quand les entretiens ont-ils eu lieu et qui y assistait; c) quels autres organismes ou intervenants le gouvernement a-t-il consultés, quels sont les représentants du gouvernement qui ont mené les consultations et quand les consultations ont-elles eu lieu?
Response
L'hon. Jim Flaherty (ministre des Finances, PCC):
Monsieur le Président: avant la présentation du budget à la Chambre des communes le 27 janvier 2009, le budget le plus rapide de l'histoire moderne, le gouvernement a lancé une consultation sans précédent à l'échelle du Canada. Ces mesures ont été prises en vue de consulter le plus grand nombre possible de Canadiens, soit des membres du Parlement, des dirigeants d'entreprise, des économistes, des associations industrielles, des organismes sans but lucratif, des groupes d'intérêt public, des représentants des administrations provinciales, territoriales et municipales et, surtout, de simples citoyens. Le processus de consultation a notamment pris les formes suivantes:
On a lancé une consultation en ligne ouverte à tous les Canadiens sur le site Web www.fin.gc.ca.
On a organisé une série de tables rondes dans des villes d'un bout à l'autre du Canada, de St John's à Victoria, auxquelles ont participé des dirigeants d'entreprise, des économistes, des universitaires, des dirigeants industriels, des organismes communautaires et des syndicats.
Le ministre des Finances a tenu des assemblées publiques en divers endroits au Canada pour entendre personnellement ce que les Canadiens avaient à dire.
Des réunions avec les ministres des Finances et les premiers ministres de toutes les provinces et de tous les territoires ont eu lieu.
On a mis sur pied un Conseil consultatif sur l'économie composé d'éminents Canadiens de l'arène politique pour obtenir des conseils sur le budget et sur l'économie au cours des mois qui viennent.
Des réunions ont eu lieu avec les principaux représentants des autres partis politiques--dont ceux de l'opposition officielle, le parti Libéral du Canada--pour qu'ils fassent part de leurs idées.
Le ministre des Finances a écrit à tous les membres du Parlement pour leur demander de consulter les citoyens de leurs collectivités et de lui faire rapport sur ces consultations.
Comme vous le savez probablement, en mai dernier, le ministre des Finances a publié le projet de Règlement sur les pratiques commerciales en matière de crédit susmentionné aux fins de commentaires (on peut accéder au communiqué et aux documents d'information relatifs au projet de règlement sur le Web, à l'adresse http://www.fin.gc.ca/n08/09-048-fra.asp). En résumé, les mesures réglementaires proposées:
imposeraient un délai de grâce minimum effectif de 21 jours sans intérêt pour tous les nouveaux achats réglés par carte de crédit, lorsque le consommateur paie son solde en entier;
réduiraient les coûts liés aux intérêts en imposant une affectation des paiements favorable aux consommateurs;
permettraient aux consommateurs de mieux contrôler leurs finances personnelles en exigeant leur consentement explicite à la hausse de leur limite de crédit;
limiteraient les pratiques auxquelles ont recours les institutions financières pour communiquer avec les consommateurs à des fins de recouvrement;
interdiraient les frais de dépassement de limite attribuables uniquement à des montants retenus par des commerçants;
fourniraient des renseignements clairs dans les conventions de crédit et les demandes de carte de crédit en y incorporant un encadré récapitulatif des principales caractéristiques de l'emprunt, comme les taux d'intérêt et les frais;
aideraient les consommateurs à gérer les obligations liées à leur carte de crédit en leur fournissant de l'information sur le temps qu'il leur faudra pour rembourser tout leur solde s'ils ne versent chaque mois que le paiement minimum requis;
exigeraient que les consommateurs soient informés des augmentations de taux d'intérêt avant leur entrée en vigueur, même si cette information figurait dans leur convention de crédit.
En ce qui concerne les réactions qu'a suscitées le projet de règlement, voici certains des commentaires formulés par des groupes d'intérêt public ou des commentateurs:
Bruce Cran, président de l'Association des consommateurs du Canada : « Tous les éléments inclus [par le ministre des Finances] dans cette réglementation correspondent réellement à ce que nous avions demandé [...] Toutes mes félicitations [au ministre]. »
Mel Fruitman, vice président de l'Association des consommateurs du Canada : « [Les mesures réglementaires] permettront de remédier à certaines des pratiques les plus flagrantes des sociétés de cartes de crédit [...] il s'agit d'un grand pas dans la bonne direction pour ce qui est de nous aider à contrôler les montants que nous payons relativement à nos cartes de crédit. Nous croyons que cela permettra d'améliorer grandement la situation. » Éditorial du Toronto Star: « [Le] ministre des Finances [...] a apporté certains changements réglementaires souhaitables qui permettront d'accroître la transparence du système [de cartes de crédit] et entraîneront une réduction des frais imposés aux consommateurs. » Éditoral du Burnaby Now : « Les nouvelles mesures réglementaires [introduites par le ministre des Finances] [...] visent à accroître les droits des consommateurs en regard de l'industrie des cartes de crédit. L'une des mesures réglementaires [...] a pour but d'interdire aux émetteurs de cartes d'augmenter les limites de crédit sans le consentement écrit des détenteurs de cartes. Nous espérons que cette mesure et les autres qui sont proposées--notamment un délai de grâce de 21 jours sans intérêt pour tous les nouveaux achats réglés par carte de crédit, lorsque le consommateur paie son solde en entier à la date d'échéance--seront approuvées à Ottawa. »
Veuillez noter que les mesures réglementaires susmentionnées ont été publiées dans la Gazette du Canada le 23 mai 2009, et que les personnes intéressées ont été invitées à présenter des observations concernant le projet de règlement à la Division des institutions financières du ministère des Finances, et ce, dans les 21 jours suivant la publication (Les observations devaient être présentées au plus tard le 13 juin 2009).
Mentionnons enfin que des fonctionnaires du ministère des Finances, du ministère de la Justice et de l'Agence de la consommation en matière financière du Canada ont participé à l'élaboration et à la rédaction des importantes mesures du budget de 2009 visant à aider les consommateurs de produits financiers et du projet détaillé de Règlement sur les pratiques commerciales en matière de crédit qui a suivi.

Question no 253 --
M. Scott Andrews:
Au sujet de l’Office de financement de l'assurance-emploi du Canada annoncé dans le Budget 2008, et du Comité de nomination annoncé par la suite le 21 juillet 2008: a) le Comité a-t-il identifié les candidats pour l’Office et, si oui, (i) a-t-il présenté une liste de membres potentiels au gouverneur en conseil pour leur nomination, (ii) le gouverneur en conseil a-t-il nommé les membres à l’Office, (iii) qui sont les candidats inscrits ou nommés, (iv) quelle est la province ou le territoire du domicile de chaque personne; b) qu’a fait l’Office depuis sa fondation pour s’acquitter de ses fonctions, y compris (i) appliquer le mécanisme de fixation du taux de cotisation de l’assurance-emploi (AE) pour que ses revenus et ses dépenses s’équilibrent avec le temps, (ii) utiliser tout excédent de recettes d’AE une année donnée pour réduire ce taux les années suivantes, (iii) conserver un fonds d’urgence de 2 milliards de dollars en liquide pour stabiliser les cotisations; c) a-t-on créé un fonds d’urgence et, si oui, (i) a-t-on transféré les 2 milliards du Trésor au fonds d’urgence, (ii) quel est le solde actuel du fonds d’urgence établi?
Response
L'hon. Diane Finley (ministre des Ressources humaines et du Développement des compétences, PCC):
Monsieur le Président, les réponses sont les suivantes: (a) i) Oui, le Comité des candidatures a présenté à la ministre de Ressources humaines et Développement des compétences Canada une liste de candidats pour le conseil d’administration.
a) (ii) Oui, La ministre Finley a annoncé la candidature de cinq membres de l’Office le 26 juin 2009. Un sixième membre fût annoncé par La ministre Finley le 5 août, 2009. La candidature d’un autre membre est prévue d’être annoncée au cours des prochaines semaines.
a) (iii) (iv) six directeurs ont été nommés : Mme Elaine Noel-Bentley (Alberta), M. David Brown (Ontario), M. Jacques LeBlanc (Québec), Mme Janet Pau (Colombie-Britannique), M. Pankaj Puri (Ontario) et M. Tim O’Neill (Île-du-Prince-Édouard).
La présidence du conseil d’administration sera assurée par M. David Brown, qui cumule notamment 29 années d’expérience en tant qu’associé principal en droit des sociétés au sein du cabinet Davies Ward Phillips & Vineberg. Il a également occupé le poste de président et directeur général de la Commission des valeurs mobilières de l’Ontario pendant sept ans et pendant cette période, il a mené de front l’expansion et la réorganisation de la Commission afin de répondre à la demande toujours plus grande du marché en pleine transformation.
b) et c) Comme l’OFAEC n’est pas pleinement opérationnel, le fonds d’urgence n’a pas encore été créé.
Afin de demeurer avantageusement compétitif et pour appuyer les employeurs et les employés, le Gouvernement a gelé les taux de cotisations d'assurance-emploi, AE, à 1,73 $ par tranche de 100 $ jusqu’en 2010, soit les mêmes niveaux qu'en 2008 et 2009 fournissant une mesure de stimulation économique de 10.5 $ milliards de dollars, tel que confirmé par Le plan d'action du Canada au travail: un deuxième rapport aux Canadiens de juin 2009.
Avec la nomination du conseil d'administration, l'Office de financement de l'assurance-emploi du Canada, OFAEC, prend les mesures nécessaires permettant aux taux de cotisation de s'équilibrer au fil du temps. La création d'un compte bancaire distinct assurera que tout l'excédent des revenus de l'AE sera retenu et investi aux fins de l'AE seulement La création de l'OFAEC assure que les fonds d'AE sont gérés de manière indépendante et que les fonds ne serviront qu'au versement des prestations d'AE, que les taux de cotisation seront établis en fonction des coûts réels du régime, et que le régime disposera d'une assise financière solide pour l'avenir.

Question no 255 --
M. Sukh Dhaliwal:
En ce qui concerne le Fonds de recrutement de policiers: a) comment le gouvernement détermine-t-il combien de postes de policier sont créés et dotés à l’aide du Fonds; b) combien de postes le Fonds a-t-il permis de créer et combien de ces postes ont-ils été dotés?
Response
L'hon. Peter Van Loan (ministre de la Sécurité publique, PCC):
Monsieur le Président, les réponses sont les suivantes: (a) L’établissement du tout premier Fonds de recrutement de policiers constitue un investissement considérable et un pas important dans la bonne direction tout en respectant les compétences des provinces et des territoires en matière de services de police et en permettant un maximum de souplesse. Le 22 juin 2008, grâce à l’établissement de comptes en fiducie pour chaque administration, le gouvernement a concrétisé le rôle actif qu’il joue relativement au Fonds de recrutement de policiers. Conformément à leurs responsabilités en matière de services de police, les provinces et territoires doivent affecter les fonds comme ils le veulent à leurs services de police provinciaux et municipaux. Les provinces et territoires peuvent utiliser les fonds en fiducie comme ils le veulent en fonction de leurs priorités liées à la sécurité publique et de leurs besoins en matière de services de police. Les administrations provinciales et territoriales ont été invitées à communiquer directement à leurs résidents les renseignements sur les dépenses et les résultats obtenus. C’est dans le cadre des communiqués de presse diffusés par les provinces et territoires que le gouvernement du Canada est tenu informé de l’affectation des fonds par les administrations.
(b) Jusqu’à maintenant, sept provinces, soit la Saskatchewan, la Nouvelle-Écosse, l'Ontario, l'Alberta, l'Île-du-Prince-Édouard, la Colombie Britannique et le Nouveau-Brunswick ont annoncé, par des communiqués de presse, les affections de fonds qu’elles prévoyaient. Les mesures d’embauche annoncées publiquement comprennent 30 nouveaux postes en Saskatchewan, 45 agents en Nouvelle-Écosse cette année dans le cadre d’un plan visant à embaucher 250 agents d’ici 2011, 329 agents en Ontario, 83 agents en Alberta et 168 agents en Colombie-Britannique. L’Île du Prince Édouard utilisera sa part des fonds pour mettre en place son bureau de services de renseignement criminel et son effectif, alors que le Nouveau-Brunswick utilisera sa part pour améliorer les unités régionales intégrées des renseignements pour lutter contre le crime organisé, établir une bourse d’études pour les cadets de police en vue d’attirer des recrues, ainsi que pour établir une unité d’application des mesures visant à accroître la sécurité des communautés et des voisinages. Tout autre renseignement sur les dépenses des provinces et des territoires doit être transmis au ministre provincial ou territorial responsable.

Question no 258 --
L'hon. Maria Minna:
En ce qui concerne le Programme de protection des salariés (PPS): a) combien d’argent a été dépensé dans ce programme en 2008-2009; b) combien de personnes admissibles ont reçu des paiements en vertu de ce programme; c) les paiements en b) étaient-ils plus ou moins grands que ceux prévus dans le budget; d) quel a été le paiement moyen par personne; e) combien de demandes ont été présentées au cours du dernier exercice; f) combien de demandes sont prévues cette année; g) le gouvernement prévoit-il une augmentation du nombre de faillites et d’insolvabilités cette année; h) combien coûte l’administration de ce programme; i) combien d’employés administrent ce programme; j) compte tenu de la crise économique actuelle, le ministère prévoit-il embaucher du personnel additionnel pour administrer le PPS?
Response
L'hon. Rona Ambrose (ministre du Travail, PCC):
Monsieur le Président, toutes les données contenues dans les réponses ci-dessous sont tirées du Système commun des subventions et des contributions. La mise en tableaux des données personnelles a été fournie par le Programme du travail de Service Canada. Les réponses aux questions sont les suivantes:
Le Programme de protection des salariés, PPS, fut créé le 7 juillet 2008. Les réponses aux questions sont les suivantes:
a) 6,82 millions de dollars ont été versés à des bénéficiaires admissibles du PPS entre le 7 juillet 2008 et le 31 mai 2009.
b) Le nombre total de bénéficiaires de remboursements du PPS entre le 7 juillet 2008 et le 31 mai 2009 s’élève à 4 802.
c) Le montant total des paiements effectués entre le 7 juillet 2008 et le 31 mai 2009 était inférieur à celui prévu dans le budget, mais les demandes dans le cadre du PPS sont en constante augmentation ces derniers mois.
d) Le paiement moyen par bénéficiaire du PPS entre le 7 juillet 2008 et le 31 mai 2009 était de 1 420 $.
e) Entre le 7 juillet 2008 et le 31 mai 2009, 5 751 Canadiens ont présenté une demande de soutien dans le cadre du PPS.
f) Comme il s’agit d’un nouveau programme qui a été récemment élargi dans les cadre du plan d’action économique du Canada, il est difficile d’évaluer avec précision le montant de demandes qui pourraient surgir pendant la première année complète d’opération du programme.
g) Le budget 2009 a ajouté une protection pour les travailleurs en étendant la couverture du PPS aux indemnités de départ et de préavis. On estime que cette extension de la protection et l’augmentation de la demande de ce programme en raison du contexte économique incertain coûteront 25 millions de dollars par année. Le programme élargi fournit une aide financière aux travailleurs canadiens. Le budget original du PPS était de 31.2 M$. Le Budget du gouvernement de 2009 a ajouté une somme additionnelle de 25 M$ au PPS amenant son budget total à 56.2 M$.
h) Les coûts administratifs annuels permanents du PPS s’élèvent à 3,5 M$.
i) À l’heure actuelle, environ 30 membres du personnel administrent le PPS. Neuf d’entre eux travaillent pour le Programme du travail et 21 pour Service Canada.
j) Le Programme du travail a embauché deux personnes supplémentaires et Service Canada six, afin d'appuyer l’expansion du PPS. Ces effectifs font partie du budget 2009. La demande du PPS est surveillée de près et la dotation est ajustée en conséquence.

Question no 260 --
L'hon. Maria Minna:
En ce qui concerne les travailleurs de remplacement: a) le gouvernement a-t-il examiné le paragraphe 94 (2.1) du Code canadien du travail, qui interdit l’utilisation de travailleurs de remplacement dans le but de miner la capacité de négociation et de représentation d’un syndicat; b) l’utilisation de travailleurs de remplacement a-t-elle déjà été interdite en vertu de ce paragraphe; c) le gouvernement a-t-il comparé la loi fédérale aux lois provinciales en ce qui concerne les travailleurs de remplacement et, le cas échéant, quels résultats et conclusions a-t-il retenus de cet exercice; d) le ministère a-t-il procédé à des consultations ou fourni de l’information au ministre du Travail pour déterminer quels services de compétence fédérale seraient considérés comme essentiels dans l’éventualité d’un conflit de travail où l’utilisation de travailleurs de remplacement serait interdite conformément à la loi; e) le gouvernement a-t-il l’intention de faire quoi que ce soit en 2009-2010 pour ce qui est de la question des travailleurs de remplacement; f) le ministère a-t-il fourni au ministre du Travail de la documentation indiquant que les arrêts de travail seraient plus nombreux et plus longs si l’interdiction relative à l’utilisation des travailleurs de remplacement était appliquée?
Response
L'hon. Rona Ambrose (ministre du Travail, PCC):
Monsieur le Président, les réponses sont les suivantes: a) L’efficacité du paragraphe 94(2.1) du Code canadien du travail (travailleurs de remplacement) a été examinée sans cesse par le gouvernement.
De plus, le sujet des travailleurs de remplacement a récemment été étudié dans le rapport indépendant de Peter Annis en 2008, déposé auprès de la ministre du Travail et intitulé « Les arrêts de travail dans le secteur privé de compétence fédérale : des solutions innovatrices ». Ce rapport affirme qu’il n'y a aucune preuve concluante qu’interdire l’utilisation de travailleurs de remplacement réduirait le nombre et la durée des arrêts de travail.
Finalement, le gouvernement suit de près le nombre de plaintes déposées auprès du Conseil canadien des relations industrielles, CCRI, alléguant une violation à l’article 94(2.1). Depuis que la disposition a été adoptée en 1999, seulement 23 plaintes ont été déposées alléguant l'utilisation déloyale des travailleurs de remplacement. Parmi celles-ci, 18 ont finalement été retirées par le syndicat, 4 ont été rejetées et une plainte est en attente. Ces statistiques suggèrent que, sous la juridiction fédérale, l'utilisation de travailleurs de remplacement dans le but de miner la capacité de négociation et de représentation d’un syndicat n'est pas un problème.
b) À ce jour, l’utilisation de travailleurs de remplacement n’a pas été interdite en vertu du paragraphe 94(2.1). Le paragraphe interdit l’utilisation de travailleurs de remplacement uniquement lorsque leur présence sur les lieux de travail vise à miner la capacité de représentation d’un syndicat.
c) Seulement deux provinces ont adopté des lois qui restreignent le droit des employeurs d’utiliser les services de travailleurs de remplacement pendant les arrêts de travail. Ces restrictions sont en vigueur au Québec depuis 1977 et en Colombie-Britannique depuis 1993. L’Ontario avait adopté des lois similaires en 1993, mais elles ont été abrogées en 1995.
Malgré ces lois, on dépose chaque année au Québec et en Colombie-Britannique un certain nombre de plaintes sur l’utilisation de travailleurs de remplacement pendant les arrêts de travail. En 2007-2008, on a déposé 25 plaintes dans chaque province. Dix des 25 plaintes présentées au Québec ont été accueillies par le conseil des relations du travail provincial. En Colombie-Britannique, cinq des 25 plaintes ont été accueillies.
Le rapport indépendant de Peter Annis, en 2008, à la ministre du Travail intitulé « Les arrêts de travail dans le secteur privé de compétence fédérale : des solutions innovatrices » affirme qu’il n'y a aucune preuve concluante qu’interdire l’utilisation de travailleurs de remplacement réduirait le nombre et la durée des arrêts de travail.
d) Le Code ne traite pas les « services essentiels » mais énonce plutôt une exigence, en vertu du paragraphe 87.4, voulant que, dans l'éventualité d’un arrêt de travail, les produits et services doivent être fournis dans la mesure nécessaire pour faire face à une menace immédiate et grave à la sécurité ou à la santé publique. Actuellement, si les parties ne peuvent venir à un accord sur les activités qui doivent être maintenues, le Conseil canadien des relations industrielles, CCRI, décide quels services doivent être fournis.
Il n'y a pas eu de consultations sur les services qui doivent être fournis dans l'éventualité d’un conflit de travail dans le contexte d’une interdiction d’utiliser des travailleurs de remplacement.
e) Le gouvernement n'a pas l’intention de faire des changements aux dispositions sur les relations du travail dans le Code canadien du travail, sans un large accord entre les parties prenantes.
f) Non. Les données donnent à penser qu’il n’y a pas une grande différence dans le nombre ou la durée des arrêts de travail qu’on interdise ou non l’utilisation de travailleurs de remplacement. Pour la période 2006-2008, les données indiquent que la durée moyenne d’un arrêt de travail au Québec a été de 52 jours et en Colombie-Britannique de 55,4 jours, cependant, la durée moyenne d’un arrêt de travail pour les travailleurs relevant de la compétence fédérale a été de 49,2 jours.

Question no 266 --
Mme Chris Charlton:
En ce qui concerne l’entente conclue entre le gouvernement fédéral et le gouvernement de l’Ontario en vue d’harmoniser la taxe sur les produits et services et la taxe de vente provinciale de l'Ontario: a) à quelles autres catégories de biens et services non visées actuellement par la taxe sur les produits et services la nouvelle taxe de vente harmonisée s’appliquera-t-elle; b) à quelles autres catégories de biens et services non visées actuellement par la taxe provinciale de l’Ontario la nouvelle taxe de vente harmonisée s’appliquera-t-elle; c) en vertu de cette entente, combien de ses revenus de taxation le gouvernement prévoit-il perdre annuellement en provenance (i) des entreprises, (ii) des consommateurs; d) en vertu de cette entente, combien de revenus de taxation le gouvernement prévoit-il percevoir annuellement en provenance (i) des entreprises, (ii) des consommateurs?
Response
L'hon. Jim Flaherty (ministre des Finances, PCC):
Monsieur le Président, les réponses sont les suivantes: a) et b, dans le Budget 2009 de l’Ontario--Relever le défi: Bâtir l’avenir économique de l’Ontario, disponible en ligne à http://www.fin.gov.on.ca/francais/budget/ontariobudgets/2009/papers_all.pdf, le gouvernement de l’Ontario a annoncé sa décision de convertir la taxe de vente au détail, TVD, de l’Ontario en taxe sur la valeur ajoutée et de la combiner à la taxe sur les produits et services, TPS, du gouvernement fédéral pour créer, à compter du 1er juillet 2010, une taxe de vente unique administrée par le gouvernement fédéral, sous réserve de l’approbation de l’Assemblée législative de l’Ontario.
Le Protocole d'accord en vue de la conclusion d'une entente intégrée globale de coordination fiscale Canada-Ontario, signé par les gouvernements du Canada et de l'Ontario, précise que l'Ontario accepte d'adopter l'assiette fiscale de la taxe sur les produits et services, TPS, aux fins de la composante provinciale de la taxe de vente harmonisée. Toutefois, le Protocole d'accord autorise la province à désigner un nombre limité de remboursements de la composante provinciale de la taxe de vente harmonisée au point de vente, n'excédant pas, au total, 5 % de l'assiette de la TPS dans la province. Le Protocole d’accord engage les deux gouvernements envers une entente intégrée globale de coordination fiscale (EIGCF), qui précisera ses dispositions, comme celles relatives à la souplesse de la politique fiscale provinciale, par exemple les remboursements aux points de vente.
En réponse aux questions c) et d), aux termes du Protocole d’accord, la composante fédérale de la taxe de vente harmonisée en Ontario est établie à 5 p. 100, soit l'équivalent de l'actuelle TPS. Ainsi, on ne s'attend pas à ce que le gouvernement du Canada enregistre un changement au chapitre des revenus qu'il tire à l'heure actuelle de la TPS.

Question no 272 --
M. Joe Comartin:
En ce qui concerne le Fonds de recrutement de policiers: a) combien y a-t-on affecté depuis sa création; b) combien a-t-on affecté à chaque province et territoire depuis sa création; c) le gouvernement sait-il combien de policiers le fonds a permis d’engager et, si oui, combien dans chaque province et territoire; d) qu’entend faire le gouvernement pour aider les provinces et les territoires à conserver les policiers engagés, après l’expiration du fonds; e) de quels contrôles le gouvernement a-t-il assorti le fonds?
Response
L'hon. Peter Van Loan (ministre de la Sécurité publique, PCC):
Monsieur le Président, les réponses sont les suivantes: a) Dans le cadre de la Stratégie pour des collectivités plus sûres, le gouvernement a donné suite à l’un des principaux engagements de son programme électoral, en accordant aux provinces et territoires des fonds pour le recrutement de 2 500 agents de police de première ligne. Le budget de 2008 a réservé un montant de 400 millions de dollars pour aider les provinces et territoires au recrutement de ces agents. Réparti proportionnellement, le montant a été investi dans un fonds en fiducie géré par des tiers pour que les provinces et territoires puissent réaliser cet objectif.
b) Toutes les provinces et tous les territoires ont choisi de participer à l’initiative et, le 22 juin 2008, le montant de 400 millions de dollars a été réparti de la façon suivante: Terre-Neuve-et-Labrador: 5,9 millions de dollars; Île-du-Prince-Édouard: 1,6 millions de dollars; Nouvelle-Écosse: 11,2 millions de dollars; Nouveau-Brunswick: 8,8 millions de dollars; Québec: 92,3 millions de dollars; Ontario: 156 millions de dollars; Manitoba: 14,4 millions de dollars; Saskatchewan: 11,7 millions de dollars; Alberta: 42,4 millions de dollars; Colombie-Britannique: 53,3 millions de dollars et chacun des trois territoires ont reçu 800 000 milles dollars. Les provinces et territoires peuvent retirer ces fonds en tout temps sur une période de cinq ans.
c) Jusqu’à maintenant, sept provinces soit la Saskatchewan, la Nouvelle-Écosse, l’Ontario, l’Alberta, l’Île-du-Prince-Édouard, la Colombie-Britannique et le Nouveau-Brunswick ont annoncé, par des communiqués de presse, les affections de fonds qu’elles prévoyaient. Les mesures d’embauche annoncées publiquement comprennent 30 nouveaux postes en Saskatchewan, 45 agents en Nouvelle-Écosse cette année dans le cadre d’un plan visant à embaucher 250 agents d’ici 2011, 329 agents en Ontario, 83 agents en Alberta et 168 agents en Colombie-Britannique. L’Île du Prince Édouard utilisera sa part des fonds pour mettre en place son bureau de services de renseignement criminel et son effectif, alors que le Nouveau-Brunswick utilisera sa part pour améliorer les unités régionales intégrées des renseignements pour lutter contre le crime organisé, établir une bourse d’études pour les cadets de police en vue d’attirer des recrues, ainsi que pour établir une unité d’application des mesures visant à accroître la sécurité des communautés et des voisinages.
d) L’établissement du tout premier Fonds de recrutement de policiers constitue un investissement considérable et un pas important dans la bonne direction tout en respectant les compétences des provinces et des territoires en matière de services de police et en permettant un maximum de souplesse Conformément à leurs responsabilités en matière de services de police, les provinces et territoires doivent affecter les fonds comme ils le veulent à leurs services de police provinciaux et municipaux. Les provinces et territoires peuvent utiliser les fonds en fiducie comme ils le veulent en fonction de leurs priorités liées à la sécurité publique et de leurs besoins en matière de services de police. Le 22 juin 2008, grâce à l’établissement de comptes en fiducie pour chaque administration, le gouvernement a concrétisé le rôle actif qu’il joue relativement au Fonds de recrutement de policiers.
e) Conformément à leurs responsabilités en matière de services de police, les provinces et territoires doivent affecter les fonds comme ils le veulent à leurs services de police provinciaux et municipaux. Les provinces et territoires peuvent utiliser les fonds en fiducie comme ils le veulent en fonction de leurs priorités liées à la sécurité publique et de leurs besoins en matière de services de police. Les administrations provinciales et territoriales ont été invitées à communiquer directement à leurs résidents les renseignements sur les dépenses et les résultats obtenus.

Question no 296 --
L'hon. Wayne Easter:
En ce qui concerne la demande formulée en 2008 par le ministre de l’Agriculture pour que Guy Lauzon, son secrétaire parlementaire de l’époque, réalise une étude sur l’avenir de l’agriculture, sur les tendances dans ce secteur et sur les moyens d’y attirer des jeunes: a) quelles ont été les conclusions du rapport; b) quand a-t-on terminé et présenté ce rapport; c) quelles sont les collectivités où s’est rendu le secrétaire parlementaire dans le cadre de ses recherches, (i) qui y a-t-il rencontré pour obtenir l’information, y compris les noms, titres, associations représentées et intervenants du secteur agricole, (ii) quels sont les documents présentés pour ce rapport; d) quels étaient les dates, heures et lieux des séances de discussion ouverte tenues aux fins des recherches; e) quels ont été les coûts associés à la production du rapport, incluant les déplacements, les repas, l’hébergement, les salles de rencontre, le personnel de soutien et l’hôtel; f) pourquoi l’étude n’a-t-elle pas été présentée au Parlement; g) que compte faire le gouvernement en ce qui concerne ce rapport?
Response
L'hon. Gerry Ritz (ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire et ministre de la Commission canadienne du blé, PCC):
En réponse aux questions a), b) f) et g), aucun rapport n’a été produit puisque la 40e élection générale a été déclenchée et a terminé les activités du 39e parlement.
En réponse à la question c), le secrétaire parlementaire s’est rendu à Chilliwack, en Colombie-Britannique, à Calgary, en Alberta, à Saskatoon, en Saskatchewan, à Ridgetown, en Ontario, à Vineland, en Ontario, et à St. John’s, Terre-Neuve.
En réponse à la question i) le secrétaire parlementaire s’est réuni avec un groupe choisi de jeunes agriculteurs en Colombie-Britannique, en Alberta, en Saskatchewan, en Ontario (deux séances), ainsi qu’à Terre-Neuve-et-Labrador. En moyenne, entre 8 et 12 personnes ont participé à ces séances.
Les jeunes agriculteurs ont été choisis individuellement sur les recommandations des représentants régionaux des quatre organismes suivants: Conseil des 4-H du Canada (4-H); Conseil canadien de la gestion d’entreprise agricole (CCGEA); Concours des jeunes agriculteurs d’élite du Canada (CJAEC); Table pancanadienne de la relève agricole.
Ni le secrétaire parlementaire ni des membres de son bureau n’ont suggéré les participants ou participé à leur sélection.
Les participants ont été choisis en raison de leur capacité de se livrer à une discussion franche et ouverte sur les questions et sur les préoccupations qui touchent le plus les jeunes agriculteurs et les nouveaux agriculteurs. Les participants n’ont pas été choisis pour représenter une association quelconque ou à tout autre titre officiel.
Les paragraphes 19(1) et 21(1)(b) de la Loi sur l’accès à l’information nous empêchent de vous donner les noms des participants.
En réponse à la question ii) aucun document n’a été présenté puisque la 40e élection générale a été déclenchée et a terminé les activités du 39e parlement.
En réponse à la question d) les dates, heures et lieux des séances de discussion ouverte tenues aux fins des recherches furent les suivantes: Chilliwack (Colombie-Britannique; Best Western Rainbow Country Inn; Le 7 juillet 2008 (de 9 h à 11 h); Calgary (Alberta); Hôtel Ramada du centre-ville de Calgary; Le 9 juillet 2008 (de 9 h 30 à 11 h); Saskatoon (Saskatchewan); Université de Saskatchewan; Le 10 juillet 2008 (de 9 h à 11 h) -- Ridgetown (Ontario); Campus de Ridgetown (Université de Guelph); Le 19 août 2008 (de 9 h à 11 h); Vineland (Ontario); Centre de recherches du Sud sur la phytoprotection et les aliments; Le 21 août 2008 (de 9 h à 11 h); St. John's (Terre-Neuve); Quality Hotel Harbourview; Le 28 août 2008 (de 14 h à 16 h).
En réponse à la question e) les coûts associés à la production du rapport, incluant les déplacements, les repas, l’hébergement, les salles de rencontre, le personnel de soutien et l’hôtel étaient de $15 931.22.

Question no 302 --
M. Dennis Bevington:
En ce qui a trait aux réunions politiques tenues au Blatchford Lake Lodge dans les Territoires du Nord-Ouest au cours du week-end du 27 février au 1er mars 2009 et qui ont débouché sur une déclaration politique pour les Territoires du Nord-Ouest (la Déclaration des T.N.-O.): a) est-ce que le gestionnaire, Développement économique des Autochtones, Affaires indiennes et du Nord Canada, Territoires du Nord-Ouest (M. Altaf Lakhani), était présent à ces réunions et, si oui, pourquoi un fonctionnaire-cadre était-il présent à une réunion politique; b) quel rôle, s’il en est, M. Lakhani a-t-il joué dans l’organisation de ces réunions; c) quel rôle, s’il en est, M. Lakhani a-t-il joué à ces réunions; d) à quelles activités, s’il en est, M. Lakhani a-t-il pris part à la suite des réunions qui étaient reliées à la réunion qui a débouché sur la Déclaration des T.N.-O.; e) M. Lakhani a-t-il participé aux réunions ou activités découlant de ces réunions ou reliées à la Déclaration des T.N.-O. et, si oui, quand et où ces réunions ont-elles eu lieu; f) si M. Lakhani a participé à des activités à la suite de la réunion à Blatchford Lake, quelle était la nature de ces activités; g) a-t-on directement ou indirectement ou par l’intermédiaire d’une autre personne ou organisation, utilisé des fonds publics pour organiser ou tenir des activités de suivi liées à cette réunion, à d’autres réunions ou à la Déclaration des T.N.-O.; h) si des fonds publics ont été utilisés, quel est le montant; i) quelles personnes ou organisations ont reçu les fonds; j) aux termes de quels programmes gouvernementaux les fonds ont-ils été dégagés; k) si des fonds publics ont été dégagés, qui a autorisé leur dégagement?
Response
L'hon. Chuck Strahl (ministre des Affaires indiennes et du Nord canadien, interlocuteur fédéral auprès des Métis et des Indiens non inscrits et ministre de l'Agence canadienne de développement économique du Nord, PCC):
Monsieur le Président, les réponses sont les suivantes: (a) M. Altaf Lakhani a été présent comme simple citoyen et non à titre de fonctionnaire.
(b) M. Lakhani a été un participant invité et n’a joué aucun rôle dans l’organisation de ces réunions.
(c) M. Lakhani a été invité pour l’échange d’idées.
(d) Il n’y a eu aucune autre participation de la part de M. Lakhani suite à ces réunions reliées à la Déclaration des T.N.-O.
(e) M. Lakhani n’a participé à aucune autre réunion ou activités.
(f) Aucune.
(g) Aucun fonds publics n’on été utilisés, soit directement ou par l’intermédiaire d’une autre personne ou organisation, pour organiser ou tenir des activités de suivi liées à cette réunion, à d’autres réunions ou à la Déclaration des T.N.-O.
(h) Aucuns fonds n’ont été fournis.
(i) Aucune.
(j) Aucuns fonds n’ont été dégagés.
(k) Aucuns fonds n’ont été dégagés.

Question no 305 --
M. Todd Russell:
En matière de gestion phytosanitaire, quelles mesures, s’il en est, sont en place pour empêcher la transmission ou la propagation de la gale verruqueuse de la pomme de terre et du nématode doré: a) de Terre-Neuve au Labrador; b) au Labrador; c) du Labrador à toute autre région du Canada; d) si de telles mesures n’existent pas, est-ce que des mesures sont prévues ou à l’étude; e) le cas échéant, quelles sont-elles?
Response
L'hon. Gerry Ritz (ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire et ministre de la Commission canadienne du blé, PCC):
Monsieur le Président, le mandat et les priorités de l’Agence canadienne de l’inspection des aliments, ACIA, comprennent des mesures prises pour empêcher la propagation des organismes nuisibles justiciables de quarantaine sur le territoire du Canada. Le contrôle de tels organismes nuisibles est effectué principalement en vertu des dispositions de la Loi sur la protection des végétaux et, dans le cas des pommes de terre, des dispositions pertinentes de la Partie II du Règlement sur les semences. Terre-Neuve-et-Labrador est déclarée zone de quarantaine de la galle verruqueuse et du nématode à kyste de la pomme de terre. Des dispositions sont mises en œuvre pour réduire la propagation de ces organismes nuisibles en dehors et à l’intérieur de la province.
Les principales mesures de contrôle visant à empêcher la propagation de la galle verruqueuse et du nématode à kyste de la pomme de terre dans les limites de la Terre-Neuve-et-Labrador étaient la plantation de semences de pommes de terre exemptes d’organismes nuisibles et l’emploi de variétés résistantes à ces organismes nuisibles. L’ACIA, Agriculture et Agroalimentaire Canada et le gouvernement provincial de la Terre-Neuve ont également mis en œuvre des programmes dont le but était de soutenir les jardiniers et de les encourager à cultiver des variétés résistantes à la galle verruqueuse et au nématode à kyste de la pomme de terre.
Les zones continentales de la Terre-Neuve-et-Labrador, connue sous le nom de Labrador, ont été inspectées afin de dépister la galle verruqueuse et le nématode à kyste de la pomme de terre. Ce dernier n’a pas été dépisté dans la zone continentale du Labrador. La galle verruqueuse est présente, mais seulement dans des jardins privés. Elle n’a pas été dépistée sur aucun des champs agricoles commerciaux existants. Des mesures ont été prises pour éradiquer la galle verruqueuse et empêcher sa propagation, notamment: effectuer des inspections du sol, encourager l’utilisation de variétés de pommes de terre résistantes à la galle verruqueuse et vulgarisation agricole, y compris de bonnes pratiques de gestion qui contribueront à l’éradication des organismes nuisibles. Ces mesures sont mises en œuvre en partenariat avec le gouvernement provincial.
La galle verruqueuse et le nématode à kyste de la pomme de terre sont tous deux présentes sur l’île de Terre-Neuve. La circulation du sol, de la galle verruqueuse et du nématode à kyste de la pomme de terre provenant de Terre-Neuve est restreinte en vertu de la Loi sur la protection des végétaux et de son Règlement. De plus, en vertu de cette loi, l’ACIA a l’autorité d’imposer l’émission d’avis individuels afin de restreindre la circulation d’articles réglementés provenant de certains jardins ou champs réputés être infestés par la galle verruqueuse ou le nématode à kyste de la pomme de terre.
Les activités existantes de l’ACIA visant la protection des végétaux, conçues pour empêcher la propagation de la galle verruqueuse et du nématode à kyste de la pomme de terre, sont examinées périodiquement. De plus, l’ACIA contrôle tout changement pouvant indiquer un risque accru de propagation de ces organismes nuisibles vers des zones agricoles de la Terre-Neuve ou d’autres provinces canadiennes. S’il est déterminé qu’il y a un risque accru, des mesures de rechange pourraient être élaborées et mises en œuvre, afin d’atténuer le risque de façon appropriée.
Les mesures actuelles prises contre la galle verruqueuse et le nématode à kyste de la pomme de terre se sont révélées efficaces à atténuer le risque de propagation du nématode à kyste de la pomme de terre provenant de l’île de Terre-Neuve vers Labrador et d’autres zones du Canada, et de la galle verruqueuse provenant de Terre-Neuve-et-Labrador vers d’autres provinces du Canada.
Les restrictions législatives relatives à la galle verruqueuse et le nématode à kyste de la pomme de terre sont précisées aux Annexes I et II du Règlement sur la protection des végétaux (DORS/2001-287, a. 1 ; DORS/2004-80, a. 18),
L’Annexe I, intitulée Circulation interdite sur le territoire canadien, contient la circulation interdite suivante destinée à empêcher la culture sur l’île de Terre-Neuve de variétés de pommes de terre susceptibles d’être infestées par la galle verruqueuse:
3. Le déplacement de variétés de pommes de terre ayant la peau bleue ou pourpre (à l'exception des variétés Brigus, Blue Mac, A.C. Blue Pride et A.C. Domino, ainsi que toutes les variétés de pommes de terre utilisées aux fins de recherche par un organisme gouvernemental, un établissement d'enseignement ou une entreprise privée) est interdit du reste du Canada vers Terre-Neuve.
L’Annexe II (paragraphe 50(3) et articles 51 et 52) du Règlement sur la protection des végétaux (DORS/2001-287, a. 1 ; DORS/2004-80, a. 18) est intitulée Circulation restreinte dans les limites du Canada. Les dispositions pertinentes concernant la galle verruqueuse et le nématode à kyste de la pomme de terre figurent ci-dessous:
29. La circulation de toutes les plantes cultivées sur le territoire de la Terre-Neuve vers tout autre zone du Canada est restreinte, compte tenu de l’exigence qu’un certificat de circulation soit délivré.
38. La circulation du sol, du compost, de la mousse de tourbe ou de toute autre chose à laquelle adhère du sol, du compost ou de la mousse de tourbe provenant de la Terre-Neuve vers toutes les autres zones du Canada est restreinte par l’exigence qu’un certificat de circulation soit délivré.
43. Afin d’être déplacés de Terre-Neuve vers d’autres zones du Canada, les sacs, les boîtes, les contenants et toute autre chose usagés utilisés pour déplacer les légumes¬racines, le sol, le compost ou la mousse de tourbe doivent être exempts de sol, de compost et de mousse de tourbe ou il faut qu’ils aient été soumis à un traitement ou procédure d’éradication de la galle verruqueuse et du nématode à kyste de la pomme de terre.
49. Tout véhicule et équipement usagés qui sont infestés ou parasités ou susceptibles de l’être doivent être exempts de sol et quitter l’île de Terre-Neuve après être passés par un centre d’inspection doué d’installations de lavage, à Argentia, Port aux Basques, St. John’s ou Cornerbrook.

Question no 308 --
M. Robert Oliphant:
En ce qui concerne la demande d’Algoma Tankers Limited présentée au ministère des Finances au sujet d’un décret de remise pour les droits à l’importation payés récemment sur les nouveaux pétroliers, Algonova et AlgoCanada: a) quand le ministère rendra-t-il une décision au sujet de cette demande; b) quelles conditions doivent être réunies pour qu’il approuve une demande; c) y a-t-il eu des consultations avec les organisations suivantes au sujet de cette demande, notamment la Shipbuilders Association of Canada, la Corporation de gestion de la Voie maritime du Saint-Laurent, l’Association des armateurs canadiens, la Chambre de commerce maritime et l’Ontario Marine Transportation Forums et, si oui, quel a été le résultat de ces consultations?
Response
L'hon. Jim Flaherty (ministre des Finances, PCC):
Monsieur le Président, les réponses sont les suivantes: (a) La demande de remise des droits payés sur les deux pétroliers importés par Algoma Tankers Limited est actuellement en cours d’examen par le ministère des Finances. Une fois l’examen terminé, le ministère formulera ses recommandations au ministre des Finances afin qu’il puisse prendre une décision.
(b) Dans chaque demande de remise des droits de douane, on demande au requérant de fournir au ministère de l’information supportant la demande, incluant, entre autres, l’impact que le paiement des droits de douane aurait sur les opérations de celui-ci. Au cours de ce processus, le ministère consulte tous les autres intervenants intéressés afin de recueillir leurs points de vue sur la demande. Chaque demande est examinée selon ses propres mérites afin de déterminer s’il est dans l’intérêt économique général du Canada d’accorder une remise de droits dans ce dossier. Un certain nombre de facteurs sont pris en considération dans le cadre de cet examen, y compris, entre autres, les résultats des consultations menées auprès de divers intervenants intéressés. Une fois l’examen terminé, le ministère formule ses recommandations au ministre des Finances afin qu’il puisse prendre une décision.
(c) Dans le cadre de vastes consultations menées par le ministère des Finances, les intervenants suivants ont fait part de leurs points de vue: l’Association canadienne de la construction navale, l’Association des armateurs canadiens, la Chambre de commerce maritime, Algoma Central Corporation, Imperial Oil, la Corporation de gestion de la voie maritime du Saint-Laurent et l’Ontario Marine Transportation Forum. Le ministère a aussi consulté les fonctionnaires d’Industrie Canada et de Transports Canada. Le ministère tiendra entièrement compte des commentaires de tous les intervenants au moment de formuler ses recommandations au ministre des Finances.

Question no 310 --
Mme Olivia Chow:
En qui concerne l’Administration portuaire de Toronto (APT), le gouvernement va-t-il: a) faire une vérification interne et externe, telle que réclamée par lettre au ministre des Transports par quatre administrateurs de l’APT sur la gestion de l’Administration portuaire par son ex-dirigeant principal en 2008; b) divulguer l’avis juridique du Conseil d’administration obtenu par l’ex-dirigeant principal en 2008; c) réclamer que le compte-rendu des réunions du Conseil en 2008 soit soustrait de la vacance; d) justifier les 80 000 $ de frais d’hospitalisation et de déplacement réclamés par l’ex-dirigeant principal en 2007 et durant une partie de 2008, alors que l’APT était en déficit d’exploitation; e) justifier le changement de constitution de l’APT par l’ajout de deux membres au Conseil; f) s’assurer qu’aucun membre du Conseil ne soit en conflit d’intérêts, et que tous les membres du Conseil agissent de façon éthique?
Response
L'hon. John Baird (ministre des Transports, de l’Infrastructure et des Collectivités, PCC):
Monsieur le Président, les réponses sont les suivantes: (a) L’article 41 de la Loi maritime du Canada exige de toutes les administrations portuaires canadiennes qu’elles mènent un examen spécial au moins tous les cinq ans pour permettre à un examinateur de faire rapport sur leurs pratiques et protocoles, y compris ceux qui ont trait à la gestion et au contrôle financiers. L’Administration portuaire de Toronto a fait savoir qu’un deuxième examen spécial sera effectué et conclu avant la fin de l’exercice financier en cours. Ces examens sont menés par des vérificateurs compétents et indépendants.
(b) L’avis juridique fourni au conseil d’administration de l’Administration portuaire de Toronto lui appartient et il lui revient de décider de sa divulgation.
(c) L’alinéa 7(2)(b) du Règlement sur la gestion des administrations portuaires stipule qu’une administration portuaire « tient et conserve… à son siège social ou en tout lieu au Canada convenant aux administrateurs, un livre où figurent les procès-verbaux des réunions et les résolutions du conseil d’administration et de ses comités ». Cette exigence de conserver les procès verbaux des réunions du conseil d’administration est conforme aux bonnes pratiques de gouvernance. Cette disposition n’exige pas de l’Administration portuaire de Toronto qu’elle tienne des procès verbaux de ses réunions publiques. En outre, le ministre ne détient pas d’exemplaires des comptes rendus.
(d) La députée de Trinity-Spadina a reçu une liste des dépenses de déplacement et de représentation encourues par l’ancienne première dirigeante de l'Administration portuaire de Toronto en 2007 et 2008 (Question 61 du 19 février 2009).
(e) Selon l’article 8 de la Loi maritime du Canada, le conseil d’administration d’une administration portuaire canadienne comprend entre sept et onze administrateurs. En décembre 2008, les lettres patentes supplémentaires de l'Administration portuaire de Toronto ont été modifiées, comme le permet la Loi maritime du Canada, de manière à porter de sept à neuf le nombre de membres du conseil d'administration. Les personnes ajoutées au conseil d’administration doivent être des gens qui sont bien au fait des questions locales et qui sont en mesure d’apporter une contribution valable.
Une importante augmentation des opérations de l’aéroport et le besoin d’assurer une représentation adéquate de tous les intervenants du port ont amené le gouvernement à augmenter le nombre de membre du conseil d'administration de l'Administration portuaire de Toronto. L’exploitation d’un aéroport, ajoutée à celle d’un port, exige une supervision accrue de la gouvernance. L’augmentation du nombre de membres a été décidée dans l’intérêt de renforcer la structure de gouvernance de l’administration et l’aptitude du conseil d'administration à gérer les questions complexes auxquelles doit faire face l'Administration portuaire de Toronto.
(f) Les membres du conseil d'administration de l'Administration portuaire de Toronto ont la responsabilité fiduciaire d'agir dans le meilleur intérêt du port. Le ministre des Transports, de l'Infrastructure et des Collectivités prend très au sérieux les allégations de conflit d'intérêt au sein du conseil et il étudiera les conclusions de tout examen ou enquête ayant trait à l'Administration portuaire de Toronto.
En avril 2006, l'ancien ministre des Transports a demandé qu'un examen de l'Administration portuaire de Toronto soit entrepris pour s'assurer que les principes de responsabilité et de bonne gouvernance avaient été respectés dans les décisions et les mesures prises par l'Administration portuaire de Toronto. L'Examen de l'Administration portuaire de Toronto a donné lieu à un rapport exhaustif sur l'Administration portuaire de Toronto et a démontré à la satisfaction de l'ancien ministre que le conseil d'administration et la direction de l'Administration portuaire de Toronto avaient respecté les principes de la responsabilité et de la bonne gouvernance.

Question no 312 --
L'hon. John McCallum:
En ce qui concerne l’article 162 de la Loi fédérale sur la responsabilité adoptée le 12 décembre 2006, combien le bureau du chef de chaque ministère ou ministère d’État a-t-il dépensé durant l’exercice 2006-2007 au titre: a) du personnel; b) du transport et des communications; c) des services d’information; d) des services professionnels et spéciaux?
Response
L'hon. Vic Toews (président du Conseil du Trésor, PCC):
Monsieur le Président, cette information n’était pas collectée centralement avant l’entrée en vigueur de la Loi fédérale sur la responsabilité au cours de l’année fiscale 2006-2007. Les procédures de collecte de données et de rapports ont été modifiées afin d’inclure cette information dans les Comptes publics du Canada, et ce sur une base permanente à partir de l’année fiscale 2007-2008.

Question no 313 --
L'hon. Dan McTeague:
En qui concerne la décision du gouvernement de faire passer de 15 p. 100 à 15,5 p. 100 le taux d’imposition de la fourchette la plus basse du revenu des particuliers dans le Budget de 2006: a) quelle était la raison de cette augmentation d’impôt; b) quelles ont été les recettes totales générées par cette augmentation d’impôt; c) pourquoi le gouvernement a-t-il jugé nécessaire de revenir au taux d’imposition de 15 p. 100?
Response
L'hon. Jim Flaherty (ministre des Finances, PCC):
Monsieur le Président, les réponses sont les suivantes: a) Le taux inférieur d’imposition du revenu des particuliers est demeuré au niveau établi par la loi, soit 16 p. 100, jusqu'après le dépôt du budget à la Chambre des communes le 2 mai 2006.
Dans le budget de 2006, le gouvernement a annoncé une réduction permanente du taux inférieur d’imposition du revenu des particuliers, de 16 à 15,5 p. 100. Cette réduction est entrée en vigueur le 1er juillet 2006 et a ensuite été inscrite dans le projet de loi C 13, la Loi portant exécution de certaines dispositions du budget déposé au Parlement le 2 mai 2006 et dont la sanction royale a été accordée le 22 juin 2006.
De plus amples renseignements sur le budget de 2006 sont disponibles au site suivant: www.fin.gc.ca/budget06/bp/bptoc-fra.asp
b) Tel qu’il a été expliqué ci dessus, la réduction du taux inférieur d’imposition du revenu des particuliers n’a été inscrite dans la loi qu’après le dépôt à la Chambre des communes du budget le 2 mai 2006. Cette mesure n’a généré aucun revenu. Comme le précise le document du budget de 2006, soit le tableau 3.6, la réduction du taux a permis des allégements fiscaux d’environ 6,3 milliards de dollars au cours de la période 2005 2006 à 2007 2008.
c) Le taux inférieur d’imposition du revenu des particuliers a été abaissé davantage, à 15 p. 100, dans l’Énoncé économique déposé à la Chambre des communes le 30 octobre 2007 (disponible à: http://www.fin.gc.ca/budtoc/2007/ec07_-fra.asp).
La raison d’être de cette réduction est clairement expliquée dans l’Énoncé à la page 7: « Au Canada, les facteurs fondamentaux d’ordre économique et financier sont solides comme le roc, même si l’économie mondiale traverse une période agitée, caractérisée par une incertitude toujours plus grande. Compte tenu du climat incertain de l’économie mondiale, le moment est venu de passer à l’action. Notre solide situation financière offre au Canada une possibilité dont peu de pays peuvent se prévaloir - celle d’instaurer des réductions d’impôt de portée générale qui renforceront notre économie, stimuleront l’investissement et mèneront à des emplois meilleurs et plus nombreux. »
Cette deuxième réduction a été inscrite dans le projet de loi C-28, la Loi portant exécution de certaines dispositions du budget déposé au Parlement le 19 mars 2007 et de l’énoncé économique déposé au Parlement le 30 octobre 2007 et dont la sanction royale a été accordée le 14 décembre 2007.
Divers groupes d’intérêt public ont applaudi l’adoption de cette réduction majeure. La Fédération canadienne des contribuables a ainsi affirmé avec satisfaction [traduction] « qu’en matière d’imposition sur les revenus des particuliers, tous les contribuables sont gagnants. Il s’agit d’une très bonne nouvelle et les Canadiens constateront vraiment la différence ». De même, selon la Greater Charlottetown Area Chamber of Commerce, [traduction] « Le fardeau fiscal des Canadiens est trop lourd, mais les mesures concrètes annoncées par le gouvernement dans l’Énoncé économique de 2007 visent à corriger immédiatement et de façon audacieuse cette situation. Elles sont particulièrement appréciées en cette période, alors que les pressions de la concurrence mondiale s’intensifient et mettent en évidence le besoin de renforcer la compétitivité fiscale du pays à l’échelle internationale (…) la réduction à 15 p. 100 du taux inférieur d’imposition du revenu des particuliers contribuera aux efforts en faveur de l’épargne, du travail et de l’investissement, des éléments qui ont une incidence directe sur la productivité, la compétitivité et la prospérité du Canada. »

Question no 314 --
L'hon. Dan McTeague:
En ce qui concerne l'action du gouvernement dans le cas de M. Muhammad Kohail, quelles ont été toutes les communications officielles avec le gouvernement du Royaume d’Arabie saoudite, tout en ne fournissant pas la teneur de ces communications afin de respecter le droit au respect de la vie privée de M. Kohail, plus précisément, (i) qui a établi la communication, (ii) qui y a participé au nom du gouvernement canadien, (iii) qui y a participé au nom du gouvernement saoudien, (iv) quelle était la date de la communication, (v) quel a été le moyen de communication utilisé?
Response
L'hon. Lawrence Cannon (ministre des Affaires étrangères, PCC):
Monsieur le Président, depuis son arrestation en Arabie saoudite en janvier 2007, Mohamed Kohail, son frère Sultan et leur famille ont eu droit à l'aide et à l'appui diligent des représentants consulaires à Ottawa et en Arabie saoudite. En mars 2008, après le prononcé de la sentence de mort par un tribunal d'Arabie saoudite, le gouvernement du Canada a annoncé qu'il implorerait la clémence pour Mohamed Kohail.
Chaque fois qu'il en a eu l'occasion, le gouvernement du Canada a rappelé le cas de Mohamed Kohail au niveau ministériel. Lors d'une visite en Arabie saoudite en mars 2008, le ministre de la Sécurité publique a discuté du cas avec le prince Muqrin, chef de la Présidence du Service des renseignements. Le ministre des Affaires étrangères a écrit à son homologue saoudien, le prince Saud Al-Faisal et en a discuté avec lui en mai 2008. Le ministre des Ressources naturelles a soulevé cette question à l'occasion d'une rencontre avec le ministre saoudien du Pétrole à Djeddah à la fin de juin 2008.
En décembre 2008, le ministre des Affaires étrangères a discuté de cette affaire lors d'une conversation téléphonique avec le prince Saud al-Faisal. Lors d'une visite en Arabie saoudite en décembre 2008, le secrétaire parlementaire a rencontré la haute direction de la Commission saoudienne des droits de la personne et le ministre saoudien des Affaires étrangères pour discuter de ce cas. Le secrétaire parlementaire a également réitéré l'appel du Canada auprès du ministre saoudien de la Justice. En février 2009, le ministre de l'Agriculture a discuté de cette affaire avec son homologue saoudien lors de sa visite en Arabie saoudite. Enfin, en juin 2009, lors d’une visite en Arabie saoudite, le ministre du Commerce international a discuté de l’affaire avec le gouverneur de Djeddah et le président de la Commission saoudienne des droits de la personne. Le ministre a également rencontré la famille Kohail afin de réitérer l’engagement du gouvernement du Canada à aider leurs fils par tous les moyens possibles.
Les représentants consulaires en poste à l'ambassade du Canada à Riyad continuent de suivre de près le cas de Mohamed Kohail et entretiennent des contacts réguliers sous forme de notes diplomatiques et de réunions avec les autorités saoudiennes du ministère des Affaires étrangères. Ils communiquent régulièrement avec les autorités pénitentiaires de Djeddah pour s'assurer que les problèmes concernant le bien-être de M. Kohail sont réglés promptement. Lorsque des allégations de mauvais traitements ont été portées à l’attention du ministère des Affaires étrangères en 2007, les représentants consulaires ont immédiatement souligné l'affaire aux autorités saoudiennes, notamment dans une note diplomatique demandant qu'une enquête poussée soit faite.
L’ancien ambassadeur en Arabie saoudite et l’actuel chargé d'affaires ont rappelé cette affaire aux hautes autorités saoudiennes tant par courrier que lors de réunions, notamment avec le ministre saoudien de la Justice, le gouverneur de La Mecque, le ministre saoudien des Affaires étrangères et le sous-ministre des Affaires consulaires.
Lors d'un voyage en Arabie saoudite en avril 2008, le directeur de la Gestion des cas relevant des affaires consulaires et le directeur de la Direction du Golfe et du Maghreb, ont rencontré des hauts fonctionnaires clés, dont le directeur des Affaires judiciaires du ministère saoudien des Affaires extérieures.
En novembre 2008, conformément aux instructions du ministre des Affaires étrangères, le directeur général des Affaires consulaires et le directeur général du Moyen-Orient ont rencontré le chargé d'affaires saoudien en poste à Ottawa pour discuter de ce dossier. Toujours en novembre 2008, le directeur de la Direction du Golfe et du Maghreb a rencontré le chef du Contentieux du ministère saoudien des Affaires extérieures pour discuter de ce cas.
Les réponses détaillées aux questions (i) à (v) pouvant porter préjudice à la conduite des affaires internationales, le ministère des Affaires étrangères et du Commerce international s'abstiendra de les fournir, comme le prévoit l'article 15 de la Loi sur l'accès à l'information.

Question no 315 --
L'hon. Larry Bagnell:
Depuis que le gouvernement a annoncé la construction, au coût de 720 millions de dollars, d’un brise-glace polaire devant porter le nom de NCSM Diefenbaker: a) où en est-on dans l'avancement de ce projet; b) a-t-on accordé des marchés d’étude et, si oui, à qui; c) le gouvernement a-t-il changé ses plans et décidé de mettre ce projet en veilleuse et, le cas échéant, (i) quand cette décision a-t-elle été prise, (ii) sur la recommandation de qui, (iii) pour quelle raison a-t-on fait marche arrière, (iv) pourquoi le public n’a-t-il pas été informé de cette décision; d) quel est le plus récent coût estimatif du projet; e) le gouvernement a-t-il décidé de revoir ses plans concernant le Diefenbaker et préféré restructurer plus utilement la flotte de la Garde côtière, avec le concours des Forces canadiennes?
Response
L'hon. Gail Shea (ministre des Pêches et des Océans, PCC):
Monsieur le Président, les réponses sont les suivantes: le budget 2008 a prévu l’attribution d’un montant de 720 millions de dollars pour l’acquisition d’un brise-glace polaire en vue de remplacer à la fin de sa vie opérationnelle prévue en 2017, le navire de la Garde côtière canadienne NGCC LOUIS S. ST-LAURENT qui est actuellement le brise-glace lourd disposant de la plus grande capacité au Canada. Le brise-glace polaire fournira au Canada une capacité accrue dans l’Arctique et permettra d’assurer des services plus loin dans le Nord et sur une plus longue période de temps chaque année.
a) À ce jour, les progrès suivants ont été réalisés:
(1) Création de postes et embauche de personnel clé pour le projet;
(2) Consultations élargies menées auprès des intervenants internes et externes en vue d’établir un profil de mission préliminaire pour cette nouvelle classe de navires, et de procéder à la phase de définition du projet.
b) Les contrats de conception n’ont pas encore été attribués.
c) Le processus d’achat visant l’acquisition du brise-glace polaire, qui sera nommé le NGCC JOHN G. DIEFENBAKER, suit le calendrier établi. Le gouvernement n’a pas modifié ses plans à cet égard et respecte entièrement son engagement relativement à ce projet qu’il considère une composante clé de l’initiative Stratégie pour le Nord du Canada.
d) Le coût estimé total du projet est de 720 millions de dollars.
e) Le gouvernement n’a pas réévalué ses plans concernant le « Diefenbaker ». Le projet respecte l’échéancier établi et le navire devrait être livré en 2017. La Garde côtière canadienne préconise une approche multitâches pour les activités des navires de sa flotte car elle considère qu’il s’agit du moyen le plus efficace pour maintenir ses actifs et assurer la prestation de ses programmes autorisés et pour apporter son appui en travaillant en étroite collaboration avec d’autres ministères et organismes du gouvernement.

Question no 324 --
M. Bruce Hyer:
En ce qui concerne le transport ferroviaire des voyageurs dans le Nord de l’Ontario: a) y a-t-il eu, depuis 1990, des propositions, des initiatives, des rapports ou des études visant à élargir les services à destination de Thunder Bay; b) combien coûterait approximativement l’élargissement des services jusqu’à Thunder Bay; c) dans quelle mesure le nombre de voyageurs augmenterait-il si des services étaient offerts jusqu’à Thunder Bay; d) combien coûtent actuellement les opérations de Via Rail dans la région; e) quel est le revenu total provenant de la région; f) quels sont les biens en capital dans la région; g) quelle est la proportion du transport de marchandises et du transport de passagers dans la région?
Response
L'hon. Rob Merrifield (ministre d’État (Transports), PCC):
Monsieur le Président, les réponses sont les suivantes: (a) En août et septembre 2000, Via Rail a effectué un examen interne préliminaire d’un certain nombre de propositions relatives aux services ferroviaires, notamment la modification du trajet du « Canadien » qui passerait dorénavant par la route Thunder Bay/lac Supérieur sur l’infrastructure du Chemin de fer Canadien Pacifique. Ce changement nécessiterait l’introduction d’un service local entre Capreol, Hornepayne et Winnipeg afin que les collectivités éloignées sises le long du trajet actuel du « Canadien » sur l’infrastructure du chemin de fer Canadien National continuent d’avoir accès à ce service.
(b) Selon cette évaluation des coûts effectuée en 2000, les coûts supplémentaires engendrés par la mise en oeuvre de ce changement de service combiné seraient de 5,9 M$ pour les coûts de fonctionnement annuels et de 17,9 M$ pour les dépenses en immobilisations destinées au matériel roulant et aux gares.
(c) Une évaluation du marché relative à l’impact potentiel sur le nombre de passagers n’a pas été effectuée.
(d) Le coût annuel total associé aux opérations de Via Rail dans la région, c’est-à-dire le service entre Sudbury et White River, est de 2,6 M$.
(e) Le revenu total provenant de la région, c’est-à-dire le service entre Sudbury et White River, est de 183 000 $.
(f) Les biens en capital dans la région comprennent les installations des gares à Washago, Sudbury Junction, Capreol et Foleyet.
(g) Via Rail ne possède pas de renseignements sur la proportion du transport de marchandises.

Question no 329 --
L'hon. Carolyn Bennett:
En ce qui concerne Santé Canada et le Groupe canadien d’aphérèse: a) la ministre de la Santé va-t-elle adresser au Conseil du Trésor une présentation visant à reconduire le mandat de financement qu’ont accordé à ce groupe le Comité canadien du sang et l’Agence canadienne du sang (octobre 1997); b) puisque le financement actuel est censé expirer le 15 mars 2010, le gouvernement va-t-il renouveler son engagement envers ce groupe en lui accordant un financement permanent?
Response
L'hon. Leona Aglukkaq (ministre de la Santé, PCC):
Monsieur le Président, conformément au protocole d’entente fédéral, provincial et territorial de 1997 sur l’établissement de la Régie nationale du sang, Santé Canada verse des fonds à la Société canadienne du sang, SCS, pour la recherche et le développement sur la sécurité et l’efficacité du système d’approvisionnement en sang (5 M$/année depuis 2000 2001). Depuis 2008, Santé Canada verse également des fonds à la SCS afin d’améliorer la réalisation des activités liées au don et à la transplantation d’organes au Canada (3,58 M$ /année entre avril 2008 et mars 2013).
Le financement accordé au Groupe canadien d’aphérèse a pris fin en 2003. Il n’y a pas à l’heure actuelle d’accord de financement entre Santé Canada ou l’Agence de la santé publique du Canada et le Groupe canadien d’aphérèse.

Question no 337 --
L'hon. Shawn Murphy:
En ce qui concerne l’annonce de fonds faite en novembre 2006 par Tony Clement, alors ministre de la Santé, afin de concrétiser un plan en cinq points pour les troubles du spectre autistique (TSA) au Canada: a) qu’en est-il de l’engagement pris pour le parrainage d’un symposium sur les TSA réunissant des intéressés; b) qu’en est-il de l’engagement pris pour l’établissement d’une chaire portant sur les interventions et les traitements relativement aux TSA; c) qu’en est-il de l’engagement pris pour la tenue de consultations sur la possibilité d’instaurer un programme de surveillance des TSA par l’entremise de l’Agence de la santé publique du Canada; d) qu’en est-il de l’engagement pris pour la création d’une page Web, sur le site de Santé Canada, donnant de l’information et des ressources relativement aux TSA; e) qu’en est-il de l’engagement de confier à la Direction générale de la politique de la santé de Santé Canada la responsabilité des mesures prises relativement aux TSA, à l’échelle du portefeuille de la Santé; f) combien d’argent le gouvernement fédéral accordera-t-il à ce programme et à d’autres programmes sur l’autisme durant l’exercice 2009-2010?
Response
L'hon. Leona Aglukkaq (ministre de la Santé, PCC):
Monsieur le Président, les réponses sont les suivantes: a) En ce qui concerne l’engagement à parrainer un symposium des intervenants du domaine des TSA, un symposium national sur la recherche sur l’autisme a été organisé, en novembre 2007, par les Instituts de recherche en santé du Canada, IRSC, afin d’échanger des connaissances et d’appuyer le dialogue sur les priorités de recherche futures. Le rapport découlant du Symposium est maintenant affiché sur le site Web des IRSC.
b) Pour ce qui est de l’engagement à établir une chaire de recherche sur des interventions et des traitements pour les TSA, un financement d’une chaire de recherche sur l’autisme chargée de traiter des questions relatives aux traitements et aux interventions a été annoncé à l’Université Simon Fraser le 20 octobre 2007. Cette initiative conjointe avec le gouvernement de la Colombie Britannique bénéficie d’un financement de 1 million de dollars sur cinq ans. L’Université Simon Fraser s’affaire à établir cette chaire.
c) Entre novembre 2007 et mai 2008, l’Agence de la santé publique du Canada, l’ASPC, a mis en œuvre un processus de consultation pour examiner les options d’élaboration d’un programme de surveillance des troubles du spectre autistique, TSA, au Canada. Ce processus a été dirigé par un comité directeur composé de spécialistes des TSA et comprenait trois volets, que voici.
1) Analyse de la portée actuelle des activités de surveillance des TSA au Canada;
2) Atelier technique portant sur les besoins en matière d’information et les options de collecte de données associées à la surveillance des TSA;
3) Vaste consultation des intervenants au sujet des besoins en matière d’information des groupes associés aux TSA et de la façon dont ils souhaitent que l’information sur la surveillance leur soit communiquée.
L’ASPC utilisera les résultats de ce processus de consultation pour la mise en place d’un nouveau système national de surveillance des troubles du développement tels que l’autisme. Cette initiative, qui est un élément du plan d’action de 2008 du gouvernement fédéral pour protéger la santé humaine des contaminants de l’environnement, deviendra un programme national de surveillance sentinelle servant à repérer et à évaluer les liens entre la contamination de l’environnement et les troubles du développement comme les déficiences sensorielles, les troubles du spectre autistique et le trouble d’hyperactivité avec déficit de l’attention. Grâce aux centres d’expertise en surveillance, on recueillera des données auprès de diverses sources locales, comme les écoles, les hôpitaux, les pédiatres communautaires et d’autres professionnels de la santé.
d) Quant à l’engagement à ajouter une page dans le site Internet de Santé Canada incluant de l’information et des ressources relatives aux TSA, la page Web a été créée. Elle présente des faits et de l’information relativement aux TSA, ainsi que des liens vers des organismes canadiens et internationaux du secteur de l’autisme. La page Web est accessible au http://www.hc-sc.gc.ca/hc-ps/dc-ma/autism-fra.php. Par ailleurs, en 2007-2008, Santé Canada a versé 50 000 $ au Offord Centre for Child Studies, qui est un centre de recherche qui s’occupe d’améliorer la qualité de vie des enfants souffrant de problèmes de santé mentale ou de problèmes développementaux, afin d’appuyer la diffusion des dernières données probantes concernant l’autisme par l’intermédiaire du Réseau canadien de recherche d’intervention sur l’autisme, CAIRN, et ce, par le site Internet du Réseau. Le CAIRN est un regroupement de parents, de cliniciens et de scientifiques qui effectue de la recherche dans le domaine de l’intervention précoce en autisme. Il fait partie du Offord Centre for Child Studies. La page incluse dans le site Web de Santé Canada offre des liens vers le site Web du CAIRN afin d’orienter les Canadiens vers de l’information fondée sur des données probantes d’une nature plus clinique et elle complète le contenu du site du Ministère.
e) En ce qui concerne l’engagement à désigner la Direction générale de la politique de la santé de Santé Canada en tant qu’organisation responsable des mesures liées aux TSA au sein du portefeuille fédéral de la Santé, cela a été fait en 2007. Depuis, la Direction générale de la politique de la santé est devenue la Direction générale de la politique stratégique, et la Division des soins chroniques et continus de cette direction générale est responsable du dossier des TSA.
f) Relativement au financement fédéral accordé aux initiatives liées à l’autisme pendant l’exercice 2009-2010, le gouvernement fédéral a versé 200 000 $ à l’Université Simon Fraser, dans le cadre du financement de 1 million de dollars sur cinq ans pour la chaire de recherche sur l’autisme. Par ailleurs, le gouvernement fédéral a conclu un accord de contribution pluriannuel avec le Offord Centre for Child Studies, et lui a versé 25 000 $ en 2008-2009 et 50 000 $ en 2009 2010, pour un total de 75 000 $. Ces fonds visent à appuyer l’élaboration des priorités de recherche en matière de troubles du spectre autistique, TSA, et la diffusion de ces priorités auprès des parents, des décideurs, des chercheurs, des professionnels de la santé, des éducateurs en santé et des personnes atteintes de TSA. Ce travail sera accompli au moyen d’un sondage national en ligne et d’une conférence nationale qui aura lieu à l’automne 2009, de même qu’en continuant de mettre à jour le site Web du Réseau canadien de recherche d’intervention sur l’autisme, qui représente la principale source bilingue d’information fondée sur des données probantes sur les TSA au Canada. Pendant l’exercice 2009-2010, les IRSC ont jusqu’à maintenant investi environ 3,4 millions de dollars dans la recherche sur l’autisme.

Question no 342 --
Mme Alexandra Mendes:
En ce qui concerne la création projetée de bureaux des passeports permanents offrant des services complets à travers le Canada: a) Passeport Canada a-t-il préparé un plan à long terme augmenter le nombre de bureaux des passeports permanents offrant des services complets, (i) dans l’affirmative, quels sont les détails et le calendrier de l’établissement de ces bureaux, (ii) dans la négative, Passeport Canada envisage-t-il la possibilité d’élaborer un tel plan; b) Passeport Canada a-t-il envisagé ouvrir des bureaux des passeports offrant des services complets en utilisant l’infrastructure qui existe dans les guichets régionaux de Service Canada à l’heure actuelle; c) Passeport Canada a-t-il envisagé confier au personnel qualifié qui s’occupe du service à la clientèle de première ligne la tâche de travailler dans les nouveaux bureaux des passeports régionaux offrant des services complets; d) Passeport Canada a-t-il examiné les disparités régionales au regard de l’obtention des passeports dans les services qu’il offre actuellement, (i) dans l’affirmative, quelles recommandations ont été présentées, (ii) dans la négative, Passeport Canada compte-t-il mener une étude de ce type?
Response
L'hon. Lawrence Cannon (ministre des Affaires étrangères, PCC):
Monsieur le Président, les réponses sont les suivantes: a) Passeport Canada finance ses activités grâce aux droits perçus pour la délivrance des passeports et d’autres documents de voyage. L’organisme doit réaliser des recettes suffisantes pour couvrir ses dépenses. Il revoit périodiquement les caractéristiques de la demande pour évaluer la nécessité d’ouvrir de nouveaux bureaux. Lorsque la demande n’est pas suffisante pour justifier un bureau de passeport, il offre des services dans le cadre d’ententes de partenariats. En 2003, il y avait 30 bureaux de passeport dans tout le pays. L’organisme en a ouvert trois autres depuis et, fort des partenariats conclus avec Postes Canada et Service Canada, il compte maintenant 230 points de service de passeport. Par conséquent, 95 p. cent des Canadiens ont maintenant accès à des services de passeport en personne dans un rayon de 100 km de leur résidence.
En tant qu’organisme de service spécial, Passeport Canada ne reçoit pas de crédits parlementaires annuels et le service est financé par le consommateur plutôt que par le contribuable. Passeport Canada est doté d'un fonds renouvelable qui lui permet d'accumuler un excédent (ou un déficit) annuel jusqu'à concurrence de quatre millions de dollars. Il peut aussi reporter les excédents d'une année à l'autre pour compenser d'éventuels déficits.
(i) Sauf le nouveau bureau régional de Kelowna, en Colombie-Britannique, qui doit ouvrir ses portes en 2010, Passeport Canada ne prévoit pas, dans son plan à long terme, d’augmenter le nombre de bureaux permanents offrant des services complets.
b) Il en coûte de 1,2 à 4 millions de dollars pour équiper et sécuriser adéquatement un bureau de passeport offrant tous les services. La prestation de services complets dans les 320 guichets régionaux de Service Canada nécessiterait un investissement important. Par ailleurs, l’infrastructure actuelle de Service Canada devrait être modifiée considérablement pour traiter le plus grand volume de demandes et satisfaire aux critères de sécurité. Il faudrait également fournir aux employés présents et futurs une formation poussée pour qu’ils puissent exécuter leurs nouvelles tâches.
c) Les examinateurs de première ligne sont formés pour prendre des décisions relatives à la délivrance des passeports. Leur formation est intensive et approfondie et est incluse dans les dépenses de chacun des nouveaux bureaux régionaux. Les pratiques en matière de ressources humaines de Passeport Canada sont équitables et transparentes. Les postes à combler sont affichés dès qu’ils deviennent vacants et tous les candidats sont évalués à partir d’une série de critères fondés sur les compétences, les connaissances, les études et les capacités.
d) Le réseau d’agents réceptionnaires a considérablement élargi l’accès aux services de passeport dans tout le pays, particulièrement dans les régions rurales, éloignées ou nordiques. Compte tenu de l’accès élargi aux services, toute expansion n’améliorerait que de façon marginale leur prestation à la majorité des Canadiens tout en nécessitant d’importants investissements.
(i) L’Unité de passeport mobile de Passeport Canada, créée en 2007, a amélioré l’accessibilité dans les régions rurales et dans les collectivités frontalières. Les retards attribuables aux demandes incomplètes ont ainsi été réduits. Depuis janvier 2007, l’Unité de passeport mobile de Passeport Canada a tenu 166 séances et accepté plus de 42 000 demandes.
Passeport Canada poursuit sa recherche de nouveaux moyens pour améliorer le service à la clientèle tout en gérant prudemment ses fonds.

Question no 343 --
Mme Christiane Gagnon:
En ce qui concerne la défense de l’ancienne lieutenant-gouverneur du Québec, Mme Lise Thibault, en lien avec les accusations qui pèsent à son endroit en rapport avec ses dépenses alors qu’elle était en fonction: a) quel montant d’argent le gouvernement a-t-il dépensé pour les frais d’avocat liés à la défense de l’ancienne lieutenant-gouverneur du Québec; b) quel montant d’argent déboursera-t-il pour les frais d’avocats liés à la défense de Mme Thibault?
Response
L'hon. Rob Nicholson (ministre de la Justice et procureur général du Canada, PCC):
Monsieur le Président, le ministère de la Justice du Canada n’est pas impliqué dans la défense de Mme Lise Thibault.
Dans l’éventualité où des procédures étaient intentées contre Mme Thibault, des fonctionnaires de Patrimoine Canada pourraient être appelés comme témoins. Les avocats de notre bureau pourraient alors être consultés pour informer ces fonctionnaires de leurs droits et obligations ainsi que du déroulement de l’instance.
Dans certains cas, les fonctionnaires pourraient être accompagnés d’un représentant du ministère de la Justice si la situation et les intérêts du gouvernement du Canada l’exigent.
Nous prévoyons que le temps et les frais consacrés par le ministère de la Justice quant à cette affaire demeureront minimes et seront uniquement engagés pour préserver les intérêts du gouvernement du Canada et de ses fonctionnaires.

Question no 344 --
M. Thomas Mulcair:
En ce qui concerne le projet de loi C-48, Loi autorisant le ministre des Finances à faire certains versements, adopté lors de la Première session de la 38e législature: a) la Fiducie d'infrastructure pour l'enseignement postsecondaire, (i) le gouvernement sait-il quels projets ont reçu des fonds, (ii) quels sont les montants des fonds reçus de la Fiducie, (iii) à quoi ils ont été alloués; b) la Fiducie d'investissement pour les transports en commun, (i) le gouvernement sait-il quels projets ont reçu des fonds, (ii) quels sont les montants des fonds reçus de la Fiducie, (iii) à quoi ils ont été alloués; c) la Fiducie pour le logement abordable, (i) le gouvernement sait-il quels projets ont reçu des fonds, (ii), quels sont les montants des fonds reçus de la Fiducie, (iii) à quoi ils ont été alloués; d) la Fiducie pour le logement des Autochtones hors réserve, (i) le gouvernement sait-il quels projets ont reçu des fonds, (ii), quels sont les montants des fonds reçus de la Fiducie, (iii) à quoi ils ont été alloués; e) la Fiducie pour le logement dans le Nord, (i) le gouvernement sait-il quels projets ont reçu des fonds, (ii) quels sont les montants des fonds reçus de la Fiducie, (iii) été alloués?
Response
L'hon. Jim Flaherty (ministre des Finances, PCC):
Monsieur le Président, les réponses sont les suivantes: les fiducies sont des véhicules financiers que le gouvernement du Canada utilise pour transférer des fonds aux provinces et aux territoires au titre de pressions urgentes à court terme dans les domaines de priorité partagée. Le mécanisme des fiducies confère aux gouvernements provinciaux et territoriaux la marge de manœuvre nécessaire pour puiser des fonds selon les objectifs visés et leurs besoins et priorités respectifs jusqu’à l’échéance de chaque fiducie.
En réponse aux questions (i) et (ii) concernant les Fiducies établies en vertu du projet de loi C-48, cinq fiducies ont été établies aux termes du projet de loi C-48, Loi autorisant le ministre des Finances à faire certains versements, qui a été sanctionné en juillet 2005. Ces fiducies ont été présentées dans le budget déposé à la Chambre des communes le 2 mai 2006.
Un milliard de dollars à la Fiducie pour l’infrastructure en matière d’éducation post-secondaire à l’appui des investissements visant à promouvoir l’innovation et l’accessibilité, y compris des investissements dans l’infrastructure et le matériel des universités et des collèges. Les fonds sont théoriquement attribués sur deux exercices et ont été répartis entre les provinces et les territoires à raison d’un montant égal par habitant.
900 millions à la Fiducie pour l’infrastructure du transport en commun à l’appui des investissements dans l’infrastructure des transports en commun afin de désengorger nos routes et de réduire les émissions de dioxyde de carbone et d’autres gaz. Les fonds sont théoriquement attribués sur trois exercices et ont été répartis entre les provinces et les territoires à raison d’un montant égal par habitant.
800 millions à la Fiducie pour le logement abordable afin d’aider à composer avec les pressions à court terme en matière d’offre de logements abordables. Les fonds sont théoriquement attribués sur trois exercices et ont été répartis entre les provinces et les territoires à raison d’un montant égal par habitant.
300 millions à la Fiducie pour le logement des autochtones hors- réserve afin d’aider les provinces à combler les besoins à court terme en matière de logement des Autochtones vivant hors réserve. Les fonds sont théoriquement attribués sur trois exercices et ont été répartis entre les provinces en fonction de la part provinciale de la population autochtone vivant hors réserve.
300 millions à la Fiducie pour le logement dans le Nord pour aider à composer avec les pressions à court terme liées à l’offre de logements abordables dans le Nord. Les fonds sont théoriquement attribués sur trois exercices et ont été répartis entre les trois territoires comme suit: 50 millions chacun au Yukon, aux Territoires du Nord Ouest et au Nunavut et 150 millions de plus pour les besoins urgents au Nunavut.
Les fonds ont été versés aux fiducies le 27 septembre 2006 après que le gouvernement ait été en mesure de confirmer que des fonds suffisants étaient disponibles grâce aux excédents réalisés au cours de deux exercices, soit 2005 2006 et 2006 2007.
En réponse à la question (iii) concernant les projets recevant des fonds, affectation et montants en cause, des principes de fonctionnement ont été établis pour chaque fiducie. Une fois les fonds remis au fiduciaire, celui ci et par la suite les administrations provinciales et territoriales sont responsables de la distribution et de l’utilisation de ces fonds.

Question no 346 --
Mme Ruby Dhalla:
Quels paiements, subventions, prêts et garanties de prêt de plus de mille dollars le gouvernement a-t-il versés par l’entremise du ministère du Patrimoine canadien depuis le 1er janvier 2006 avec le cas échéant: a) le nom du bénéficiaire; b) la circonscription du bénéficiaire; c) le programme dont relève le paiement, la subvention, le prêt ou la garantie de prêt; d) la date de réception de la demande; e) le montant du paiement, de la subvention, du prêt ou de la garantie de prêt; f) la date de versement; g) le montant total que le bénéficiaire a reçu de tous les programmes en 2006?
Response
L'hon. James Moore (ministre du Patrimoine canadien et des Langues officielles, PCC):
Monsieur le Président, les systèmes financiers du ministère du Patrimoine canadien ne permettent pas de capturer l’information par circonscription fédérale.

Question no 348 --
Mme Ruby Dhalla:
En ce qui concerne la publicité gouvernementale, depuis le 24 janvier 2006: a) quelles sommes a-t-on consacrées à la publicité imprimée par ordre alphabétique des fournisseurs; b) dans quelles circonscriptions les publicités imprimées ont-elles été distribuées; c) à quelles dates les publicités imprimées ont-elles été distribuées; d) quelles sommes a-t-on consacrées à la publicité radiophonique, par ordre alphabétique des fournisseurs; e) à quelles antennes les publicités radiophoniques sont-elles passées; f) à quelles date et heure les publicités radiophoniques sont-elles passées; g) quelles sommes a-t-on consacrées à la publicité internet, par ordre alphabétique des fournisseurs; h) sur quels sites les publicités internet ont-elles été affichées; i) combien de touches chaque publicité internet a-t-elle reçues; j) quelles sommes a-t-on consacrées à la publicité télévisuelle, par ordre alphabétique des fournisseurs; k) à quelles antennes les publicités télévisuelles sont-elles passées; l) à quelles dates et heures les publicités télévisuelles sont-elles passées?
Response
L'hon. Christian Paradis (ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux, PCC):
Monsieur le Président, l’information à colliger pour répondre à la question Q-348 est trop volumineuse et trop coûteuse à produire. Les données requises pour répondre de façon adéquate à cette question sont contenues dans un document de 29 472 pages. Il est à noter que ce document est disponible en anglais seulement. Étant donné l’ampleur de cette demande, il ne serait pas pratique et très coûteux pour le gouvernement de traduire ces documents.
Le gouvernement du Canada produit un rapport annuel sur la publicité qui fournit des renseignements sur le processus de gestion de ses activités de publicité, de ses dépenses annuelles et de ses principales campagnes soutenant ses priorités.
Les rapports annuels sont affichés à l’adresse suivante: http://www.tpsgc-pwgsc.gc.ca/pub-adv/annuel-annual-fra.html

Question no 350 --
L'hon. Carolyn Bennett:
En ce qui concerne la Division des produits de santé naturels (DPSN) à Santé Canada, est-ce que: a) le délai de conformité de 2010 est strictement pour l’interne, de sorte que les demandeurs de licence de vente de produits n’ont pas à s’en préoccuper; b) le délai actuel n’est pas en vigueur en raison de l’important arriéré de demandes en instance; c) la solution pour éliminer l’arriéré ne consistera pas simplement à rejeter les produits globalement; d) les produits sont soumis à un examen raisonnable pour que les Canadiens puissent avoir accès à des produits de santé naturels sécuritaires et de première qualité; e) la Loi sur les aliments et drogues sera modifiée afin d’établir une catégorie réglementaire distincte pour les produits de santé naturels; f) le gouvernement assurera le financement à long terme de la DPSN pour qu’elle puisse réglementer les produits de santé naturels?
Response
L'hon. Leona Aglukkaq (ministre de la Santé, PCC):
Monsieur le Président, les réponses sont les suivantes: a) Santé Canada s’est donné pour but d’éliminer l’arriéré de demandes de licences de mise en marché pour les produits de santé naturels, PSN, d’ici le 31 mars 2010. Cette date n’est établie dans aucune loi ni aucun règlement; il ne s’agit que d’un délai interne adopté par Santé Canada. La réglementation ne précise que la seule date du 31 décembre 2009, moment auquel tous les PSN qui faisaient antérieurement l’objet d’une identification numérique en vertu du Règlement sur les aliments et drogues devront obtenir une licence de mise en marché conformément à l’article 108 du Règlement sur les produits de santé naturels.
Santé Canada est confiant de pouvoir éliminer l’arriéré d’ici le 31 mars 2010 en misant sur les progrès réalisés jusqu’à présent.
b) La direction des produits de santé de naturels et l’inspectorat élaborent une stratégie de conformité pour l’année 2010.
D’importants progrès ont été réalisés afin d’éliminer l’arriéré des demandes: en date de juin 2009, 47 p. 100 de l’arriéré des demandes de licences de mise en marché avait été complété ou était en voie de l’être; des 6661 demandes restantes, 48 p. 100 avaient été traitées, ce qui signifie que le demandeur avait reçu au moins un avis de demande de renseignements de la DPSN dans le cadre de l’évaluation de sa demande. Parmi les demandes de licence de mise en marché qui ne font pas partie de l’arriéré, 59 p. 100 ont été complétées ou était en voie de l’être et des 4836 demandes, 25 p. 100 ont été traitées, ce qui signifie que le demandeur avait reçu au moins un avis de demande de renseignements de la DPSN dans le cadre de l’évaluation de la demande. Parmi toutes les demandes de licence de mise en marché reçues depuis 2004, la DPSN a complété ou est en voie de compléter 70 p. 100 des demandes de licence de mise en marché.
c) Santé Canada continue d’examiner les demandes et d’émettre des décisions réglementaires. Certaines seront des refus et, jusqu’à présent, le nombre de licences surpasse celui des refus.
Le RPSN exige que le demandeur fournisse des renseignements à l’appui de l’innocuité, de l’efficacité et de la qualité d’un produit afin que la DPSN l’évalue. De 25 à 30 p.100 environ des demandes reçues ne renferment pas de renseignements suffisants ou pertinents pour que la Direction, au nom du ministre, puisse conclure à l’innocuité et à l’efficacité du produit.
Le demandeur dont la demande ne contient pas suffisamment de renseignements permettant la délivrance d’une licence a l’occasion de fournir de l’information supplémentaire à l’appui de l’homologation du produit. Dans 26 p. 100 des présentations, le demandeur choisit de ne pas de prévaloir de cette possibilité et ne répond pas à la demande de la DPSN de le faire.
d) Santé Canada a comme priorité de protéger et de favoriser la santé des Canadiens en leur offrant un accès à des PSN sécuritaires, efficaces et de qualité. Seuls les PSN associés à des données probantes et étiquettes appropriées verront leur vente autorisée et obtiendront une licence de mise en marché.
L’évaluation de l’innocuité et de l’efficacité d’un PSN comprend une évaluation des conditions d’utilisation recommandées et de l’ensemble des données probantes qui y sont associées. L’information jugée acceptable par la DPSN dans le cadre de l’examen des demandes comprend un éventail de données, dont les suivantes:
Les renseignements sur l’innocuité et l’efficacité élaborés par la DPSN et offerts aux demandeurs de licences de mise en marché, comme les ingrédients et les monographies des produits de même que les normes d’étiquetage. Près de 150 d’entre eux sont maintenant disponibles et sont utilisés par les demandeurs aux fins de l’homologation de milliers de produits;
Le renvoi à des textes de référence publiés sur l’innocuité et l’efficacité des produits ainsi qu’à la pharmacopée, par exemple les textes relatifs à des médicaments homéopathiques et des médicaments chinois traditionnels;
Le renvoi à des renseignements sur l’innocuité et l’efficacité tirés d’essais publics à petite échelle provenant de diverses sources;
Le renvoi à des décisions pertinentes rendues par d’autres organismes de réglementation.
e) Le projet de loi C-51, Loi modifiant la Loi sur les aliments et drogues, est mort au Feuilleton à la dissolution du Parlement en septembre 2008. Les consultations avec les intervenants ont entraîné des révisions et ajouts au projet de loi, qui devaient être présentés dans le cadre de l’examen par le Comité.
Un des ajouts proposés visait l’intégration d’une définition des PSN à la Loi, afin d’établir une distinction claire entre les PSN et les drogues. Il importe de souligner que les modifications proposées à la Loi sur les aliments et drogues n’auraient pas affecté la façon dont les PSN sont réglementés au Canada. Le Règlement sur les produits de santé naturels fait déjà la distinction entre la réglementation des PSN et celle des drogues. Les normes relatives aux données probantes servant à évaluer les risques et avantages des PSN continueront de comprendre les antécédents d’utilisation, les utilisations traditionnelles et les pratiques culturelles.
f) Santé Canada maintient son engagement à offrir des PSN sécuritaires, efficaces et de première qualité. Dans le budget de 2008, 33 millions de dollars sur deux ans ont été affectés à la mise en œuvre d’une nouvelle approche relative à la réglementation des PSN afin de veiller à la sécurité des Canadiens. Le gouvernement est déterminé à veiller à ce que la réglementation des PSN assure l’équilibre entre la protection de la santé et de la sécurité des consommateurs, et la liberté de choisir des produits alternatifs.

Question no 353 --
M. Paul Szabo:
En ce qui concerne les Instituts de recherche en santé du Canada: a) à combien s’élève leur budget annuel depuis leur fondation; b) quelle part du budget annuel est allée à la recherche sur les technologies de reproduction; c) quelle part du budget annuel est allée à la recherche sur les cellules souches; d) quelle part du budget annuel est allée à la recherche sur les cellules souches embryonnaires?
Response
L'hon. Leona Aglukkaq (ministre de la Santé, PCC):
Monsieur le Président, les réponses sont les suivantes: (a) Total des crédits parlementaires des Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC) depuis leur création:
2000-2001: 401,3 millions de dollars
2001-2002: 553,8 millions de dollars
2002-2003: 651,2 millions de dollars
2003-2004: 696,9 millions de dollars
2004-2005: 757,9 millions de dollars
2005-2006: 813,1 millions de dollars
2006-2007: 863,5 millions de dollars
2007-2008: 993,7 millions de dollars
2008-2009: 974,1 millions de dollars
Les IRSC estiment actuellement à environ 983,9 millions de dollars le total de leurs crédits parlementaires pour 2009-2010, dont 973,1 millions de dollars ont déjà été approuvés par le Conseil du Trésor.
b) Estimation du total des fonds alloués aux technologies de reproduction par année financière, de la création des IRSC à septembre 2008:
2000-2001: 294 000 $
2001-2002: 341 000 $
2002-2003: 1,2 million de dollars
2003-2004: 2,8 millions de dollars
2004-2005: 3,4 millions de dollars
2005-2006: 3,4 millions de dollars
2006-2007: 4,2 millions de dollars
2007-2008: 5,1 millions de dollars
2008-2009: 5 millions de dollars
c) Estimation du total des fonds alloués à la recherche sur les cellules souches par année financière, de la création des IRSC à septembre 2008:
2000-2001: 7,9 millions de dollars
2001-2002: 10,2 millions de dollars
2002-2003: 13,9 millions de dollars
2003-2004 : 17,1 millions de dollars
2004-2005: 20,3 millions de dollars
2005-2006: 23,6 millions de dollars
2006-2007: 29,9 millions de dollars
2007-2008: 35 millions de dollars
2008-2009: 38 millions de dollars
d) Estimation du total des fonds alloués à la recherche sur les cellules souches embryonnaires (un sous-groupe de la recherche sur les cellules souches) par année financière, de la création des IRSC à septembre 2008:
2000-2001: --
2001-2002: 189 000 $
2002-2003: 492 000 $
2003-2004: 619 000 $
2004-2005 : 766 000 $
2005-2006: 770 000 $
2006-2007: 1,2 million de dollars
2007-2008: 2,3 millions de dollars
2008-2009: 3,6 millions de dollars

Question no 360 --
Mme Carol Hughes:
En ce qui concerne les intérêts sur les acomptes versés par les sociétés: a) quel est le montant total des acomptes en souffrance; b) quels sont les 30 plus importants montants d’acomptes en souffrance par société; c) à combien s’élève le montant des intérêts perçus au cours des cinq dernières années; d) au cours des cinq dernières années, quelles sont les sociétés qui ont refusé de rembourser leurs acomptes en souffrance?
Response
L'hon. Jean-Pierre Blackburn (ministre du Revenu national et ministre d’État (Agriculture), PCC):
Monsieur le Président, en ce qui concerne les intérêts sur les acomptes versés par les sociétés, vous trouverez la réponse qu’a fournie l’Agence du revenu du Canada, ARC, à la question ci-dessus. La réponse de l’ARC fournit l’information demandée des années fiscales de 2004-2005 à 2007-2008.
a) Le montant total des acomptes en souffrance des sociétés au 31 mai 2008 était de 4,4 milliards de dollars.
b) Veuillez noter que les dispositions de confidentialité de la Loi de l’impôt sur le revenu, plus précisément l’article 241(1), interdit à l’ARC de divulguer directement ou indirectement des « renseignements confidentiels sur les contribuables ». En conséquence, la loi empêche l’ARC de fournir les renseignements tels qu’ils ont été demandés.
c) Puisque les banques de données de l’ARC ne distinguent pas l’intérêt sur remboursement lié aux acomptes versés de tout autre genre d’intérêt sur remboursement payé aux sociétés, l’ARC ne peut pas fournir les renseignements tels qu’ils ont été demandés. Cependant, le montant total d’intérêt sur remboursement payé au cours des cinq années précédentes, 2004-2008, incluant l’intérêt sur les acomptes versés, était de 3,1 milliards de dollars.
d) Veuillez noter que les dispositions de confidentialité de la Loi de l’impôt sur le revenu, plus précisément l’article 241(1), interdit à l’ARC de divulguer directement ou indirectement des « renseignements confidentiels sur les contribuables ». En conséquence, la loi empêche l’ARC de fournir les renseignements tels qu’ils ont été demandés.

Question no 364 --
M. Alex Atamanenko:
En ce qui concerne le programme conjoint de navires de ravitaillement: a) quel est le montant exact dépensé à ce jour sur le projet; b) quel est le niveau actuel de dotation pour le projet; c) quels coûts sont prévus en cas d’annulation?En ce qui concerne l’obligation faite au Canada de prévenir le génocide:
Response
L'hon. Peter MacKay (ministre de la Défense nationale et ministre de la porte d’entrée de l’Atlantique, PCC):
Monsieur le Président, les réponses sont les suivantes: a) Les dépenses totales liées au Projet de navire de soutien interarmées s’élevaient à 44 M$ au 17 juin 2009.
b) Le niveau de dotation du Projet de navire de soutien interarmées était de 31 personnes au 17 juin 2009
c) Étant donné que les seuls contrats en vigueur visent l’obtention de soutien technique et de gestion au fur et à mesure des besoins, aucun coût ne serait associé à l’annulation du projet.

Question no 365 --
M. Alex Atamanenko:
En ce qui concerne les Affaires publiques de la Défense nationale: a) au cours des 12 derniers mois, combien de questions des médias ont été reçues au total; b) quel est le temps de réponse moyen à ces questions; c) combien de questions au total n'ont pas été répondues; d) combien de demandes provenaient de médias internationaux?
Response
L'hon. Peter MacKay (ministre de la Défense nationale et ministre de la porte d’entrée de l’Atlantique, PCC):
Monsieur le Président, les réponses sont les suivantes: a) Les dossiers ministériels accessibles au public indiquent que le nombre total de demandes de renseignement des médias reçues par le ministère de la Défense nationale entre le 23 juin 2008 et le 23 juin 2009 est de 2 900, ce qui comprend toutes les demandes reçues par le Quartier général de la Défense nationale et celles qui ont été reçues par l'intermédiaire des bureaux régionaux et locaux.
b) Le délai de réponse moyen était de 12 heures.
c) Environ 17 p. 100 du nombre total des demandes n'ont pas reçu la réponse dans les délais indiqués par le journaliste.
d) Les dossiers ministériels accessibles n'indiquent pas l’origine des demandes de renseignements des médias; par conséquent, il n'a pas été possible dans les délais impartis de déterminer quelles demandes provenaient des médias internationaux.

Question no 366 --
M. Alex Atamanenko:
En ce qui concerne la participation du Canada au programme d’avion d’attaque interarmées: a) combien d’argent a été dépensé pour le projet par année et par composantes du programme; b) quels avantages en ont retirés les régions sur le plan industriel par année et par composantes du programme; c) combien en coûterait-il pour devenir un participant de niveau deux au programme?
Response
L'hon. Peter MacKay (ministre de la Défense nationale et ministre de la porte d’entrée de l’Atlantique, PCC):
Monsieur le Président, les réponses sont les suivantes: (a) Les dépenses totales engagées à ce jour par le ministère de la Défense nationale -- 29 juin 2009 -- dans le cadre du programme d’avion d’attaque interarmées se chiffrent à 142,57 M$ US. Les dépenses ne sont pas compilées par année ou par composantes du projet mais plutôt par étapes tel qu'indiqué ci-dessous.
Pour la phase d’élaboration des concepts, qui s’est déroulée de 1997 à 2001, le ministère de la Défense nationale a dépensé 10 M$ US.
Pour la phase de conception et d’élaboration des systèmes, qui a commencé en 2002 et qui se conclura en 2013, le ministère de la Défense nationale a dépensé 94,35 M$ US. Aucun autre paiement n’est exigé pour cette phase.
Pour la phase de production, de soutien et de développement subséquent, commençant en 2006 et se poursuivant jusqu’en 2051, le ministère de la Défense nationale a dépensé 38,22 M$ US.
b) Jusqu’à maintenant, la valeur totale des contrats du programme d’avion d’attaque interarmées conclus avec les compagnies canadiennes s’élève à 325 M$ CAN.
c) Une participation de niveau II n’était possible que dans le cadre de la phase de conception et d’élaboration des systèmes. Le programme ne fait plus de distinction entre les niveaux de partenaires.

Question no 370 --
L'hon. Bob Rae:
En ce qui concerne Omar Khadr, détenu à Guantanamo Bay à Cuba: a) quelles recommandations le ministère des Affaires étrangères et du Commerce international ou tout autre organisme gouvernemental ont-ils adressées au ministre des Affaires étrangères ou à son personnel au sujet d’Omar Khadr; b) à quelles réunions a-t-on traité de sa situation juridique et de son éventuelle réintégration et à quel titre; c) quels documents existent à cet égard?
Response
L'hon. Lawrence Cannon (ministre des Affaires étrangères, PCC):
Monsieur le Président, le dossier d’Omar Khadr, comme d’autres affaires consulaires, fait régulièrement l’objet de conseils et de discussions de la part des représentants, notamment sur le plan juridique, en raison du présent litige. Ces discussions et tous les documents générés à ce sujet ne peuvent être divulgués compte tenu du présent litige, des dispositions contenues dans la Loi sur la protection des renseignements personnels ainsi que des autres protections accordées aux renseignements dont la divulgation est interdite en vertu de la Loi sur l’accès à l’information.

Question no 371 --
L'hon. Bob Rae:
En ce qui concerne les bureaux du Canada à l’étranger: a) quelles ambassades et consulats ont subi des compressions budgétaires depuis 2006; b) quelles ambassades et consulats ont subi des compressions de personnel depuis 2006; c) quelles ambassades et consulats ont été fermés depuis 2006; d) combien le Canada compte-t-il de bureaux, ambassades et consulats compris, à l’étranger?
Response
L'hon. Lawrence Cannon (ministre des Affaires étrangères, PCC):
Monsieur le Président les réponses sont les suivantes: (a) Les budgets des missions diplomatiques font l’objet de constantes fluctuations en raison des exigences opérationnelles toujours en évolution. Les augmentations et réductions budgétaires surviennent couramment pendant l’année et d’une année à l’autre pour plusieurs raisons, notamment, la création et la suppression de postes, les fluctuations monétaires, les ajustements aux anomalies des années précédentes par rapport au niveau de référence et les postes supplémentaires afin d’appuyer la croissance de la représentation des autres ministères.
b) Depuis 2006, 26 missions diplomatiques ont vu leur personnel diminuer.
Abidjan (Cote D'ivoire)
Alma Ata (Kazakhstan)
Athènes (Grèce)
Bandar Seri Begawan (Brunei)
Bangkok (Thaïlande)
Brasilia (Brésil)
Bratislava (République Slovaque)
Buenos Aires (Argentine)
Colombo (Sri Lanka)
Conakry (Guinée)
Denver (États-unis)
Düsseldorf (Allemagne)
Kuala Lumpur (Malaisie)
Lisbonne (Portugal)
Lusaka (Zambie)
New Delhi (Inde)
Oslo (Norvège)
Prague (République Tchèque)
San Jose (Costa Rica)
Séoul/Pusan (Coréen)
Tallin (Estonie)
Téhéran (Iran)
Tunis (Tunisie)
Vatican Vienne -- Ambassade (Autriche)
Varsovie (Pologne)
(c) Depuis 2006, 11 missions diplomatiques ont fermé leurs portes, nommément celles de Phnom Penh (2009), Hambourg (2009), Tucson (2009), Le Cap (2009), Sarajevo (2009), Lilongwe (2009), Milan (2007), Saint-Pétersbourg (2007), Fukuoka (2007), Osaka (2007) et Libreville (2006).
(d) Aujourd’hui, le Canada compte 318 missions diplomatiques à l’étranger. Elles comprennent les ambassades, les hauts-commissariats, les bureaux des programmes des ambassades/ hauts-commissariats, les bureaux de l’ambassade/du haut-commissariat, les bureaux de représentation -- multilatéraux et permanents, les consulats généraux, les consulats, les agences consulaires et les consulats honoraires.

Question no 373 --
L'hon. Bob Rae:
En ce qui concerne l’intervention du Canada au Pakistan: le gouvernement a-t-il offert d’aider le gouvernement pakistanais à lutter contre l’incursion dans le nord du pays et, si oui, (i) combien d’argent a été affecté à cette fin et par quels canaux économiques, (ii) à quelles initiatives a-t-il été affecté, (iii) quels documents existent à cet égard?
Response
L'hon. Lawrence Cannon (ministre des Affaires étrangères, PCC):
Monsieur le Président, le gouvernement du Canada s’engage à appuyer le gouvernement du Pakistan et le développement à long terme du pays, tous deux des facteurs importants à l’instauration de la stabilité et de la sécurité régionales et mondiales. Le gouvernement du Canada n’accorde pas au gouvernement pakistanais de soutien financier direct expressément pour combattre l’intrusion dans le Nord. Toutefois, le Canada est toujours préoccupé par le sort des millions de personnes déplacées à l’intérieur du pays et par les pressions exercées sur le gouvernement du Pakistan à la suite de l’offensive militaire déployée contre les talibans. À cet égard, le Canada s’est engagé à verser 8 millions de dollars pour venir en aide aux personnes déplacées touchées par la crise. Nous continuons de surveiller la situation pour déterminer si une assistance supplémentaire est requise. Le Canada entretient depuis longtemps une relation de coopération au développement diversifiée avec le Pakistan, dans le cadre de laquelle les deux pays ont signé un accord de conversion de dette au bénéfice de l'éducation d’une valeur de 117 millions de dollars. L’exercice dernier, notre aide bilatérale totale a atteint 44 millions de dollars; le Canada a aussi consacré environ 10 millions de dollars pour appuyer les activités de reconstruction qui ont suivi le séisme de 2005 en Asie du Sud. Nous prévoyons que notre aide bilatérale annuelle de base au Pakistan s’élèvera à 50 millions de dollars au cours des prochaines années. Le programme bilatéral de l’Agence canadienne de développement international est actuellement axé sur le soutien à la transition à un gouvernement civil et fait la promotion de la cohésion nationale en se concentrant sur la gouvernance démocratique, l’éducation publique de base et l’égalité entre les hommes et les femmes et en stimulant la croissance économique durable. Le gouvernement est déterminé à travailler en étroite collaboration avec le gouvernement du Pakistan pour relever les défis auxquels il fait face et leurs implications pour la sécurité régionale et mondiale.

Question no 378 --
M. Rodger Cuzner:
En ce qui concerne les pêches dans le Canada atlantique: a) quelle est la répartition par province du financement de 65 milliards de dollars annoncé récemment par le ministère des Pêches et des Océans; b) à quels secteurs des pêches ce financement sera-t-il versé; c) est-ce que des fonds ont été affectés pour compenser les pertes de revenu des pêcheurs; d) le gouvernement prévoit-il contribuer au financement des retraits de permis de pêche au homard; e) le gouvernement prévoit-il apporter des changements au régime d’assurance-emploi pour aider les travailleurs du secteur des pêches; f) est-ce que de nouveaux fonds ont été affectés à l’infrastructure du secteur; g) est-ce que de nouveaux fonds ont été affectés à la recherche et au développement; h) est-ce que de nouveaux fonds ont été affectés pour faciliter l’accès au crédit des travailleurs du secteur des pêches; i) quelle est la répartition du financement pour chaque exercice de 2009 à 2014?
Response
L'hon. Gail Shea (ministre des Pêches et des Océans, PCC):
Monsieur le Président, les réponses sont les suivantes: le 10 juin 2009, la ministre des Pêches et des Océans a annoncé un financement de 65 milliards de dollars visant à aider l’industrie du homard dans le Canada atlantique. Ces mesures aideront les pêcheurs à s’adapter aux extraordinaires conditions du marché créées par la récession mondiale. Ce financement inclut un appui immédiat et à court terme de 15 millions de dollars pour aider les pêcheurs à faible revenu admissibles qui sont durement touchés par l'effondrement de la demande de leur produit sur les marchés. En outre, un investissement à long terme de 50 millions de dollars est prévu dans le cadre de cette initiative pour aider l'industrie à élaborer et à mettre en œuvre des plans de durabilité.
a) La disponibilité de ce financement sera fondée sur certains critères d’admissibilité, qui sont en cours d’élaboration. Bien que les pêcheurs de homard du Québec et du Canada atlantique soient admissibles aux programmes, le financement ne sera pas octroyé par province.
b) Les pêcheurs de homard du Québec et du Canada atlantique titulaires d’un permis seront admissibles à ces programmes, aux Mesures de transition à court terme et aux Mesures de durabilité concernant le homard de l’Atlantique.
c) Les Mesures de transition à court terme comptent pour 15 millions de dollars des fonds annoncés et sont destinés aux pêcheurs de homard titulaires d’un permis dont les revenus découlant de la pêche au homard ont considérablement diminué en 2009. Ce programme ne s’appliquera qu’à la saison de pêche 2009.
d) Les détails du programme sont en cours de développement.
e) Cette initiative ne comprend pas de changements au programme d’assurance-emploi.
f) et g) Le gouvernement a également déployé d’autres efforts en vue de soutenir l’industrie du homard. Le 22 mai 2009, le gouvernement a annoncé qu'il débloquait 10 millions de dollars du Fonds d'adaptation des collectivités, FAC, à l'intention des provinces atlantiques et du Québec, afin d'améliorer la commercialisation, de favoriser l'innovation et de développer des produits et des technologies dans l'industrie du homard. Le FAC peut également servir aux flottes qui souhaitent mettre au point et appliquer des plans de durabilité aux fins d’examen en vue d’obtenir un financement aux termes des Mesures de durabilité concernant le homard de l'Atlantique. Il sera mis en œuvre par l’intermédiaire de l’Agence de promotion économique du Canada atlantique et de Développement économique Canada pour les régions du Québec.
h) La conjoncture économique actuelle crée aussi des difficultés d’accès au capital pour l’industrie. Pour aider à surmonter ces obstacles, le Budget de 2009: le Plan d’action économique du Canada prévoyait de nombreuses mesures pour faciliter l’accès au crédit, y compris des fonds nouveaux à la Banque de développement du Canada, ainsi que la création du Programme de crédit aux entreprises et de la nouvelle Facilité canadienne de crédit garanti. Cependant, ces programmes de financement additionnel ont été trop lents à répondre aux demandes de l’industrie de la pêche
i) Les détails du programme pour les Mesures de transition à court terme et les Mesures de durabilité concernant le homard de l'Atlantique sont en cours d’élaboration.

Question no 382 --
L'hon. John McKay:
En ce qui concerne les Canadiens qui souffrent de réactions indésirables graves et mortelles à l’insuline synthétique, et qui sont incapables d’obtenir au pays une source de remplacement fiable d’insuline animale à coût raisonnable et pour faire suite à notre question précédente au Feuilleton: a) le ministre a-t-il fait en sorte ou va-t-il faire en sorte d’obtenir un accord avec la United States Food and Drug Administration concernant l’harmonisation de la réglementation visant l’approbation de l’insuline animale, ce qui permettrait aux fabricants d’avoir accès au marché nord-américain; b) le ministre a-t-il fait en sorte ou va-t-il faire en sorte que Santé Canada mène un effort de vulgarisation concerté au sujet de l’insuline animale, tant auprès des médecins que des patients; c) le ministre a-t-il fait en sorte ou va-t-il faire en sorte de discuter avec l’Association canadienne du diabète (ACD), qui bénéficie d’avantages fiscaux à titre d’organisme de bienfaisance, afin de veiller à ce que les protocoles de traitement commandités par les fabricants contiennent un énoncé clair concernant l’efficacité et innocuité de l’insuline animale et à ce que l’ACD indique clairement aux patients quelles mesures ils doivent prendre pour obtenir de l’insuline animale en cas de réactions indésirables; d) le ministre a-t-il fait en sorte ou va-t-il faire en sorte de prévoir des subventions pour les patients qui n’ont pas les moyens de se procurer de l’insuline animale en raison de son prix excessif?
Response
L'hon. Leona Aglukkaq (ministre de la Santé, PCC):
Monsieur le Président, les réponses sont les suivantes: a) Malgré les tentatives pour persuader trois fabricants d’insuline animale, les discussions tenues avec eux à plusieurs reprises et l’information leur ayant été donnée au sujet des incitatifs financiers qui pourraient leur être offerts, y compris la réduction, voire l’abolition, des frais associés à l’examen des produits thérapeutiques, ces fabricants ont fait savoir qu’en l’absence d’un marché suffisant, et garanti, aucun des incitatifs offerts ne leur semblait assez intéressant.
Il est à noter qu’il ya déjà deux produits à base d’insuline de porc qui ont été autorisés pour leur mise en marché au Canada. Cependant, si une présentation nouvelle concernant une insuline animale était soumise simultanément au Canada et aux États-Unis, Santé Canada, en profitant d’un protocole d’entente, veillerait à ce que les dispositions réglementaires des deux pays soient harmonisées. Le Canada et les États-Unis suivent déjà une collaboration dans plusieurs dossiers. C’est dans ces cadres que le ministère travaille déjà à harmoniser les approches et exigences en matière de réglementation, de sorte que l’harmonisation ne se limiterait pas à une seule classe de produits.
b) Santé Canada travaille activement à un plan en matière de sensibilisation qui prévoit notamment des documents destinés à renseigner le milieu médical sur les divers enjeux associés à l’utilisation d’insuline animale plutôt que biosynthétique. Il vise à sensibiliser tant les médecins que les patients.
c) Santé Canada n’est pas habilité à imposer des énoncés dans les protocoles de traitement par l’entremise de l’Association canadienne du diabète. Celle-ci, à titre d’organisme professionnel, est indépendante du gouvernement fédéral. Mais Santé Canada peut imposer les énoncés requis sur les étiquettes de contenants d’insuline pour tenir les médecins au courant des enjeux relevés en ce qui concerne l’utilisation d’insuline animale plutôt que biosynthétique. Comme les étiquettes doivent fournir aux consommateurs l’information prévue pour eux dans la monographie, les patients seraient également renseignés.
Santé Canada envisage également de publier un article sur ce sujet dans le Bulletin canadien à propos des effets indésirables et même d’envoyer des lettres aux éditeurs de quelques publications de formation médicale continue pour rappeler ces messages. Il pourrait également en profiter pour actualiser sa fiche de renseignements sur le traitement du diabète.
d) La Loi canadienne sur la santé exige des gouvernements provinciaux et territoriaux qu’ils couvrent les médicaments médicalement nécessaires administrés dans les hôpitaux. Par contre, il n’existe à l’échelon fédéral aucune exigence qui les force à offrir une telle couverture à l’extérieur du milieu hospitalier. Les gouvernements provinciaux et territoriaux ont de leur propre chef mis au point des régimes publics d’assurance médicaments, qui couvrent notamment l’insuline, et ont établi les modalités de ces régimes pour leurs résidants, y compris les segments de population admissibles, les listes de médicaments et les prix. L’Accord de 2004 sur la santé a fourni aux gouvernements provinciaux et territoriaux un important financement additionnel pour renforcer les soins de santé pendant une période de dix ans. Ce financement peut être utilisé pour améliorer et étendre les régimes publics d’assurance médicaments, y compris la couverture des hausses de coûts associés aux médicaments pour leurs résidants.

Question no 383 --
L'hon. John McKay:
En ce qui concerne le progrès réalisé jusqu’à maintenant par le ministère de la Coopération internationale et l’Agence de développement international du Canada (ACDI) dans la mise en œuvre de la Loi sur la responsabilité en matière d’aide au développement officielle, 2008: a) quelles mesures la ministre et l’ACDI ont-elles prises aux fins de la mise en œuvre de la Loi, plus particulièrement quelles consultations et réunions la ministre et l’ACDI ont-elles tenues et quels examens ont-elles faits afin de déterminer comment les fonds que versera l’ACDI dans l’avenir au titre de l’aide au développement officielle seront versés conformément à la Loi; b) combien de programmes sont conformes au mandat de la Loi et quelle proportion des dépenses du Canada au chapitre de l’aide au développement officielle est conforme au mandat de la Loi; c) dans le cas où aucun progrès n’aurait été réalisé jusqu’à maintenant au chapitre de la mise en œuvre de la Loi, quelles mesures la ministre et l’ACDI prendront-elles afin d’assurer la conformité avec la Loi?
Response
L'hon. Bev Oda (ministre de la Coopération internationale, PCC):
Monsieur le Président, les réponses sont les suivantes: a) Après l’entrée en vigueur de la Loi sur la responsabilité en matière d’aide au développement officielle, LRADO, en juin 2008, on a créé un comité directeur de vice-présidents sur la mise en oeuvre de la LRADO pour donner une orientation stratégique à l’Agence et examiner les décisions stratégiques relatives à la Loi. En conséquence, des employés de l’ACDI ont mené les consultations, les réunions et les examens suivants pour veiller à ce que les prochains décaissements de l’aide publique au développement (APD) soient conformes à la Loi:
Examen des documents stratégiques pour s’assurer que les exigences de la Loi sont reflétées dans les principaux documents stratégiques et liés aux programmes. Les principaux documents incluent: le Rapport sur le rendement de l’Agence, le Rapport sur les plans et les priorités, les cadres de programmation-pays et les stratégies thématiques.
Organisation d’une directive pour les consultations, afin de donner une orientation officielle aux employés de l’ACDI. L’élaboration et les révisions de cette directive ont supposé une quantité considérable de consultations internes et de réunions.
Tenue de deux réunions interministérielles avec d’autres ministères touchés par la Loi. Le but de ces réunions consistait à fournir un survol de la LRADO, à discuter des exigences de la Loi et à établir les principaux jalons du processus. Les réunions ont été suivies d’un appui soutenu de l’ACDI aux autres ministères en vue de la mise en application de la Loi.
Tenir plus de consultations sur le terrain par le personnel de l’ACDI œuvrant dans les pays à l’étranger avec les dirigeants de la société civile locale, du gouvernement, de l’industrie, du milieu des affaires et des collectivités.
Au cours des prochains mois, et à l’automne, l’Agence fera participer des partenaires et des intervenants, y compris des représentants des gouvernements, des ONG, du secteur privé et du milieu universitaire, pour appuyer l’élaboration de stratégies visant les priorités thématiques de l’ACDI. Ces consultations visent à améliorer le savoir à l’Agence et à obtenir des conseils quant aux orientations possibles à l’avenir.
b) La Loi stipule que l’aide internationale peut être considérée comme une APD si le ministre compétent est d’avis que l’aide : contribue à la réduction de la pauvreté; tient compte des points de vue des pauvres; est compatible aux normes internationales en matière de droits de la personne. Étant donné que le mandat de l’ACDI consiste à réduire la pauvreté, la Loi est déjà entièrement intégrée aux programmes actuels de l’ACDI.
La Loi exige aussi que l’ACDI prépare deux rapports annuels sur les activités d’aide publique au développement du gouvernement du Canada: soit un rapport sommaire et un rapport statistique. L’ACDI remettra le premier rapport sommaire des activités d’APD du gouvernement du Canada au Parlement en septembre 2009. Le premier rapport statistique sera publié en mars 2010. À ce moment, l’ACDI sera en mesure de fournir une répartition plus exacte du pourcentage des dépenses de l’APD du Canada.
c) Des progrès ont été réalisés et l’ACDI est actuellement conforme à la Loi. L’Agence examine ses documents stratégiques pour s’assurer que les principaux documents stratégiques et liés aux programmes sont conformes aux exigences de la Loi. L’ACDI prend des mesures pour veiller à ce que ses employés soient informés des exigences de la Loi grâce à une directive de consultation et elle poursuit le dialogue sur les exigences relatives à la production de rapports, c’est-à-dire le rapport sommaire et le rapport statistique). L’ACDI offre aussi une orientation aux autres ministères quant à leurs obligations de rendre des comptes conformément à la Loi, et ce, dans une approche pangouvernementale.

Question no 384 --
L'hon. John McKay:
Quel est le financement actuel affecté au programme Cours de langue pour les immigrants au Canada, de Service Canada, au centre Willow Park de Scarborough, en Ontario, et ce financement sera-t-il maintenu, et si on modifie le financement de ce programme, quelle est la raison de ce changement, et si le financement n’est pas maintenu, pourquoi ne sera-t-il pas maintenu?
Response
L'hon. Jason Kenney (ministre de la Citoyenneté, de l’Immigration et du Multiculturalisme, PCC):
Monsieur le Président, l’École publique Willow Park Jr. de Scarborough a dispensé les services de formation Cours de langue pour immigrants au Canada, CLIC, sous l’entente de contribution entre Citoyenneté et Immigration Canada, CIC, et le Conseil scolaire du district de Toronto.
Sous cette entente, depuis 2007, plus de 550 000$ ont été dépensés pour des services à l’École publique Willow Park Jr. de Scarborough.
CIC et le Conseil scolaire du district de Toronto sont présentement en négociation pour une nouvelle entente de contribution pour CLIC et des services connexes à être fournis par le Conseil. Les montants individuels des différents sites du Conseil scolaire du district de Toronto seront déterminés par eux, en consultation avec CIC, en fonction des besoins locaux.

Question no 385 --
L'hon. John McKay:
En ce qui concerne les projections récentes du ministre des Finances quant au déficit de plus de 50 milliards de dollars pour l’exercice 2009-2010, compte tenu des dépenses actuelles et des recettes projetées, le ministre des Finances s’attend-il à ce que le déficit projeté se creuse davantage et, si oui, de combien?
Response
L'hon. Jim Flaherty (ministre des Finances, PCC):
Monsieur le Président, le Deuxième rapport aux Canadiens de juin 2009 sur le Plan d’action économique du Canada présente une mise à jour des prévisions financières de 2008 2009 et 2009 2010. Le rapport est disponible en ligne à http://www.fin.gc.ca/pub/report-rapport/2009-2/index-fra.asp. Les Canadiens peuvent suivre les progrès réalisés en consultant le site Web du gouvernement consacré au Plan d’action économique, à l’adresse www.plandaction.gc.ca.). Comme il est indiqué à la page 244 de ce document, compte tenu de l’évolution de la conjoncture économique et de la situation financière depuis le budget de 2009, le déficit a été révisé à la hausse, soit de 2,9 milliards de dollars pour 2008-2009 et de 8,1 milliards de dollars en 2009-2010. Cette augmentation du déficit tient en partie aux stabilisateurs automatiques, par exemple l’assurance-emploi, qui fournissent un soutien à l’économie sous forme de hausse des dépenses et de baisse des rentrées d’impôt lorsque l’économie connaît un ralentissement. Par ailleurs, les prêts à l’industrie automobile et le financement complémentaire du Transfert canadien en matière de santé ont fait grimper de 8,5 milliards de dollars le déficit prévu en 2009 2010; par conséquent, le déficit total prévu s’élève à 3,9 milliards de dollars pour 2008 2009 et à 50,2 milliards de dollars en 2009 2010.
La revue financière, dont le plus récent numéro a été publié le 24 juillet 2009, fournit des faits saillants mensuels et des détails sur la performance financière du gouvernement. Pour les deux premiers mois de l’exercice, on note un déficit budgétaire de 7,5 milliards de dollars.

Question no 387 --
L'hon. Scott Brison:
En ce qui a trait au programme de publicité du gouvernement: a) combien d’argent le gouvernement a-t-il dépensé pour l’achat de publicité dans les journaux et les magazines afin d’informer le public sur les programmes, services ou initiatives du gouvernement depuis le 1er janvier 2006, en précisant combien d’argent a été dépensé par i) chaque ministère ou agence gouvernementale, ii) la nature et l’objet de chacune de ces publicités, iii) le journal ou le magazine dans lequel chacune de ces publicités a paru, iv) en précisant le nom de la publication et l’endroit où elle paraît; b) dans quels numéros du magazine ou dans les journaux de quels jours la publicité a-t-elle paru?
Response
L'hon. Christian Paradis (ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux, PCC):
Monsieur le Président, l’information à colliger pour répondre à la question Q-387 est trop volumineuse et trop coûteuse à produire. Les données requises pour répondre de façon adéquate à cette question sont contenues dans un document de 2 232 pages. Il est à noter que ce document est disponible en anglais seulement. Étant donné l’ampleur de cette demande, il ne serait pas pratique et très coûteux pour le gouvernement de traduire ces documents.
Le gouvernement du Canada produit un rapport annuel sur la publicité qui fournit des renseignements sur le processus de gestion de ses activités de publicité, de ses dépenses annuelles et de ses principales campagnes soutenant ses priorités.
Les rapports annuels sont affichés à l’adresse suivante: http://www.tpsgc-pwgsc.gc.ca/pub-adv/annuel-annual-fra.html

Question no 395 --
Mme Siobhan Coady:
En ce qui a trait au programme de publicité du gouvernement, combien d’argent le gouvernement a-t-il dépensé pour l’achat de publicité à la radio et à la télévision depuis le 1er janvier 2006, en précisant (i) combien d’argent a été dépensé par chaque ministère ou agence gouvernementale, (ii) la nature et l’objet de chacune de ces publicités, (iii) les chaînes sur lesquelles chacune des publicités a été entendue, en donnant le nom et l’emplacement du poste, (iv) les dates où ces publicités ont été entendues?
Response
L'hon. Christian Paradis (ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux, PCC):
Monsieur le Président, l'information à colliger pour répondre à la question Q-395 est trop volumineuse et trop coûteuse à produire. Les données requises pour répondre de façon adéquate à cette question sont contenues dans un document de 27 170 pages. Il est à noter que ce document est disponible en anglais seulement. Étant donné l’ampleur de cette demande, il ne serait pas pratique et très coûteux pour le gouvernement de traduire ces documents.
Le gouvernement du Canada produit un rapport annuel sur la publicité qui fournit des renseignements sur le processus de gestion de ses activités de publicité, de ses dépenses annuelles et de ses principales campagnes soutenant ses priorités.
Les rapports annuels sont affichés à l’adresse suivante http://www.tpsgc-pwgsc.gc.ca/pub-adv/annuel-annual-fra.html
Aboriginal peoplesAccommodation and hospitality servicesAdverse drug reactionsAglukkaq, LeonaAgreements and contractsAlaska HighwayAlaska Pipeline ProjectAlgoma Tankers LimitedAmbrose, RonaAndrews, ScottAnimal-based insulin ...Show all topics
View Barry Devolin Profile
CPC (ON)

Question No. 166--
Mr. Thomas Mulcair:
With regards to the operations of the Canada Desk of the Union Bank of Switzerland (UBS) and the Government of Canada's response: (a) when was the government first made aware of possible improper activity of the desk; (b) what were the immediate steps taken by the Canada Revenue Agency to allegations about the desk; (c) what is the estimated value of money that the desk held for each year from Canadian clients beginning in 2004 and ending this year; (d) what role has the government played in the Justice Department's investigations; (e) what is the estimated amount of tax leakage from this operation; (f) what were government departments able to determine about the locations in Canada that were used; and (g) what potential fines or penalties is the government considering at this time?
Response
Hon. Jean-Pierre Blackburn (Minister of National Revenue and Minister of State (Agriculture), CPC):
Mr. Speaker, in response to a) The confidentiality provisions of the acts administered by the Canada Revenue Agency, CRA, prevent the disclosure of any taxpayer information. However, the CRA can say that it was first made aware of the possibility of a “Canada Desk” when the report entitled “Tax Haven Banks and U.S. Tax Compliance” issued by the United States Senate Permanent Subcommittee on Investigations, Committee on Homeland Security and Governmental Affairs, was made public on July 17, 2008, and through subsequent media reports in November 2008, more specifically a Globe and Mail article dated November 14, 2008, “Swiss banking's $5.6-billion man”.
In response to b) The confidentiality provisions of the acts administered by the CRA prevent the disclosure of any taxpayer information. However, as a matter of course, the CRA takes all allegations of possible non-compliance very seriously. Where the CRA is made aware of or provided with information on possible non-compliance with Canadian tax laws, the CRA reviews the information to determine whether non-compliance exists. If non-compliance is detected, the CRA takes appropriate actions, which could include audits or investigations.
The confidentiality provisions of the acts administered by the CRA, prevents the CRA from providing a response to parts c), d) and e).
In response to f) As noted in a), the CRA reviews information available to determine possible level of non-compliance in any sector of the economy. The confidentiality provisions of the acts administered by the CRA prevent the disclosure of any taxpayer information
In response to g) The confidentiality provisions of the acts administered by the CRA prevent the disclosure of any taxpayer information. With regard to penalties and/or interest, in general, the CRA would levy those in accordance with legislation. In Canada, only the courts have the power to levy fines in cases involving possible tax evasion or avoidance.

Question No. 169--
Mrs. Carole Lavallée:
Are there Canadian Heritage or Canada Council grant programs under which Les Grands Ballets Canadiens could receive more than $51,000 to stage a production outside the country and, if so, what are the programs?
Response
Hon. James Moore (Minister of Canadian Heritage and Official Languages, CPC):
Mr. Speaker, there are no programs offered by the Department of Canadian Heritage which fit the requirements listed above.
The Canada Council for the Arts offers financial assistance for international touring through its Dance Touring Grants–International (Pilot Program). Like all dance organizations, Les Grand Ballets Canadiens de Montréal can receive up to $50,000, which is the established maximum for the program.

Question No. 170--
Mrs. Carole Lavallée:
Are there Canadian Heritage or Canada Council grant programs under which a dance or theatre company or a performing arts organization could receive more than $51,000 to stage a production outside the country and, if so, what are the programs?
Response
Hon. James Moore (Minister of Canadian Heritage and Official Languages, CPC):
Mr. Speaker, there are no programs offered by the Department of Canadian Heritage which fit the requirements listed above.
Programs offered by the Canada Council for the Arts award grants for international touring in dance, theatre, and performing arts through the following three programs: Dance Touring Grants--International (Pilot Program), Theatre International Program, International Touring Assistance in Music (Pilot Project). The maximum for each program is $50,000.

Question no 166 --
M. Thomas Mulcair:
En ce qui concerne les activités du Bureau du Canada de la Union Bank of Switzerland (UBS) et la réaction du gouvernement du Canada: a) quand le gouvernement a-t-il été informé pour la première fois de possibles irrégularités de la part du bureau; b) quelles mesures immédiates l’Agence du revenu du Canada a-t-elle prises à la suite des allégations visant le bureau; c) à combien estime-t-on les sommes que le centre a retenues à chaque année de ses clients canadiens depuis 2004 inclusivement; d) quel rôle le gouvernement a-t-il joué dans les enquêtes du ministère de la Justice; e) à combien estime-t-on les pertes fiscales occasionnées par cette opération; f) qu’ont pu déterminer les ministères fédéraux au sujet des installations canadiennes qui ont été utilisées; g) quelles amendes ou peines le gouvernement songe-t-il actuellement à infliger?
Response
L'hon. Jean-Pierre Blackburn (ministre du Revenu national et ministre d’État (Agriculture), PCC):
Monsieur le Président, les réponses sont les suivantes: (a) Les dispositions de confidentialité des lois que nous administrons empêchent l’Agence du revenu du Canada, ARC de divulguer tout renseignement sur les contribuables. Cependant, l’ARC peut dire qu’elle a été mise au courant pour la première fois de la possibilité d’un « Bureau du Canada » lorsque le rapport intitulé « Tax Haven Banks and U.S. Tax Compliance », émis par le « United States Senate Permanent Subcommittee on Investigations (Committee on Homeland Security and Governmental Affairs) » a été rendu public le 17 juillet 2008 et ensuite par des rapport des médias en novembre 2008, plus particulièrement dans un article du Globe and Mail daté du 14 novembre 2008 et intitulé « Swiss banking's $5.6 billion man ».
(b) Les dispositions de confidentialité des lois que nous administrons empêchent l’ARC de divulguer tout renseignement sur les contribuables. Cependant, en règle générale, l’ARC prend toutes les allégations d’inobservation éventuelle très au sérieux. Lorsqu’elle est mise au courant ou qu’on lui fournit des renseignements sur une inobservation possible des lois fiscales canadiennes, l’ARC examine les renseignements afin de déterminer s’il existe réellement une inobservation. Si une inobservation est détectée, l’ARC prend les mesures appropriées, ce qui peut comprendre des vérifications ou des enquêtes.
Les dispositions de confidentialité des lois que nous administrons empêchent l’ARC de fournir une réponse aux parties c), d) et e).
(f) Comme il a été mentionné au point a), l’ARC examine les renseignements disponibles pour déterminer le niveau possible d’inobservation dans tout secteur de l’économie. Les dispositions de confidentialité des lois que nous administrons empêchent l’ARC de divulguer tout renseignement sur les contribuables.
(g) Les dispositions de confidentialité des lois que nous administrons empêchent l’ARC de divulguer tout renseignement sur les contribuables. En ce qui a trait aux pénalités et/ou intérêts, en général, l’ARC percevrait ce qui est en conformité avec la législation. Au Canada, seuls les tribunaux ont le pouvoir d’imposer des amendes dans les cas où il y a possibilité de fraude ou d’évitement fiscal.

Question no 169 --
Mme Carole Lavallée:
En ce qui concerne les programmes de subventions à Patrimoine Canadien et au Conseil des arts du Canada, est-ce qu’il existe des programmes de subventions qui permettraient aux Grands Ballets Canadiens de recevoir du financement de plus de 51 000 $ pour présenter une production à l’étranger et le cas échéant, de quels programmes s’agit-il?
Response
L'hon. James Moore (ministre du Patrimoine canadien et des Langues officielles, PCC):
Monsieur le Président, il n’existe aucun programme offert par le ministère du Patrimoine canadien qui réponde aux critères mentionnés ci-dessus.
Le Conseil des Arts du Canada offre une aide financière aux tournées internationales dans le cadre de son programme Aide à la tournée internationale en danse, programme pilote. Tout comme les autres organismes en danse, Les Grands Ballets Canadiens de Montréal peuvent recevoir une subvention pouvant aller jusqu’à 50 000 $, soit le montant maximal établi.

Question no 170 --
Mme Carole Lavallée
En ce qui concerne les programmes de subventions à Patrimoine Canadien et au Conseil des arts du Canada, est-ce qu’il existe des programmes de subventions qui permettraient à une troupe de danse, à une troupe de théâtre ou encore à un organisme en arts de la scène de recevoir du financement de plus de 51 000 $ pour présenter une production à l’étranger et le cas échéant, de quels programmes s’agit-il?
Response
L'hon. James Moore (ministre du Patrimoine canadien et des Langues officielles, PCC):
Monsieur le Président, il n’existe aucun programme offert par le ministère du Patrimoine canadien qui réponde aux critères mentionnés ci-dessus.
Les programmes du Conseil des Arts du Canada offrent des subventions aux organismes en danse, en théâtre et en arts de la scène pour leurs tournées internationales par l’intermédiaire de trois programmes: le Programme international de théâtre -- volet Tournées à l’étranger, Aide à la tournée internationale en danse, programme pilote, et Aide à la tournée internationale en musique, projet pilote. Le montant maximum des subventions accordées dans chacun de ces programmes est de 50 000 $.
View Yasmin Ratansi Profile
Lib. (ON)
View Yasmin Ratansi Profile
2009-04-24 11:33 [p.2689]
Mr. Speaker, the Minister of National Revenue refuses to discuss the plight of Mr. Leroux because, on the advice of the previous Conservative minister, it is before the courts. Perhaps I could take a different tack.
Is it common practice for either the present minister or the previous minister to advise Canadians to sue Revenue Canada to trigger a political payment as settlement?
Monsieur le Président, le ministre du Revenu national refuse de discuter du sort de M. Leroux parce que l'affaire est devant les tribunaux, à la demande de l'ancien ministre conservateur. Je pourrais peut-être aborder la question autrement.
Est-ce pratique courante de la part du ministre actuel ou de son prédécesseur de demander aux Canadiens de poursuivre Revenu Canada pour obtenir un paiement à caractère politique en guise de règlement?
View Jacques Gourde Profile
CPC (QC)
Mr. Speaker, given that this specific case is before the courts, I cannot comment.
Monsieur le Président, comme c'est un cas particulier et qu'il est devant les tribunaux, je ne pourrai faire aucun commentaire.
View Yasmin Ratansi Profile
Lib. (ON)
View Yasmin Ratansi Profile
2009-04-24 11:34 [p.2689]
Mr. Speaker, an affidavit sworn by the Conservative member for Cariboo—Prince George, on March 31 of this year, states that Mr. Leroux initiated his claim solely on the advice that he was given by the minister's office.
Could the Prime Minister advise the House what remedy he has for taxpayers who are misled by his minister and thus face financial ruin?
Monsieur le Président, selon une déclaration assermentée du député de Cariboo—Prince George datée du 31 mars 2009, M. Leroux a intenté cette poursuite seulement parce que le cabinet du ministre le lui avait conseillé.
Le premier ministre pourrait-il suggérer à la Chambre une solution pour les contribuables qui sont confrontés à la ruine s parce qu'ils ont été trompés par un des ministre de son Cabinet?
View Jacques Gourde Profile
CPC (QC)
Mr. Speaker, I thank my colleague for his question.
When taxpayers feel wronged by the system they can appeal.
Monsieur le Président, je remercie ma collègue de sa question.
Il y a toujours la possibilité de faire appel lorsque des contribuables se sentent lésés par le système.
View Yasmin Ratansi Profile
Lib. (ON)
View Yasmin Ratansi Profile
2009-04-23 14:42 [p.2638]
Mr. Speaker, in an interview this morning, Irvin Leroux recounted a tale of abuse by the Canada Revenue Agency which drove him to financial ruin. This was made worse after the member for Cariboo—Prince George, on the advice of the former revenue minister, encouraged him to sue the CRA under the false assurance this would result in an out-of-court settlement. They did this simply to serve the Conservatives' political agenda.
Why did the government make the problem worse for Mr. Leroux by making him promises it could not keep?
Monsieur le Président, dans une entrevue ce matin, Irvin Leroux a relaté une histoire d'abus aux mains de l'Agence du revenu du Canada qui l'a conduit à la faillite. La situation s'est aggravée après que le député de Cariboo—Prince George, sur l'avis de l'ancien ministre du Revenu, l'eut encouragé à poursuivre l'ARC en lui faisant croire à tort que l'affaire se réglerait à l'amiable. Le ministre a agi ainsi simplement pour servir les fins politiques des conservateurs.
Pourquoi le gouvernement a-t-il empiré les choses pour M. Leroux en lui faisant des promesses qu'il ne pourrait tenir?
View Yasmin Ratansi Profile
Lib. (ON)
View Yasmin Ratansi Profile
2009-04-23 14:43 [p.2638]
Mr. Speaker, Mr. Leroux and his family have lost everything because of the interference of the government. He was successful at the tax court. However, due to the interference of the former minister of revenue, he is now facing major legal expenses.
Can the government explain exactly what it plans to do to get Mr. Leroux out of the financial mess it created for him?
Monsieur le Président, M. Leroux et sa famille ont tout perdu en raison de l'ingérence du gouvernement. Même si M. Leroux a gagné son procès à la cour de l'impôt, il doit maintenant payer des frais d'avocat exorbitants en raison de l'ingérence de l'ancien ministre du Revenu.
Le gouvernement peut-il expliquer exactement ce qu'il prévoit faire pour sortir M. Leroux du bourbier financier dans lequel il l'a placé?
View Peter Milliken Profile
Lib. (ON)

Question No. 63--
Mr. Robert Oliphant:
With respect to the official provider of uniforms and clothing for the Vancouver 2010 Winter Games: (a) what was the selection process; (b) which companies submitted bids to provide these products to Canadian athletes and the Canadian public; (c) how was the decision made to select the Hudson’s Bay Corporation as the provider of official uniforms and clothing; (d) what consideration was provided for the selection of a Canadian owned company to provide the clothing; (e) what consideration was provided to companies who would manufacture the products fully in Canada; (f) what rationale can be provided for the selection of a foreign owned company who will produce the products outside of Canada; and (g) in the future, will there be an attempt from the government to further support the Canadian industry in the selection process for future Canadian Olympic clothing by selecting a Canadian company who will manufacture their product in Canada?
Response
Hon. James Moore (Minister of Canadian Heritage and Official Languages, CPC):
Mr. Speaker, VANOC is a legal entity separate from all of its government and non-government partners. Decisions on licensing of Olympic and Paralympic marks rest solely with VANOC and with the International Olympic Committee and International Paralympic Committee. The response below reflects information available through public sources, including the VANOC website (www.vancouver2010.com).
Hbc was granted exclusive rights to official licensed products featuring the Canadian Olympic Committee or the Canadian Olympic Team marks and is the exclusive general merchandise retail partner for the distribution of such apparel. As VANOC’s premier national partner, Hbc is also responsible for outfitting the Canadian Olympic Team and Vancouver 2010 Olympic and Paralympic Winter Games volunteers. However, other businesses have received licenses for apparel related to the 2010 Olympic Winter Games and 2010 Paralympic Winter Games marks only through competitive processes announced through VANOC`s website (www.vancouver2010.com).
The Canadian Olympic Committee is entirely responsible for the selection of a clothing supplier for the Canadian Team.
The Government of Canada does not provide any financial contribution to the Canadian Olympic Committee for clothing. In response to previous questions regarding the off shore manufacturing of clothing, we understand that the Canadian Olympic Committee has since revised its 2008 internal policy and consequently 80% of the clothing for the 2010 Olympic team will be manufactured in Canada.

Question No. 67--
Mr. Todd Russell (Labrador):
With regards to residential schools: (a) what are the (i) names, (ii) locations, (iii) former church, charitable, or other operators, (iv) years of operation of all residential or other schools which were excluded from the Indian Residential Schools Agreement; (b) how many former residents or other students of each school are estimated to be living; and (c) what specific steps has the government taken, and with which provinces, towards pursuing bilateral agreements to address the issues raised by, or in relation to, the attendance of Aboriginal people at schools not covered by the Indian Residential Schools Settlement Agreement?
Response
Hon. Chuck Strahl (Minister of Indian Affairs and Northern Development and Federal Interlocutor for Métis and Non-Status Indians, CPC):
Mr. Speaker, the response is as follows:
a) The government has received over 8,000 requests to have over 1,200 unique institutions added to the Indian residential schools settlement agreement.
i) and ii) The names of these requested institutions, as well as their locations, can be found on the public list of decisions on the settlement agreement website: http://www.residentialschoolsettlement.ca/Decisions.pdf
iii)and iv) Requested institutions are not researched in detail once they have been determined to be ineligible. Therefore, the information that the Government of Canada holds on these institutions is minimal.
b) The government does not have access to the information for these non-federal institutions as other parties controlled them.
c) The Government of Canada has publicly committed to working with the provinces to further address the wrongs of the residential schools era. The Government of Canada has also signed the Métis nation protocol which seeks to establish a structured process to conduct discussions with the Métis National Council on a range of issues including Métis former students of the residential school system.

Question No. 68--
Mr. Robert Oliphant:
With respect to government television commercials which promote Tax Free Savings Accounts (TFSA): (a) why are financial advisors not included in the list of possible ways to open an TFSAs; (b) how much did it cost to produce these commercials and to air them; (c) how often are the commercials aired; and (d) will future commercials include a reference to financial advisors?
Response
Hon. Jim Flaherty (Minister of Finance, CPC):
Mr. Speaker, the response is as follows: a) The principle objective of the television commercials, which can be viewed at http://www.tfsa.gc.ca, was to provide Canadians with as much substantive information as possible about the TFSA in a relatively short period of time. Commercials were approximately 30 seconds in length. The commercials encouraged Canadians to contact their “bank, credit union or other financial service provider to open an account today or visit tfsa.gc.ca for more information”. The ‘More Information’ portion of tsfa.gc.ca, which can be viewed at http://www.tfsa.gc.ca/moreinfo-eng.html, makes explicit reference to financial advisors in the list of possible ways to open a TFSA: “Visit your bank, credit union, financial service provider, advisor or planner for more information and to open an account today”.
b) The cost of the television commercials was approximately $3 million. This included production costs and the charges for airing the commercials in both official languages across Canada.
c) The television commercials commenced airing on January 5, 2009 and ended on February 2, 2009. The frequency of the commercials being aired varied by market size and location.
d) No future television commercials to promote the TFSA are planned at present.

Question No. 76--
Hon. John McCallum:
Regarding the Government of Germany’s use of an informant to ascertain the names of foreign investors holding accounts with the Liechtenstein LGT Group: (a) did the Government of Canada pay any sum of money to the Government of Germany, or any other government, to obtain the identity of the Canadian citizens or residents whose name appeared on that list and, if so, how much; (b) without breaching the privacy rights of any individual, how many Canadian names appeared on that list; (c) is the Canada Revenue Agency (CRA) granting those individuals who are listed the opportunity to pursue a voluntary disclosure; (d) if the answer to (c) is yes, will, or have, individuals who approached the CRA only after media reports surfaced about the breach of privacy at the LGT Group be considered eligible for a voluntary disclosure; (e) if the answer to (d) is yes, is it the policy of the CRA to allow tax payers to avail themselves of the voluntary disclosure program once they could reasonable be aware that the CRA may be pursuing an audit; (f) how many of the listed individuals have approached the CRA with a voluntary disclosure; (g) how many individuals has the CRA begun to audit from the list of LGT Group clients; and (h) how many individuals has the CRA begun to prosecute from the list of LGT Group clients?
Response
Hon. Jean-Pierre Blackburn (Minister of National Revenue and Minister of State (Agriculture), CPC):
Mr. Speaker, the response is as follows: a) The confidentiality provisions of the acts administered by the Canada Revenue Agency, CRA, do not permit it to provide details of cases that it may or may not be reviewing or the sources of its information. However, the CRA can advise that as a matter of policy and practice it does not pay for informant information.
b) For the reason stated in part a), the CRA cannot comment on accounts held with a particular financial institution with such particularity. However, based on information provided to the CRA, over 100 individuals have been identified as being residents of Canada and having assets in the Principality of Liechtenstein.
c) The role of the CRA is to ensure that all taxes are paid in full. The voluntary disclosures program, VDP, promotes compliance by encouraging taxpayers to voluntarily correct previous omissions in their dealings with the CRA. A requirement of the VDP is that taxpayers must make a full disclosure before the CRA commences any compliance action or investigation. If they do so, they may only have to pay the taxes owing, plus interest, but not face penalties or prosecution in the courts.
As compliance action has been commenced on all of the listed taxpayers, they are no longer eligible for consideration under the VDP.
d) n/a
e) n/a
f) None.
g) For the reason stated in part a), the CRA cannot comment on accounts held with a particular financial institution with such particularity. However, based on information provided to the CRA, over 100 individuals have been identified as being residents of Canada and having assets in the Principality of Liechtenstein. Compliance action is either ongoing or has been completed on all individuals.
h) For the reason stated in part a), the CRA cannot comment on accounts held with a particular financial institution with such particularity. No Canadian taxpayers included in the group of over 100 individuals identified as being residents of Canada and having assets in the Principality of Liechtenstein have been charged with tax evasion.

Question No. 78--
Mr. Scott Andrews:
With regard to the Department of Fisheries and Oceans (DFO): (a) who drafted or authored the press release issued on March 3, 2009 under the title “Statement by Fabian Manning, Senator”; (b) who approved or authorized the release of that press release by or on behalf of DFO; (c) what was the cost of distributing it via Marketwire; (d) was the press release transmitted or distributed by any other commercial means or services and, if so, (i) which means or services, (ii) at what costs; (e) who paid or will pay the costs for using Marketwire or any other means or service; and (f) was the said press release published to either the national or any regional DFO web sites and, if so, (i) which web sites, (ii) at what time was it published, (iii) was it later removed from the web sites, (iv) if removed, why was it removed and when was it removed?
Response
Hon. Gail Shea (Minister of Fisheries and Oceans, CPC):
Mr. Speaker, the response is as follows: a) The news release “Statement by Fabian Manning, Senator” was not authored by DFO employees.
b) The news release was not approved or authorized by the department.
c) The department was not billed for the distribution of the news release by Marketwire and no amount was paid by DFO.
d) The department did not transmit or distribute the news release to any parties through any commercial means.
e) The department will not be billed and will not pay for the cost of using Marketwire for the distribution of this news release.
f) The news release was never published on any DFO website.

Question no 63 --
M. Robert Oliphant:
En ce qui concerne le fournisseur officiel d’uniformes et de vêtements pour les Jeux d’hiver de Vancouver de 2010: a) quel a été le processus de sélection; b) quelles entreprises ont présenté des propositions pour fournir ces produits aux athlètes et à la population canadienne; c) comment a été prise la décision de choisir la Compagnie de la Baie d’Hudson comme fournisseur officiel d’uniformes et de vêtements; d) quelle importance a-t-on accordée au choix d'une entreprise canadienne comme fournisseur; e) quelle importance a-t-on accordée aux entreprises ayant l’intention de fabriquer les produits entièrement au Canada; f) comment peut-on justifier le choix d’une entreprise de propriété étrangère qui fabriquera les produits à l’extérieur du Canada; g) à l’avenir, le gouvernement tentera-t-il d’appuyer davantage l’industrie canadienne dans le processus de sélection visant la fabrication de vêtements olympiques canadiens en choisissant une entreprise canadienne qui fabriquera ses produits au Canada?
Response
L'hon. James Moore (ministre du Patrimoine canadien et des Langues officielles, PCC):
Monsieur le Président, le COVAN est un organisme constitué en personne morale distincte de tous ses partenaires gouvernementaux et non gouvernementaux. Toute décision sur l’utilisation des marques olympiques et paralympiques relèvent du COVAN et du Comité olympique international et du Comité paralympique international. La réponse ci-bas utilise de l’information disponible au public, incluant le site Web du COVAN -- www.vancouver2010.com.
Hbc détient des droits exclusifs sur les produits officiels portant la marque du Comité olympique canadien ou de l’équipe olympique canadienne; cette chaîne de magasins à rayons est donc le partenaire exclusif du COVAN pour la distribution de ces vêtements. À titre de grand partenaire national du COVAN, Hbc a aussi la responsabilité de vêtir l’Équipe olympique canadienne et les bénévoles des Jeux olympiques et paralympiques d’hiver de Vancouver 2010. Cependant, d’autres entreprises ont reçu des licences octroyées pour les vêtements portant les marques des Jeux olympiques d’hiver de 2010 et des Jeux paralympiques d’hiver de 2010, à travers des processus compétitifs annoncés sur le site Web du COVAN -- www.vancouver2010.com.
Le Comité olympique canadien est entièrement responsable du choix du fournisseur de vêtements pour l'équipe canadienne.
Le gouvernement du Canada ne fournit pas d'appui financier au Comité olympique canadien pour l'achat de vêtements. En réponse aux questions antérieures au sujet de la fabrication des vêtements à l'étranger, nous comprenons que depuis, le Comité olympique canadien a revu sa politique de 2008 et, par conséquent, 80 p. 100 des vêtements pour l'équipe olympique de 2010 seront manufacturés au Canada.

Question no 67 --
M. Todd Russell (Labrador):
En ce qui concerne les pensionnats: a) quels sont les (i) noms, (ii) adresses, (iii) anciennes églises, organismes de charité ou autres exploitants dont chacun relevait, (iv) années d'exploitation de tous les pensionnats ou autres écoles qui ont été soustraits à l’application de la Convention de règlement relative aux pensionnats indiens; b) combien d’anciens pensionnaires ou autres élèves de chaque pensionnat ou école estime-t-on encore vivants; c) quelles mesures le gouvernement a-t-il prises, et avec quelles provinces, le cas échéant, dans le but spécifique de conclure des ententes bilatérales réglant les problèmes créés par la présence de membres de peuples autochtones dans des écoles non visées par la Convention ou survenus relativement à elle?
Response
L'hon. Chuck Strahl (ministre des Affaires indiennes et du Nord canadien et interlocuteur fédéral auprès des Métis et des Indiens non inscrits, PCC):
Monsieur le Président, voici la réponse:
a) Le gouvernement a reçu plus de 8 000 demandes visant à ajouter 1 200 institutions à la liste de la Convention de règlement relative aux pensionnats indiens.
(i) et (ii) Les noms et les adresses de ces institutions figurent sur le site Web des décisions concernant la Convention de règlement : http://www.residentialschoolsettlement.ca/Decisions.pdf.
(iii) et (iv) Des recherches approfondies ne sont pas menées sur les institutions une fois que celles-ci sont déclarées inadmissibles. Par conséquent, le gouvernement ne détient qu’un minimum de renseignements sur ces institutions.
b) Le gouvernement n’a pas accès aux renseignements sur ces institutions non fédérales, qui étaient administrées par d’autres parties.
c) Le gouvernement du Canada s’est engagé publiquement à collaborer avec les provinces afin de réparer les torts causés à l’époque des pensionnats indiens. Le gouvernement du Canada a aussi ratifié le Protocole avec la nation métisse, qui a pour but d’établir un processus structuré de discussion avec le Ralliement national des Métis sur un éventail de questions, y compris celle des anciens élèves métis des pensionnats indiens.

Question no 68 --
M. Robert Oliphant:
En ce qui concerne la campagne publicitaire télévisée du gouvernement pour promouvoir le compte d’épargne libre d’impôt (CELI): a) pourquoi les conseillers financiers ne figurent-ils pas dans la liste des possibilités d’ouverture d’un CELI; b) combien ont coûté la réalisation et la diffusion des messages publicitaires; c) à quelle fréquence sont-ils diffusés; d) les conseillers financiers seront-ils mentionnés dans la prochaine campagne publicitaire?
Response
L'hon. Jim Flaherty (ministre des Finances, PCC):
Monsieur le Président, voici la réponse: a) L’objectif principal des annonces télévisées -- qui peuvent être visionnées à l’adresse www.celi.gc.ca, était de donner aux Canadiens le plus possible de renseignements essentiels sur le CELI dans un temps relativement bref -- les annonces duraient environ 30 secondes. Les Canadiens y étaient invités à se renseigner, dans les termes suivants: « Pour ouvrir un compte, renseignez-vous auprès de votre banque, caisse populaire ou fournisseur de services financiers, ou visitez celi.gc.ca, pour obtenir plus de détails. » La section « Pour en savoir plus » du site celi.gc.ca,à l’adresse www.celi.gc.ca/plus-fra, mentionne expressément les conseillers financiers dans la liste des divers moyens d’ouvrir un CELI: « Pour obtenir plus de renseignements et pour ouvrir un compte dès aujourd’hui, rendez-vous à votre banque, coopérative de crédit ou caisse populaire pour y rencontrer votre fournisseur, conseiller ou planificateur de services financiers. »
b) Le coût des annonces télévisées a été d’environ 3 millions de dollars. Cette somme comprend les coûts de production et les frais de diffusion des annonces dans les deux langues officielles dans l’ensemble du Canada.
c) Les annonces ont été diffusées du 5 janvier au 2 février 2009. Leur fréquence de diffusion variait selon la taille et l’emplacement des marchés.
d) Pour le moment, aucune autre campagne publicitaire télévisée n’est prévue afin d’assurer la promotion du CELI.

Question no 76 --
L'hon. John McCallum:
En ce qui concerne le recours à un informateur par le gouvernement de l'Allemagne pour obtenir le nom d'investisseurs étrangers ayant des comptes avec le Groupe LGT, du Liechtenstein: a) le gouvernement du Canada a-t-il payé le gouvernement de l'Allemagne ou tout autre gouvernement pour obtenir l'identité de citoyens ou de résidents canadiens faisant partie de la liste et, dans l'affirmative, combien a-t-il payé; b) sans porter atteinte aux droits à la protection des renseignements personnels de quiconque, combien y a-t-il de Canadiens dans la liste; c) l'Agence du revenu du Canada (ARC) donne-t-elle aux personnes faisant partie de la liste l'occasion de faire une divulgation volontaire; d) si la réponse à c) est positive, les personnes qui ont communiqué avec l'ARC uniquement après que les médias aient commencé à parler de la violation de la vie privée au sein du Groupe LGT ont-elles été ou seront-elles jugées admissibles au programme de divulgation volontaire; e) si la réponse à d) est positive, est-ce pratique courante pour l'ARC d'autoriser les contribuables à se prévaloir du programme de divulgation volontaire une fois qu'ils pourraient raisonnablement savoir que l'ARC pourrait être en train de procéder à une vérification; f) combien de personnes faisant partie de la liste ont-elles communiqué avec l'ARC pour faire une divulgation volontaire; g) pour combien de personnes faisant partie de la liste l'ARC a-t-elle commencé à faire des vérifications; h) combien de personnes faisant partie de la liste l'ARC a-t-elle commencé à poursuivre?
Response
L'hon. Jean-Pierre Blackburn (ministre du Revenu national et ministre d’État (Agriculture), PCC):
Monsieur le Président, voici la réponse: a) Les dispositions en matière de confidentialité contenues dans les lois que nous administrons empêchent l’Agence du revenu du Canada, l’ARC, de fournir des détails au sujet de cas qu’elle examine ou non, ou au sujet de ses sources d’information. Toutefois, nous pouvons indiquer que, conformément aux politiques et pratiques, l’ARC ne verse aucun montant en ce qui a trait aux renseignements fournis par des dénonciateurs.
b) Pour la raison mentionnée dans la partie a), l’ARC ne peut donner de détails sur les comptes détenus par une institution financière particulière. Cependant, selon l’information fournie à l’ARC, plus de 100 personnes ont été identifiées comme étant des résidents du Canada et ayant des biens dans la Principauté de Liechtenstein.
c) Le rôle de l’ARC est de veiller à ce que les impôts et taxes soient réglés intégralement. Le Programme des divulgations volontaires, le PDV, favorise l'observation de la loi en encourageant les contribuables à corriger de bon gré leurs omissions passées dans leurs rapports avec l'ARC. Si les contribuables font une divulgation complète avant que l’ARC entame des mesures d’observation ou une enquête, ils pourraient devoir payer seulement l’impôt dû, plus les intérêts, et ne seront pas assujettis à des pénalités ou poursuites judicaires.
Étant donné que des mesures d’observation ont été commencées pour tous les contribuables inscrits sur la liste, ils ne sont plus admissibles à des fins de considération dans le cadre du PDV.
d) S. O.
e) S. O.
f) Aucune.
g) Pour la raison mentionnée dans la partie a), l’ARC ne peut donner de détails sur les comptes détenus par une institution financière particulière. Toutefois, selon l’information fournie à l’ARC, plus de 100 personnes ont été identifiées comme étant des résidants du Canada et ayant des biens dans la Principauté de Liechtenstein. Des mesures d’observation sont soit en cours ou terminées pour toutes ces personnes.
h) Pour la raison mentionnée dans la partie a), l’ARC ne peut donner de détails sur les comptes détenus par une institution financière particulière. Aucun contribuable canadien faisant partie du groupe de plus de 100 personnes qui ont été identifiées comme étant des résidants du Canada et ayant des biens dans la Principauté de Liechtenstein n’a été accusé de fraude fiscale.

Question no 78 --
M. Scott Andrews:
En ce qui concerne le ministère des Pêches et des Océans (MPO): a) qui a rédigé le communiqué diffusé le 3 mars 2009 intitulé « Statement by Fabian Manning, Senator »; b) qui a approuvé ou autorisé la diffusion de ce communiqué par le MPO ou en son nom; c) combien a coûté l’envoi de ce communiqué par Marketwire; d) ce communiqué a-t-il été envoyé ou diffusé par d’autres moyens ou services commerciaux, le cas échéant, (i) par quels autres moyens ou services, (ii) à quel coût; e) qui a payé ou paiera les coûts des services de Marketwire ou des autres moyens ou services de diffusion; f) ledit communiqué a-t-il été publié sur le site web national ou des sites web régionaux du MPO et, le cas échéant, (i) sur quels sites web, (ii) à quelle heure a-t-il été publié, (iii) a-t-il été retiré par la suite de ces sites web, (iv) s’il a été retiré de ces sites, pour quelles raisons l’a-t-on retiré, et à quel moment?
Response
L'hon. Gail Shea (ministre des Pêches et des Océans, PCC):
Monsieur le Président, voici la réponse: a) Le communiqué de presse « Déclaration du sénateur Fabian Manning » n’a pas été rédigé par des employés du MPO.
b) Le communiqué de presse n’a pas été approuvé ou autorisé par le ministère.
c) Le ministère n'a pas été facturé et n'a pas payé pour la distribution du communiqué de presse.
d) Le ministère n’a pas transmis ou distribué le communiqué de presse par des moyens commerciaux à aucune partie.
e) Le ministère ne sera pas facturé et ne paiera pas les coûts d’utilisation de Marketwire pour la distribution de ce communiqué de presse.
f) Le communiqué de presse n’a jamais été publié sur aucun site Web du MPO.
Results: 1 - 9 of 9

Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data