Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 15 of 2246
View Leon Benoit Profile
CPC (AB)
View Leon Benoit Profile
2009-12-10 10:09 [p.7867]
Mr. Speaker, I have the honour to present, in both official languages, the fifth report of the Standing Committee on Natural Resources in relation to Bill C-20, An Act respecting civil liability and compensation for damage in case of a nuclear incident.
The committee has studied the bill and has decided to report the bill back to the House with amendments.
Monsieur le Président, j'ai l'honneur de présenter, dans les deux langues officielles, le cinquième rapport du Comité permanent des ressources naturelles, concernant le projet de loi C-20, Loi concernant la responsabilité civile et l'indemnisation des dommages en cas d'accident nucléaire.
Le comité a étudié le projet de loi et a convenu d’en faire rapport avec des propositions d'amendement.
View Leon Benoit Profile
CPC (AB)
View Leon Benoit Profile
2009-12-10 10:22 [p.7870]
Mr. Speaker, I am honoured to present a petition on behalf of constituents who call on Parliament to consider putting forth legislation to deal with the problem of bullying. They have noticed that bullying is an increasing problem which, due to technology such as the Internet and email, has become a problem 24 hours a day, seven days a week.
Monsieur le Président, j'ai l'honneur de présenter une pétition au nom d'électeurs qui demandent au Parlement d'envisager de légiférer afin de lutter contre l'intimidation. Selon eux, c'est un problème qui prend de l'ampleur et qui, en raison de la technologie utilisée comme Internet et les courriels, est devenu un problème permanent, 24 heures sur 24, 7 jours sur 7.
View Laurie Hawn Profile
CPC (AB)
View Laurie Hawn Profile
2009-12-10 10:42 [p.7874]
Mr. Speaker, I am obviously rising to support my colleagues on this.
The opposition has talked about opinions. Opinions are fine, but they have to be backed up by the rule of law. Canada operates on the rule of law. Parliament operates on the rule of law and precedent and convention.
On the first point about documents, the Government of Canada has in fact provided documents as quickly as possible, given the time constraints, the volume of the documents requested and the requirement under the Official Languages Act to have the documents translated into both official languages. In under one week, the committee was provided with relevant memos and details of Mr. Colvin, which were the most sought after documents by the committee. As time goes by, more and more documents will be made available.
On another point, the House of Commons has always recognized the limits of privilege relating to issues of national security and international affairs, as these are Crown or executive constitutional responsibilities that also require a public interest test. The Government of Canada has a responsibility to protect the public interest in these cases and, historically, committees of the House of Commons have respected the public interest test.
Marleau and Montpetit assert this argument in stating:
The House of Commons recognizes that it should not require the production of documents in all cases; considerations of public policy, including national security, foreign relations, and so forth, enter into the decision as to when it is appropriate to order the production of such documents.
Similarly Beauchesne's notes that the Government of Canada, not the Speaker or the House of Commons, retains the right to define confidential documents and that it is up to the government to determine whether any letters, papers and studies are of a confidential nature when deciding how to respond to a notice of motion for the production of papers.
Generally speaking, government members also reject the notion that the House of Commons has a right to cabinet documents. This claim to cabinet documents obviously interferes with the constitutional roles of limits and legislative and cabinet or executive banks of government in our Constitution.
Mr. Speaker, in our strong view, this motion is out of order and we request your wisdom in that judgment.
J'interviens bien sûr pour appuyer mes collègues sur ce point.
L'opposition a parlé d'opinions. Je n'ai rien contre les opinions, mais elles doivent s'appuyer sur la primauté du droit. Le Canada se fonde sur la primauté du droit. Le Parlement se fonde également sur la primauté du droit ainsi que sur les précédents et la convention.
Pour ce qui est du premier point qui porte sur les documents, le gouvernement du Canada a en fait fourni les documents le plus rapidement possible, compte tenu des contraintes de temps, du volume de documents demandés et des exigences de la Loi sur les langues officielles, qui précise que les documents doivent être remis dans les deux langues. En une semaine, le comité a obtenu les notes et les renseignements pertinents à la suite du témoignage de M. Colvin, que le comité considérait comme prioritaires, et le reste lui sera transmis dès que ce sera prêt.
Sur un autre point, je tiens à dire que la Chambre des communes a toujours reconnu les limites du privilège relativement aux questions de sécurité nationale et d'affaires internationales, puisque ce sont là des responsabilités de la Couronne ou de l'exécutif prévues dans la Constitution et que le critère de l'intérêt public doit aussi être respecté. Le gouvernement du Canada a la responsabilité de protéger l'intérêt du public dans les cas de ce genre et, par le passé, les comités de la Chambre ont toujours respecté ce critère.
Le Marleau et Montpetit appuie cette théorie. Voici ce qu'on peut y lire:
La Chambre des communes reconnaît qu’elle ne doit pas exiger la production de documents dans tous les cas. Ainsi, des considérations ayant trait à la politique officielle, notamment la sécurité nationale, les relations extérieures et d’autres facteurs, influent sur la décision d’exiger ou non la production de ces documents.
De même, le Beauchesne précise que le gouvernement du Canada, et non le Président ou la Chambre des communes, détient le droit de définir ce qui constitue un document confidentiel et que c'est au gouvernement de déterminer si une lettre, un document ou une étude est de nature confidentielle au moment de décider de la réponse à donner à un avis de motion demandant la production de documents.
De façon générale, les députés ministériels rejettent également la notion voulant que la Chambre des communes ait droit d'accès aux document du Cabinet. Cette demande de documents va à l'encontre des rôles et limites prévus dans la Constitution pour les organes législatif et exécutif et le Cabinet.
Monsieur le Président, nous sommes fortement d'avis que cette motion est irrecevable, et nous nous fions à votre sagesse à cet égard.
View Laurie Hawn Profile
CPC (AB)
View Laurie Hawn Profile
2009-12-10 12:20 [p.7887]
Madam Speaker, with respect to opinions, which is what we have received from various legal experts and people in the legal profession, an expert is someone who agrees with one. That makes the person an expert.
It is interesting to hear the member of the Bloc being so concerned about protecting the Constitution of Canada when in fact those members want to break up the country.
I have a simple question for my colleague with respect to the inadvertent release of the kind of information members are asking for. What is that member going to say to the family of a soldier or aid worker who has been killed because of the release of information, or because an international organization we had previously been able to trust, or that had previously been able to trust us, then withholds that information? What is he going to say to that family?
Madame la Présidente, en ce qui concerne les opinions, un expert est une personne qui partage notre opinion. C'est ce qui fait d'elle un expert. Plusieurs juristes et spécialistes en droit nous ont donné des opinions.
Il est intéressant d'apprendre que le député du Bloc s'inquiète de la protection de la Constitution du Canada, alors que son parti veut en fait se séparer du reste du pays.
J'aimerais poser une question très simple à mon collègue concernant la divulgation par inadvertance du genre d'information que des députés veulent obtenir. Qu'est-ce que ce député dira à la famille d'un soldat ou d'un travailleur humanitaire qui a été tué en raison de la divulgation d'information ou parce qu'une organisation internationale à laquelle nous pouvions auparavant faire confiance, ou qui auparavant pouvait nous faire confiance, dissimule cette information? Que dira-t-il à cette famille?
View Laurie Hawn Profile
CPC (AB)
View Laurie Hawn Profile
2009-12-10 12:52 [p.7892]
Madam Speaker, the member continually confuses the timelines and I am sure he does that for his own reasons.
He talks about the ICRC and the AIHRC and how they were not passing information. That was the arrangement we had with them. We were trusting them to do that. When we found out they were not, we made changes. That is what he is completely missing, completely ignoring.
The ICRC has refuted the story about dealing with Canadian officials. It said it just does not operate that way. It said it has an excellent relationship with Canada. It said it would never go public unless there was a problem and it never went public.
He is not situating the timeframe for when anything was happening. Sure, there were discussions. They started in 2006 and carried on into 2007, when we actually made changes based on all the information we got from all sources.
I would ask the member to quit misleading the House and misrepresenting the situation by concentrating on what was happening in 2006 and not talking about what was going on in 2007, which is working very well today, notwithstanding that one Taliban got hit with a shoe.
Madame la Présidente, le député ne cesse d'embrouiller la chronologie des faits et je suis convaincu qu'il le fait intentionnellement.
Il dit que le Comité international de la Croix-Rouge et la Commission indépendante des droits de l'homme de l'Afghanistan n'ont pas communiqué les renseignements. Nous avions une entente avec ces organisations. Nous avions confiance en elles. Lorsque nous avons découvert qu'elles ne communiquaient pas les renseignements, nous avons apporté des changements. C'est ce que le député ne dit pas.
Le CICR a contredit la version des faits concernant des discussions avec des fonctionnaires canadiens. Il a dit qu'il ne procède pas de cette façon. Il a dit aussi qu'il a d'excellentes relations avec le Canada. Il a ajouté qu'il ne révélerait jamais de renseignements confidentiels, sauf dans des circonstances exceptionnelles, précisant qu'il n'a pas révélé de renseignements confidentiels.
Le député se mêle dans la chronologie des faits. Oui, il y a eu des discussions. Elles ont débuté en 2006 et se sont poursuivies jusqu'en 2007, lorsque nous avons procédé à des changements suite aux renseignements qui nous ont été communiqués par diverses sources.
Je presse le député de cesser d'induire la Chambre en erreur et de déformer les faits en se concentrant sur ce qui s'est produit en 2006 et en passant sous silence la situation en 2007. Mis à part le fait qu'on a frappé un taliban avec une chaussure, les choses vont bien aujourd'hui.
View Laurie Hawn Profile
CPC (AB)
View Laurie Hawn Profile
2009-12-10 13:43 [p.7899]
Madam Speaker, it will come as no surprise that I cannot support the motion before House today.
There is a good reason why the government has taken the measures it has with regard to documents, and that is safety, the safety of our men and women in uniform, their civilian colleagues, other government agencies and departments as well as the protection of our partners and allies. Unfortunately, it may be too easy to demand the provision of written documents as if their disclosure had no impact beyond these chambers.
The Canadian Forces, working alongside over 60 other nations and international organizations as part of the UN mandated NATO-led mission, are playing a leadership role in delivering real results as an integral part of Canada's whole-of-government team in Afghanistan.
Several years ago, when our troops first deployed to Afghanistan, we knew there would be many challenges. After all, Afghanistan had suffered decades of war and misrule. The government lacked the capacity to deliver the most basic service. Still today the insurgency remains ruthless. The Taliban attacks with roadside bombs, vehicle bombs, suicide bombs. They threaten, they intimidate, and the results can be devastating. Sadly, we have paid a heavy price for progress in Afghanistan.
To date, Canada has lost 133 selfless men and women in uniform, one diplomat and two aid workers. Our injured and fallen came from places like Mill Cove, Montreal, Fredericton, Conception Bay, Thunder Bay, Victoria, Iqaluit and Edmonton. They made a substantial differences in places like Panjwaii, Daman, Spin Boldak, Ghorak, Khakrez and Kandahar City.
They left behind a legacy of hope and confidence for the Afghan people, a legacy held high by our more than 2,800 men and women still serving in theatre. It is their valour, their dedication and their selflessness that really make a difference. That has established and reinforced the reputation of our Canadian Forces as one of the best militaries in the world.
We hold them to the highest standards of professional conduct and, through their blood, sweat and tears, they never let us down. In Afghanistan they are defending the basic values we all believe in and stand for day in and day out in this very chamber, things like freedom, democracy, rule of law, values that generations of Canadians who have proudly worn the maple leaf have fought and died for.
Despite the dangers, the devotion of our men and women in uniform has allowed us to deliver on our pledge to the international community, on our promise to the Afghan people. We are offering them dignity, security and justice and a better future.
The Canadian Forces are providing the essential protection that is fundamental to creating the secure environment necessary for governance, humanitarian development and the training of a military and police force to occur. We are partnering with Afghans to do so because it is their country.
It has been clear from the start that a well-trained, well-equipped Afghan National Security Force is essential if the Afghan government is to assume increasing responsibility for its own security and development. Thanks to the Canadian Forces, the Afghan National Security Forces are growing. They are growing in confidence, in capacity and in capability.
We have seen some of our greatest success through our operational mentoring and liaison team. Currently Canadian men and women in uniform in our OMLT are mentoring five Afghan army battalions and their headquarters. We also have civilian and military police trainers and mentors supporting the Afghan National Police reform.
From a fledgling force a few years ago, ill-equipped and lacking proper training, the Afghan National Army has, with the support of the Canadian Forces, matured into a credible force. The progress it has made is impressive. Afghan forces are now conducting more than two-thirds of the combat operations in and around Kandahar City.
Progress is empowering Afghans. It is allowing them to move beyond ongoing security concerns to rebuild their schools, their roads and their sense of pride in their country. While progress may appear slow, it is taking hold and touching the lives of Afghans every day.
The ultimate goal is to help create a better governed, more peaceful and more secure Afghanistan for Afghans, a goal that the Canadian Forces, indeed the entire whole-of government effort, is helping to make a reality.
That leads me to our responsibility back here at home.
First, contrary to a couple of comments across the floor earlier today, this government did not leak any documents to any media. The Government of Canada has an obligation and a moral duty to see that the lives of Canadians Forces personnel in Afghanistan are not put at additional risk by the release of information that may be of an operational security nature. We are required by law to protect sensitive information relating to international relations, national defence or national security, whether in written or oral form.
I am sure you can agree, Madam Speaker, that this is not about politics. It is about protecting Canadian lives. It is about protecting the lives of our partners and allies. It is about protecting the relationships with our partners in Afghanistan, which are so crucial in helping us conduct our mission.
The responsibility of protecting or disclosing sensitive information lies with independent, non-partisan public servants. It is these public servants who review suggested redactions provided by the respective departments. It is their duty to balance the public interest in disclosure against the public interest in non-disclosure, and there is no political interference in this process.
In the end, we are working to preserve hard won trust and respect of our allies and we are ensuring that good people's lives are not put at additional risk by the potential release of information that may be of a sensitive nature.
What if irresponsible actions of the House make us fail in that duty? We need to think about that. Canadian soldiers, civilians, Afghans working for us, some of them in the most perilous situations, and translators. Afghans who translate for us are the most endangered people in the entire country.
We can be sure that al-Qaeda and the Taliban are listening in to what is going on in Canada every day. They are probably listening in today. They may be murderers and terrorists, but they are not stupid and they do know how to conduct operations. They are paying attention.
If we violate the trust of our own men and women in uniform and our allies and the people who count on us, who will ever trust us again? If our Canadian soldiers or the people who trust us die because we have divulged information or because we cannot get information from organizations like the Red Cross or others to protect them, then I hope the folks across the way would stand up and take credit for that.
I know Canadians understand the great sacrifice and commitment of our forces in Afghanistan, the noble work they do to solidify our vision of Canada that holds its own on the international stage and the fact that our armed forces are one of the best and most respected in the world.
We have every reason to be proud of the role our troops are playing in routing the insurgency and planting the seeds of development and good governance, the seeds for a positive Afghan future.
After all they have sacrificed and achieved for Canada, our brave men and women deserve our continued vigilance so they can continue to accomplish the goals that we have set for them.
We are embarking on a very dangerous process today. I spent 31 years in regular force uniform and another 5 years as an honourary colonel. I can tell the House that the men and women of the Canadian Forces do know who their friends are in this Parliament. It is the people on this side of the floor because I speak to them every day. I do not expect—
Madame la Présidente, vous ne serez pas étonnée d'apprendre que je ne peux appuyer la motion dont la Chambre est saisie.
Le gouvernement a de bonnes raisons d'avoir pris les mesures qu'il a prises par rapport aux documents, nommément la protection de la sécurité de nos hommes et femmes en uniforme, de leurs collègues civils, des autres organismes et ministères gouvernementaux ainsi que la protection de nos partenaires et alliés. Malheureusement, il est trop facile d'exiger la production de documents comme si leur divulgation n'avait aucune incidence dans le monde à l'extérieur de notre enceinte.
Les Forces canadiennes, en collaboration avec plus de 60 autres pays et organisations internationales dans le cadre d'une mission mandatée par l'ONU et dirigée par l'OTAN, font partie intégrante de l'équipe canadienne pangouvernementale en Afghanistan et jouent un rôle de leader afin d'obtenir de réels résultats.
Il y a plusieurs années, quand nos soldats ont été déployés en Afghanistan pour la première fois, nous savions que ça n'allait pas être facile. Après tout, c'est un pays qui connaît la guerre et le chaos depuis des décennies. Son gouvernement était incapable d'offrir les services les plus essentiels. Encore aujourd'hui, l'insurrection est impitoyable. Les talibans lancent des attaques et des attentats suicide avec des bombes artisanales et des voitures piégées. Ils profèrent des menaces et pratiquent l'intimidation, ce qui peut avoir un effet dévastateur. Malheureusement, nos progrès en Afghanistan nous coûtent très cher.
Jusqu'à présent, le Canada a perdu 133 militaires dévoués, un diplomate et deux travailleurs humanitaires. Nos compatriotes blessés ou tombés au combat venaient d'endroits comme Mill Cove, Montréal, Fredericton, Conception Bay, Thunder Bay, Victoria, Iqaluit et Edmonton. Ils ont changé le cours des choses dans des endroits comme Panjwai, Daman, Spin Buldak, Ghorak, Khakrez et Kandahar.
Ils laissent derrière eux un message d'espoir et de confiance au peuple afghan, message prononcé haut et fort par les plus de 2 800 hommes et femmes qui participent encore aux opérations. C'est leur courage, leur dévouement et leur altruisme qui font toute la différence. Ces qualités ont établi et renforcé la réputation des Forces canadiennes en tant qu'une des meilleures forces armées au monde.
Nous attendons d'elles qu'elles respectent les normes de conduite professionnelle les plus strictes et elles ne nous déçoivent jamais dans toutes les missions dans lesquelles elles suent sang et eau. En Afghanistan, elles défendent les valeurs fondamentales auxquelles nous croyons tous et que nous défendons tout les jours à la Chambre, comme la liberté, la démocratie et la primauté du droit, valeurs pour lesquelles des générations de Canadiens portant fièrement la feuille d'érable se sont battus et ont donné leur vie.
Au mépris du danger, nos hommes et femmes en uniforme nous ont permis de respecter notre engagement envers la communauté internationale, notre promesse envers les Afghans. Nous offrons à ces derniers la dignité, la sécurité, la justice et un avenir meilleur.
Les Forces canadiennes assurent la protection essentielle à la création de l'environnement sécuritaire qui est nécessaire pour que la gouvernance, le développement humanitaire et la formation des forces militaires et policières deviennent des réalités. À cette fin, nous collaborons avec les Afghans, parce qu'il s'agit de leur pays.
Il est clair depuis le début qu'une force de sécurité nationale afghane bien entraînée et bien équipée est indispensable afin que le gouvernement afghan assume de plus en plus la responsabilité de sa sécurité et de son développement. Grâce aux Forces canadiennes, les forces de sécurité nationales afghanes se développent au niveau de la confiance, du nombre et des capacités.
Nous avons connu de très beaux succès par le truchement de notre équipe de mentorat opérationnel et de liaison. À l'heure actuelle, les hommes et les femmes qui portent l'uniforme et qui font partie de cette équipe encadrent cinq bataillons de l'armée afghane et leur état-major. Nous avons aussi des formateurs et des mentors, qui sont des civils ou des membres de la police militaire, et qui soutiennent la réforme de la police nationale afghane.
Grâce au soutien des Forces canadiennes, l'armée nationale afghane qui, il y a quelques années, était chancelante, est devenue une force crédible. Ses progrès ont été impressionnants. En fait, les forces afghanes mènent maintenant plus des deux tiers des opérations de combat à Kandahar et dans les environs.
Les progrès accomplis permettent aux Afghans d'assumer des pouvoirs. Ils leur permettent d'aller au delà des préoccupations liées à la sécurité, de reconstruire leurs écoles et leurs routes, et de reconquérir le sentiment de fierté qu'ils éprouvent à l'égard de leur pays. Même si les progrès peuvent sembler lents, ils se réalisent et ils influent favorablement sur la vie quotidienne des Afghans.
L'objectif ultime est d'aider à créer un pays mieux gouverné, plus pacifique et plus sûr pour les Afghans. C'est là un objectif que les Forces canadiennes et, en fait, le gouvernement dans son ensemble, aident à concrétiser.
Ceci m'amène à parler de notre responsabilité ici, chez nous.
Premièrement, et contrairement à quelques remarques faites plus tôt par des députés d'en face, le gouvernement n'a pas autorisé de fuites de documents à quelque média que ce soit. Le gouvernement du Canada a l'obligation morale et le devoir d'éviter de créer des risques additionnels pour la vie des membres des Forces canadiennes en Afghanistan, par exemple en divulguant des renseignements qui peuvent être liés à la sécurité opérationnelle. En vertu de la loi, nous sommes tenus de protéger les renseignements sensibles qui ont trait aux relations internationales, à la défense nationale ou à la sécurité nationale, que ces renseignements soient sous forme écrite ou orale.
Madame la Présidente, je suis certain que vous conviendrez qu'il ne s'agit pas ici de faire de la petite politique. Il s'agit de protéger la vie de nos partenaires et de nos alliés. Il s'agit de protéger les relations avec nos partenaires en Afghanistan, qui sont tellement importantes pour mener à bien notre mission.
Ce sont des fonctionnaires indépendants et non partisans qui ont la responsabilité de protéger ou de divulguer des informations sensibles. Ce sont ces fonctionnaires qui examinent les passages que veulent censurer les ministères. C'est à eux de trouver l'équilibre entre divulgation et non divulgation dans l'intérêt du public, et cela se fait sans intervention politique.
Au fond, ce que nous essayons de faire, c'est de préserver la confiance et le respect que nous avons durement gagnés auprès de nos alliés et d'éviter que la vie de gens honorables ne soit menacée par la divulgation d'informations à caractère sensible.
Si la Chambre agit de façon irresponsable, nous risquons de déroger à ce devoir, songeons-y. Nous avons des soldats et des civils canadiens, des Afghans qui travaillent pour nous, certains en prenant des risques énormes, et des traducteurs. Les Afghans qui nous servent d'interprètes sont les gens les plus menacés de tout le pays.
Nous pouvons être certains qu'Al-Qaïda et les talibans écoutent chaque jour ce qui se passe au Canada. Ils sont probablement en train de nous écouter aujourd'hui. Ce sont peut-être des assassins et des terroristes, mais ils ne sont pas idiots et ils savent mener leurs opérations. Ils sont à l'écoute.
Si nous trahissons la confiance de nos hommes et de nos femmes en uniforme, de nos alliés et des gens qui comptent sur nous, qui nous fera confiance à l'avenir? Si nos soldats canadiens ou les gens qui nous font confiance meurent parce que nous avons divulgué des informations ou parce que nous ne pouvons pas obtenir des informations d'organisations telles que la Croix-Rouge pour les protéger, j'espère que les députés d'en face en assumeront la responsabilité.
Je sais que les Canadiens comprennent le sacrifice et l'engagement profond de nos forces en Afghanistan, la noble tâche qu'elles accomplissent pour consolider notre vision d'un Canada qui tient fièrement son rang sur la scène internationale, et le fait que nos forces armées sont parmi les meilleures et les plus respectées au monde.
Nous avons toutes les raisons d'être fiers de ce qu'accomplissent nos troupes en repoussant les insurgés et en plantant les graines du développement et du bon gouvernement, les graines d'un avenir positif pour l'Afghanistan.
Après tout ce qu'ils ont sacrifié et accompli pour le Canada, ces courageux militaires méritent que nous restions vigilants pour qu'ils puissent continuer à atteindre les objectifs que nous leur avons fixés.
Nous nous engageons aujourd'hui sur une pente très savonneuse. J'ai porté pendant 31 ans l'uniforme de la force régulière et j'ai été 5 ans colonel honoraire. Je peux affirmer à la Chambre que les hommes et les femmes des Forces canadiennes savent très bien où sont leurs amis dans ce Parlement. Ce sont les gens de ce côté-ci de la Chambre, je le sais parce que je leur parle tous les jours. Je ne m'attends pas...
View Laurie Hawn Profile
CPC (AB)
View Laurie Hawn Profile
2009-12-10 13:52 [p.7900]
Madam Speaker, all I can do is repeat what people tell me.
We are embarking on a dangerous process here today, one that if we are not careful will endanger the lives of Canadian men and women and the lives of the people who depend on us, who depend on us for their freedom, people like the people of Afghanistan, people like the Afghans who have worked with us with great courage to make their country better.
We cannot afford to let them down by playing politics in this place. I do not frankly expect all that much from the two parties further to my right. I have no doubt they have great affection and care for soldiers as individuals, but they have not shown any regard for the institution of the Canadian Forces.
I do expect better from the Liberal Party of Canada. Liberals and Conservatives over the years throughout history, when it comes to the big ticket items of national unity and doing the right thing on the international stage, have always spoken with the same voice. That is the voice of freedom, it is the voice of courage, it is the voice of doing the right thing for Canadian men and women here and abroad, people like the people of Holland in 1944-45, whom I spent time with this summer, and certainly the people of Afghanistan in that region who count on us.
I urge members to take our responsibility to those people and our people seriously. Do not pass this motion. It is very dangerous. It will harm Canadians and harm our allies.
Madame la Présidente, tout ce que je peux faire, c'est répéter ce qu'on me dit.
Nous nous engageons sur un terrain glissant. Si nous n'y prenons pas garde, nous pourrions mettre en danger la vie de gens qui dépendent de nous, dont la liberté dépend de nous, comme les Afghans, qui travaillent courageusement avec nous pour faire de leur pays un endroit meilleur.
Nous ne pouvons pas nous permettre de les laisser tomber en faisant de la politicaillerie. Honnêtement, je ne m'attends pas à grand-chose de la part des deux partis à ma droite. Je ne doute pas qu'ils aient beaucoup d'affection pour les soldats, mais ils n'ont pas fait preuve d'un grand respect pour l'institution des Forces canadiennes.
Par contre, je m'attends à mieux de la part du Parti libéral du Canada. Tout au long de notre histoire, les libéraux et les conservateurs ont parlé d'une seule et même voix lorsqu'il est question d'unité nationale et d'agir comme il se doit sur la scène mondiale. Cette voix, c'est celle de la liberté, du courage et des bonnes décisions pour les Canadiens, au pays comme à l'étranger, notamment les Néerlandais en 1944-1945, avec qui j'ai passé du temps cet été, et les Afghans, qui comptent sur nous aujourd'hui.
J'exhorte les députés à prendre au sérieux nos responsabilités envers les Canadiens et envers tous ces gens. N'adoptez pas cette motion. Elle est très dangereuse. Elle fera du mal aux Canadiens et à nos alliés.
View Laurie Hawn Profile
CPC (AB)
View Laurie Hawn Profile
2009-12-10 13:55 [p.7901]
Madam Speaker, I never mentioned section 38. What I mentioned was responsibility for doing the right thing for Canadian men and women, the people who count on us to do the right thing for them.
What I was talking about was the responsibility not to divulge information in the House or insist on information being brought to the House which, frankly, would be put at risk by being exposed to as many people and avenues for leakage as it would in the House. We have already seen leakage from committees. We have seen twittering.
It is not in Canada's best interest to have unfettered access to all information in the House. That is simply irresponsible. It is dangerous to the Canadian men and women. It is dangerous to our allies. It is dangerous to Canada's reputation as a strong partner in the world today.
Madame la Présidente, je n'ai jamais mentionné l'article 38. J'ai plutôt évoqué la responsabilité de faire ce qui s'impose pour les Canadiens, pour les gens qui comptent sur nous pour faire ce qui s'impose pour eux.
J'ai parlé de la responsabilité d'éviter de divulguer de l'information à la Chambre ou d'éviter d'insister pour que l'information soit remise à la Chambre. Ainsi révélée à la Chambre, cette information risquerait d'être communiquée à une multitude de personnes et les possibilités de fuites seraient énormes. Il y a déjà eu des cas de fuite aux comités. Il y a déjà eu des fuites sur Twitter.
Assurer à la Chambre l'accès sans entrave à toutes les informations demandées serait contraire aux meilleurs intérêts du Canada. Ce serait simplement irresponsable. Ce serait dangereux pour les militaires canadiens. Ce serait dangereux pour nos alliés. Ce serait dangereux pour la réputation du Canada en tant que partenaire de poids dans le monde d'aujourd'hui.
View Laurie Hawn Profile
CPC (AB)
View Laurie Hawn Profile
2009-12-10 13:57 [p.7901]
Mr. Speaker, of course we believe the Chief of the Defence Staff. He speaks with credibility and integrity. When he gave information to the defence committee on Tuesday, it turned out he made an error in that statement. He corrected that yesterday.
The simple facts are the one case he talked about was the fact that an Afghan detainee was hit by a shoe by the Afghan National Police. The Canadian Forces did the right thing. They rescued him, cleaned up and turned him over to more reliable people to look after him.
Of course we believe the military. The Chief of the Defence Staff, when he corrects information, we believe him. He is operating with the best information possible, just as we are, just as we have always done. Every time we have had proper information, we have acted, have made things better and we will continue to do that.
Monsieur le Président, il va sans dire que nous croyons le chef d'état-major de la Défense. Il s'est exprimé de façon crédible et empreinte d'intégrité. Lorsqu'il a témoigné devant le Comité de la défense mardi, nous avons constaté qu'il y avait une erreur dans les informations qu'il a fournies. Hier, il a apporté des corrections à sa déclaration.
Le chef d'état-major de la Défense a fait mention d'un seul cas, soit celui d'un prisonnier afghan qui a été frappé avec une chaussure par la police nationale afghane. Les Forces canadiennes ont réagi de façon appropriée. Nos soldats sont venus à la rescousse du prisonnier; ils ont clos l'incident et ils ont confié la garde du prisonnier à des gens plus fiables.
Il va sans dire que nous avons confiance dans nos militaires. Quand le chef d'état-major de la Défense rectifie ses dires, nous le croyons. Ce haut gradé prend des décisions à la lumière des renseignements les plus pertinents possibles, ce que nous faisons actuellement et ce que nous avons fait jusqu'ici. Chaque fois que nous avons eu de l'information pertinente, nous avons agi, nous avons amélioré la situation et nous continuerons à le faire.
View Devinder Shory Profile
CPC (AB)
View Devinder Shory Profile
2009-12-10 14:11 [p.7902]
Mr. Speaker, I am proud to stand here to recognize the outstanding achievement of my constituent, Gurpreet Mann of Calgary Northeast.
In October 2009, a new Canadian, Mr. Mann represented Canada in shot put at the world masters games in Australia as one of 260 team Canada members. Inspired by his family and friends, Mr. Mann earned a silver medal for Canada after competing with over 20 athletes.
On behalf of my family, my constituents, and the whole South Asian community, I congratulate Mr. Mann on his remarkable achievement. I also thank team Canada for being a hard-working and humble inspiration to all Canadians as we prepare for the exciting 2010 Vancouver Olympics.
I now invite all members of this House to join me in applauding Gurpreet Mann and team Canada for their hard work and excellent sportsmanship in representing Canada on the international stage.
Monsieur le Président, je suis fier de prendre la parole afin de saluer le triomphe de M. Gurpreet Mann, de Calgary-Nord-Est, que je représente.
M. Gurpreet Mann, un néo-Canadien, a représenté le Canada au lancer du poids lors des Jeux mondiaux des maîtres qui se sont déroulés en octobre dernier, en Australie. Il était l'un des 260 membres de l'équipe canadienne. Fort de l'appui d'amis et de membres de sa famille, M. Mann a remporté pour le Canada la médaille d'argent après avoir compétitionné contre plus de 20 athlètes.
Au nom de ma famille, de mes électeurs et de toute la communauté sud-asiatique, je félicite M. Mann de sa performance exceptionnelle. Je remercie l'équipe canadienne de déployer de grands efforts et d'être une source d'inspiration pour tous les Canadiens à l'approche des palpitants Jeux Olympiques de 2010 à Vancouver.
J'inviterais maintenant tous les députés à applaudir avec moi M. Gurpreet Mann et les autres membres de l'équipe canadienne, qui ont travaillé fort et fait preuve d'un excellent esprit sportif lorsqu'ils ont représenté le Canada sur la scène internationale.
View Stephen Harper Profile
CPC (AB)
Mr. Speaker, it is perfectly clear that the Canadian Forces and the Department of Foreign Affairs took the necessary action four years ago and three years ago.
Two and a half years ago, the Minister of Foreign Affairs negotiated a brand new agreement with the Government of Afghanistan.
Monsieur le Président, il est tout à fait clair que les Forces canadiennes et le ministère des Affaires étrangères ont pris les mesures nécessaires il y a quatre ans et il y a trois ans.
Enfin, il y a deux ans et demi, le ministère des Affaires étrangères a négocié une toute nouvelle entente avec le gouvernement de l'Afghanistan.
View Stephen Harper Profile
CPC (AB)
Nothing, Mr. Speaker.
The Leader of the Opposition has no proof to back up these allegations against the Canadian Forces. He should admit that.
Monsieur le Président, rien.
Le chef de l'opposition n'a pas de preuve confirmant ces allégations contre les Forces canadiennes. Il devrait l'avouer.
View Stephen Harper Profile
CPC (AB)
Once again, Mr. Speaker, the reason the Leader of the Opposition now tries to say he does not point the finger at the Canadian Forces and diplomats is, of course, because they have always respected their obligations. These people have been operating in extremely difficult conditions in Afghanistan. Whenever they have been faced with difficulties, they have taken the appropriate action.
Systems have been changed two, three, four years ago. This issue has long since been dealt with.
Encore une fois, monsieur le Président, la raison pour laquelle le chef de l'opposition tente maintenant de dire qu'il n'accuse pas les Forces canadiennes et les diplomates, c'est évidemment parce qu'ils se sont toujours acquittés de leurs obligations. Ces gens travaillent dans un contexte extrêmement difficile en Afghanistan. Dès qu'ils ont été confrontés à des difficultés, ils ont pris les mesures appropriées.
Les systèmes ont été changés il y a deux, trois et quatre ans. On s'occupe de la question depuis longtemps.
Results: 1 - 15 of 2246 | Page: 1 of 150

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
>
>|
Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data