Committee
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 1 of 1
Don Head
View Don Head Profile
Don Head
2010-10-19 9:02
Thank you, Mr. Chair, and thank you to the committee for allowing me to appear at a later date than you originally requested. My schedule was quite full, but I'm glad to be here today.
Good morning, and thank you, Mr. Chair and committee members, for the opportunity to discuss how the freeze on departmental budget envelopes and government operations will affect the daily operations of the Correctional Service of Canada.
I'd also like to address the impact on CSC operations that can be expected from the legislation connected with the government's criminal justice initiatives, in particular the Truth in Sentencing Act and the Tackling Violent Crime Act.
The freeze on the Correctional Service of Canada's departmental budget envelope and operations applies to operating budgets only, as you know. Operating budgets will be frozen at the current levels, and the freeze will also apply to 2011-12 fiscal year and 2012-13 fiscal year reference levels.
There is no freeze on wages. CSC employees will receive the salary increase for this year resulting from collective agreements and set at 1.5% by the Expenditure Restraint Act. As with other departments, the Correctional Service of Canada will absorb this increase as well as any increases to salaries and wages in 2011-12 and 2012-13 that result from future collective agreements.
Work is well under way at CSC to improve efficiencies within our operations to pay for these increases. For instance, we have introduced new staff deployment standards at our penitentiaries for our correctional officers. We are also now using computerized rostering systems to ensure that we are efficiently staffing our facilities on a 24/7 basis. This is improving our effectiveness by ensuring that our people know when and where they will be working their shift rotations well in advance. It will also help to reduce our overtime expenditures by more efficiently replacing correctional officers who are absent on training or leave.
We've also improved our integrated human resources and business planning methods to more accurately forecast our staffing and recruitment needs going forward. Because our penitentiaries must be properly staffed 24 hours a day, seven days a week, 365 days a year, we make every effort to maintain our staff complement at appropriate levels. This is an important part of minimizing the overtime that would otherwise be incurred to fill vacant posts in our facilities.
Personnel costs represent our largest expenditure. For fiscal year 2010-11, Correctional Service of Canada's main estimates are approximately $2.5 billion, and personnel expenditures, including salaries and benefits, represent approximately 61% of the budget, or $1.5 billion. The rest is dedicated to operating costs, which represent approximately 25%, $625 million, and capital investments at approximately 14%, $329 million.
It's important to note that 90% of CSC's budget is non-discretionary and quasi-statutory. CSC has fixed costs that it must fund on a continuous basis. These include the provision of food to offenders, the utility costs related to the maintenance of our accommodations, clothing for offenders, and uniforms for our staff. The remaining 10% provides us with some opportunity and flexibility to seek out ways for us to meet the freeze on operating costs. I am confident that we will continue to find improvements in our program delivery that will help us to absorb these costs.
The government's criminal justice initiatives will present some opportunities for CSC as well as some challenges. The primary impact of the legislation will be a significant and sustained increase to the federal offender population over time. This will be particularly evident in the short to mid term.
As the members will know, the Truth in Sentencing Act replaces the two for one credit for time in custody before sentencing to a maximum of one day of credit for each day served in provincial detention. Only under exceptional circumstances may a judge provide a 1.5-day credit. Consequently, many offenders who would have previously received a provincial sentence will now serve a federal sentence of two years or more, and those who would have received a federal sentence will now receive a longer federal sentence.
Normally we would have expected an incarcerated population of about 14,856 by the end of the 2014 fiscal year. This figure is a result of our projections for regular growth, which is set at about 1% for male offenders and about 2.8% for women offenders. However, we are expecting an additional 383 offenders by the end of the 2014 fiscal year as a result of Bill C-2, the Tackling Violent Crime Act. And with the implementation of Bill C-25, the Truth in Sentencing Act, our analysis is forecasting an increase of 3,445 more offenders, including 182 women, by 2013.
Mr. Chair, this is a considerable increase over such a short period of time. The additional 3,828 offenders resulting from Bill C-2 and Bill C-25, together with our normal projections, represents a total growth of 4,478 inmates in the 2014 fiscal year and an anticipated total penitentiary population of 18,684 offenders by March 31, 2014. This growth, Mr. Chair, well exceeds our existing capacity today.
We are moving quickly to identify the measures required to address these population increases, and we are taking a multi-faceted approach. Several measures are now being developed, including temporary accommodation measures such as double-bunking. We are also now in the process of tendering for the construction of new accommodation units, program space, and support services within existing Correctional Service Canada institutions.
Regarding the expanded use of shared accommodation, I should note that it will be aligned with greater offender accountability. We expect offenders to be out of their cells engaging in programs and making positive efforts to become law-abiding citizens who can contribute to safe communities for all Canadians when they are released. These temporary measures will be implemented in a way that will minimize any adverse impact on front-line service delivery at our institutions. I assure you that with the proper support, any steps we take around budget implications and capacity issues will not jeopardize public safety or the safety of staff or inmates.
With respect to the new units, we can expedite the design and construction process by using proven and refined designs. Furthermore, we are strategically planning expansions at institutions located where we expect the greatest increases. Beyond expanding our facilities, CSC will be improving our program delivery capacity to meet the needs of an increasingly complex and diverse offender population. This includes programming for offenders who require treatment for mental health disorders and addictions, or those who are trying to break from their affiliations with gangs, particularly among our aboriginal offender population.
I should note that we are expecting the largest increase in our prairie region, where we will need 726 more accommodation spaces. As this region is where a majority of our aboriginal offenders are housed, we are currently reviewing our aboriginal corrections strategy to improve our delivery of education and employment training. This will assist in the safe reintegration of our aboriginal offenders back to their home communities.
Of course, there is a cost to all of this. Our current estimates are approximately $2 billion over five years in order to provide sufficient resources to address the additional double-bunking that will occur and to get the new units up and running. This also includes funds to ensure that we continue to provide offenders under our supervision with access to programs.
The assessment of this legislation's impact on CSC will be a long and complex process. As we continually monitor this impact, we will continuously fine-tune our approach to accommodate population increases and adjust our service delivery. We will also seek to connect this short- and medium-term impact with future requirements associated with the aging and inadequate infrastructure at some of our older institutions.
A long-term accommodation plan that will provide a forecast to the year 2018 is expected to be presented for consideration by this spring. As we move forward, we will be consulting with our partners and the communities in which we are located across Canada to ensure that we proceed in a transparent and collaborative fashion.
Of course, with the short- and long-term accommodation measures I've mentioned above comes a necessary increase in our staff complement. As indicated in the most recent report on plans and priorities, CSC is planning to staff an additional 4,119 positions across Canada over the next three years. This increase will enhance our capacity to carry out our mandate, help in our work with offenders, and improve our public safety results. I am very sensitive to the possible effects of an offender population increase on the work and safety of my staff in our penitentiaries and parole offices, whether they are existing staff or new hires. But I'm also very aware of, and extremely confident in, the commitment and ability of my employees to deliver high-quality correctional services that produce good public safety results for Canadians. I am speaking about our correctional and parole officers, our vocational and program staff, our health care professionals, and our support staff and management teams across the country. These are dedicated people, and the additional staff who will be added over the coming years will significantly help those who are on the ground today working with offenders.
We have been modernizing the way we select and train our correctional officers and other staff, and we work together with our union partners to make sure we are hiring the best-suited people who are committed to making a difference in the lives of others and the safety of their communities.
While it's clear that the criminal justice legislation and the spending freeze will pose some challenges, I am confident that the Correctional Service of Canada will successfully adapt and continue to provide good public safety results for all Canadians.
Mr. Chair, in closing, I wish to thank you for this opportunity to speak to the committee, and I welcome any questions you may have today.
Merci, monsieur le président, et merci également au comité pour m'avoir permis de témoigner à une date ultérieure à celle qu'il m'avait proposée en premier lieu. Mon emploi du temps était passablement chargé, mais je suis heureux d'être présent aujourd'hui.
Bonjour et merci, monsieur le président, et chers membres du comité, de me permettre de vous expliquer comment le gel des enveloppes budgétaires ministérielles et des opérations gouvernementales affectera les activités quotidiennes du Service correctionnel du Canada.
Je vous parlerai également de l'impact que devraient avoir sur les activités du SCC certaines dispositions législatives qui découlent des initiatives du gouvernement dans le domaine de la justice pénale, et je pense ici plus particulièrement à la Loi sur l'adéquation de la peine et du crime de même qu'à la Loi sur la lutte contre les crimes violents.
Le gel de l'enveloppe budgétaire du Service correctionnel du Canada ne s'applique qu'aux budgets de fonctionnement. Les budgets de fonctionnement seront bloqués à leurs niveaux actuels, ce qui s'appliquera également aux niveaux de référence de 2011-2012 et 2012-2013.
Il n'y a pas de gel des salaires. Les employés du SCC recevront cette année les augmentations salariales prévues dans leurs conventions collectives, lesquelles ont été fixées à 1,5 p. 100 par la Loi sur le contrôle des dépenses publiques. Comme d'autres ministères et organismes, le SCC devra absorber ces augmentations de même que toutes celles qui seront apportées aux traitements et aux salaires en 2011-2012 et 2012-2013.
Le travail qui doit être fait pour améliorer l'efficacité de nos activités de manière à pouvoir payer ces augmentations est déjà bien amorcé. Ainsi, nous avons mis en place de nouvelles normes de déploiement du personnel dans nos pénitenciers pour les agents de correction. De plus, nous utilisons maintenant des systèmes d'établissement des horaires informatisés pour nous assurer d'avoir le personnel nécessaire 24 heures par jour, 7 jours par semaine. Ces mesures font que nous sommes plus efficaces, car elles nous permettent de nous assurer que nos employés savent bien avant le début de leur quart de travail quand et où ils travailleront. Elles nous aideront également à réduire les dépenses en heures supplémentaires en nous permettant de remplacer les agents de correction qui sont en formation ou en congé.
Nous avons également amélioré nos processus de planification intégrée des ressources humaines et des activités afin de mieux prévoir nos besoins futurs en matière de dotation et de recrutement. Puisque nos pénitenciers doivent être adéquatement dotés en tout temps, c'est-à-dire jour et nuit et tout au long de l'année, nous faisons tout ce que nous pouvons pour maintenir notre effectif à des niveaux appropriés. Il s'agit d'un élément important du processus visant à réduire autant que possible les heures supplémentaires auxquelles il faudrait autrement recourir pour pourvoir les postes vacants de nos établissements.
Les coûts liés au personnel constituent notre dépense la plus importante. Le budget principal des dépenses du SCC pour l'exercice 2010-2011 s'élève à environ 2,5 milliards de dollars. Les coûts liés au personnel, ce qui inclut les salaires et les avantages sociaux, représentent environ 61 p. 100 du budget principal ou 1,5 milliard de dollars. Le reste du budget est consacré aux dépenses de fonctionnement (environ 25 p. 100 du budget ou 625 millions de dollars) et aux dépenses en capital (environ 14 p. 100 du budget ou 329 millions de dollars).
Il est important de mentionner que 90 p. 100 du budget du SCC est consacré à des dépenses non discrétionnaires et quasiment imposées par la loi. Le SCC a des coûts fixes qu'il doit financer continuellement. Ces coûts incluent notamment la nourriture des délinquants, les services publics liés à l'entretien de nos installations, les vêtements des délinquants et les uniformes du personnel. Les 10 p. 100 restants nous offrent une certaine flexibilité pour faire face au gel des dépenses de fonctionnement. Je suis convaincu que nous continuerons de trouver les moyens d'améliorer la prestation de nos programmes pour nous aider à absorber ces coûts.
Les initiatives du gouvernement en matière de justice pénale sont une occasion pour le SCC d'effectuer des changements positifs, mais elles apportent aussi leur lot de difficultés. La principale répercussion des nouvelles dispositions législatives sera l'augmentation importante et continue de la population de délinquants sous responsabilité fédérale au fil du temps. Cette augmentation sera particulièrement prononcée à court et à moyen terme.
Comme vous le savez, la Loi sur l'adéquation de la peine et du crime remplace le crédit de deux jours accordé pour chaque jour passé sous garde avant le prononcé de la peine par un crédit maximum d'un jour pour chaque jour passé en détention dans un établissement sous responsabilité provinciale. Un juge ne pourra accorder un crédit d'un jour et demi que dans certaines circonstances exceptionnelles. Par conséquent, bon nombre de délinquants qui auraient auparavant été condamnés à une peine de ressort provincial seront maintenant condamnés à une peine de deux ans ou plus et se retrouveront donc sous la responsabilité du gouvernement fédéral. Et ceux qui auraient de toute façon été condamnés à une peine de ressort fédéral se verront imposer des peines encore plus longues.
Nous avions prévu que la population carcérale s'élèverait à 14 856 délinquants à la fin de l'exercice 2014. Ce chiffre a été fixé à partir de nos prévisions de croissance normale, laquelle a été chiffrée à 1 p. 100 par année pour les délinquants et à 2,8 p. 100 par année pour les délinquantes. Nous nous attendons cependant à ce qu'il y ait 383 délinquants de plus dans nos établissements d'ici la fin de l'exercice 2014 en raison de l'adoption du projet de loi C-2, Loi sur la lutte contre les crimes violents. Par ailleurs, l'adoption du projet de loi C-25, Loi sur l'adéquation de la peine et du crime, devrait se traduire par l'arrivée de 3 445 délinquants de plus au sein de la population carcérale, dont 182 devraient être des femmes, d'ici 2013.
Monsieur le président, il s'agit d'une hausse considérable pour un aussi court laps de temps. Si l'on ajoute les 3 828 nouveaux délinquants prévus en raison des projets de loi C-2 et C-25 à nos prévisions relatives à l'augmentation normale de la population carcérale, cela signifie que 4 478 nouveaux délinquants tomberont sous la responsabilité du SCC d'ici 2014, pour une population carcérale totale de 18 684 délinquants d'ici au 31 mars 2014. Cette augmentation, monsieur le président, excède de beaucoup notre capacité actuelle.
Nous agissons rapidement afin de déterminer comment nous pourrons faire face à cette augmentation de la population et nous avons, pour ce faire, adopté une approche à plusieurs volets. Plusieurs mesures sont présentement envisagées, notamment des mesures de logement temporaire comme la double occupation des cellules. Nous sommes également en train de lancer un appel d'offres pour la construction de nouvelles unités de logement ainsi que l'aménagement de locaux qui serviront aux programmes et aux services de soutien dans les établissements existants du Service correctionnel du Canada.
En ce qui concerne le recours accru à la double occupation des cellules, je dois préciser que cette mesure ira dans le sens de la plus grande responsabilisation des délinquants. Nous voulons que les délinquants sortent de leurs cellules afin de participer à des programmes et fassent des efforts pour devenir des citoyens respectueux des lois qui contribuent à bâtir des collectivités plus sûres pour tous les Canadiens lorsqu'ils retournent dans la société. Ces mesures temporaires seront instaurées de manière à réduire au minium les répercussions négatives à l'endroit des services de première ligne que nous offrons dans nos établissements. Je peux vous assurer qu'avec un appui approprié, tout ce que nous entreprendrons en réaction aux difficultés budgétaires et aux problèmes de capacité ne mettra en aucun cas la sécurité du public, du personnel ou des détenus en jeu.
Pour ce qui est des nouvelles unités résidentielles, nous pouvons en accélérer la conception et la construction en ayant recours à des plans déjà éprouvés et améliorés. De plus, notre stratégie consiste à agrandir les établissements où nous prévoyons les augmentations les plus importantes. En plus d'agrandir ses installations, le SCC améliorera sa capacité en matière de prestation de programmes pour répondre aux besoins d'une population carcérale de plus en plus complexe et diversifiée. Cela inclut des programmes pour les délinquants qui ont des problèmes de santé mentale et de toxicomanie ou encore pour ceux qui essaient de quitter un gang, ce qui touche particulièrement les délinquants autochtones.
L'augmentation du nombre de délinquants la plus importante devrait se produire dans la région des Prairies, où nous prévoyons avoir besoin de 726 nouvelles places. Puisque cette région est celle qui accueille la majorité des délinquants autochtones, nous sommes en train d'examiner notre stratégie sur les services correctionnels pour Autochtones afin d'améliorer les programmes d'éducation et la formation professionnelle qui sont offerts à cette population. Nous souhaitons ainsi faciliter la réinsertion en toute sécurité des délinquants autochtones dans leur milieu.
Bien sûr, tout cela a un coût. Pour le moment, nous estimons avoir besoin d'environ 2 milliards de dollars sur cinq ans pour financer le recours accru à la double occupation des cellules, de même que la construction et l'exploitation des nouvelles unités. Ces fonds nous permettront également de continuer à offrir des programmes aux délinquants qui sont sous notre responsabilité.
L'évaluation des répercussions de ces nouvelles dispositions législatives pour le SCC sera un processus long et complexe. Une surveillance continue de ces répercussions nous permettra d'adapter notre approche à l'augmentation réelle de la population et d'ajuster nos services en conséquence. Nous chercherons également à régler les problèmes à court et à moyen terme en tenant compte des besoins futurs associés à l'infrastructure vieillissante et inadéquate de certains de nos établissements.
Un plan de logement à long terme qui comportera des prévisions de la population de délinquants jusqu'en 2018 devrait voir le jour en 2011. Pendant que nous irons de l'avant, nous consulterons nos partenaires et les collectivités dans lesquelles nous sommes présents d'un bout à l'autre du Canada, dans un souci de transparence et de collaboration.
Les mesures de logement à court et à long terme dont je viens de vous parler doivent nécessairement s'accompagner d'une augmentation de notre effectif. Comme il est indiqué dans le dernier rapport sur les plans et priorités, le SCC prévoit doter 4 119 postes additionnels dans l'ensemble du Canada au cours des trois prochaines années. Cette augmentation de l'effectif nous permettra de bien remplir notre mandat, facilitera notre travail avec les délinquants et améliorera nos résultats en ce qui concerne la sécurité du public. Je suis très sensible aux effets que pourrait avoir une augmentation de la population des délinquants sur le travail et la sécurité des employés de nos pénitenciers et de nos bureaux de libération conditionnelle, que ces employés soient anciens ou nouveaux. Mais j'ai également une confiance inébranlable à l'endroit du dévouement et de la capacité de mes employés à fournir des services correctionnels de haute qualité qui apportent des résultats positifs en matière de sécurité publique pour les Canadiens. Je parle ici de nos agents de correction, de nos agents de libération conditionnelle, de nos employés affectés à la formation professionnelle et aux programmes, de nos professionnels de la santé, de notre personnel de soutien ainsi que de nos équipes de gestion, dans l'ensemble du pays. Ces personnes sont dévouées et les nouveaux employés qui seront embauchés au cours des prochaines années apporteront une aide importante à ceux qui sont déjà sur le terrain et qui travaillent auprès des délinquants.
Nous avons revu la manière dont nous choisissons et formons nos agents de correction et d'autres employés et nous avons travaillé avec nos partenaires syndicaux pour nous assurer que nous embauchons les personnes qui sont les plus compétentes et qui veulent faire une différence dans la vie des autres et dans la sécurité de leur collectivité.
Il est clair que les dispositions législatives en matière de justice criminelle et le gel des dépenses nous poseront certains problèmes. Je suis cependant convaincu que le SCC saura s'adapter et qu'il continuera d'offrir aux Canadiens de bons résultats sur le plan de la sécurité publique.
Monsieur le président, pour terminer, j'aimerais vous remercier de m'avoir donné l'occasion aujourd'hui de m'exprimer devant ce comité. Je serai maintenant heureux de répondre à toutes vos questions.
Result: 1 - 1 of 1

Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data