Committee
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 60 of 29081
View Iqra Khalid Profile
Lib. (ON)
Good evening or afternoon, everyone. I call this meeting to order. This is the 10th meeting for the House of Commons Standing Committee on Justice and Human Rights.
For some very quick housekeeping, if members would like to speak, please unmute yourself. If you're not speaking, please make sure that you're on mute. When you are speaking, please speak slowly and clearly so that's there's no lag in interpretation.
We'll get right into it. We have our witnesses, as we consider clause-by-clause for Bill C-7, from the Department of Justice and the Department of Health. Members are obviously welcome to ask questions of them. I will name them very quickly. We have Carole Morency, Joanne Klineberg and Caroline Quesnel. They are from the Department of Justice. From the Department of Health, we have Abby Hoffman, Sharon Harper and Karen Kusch.
Very quickly, before we go into clause-by-clause of Bill C-7, there was a question that the clerk had asked me with respect to Mr. Cooper's motion to allow for briefs past the November 12 deadline. I am seeking clarity from members as to when we should stop receiving briefs. Right now we don't have an end date.
Mr. Cooper, would you like to speak to that?
Bonsoir ou bonjour à tous. Je déclare ouverte la 10e séance du Comité permanent de la justice et des droits de la personne de la Chambre des communes.
Voici d'abord quelques règles de régie interne. Si vous souhaitez prendre la parole, veuillez activer votre micro. Si vous n'avez pas la parole, assurez-vous que votre micro est désactivé. Lorsque vous prenez la parole, veuillez parler lentement et clairement afin qu'il n'y ait pas de retard dans l'interprétation.
Sur ce, mettons-nous au travail. Dans le cadre de notre étude article par article du projet de loi C-7, nous recevons des témoins du ministère de la Justice et du ministère de la Santé. Bien entendu, les députés peuvent leur poser des questions. Je vais vous les présenter très rapidement. Nous recevons Carole Morency, Joanne Klineberg et Caroline Quesnel. Elles représentent le ministère de la Justice. Nous accueillons également Abby Hoffman, Sharon Harper et Karen Kusch, du ministère de la Santé.
Très brièvement, avant de passer à l'étude article par article du projet de loi C-7, la greffière m'a posé une question sur la motion de M. Cooper, qui propose d'autoriser le dépôt de mémoires après la date limite du 12 novembre. Je m'en remets aux députés pour préciser à quel moment nous devrions cesser de recevoir des mémoires. Pour l'instant, nous n'avons pas de date butoir.
Monsieur Cooper, voulez-vous en parler?
Collapse
View Michael Cooper Profile
CPC (AB)
Madam Chair, I think we should continue to accept briefs until these hearings conclude.
Madame la présidente, je pense que nous devrions continuer à accepter les mémoires jusqu'à la fin de ces audiences.
Collapse
View Iqra Khalid Profile
Lib. (ON)
Okay. Thank you. That was the direction I needed.
Are there any members who want to say something?
D'accord. Je vous remercie. C'est ce que j'avais besoin de savoir.
Y a-t-il des députés qui veulent ajouter quelque chose?
Collapse
View Rob Moore Profile
CPC (NB)
View Rob Moore Profile
2020-11-23 18:37
Expand
I have a point of order, Madam Chair.
J'invoque le Règlement, madame la présidente.
Collapse
View Iqra Khalid Profile
Lib. (ON)
Just give us one second, Mr. Moore. We're just dealing with a technical challenge here.
Thank you very much for that.
Just to clarify what Mr. Cooper said, the written briefs for Bill C-7 should be allowed until the end of our consideration of clause-by-clause. Is that correct, Mr. Cooper?
Donnez-nous un instant, monsieur Moore. Nous avons un problème technique.
Je vous remercie beaucoup.
Pour clarifier ce que M. Cooper a dit, les mémoires portant sur le projet de loi C-7 devraient pouvoir être déposés jusqu'à la fin de notre étude article par article. Est-ce exact, monsieur Cooper?
Collapse
View Michael Cooper Profile
CPC (AB)
Actually, I don't see any reason briefs couldn't continue to be submitted even after.
En fait, je ne vois pas pourquoi nous ne pourrions pas continuer de les recevoir même après.
Collapse
View Iqra Khalid Profile
Lib. (ON)
Okay. Does anybody have any—
D'accord. Est-ce que quelqu'un a...
Collapse
View Michael Cooper Profile
CPC (AB)
I don't know that I have a specific date, other than to say that we should continue to allow briefs to be submitted to the committee for our benefit. Even after clause-by-clause, if it's going back to the House, I don't know that there would be any prejudice in.... Why would there be any issue with briefs continuing to be submitted for members to reference?
Je ne sais pas si j'ai une date précise à proposer, mais je me contenterai de dire que nous devrions continuer d'accepter les mémoires dans l'intérêt du Comité. Même après l'étude article par article, si le projet de loi est renvoyé à la Chambre, je doute que cela porte préjudice... Pourquoi y aurait-il un problème si les membres du Comité continuaient de recevoir des mémoires à titre informatif?
Collapse
View Iqra Khalid Profile
Lib. (ON)
Specifically, the briefs we're talking about are in reference to Bill C-7.
Les mémoires dont nous parlons se rapportent uniquement au projet de loi C-7.
Collapse
View Michael Cooper Profile
CPC (AB)
Right.
C'est cela.
Collapse
View Iqra Khalid Profile
Lib. (ON)
Once a brief is submitted to the clerk, there's a whole process of translation that also has to happen.
Une fois qu'un mémoire est envoyé aux greffiers, le document doit ensuite passer par tout un processus de traduction.
Collapse
View Michael Cooper Profile
CPC (AB)
Yes, I understand that, but I guess at this point I'm just suggesting we allow maximum flexibility.
Oui, je comprends cela, mais je suppose qu'à ce stade-ci, je propose simplement que nous permettions un maximum de souplesse.
Collapse
View Iqra Khalid Profile
Lib. (ON)
Right, and that's exactly why everybody voted in support of your motion at the last meeting. The question from the clerk was whether there was going to be an end date to the briefs that were submitted on Bill C-7.
Mr. Moore, is that on this question?
Oui, et c'est exactement pour cette raison que, lors de la dernière séance, tout le monde a voté en faveur de votre motion. La question de la greffière était de savoir s'il y aurait une date butoir pour le dépôt des mémoires portant sur le projet de loi C-7.
Monsieur Moore, est-ce que cela concerne cette question?
Collapse
View Rob Moore Profile
CPC (NB)
View Rob Moore Profile
2020-11-23 18:38
Expand
No, Madam Chair, it's on another matter.
Non, madame la présidente, c'est sur un autre sujet.
Collapse
View Iqra Khalid Profile
Lib. (ON)
Okay.
Then we'll go to Mr. Virani, if that's okay.
D'accord.
Nous allons ensuite passer à M. Virani, si cela vous convient.
Collapse
View Arif Virani Profile
Lib. (ON)
View Arif Virani Profile
2020-11-23 18:39
Expand
Madam Chair, I would submit that we should receive the briefs until we have concluded the clause-by-clause review of the bill. Presumably, the purpose of submitting briefs to the committee is so that the committee members can use them to inform the positions they take on the various amendments. After that time, this is reported back to the House and obviously stakeholders can submit whatever information they want to all 338 members of Parliament. They can also avail themselves of the study that will take place in the Senate on the bill.
Sending them to the committee after the bill has left the committee and been reported back to the House, to my mind, would not be useful.
Madame la présidente, je pense que nous devrions accepter les mémoires jusqu'à ce que nous ayons terminé l'étude article par article du projet de loi. Selon toute vraisemblance, si des mémoires sont remis au Comité, c'est pour permettre aux membres du Comité de s'en servir pour éclairer leurs positions au sujet des divers amendements. Après l'étude article par article, un rapport est présenté à la Chambre et, évidemment, les intervenants peuvent transmettre tous les renseignements voulus aux 338 députés. Ils peuvent faire de même lorsque le projet de loi sera à l'étude au Sénat.
À mon avis, il ne serait pas utile d'envoyer des mémoires au Comité une fois que nous aurons terminé notre travail et que le projet de loi aura fait l'objet d'un rapport à la Chambre.
Collapse
View Iqra Khalid Profile
Lib. (ON)
Thanks, Mr. Virani.
Mr. Maloney, is this on the same issue?
Merci, monsieur Virani.
Monsieur Maloney, est-ce sur la même question?
Collapse
View James Maloney Profile
Lib. (ON)
Yes, it is, Madam Chair.
Very simply, Mr. Virani said what I was thinking. I agree with Mr Cooper's intention. I agree that there is no prejudice. The flip side is of course that we don't want to be disrespectful to anybody who is submitting a brief. If it's submitted after the clause-by-clause examination is concluded and there is an expectation that the committee is still in a position to review it, I don't want them to be misled. That's all. I think, therefore, we need to be conscientious regarding their intent.
Thank you.
Oui, madame la présidente.
En somme, M. Virani a dit ce que je pensais. J'approuve l'intention de M. Cooper. Je suis d'accord pour dire que cela ne porte pas préjudice. Le hic, bien sûr, c'est que nous ne voulons pas manquer de respect à quiconque dépose un mémoire. Si le document est reçu après l'étude article par article et que l'auteur s'attend à ce que le Comité soit toujours en mesure de l'examiner, je ne veux pas qu'il soit induit en erreur. C'est tout. Je pense donc que nous devons être consciencieux quant à l'intention de ceux qui déposent des mémoires.
Merci.
Collapse
View Michael Cooper Profile
CPC (AB)
I think that's reasonable. I will leave it at that.
Je crois que c'est raisonnable. J'en resterai là.
Collapse
View Iqra Khalid Profile
Lib. (ON)
Thank you.
Is it the will of the committee, then, to stop receiving written submissions once we have completed clause-by-clause?
Let me see a thumbs-up from everybody, if that's the case.
Perfect. Thank you very much, everyone.
Mr. Moore, I believe you had a point of order.
Merci.
Par conséquent, le Comité souhaite-t-il recevoir des observations écrites jusqu'à la fin de l'étude article par article?
Levez le pouce si vous êtes d'accord.
C'est parfait. Merci beaucoup à tous.
Monsieur Moore, je crois que vous vouliez invoquer le Règlement.
Collapse
View Rob Moore Profile
CPC (NB)
View Rob Moore Profile
2020-11-23 18:40
Expand
Yes. Our staff are to be able to phone in. Apparently there is a phone line they use to follow the proceedings, and we're each able to have one staff person on it. I am told by a couple of them that they are unable to connect right now.
Could someone look into the technical issue they are having in trying to follow in real time with us? I know there are two or three from the Conservative party. I don't know whether the other parties are experiencing the same thing.
Could we get that addressed so that we can have them fully engage with what's happening?
Oui. Les membres de notre personnel sont censés pouvoir assister à la séance par téléphone. Apparemment, ils utilisent une ligne téléphonique pour suivre les délibérations, et chaque député peut avoir un membre de son personnel sur cette ligne. Toutefois, quelques-uns d'entre eux m'ont dit qu'ils ne pouvaient pas se connecter en ce moment.
Quelqu'un pourrait-il vérifier le problème technique que ces employés rencontrent lorsqu'ils essaient de suivre notre séance en temps réel? Je sais que c'est le cas pour deux ou trois membres du personnel du Parti conservateur. J'ignore si les autres partis éprouvent le même problème.
Pourrions-nous régler ce problème afin qu'ils puissent participer pleinement à ce qui se passe?
Collapse
View Iqra Khalid Profile
Lib. (ON)
Thank you, Mr. Moore.
Are there other members whose staff are experiencing the same problems?
Merci, monsieur Moore.
Y a-t-il d'autres députés dont le personnel se trouve dans la même situation?
Collapse
View Kerry-Lynne Findlay Profile
CPC (BC)
My staff member also says the line is dead, Madam Chair.
Un membre de mon personnel affirme, lui aussi, que la ligne ne fonctionne pas, madame la présidente.
Collapse
View Iqra Khalid Profile
Lib. (ON)
IT is looking into it right now.
The phone lines have been activated. If you want to have them try again—
Les techniciens se penchent là-dessus en ce moment.
Les lignes téléphoniques ont été activées. Si vous voulez demander aux membres de votre personnel de réessayer...
Collapse
View Rob Moore Profile
CPC (NB)
View Rob Moore Profile
2020-11-23 18:42
Expand
Yes, it's working now.
Oui, ça fonctionne maintenant.
Collapse
View Iqra Khalid Profile
Lib. (ON)
Thank you for raising that, Mr. Moore.
(On clause 1)
The Chair: Now that everybody has been sorted out, we left off at the last meeting in a bit of confusion around the language of amendment NDP-2. My understanding is that at around five o'clock today, revised language was submitted. Would members be comfortable if we subbed in this language to replace what was discussed under amendment NDP-2 at the last meeting?
Merci d'avoir soulevé cette question, monsieur Moore.
(Article 1)
La présidente: Maintenant que nous avons réglé les problèmes, je vous rappelle que, vers la fin de la dernière réunion, il y avait un peu de confusion à propos du libellé de l'amendement NDP-2. Je crois comprendre que, vers 17 heures aujourd'hui, on a présenté un libellé révisé. Les députés seraient-ils à l'aise si nous utilisions ce libellé pour remplacer le texte de l'amendement NDP-2 dont nous avions discuté à la dernière séance?
Collapse
View Chris Lewis Profile
CPC (ON)
View Chris Lewis Profile
2020-11-23 18:43
Expand
I'm just curious. Notwithstanding the fact that it is amendment NDP-2, and I respect that, I'm curious because it now becomes a Liberal amendment. Is it still an NDP amendment to Bill C-7, a Liberal-NDP amendment or a Liberal amendment?
Je suis simplement curieux de savoir une chose. Bien qu'il s'agisse de l'amendement NDP-2, et je respecte cela, nous nous retrouvons maintenant avec un amendement libéral. S'agit-il toujours d'un amendement néo-démocrate au projet de loi C-7, d'un amendement libéral-néo-démocrate ou d'un amendement libéral?
Collapse
View Iqra Khalid Profile
Lib. (ON)
My understanding is that because the original amendment was moved by Mr. Garrison and what happened at the last meeting was that there were some friendly amendments that Mr. Virani attempted to provide, and then some confusion caused with respect to the language of the friendly amendments, this is what the friendly amendments now look like.
I'm suggesting to committee members that we just use this language to continue the debate on amendment NDP-2. I believe all members have it in front of them.
À ma connaissance, puisque l'amendement initial a été proposé par M. Garrison et que, lors de la dernière séance, M. Virani a tenté de proposer des amendements favorables, il y a eu une certaine confusion quant au libellé des amendements favorables. Nous avons donc ici le nouveau libellé.
Je propose aux membres du Comité que nous utilisions tout simplement ce libellé pour poursuivre le débat sur l'amendement NDP-2. Je crois que tous les députés ont le libellé sous les yeux.
Collapse
View Chris Lewis Profile
CPC (ON)
View Chris Lewis Profile
2020-11-23 18:44
Expand
Thank you, Madam Chair.
Just for clarification, this stays as amendment NDP-2. It is an NDP amendment. Is that correct?
Merci, madame la présidente.
À titre de précision, cela reste l'amendement NDP-2. Il s'agit donc d'un amendement du NPD. Est-ce bien cela?
Collapse
View Iqra Khalid Profile
Lib. (ON)
Yes, that is my understanding.
Oui, c'est ce que je crois comprendre.
Collapse
View Chris Lewis Profile
CPC (ON)
View Chris Lewis Profile
2020-11-23 18:44
Expand
Thank you, Madam Chair.
Merci, madame la présidente.
Collapse
View Iqra Khalid Profile
Lib. (ON)
Go ahead, Madam Findlay.
Allez-y, madame Findlay.
Collapse
View Kerry-Lynne Findlay Profile
CPC (BC)
Thank you, Madam Chair.
This is a similar point to my friend's. It's really a point of clarification. On the agenda that was circulated for tonight's meeting, it says “clause-by-clause consideration”, and the first one says “LIB-1”.
I am rather confused because it was an NDP motion and a friendly amendment. The mover accepted the amendment, so I think it remains NDP-2, an NDP-led amendment. It doesn't suddenly, miraculously, become a Liberal amendment, but I may be wrong. I stand to be corrected, but are we not now debating NDP-2 as amended through a friendly amendment, or is there some different LIB-1?
Merci, madame la présidente.
J'aimerais soulever un point semblable à celui de mon collègue. À vrai dire, j'aimerais obtenir un éclaircissement. Sur l'ordre du jour qui a été distribué pour la séance de ce soir, il est écrit « étude article par article », et le premier point s'intitule « LIB-1 ».
Je suis quelque peu déroutée, car il s'agissait d'une motion du NPD et d'un amendement favorable. L'auteur a accepté l'amendement; je pense donc que cela reste l'amendement NDP-2, c'est-à-dire un amendement proposé par le NPD. Cela ne peut pas devenir soudainement, comme par miracle, un amendement libéral, mais je peux me tromper. Corrigez-moi si j'ai tort, mais ne sommes-nous pas en train de débattre de l'amendement NDP-2, tel que modifié par un amendement favorable, ou y a-t-il un autre amendement LIB-1?
Collapse
View Iqra Khalid Profile
Lib. (ON)
That's exactly what we're doing. We're debating NDP-2 with the friendly amendment, but I will pass it to our legislative clerk for clarification.
C'est exactement ce que nous faisons. Nous débattons de l'amendement NDP-2, en tenant compte de l'amendement favorable, mais je vais demander à notre greffier législatif d'apporter des précisions.
Collapse
Philippe Méla
View Philippe Méla Profile
Philippe Méla
2020-11-23 18:45
Expand
Thank you, Madam Chair.
Yes, you would be correct. The problem is that there is no such thing as a friendly amendment. Either there's an amendment or there is something else, but the concept of a friendly amendment is non-existent, so to speak. That's the reason you have LIB-1 in the agenda, but once we go to the minutes of the proceedings, it will appear as NDP-2 since this is the will of the committee. This is how it's going to appear in the minutes of the committee.
Merci, madame la présidente.
Oui, vous avez raison. Le problème, c'est qu'il n'existe pas d'amendement favorable. Soit il y a un amendement, soit il y a autre chose, mais la notion d'amendement favorable est pour ainsi dire inexistante. C'est la raison pour laquelle vous voyez la mention de LIB-1 à l'ordre du jour, mais le procès-verbal indiquera NDP-2 puisque telle est la volonté du Comité. C'est ainsi que cet amendement sera nommé dans le procès-verbal du Comité.
Collapse
View Iqra Khalid Profile
Lib. (ON)
Thank you for that.
Je vous remercie.
Collapse
View Kerry-Lynne Findlay Profile
CPC (BC)
It's clear as mud, as with most procedural rules. Thank you very much.
C'est clair comme de l'eau trouble, à l'instar de la plupart des règles de procédure. Merci beaucoup.
Collapse
View Iqra Khalid Profile
Lib. (ON)
Thank you, Madam Findlay.
I have Mr. Moore next on my list.
Merci, madame Findlay.
M. Moore est le prochain sur ma liste.
Collapse
View Rob Moore Profile
CPC (NB)
View Rob Moore Profile
2020-11-23 18:46
Expand
Thank you, Madam Chair. Through you, could Mr. Garrison offer any comment on how this amendment changes his amendment?
It's to get your thoughts on the change that's been made and how it improves it or changes what you originally had and what we originally debated.
Merci, madame la présidente. Par votre intermédiaire, M. Garrison pourrait-il nous expliquer comment cet amendement modifie le sien?
C'est pour connaître votre avis sur le changement qui a été apporté et sur la façon dont il améliore ou modifie ce que vous avez proposé à l'origine et ce dont nous avons débattu initialement.
Collapse
View Randall Garrison Profile
NDP (BC)
Thank you very much, Madam Chair.
The wording is, I believe, clearer than what I originally submitted, in the sense that it is more specific about who must consult whom, and who must inform whom of the consultation.
Really, the original intention of my amendment came at the request of the MAID assessors and providers, who felt that the new provision for track two was somewhat unclear about the process of consulting those with extra expertise.
The new wording achieves exactly the same goal, and on reflection, I think it does so in a way that is going to be easier for those who work with the act to do so.
Merci beaucoup, madame la présidente.
Le libellé est, je crois, plus clair que celui que j'ai présenté initialement, en ce sens qu'il précise qui doit consulter qui, et qui doit informer qui de la consultation.
À vrai dire, l'intention initiale de mon amendement répondait à la demande des évaluateurs et des fournisseurs de l'aide médicale à mourir, qui ont estimé que la nouvelle disposition pour le deuxième volet n'était pas très claire quant au processus de consultation des personnes ayant une expertise supplémentaire.
Le nouveau libellé atteint exactement le même objectif et, à bien y penser, je crois qu'elle facilitera la tâche pour ceux qui travaillent avec la loi.
Collapse
View Iqra Khalid Profile
Lib. (ON)
Thank you, Mr. Garrison.
Mr. Virani.
Merci, monsieur Garrison.
Monsieur Virani, vous avez la parole.
Collapse
View Arif Virani Profile
Lib. (ON)
View Arif Virani Profile
2020-11-23 18:47
Expand
I'm tempted to just say “ditto”, Madam Chair. It's basically just a clarification, observing the spirit of what Mr. Garrison was seeking, where expertise could be availed of when the expert is not physically on the ground in a given location and ensuring that whoever does the consultation with that expert shares the results of that consultation with the other assessor.
Je suis tenté de dire simplement « idem », madame la présidente. Au fond, il s'agit d'une clarification qui tient compte de l'intention de M. Garrison, à savoir la possibilité de recourir à une expertise si l'expert ne se trouve pas physiquement dans un endroit donné, tout en s'assurant que la personne qui consulte cet expert fait part des résultats de cette consultation à l'autre évaluateur.
Collapse
View Iqra Khalid Profile
Lib. (ON)
Thank you for that, Mr. Virani. I don't have any more hands raised for further debate on NDP-2, so I will call the question for voting.
Madam Clerk, if we can record the vote, please, the question is “Should NDP-2 carry?”
Je vous remercie, monsieur Virani. Comme il n'y a pas d'autres mains levées pour débattre de l'amendement NDP-2, je vais passer à la mise aux voix.
Madame la greffière, ce sera un vote par appel nominal. La question est la suivante: « L'amendement NDP-2 est-il adopté? »
Collapse
View Arif Virani Profile
Lib. (ON)
View Arif Virani Profile
2020-11-23 18:48
Expand
Madam Chair, so that we're crystal clear, is it NDP-2, as amended by the language that was suggested?
Madame la présidente, pour que les choses soient bien claires, s'agit-il de l'amendement NDP-2, tel que modifié par le libellé qui a été proposé?
Collapse
View Iqra Khalid Profile
Lib. (ON)
Absolutely, this is NDP-2, as amended by the language that was sent via email to all members at 5:02 p.m. earlier today by our legislative clerk.
Absolument, il s'agit de l'amendement NDP-2, tel que modifié par le libellé qui a été envoyé par courriel à tous les membres du Comité plus tôt aujourd'hui, à 17 h 2, par notre greffier législatif.
Collapse
View Arif Virani Profile
Lib. (ON)
View Arif Virani Profile
2020-11-23 18:48
Expand
Thank you.
(Amendment agreed to: yeas 7; nays 4 [See Minutes of Proceedings])
Merci.
(L'amendement est adopté par 7 voix contre 4. [Voir le Procès-verbal])
Collapse
View Iqra Khalid Profile
Lib. (ON)
Thank you, Madam Clerk.
Now we're moving to PV-2.
Mr. Manly, you can briefly speak to it if you'd like, please.
Merci, madame la greffière.
Nous passons maintenant à l'amendement PV-2.
Monsieur Manly, vous pouvez en parler brièvement, si vous le souhaitez.
Collapse
View Paul Manly Profile
GP (BC)
View Paul Manly Profile
2020-11-23 18:51
Expand
Thank you, Madam Chair.
This amendment was adapted from a request made by Inclusion Canada, and it was supported and sent to me by Graham Morry, the executive director of the Nanaimo Association for Community Living.
I also met with Inclusion BC and several local self-advocates who support this amendment. This amendment is a minor change to the safeguards for natural death not foreseeable. It calls to ensure that the person has been informed of the means available to relieve their suffering, including, where appropriate, counselling services, mental health and disability support services, community services and palliative care and have had consultations with the relevant professionals who provide those services or that care.
I have years of experience working with the diverse abilities community, through skills training and employment programs, with youth with barriers to employment and people with disabilities. As part of that work I connected people with all of the services that are listed above, except palliative care. I was able to make those connections and arrange appointments within a matter of weeks. Given that there is a 90-day period under the safeguard provisions for natural death not foreseeable, I believe there's plenty of time for people to seek out and receive these consultations and that this is not a barrier to people accessing MAID.
If the consultations listed specialists, then I could see how this would be a barrier because, unfortunately, it takes much longer to see a specialist in this country.
I think this is a very reasonable amendment that will give the disability community more confidence in the MAID process. It's important that this community is heard and feels heard and respected. I personally believe that there are adequate safeguards built into this legislation, but I would like the bill to be clearer for people with disabilities and the disability community, so that their concerns are heard.
Thank you.
Merci, madame la présidente.
Cet amendement a été adapté à partir d'une demande faite par Inclusion Canada, et il m'a été envoyé par Graham Morry, le directeur général de la Nanaimo Association for Community Living, qui l'a appuyé.
J'ai également rencontré des représentants d'Inclusion BC et plusieurs militants locaux qui sont en faveur de cet amendement. Il s'agit d'un changement mineur aux mesures de sauvegarde en cas de mort naturelle non prévisible. L'amendement demande que l'on s'assure que la personne a été informée des moyens disponibles pour soulager ses souffrances, notamment, lorsque cela est indiqué, les services de consultation psychologique, les services de soutien en santé mentale, les services de soutien aux personnes handicapées, les services communautaires et les soins palliatifs et qu’il lui a été offert de consulter les professionnels compétents qui fournissent de tels services ou soins.
J'ai travaillé pendant plusieurs années avec des personnes ayant diverses capacités dans le cadre de programmes d'emploi et de formation professionnelle, notamment avec des jeunes aux prises avec des obstacles à l'emploi et des personnes handicapées. Dans le cadre de ce travail, j'ai aiguillé les gens vers tous les services que je viens d'énumérer, à l'exception des soins palliatifs. J'ai pu établir ces liens et fixer des rendez-vous en quelques semaines. Étant donné que les dispositions de sauvegarde prévoient une période de 90 jours pour la mort naturelle non prévisible, je pense que les gens ont amplement le temps de chercher et d'obtenir ces consultations et que cela ne constitue pas un obstacle qui empêche les gens d'avoir accès à l'aide médicale à mourir.
Si les consultations devaient se faire auprès de spécialistes, je pourrais alors voir en quoi cela constituerait un obstacle, car, malheureusement, il faut beaucoup plus de temps pour consulter un spécialiste au pays.
Je pense qu'il s'agit d'un amendement très raisonnable qui donnera aux personnes handicapées une plus grande confiance à l'égard du processus d'aide médicale à mourir. Il est important que ces personnes soient entendues et qu'elles se sentent écoutées et respectées. Je crois personnellement que cette mesure législative comporte des mesures de sauvegarde adéquates, mais je voudrais que le projet de loi soit plus clair pour les personnes handicapées et leur communauté afin que leurs préoccupations soient entendues.
Je vous remercie.
Collapse
View Iqra Khalid Profile
Lib. (ON)
Thank you, Mr. Manly.
Mr. Kelloway, I have you next on my list.
Merci, monsieur Manly.
Monsieur Kelloway, vous êtes le prochain sur ma liste.
Collapse
View Mike Kelloway Profile
Lib. (NS)
View Mike Kelloway Profile
2020-11-23 18:53
Expand
Thank you, Madam Chair.
I want to take this opportunity to welcome MP Manly to the committee. I appreciate his voice, his viewpoints and his terms of reference, as just stated.
I respectfully oppose this amendment. The bill, as currently written, ensures that individuals are offered consultations with relevant professionals for appropriate services, while at the same time respecting the autonomy of patients to decide whether or not to pursue advice, information or services that may be suggested or offered to them. In addition, Madam Chair, the bill requires that they be informed of the means available to relieve their suffering, that they give serious consideration to those means and that they be offered consultations with professionals who provide that care.
The proposed amendment would force competent persons whose death is not reasonably foreseeable to undertake every consultation proposed to them in order to be eligible for MAID. For those reasons, I respectfully oppose the amendment.
Thank you.
Merci, madame la présidente.
Je profite de l'occasion pour souhaiter la bienvenue à M. Manly au sein du Comité. J'apprécie son message, ses points de vue et son mandat, comme on vient de l'entendre.
Je m'oppose respectueusement à cet amendement. Le projet de loi, dans sa forme actuelle, veille à ce que les personnes aient l'occasion de consulter des professionnels compétents pour des services appropriés, tout en respectant l'autonomie des patients quant à la décision d'accepter ou de refuser de suivre des conseils, de tenir compte des renseignements ou d'obtenir les services qui pourraient leur être proposés ou offerts. En outre, madame la présidente, le projet de loi exige que les personnes soient informées des moyens disponibles pour soulager leurs souffrances, qu'elles les examinent sérieusement et qu'elles aient l'occasion de consulter des professionnels qui fournissent ces soins.
L'amendement proposé obligerait les personnes aptes, dont le décès n'est pas raisonnablement prévisible, à entreprendre toutes les consultations qui leur sont proposées afin d'être admissibles à l'aide médicale à mourir. Pour ces raisons, je m'oppose respectueusement à l'amendement.
Je vous remercie.
Collapse
View Iqra Khalid Profile
Lib. (ON)
Thank you, Mr. Kelloway.
Mr. Virani, I have you next.
Merci, monsieur Kelloway.
Monsieur Virani, vous êtes le prochain intervenant.
Collapse
View Arif Virani Profile
Lib. (ON)
View Arif Virani Profile
2020-11-23 18:54
Expand
I'm sorry, Madam Chair. I believe that was from the previous round. I tried to lower my hand. I apologize.
Je suis désolé, madame la présidente. Je crois que c'était pour le tour précédent. J'ai essayé d'enlever la main levée. Je vous présente mes excuses.
Collapse
View Iqra Khalid Profile
Lib. (ON)
Madam Findlay.
Madame Findlay, à vous la parole.
Collapse
View Kerry-Lynne Findlay Profile
CPC (BC)
I'm hearing what our colleague MP Manly has to say. We've certainly heard a lot of testimony in this committee from persons with disabilities or advocacy groups for those persons in Canada. They have a lot of concerns about the expansion of this legislation as proposed by the Liberals.
So far, every amendment we've tried to propose to either further protect persons with disabilities or give them some comfort level has been defeated, by the Liberal and NDP votes specifically.
It seems to me that this is a very reasonable addition. It's a clarifying addition. It's an amendment that I feel I could support. In light of Mr. Manly's comments about the timeliness that he has experienced in being able to connect people with further and other support services and consultations, this isn't a high onus. It doesn't change the effect of this legislation and what the Liberal government is proposing here, but it does give a comfort level. It is the reality on the ground.
In question period today Minister Lametti once again, in response to a question, said something to the effect that by the time people make this decision, there is no doubt in their minds, that they've gone through whatever it is they need to go through to process all of this and it's a done deal. However, we've heard testimony about transient suicidal ideation. We've heard testimony—actually, there are reports, which I've referenced before—about people in fact changing their minds.
Everyone is different. If we really believe in individual autonomy, then it seems to me we should make it very clear that people would have the opportunity and would be encouraged, to the extent it makes sense in their particular case, to consult with others and get all the support services they need.
The individuals are the ones driving this agenda. They would know whether they want to seek this. They would know whether they feel they would get comfort out of it. They may have already made up their minds but just have a little doubt and want to talk it out with someone else. There are so many different scenarios that could be played out.
It seems to me that there is a thoughtful suggestion in this amendment. When I hear that a group such as Inclusion Canada are good with this wording and perhaps even supported Mr. Manly in bringing the wording forward, that is very persuasive to me, given the testimony we've heard.
I don't frankly think it's a great idea for legislators to put forward legislation that virtually ignores a very important segment of Canadian society, which is persons with disabilities. They have made it very clear that they're reaching out to us and saying, please don't make us different from everyone else, but make amendments here and improve this legislation in a way that makes us at least more comfortable, so that we don't feel that we're being isolated or segmented out.
I don't see why we cannot answer that call, frankly.
With those comments, I'm supportive of this amendment. Thank you.
Je comprends les propos de notre collègue, M. Manly. Nous avons certainement entendu beaucoup de témoignages au Comité de la part de personnes handicapées ou de groupes de défense canadiens en la matière. Ils ont beaucoup d'inquiétudes quant à l'élargissement de la portée de la loi, comme le proposent les libéraux.
Jusqu'ici, tous les amendements que nous avons essayé de proposer pour protéger davantage les personnes handicapées ou pour les rassurer un peu ont été rejetés, notamment par les libéraux et les néo-démocrates.
C'est, me semble-t-il, un ajout très raisonnable qui clarifie les choses. Je pense pouvoir appuyer cet amendement. À la lumière des observations faites par M. Manly sur la rapidité avec laquelle il pouvait aiguiller les gens vers d'autres services de soutien et d'autres consultations, force est de constater que ce n'est pas un fardeau trop lourd. Cet amendement ne change pas l'effet du projet de loi et de ce que le gouvernement libéral propose ici, mais il donne une certaine tranquillité d'esprit. C'est la réalité sur le terrain.
Durant la période des questions aujourd'hui, le ministre Lametti a déclaré encore une fois, en réponse à une question, que lorsque les gens en viennent à prendre une telle décision, il n'y a aucun doute dans leur esprit parce qu'ils ont fait tout ce qui s'imposait pour assimiler l'information, si bien que l'affaire est close. Toutefois, nous avons entendu des témoignages sur les idées suicidaires passagères. D'après certains témoignages — en fait, il y a des rapports auxquels j'ai déjà fait référence —, des gens auraient effectivement changé d'avis.
Tout le monde est différent. Si nous croyons vraiment à l'autonomie individuelle, il me semble que nous devrions dire très clairement que les gens auraient la possibilité de consulter d'autres spécialistes et d'obtenir tous les services de soutien dont ils ont besoin et qu'ils seraient encouragés à le faire, en fonction de leur cas particulier.
Ce sont les individus qui déclenchent ce processus. Ils sauraient s'ils veulent le faire. Ils sauraient s'ils ont le sentiment que cela les rassurerait. Ils ont peut-être déjà pris leur décision, mais ils ont seulement un petit doute et ils veulent en parler avec quelqu'un d'autre. Il y a tellement de scénarios possibles.
Il me semble que cet amendement comporte une proposition judicieuse. Lorsque j'entends dire qu'un groupe comme Inclusion Canada est en faveur de ce libellé et qu'il a peut-être même donné son appui à M. Manly à cet égard, cela me paraît très convaincant, compte tenu des témoignages que nous avons entendus.
En toute franchise, je ne pense pas que ce soit une bonne idée pour les législateurs de proposer une mesure législative qui passe pratiquement sous silence un segment très important de la société canadienne, à savoir les personnes handicapées. Ces gens nous ont clairement fait savoir qu'ils nous tendaient la main et qu'ils nous demandaient de ne pas les traiter différemment, mais d'apporter des amendements et d'améliorer le projet de loi pour qu'ils se sentent au moins rassurés et pour qu'ils n'aient pas l'impression d'être isolés ou écartés.
Je ne vois pas pourquoi nous ne pourrions pas répondre à cet appel, bien franchement.
Compte tenu de ce qui précède, j'appuie cet amendement. Merci.
Collapse
View Iqra Khalid Profile
Lib. (ON)
Thank you, Madam Findlay.
I have Mr. Moore and then Mr. Cooper.
Go ahead, Mr. Moore.
Merci, madame Findlay.
Je cède la parole à M. Moore, puis à M. Cooper.
Nous vous écoutons, monsieur Moore.
Collapse
View Rob Moore Profile
CPC (NB)
View Rob Moore Profile
2020-11-23 18:59
Expand
Thank you, Madam Chair.
First of all, I think this is a very thoughtful amendment by Mr. Manly. We heard the testimony from witnesses, vulnerable witnesses, Canadians living with disabilities. This response to some of the concerns raised by some of our witnesses....
In this discussion, I often hear medical professionals or doctors cited, but often we're talking about MAID assessors or MAID providers, and I think, as a committee, we have a responsibility. I've listened to the MAID assessors and MAID providers, but the broader physician-doctor-health care community....
On the specific issue of this Green amendment, we received a submission as a committee—I know I did—from Physicians Together for Vulnerable Canadians. It was signed by more than 800 physicians. These are physicians—medical doctors—who say they feel compelled to voice their “dismay at how individuals who have little lived experience of the realities involved in the everyday practice of medicine suddenly and fundamentally changed the nature of medicine” by making changes to assisted suicide.
Specifically on this matter, and I want to home in on this, they say:
...the authors of Bill C-7 consider it sufficient to offer patients information about other possible means to alleviate their suffering, [but] there is no requirement that the service be available to the patient.
How many times did we hear that? In the limited testimony we had on the bill, I heard over and over, from persons with disabilities and from others who have concerns with this bill, that it's not a true choice between assisted death and other options if those other options aren't available.
They go on to say:
We live in a country where the wait time to see a psychiatrist in certain areas is 4-8 times longer than the 90-day waiting period proposed in the bill for those whose natural death is not considered “reasonably foreseeable”, and where 70% of citizens nearing the end of life still have no access to basic palliative care services. Yet MAiD has been deemed an essential service under the Canada Health Act and palliative care has not. This bill creates the conditions for cheap and easy death through euthanasia or assisted suicide.
This is not the medicine that we have devoted our lives to practicing. Our intent is to heal and to alleviate suffering....
These physicians sent our committee this information. They are saying that it's not a true choice, if a person has not fully been able to explore what services, including palliative care services, are available to them. They say that 70 per cent of Canadians nearing the end of life still have no access to basic palliative care services.
In Bill C-7 we have a significant expansion of Canada's assisted dying legislation. My goal in this is to listen to the testimony from witnesses and ensure that we as a committee do everything in our power to protect vulnerable Canadians, protect Canadians who are at a low point in their lives and protect Canadians' basic and fundamental rights, and to make sure that, when a decision is made that involves assisted dying, it is made with all the best available information.
If a person dealing with end-of-life issues has not been able to avail themselves of a consultation with a palliative care doctor, then how are they supposed to make that decision? This is the point that these physicians—more than 800 of them—have made to our committee.
It's for those reasons and others that I think this particular amendment is bang on. I think it is a further safeguard. I don't think it's too onerous at all. Remember, these are cases where death is not reasonably foreseeable, so we want to make sure that Canadians have been able to avail themselves of all possible options.
It's for those reasons that I'm happy to support this Green amendment from Mr. Manly.
Merci, madame la présidente.
Tout d'abord, je pense que l'amendement de M. Manly est bien réfléchi. Nous avons entendu les témoignages de personnes vulnérables, de Canadiens vivant avec un handicap. Il s'agit donc d'une réponse à certaines des préoccupations soulevées par certains de nos témoins...
Dans cette discussion, j'entends souvent des citations de professionnels de la santé ou de médecins, mais nous parlons souvent d'évaluateurs ou de prestataires de l'aide médicale à mourir, et je pense que nous, les membres du Comité, avons une responsabilité. J'ai écouté les évaluateurs et les prestataires de l'aide médicale à mourir, mais le milieu des médecins et des fournisseurs de soins de santé...
En ce qui a trait à cet amendement du Parti vert, les membres du Comité ont reçu un mémoire — du moins, c'est le cas en ce qui me concerne — du groupe Physicians Together for Vulnerable Canadians. Le document a été signé par plus de 800 médecins. Il s'agit de médecins qui se disent obligés d'exprimer leur « stupéfaction en voyant comment des personnes, qui ont peu d’expérience vécue des réalités en jeu dans la pratique quotidienne de la médecine, ont subitement et fondamentalement changé la nature de la médecine » en apportant des changements au régime de suicide assisté.
Sur cette question précise, et je tiens à insister là-dessus, ils affirment:
... les auteurs du projet de loi C-7 estiment suffisant d’offrir aux patients et patientes de l’information sur les autres moyens possibles d’atténuer leurs souffrances, [mais] il n’est pas obligatoire que le service leur soit accessible.
Combien de fois avons-nous entendu ce message? Dans les quelques témoignages que nous avons reçus au sujet du projet de loi, j'ai entendu à maintes reprises, de la part de personnes handicapées et d'autres personnes qui s'en inquiètent, que le choix entre la mort assistée et les autres options n'est pas un vrai choix si ces autres options ne sont pas accessibles.
Les mêmes médecins ajoutent ceci:
Nous vivons dans un pays où le délai d’attente dans certaines régions pour voir un psychiatre est de 4 à 8 fois plus long que la période de réflexion de 90 jours proposée dans le projet de loi pour les personnes dont la mort naturelle n’est pas considérée comme « raisonnablement prévisible », et où 70 % des citoyens et citoyennes dont la vie tire à sa fin n’ont toujours pas accès à des services de base en soins palliatifs. Pourtant, l’AMM est considérée comme un service essentiel aux termes de la Loi canadienne de la santé, alors que les soins palliatifs ne le sont pas. Ce projet de loi crée les conditions requises pour une mort facile et à bon marché par euthanasie ou suicide assisté.
Ce n’est pas le genre de médecine que nous avons consacré notre vie à pratiquer. Notre intention est de guérir et de diminuer les souffrances...
Ces médecins ont envoyé cette déclaration à notre comité. Ils disent que ce n'est pas un vrai choix si une personne n'a pas pu examiner à fond tous les services, y compris les services de soins palliatifs, qui lui sont offerts. Ils affirment que 70 % des Canadiens en fin de vie n'ont toujours pas accès à des services de base en soins palliatifs.
Le projet de loi C-7 élargit considérablement le cadre législatif canadien régissant l'aide médicale à mourir. Mon but dans ce dossier, c'est d'écouter les témoignages et de veiller à ce que notre comité fasse tout en son pouvoir pour protéger les Canadiens vulnérables, ceux qui sont au plus bas dans leur vie, et pour faire respecter les droits fondamentaux des Canadiens, de sorte que la prise de décision concernant l'aide médicale à mourir repose sur la meilleure information disponible.
Si une personne dont la vie tire à sa fin n'a pas été en mesure de consulter un médecin en soins palliatifs, comment est-elle censée prendre une telle décision? Voilà l'argument que ces médecins — ils sont plus de 800 — ont fait valoir à notre comité.
C’est pour ces raisons et d’autres que je pense que cet amendement particulier est parfait. Je pense qu’il s’agit d’une garantie supplémentaire. Je ne pense pas du tout qu’il soit trop contraignant. N’oubliez pas qu’il s’agit de cas où la mort n’est pas raisonnablement prévisible, c’est pourquoi nous voulons nous assurer que les Canadiens auront pu se prévaloir de toutes les options possibles.
Voilà pourquoi j'appuierai volontiers cet amendement des Verts de M. Manly.
Collapse
View Iqra Khalid Profile
Lib. (ON)
Thank you, Mr. Moore.
Mr. Cooper, you're up next.
Merci, monsieur Moore.
Monsieur Cooper, c'est à vous.
Collapse
View Michael Cooper Profile
CPC (AB)
Thank you very much, Madam Chair. I too would like to express my support for Mr. Manly's amendment. I believe it is very reasonable and, in some respects, a modest amendment.
We heard over and over again from witnesses, particularly those representing persons with disabilities, of the inadequacy of the provision, in the context of where death is not reasonably foreseeable, to merely inform a patient of alternatives. To merely inform a patient without requiring them to seek any alternatives or without any guarantee of seeing that they have access to those alternatives puts vulnerable people at risk, vulnerable people who are often in their most vulnerable state upon making a request for medical assistance in dying.
I would note that the minister has often said, and others have said, that when someone makes a request for medical assistance in dying, they have long thought through the process and it's therefore somehow important that it be expedited, which I don't quite understand. When we're speaking about where death is not reasonably foreseeable, it opens the door to persons who might have had an accident or a traumatic event or a diagnosis that causes them to have their life literally turned upside down. We heard evidence of suicidal ideation, particularly in circumstances where people have bad news or where they are experiencing significant pain and suffering, without having an opportunity to identify or determine what possible treatments might be available to them.
I would note that Dr. Catherine Ferrier appeared before this committee. I'm going to read this into the record because I think it's important in the context of this motion. She is a physician who has worked since 1984 in the geriatric clinic at McGill University Health Centre. She noted in her testimony that:
The suicide rate after traumatic spinal cord injury is [five] times that of the general population for five years. Those who choose suicide may not [have a diagnosable depression] or [be] incapable of decision-making. Their options have been tragically narrowed, and it takes a long time to readjust, but people do. After five years, the rate is the same as that of the general population. They need protection from their despair. That's why our society responds to suicidal desires with prevention. That's why [it makes no sense to] allow MAID after 90 days [for people who are not near the end of life].
She objects to the 90-day period. One can debate that. I, too, don't agree with the 90-day period. With respect to Mr. Manly's amendment, I've cited one example, but there are many other examples of people who suffer from a disease or illness who have much higher suicide rates until after a period of time when they can adjust. It speaks, therefore, to the importance of the amendment, to not just provide information but to see that they can get appropriate consultations.
I would note that this amendment is consistent in some ways with what was said in the final report of the External Panel on Options for a Legislative Response to Carter v. Canada.
That report, which was very important when we were giving consideration to Bill C-14, said “a request for a physician-assisted death cannot be truly voluntary if the option of proper palliative care is not available to alleviate a person's suffering.” Surely someone should, at the very least, be required to go through a consultation in circumstances where death is not reasonably foreseeable.
I would note that Canada, by going down this road, would be an outlier in the world. We would have, arguably, the most permissive regime in the world. I would note that in the Netherlands, for example, a physician must confirm that there are no other potential means to relieve suffering before administering medical assistance in dying to a patient. Here we would provide merely information but no obligation to ensure that the person could truly make an informed decision. You can't make a truly informed decision and you can't exercise your autonomy if the choice is simply intolerable suffering versus medical assistance in dying.
I believe that Mr. Manly's amendment, for all of those reasons, makes sense.
I will say I find it troubling that when we have heard from 72 national organizations representing persons with disabilities and the rights of persons with disabilities, when we have heard concerns expressed by the UN special rapporteur on the rights of persons with disabilities and when we have heard questions asked about Canada's compliance with its international obligations under the Convention on the Rights of Persons with Disabilities, including article 10, that the members on the government side have given short shrift to all of those concerns. I would just—
Merci beaucoup, madame la présidente. Je voudrais moi aussi signifier mon appui à l’amendement de M. Manly. Je pense qu’il est très raisonnable et, à certains égards, modeste.
Nous avons entendu à maintes reprises des témoins, en particulier ceux qui représentaient les personnes handicapées, parler de la nature inadéquate de la disposition de se contenter d'informer le patient des alternatives dans le contexte où la mort n’est pas raisonnablement prévisible. Se contenter d’informer sans obliger les intervenants concernés à chercher des alternatives ou sans garantir l’accès à ces alternatives met en danger les personnes vulnérables, ces personnes vulnérables qui, lorsqu’elles font une demande d’aide médicale à mourir, sont souvent au sommet de leur vulnérabilité.
Je voudrais noter que le ministre a souvent dit, comme d’autres, que lorsque quelqu’un fait une demande d’aide médicale à mourir, il a longuement réfléchi à la procédure et il est donc important d’une manière ou d’une autre que cette procédure soit accélérée, ce que je ne comprends pas très bien. Lorsque nous parlons de cas où la mort n’est pas raisonnablement prévisible, une telle posture ouvre la porte à des situations où une personne pourrait avoir eu un accident, vécu un événement traumatisant ou reçu un diagnostic qui met littéralement sa vie sens dessus dessous. Nous avons entendu des témoignages où l'on faisait état de gens qui avaient des idées suicidaires, en particulier dans des circonstances où ils avaient eu de mauvaises nouvelles ou des épisodes de douleurs et des souffrances intenses, sans avoir eu la possibilité de connaître ou de cerner les traitements dont ils auraient pu se prévaloir.
Je tiens à revenir sur le passage de la Dre Catherine Ferrier devant ce comité. Je vais lire une partie de son témoignage pour les besoins du compte rendu, car je crois que ses propos sont importants dans le contexte de cette motion. Mme Ferrier travaille en tant que médecin à la clinique gériatrique du Centre universitaire de santé McGill depuis 1984. Voici ce qu'elle disait:
Le taux de suicide chez les gens ayant subi un traumatisme de la moelle épinière est 20 fois plus élevé qu'au sein de la population en général, et ce, pendant une période de cinq ans. Ceux qui choisissent de se suicider ne sont pas nécessairement déprimés ou incapables de prendre une décision. C'est seulement que leurs options deviennent extrêmement limitées et qu'il leur faut beaucoup de temps pour s'adapter à leur nouvelle réalité, mais ils finissent par y arriver. Après cinq ans, leur taux de suicide est le même que celui du reste de la population. Il faut les protéger contre leur propre désespoir. C'est la raison pour laquelle notre société prend des mesures de prévention pour contrer les désirs suicidaires. C'est aussi pour cette raison que nous ne pouvons pas autoriser l'aide médicale à mourir après une réflexion de 90 jours seulement.
Elle s’oppose à cette période de 90 jours. On peut en débattre. Moi aussi, je suis en désaccord avec cette période de 90 jours. En ce qui concerne l’amendement de M. Manly, j’ai cité un exemple, mais il y a beaucoup d’autres exemples de personnes souffrant d’une maladie ou d’une affection qui ont une propension au suicide beaucoup plus élevée que la moyenne, du moins jusqu'à ce qu'elles aient pu s’adapter à leur condition après un certain temps. Cela montre donc l’importance de l’amendement, puisqu'il permettra au patient de recevoir de l'information, certes, mais aussi d'obtenir des consultations appropriées.
Je tiens à souligner que cet amendement est conforme, d’une certaine manière, à ce qui a été dit dans le rapport final du Comité externe sur les options de réponse législative à Carter c. Canada.
Ce rapport, qui était très important lorsque nous avons examiné le projet de loi C-14, disait « qu’une demande d’aide médicale à mourir ne peut être véritablement volontaire si le demandeur n’a pas accès à des soins palliatifs appropriés pour alléger ses souffrances ». Assurément, lorsque la mort n’est pas raisonnablement prévisible, la personne devrait, au minimum, être tenue de se prêter à une consultation.
Je tiens à souligner qu'en s’engageant dans cette voie, le Canada ferait cavalier seul à l'échelle internationale. Nous aurions à n'en pas douter le régime le plus permissif du monde. Je note qu’aux Pays-Bas, par exemple, un médecin doit confirmer qu’il n’existe aucun autre moyen potentiel de soulager la souffrance de quelqu'un avant de prodiguer une aide médicale à mourir. En l'état, nous nous contenterions de fournir des informations, mais sans obligation de veiller à ce que la personne puisse réellement prendre une décision en connaissance de cause. Vous ne pouvez pas prendre une décision vraiment éclairée et vous ne pouvez pas exercer votre autonomie si le seul choix que s'offre à vous est entre le soulagement de souffrances intolérables et l’aide médicale à mourir.
Pour toutes ces raisons, je pense que l’amendement de M. Manly est sensé.
Par ailleurs, je trouve troublant que, après avoir entendu 72 organisations nationales représentant les personnes handicapées et faisant valoir leurs droits, après avoir entendu les préoccupations exprimées par le Rapporteur spécial des Nations unies sur les droits des personnes handicapées et après avoir entendu les questions posées sur le respect par le Canada de ses obligations internationales aux termes de la Convention relative aux droits des personnes handicapées, notamment l’article 10, les députés ministériels aient fait peu de cas de toutes ces questions. Je voudrais juste...
Collapse
View Iqra Khalid Profile
Lib. (ON)
Mr. Cooper, just talk about the amendment, please.
Monsieur Cooper, parlez simplement de l’amendement, s’il vous plaît.
Collapse
View Michael Cooper Profile
CPC (AB)
—hope, taking into account those concerns, that members on the government side would be open to supporting what I believe is a good but very modest amendment.
Thank you.
... compte tenu de ces préoccupations, j'espère que les députés ministériels seront disposés à appuyer ce que je considère comme étant un bon amendement, bien que très modeste.
Merci.
Collapse
Results: 1 - 60 of 29081 | Page: 1 of 485

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
>
>|
Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data