Interventions in Committee
 
 
 
RSS feed based on search criteria Export search results - CSV (plain text) Export search results - XML
Add search criteria
View Charlie Angus Profile
NDP (ON)
It reads, first, that the committee invite the Conflict of Interest and Ethics Commissioner Mario Dion to present his findings of the “Trudeau II Report”, which I think has been cancelled out by the committee vote.
Therefore, I move:
That the Committee invite Prime Minister Justin Trudeau, Minister of Finance Bill Morneau, and senior adviser to the Prime Minister and former Chief of Staff to the Minister of Finance, Ben Chin, on account of their intimate connection to the matters at the heart of the report; And that the Committee invite the Clerk of the Privy Council to appear to explain his decision to not share critical Cabinet confidences with the Commissioner, who felt that his investigation was hampered by the refusal.
Why is this important? It's because we saw throughout this whole scandal the Liberals shut down the justice committee and not hear from other witnesses. They shut down the ethics committee and the Prime Minister stood in the House day after day and stated that they were going to work with and trust the Ethics Commissioner. What we've learned from this report is very disturbing because we actually now know that this plan to tailor-make a law.... Now, Mr. Erskine-Smith is a lawyer and I didn't go to law school, but from watching all of my law shows on TV, can you write your own laws if you're the defendant? Well, apparently if you're really powerful, yes, you can.
Who fixes it for you? According to the evidence Mr. Dion has brought forward, very early on in the new government the Prime Minister met with the CEO of SNC-Lavalin and they discussed writing a law to get them a get-out-of-jail card. It was the Prime Minister who began the direction. That's one of the reasons we need to hear from Prime Minister Trudeau. Why is that important? It is because the Liberal line out there is, “Hey, it hasn't hurt us in the polls, so who cares?” Well, I hear from people all the time about this, people who are appalled that the Prime Minister could break his word so easily to Canadians.
The Prime Minister said he was going to be open and transparent. I think of the promise the Prime Minister made to the people of Grassy Narrows. I've been in Grassy Narrows. I've seen children suffering from Minamata disease and I saw the Prime Minister say that his government would clean that up once and for all—and he did squat. Actually, he did something else. He made fun of Grassy Narrows at a gathering of his rich, elite friends. Now if only Grassy Narrows had lobbyists, they could say, “We want this fixed”. How much would fixing the health centre at Grassy Narrows cost a government that is this powerful? It's chump change, it's peanuts, yet in four years he couldn't move to help children suffering from mercury contamination.
However, after the CEO of SNC-Lavalin said, “Hey, we want a get-out-of-jail card”, the Liberals over there now have the gall to tell us that he only ever cared about the public interest, that he only cared about jobs, that there were 9,000 jobs at stake. When we look at the report, we would think that it was the responsibility of the finance minister of this country, Bill Morneau from the famous Morneau Shepell. If they cared about jobs, they would have cared about Sears workers, but no, the Sears workers are now being looked after by the family company Morneau Shepell.
If it were 9,000 jobs, you would have thought they would have done due diligence. This is what shocked me. With Bill Morneau, I thought, “Okay, the guy wears very expensive suits and surely to God he knows how to run a business if he's really concerned about 9,000 jobs.” They wouldn't pull that number out of thin air, and yet the report shows that they had done nothing to prove this. My Liberal colleagues say it is actually the role of the justice department, that it should have been Jody Wilson-Raybould who undertook an assessment of the impacts.
Again, I didn't go to law school so I ask, when you're the defendant, do you expect the prosecutor to have the responsibility of figuring out what it's going to cost if you get charged and convicted? What's the cost to the economy? Say you're a businessman and you're a corrupt businessman, is it the responsibility of the Attorney General to do a cost analysis? Well, I guess it only is if you're powerful enough to have the law written for you.
Let's just go through some of the questions that were really concerning.
Why do we need Bill Morneau here? I know I've been sort of picking on Bill, but what really shocks me is that Bill Morneau flies to Davos, Switzerland to meet with the head of SNC-Lavalin—a week after the so-called public consultation period on the SNC deferred prosecution agreement, a specific get out of jail card is given—and Bill Morneau tells the Ethics Commissioner he doesn't remember what they talked about. He doesn't remember that he flew to Davos, Switzerland to see the head of SNC-Lavalin and doesn't remember what they talked about. That's a month before this get out of jail card was slipped into an omnibus piece of legislation, and Bill Morneau doesn't remember that. This is what we're talking about here—the fact that they were able to write a law, a specific law, to help SNC in a specific case to get off its charges.
Now, we learn from this report that once this law was put in, Ms. Wilson-Raybould was very concerned as the Attorney General that this law had been rushed because it was a law for one company for one case. She tried to distance herself from it. Why? She felt it would compromise her. I would love to have heard from Mr. Dion about this, but obviously we're not going to be allowed. The fact is that the Attorney General had raised concerns that a law was being implemented without proper due regard for the fact that a law must represent the interests of all Canadians. It cannot be written tailor-made for the defendant.
Mr. Morneau again appears to interfere in this process when Ben Chin starts calling the Attorney General's office. Ben Chin says that the company's perception is that the process of negotiating a remediation agreement is taking too long. Oh my God, it must be really hard to be so powerful as to be able to write your own laws and then say, hey, how come we're not off the hook yet? So they phone the Attorney General's office to say, speed it up. Jessica Prince responds to Ben Chin that he is really close to being far over the line on the improper interference in the independence of the judiciary. That report is made available to Bill Morneau, and Bill Morneau tells the Ethics Commissioner that he doesn't remember seeing it. I mean, poor Bill. How could you have such a dodgy memory if you have to have so many facts and numbers and jobs? You can't remember that you've been told by your chief of staff that you are improperly interfering in an independent prosecution investigation. You know, when you speak to the Ethics Commissioner, you are under oath.
Is Bill Morneau truthful that he doesn't remember the key meeting in Davos, Switzerland, that he doesn't remember what they talked about, that he doesn't remember receiving that email from his chief of staff that he was improperly advising? I can't believe that Bill Morneau didn't know that this concern had been raised. I would like to ask Bill Morneau why he told the Ethics Commissioner he never read it. It says one of two things: either Mr. Morneau is incompetent, or Mr. Morneau is not telling the truth to the Ethics Commissioner. Each of those is very troubling.
We know the Liberals have told us that they got a report from Anne McLellan and everything would be rosy if we just followed that. Well, everything would be rosy as is, because you don't have to change the rules to stop interference in the independent prosecution; you just have to respect the rules. That's what the Liberals don't understand. Justin Trudeau doesn't believe the law of the land applies to him. We don't need a new report to say anything about the independence of the prosecutorial system in our country. It is established. It is based on a principle, and that principle is that you don't cross that line.
I'm amazed at how many people were involved in this. This is where Ben Chin needs to talk. Why in God's name was Ben Chin calling the Attorney General's office demanding that they start to move more quickly on getting their pals at SNC-Lavalin off the hook? Who gave him that authority? They were discussing this agreement with industry, the Treasury Board, procurement, and not once with the Attorney General's office, so when Ms. Wilson-Raybould read the report, she said she was very surprised at the extent of the interference. There was a whole pattern, of everybody. It was all hands on deck in the Liberal Party. They all knew. They were all involved, and they were all breaking the law of Canada because Justin Trudeau told them to break the law, because Justin Trudeau said, “Hey, I'm the MP for Papineau and there's going to be an election soon.” Bouchard said, “Yeah, laws are great, but we have to get re-elected.”
We have my Liberal colleagues putting the falsehood out that he was concerned about jobs. I think Mr. Erskine-Smith, whom I have great respect for—I don't like his shoes, but everything else I have great respect for—just told us that it was perfectly okay for the MP for Papineau to stand up for his region, just like Mr. Erskine-Smith would stand up for issues in his region and just like I stand up for jobs in my region. The difference is that I am a single member of Parliament, a backbencher. I am not the Prime Minister of this country, so I can stand up and say, hey, I need to help jobs in my riding. That's part of my job. That's part of Mr. Erskine-Smith's job, but the Prime Minister can't say, “I have an election up ahead. I have to get re-elected, and you have to rewrite me a law.”
Correct me if I'm wrong, but when Jim Flaherty was the finance minister, I think I was the one who went after him over the fact that he had written a letter in support of a business while he was finance minister. Mr. Flaherty said he was acting as a local MP and that was his job. They ruled that you cannot do that as a finance minister, because you have so much extra power, a power that Mr. Erskine-Smith or Madame Fortier or I don't have. That's the difference.
That's what the Conflict of Interest Act is based on. The higher up you are in terms of political power, the more responsibilities you have. So when Justin Trudeau says that he is the MP for Papineau and has to defend his patch, he is already breaking the Conflict of Interest Act and furthering someone else's interest.
Having been on this committee for a number of years, I note Mr. Erskine-Smith's belief that you can only claim that financial interest is a personal financial interest—that if someone gives you money, you are advancing their interest. This has been a long-standing debate in terms of the role of the Conflict of Interest and Ethics Commissioner—what defines interest. Mary Dawson, our previous one, was much more vague about this, and certainly when there were issues of people paying money into a riding association, she was saying, is that direct or indirect?
Mr. Dion has given us a ruling, and that ruling is that the Prime Minister was furthering the financial interest of SNC-Lavalin, not furthering the interest of thousands of jobs and not furthering the interest of the Canadian people. If the Liberals believed he was wrong, they would have let him speak, but they're not letting him speak. They have shut him down. They have shut down our committee. They've obstructed the work of our committee, so we have to go to other witnesses, which is another reason why Mr. Trudeau is very essential to this.
One of the most staggering statements I found in Mr. Dion's report is that we have an SNC lawyer, Mr. Prichard, talking to the former president of the Treasury Board about the case that Ms. Wilson-Raybould was overseeing. Mr. Prichard states:
We are also considering other ways to make it easier for the Minister to engage and reverse the [Director of Public Prosecutions'] decision. In the end, however, it will take a deliberate decision from the center....
That there, my friends, is collusion. That there is conspiracy, and that there is the lawyer for SNC-Lavalin phoning the head of the Treasury Board and saying they are going to corrupt the decision of the Attorney General and “make it easier” for them to overturn this, but it's going to come from the centre. Who is the centre? The centre is the Prime Minister of this country, Justin Trudeau, who in that moment is involved in the collusion and conspiracy to undermine the rule of law in this country. That's why the Liberals voted against Mr. Dion presenting his report, because once that's on the record, all other questions become much less important.
Then out of this is that Ms. Wilson-Raybould seems to have done her job. She was told that it would be extraordinary, unprecedented for her to bring other people in. The idea that Beverley McLachlin should be brought in was cooked up by SNC's lawyer, who is a former Supreme Court justice, who then reached out to another former Supreme Court justice to get an opinion.
In Canada, we trust the independence of the Supreme Court. We believe these people are representing our interests, but when you're SNC-Lavalin, you can hire someone from the Supreme Court and he'll phone one of his buddies on the Supreme Court and they'll get you a tailor-made opinion, and then they'll go to Beverley McLachlin. Did anyone tell Beverley McLachlin, “Listen, Jody Wilson's not playing ball here. We need you to give us something so that we can put pressure on her”? As I said, this lady was not for turning. She did not give into it because, knowing that the law had been written specifically for SNC, she was concerned that if she acted, it would have compromised her role as the Attorney General of this country. That was what she said, which leads me to the other reason we need to hear from Justin Trudeau.
Mr. Dion's report states that when Mr. Trudeau's attempt was thwarted, he set out to professionally discredit the Attorney General of Canada. We know this from seeing how, when this became public, one story after another was leaked by the Liberal war machine painting Ms. Wilson-Raybould as troublesome and as taking orders from her father. What a diminution of the role of a woman attorney general. There was one attack after another. They actually lined up a whole bunch of the Liberal caucus to go out to the cameras and trash Jody Wilson's reputation, to blame her, to say that she was a troublemaker, that she didn't play well with others, that she wasn't good enough because she wouldn't go along.
The Prime Minister has said it's really important to be open and to be feminist, but you have to play ball. She didn't play ball, and it says here in the report that Prime Minister Justin Trudeau attempted to discredit her. I think it's staggering that if you're standing up for the rule of law in this country, they will orchestrate a campaign to trash your reputation. That needs accountability.
I would have preferred to ask Mr. Dion about this directly, because Mr. Dion is not making these statements out of thin air. He's making them on the evidence he found, and we don't have access to him to hear him speak because the Liberals are obstructing this, just as they obstructed everything else. That is what got them into trouble, but we could ask Mr. Trudeau.
Finally, Mr. Chair, I just want to end on the issue of obstruction, which we've seen today and which has been the pattern, as everybody in the media has been saying would happen because you can see the pattern of obstruction. What's very shocking is that nine witnesses were blocked from giving testimony, nine witnesses were denied having access to speak to the Ethics Commissioner. The Ethics Commissioner should have been allowed to come to our committee because it is our job to be the oversight committee for the Ethics Commissioner, and if someone is interfering with the work of an ethics investigation, that needs to be reported to Parliament. The problem is that it's the Prime Minister of the country who is being investigated. As I said earlier, the principle of the Conflict of Interest Act and the code and the lobbying code is that the more powerful you are, the higher your standard of ethical accountability must be.
You can be a newbie MP and make a mistake and you can get into trouble, but there's a difference when you're the Prime Minister of this country. Why did they interfere? They claim cabinet confidence. Well, obviously cabinet confidence didn't mean all that much when Jody Wilson-Raybould was meeting Gerry Butts and SNC was pretty much sitting under the table and listening in. They didn't seem to think cabinet confidence meant diddly-squat then. They silenced Ms. Wilson-Raybould. They silenced Jane Philpott's ability to speak. They've attempted to use cabinet confidence to interfere with the work of the Ethics Commissioner. If this stands, then what the Prime Minister's Office is saying is that he is above the law of the land because the only law that applies to the Prime Minister is the Conflict of Interest Act. If you're going to use the power of the Prime Minister's Office to forbid the Ethics Commissioner from gathering evidence, then he can't do his job.
We need to find out. I would like to ask Justin Trudeau what he meant when he said, well, we don't want to create any “troublesome” precedents. Well, yeah, I bet. When you're under investigation, it's troublesome. It's the same when you're the defendant—and my colleague Mr. Erskine-Smith can correct me if I'm wrong because I did not go to law school—because my understanding is that generally the defendant doesn't get to write the law. The defendant doesn't get to call the prosecutor's office and say, “Hey, speed it up and get me off the hook. I'm important”. That's not how it works.
SNC, as the defendant, should not be allowed to write its own laws. And the Prime Minister, as the person under investigation, does not and should not have the right to obstruct the investigation because he finds it troublesome.
Since they're so concerned about Mr. Dion being able to testify about what he found, I would say that if we are not allowed to hear from the commissioner who reports to our committee and we're being obstructed on this, then the reasonable thing would be to have Mr. Chin come, because he got promoted, didn't he? For all his interference with the independence of the prosecution, he got promoted.
Gerry Butts is back on the campaign bus, so obviously they're all laughing and slapping each other on the back, because breaking laws is what Liberals are doing and they're getting away with it.
The Prime Minister needs to come because he's the one who said, “Yes, thanks for the report finding me guilty, but whatever, I'm carrying on”, as should Bill Morneau, the man with the amazing disappearing memory. On that, I do remember that Bill Morneau forgot he owned a villa in the south of France, so I guess it's possible. Who among us has not forgotten that we own a villa in the south of France?
Frank, I know, a couple of times you just dropped it and never even mentioned it, and then it was like, “Oh yes, geez, I can't remember where I put my keys.” So maybe he flew to Davos to meet with the head of SNC-Lavalin just prior to this omnibus legislation and maybe he forgot. But maybe he didn't, and that's why Mr. Morneau needs to testify before our committee.
La première partie se lit comme suit: « Que le Comité invite le commissaire aux conflits d'intérêts et à l'éthique, M. Mario Dion, à informer le Comité sur son rapport Rapport Trudeau II; ». Or, je crois que le résultat du vote que le Comité vient de tenir a éliminé cette possibilité.
Je propose donc:
Que le Comité invite le premier ministre, M. Justin Trudeau, le ministre des Finances, M. Bill Morneau, ainsi que le conseiller en chef du premier ministre et ancien chef de cabinet du ministre des Finances, M. Ben Chin, en raison des liens étroits qui les relient aux enjeux centraux de ce rapport; Enfin, que le Comité invite le greffier du Conseil privé à comparaître pour qu'il explique sa décision de ne pas communiquer d'importants renseignements confidentiels du Cabinet au commissaire, qui estime que son enquête a été entravée par ce refus.
Pourquoi est-il important que ces gens comparaissent? Parce que depuis le début du scandale, nous avons vu les libéraux empêcher le comité de la justice d'accomplir son travail et d'entendre d'autres témoins. Ils ont aussi empêché le comité de l'éthique de faire son travail, et le premier ministre a répété jour après jour, dans la Chambre des communes, qu'il faisait confiance au commissaire à l'éthique et qu'il collaborerait avec lui. Ce que le rapport nous apprend est très troublant parce que nous savons maintenant que le plan de concevoir une loi sur mesure... C'est vrai que M. Erskine-Smith est avocat et que je n'ai pas étudié le droit, mais j'ai regardé beaucoup d'émissions sur la justice à la télévision, et je me demande: est-ce possible pour le défendeur de faire adopter ses propres lois? Il semblerait que si le défendeur est très puissant, la réponse est oui.
Qui l'aide à modifier la loi en sa faveur? D'après les éléments de preuve présentés par M. Dion, peu après la mise en place du nouveau gouvernement, le premier ministre a rencontré le chef de la direction de SNC-Lavalin, et ils ont parlé d'élaborer une loi qui offrirait une échappatoire à l'entreprise. C'est le premier ministre Trudeau qui a ouvert le bal, et c'est une des raisons pour lesquelles il doit comparaître devant nous. Pourquoi est-ce important? Parce que les libéraux semblent croire que tout le monde s'en fiche puisqu'ils n'ont pas baissé dans les sondages, alors que les gens me parlent souvent de cette histoire et qu'ils sont déçus que le premier ministre ait si facilement rompu son engagement envers la population canadienne.
Le premier ministre s'est engagé à faire preuve d'ouverture et de transparence. Il a aussi fait une promesse aux gens de Grassy Narrows. Je suis allé à Grassy Narrows. J'ai vu les enfants atteints de la maladie de Minamata et j'ai entendu le premier ministre déclarer que son gouvernement règlerait le problème une fois pour toutes. Or, il n'a rien fait, ou plutôt, il a fait autre chose: il s'est moqué de Grassy Narrows en compagnie de ses amis riches de l'élite. Si Grassy Narrows comptait des lobbyistes, ils pourraient exiger que des mesures soient prises pour redresser la situation. Combien cela coûterait-il à un gouvernement aussi puissant que celui-ci de réparer le centre de soins de santé de Grassy Narrows? Presque rien, et pourtant, en quatre ans, le premier ministre n'a rien fait pour venir en aide aux enfants touchés par la contamination au mercure.
Maintenant, après que le chef de la direction de SNC-Lavalin a demandé une échappatoire, les libéraux ont l'effronterie de nous dire que tout ce qui comptait pour le premier ministre, c'était l'intérêt public et les emplois, que 9 000 emplois étaient en jeu. En lisant le rapport, on pourrait croire que c'était la responsabilité du ministre canadien des Finances, M. Bill Morneau, de la célèbre société Morneau Shepell. Si les libéraux se souciaient réellement des emplois, ils se seraient souciés des employés de Sears. Mais non, c'est l'entreprise familiale Morneau Shepell qui s'occupe maintenant des employés de Sears.
S'il est vrai que 9 000 emplois étaient en jeu, on se serait attendu à ce qu'ils fassent preuve de diligence raisonnable. C'est ce qui m'a étonné. Je me suis dit: « Avec ses riches habits, M. Morneau doit savoir comment gérer une entreprise s'il s'inquiète vraiment au sujet de 9 000 emplois. » Les libéraux ont dû trouver ce chiffre quelque part, et pourtant, le rapport montre qu'ils n'ont rien fait pour prouver cette allégation. Mes collègues libéraux affirment que c'est la responsabilité du ministère de la Justice, que c'est Mme Jody Wilson-Raybould qui aurait dû évaluer les répercussions.
Je le répète, je n'ai pas étudié le droit; je pose donc la question: normalement, le défendeur s'attend-il à ce que le procureur soit responsable d'évaluer les répercussions de son accusation et de sa condamnation? Quelles seront les répercussions sur l'économie? Si vous êtes un homme d'affaires corrompu, la procureure générale est-elle responsable de procéder à une analyse des coûts? Je présume que la réponse est oui seulement si vous êtes assez puissant pour faire changer la loi en votre faveur.
Examinons certaines questions très inquiétantes.
Pourquoi M. Bill Morneau doit-il comparaître devant notre comité? Je sais que j'ai l'air de m'en prendre à lui, mais ce que je trouve tout à fait stupéfiant, c'est que M. Morneau s'est rendu à Davos, en Suisse, pour rencontrer le chef de SNC-Lavalin une semaine après la période de consultation soi-disant publique sur l'accord de poursuite suspendue de SNC-Lavalin et qu'une échappatoire précise a été accordée, et pourtant, M. Morneau a dit au commissaire à l'éthique qu'il ne se rappelait pas de quoi il avait été question. Il ne se rappelle pas s'être rendu à Davos, en Suisse, pour rencontrer le chef de SNC-Lavalin et il ne se souvient pas de quoi ils ont parlé. C'est arrivé un mois avant que la clause échappatoire soit glissée à l'intérieur d'un projet de loi omnibus, et M. Morneau ne s'en souvient pas. Voilà de quoi il est question ici: du fait qu'ils ont pu mettre en place une mesure législative visant expressément à tirer SNC-Lavalin d'une affaire précise.
Maintenant, ce que le rapport nous apprend, c'est que l'adoption rapide de la loi était une source de préoccupations pour Mme Wilson-Raybould, en sa qualité de procureure générale, car la mesure était conçue pour une société précise et une affaire précise. Elle a tenté de s'en distancier. Pourquoi? Parce qu'elle craignait que la mesure la compromette. J'aurais beaucoup aimé entendre M. Dion là-dessus, mais bien sûr, on ne nous le permettra pas. Le fait est que la procureure générale s'était dite inquiète qu'une loi soit adoptée sans qu'on tienne adéquatement compte de la nécessité pour les lois de servir les intérêts de l'ensemble de la population canadienne. Les lois ne peuvent pas être conçues sur mesure pour un défendeur.
M. Morneau semble être intervenu encore une fois dans le processus quand M. Ben Chin a commencé à appeler le bureau de la procureure générale. M. Chin a déclaré que, du point de vue de l'entreprise, le processus de négociation d'un accord de réparation prenait trop de temps. Ce doit être très difficile d'être assez puissant pour écrire ses propres lois, puis de devoir demander pourquoi on n'est pas encore tiré d'affaire. Ils ont donc appelé le bureau de la procureure générale pour lui dire d'accélérer le processus. Mme Jessica Prince a répondu à M. Chin que ses actions frôlaient l'ingérence indue dans le système judiciaire indépendant. Ce rapport a été envoyé à M. Morneau, mais M. Morneau a dit au commissaire à l'éthique qu'il ne se rappelait pas l'avoir vu. Pauvre M. Morneau; ce n'est pas facile d'avoir la mémoire si courte alors qu'il faut se rappeler tant de faits, de nombres et d'emplois. Il ne se souvient pas que son chef de cabinet l'a averti qu'il faisait de l'ingérence indue dans une enquête indépendante concernant une poursuite. Vous savez que lorsque vous parlez au commissaire à l'éthique, vous êtes sous serment.
Est-ce bien vrai que M. Morneau ne se rappelle pas la rencontre importante à Davos, qu'il ne se souvient pas de quoi il a été question et qu'il ne se rappelle pas avoir reçu le courriel de son chef de cabinet concernant son ingérence indue? Je n'arrive pas à croire que M. Morneau ne savait pas que la préoccupation avait été soulevée. J'aimerais savoir pourquoi il a dit au commissaire à l'éthique qu'il ne l'avait pas lu. Cela peut vouloir dire deux choses: soit que M. Morneau est incompétent, soit qu'il a menti au commissaire à l'éthique. Dans un cas comme dans l'autre, c'est très inquiétant.
Les libéraux nous ont dit qu'ils avaient reçu un rapport de Mme Anne McLellan et que si nous suivons ses recommandations, tout ira bien. En réalité, tout peut déjà bien aller parce qu'il n'est pas nécessaire de modifier les règles pour empêcher l'ingérence dans une poursuite indépendante; il suffit de les respecter. Voilà ce que les libéraux ne comprennent pas. M. Trudeau croit qu'il est au-dessus de la loi. Nous n'avons pas besoin d'un rapport concernant l'indépendance du système judiciaire canadien. Son indépendance est déjà établie. Elle est basée sur le principe qu'il y a une limite qu'il ne faut pas franchir.
Je trouve le nombre de personnes impliquées dans cette affaire stupéfiant. C'est à ce sujet que nous devons entendre M. Chin. Pourquoi M. Chin a-t-il appelé le bureau de la procureure générale afin d'exiger qu'on accélère le processus visant à tirer d'affaire ses amis de SNC-Lavalin? Qui l'a autorisé à le faire? Ils ont discuté de l'accord avec des intervenants de l'industrie, avec le Conseil du Trésor, avec les responsables de l'approvisionnement, mais pas une fois avec le bureau de la procureure générale. Ainsi, lorsque Mme Wilson-Raybould a lu le rapport, elle a déclaré qu'elle était très surprise de constater l'ampleur de l'ingérence. Tout le monde était impliqué, l'ensemble du Parti libéral. Tous étaient au courant et tous ont violé la loi canadienne parce que c'est ce que M. Justin Trudeau leur a dit de faire. Il leur a dit: « Je suis le député de Papineau, et il y aura des élections bientôt. » M. Bouchard a déclaré: « Oui, les lois, c'est très bien, mais nous devons être réélus. »
Mes collègues libéraux répandent le mensonge qu'il avait des inquiétudes par rapport aux emplois. Je pense que M. Erskine-Smith, pour qui j'ai beaucoup de respect — je n'aime pas ses souliers, mais j'ai beaucoup de respect pour sa personne —, vient de nous dire qu'il est parfaitement acceptable que le député de Papineau défende les intérêts de sa région, comme il défendrait lui aussi les intérêts de sa circonscription et comme je le ferais pour les emplois dans la mienne. La différence, c'est que je suis un simple député d'arrière-ban. Je ne suis pas le premier ministre du pays; je peux donc demander de l'aide pour les emplois dans ma circonscription. Cela fait partie de mes responsabilités et de celles de M. Erskine-Smith, mais le premier ministre ne peut pas déclarer: « Il y aura des élections bientôt. Vous devez modifier la loi pour que je sois réélu. »
Corrigez-moi si j'ai tort, mais à l'époque où M. Jim Flaherty était ministre des Finances, je pense que c'est moi qui ai protesté parce qu'il avait écrit une lettre d'appui pour une entreprise alors qu'il portait le titre de ministre des Finances. M. Flaherty a déclaré qu'il avait écrit la lettre à titre de député de la région et que cela faisait partie de ses attributions. Or, on a jugé qu'un ministre des Finances ne pouvait pas agir de la sorte étant donné le pouvoir supplémentaire associé à son poste. M. Erskine-Smith, Mme Fortier et moi n'avons pas le même pouvoir. C'est là la différence.
La Loi sur les conflits d'intérêts est fondée sur ce principe: plus vous occupez un rang élevé dans la hiérarchie politique, plus vous avez de responsabilités. Ainsi, en déclarant qu'il est le député de Papineau et qu'il doit défendre sa région, M. Trudeau enfreint la Loi sur les conflits d'intérêts et il agit dans l'intérêt de quelqu'un d'autre.
Comme je suis membre du Comité depuis plusieurs années, je sais que M. Erskine-Smith croit que tout intérêt financier est un intérêt personnel — que si quelqu'un vous donne de l'argent, vous servez leurs intérêts. Le débat concernant ce qui constitue un intérêt selon le commissaire aux conflits d'intérêts et à l'éthique dure depuis longtemps. Le point de vue de Mme Mary Dawson, l'ancienne commissaire, était beaucoup plus vague. Chaque fois qu'il y avait des questions liées à des fonds versés à une association de circonscription, elle demandait s'ils étaient versés directement ou indirectement.
M. Dion est arrivé à une conclusion, et cette conclusion, c'est que le premier ministre a agi dans l'intérêt financier de SNC-Lavalin, et non en vue de protéger des milliers d'emplois ou de favoriser les intérêts de la population canadienne. Si les libéraux étaient d'avis qu'il avait tort, ils lui auraient permis de prendre la parole, mais ils l'empêchent de le faire. Ils l'empêchent de s'exprimer et ils empêchent le Comité de jouer son rôle. Comme ils entravent le travail de notre comité, nous devons nous tourner vers d'autres témoins. Voilà une autre des raisons pour lesquelles il est essentiel que M. Trudeau comparaisse.
D'après moi, une des informations les plus stupéfiantes qui se trouvent dans le rapport de M. Dion, c'est qu'un avocat de SNC-Lavalin, M. Prichard, a communiqué avec l'ancien président du Conseil du Trésor au sujet du dossier dont Mme Wilson-Raybould était chargée. Il a déclaré:
Nous envisageons d'autres moyens permettant à la ministre d'intervenir plus facilement et d'infirmer la décision de [la directrice des poursuites pénales]. Cela dit, quelle que soit la solution retenue, nous aurons besoin d'une décision sans équivoque du centre [...]
Ça, mes amis, c'est de la collusion. C'est un complot. C'est l'avocat de SNC-Lavalin qui téléphone au président du Conseil du Trésor pour lui dire qu'ils vont s'immiscer dans le processus décisionnel de la procureure générale et faire en sorte qu'il soit plus facile d'infirmer la décision, mais que cela va venir du centre. Qui est le centre? C'est le premier ministre du Canada, M. Justin Trudeau, qui, à ce moment précis, est impliqué dans la collusion et le complot portant atteinte à la primauté du droit. C'est pour cette raison que les libéraux ont voté contre la motion invitant M. Dion à venir nous présenter son rapport, car une fois que ce fait est consigné au compte rendu, toutes les autres questions deviennent accessoires.
Le rapport montre aussi que Mme Wilson-Raybould semble avoir bien fait son travail. On lui a dit que si elle demandait à d'autres personnes d'intervenir dans le dossier, ce serait une première. L'idée de demander son avis à Mme Beverley McLachlin, une ancienne juge de la Cour suprême, est venue de l'avocat de SNC-Lavalin, un autre ancien juge de la Cour suprême.
Au Canada, nous nous fions à l'indépendance de la Cour suprême. Nous croyons qu'elle défend nos intérêts. Or, si vous êtes SNC-Lavalin, vous pouvez engager quelqu'un de la Cour suprême, qui téléphonera à un de ses collègues, et ensemble, ils vous forgeront une opinion sur mesure, puis ils s'adresseront à Mme Beverley McLachlin. Est-ce que quelqu'un a dit à Mme McLachlin: « Écoutez, Mme Wilson-Raybould refuse de jouer le jeu. Vous devez nous fournir quelque chose qui nous permettra d'exercer une influence sur elle »? Comme je l'ai déjà dit, cette femme refusait de bouger. Elle n'a pas cédé, car, comme elle savait que la loi avait été créée expressément pour SNC-Lavalin, elle craignait qu'en agissant, elle compromette son rôle de procureure générale du Canada. C'est ce qu'elle a dit, et cela m'amène à l'autre raison pour laquelle M. Justin Trudeau doit comparaître devant le Comité.
Selon le rapport de M. Dion, quand la tentative de M. Trudeau a échoué, il a entrepris de discréditer la procureure générale du Canada sur le plan professionnel. Nous savons que c'est vrai, car nous avons vu que lorsque la situation a été rendue publique, la machine de guerre libérale a fait courir une histoire après l'autre pour présenter Mme Wilson-Raybould comme une personne difficile qui suivait les ordres de son père. Quel amoindrissement du rôle d'une procureure générale! C'était une attaque après l'autre. Les libéraux sont allés jusqu'à faire défiler des membres du caucus devant les caméras pour salir la réputation de Mme Wilson-Raybould, pour la blâmer, pour dire qu'elle était une fautrice de troubles, qu'elle ne travaillait pas bien avec les autres, qu'elle n'était pas à la hauteur parce qu'elle refusait de plier l'échine.
Selon le premier ministre, c'est très important d'être ouvert et féministe, mais il faut aussi jouer le jeu. Or, elle a refusé, et c'est écrit dans le rapport que le premier ministre Justin Trudeau a tenté de la discréditer. Je trouve stupéfiant qu'une personne qui défend la primauté du droit au Canada s'expose à une campagne visant à ruiner sa réputation. Des comptes doivent être rendus.
J'aurais préféré poser mes questions à ce sujet directement à M. Dion, car M. Dion n'a pas inventé ces affirmations. Elles sont fondées sur les preuves qu'il a trouvées, et nous ne pouvons pas nous entretenir directement avec lui à cause de l'obstruction faite par les libéraux, dans ce cas-ci comme avec tout le reste. C'est ce qui les a placés dans cette situation fâcheuse. Toutefois, nous pourrions demander des réponses à M. Trudeau.
Enfin, monsieur le président, j'aimerais conclure en parlant de l'obstruction. Il y en a eu ici aujourd'hui, ce qui s'inscrit dans la tendance qui se dessine, comme les médias l'avaient tous prédit. Ce qui est scandaleux, c'est qu'on a empêché neuf personnes de témoigner, neuf témoins de parler au commissaire à l'éthique. Le commissaire à l'éthique aurait dû pouvoir témoigner devant notre comité parce que nous sommes le comité de surveillance du commissaire à l'éthique. Si quelqu'un s'ingère dans une enquête en matière d'éthique, le Parlement doit en être informé. Le problème, c'est que c'est le premier ministre du Canada qui fait l'objet de l'enquête. Je le répète, le principe qui sous-tend la Loi sur les conflits d'intérêts et le Code de déontologie des lobbyistes, c'est que plus vous êtes puissant, plus les normes que vous devez respecter sur le plan de l'éthique sont élevées.
Un député débutant peut faire une erreur et se retrouver dans une situation fâcheuse, mais ce n'est pas la même chose lorsque vous êtes le premier ministre. Pourquoi sont-ils intervenus? Ils utilisent le prétexte de la confidentialité du Cabinet. Pourtant, ils ne semblaient pas se soucier de la confidentialité du Cabinet quand Mme Jody Wilson-Raybould rencontrait M. Gerry Butts et que les gens de SNC-Lavalin étaient pratiquement cachés sous la table, en train d'écouter. La confidentialité du Cabinet ne semblait avoir aucune importance pour eux à ce moment-là. Ils ont bâillonné Mme Wilson-Raybould et ils ont fait la même chose à Mme Jane Philpott. Ils ont tenté de se servir de la confidentialité du Cabinet pour entraver le travail du commissaire à l'éthique. Si on laisse passer cela, le message envoyé par le Bureau du premier ministre, c'est que le premier ministre est au-dessus de la loi parce que la seule loi qui s'applique à lui, c'est la Loi sur les conflits d'intérêts. Si l'on se sert du pouvoir du Bureau du premier ministre pour interdire au commissaire à l'éthique de recueillir de l'information, le commissaire à l'éthique ne peut pas accomplir son travail.
Il nous faut des réponses. J'aimerais demander à M. Trudeau ce qu'il voulait dire lorsqu'il a déclaré qu'il ne fallait pas créer de précédents « fâcheux ». Je suis certain que c'est « fâcheux » de faire l'objet d'une enquête. Mon collègue M. Erskine-Smith peut me corriger si j'ai tort parce que je n'ai pas étudié le droit, mais c'est la même chose pour le défendeur, car à ma connaissance, normalement, le défendeur ne peut pas changer la loi. Il ne peut pas téléphoner au bureau de la procureure pour lui dire: « Dépêchez-vous de me tirer d'affaire. C'est important. » Le processus ne fonctionne pas comme cela.
En tant que défendeur, SNC-Lavalin ne devrait pas avoir le droit de créer ses propres lois. Aussi, en tant que personne faisant l'objet de l'enquête, le premier ministre ne devrait pas avoir le droit d'entraver l'enquête parce qu'il la trouve « fâcheuse ».
Comme ils craignent tellement que M. Dion nous présente les résultats de son enquête, qu'ils nous empêchent de recevoir le témoignage du commissaire qui relève de notre comité et, ainsi, de faire notre travail, la solution raisonnable, c'est de convoquer M. Chin, car il a reçu une promotion, n'est-ce pas? Toute son ingérence dans une poursuite indépendante lui a valu une promotion.
M. Gerry Butts est de retour et il participe à la campagne, alors évidemment, les libéraux se réjouissent et ils se félicitent les uns les autres parce qu'ils enfreignent la loi et s'en tirent sans aucune conséquence.
Le premier ministre doit comparaître parce que c'est lui qui a dit: « Merci pour le rapport et le verdict de culpabilité, mais peu importe, je continue. » Il en va de même pour M. Bill Morneau, l'homme à la mémoire incroyablement défaillante. À ce sujet, je me souviens que M. Morneau avait oublié qu'il était propriétaire d'une villa dans le Sud de la France; je présume donc que c'est possible. Qui d'entre nous n'a pas oublié qu'il était propriétaire d'une villa dans le Sud de la France?
Monsieur Baylis, je sais qu'il vous est déjà arrivé de laisser tomber quelque chose et de ne pas le mentionner, puis de dire: « Ça alors, je ne me souviens plus où j'ai mis mes clés. » C'est donc peut-être vrai qu'il s'est rendu à Davos pour rencontrer le chef de SNC-Lavalin juste avant l'adoption du projet de loi omnibus et qu'il a oublié. Or, peut-être que c'est faux, et c'est pour cette raison que M. Morneau doit témoigner devant le Comité.
Result: 1 - 1 of 1