Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 30 of 855
View Anthony Rota Profile
Lib. (ON)
I wish to inform the House that, in accordance with a representation made by the government pursuant to Standing Order 55(1), the Chair has caused to be published a special Order Paper giving notice of a government bill.
I now lay upon the table the relevant document.
The hon. member for La Prairie on a point of order.
Je désire informer la Chambre qu'en conformité d'une demande du gouvernement et conformément à l'article 55(1) du Règlement, la présidence a fait publier un Feuilleton spécial donnant avis d'un projet de loi émanant du gouvernement.
Je dépose maintenant le document en question.
L'honorable député de la La Prairie invoque le Règlement.
View Alain Therrien Profile
BQ (QC)
View Alain Therrien Profile
2020-09-28 11:05 [p.147]
Mr. Speaker, on September 24, the member for Leeds—Grenville—Thousand Islands and Rideau Lakes raised what I thought was a very relevant question of privilege. I have a few words to add to that question. I will start by recapping the facts, namely what the Prime Minister and his government did when various committees launched investigations into the WE Charity scandal.
The fiasco involving the Prime Minister, his government and WE Charity is the most serious scandal in history. It is so big that the Prime Minister's Office, cabinet, the former minister of finance, who resigned, and the Prime Minister himself went to inordinate lengths to conceal the facts from the opposition parties, Quebeckers and Canadians.
By proroguing Parliament as he did on August 18, the Prime Minister was attempting to divert attention from the investigations being conducted by no less than four parliamentary committees. The Prime Minister claimed that the pandemic warranted a new recovery plan and a new Speech from the Throne to address issues stemming from the pandemic.
In light of what the Prime Minister actually announced last week, there is every reason to believe that he is using the current public health crisis as a diversion, at the cost of human lives and economic hardship to Canadians.
This situation raises an important question of privilege because the government failed in its duty to comply with the Standing Committee on Finance's order. The government was required to produce documents and communications exchanged among ministers, senior departmental officials and WE Charity from March 2020 without redacting any of the information.
The motion adopted by the Standing Committee on Finance stated:
...any redactions necessary, including to protect the privacy of Canadian citizens and permanent residents whose names and personal information may be included in the documents, as well as public servants who have been providing assistance on this matter, be made by the Office of the Law Clerk and Parliamentary Counsel of the House of Commons.
Words are important. However, much of what is in the approximately 5,600 pages the government submitted before prorogation was blacked out and redacted, which is contrary to the committee's unanimous motion. The law clerk of the House himself said that the documents submitted by the government did not comply with the committee's motion.
By redacting the content of almost 1,000 pages of information, the government has failed to meet its obligation to be accountable for its actions. It has violated the committee's right to order the production of documents in the course of investigations related to its mandate, and, in this specific case, to an order of reference from the House of Commons.
I refer hon. members to section 18 of the Constitution Act, 1867, which extends parliamentary privilege to the right to conduct inquiries, to compel witnesses to testify, and to order the production of documents. This constitutional principle is extended to the various standing committees in Standing Orders 108(1) and 108(2).
My colleague from the Conservative Party also raised this issue. The power to order the production of documents is “a broad, absolute power that on the surface appears to be without restriction.” This quote is from chapter 20, page 984, of House of Commons Procedure and Practice, third edition, edited by Marc Bosc and André Gagnon.
A previous ruling made by Speaker Milliken on April 27, 2010, concerning the Special Committee on the Canadian Mission in Afghanistan, beginning on page 2039 of the Debates of the House of Commons, said that only the House has the power to decide whether information or information contained in the documents ordered to be produced must be protected.
In that same ruling, the Speaker explained that:
The right of Parliament to obtain every possible information on public questions is undoubted, and the circumstances must be exceptional, and the reasons very cogent....
Therefore, the government does not have the power to decide what information to redact in this case. If the government wants to hide information, it must prove to the House that the reasons for which it wants to redact this information take precedence over the public interest, which in this case is the administration of money belonging of Canadians.
In keeping with Speaker Milliken's analysis, the fundamental right of the House of Commons to hold the government to account for its actions is an indisputable privilege and in fact an obligation for the government.
He argued that the only limitation, which could only be self-imposed, would be that any inquiry must relate to its legislative competence for reasons of national security, national defence or international relations, but that is not at all the case here.
As indicated at pages 152 and 153 of House of Commons Procedure and Practice, third edition, Bosc and Gagnon, custom dictates that questions of privilege arising from committee proceedings will be heard by the House only upon presentation of a report from the committee, except in the most extreme situations.
I believe that the current situation justifies direct intervention on your part, given the extreme gravity of the consequences.
Mr. Speaker, I think you would agree that, since the Prime Minister bizarrely dissolved the Standing Committee on Finance, it cannot look into this matter and report to the House.
In the middle of a pandemic, with numerous concerns threatening public health and impacting the financial security of many individuals and businesses, this House has a duty to work effectively for our citizens.
This question of privilege has to be dealt with quickly to prevent other political manoeuvring aimed at delaying the work of the committee to the detriment of the urgent needs of the public.
Partisan strategies to distract from the We Charity scandal involving public funds and the urgency of acting to restart the economy are extremely serious circumstances in the current context of the pandemic.
Mr. Speaker, I invite you to determine whether this is a question that affects parliamentary privilege and undermines the dignity of the House so that the House may debate it.
Monsieur le Président, le 24 septembre dernier, le député de Leeds—Grenville—Thousand Islands et Rideau Lakes a soulevé une question de privilège très pertinente, à mon avis. J'aimerais rajouter quelques mots sur cette question. Je tiens d'abord à revenir sur certains faits, soit les gestes posés par le premier ministre et son gouvernement dans la foulée des enquêtes menées par différents comités pour faire la lumière sur le scandale de l'affaire UNIS.
L'affaire impliquant le premier ministre, son gouvernement et l'organisme UNIS est d'une gravité sans précédent. Le scandale est tellement gros que le bureau du premier ministre, le Conseil des ministres, l'ancien ministre des Finances, qui a démissionné, et le premier ministre lui-même tentent par toutes sortes de manœuvres de dissimuler les faits aux partis de l'opposition, aux Québécois et aux Canadiens.
En prorogeant le Parlement comme il l'a fait le 18 août, le premier ministre a usé de stratégie pour faire diversion des enquêtes tenues par pas moins de quatre comités parlementaires. Le premier ministre a affirmé que la pandémie exigeait un nouveau plan de relance et qu'il devait prononcer un discours du Trône pour répondre aux enjeux qui découlent de la pandémie.
Compte tenu de ce qui a été annoncé par le premier ministre la semaine dernière, tout porte à conclure qu'il utilise comme diversion la crise de santé publique que nous traversons au prix de vies humaines et des difficultés économiques pour les citoyens.
La situation actuelle soulève une question de privilège importante puisque le gouvernement a manqué à son obligation de se conformer à l'ordre du Comité permanent des finances. Le gouvernement devait produire les documents et les communications ayant eu cours entre les ministres, les hauts fonctionnaires des ministères et l'organisme UNIS depuis mars 2020, et ce, sans en caviarder lui-même quelconque information.
En effet, la motion adoptée au Comité permanent des finances précisait que:
[...] toute expurgation nécessaire, y compris pour protéger la vie privée des citoyens canadiens et des résidents permanents dont les noms et les renseignements personnels peuvent être inclus dans les documents, ainsi que des fonctionnaires qui ont fourni une assistance à ce sujet, soit effectuée par le Bureau du légiste et conseiller parlementaire de la Chambre des communes.
Les mots sont importants. Or, une grande partie du contenu des quelque 5 600 pages déposées par le gouvernement avant la prorogation a été caviardée et censurée, ce qui va à l’encontre de la motion unanime du Comité. Le légiste de la Chambre a lui-même affirmé que les documents remis par le gouvernement n’étaient pas conformes à la motion du Comité.
En caviardant le contenu de presque 1 000 pages d’informations, le gouvernement a outrepassé son obligation de rendre compte de ses actes. Il a bafoué le droit que détient le Comité d’exiger la production de documents dans le cadre d’enquêtes qui relèvent de son mandat, dans ce cas-ci précisément, d'un ordre de renvoi de la Chambre des communes.
Je renvoie mes collègues à l'article 18 de la Loi constitutionnelle de 1867 qui consacre à titre de privilège parlementaire le droit de mener des enquêtes, d'exiger la comparution de témoins et d’ordonner la production de documents. Ce principe constitutionnel s’étend aux différents comités permanents par le truchement des paragraphes (1) et (2) de l’article 108 du Règlement de la Chambre des communes.
Mon collègue du parti conservateur a aussi soulevé cette question. Le pouvoir de demander des documents est « un pouvoir général et absolu qui ne comporte a priori aucune limitation. » Je me réfère ici au chapitre 20 de la troisième édition de La procédure et les usages de la Chambre des communes, sous la direction de Bosc et Gagnon, à la page 984.
Dans une décision antérieure du Parlement rendue par le Président Milliken le 27 avril 2010 au sujet du Comité spécial sur la mission canadienne en Afghanistan, aux pages 2039 et suivante des Débats de la Chambre des communes, il est mentionné que seule la Chambre a le pouvoir de décider si des informations ou des renseignements contenus dans des documents visés par un ordre de produire doivent être protégés.
Dans cette même décision, le Président explique que:
Le droit du Parlement d’obtenir tous les renseignements possibles concernant une question d’intérêt public est incontestable et les circonstances doivent être exceptionnelles et les raisons très puissantes [...]
Il n’est donc pas du pouvoir du gouvernement de décider quelles sont les informations à caviarder comme dans ce cas-là. Si le gouvernement veut cacher certains renseignements, il doit faire la démonstration devant la Chambre que les raisons pour lesquelles il veut cacher ces renseignements ont préséance sur l’intérêt public duquel relève l’administration des fonds payés de la poche des Canadiens.
Suivant l'analyse du Président Milliken, le droit fondamental de la Chambre des communes d'obliger le gouvernement à rendre compte de ses actes est un privilège incontestable et, en fait, une obligation pour le gouvernement.
Selon son argumentaire, la seule limitation que la Chambre pourrait elle-même s'imposer serait que l'enquête doive se rapporter à des obligations législatives pour des raisons de sécurité nationale, de défense nationale ou de relations internationales, ce qui n'est pas du tout le cas ici.
Aux pages 152 et 153 de La procédure et les usages de la Chambre des communes, troisième édition, de Bosc et Gagnon, il est indiqué qu'il est coutume que les questions de privilège découlant des délibérations des comités soient prises en compte par la Chambre sur présentation d'un rapport du comité, à moins de circonstances extrêmement graves.
Je crois que la situation présente justifie une intervention directe de votre part, étant donné la gravité extrême des conséquences.
Monsieur le Président, vous conviendrez que, le Comité permanent des finances ayant été — bizarrement — dissout par le premier ministre, il ne peut se pencher sur cette question et en faire rapport à la Chambre
En pleine pandémie, alors que de nombreuses préoccupations menacent la santé publique et ont des incidences sur la sécurité financière de nombreux citoyens et entreprises, il est du devoir de cette Chambre de travailler avec efficacité pour nos citoyens.
La présente question de privilège doit être élucidée rapidement, afin de prévenir que des tactiques politiques visant à retarder les travaux du comité ne soient mises en avant au détriment des besoins urgents de la population.
Les stratégies partisanes pour tenter de faire diversion du scandale WE Charity impliquant des fonds publics et l'urgence d'agir pour la relance économie constituent des circonstances extrêmement graves dans le contexte actuel de pandémie.
Monsieur le Président, je vous invite à déterminer s'il s'agit d'une question qui affecte le privilège parlementaire et qui porte atteinte à la dignité de la Chambre, afin que la Chambre elle-même puisse en débattre.
View Anthony Rota Profile
Lib. (ON)
I thank the hon. member for his submission. We will come back later with a response.
The hon. member for New Westminster—Burnaby on another point of order.
Je remercie le député de sa soumission. Nous reviendrons tantôt avec une réponse.
La parole est au député de New Westminster—Burnaby pour un autre rappel au Règlement.
View Peter Julian Profile
NDP (BC)
Mr. Speaker, I would like to commend my colleague and parliamentary leader of the Bloc Québécois for his submission. It has been four days now since the hon. member for Leeds—Grenville—Thousand Islands and Rideau Lakes made his presentation, along with the leader of the Bloc Québécois, and myself on behalf of the NDP. All three of us said that this required a quick decision. The government has had four days to make its presentation and I presume it will do so now. If not, I ask you, Mr. Speaker, to quickly—
Monsieur le Président, j'aimerais féliciter mon collègue et leader parlementaire du Bloc québécois de sa soumission. En effet, cela fait quatre jours maintenant que le député de Leeds—Grenville—Thousand Islands et Rideau Lakes a fait sa présentation, ainsi que le leader parlementaire du Bloc québécois, et moi-même au nom du NPD. Tous les trois, nous avons dit qu'il fallait prendre une décision rapidement. Le gouvernement a eu quatre jours pour faire sa présentation et je présume qu'il va la faire maintenant. Sinon, je vous demande, monsieur le Président, de passer rapidement...
View Anthony Rota Profile
Lib. (ON)
Order. I am grateful for this advice. We are working very diligently on a response.
The hon. member for Banff—Airdrie, also on a point of order.
À l'ordre. Je suis reconnaissant de ces conseils et nous travaillons très diligemment pour nous assurer d'avoir une réponse.
La parole est maintenant à l'honorable député de Banff—Airdrie, qui invoque lui aussi le Règlement.
View Blake Richards Profile
CPC (AB)
View Blake Richards Profile
2020-09-28 11:14 [p.148]
Mr. Speaker, I thought you had notice, but if you seek it, I believe you will find unanimous consent for the following motion, that the membership of the Standing Committee on Procedure and House Affairs be amended as follows: Ms. Vecchio for Mr. Richards; Mr. Lukiwski for Mr. Brassard; and, Mr. Doherty for Mr. Duncan, Stormont—Dundas—South Glengarry.
Monsieur le Président, je pensais que vous aviez reçu un avis. Je crois que vous constaterez qu'il y a consentement unanime à l'égard de la motion suivante: que la liste des membres du Comité permanent de la procédure et des affaires de la Chambre soit modifiée comme suit: Mme Vecchio en remplacement de M. Richards, M. Lukiwski en remplacement de M. Brassard, et M. Doherty en remplacement de M. Duncan, Stormont—Dundas—South Glengarry.
View Anthony Rota Profile
Lib. (ON)
Normally when there are requests for unanimous consent, the Chair asks in the affirmative whether members agree.
This being a hybrid sitting of the House, were the Chair to proceed in this fashion, if there were any dissenting voices, particularly for members participating via video conference, they may not be audible.
Therefore, for the sake of clarity, I will only ask for those who are opposed to the request to express their disagreement. In this way, the Chair will hear clearly if there are any dissenting voices, and I will accordingly be able to declare whether or not there is unanimous consent to proceed.
All those opposed to the hon. member moving this motion please say nay.
An hon. member: Nay.
The Speaker: I believe we have a nay. We do not have unanimous consent.
We will continue.
Normalement, dans les cas de demande de consentement unanime, la présidence demande aux députés s'il y a consentement unanime.
Puisqu'il s'agit d'une séance hybride de la Chambre, si la présidence procède de cette manière et qu'il y a des voix dissidentes, particulièrement chez les députés participant par vidéoconférence, elles risquent de ne pas être entendues.
Par conséquent, par souci de clarté, je vais demander seulement aux députés qui s'opposent à la demande de répondre. De cette façon, s'il y a des personnes qui s'y opposent, la présidence pourra l'entendre clairement et sera ainsi en mesure de déclarer s'il y a ou non consentement unanime pour aller de l'avant.
Que tous ceux qui s'opposent à ce que le député propose la motion veuillent bien dire non.
Une voix: Non.
Le Président: J'ai entendu un non. Il n'y a pas de consentement unanime.
Nous passons à l'ordre du jour.
View Pablo Rodriguez Profile
Lib. (QC)
View Pablo Rodriguez Profile
2020-09-28 11:18 [p.149]
moved:
That the bill standing on the Order Paper, entitled An Act relating to certain measures in response to COVID-19, be disposed of as follows:
(a) the bill be ordered for consideration at second reading later this day;
(b) when the House begins debate on the motion for second reading of the bill, two members of each recognized party and a member of the Green Party may speak to the said motion for not more than 20 minutes, followed by 10 minutes for questions and comments, provided that members may be permitted to split their time with another member; and, at the conclusion of the time provided for the debate or when no member rises to speak, whichever is earlier, all questions necessary to dispose of the second reading stage of the bill shall be put without further debate or amendment, provided that, if a recorded division is requested, it shall not be deferred;
(c) if the bill is adopted at second reading, it shall be referred to a committee of the whole, deemed considered in committee of the whole, deemed reported without amendment, deemed concurred in at report stage, and deemed read a third time and passed;
(d) until the said bill is disposed of at second reading or read a third time, whichever is later, the House shall not adjourn except pursuant to a motion proposed by a minister of the Crown; and
(e) no motion to adjourn the debate may be proposed except by a minister of the Crown.
He said: Mr. Speaker, this a momentous time in our history, and we must all act accordingly.
We are gathered here today at a momentous time in our history. Indeed, the last six months have changed our country. More than 9,000 Canadians have died from COVID-19. Many thousands more have contracted the virus. Millions of Canadians have seen their jobs disappear in the economic crisis caused by the pandemic. So many people are still worried about how much longer their jobs will last, and we all know so many of these people.
As the days grow shorter and the autumn leaves begin to appear, we are at a crossroads. We can ignore the challenges that remain before us and blindly walk down a dark path with dangerous consequences, or we can walk together on a second path with our eyes wide open, and prepare our families and our country for the twists and turns that lie ahead.
Our government is committed to responsibly leading Canadians down that second path.
We must continue to be honest with Canadians, as we always have been.
The second wave poses serious risks. We must not take it lightly, on the contrary. Over the coming weeks and months, we must do everything we can to protect Canadians. That is what is most important to us. In fact, as elected members, it is our greatest responsibility; it is the greatest responsibility. Canadians know it, all my colleagues in the House know it and we know it: We are facing the gravest of threats. It continues to weigh on all of us, our families, our friends, our neighbours and our colleagues. We are all at risk, with no exceptions.
Canadians know how to do their part by staying home, washing their hands, wearing a mask and following public health guidance.
As a government and as parliamentarians, we also have a duty to do our part. First, we need to help the most vulnerable Canadians, especially those who are struggling to make ends meet. There are many of them. This crisis is affecting all Canadians. Many people have lost their jobs, and others worry they are next. Some people are starting to pull through, while others now need to stay home to care for a sick father, mother, son or daughter. Some need to stay home because they themselves are sick.
Canadians are worried, as are we all. They have valid questions. How are they going to pay the bills? How are they going to feed and clothe their families? How are they going to pay the mortgage or rent?
From the beginning of this crisis, our government has been working day and night to meet the needs of Canadians. We do not want to leave anyone behind. We want to be there for everyone. At times like these, we need to assure all Canadians that we will be there for them, that we will never let them down, that we will keep helping them, that we will get through this crisis together, and that, together, we will come out even stronger on the other side. The key word is “together”. We have to do this “together”.
This is a message that I hope all parliamentarians will reflect on as we discuss the motion before the House today. It is a simple message. It is time for action. It is a time of urgency. It is not a time for members to slow walk their way toward inaction. It is definitely not a time to play political games.
Canadians need our help now and this is exactly what the motion is meant to accomplish: quick action. Canadians need members of the House to recognize the urgency of the situation and to work together. They are watching us. Can we work together for the benefit of all Canadians?
I hope that all members from all parties will leave politics aside and work with us. We must move forward to provide millions of Canadians with the financial support they need and we must do it now.
The government presented a Speech from the Throne last week in which we clearly stated our plan for the coming weeks and months. We are going to show some leadership; guide the government through this crisis; guide the government and the country to economic recovery; and rebuild the foundations of our society to make it stronger, more just and more humane.
In its throne speech, the government promised to help each and every Canadian, and Canada is in a sound financial position to do so, compared to other countries. That is why we did not hesitate to use our financial resources to help Canadians, through programs such as the Canada emergency response benefit and the Canada emergency wage subsidy. We did not hesitate to use the tools at our disposal or to create new ones in order to help Canadians. Canadian workers and employers must have the support they need to weather this fierce storm.
Madam Speaker, if I may, I would like to quote a passage from the Speech from the Throne: “Canadians should not have to choose between health and their job, just like Canadians should not have to take on debt that their government can better shoulder.”
Every member of the government is working as a team to support Canadians. I commend the thousands of public servants and thank them from the bottom of my heart for their dedication and the extraordinary work they have done. They continue to work to make a positive difference in the lives of all Canadians. Members of cabinet, like all members of the Liberal caucus, have never lost sight of the fact that the most important thing to do is to help the people we serve.
Canadians elected us. We are here because they made that choice. They are the reason were are here in the House. They are the reason we are standing up and working together to develop policies that will make a difference for the men and women of this country, for the young and not-so-young, for our seniors and our businesses.
Among those who have worked the hardest is my colleague and friend, the Minister of Employment, Workforce Development and Disability Inclusion. For months now, right through recent days, I would say all the time that she has adopted an open and collaborative approach. She has listened to Canadians and has collaborated with her fellow parliamentarians. I would say her door is always open. She is always ready to discuss and accept ideas from all others. Sometimes good ideas or better ideas come from the other side. She is totally open to that.
She and her team have worked hard and have come forward with a proposal to create three new benefits.
First, there is the Canada recovery benefit. This would help Canadians who have stopped working because of COVID-19 but do not qualify for EI, and Canadians who are employed but have seen their income reduced.
Second, there is the Canada recovery sickness benefit. This would assist Canadians who are unable to work because they must stay at home.
Third, there is the Canada recovery caregiving benefit. This would support workers who need to take unpaid leave to care for family members as a result of COVID-19.
When my colleague announced those benefits in August, she said she would monitor the development of the pandemic closely, and that is what she is doing. She has been keeping a close eye on the situation since schools reopened. She is also monitoring the number of jobs created in the country. She is keeping tabs on what is happening in every province and in every region of the country. She made it very clear that she would be flexible with respect to details of the benefits and that she is open to collaboration. She always works collaboratively.
Everyone is aware of the urgency of the current situation. Canadian workers and their families are counting on us to provide the help they need to pay their bills and buy groceries. They need our help to get through this crisis. Objectively speaking, this motion puts forward a reasonable way for the government to fulfill its responsibilities and help Canadians. Crucially, in our opinion, the motion gives all parties an opportunity to speak to the motion. It enables the House to do what needs to be done to study the proposed legislation without delay.
I ask members to join us in support of the motion. This is not a time for delay. It is time for action, and Canadians are counting on us. We must not let them down.
propose:
Que le projet de loi inscrit au Feuilleton, intitulé Loi relative à certaines mesures en réponse à la COVID-19, soit disposé de la manière suivante:
a) que l’étude à l’étape de la deuxième lecture en soit fixée à plus tard aujourd’hui;
b) lorsque la Chambre entamera le débat sur la motion portant deuxième lecture du projet de loi, deux députés de chaque parti reconnu et un député du Parti vert puissent prendre la parole sur ladite motion pendant au plus 20 minutes, suivies de 10 minutes pour les questions et observations, pourvu que les députés puissent partager leur temps de parole avec un autre député; à la fin de la période prévue pour ce débat ou lorsque plus aucun député ne se lèvera pour prendre la parole, selon la première éventualité, toute question nécessaire pour disposer de l’étape de la deuxième lecture soit mise aux voix sans plus ample débat ni amendement, pourvu que, si un vote par appel nominal est demandé, il ne soit pas différé;
c) si le projet de loi est adopté à l’étape de la deuxième lecture, il soit renvoyé à un comité plénier, réputé étudié en comité plénier, réputé avoir fait l’objet d’un rapport sans amendement, réputé adopté à l’étape du rapport et réputé lu une troisième fois et adopté;
d) jusqu’à ce que le projet de loi soit disposé à l’étape de la deuxième lecture ou lu une troisième fois, selon la dernière éventualité, la Chambre ne s'ajournera pas, sauf en conformité d'une motion présentée par un ministre de la Couronne;
e) aucune motion d’ajournement du débat ne pourra être proposée, sauf si elle est présentée par un ministre de la Couronne.
— Monsieur le Président, nous vivons des temps historiques. Nous devons tous agir en conséquence.
Nous sommes réunis ici aujourd'hui à un moment crucial de notre histoire. En effet, les six derniers mois ont transformé notre pays. Plus de 9 000 Canadiens ont succombé à la COVID-19. Plusieurs milliers d'autres ont contracté le virus. Des millions de Canadiens ont vu leur emploi disparaître dans la crise économique engendrée par la pandémie. Beaucoup s'inquiètent toujours de savoir combien de temps encore ils conserveront leur emploi. Nous en connaissons tous un bon nombre dans cette situation.
Alors que les jours raccourcissent et les feuilles changent de couleurs, nous nous trouvons à la croisée des chemins. Nous pouvons faire fi des défis qu'il nous reste à surmonter et poursuivre aveuglément un chemin sombre parsemé de périls, ou nous pouvons emprunter ensemble une deuxième voie, les yeux grand ouverts, et préparer nos familles et notre pays aux vicissitudes qui nous attendent.
Le gouvernement s'engage à prendre ses responsabilités et à guider les Canadiens dans cette deuxième voie.
Nous devons continuer d'être francs avec les Canadiens, comme nous l'avons toujours été.
La seconde vague comporte des risques importants; il ne faut pas la prendre à la légère, bien au contraire. Au cours des semaines et des mois à venir, nous devrons tout mettre en œuvre pour protéger les Canadiens. C'est la chose la plus importante pour nous. En fait, en tant qu'élus, c'est notre plus grande responsabilité. C'est la plus grande. Les Canadiens le savent, tous mes collègues de la Chambre le savent et nous le savons également: nous faisons face à une menace des plus importantes. Elle continue de peser sur nous tous, nos familles, nos amis, nos voisins et nos collègues. Tous, nous sommes à risque, sans exception.
Les Canadiens savent comment faire leur part, c'est-à-dire en restant à la maison, en se lavant les mains, en portant le masque et en respectant l'ensemble des consignes de la santé publique.
En tant que gouvernement et en tant que parlementaires, nous avons également la responsabilité de faire notre part. Nous devons premièrement venir en aide aux plus vulnérables, particulièrement à ceux et à celles qui ont de la difficulté à rejoindre les deux bouts. Or il y en a beaucoup. Cette crise touche tous les Canadiens. Nombreux sont ceux qui ont perdu leur emploi; d'autres craignent de le perdre. Quelques-uns commencent à s'en sortir, mais, au moment, d'autres doivent maintenant rester à la maison pour prendre soin d'un proche malade, que ce soit leur père, leur mère, leur fils ou leur fille. Parfois, ils sont eux-mêmes malades et doivent rester à la maison.
Les Canadiens sont inquiets, et nous partageons tous cette inquiétude. Ils se posent des questions légitimes. Comment paieront-ils leurs factures? Comment nourriront-ils leur famille? Comment habilleront-ils leurs enfants? Comment paieront-ils leur hypothèque ou leur loyer?
Depuis le début de cette crise, notre gouvernement travaille jour et nuit pour répondre aux besoins des Canadiens. Nous ne voulons laisser personne derrière. Nous voulons être présents pour tous. C'est justement dans des moments comme celui-ci que nous devons dire et répéter à l'ensemble des Canadiens que nous serons là pour eux, que nous ne les abandonnerons pas, que nous continuerons de les aider, que nous traverserons cette crise ensemble et que, ensemble, nous en sortirons encore plus forts. Le mot « ensemble » est fondamental. Nous devons le faire « ensemble ».
J'espère que tous les parlementaires songeront à ce message durant les discussions sur la motion présentée aujourd'hui. C'est un message simple. Il faut passer à l'action. Il y a urgence. Les députés ne doivent pas se traîner les pieds. Ce n'est surtout pas le moment de faire des jeux politiques.
Les Canadiens ont besoin de nous maintenant, et c'est exactement ce à quoi cette motion servira: agir rapidement. Les Canadiens souhaitent que les députés conviennent de l'urgence de la situation, et qu'ils travaillent ensemble. Ils nous observent. Pouvons-nous travailler ensemble au bénéfice de tous les Canadiens?
J'espère que l'ensemble des députés de tous les partis mettront la politique de côté pour travailler avec nous. Nous devons aller de l'avant pour fournir à des millions de Canadiens le soutien financier dont ils ont besoin, et il faut le faire maintenant.
Le gouvernement a présenté un discours du Trône la semaine dernière. Nous avons dit clairement ce que nous allons faire au cours des prochaines semaines, des prochains mois: nous allons faire preuve de leadership, mener le gouvernement à travers la crise, mener le gouvernement et le pays vers la reprise économique et rebâtir les bases de notre société pour la rendre encore plus juste, plus forte et plus humaine.
Dans son discours du Trône, le gouvernement a promis d'aider les Canadiens, tous les Canadiens. Quand on se compare aux autres pays, on voit que le Canada est dans une bonne position financière pour le faire. C'est d'ailleurs pour cela que nous n'avons pas hésité à utiliser nos ressources financières pour aider les Canadiens, que ce soit par l'entremise de la Prestation canadienne d'urgence ou de la Subvention salariale d'urgence du Canada. Nous n'avons pas hésité à utiliser les outils que nous avions ou à en créer d'autres pour aider les Canadiens. Les travailleurs et les employeurs canadiens doivent disposer du soutien nécessaire pour traverser cette forte tempête.
Madame la Présidente, si vous me le permettez, je vais citer un passage du discours du Trône: « Les Canadiens ne devraient pas avoir à choisir entre leur santé et leur travail, tout comme ils ne devraient pas avoir à s'endetter alors que le gouvernement peut mieux les soutenir. »
Tous les membres du gouvernement travaillent en équipe pour soutenir les Canadiens. Des milliers de fonctionnaires, que je salue et que je remercie du fond du cœur pour le travail extraordinaire qu'ils ont fait, ont travaillé avec beaucoup de dévouement, et ils continuent de travailler pour faire une différence positive dans la vie de tous les Canadiens. Les membres du Cabinet, comme l'ensemble des membres du caucus libéral, ne perdent pas de vue, à aucun moment, que ce qui importe le plus est d'aider les gens que nous servons.
Ce sont les Canadiens et les Canadiennes qui nous ont élus. Nous sommes ici parce qu'ils ont pris cette décision. C'est pour eux que nous sommes ici, à la Chambre. C'est pour eux que nous nous tenons debout et que nous travaillons ensemble pour élaborer des politiques qui sauront faire une différence pour les hommes et les femmes de ce pays, pour les jeunes et les moins jeunes, pour nos aînés et pour nos entreprises.
Une des personnes qui s'est le plus démenée est ma collègue et amie, la ministre de l’Emploi, du Développement de la main-d’œuvre et de l'Inclusion des personnes handicapées. Cela fait maintenant des mois qu'elle pratique une approche d'ouverture et de collaboration. Elle a écouté les Canadiens et collaboré avec ses collègues du Parlement. J'oserais dire que sa porte est toujours ouverte. Elle est toujours disposée à discuter et à accepter les idées d'autrui. Il arrive en effet que ceux d'en face en aient de bonnes, voire de meilleures. Elle est totalement ouverte à cette notion.
Son équipe et elle ont travaillé fort pour présenter une proposition prévoyant la création de trois nouvelles prestations.
Il y a d'abord la Prestation canadienne de relance économique, qui viendrait en aide aux Canadiens qui ont cessé de travailler à cause de la COVID-19, mais qui ne sont pas admissibles à l'assurance-emploi, ainsi qu'aux Canadiens qui ont un emploi, mais dont le revenu a diminué.
Vient ensuite la Prestation canadienne de maladie pour la relance économique. Cette prestation aiderait les Canadiens qui ne peuvent travailler parce qu'ils doivent rester à la maison.
Enfin, il y a la Prestation canadienne de relance économique pour les proches aidants, qui aiderait les travailleurs qui doivent prendre un congé non rémunéré pour s'occuper de membres de leur famille en raison de la COVID-19.
Lorsqu'elle a annoncé ces prestations, en août, ma collègue a dit qu'elle suivrait de près la progression de la pandémie, et c'est d'ailleurs ce qu'elle fait. Elle surveille de près la situation depuis que les écoles ont rouvert. Elle surveille également le nombre d'emplois créés au pays. En fait, elle surveille ce qui se passe dans chaque province et dans chaque région du pays. Elle a très clairement indiqué qu'elle ferait preuve de souplesse en ce qui concerne les détails des prestations et qu'elle était ouverte à la collaboration. En fait, elle travaille toujours en collaboration.
Aujourd'hui, personne n'ignore l'urgence que nous vivons. Les travailleurs canadiens et leurs familles comptent sur nous pour recevoir l'aide dont ils ont besoin pour payer leurs factures, pour payer l'épicerie. Ils ont besoin qu'on les aide à traverser cette crise. Si on regarde cela objectivement, la motion propose une façon raisonnable pour la Chambre d'assumer ses responsabilités et d'aider les Canadiens. Elle prévoit que tous les partis s'expriment sur la motion, ce qui est fondamental pour nous. Elle offre un moyen à la Chambre de prendre les mesures nécessaires pour se pencher de toute urgence sur la mesure législative présentée.
Je demande aux députés de se joindre à nous et d'appuyer cette motion. Ce n'est pas le temps de faire traîner les choses, mais d'agir, et les Canadiens comptent sur nous. Ne les décevons pas.
View Gérard Deltell Profile
CPC (QC)
View Gérard Deltell Profile
2020-09-28 11:31 [p.150]
Madam Speaker, we will have an opportunity to get to the bottom of things a little later.
Does the Leader of the Government in the House of Commons think it is right, fair and balanced for parliamentarians to spend barely four hours examining a bill that will involve nearly $50 billion in spending?
Madame la Présidente, nous aurons l'occasion d'aller au fond des choses tout à l'heure.
Le leader du gouvernement à la Chambre des communes trouve-t-il pertinent, juste, équilibré et équitable pour les parlementaires que l'on consacre à peine quatre heures à l'étude d'un projet de loi qui engagera des dépenses pouvant totaliser près de 50 milliards de dollars?
View Pablo Rodriguez Profile
Lib. (QC)
View Pablo Rodriguez Profile
2020-09-28 11:32 [p.150]
Madam Speaker, I thank my colleague for his question and commend him for his work.
This motion takes a number of things into account and strikes a balance between the urgent need to act, which is very real, and allowing all parties to speak to the issue. This motion makes both of those things possible.
Madame la Présidente, je remercie mon collègue de sa question, et je tiens à saluer son travail.
Cette motion prend en compte plusieurs choses et établit un équilibre entre l'urgence d'agir, qui est bien réelle, et la possibilité pour l'ensemble des partis de s'exprimer sur la question. Ces deux éléments sont possibles grâce à cette motion.
View Peter Julian Profile
NDP (BC)
Madam Speaker, we begrudgingly support this motion.
The reality is that, as of midnight last night, there is no more support for people who are experiencing COVID-19-related financial difficulty. That situation is a direct result of government decisions. Because of the prorogation of this Parliament, the closure of this Parliament, today, people are distraught. It was irresponsible of the government.
Since midnight last night, Canadians who are suffering, who are trying to put food on the table and keep a roof over their heads, find themselves with no supports at all because of the government's actions. The government prorogued Parliament. The Prime Minister basically shut it down and now, as people have absolutely no supports to turn to, we are forced, with the motion, to try to put back in place supports that were taken away by the government.
My question to my colleague, whom I respect a lot, is very simple. Why did the government not allow for the sitting in August that would have put this legislation in place, and why did the Liberals take millions of Canadians right to the precipice before acting?
Madame la Présidente, nous appuierons cette motion à reculons.
La réalité, c'est que depuis hier soir, à minuit, il n'y a plus aucun soutien pour les gens qui subissent des pressions financières à cause de la COVID-19. Cette situation a été créée par les décisions du gouvernement. La prorogation de ce Parlement, la fermeture de ce Parlement, a fait en sorte que, aujourd'hui, des gens sont au bord de la falaise. C'était irresponsable de la part du gouvernement.
Depuis minuit hier soir, des Canadiens en difficulté, qui peinent à se nourrir et à garder un toit, se retrouvent sans aucun soutien à cause des décisions du gouvernement. Le gouvernement a prorogé le Parlement. Le premier ministre a essentiellement fermé le Parlement et maintenant, comme les Canadiens ne disposent d'absolument aucun soutien, nous sommes forcés, avec la présentation de cette motion, d'essayer de remettre en place des mesures que le gouvernement a supprimées.
La question que j'adresse à mon collègue — qui a toute mon estime — est fort simple. Pourquoi le gouvernement n'a-t-il pas permis que la Chambre siège en août pour faire adopter cette mesure et pourquoi les libéraux ont-ils poussé des millions de Canadiens au bord du précipice avant d'agir?
View Pablo Rodriguez Profile
Lib. (QC)
View Pablo Rodriguez Profile
2020-09-28 11:34 [p.151]
Madam Speaker, I respect my colleague a lot, and I thank him for his support and the support of his party. It is the responsible thing to do. I think the motion strikes a balance between the urgency of the situation and the capacity for all parties to be able to debate the motion.
I would remind everyone of what we already know: We are living in a pandemic. The government has struck this balance.
Over the summer, we sat several times. We were here, and members could ask us questions for hours. That was crucial, and we were in favour of it. We have always tried to strike a balance between moving and acting quickly to meet the needs of all Canadians and ensuring that we act democratically by allowing our colleagues from different parties to ask questions. That is why we were so insistent on having a hybrid model, which our Conservative friends opposed for so long for who knows what reason.
Madame la Présidente, j'ai énormément de respect pour mon collègue, et je remercie son parti et lui de leur appui. Ils ont pris une position responsable. J'estime que la motion établit un équilibre entre l'urgence de la situation et la capacité de l'ensemble des partis de pouvoir en débattre.
Je rappelle à tous ce que l'on sait déjà: nous vivons une pandémie. Le gouvernement a trouvé cet équilibre.
Au cours de l'été, nous avons siégé à plusieurs reprises. Nous étions ici, et les députés pouvaient nous poser des heures pendant des heures. C'était fondamental, et nous étions tout à fait en faveur de cela. Nous avons toujours cherché un équilibre entre bouger et agir rapidement pour répondre aux besoins de l'ensemble des Canadiens et assurer la démocratie en permettant à nos collègues des différents partis de nous poser des questions. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle nous avons insisté autant pour avoir un modèle hybride auquel nos amis conservateurs se sont opposés pour je ne sais quelle raison pendant si longtemps.
View Yves Perron Profile
BQ (QC)
View Yves Perron Profile
2020-09-28 11:35 [p.151]
Madam Speaker, I have a little trouble believing what I am hearing.
It seems that our friends in government are avoiding the question raised a few minutes ago. It is September 28, the clock is ticking, and we must act before September 30.
This summer, the House was prorogued. The main reason for the prorogation was to put a lid on the WE scandal. Today, we are hearing emotional speeches. Canadians need help, Quebeckers need help, and employers need support. Employers in particular needed the CERB to be incentivize work over the past few months.
I would ask the hon. government House leader to explain why the government waited until two days before the deadline. A real debate definitely takes time. Now we have to move quickly because Parliament was shut down to avoid a scandal.
How does the leader feel about that today? What does he have to say to Canadians?
Madame la Présidente, j'ai un peu de peine à croire à ce que j'entends.
J'ai l'impression que nos amis du gouvernement évitent la question qui est soulevée déjà depuis quelques minutes. En effet, nous sommes le 28 septembre, et le temps presse pour pouvoir prendre des mesures avant le 30 septembre.
Cet été, nous avons prorogé la Chambre. La raison fondamentale de la prorogation, c'était le scandale dans l'affaire UNIS sur lequel on voulait mettre le couvercle. Aujourd'hui, on fait des discours émotifs. Les Canadiens ont besoin d'aide, les Québécois ont besoin d'aide et les employeurs ont besoin de soutien. Ces employeurs, particulièrement, auraient eu besoin que la PCU soit un incitatif au travail durant les derniers mois.
Je demanderais à l'honorable leader du gouvernement à la Chambre de nous expliquer pourquoi on attend à deux jours avant l'échéance. C'est vrai que faire un débat valable prend du temps. Là, on se trouve dans l'obligation d'aller vite parce qu'on a fermé le Parlement pour éteindre un scandale.
Comment se sent le leader aujourd'hui concernant cela? Que peut-il répondre à la population?
View Pablo Rodriguez Profile
Lib. (QC)
View Pablo Rodriguez Profile
2020-09-28 11:36 [p.151]
Madam Speaker, I thank my colleague for his question, even though it was a bit partisan.
The last thing we should be doing right now as parliamentarians is addressing these issues with such partisan rhetoric. That is one thing I would never do, as my colleague very well knows.
We are here to debate things that are fundamental to Canadians. This motion includes measures for people who do not currently have these supports, like people who are self-employed, whose income has been reduced or who have to stay at home.
For their sake, on behalf of those individuals, if we can set partisanship aside, will the Bloc Québécois support them?
Madame la Présidente, je remercie mon collègue de sa question, quoiqu'elle soit une peu partisane.
En ce moment, aborder tout cela dans un discours partisan est peut-être la dernière chose qu'on devrait faire, comme parlementaires. C'est une chose que je ne ferais jamais, comme mon collègue le sait très bien.
Nous sommes ici pour débattre de choses fondamentales pour les Canadiens. Cette motion comprend des mesures pour des gens qui n'ont pas cette aide aujourd'hui. Ce sont des gens, par exemple, qui sont des travailleurs autonomes, des gens qui ont vu leurs revenus baisser ou des gens qui doivent rester à la maison.
Au nom de tout cela, au nom de ces gens-là, si on laisse de côté la partisanerie, le Bloc québécois va-t-il les appuyer?
View Lloyd Longfield Profile
Lib. (ON)
View Lloyd Longfield Profile
2020-09-28 11:37 [p.151]
Madam Speaker, we have just had the worst results in Ontario since the beginning of the pandemic, with 700 cases reported on Monday morning. We are looking at closing our constituency office again.
In light of where we were in April, and the fact that we have never had this bad a result in Ontario, could the hon. member comment on how serious this is right now?
Madame la Présidente, l'Ontario vient d'enregistrer les pires chiffres depuis le début de la pandémie: 700 cas ont été signalés lundi matin. Nous songeons à fermer de nouveau notre bureau de circonscription.
Compte tenu de l'état de la situation en avril, et du fait que les résultats n'ont jamais été aussi mauvais en Ontario, le député pourrait-il nous livrer ses observations sur le sérieux des circonstances actuelles?
View Pablo Rodriguez Profile
Lib. (QC)
View Pablo Rodriguez Profile
2020-09-28 11:38 [p.151]
Madam Speaker, my colleague asked a very responsible question. He is absolutely right. We are right in the middle of a second wave. It is not a theory, and there is no “maybe” or “if”: We are there. We see the cases increasing pretty much everywhere across the country. In my own province, the numbers are extremely high. I see that in Ontario it is the same.
We have to act responsibly. We have to act as leaders, which we all are. We are all leaders. We are the government, and all members of Parliament were elected. We all share this responsibility. The responsibility is not only on the government's side. It is the responsibility of all members of Parliament.
Are we going to show up and support Canadians or decide instead to be political?
Madame la Présidente, le député pose une question responsable. Il a tout à fait raison. Nous sommes en plein dans la deuxième vague. Ce n'est pas théorique. Il n'y a pas de « peut-être » ou de « si ». Nous en sommes là. Le nombre de cas augmente à peu près partout au pays. Dans ma province, le nombre est extrêmement élevé, tout comme en Ontario.
Nous devons agir de manière responsable. Nous devons agir en leader, ce que nous sommes tous, tous autant que nous sommes. Nous formons le gouvernement et tous les députés ont été élus. Nous partageons tous cette responsabilité. Celle-ci n'incombe pas seulement au gouvernement, mais à tous les députés.
Allons-nous nous retrousser les manches et appuyer les Canadiens ou allons-nous faire de la politicaillerie?
View John Brassard Profile
CPC (ON)
View John Brassard Profile
2020-09-28 11:38 [p.151]
Madam Speaker, let us not be fooled by what is going on here. The government is putting itself in an angelic position by asking us to just get this done.
In fact, there was an opportunity to get it done. The member for New Westminster—Burnaby spoke about it a month ago. In fact, last Friday it was the Conservatives who proposed a motion to allow weekend sittings of the House, including this past weekend, so that we could work on this on behalf of Canadians. It is a $57 billion bill. There is no question that Canadians need help.
Would the government just stop playing these games? Its intent is to make the opposition look bad. The government needs to realize that Canadians not only expect us to work together, first and foremost, but also expect the opposition to be able to scrutinize what is, in effect, a $57 billion bill. Maybe we can make it better by sending it to committee. Maybe we can make it better by having more debates and interactions in the House.
Instead, the government is rushing this through, painting the opposition as the bad guys on this if we do not agree with it. The government had a chance a month ago, but the Prime Minister prorogued Parliament to save his political skin from the WE scandal.
Why will the government House leader not just admit that now and let Parliament do its job on this bill?
Nous ne sommes pas dupes, madame la Présidente, en nous demandant de faire notre travail tout simplement, le gouvernement se donne le beau rôle.
En fait, on aurait déjà pu régler le problème. Le député de New Westminster—Burnaby en a parlé il y a un mois. En fait, vendredi dernier, les conservateurs ont proposé une motion qui aurait donné l'autorisation à la Chambre de siéger le week-end — et notamment le week-end dernier — pour travailler sur ce dossier, dans l'intérêt des Canadiens. Il s'agit d'un projet de loi de 57 milliards de dollars. Il est évident que les Canadiens ont besoin d'aide.
Le gouvernement pourrait-il arrêter de jouer à ces jeux? Son intention est de donner une mauvaise image de l'opposition. Le gouvernement doit se rendre compte que, d'abord et avant tout, les Canadiens s'attendent à ce que nous travaillions ensemble, mais aussi à ce que l'opposition soit en mesure d'examiner minutieusement ce qui est, effectivement, un projet de loi de 57 milliards de dollars. Nous pouvons peut-être l'améliorer en le renvoyant au comité. Peut-être pouvons-nous l'améliorer en organisant davantage de débats et d'échanges au sein de la Chambre.
Au lieu de cela, le gouvernement essaie de faire adopter le projet de loi à toute vapeur et fera paraître sous un mauvais jour les députés de l'opposition si nous n'acceptons pas la chose. Le gouvernement a eu une occasion il y a un mois, mais le premier ministre a prorogé le Parlement pour survivre politiquement au scandale d'UNIS.
Pourquoi le leader du gouvernement au Parlement ne l'admet-il pas maintenant et ne laisse-t-il pas le Parlement faire son travail sur ce projet de loi ?
View Pablo Rodriguez Profile
Lib. (QC)
View Pablo Rodriguez Profile
2020-09-28 11:40 [p.152]
Madam Speaker, I want to be very clear. The Conservatives do not need me to make them look bad: They can do that on their own. I can assure members of that. The other thing—
Some hon. members: Oh, oh!
Madame la Présidente, je vais être très clair: les conservateurs n'ont pas besoin de moi pour paraître sous un mauvais jour. Ils y arrivent tout seuls. Je peux en assurer les députés. Par ailleurs...
Des voix: Oh, oh!
View Alexandra Mendès Profile
Lib. (QC)
The hon. leader of the government is answering a question.
Le leader du gouvernement à la Chambre est en train de répondre à une question.
View Pablo Rodriguez Profile
Lib. (QC)
View Pablo Rodriguez Profile
2020-09-28 11:40 [p.152]
Madam Speaker, as I said before, it is time to act. We can debate and look at this and that, but the important thing is that so many Canadians are waiting for this. So many Canadians need our help. So many Canadians will benefit from what we are doing today.
If it is so important to the Conservatives, are they going to support this motion?
Madame la Présidente, comme je l'ai déjà dit, il faut agir sans tarder. On peut débattre de ceci ou de cela, mais l'important, c'est que ce que nous faisons aujourd'hui bénéficiera aux nombreux Canadiens qui attendent ce projet de loi et qui ont besoin de notre aide.
Si aider les Canadiens revêt une si grande importance pour les conservateurs, vont-ils appuyer la motion?
View Claude DeBellefeuille Profile
BQ (QC)
Madam Speaker, the bill currently before us requires a number of very significant administrative changes.
Can the government House leader explain why Parliament was prorogued for five weeks? Does he not get the impression that time has been stolen from the democratic process, in other words, from the debate needed for this very important bill?
Madame la Présidente, le projet de loi que nous avons sous les yeux nécessite plusieurs modifications administratives très importantes.
Est-ce que le leader du gouvernement peut nous expliquer pourquoi il y a eu une prorogation de cinq semaines? N'a-t-il pas l'impression qu'il a volé du temps à l'exercice d'une démocratie, c'est-à-dire au débat entourant un projet de loi très important?
View Pablo Rodriguez Profile
Lib. (QC)
View Pablo Rodriguez Profile
2020-09-28 11:41 [p.152]
Madam Speaker, I thank my colleague for her question.
When this pandemic hit, we moved quickly, always seeking to strike a balance between acting swiftly for the good of all Canadians and allowing members of Parliament to meet and debate with a hybrid system. My colleagues from the Bloc Québécois opposed that. I wonder why they did that, when we wanted to encourage everyone.
Madame la Présidente, je remercie ma collègue de sa question.
Lorsque cette pandémie est arrivée, nous avons rapidement réagi en cherchant toujours un équilibre entre agir rapidement pour le bien de l'ensemble des Canadiens et permettre aux députés du Parlement de se voir et de débattre de façon hybride. Mes collègues du Bloc québécois s'y étaient opposés. Je me demande pourquoi ils l'ont fait alors que nous voulions encourager tout le monde.
View Gérard Deltell Profile
CPC (QC)
View Gérard Deltell Profile
2020-09-28 11:42 [p.152]
Madam Speaker, all Canadians want Parliament to function properly. All Canadians care about what is going on with health care. All Canadians, particularly folks in Quebec and Ontario, are seeing an increase in COVID-19 cases. We need measured, worthwhile, relevant action, but we believe that must happen through healthy democratic debate. What we are seeing now is anything but.
The government is about to introduce legislation that will result in $57 billion in spending, and it is reducing the time parliamentarians have to speak on the bill to barely four and a half hours.
This is anything but parliamentary democracy. As elected officials, we have a duty to hold the government accountable. We were elected to ask the government what it is doing, how it is doing it and why. With four and a half hours of debate, we cannot hope to understand where the $57 billion is going. Unfortunately, that is what the government is forcing us to do, and we condemn it in the strongest terms.
Why are we here today? We are here because we are concerned about the health situation of Canadians. We are concerned about the survival of Canadian businesses. We are concerned about Canadian workers who are out of jobs because of the pandemic. We are concerned because the Liberal government tabled some ideas, proposals and policies that created a lack of manpower and businesses were forced to close.
In my riding, many restaurants and other businesses closed their doors because they needed workers but instead people preferred not to work and to use what we call in French the PCU.
The debate is serious, which is why we must take the necessary time to study the measures the government is proposing.
All of us on this side want to help Canadians. All of us on this side want to help the business community. All of us on this side are concerned about the health of Canadians and want to help everybody on that issue. All of us on this side want to work hand in hand with the provinces. On this side, we are not going to say what is good for the provinces but rather ask how we can help them. That is the Conservative view, not the Liberal one.
What we have today in front of us is a government that acted at the last minute. The government decided to have just four and a half hours of debate for $50 billion in taxpayers' money. This is unparliamentary, and we strongly disagree with the approach of the government.
We are here today because the government has acted in an unfortunate way in recent weeks. We should remember that when the pandemic broke out, we had urgent action to take. We worked with the government, but we also took the government to task on a number of occasions. I will come back to that later. We wanted to work together. That is why we agreed to have the hybrid Parliament and why we agreed to have committees. We were doing our job, which is really relevant.
Some senior members in our party, including the hon. member for Carleton, the hon. member for Rivière-des-Mille-Îles and the hon. member for St. Albert—Edmonton, just to name a few, asked questions that were very relevant to the WE scandal, but awkward for the government. The government had decided to give $900 million to friends of the regime without a call for tenders. Once it started really feeling the heat, the Liberal government decided to kill parliamentary democracy by proroguing the session.
Let's keep in mind that, in 2015, these paragons of virtue said that they would never use prorogation and that they would never prevent parliamentarians from expressing themselves, but they did at the first opportunity.
We would not be where we are today had the government allowed parliamentarians to continue doing their job, yet that is exactly what the government is encouraging us to do. For six weeks, we were unable to do our job as parliamentarians, a necessary job.
The government recalled the House with a throne speech last week. The very next day, it introduced Bill C-2, which includes budgetary measures to help Canadians.
We understand that time is running out because of the sunset clauses on government measures. Because of these sunset clauses, the House has to vote on certain issues before October 1, but the government is the one in charge of the calendar. It is the government that decided to shut down committees and close Parliament six weeks ago. It is the government that decided to recall the House last week when it could have easily done so earlier. The government could have easily allowed Parliament to do its work in committee, but no.
These people who really enjoy controlling Parliament and the situation have made it so that we have just a few hours before the sunset clauses take effect. They bear all the responsibility for that.
It is very funny to hear the government House leader saying that Liberals want to walk together and work together and that there is no time for political games. This is exactly what they are doing. We are not working together. They want to work all by themselves. They say they do not want to play political games. That is exactly what they are doing right now. We have $50 billion in front of us that we have to debate and they are letting parliamentarians talk about it for only four and a half hours. This is a big joke. This is everything but parliamentary democracy. We need to work together, obviously, but we need the tools to do that and what the government is tabling today does everything but give parliamentarians the right tools to do the work.
Conservatives are here for Canadians. I can assure everyone that we will stand by our guns in this situation because we need to work correctly, and that is exactly what we intend to do.
Last week the government introduced Bill C-2. We saw millions of dollars' worth of spending on the horizon. After question period last Thursday, the government House leader told us that Monday and Tuesday, so today and tomorrow, would be dedicated to Bill C-2, which was fine.
Even then we realized that we might not have enough time to really get to the bottom of things. Acting in good faith and to avoid partisan games, we proposed something that we thought was entirely fair and appropriate and that, above all, would mean that we could get the work done. We proposed meeting on Sunday in committee of the whole for over six hours to allow four ministers to appear before us and answer questions from the opposition and the government, in order to get to the bottom of the matter in relation to Bill C-2. That is our job as parliamentarians.
That is the way Conservatives are working. We have to hold the government to account. We are here to ask questions and the ministers are here to answer questions.
Being in cabinet is a privilege. If the gods and my leader are willing, maybe one day I myself will be in cabinet. Who knows? At any rate, being a minister is certainly something.
The ministers we hoped would answer questions before this committee were serious ministers, senior ministers who are responsible for billions of dollars. We wanted to hear from the Minister of Finance. We wanted to hear from the Minister of Employment, Workforce Development and Disability Inclusion, as well as the Minister of Families, Children and Social Development and the Minister of Labour. These four ministers played a central part in the discussions surrounding Bill C-2, which represents more than $50 billion in spending. They could have answered the committee's questions. However, our proposal was declined. We were fine with that, because it is part of the democratic process.
A few hours later, however, we found out that the government and the NDP had hammered out an agreement on Bill C-2. That agreement was negotiated in a proper democratic fashion. We are not going to raise a fuss over it.
We will see how the debates go. What points will people raise about the bill that is about to be introduced? What are members going to be able to say in a mere four and a half hours about $57 billion in proposed spending?
This is the key element of this debate today. The government is asking taxpayers to spend $57 billion and we, the representatives of Canadians, will only have four and a half hours of discussion and debate. That is absolutely not enough, and there is no partisanship in that. Those are the facts. Technically speaking, we need to go deeply into this bill. We need to know exactly what the intention of the government is. We have a job to do, but the government, which killed the parliamentary process this summer and dodged the responsibility it had to work with other parties, decided to kill our responsibility to go deeply into the bill.
When the Liberals are attacking us on that, they are not attacking us; they are attacking Canadians. Canadians deserve answers. Canadians have elected us to ask tough questions. I know them. I know they are ready to answer that. Let us do our jobs. The government is not doing that right now.
It might come as a surprise to some of us that the government would treat parliamentary procedure so grievously.
I have had the privilege of representing the people of Louis-Saint-Laurent for almost five years now. I cannot thank them enough for electing me twice. This is not the first time in the past five years that this government's approach to the rights, privileges and responsibilities of all parliamentarians, including those in opposition, has been a little too authoritarian.
Members will recall the infamous Motion No. 6 tabled in May 2016. It gave the government extraordinary powers to ram through bills that should have been given more serious attention.
Sadly, we all remember how that led to a deeply unfortunate and disgraceful incident: the Prime Minister left his seat, grabbed an opposition member—our party whip—by the arm and marched him across the chamber like a crook.
This was called “elbowgate”. The Prime Minister crossed the floor, grabbing a political adversary and using it just like that. That was everything but good. That was a shame. I have never seen an act so disgraceful, and it was coming from the top, the Prime Minister. Why? Because we were asking to have a friendly debate, and Motion No. 6 was anything but that. The Prime Minister was not happy with our position and he did something very wrong. Obviously, he excused himself the day after. He did what he had to do.
We were then able to proceed. However, the government's main intention with Motion No. 6 was to hinder the work of parliamentarians, especially opposition members.
A year later in May 2017, the government did exactly the same thing. It once again proposed measures aimed at limiting parliamentary work, especially that of the opposition and particularly in committee. Thanks to a vigilant opposition and our tireless work at committee trying to block this measure, the government realized that it made no sense.
A number of bills were introduced in May 2019. The government wanted them to pass after just minutes, never mind hours, of debate. It was unacceptable.
Hon. members will also recall that in the winter of 2019, when another Liberal scandal, the SNC-Lavalin one, had just erupted, the government decided to put an end to the parliamentary committee's work. That was also unacceptable.
This Liberal government's first Parliament ended with 63 time allocation motions. Yes, the current government imposed 63 gag orders. That was also unacceptable.
As I said earlier, during the campaign, the Liberals said that they would be very frank and very honest with all parliamentarians, that they would make Parliament work, that they would not prorogue the House. However, that is what they did. They also adopted 63 time allocation motions. This is anything but parliamentary freedom and this is everything but good parliamentary attitude.
We ended up with this new Parliament following the election. When the COVID-19 crisis began, all members from all parties worked in good faith for the good of Canadians. Obviously we had to give the government certain powers, as the situation was unforeseen. Nevertheless, the Liberals gave themselves powers that were excessive, to say the least.
Let's not forget that the first version of Bill C-13 would have allowed the government to take measures and write cheques at will until the end of 2021. They were very ambitious, not to mention greedy. That was not what needed to be done. Our vigilance, and that of the other parties, ensured that the government backed down.
That was a good indication that the government was very ambitious. When it came time to say that this was an extraordinary situation and that Parliament could not sit in its usual fashion, the government decided to give itself all sorts of powers until December 2021.
How could we accept the fact that the government was ready to have full power for more than a year and a half? That is not parliamentary democracy. Canada deserves better. We understand and recognize that we to address some situations if some emergency arises, but we shall respect the responsibility of parliamentarians. Again, this morning the government is so happy to shut down the parliamentary system and this is unacceptable to us.
We are very sad to see that the government wants to muzzle parliamentarians once again. The Conservatives are well aware that we need proper measures for Canadians and that these measures have to correspond to the needs of Canadian families, that we must take into account Canadian businesses that are facing tough challenges, that we must take into account Canadian workers who lost their jobs, and that we must take into account the men and women with children who are worried.
Indeed, we have measures to bring in. Indeed, we must work together. Indeed, we must put partisanship aside in order to act for the good of Canadians. However, we have a job to do, and when the government is getting ready to spend $57 billion, we think parliamentarians should do their job. Four and a half hours does not leave enough time for us to do our job properly.
Madame la Présidente, tous les Canadiens veulent que le Parlement fonctionne correctement. Tous les Canadiens sont attentifs à ce qui se passe en matière de santé. Tous les Canadiens, particulièrement les gens du Québec et ceux de l'Ontario, constatent qu'il y a une augmentation des cas de la COVID-19. Il faut poser des gestes mesurés, intéressants et pertinents, mais nous estimons que tout doit se faire au moyen d'un débat démocratique sain. Ce que l'on voit actuellement, c'est tout sauf cela.
Le gouvernement s'apprête à déposer un projet de loi qui va entraîner des dépenses qui se chiffrent à 57 milliards de dollars, et il réduit le temps de parole des parlementaires sur ce projet de loi à quatre heures et demie à peine.
C'est tout sauf de la démocratie parlementaire. En tant qu'élus, nous avons le devoir de demander au gouvernement de rendre des comptes. Nous avons été élus pour demander au gouvernement ce qu'il fait, comment il le fait et pourquoi il le fait. Ce n'est pas en quatre heures et demie de débats à la Chambre que nous pouvons aller au fond des choses concernant des dépenses de 57 milliards de dollars. Malheureusement, c'est ce que dépose le gouvernement, et nous le condamnons sévèrement.
Pourquoi sommes-nous ici aujourd'hui? Nous sommes ici parce que la santé des Canadiens nous préoccupe. La survie des entreprises canadiennes nous préoccupe. Le sort des travailleurs canadiens que la pandémie laisse sans emploi nous préoccupe. Nous sommes préoccupés parce que les idées, les propositions et les politiques du gouvernement libéral ont créé un manque de main-d'œuvre si bien que certaines entreprises n'ont pas eu d'autre choix que de fermer leurs portes.
Dans ma circonscription, de nombreux restaurants et autres entreprises ont fermé leurs portes par manque de main-d'œuvre parce que les gens préfèrent ne pas travailler et toucher la Prestation canadienne d'urgence.
Le débat est sérieux. C'est pourquoi nous devons prendre le temps nécessaire pour étudier les mesures que propose le gouvernement.
De ce côté-ci de la Chambre, nous voulons tous aider les Canadiens. De ce côté-ci de la Chambre, nous voulons tous aider les entreprises. De ce côté-ci de la Chambre, nous nous préoccupons de la santé des Canadiens et nous voulons aider la population dans ce domaine. De ce côté-ci de la Chambre, nous voulons tous collaborer avec les provinces. De ce côté-ci de la Chambre, nous n'allons pas dicter la marche à suivre aux provinces, mais plutôt leur demander comment nous pouvons les aider. C'est le point de vue des conservateurs, pas celui des libéraux.
En face de nous, voilà un gouvernement qui a agi à la dernière minute. Le gouvernement a décidé de consacrer à peine quatre heures et demie de débats à une mesure qui vise à engager des dépenses totalisant 50 milliards de dollars pris à même la poche des contribuables. C'est contraire aux usages parlementaires, et nous sommes fortement en désaccord avec l'approche du gouvernement.
Nous sommes ici rassemblés parce que le gouvernement a agi de façon malheureuse au cours des dernières semaines. Rappelons-nous: lorsque la pandémie est arrivée, nous avions des mesures urgentes à prendre. Nous avons collaboré avec le gouvernement, non sans le rappeler à l'ordre à certaines occasions. J'y reviendrai plus tard. Nous voulions collaborer. C'est pourquoi nous avons accepté d'avoir le Parlement hybride et nous avons accepté que des comités puissent se réunir. Nous faisions notre travail, qui est tout à fait pertinent.
Des députés de haut rang dans notre formation politique, comme l'honorable député de Carleton, l'honorable député de Rivière-des-Mille-Îles et l'honorable député de St. Albert—Edmonton, pour ne nommer que ceux-là, ont posé des questions tout à fait pertinentes concernant le scandale UNIS, mais embêtantes pour le gouvernement. Le gouvernement avait décidé de donner, sans appel d'offres, 900 millions de dollars à des amis du régime. Une fois qu'il a senti que la pression était très forte, le gouvernement libéral a décidé de tuer la démocratie parlementaire en prorogeant la session.
Rappelons que, en 2015, ces parangons de la vertu disaient qu'ils n'utiliseraient jamais la prorogation et qu'ils n'empêcheraient jamais les parlementaires de s'exprimer. À la première occasion, ils l'ont fait.
Si le gouvernement avait permis aux parlementaires de continuer à faire leur travail, nous n'en serions pas là aujourd'hui. C'est pourtant ce sur quoi le gouvernement nous invite à agir. Pendant six semaines, nous n'avons donc pas pu faire notre travail de parlementaires, qui était nécessaire.
Voilà donc que le gouvernement rappelle la Chambre avec un discours du Trône la semaine dernière. Dès le lendemain, il dépose le projet de loi C-2, qui comprend des mesures budgétaires pour aider les Canadiens.
Nous comprenons que le temps file puisqu'il y avait des clauses de temporisation concernant des mesures annoncées par le gouvernement. Ces clauses de temporisation prévoyaient qu'il fallait voter sur des éléments avant le 1er octobre; or, c'est le gouvernement qui est maître du calendrier. C'est le gouvernement qui a décidé de mettre un terme aux travaux des comités et de fermer le Parlement il y a six semaines. Cest le gouvernement qui a décidé de rappeler la Chambre la semaine dernière. Il aurait très bien pu le faire avant. Il aurait très bien pu laisser le Parlement faire son travail dans les comités, mais non.
Ces gens qui aiment beaucoup contrôler le Parlement et la situation ont fait en sorte que nous nous retrouvons à quelques heures d'avis des clauses de temporisation. Ils sont les seuls et uniques à en porter la responsabilité.
Il est très drôle d'entendre le leader du gouvernement à la Chambre des communes dire que les libéraux souhaitent collaborer avec nous et que nous n'avons pas le temps de nous livrer à des jeux politiques, alors que c'est exactement ce qu'ils font. Nous ne travaillons pas ensemble. Le gouvernement libéral désire faire bande à part. Il prétend ne pas vouloir se livrer à des jeux politiques, mais c'est exactement ce qu'il fait actuellement. Il prévoit engager des dépenses de 50 milliards de dollars, mais il laissera les parlementaires en débattre pendant seulement quatre heures et demie. Il s'agit d'une farce monumentale, qui est tout, sauf de la démocratie parlementaire. Nous devons collaborer, bien sûr, mais nous avons besoin d'outils pour le faire. Or, la motion déposée par le gouvernement aujourd'hui est loin de donner aux parlementaires les outils dont ils ont besoin pour accomplir leur mission.
Les conservateurs sont là pour les Canadiens. Je peux assurer à tous que nous ne changerons pas notre fusil d'épaule parce que cette pandémie exige une intervention adéquate, et c'est là-dessus que nous voulons concentrer nos efforts.
La semaine dernière, le gouvernement a présenté le projet de loi C-2. Nous avons vu à l'horizon des millions de dollars de dépenses. Jeudi dernier, après la période des questions, le leader du gouvernement nous avait indiqué que lundi et mardi — donc aujourd'hui et demain — allaient être consacrés au projet de loi C-2. C'est bien.
À ce moment-là, nous avons constaté que nous n'avions peut-être pas le temps nécessaire pour aller au fond des choses. De bonne foi et pour éviter les parties politiques partisanes, nous avons proposé une option qui nous apparaissait tout à fait juste et pertinente et qui, surtout, faisait que nous allions faire notre travail. Nous avons proposé de nous réunir dimanche en comité plénier pendant plus de six heures, pour permettre à quatre ministres de venir répondre aux questions de l'opposition et du gouvernement pour aller au fond des choses sur le projet de loi C-2. Ça, c'est notre travail parlementaire.
C'est de cette façon que les conservateurs travaillent. Notre tâche consiste à demander des comptes au gouvernement. Nous sommes ici pour poser des questions, et il incombe aux ministres d'y répondre.
Siéger au Conseil des ministres est un privilège. Si les dieux me prêtent vie et que mon chef est d'accord, peut-être y serai-je un jour, sait-on jamais? Toujours est-il qu'être ministre, c'est quelque chose.
Les ministres que nous voulions voir comparaître à ce comité pour répondre aux questions, c'était des ministres sérieux, des ministres principaux qui, eux, gèrent des milliards de dollars. Nous voulions que la ministre des Finances puisse s'expliquer. Nous voulions que la ministre de l’Emploi, du Développement de la main-d’œuvre et de l'Inclusion des personnes handicapées puisse s'expliquer, ainsi que le ministre de la Famille, des Enfants et du Développement social et la ministre du Travail. Ces quatre ministres sont au cœur des discussions entourant le projet de loi C-2, représentant des dépenses de plus de 50 milliards de dollars. Ils auraient pu répondre aux questions du comité. Cependant, notre proposition n'a pas été acceptée. Nous l'acceptons puisque cela fait partie du processus démocratique.
Or, quelques heures plus tard, nous apprenions qu'une entente avait été conclue entre le gouvernement et le NPD sur le projet de loi C-2, une entente conclue de façon démocratique et qui est correcte. Nous ne déchirerons pas notre chemise sur ce fait.
Nous verrons comment se dérouleront les débats. Quel va être le fond de l'argumentaire sur le projet de loi qui a va être présenté tout à l'heure? Que va-t-on pouvoir dire en à peine 4 heures et demie alors qu'on va dépenser plus de 57 milliards de dollars?
C'est l'élément clé du débat d'aujourd'hui. Le gouvernement demande aux contribuables de pouvoir dépenser 57 milliards de dollars et nous, les représentants des Canadiens, n'aurons que quatre heures et demie pour en débattre. C'est totalement insuffisant et il n'y a rien de partisan à l'affirmer. C'est un simple fait. Nous devons étudier ce projet de loi dans ses moindres détails. Nous devons connaître les intentions exactes du gouvernement. Nous avons un travail à faire, mais le gouvernement, qui a tué le processus parlementaire cet été et qui a décidé de faire fi de sa responsabilité de travailler avec les autres partis, a choisi de nous empêcher d'étudier ce projet de loi en bonne et due forme.
En nous empêchant ainsi d'agir, ce n'est pas nous que les libéraux attaquent, ce sont les Canadiens. Les Canadiens, qui ont le droit d'obtenir des réponses. Les Canadiens, qui nous ont élus pour poser des questions difficiles. Je connais les libéraux; je sais qu'ils sont prêts à répondre aux questions. Laissez-nous faire notre travail. Le gouvernement nous empêche de le faire présentement.
On peut s'étonner de voir que le gouvernement traite de façon aussi malheureuse la procédure parlementaire.
Cela fait bientôt cinq ans que j'ai le privilège de représenter les gens de Louis-Saint-Laurent. Élu à deux reprises, je ne les en remercierai jamais assez. Depuis cinq ans, ce n'est pas la première fois que ce gouvernement agit de manière un peu trop autoritaire avec les droits, les privilèges et les responsabilités de tous les parlementaires, y compris ceux de l'opposition.
On se souviendra de la tristement célèbre motion 6 déposée au mois de mai 2016. Cette motion accordait des pouvoirs exceptionnels au gouvernement pour passer à toute vapeur des projets de loi qui auraient pourtant mérité une attention plus sérieuse.
De triste mémoire, on se souviendra que cela avait mené à un incident tout à fait regrettable et condamnable: le premier ministre avait quitté son fauteuil, était allé saisir un député de l'opposition — le whip de notre parti — par le bras et l'avait forcé comme un voyou à traverser la Chambre.
C'est à ce moment qu'était survenu le fameux coup de coude du premier ministre. Ce dernier avait traversé l'allée et avait empoigné un adversaire politique, bousculant une autre députée au passage. C'était tout sauf beau à voir. C'était honteux. Je n'ai jamais rien vu d'aussi disgracieux et cela ne venait pas de n'importe quel député, cela venait du premier ministre. Pourquoi? Parce que nous demandions la tenue d'un débat en toute collégialité, mais la motion no 6 était tout, sauf empreinte de collégialité. Le premier ministre n'aimait pas notre point de vue et il a posé des gestes regrettables. Évidemment, il s'est excusé le lendemain. Il a fait ce qu'il devait faire.
Par la suite, nous avons pu procéder. Toutefois, la première intention de la motion no 6 du gouvernement était de museler le travail des parlementaires, et particulièrement celui des parlementaires de l'opposition.
Un an plus tard, en mai 2017, le gouvernement a fait exactement la même chose. Il a encore une fois proposé des mesures visant à réduire le travail parlementaire, et particulièrement celui de l'opposition, notamment aux Comités. Grâce à la vigilance des gens de l'opposition, alors que nous travaillions avec acharnement aux Comités pour tenter d'empêcher cette mesure, le gouvernement a réalisé que cela n'avait pas de sens.
En mai 2019, plusieurs projets de loi ont été présentés. Le gouvernement souhaitait leur adoption à la suite de débats qui ne se comptaient pas en heures, mais bien en minutes. C'était inacceptable.
On se souviendra également qu'à l'hiver 2019, alors qu'un autre scandale libéral venait d'éclater, celui de SNC-Lavalin, le gouvernement a décidé de mettre un terme au travail du comité parlementaire. C'était aussi inacceptable.
Le premier Parlement du gouvernement libéral s'est conclu avec 63 motions visant à limiter le temps. En effet, 63 bâillons ont été imposés par le gouvernement actuel. C'était encore inacceptable.
Comme je l'ai dit tantôt, pendant la campagne, les libéraux ont dit qu'ils allaient être très francs et très honnêtes avec tous les parlementaires, qu'ils verraient à ce que le Parlement fonctionne bien, qu'ils ne prorogeraient pas la Chambre. C'est toutefois ce qu'ils ont fait. Ils ont aussi adopté 63 motions d'attribution de temps. On est bien loin de la liberté parlementaire et ce n'est certes pas non plus une bonne attitude parlementaire.
Nous nous sommes retrouvés avec ce nouveau Parlement à la suite de l'élection. Quand est survenue la crise de la COVID-19, nous avons tous travaillé de bonne foi pour le bien des Canadiens, tous partis confondus. Il fallait évidemment donner certains pouvoirs au gouvernement, tant la situation était imprévue. Toutefois, les libéraux se sont donné des pouvoirs pour le moins abusifs.
Souvenons-nous que la première mouture du projet de loi C-13 aurait permis au gouvernement d'agir et de signer bien des chèques, comme si de rien n’était, jusqu'à la fin de l'année 2021. Ils étaient très ambitieux, pour ne pas dire très gourmands. Ce n'était pas ce qu'il fallait faire. Notre vigilance, combinée à celle des députés de différents partis, a fait en sorte que le gouvernement a fait marche arrière.
Nous comprenons par cette attitude que le gouvernement était très ambitieux. Quand le temps est venu de dire que la situation était spéciale et que le Parlement ne pouvait pas siéger normalement, il a décidé de se donner pleins pouvoirs jusqu'en décembre 2021.
Comment aurions-nous pu accepter le fait que le gouvernement était prêt à s'arroger tout le pouvoir pendant plus d'un an et demi? Ce n'est pas cela la démocratie parlementaire. Le Canada mérite mieux. Nous sommes bien conscients du fait qu'il faut prendre des mesures quand surviennent certaines situations d'urgence, mais il faut respecter la responsabilité des parlementaires. Ce matin, le gouvernement est encore une fois tout à fait disposé à passer outre au système parlementaire, ce qui est inacceptable à nos yeux.
Nous sommes tristes de voir que le gouvernement veut encore une fois bâillonner les parlementaires. Nous, les conservateurs, sommes tout à fait conscients qu'il faut des mesures bien faites pour les Canadiens; que ces mesures doivent concorder avec les besoins et les nécessités des familles canadiennes; qu'il faut prendre en compte les entrepreneurs canadiens qui font face à de graves défis; qu'il faut prendre en compte les travailleurs canadiens qui ont perdu leur emploi; qu'il faut prendre en compte les hommes et les femmes qui ont des enfants inquiets.
Oui, nous avons des mesures à mettre en œuvre; oui, nous devons travailler ensemble; et, oui, nous devons mettre de côté la partisanerie afin d'agir pour le bien des Canadiens. Cependant, nous avons un travail à faire, et quand on s'apprête à dépenser plus de 57 milliards de dollars, nous estimons que les parlementaires doivent faire leur travail. Or ce n'est pas en quatre heures et demie que nous pouvons le faire correctement.
View Gérard Deltell Profile
CPC (QC)
Therefore, I move the following amendment:
That the motion be amended:
(a) in paragraph (b), by replacing the words “not be deferred”, with the words “be deferred until the expiry of time provided for Oral Questions at the next sitting day which is not a Friday”; and
(b) by replacing paragraphs (c) to (e) with the following:
“(c) if the bill is adopted at second reading, it shall be referred to a committee of the whole and the House shall, when the orders of the day are next called after the bill has been read the second time, resolve itself into a committee of the whole on the said bill, provided that:
(i) the committee be subject to the provisions relating to virtual sittings of the House,
(ii) the Speaker may preside,
(iii) the Chair may preside from the Speaker’s chair,
(iv) the Deputy Prime Minister and Minister of Finance, the Minister of Employment, Workforce Development and Disability Inclusion, the Minister of Families, Children and Social Development, and the Minister of Labour be invited to appear,
(v) each minister shall be questioned for 95 minutes, provided that:
(A) the chair shall call members from all recognized parties and one member who does not belong to a recognized party in a fashion consistent with the proportions observed during Oral Questions, following the rotation used for question by the former Special Committee on the COVID-19 Pandemic;
(B) no member shall be recognized for more than five minutes at a time which may be used for posing questions;
(C) members may be permitted to spilt their time with one or more members by so indicating to the chair, and
(D) questions shall be answered by the minister or another minister acting on her or his behalf,
(vi) notices of amendments to the bill to be considered in committee of the whole may be deposited with the Clerk of the House at any time following the adoption of this order until the conclusion of the second hour of debate in committee of the whole,
(vii) at the conclusion of time provided for questioning ministers, or when no member rises to speak, whichever is earlier, the Chair shall put forthwith and successively every question necessary to dispose of the committee stage of the bill, including each amendment deposited with the Clerk of the House pursuant to subparagraph (vi);
(d) once the bill has been reported from the committee of the whole, the Speaker shall put forthwith and successively every question necessary to dispose of the report and third reading stages of the bill, provided that no recorded division shall be deferred; and
(e) the Standing Orders relating to the ordinary hour of daily adjournment shall be suspended while the bill is being considered under the provisions of this order”.
En conséquence, je propose l'amendement suivant:
Que la motion soit amendée:
a) au paragraphe b) par substitution aux mots « ne soit pas différé », des mots « soit différé à la fin de la période prévue pour les questions orales du jour de séance suivant qui n'est pas un vendredi »;
b) par substitution des paragraphes c) à e), de ce qui suit:
« c) Si le projet de loi est adopté à l'étape de la deuxième lecture, il soit renvoyé à un comité plénier et, la prochaine fois que les ordres du jour sont appelés après la deuxième lecture du projet de loi, la Chambre se forme en comité plénier pour étudier ledit projet de loi, sous réserve que
(i) le comité soit sujet aux dispositions relatives aux séances virtuelles de la Chambre;
(ii) le Président puisse présider,
(iii) la présidence puisse présider du fauteuil du Président de la Chambre,
(iv) la vice-première ministre et ministre des Finances, la ministre de l’Emploi, du Développement de la main-d’œuvre et de l'Inclusion des personnes handicapées, le ministre de la Famille, des Enfants et du Développement social et la ministre du Travail soient invités à comparaître,
(v) chaque ministre soit interrogé pendant 95 minutes, sous réserve que
(A) le président donne la parole aux députés de tous les partis reconnus et un député qui n’est pas membre d’un parti reconnu d’une manière conforme aux proportions suivies pendant les questions orales et suivant la rotation des questions utilisée par l’ancien Comité spécial sur la pandémie de la COVID-19,
(B) aucun député n’ait la parole pendant plus de cinq minutes à la fois pour poser des questions,
(C) les députés puissent partager leur temps avec d’autres députés en indiquant au président qu’ils ont l’intention de procéder ainsi,
(D) les questions soient répondues par un ministre ou un autre ministre agissant en son nom,
(vi) les avis d'amendements au projet de loi à l'étude en comité plénier puissent être déposés auprès du greffier de la Chambre à tout moment après l'adoption du présent ordre jusqu'à la fin de la deuxième heure de débat en comité plénier,
(vii) à la fin du temps prévu pour interroger les ministres, ou lorsqu'aucun député ne se lève pour prendre la parole, selon la première éventualité, le président mette aux voix immédiatement et successivement toute question nécessaire pour disposer de l'étape du comité du projet de loi, y compris chaque amendement déposé auprès du greffier de la Chambre conformément à l'alinéa (vi);
d) lorsque le projet de loi a fait l'objet d'un rapport du comité plénier, le Président mette aux voix immédiatement et successivement toute question pour disposer de l'étape du rapport et de l'étape de la troisième lecture du projet de loi, à condition qu'aucun vote par appel nominal ne soit différé;
e) les articles du Règlement relatifs à l'heure ordinaire de l'ajournement quotidien soient suspendus pendant que le projet de loi est étudié conformément aux dispositions du présent ordre »
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2020-09-28 12:04 [p.155]
Madam Speaker, I listened to the opposition House leader and a major aspect is missing from his speech. In order for the House to proceed in a fashion where there is a great deal of constructive debate, we need the co-operation of opposition parties.
It does not take very much to filibuster a bill, let alone in any important message that comes out of the House of Commons. We all know that. If an opposition party wants to prevent something from taking place or cause frustration, it only takes a few members to do that. The Conservatives have demonstrated over the last five years that their priority is to make the House look dysfunctional. During the coronavirus pandemic, we are looking for a higher sense of co-operation from the Conservatives and opposition parties. We would like that higher sense of co-operation.
If it were up to the opposition House leader and he could wave his wand, when would he want this measure to pass? How many hours of debate would the member want in order to allow it to pass? Would he strive to achieve that within the next 24 hours?
Madame la Présidente, j'ai écouté l'intervention du leader à la Chambre de l'opposition officielle, et j'ai noté une lacune importante dans son argumentaire. Pour que la Chambre puisse procéder de manière à favoriser les débats constructifs, nous avons besoin de la coopération des partis de l'opposition.
Nous savons tous qu'il est plutôt facile de faire obstruction à un projet de loi, et de déformer tout message important émanant de la Chambre des communes. Un parti d'opposition qui cherche à empêcher l'adoption d'une mesure législative ou à générer de la frustration n'a besoin que d'une poignée de députés pour parvenir à ses fins. Les conservateurs ont montré, au cours des cinq dernières années, que leur priorité est de faire paraître la Chambre dysfonctionnelle aux yeux de la population. En ces temps marqués par la pandémie de coronavirus, nous attendons des conservateurs et des partis de l'opposition qu'ils fassent preuve d'un meilleur esprit de coopération. C'est ce que nous voudrions.
S'il appartenait au leader à la Chambre de l'opposition officielle d'agiter une baguette magique pour faire adopter cette mesure législative, quand le ferait-il? Pendant combien d'heures voudrait-il que nous en débattions avant de l'adopter? S'efforcerait-il de la faire adopter dans les 24 prochaines heures?
View Gérard Deltell Profile
CPC (QC)
View Gérard Deltell Profile
2020-09-28 12:05 [p.155]
Madam Speaker, I would not say “arrogant” or “funny”, but I would try to find a word between the two, because what we are seeing now from the government is a total lack of responsibility. We also see the government's intention to kill the job we have to do here.
Why did I use the word “kill”? It is because that is exactly what the government did six weeks ago. It decided to kill parliamentary procedure by proroguing. Had it not done that, we could have worked hand in hand this summer to reach an agreement. We could have worked correctly as parliamentarians.
This was shown to us last week. The government decided to have a throne speech at the end of the month of September, which is its choice, even though it knew all this reassurance would be coming at the end of September. It calls the shots.
Seeing that, what did we do as parliamentarians? We acted responsibly. On Friday morning my colleagues and I tabled a motion offering the government the opportunity to go deep into Bill C-2. We called for a committee of the whole on Sunday for six full hours, with four senior cabinet ministers answering questions. That is what parliamentarians are all about. That is what we asked for, and the Liberals refused.
Madame la Présidente, je ne dirais pas que ces questions sont arrogantes ou drôles, mais j'essaierais de trouver un qualificatif qui représente un juste milieu entre les deux, car le gouvernement fait preuve actuellement d'une irresponsabilité totale. Nous voyons également l'intention du gouvernement de tuer le travail que nous devons faire ici.
Pourquoi ai-je utilisé le mot « tuer »? C'est parce que c'est exactement ce que le gouvernement a fait il y a six semaines. Il a décidé de tuer la procédure parlementaire en prorogeant la Chambre. S'il ne l'avait pas fait, nous aurions pu travailler main dans la main cet été pour arriver à une entente. Nous aurions pu travailler correctement en tant que parlementaires.
Cela nous a été montré la semaine dernière. Le gouvernement a décidé de présenter un discours du Trône à la fin de septembre, ce qu'il est libre de faire même s'il savait que toutes ces assurances seraient données à la fin de septembre. C'est lui qui prend les décisions.
Compte tenu de cela, qu'avons-nous fait en tant que parlementaires? Nous avons agi de façon responsable. Vendredi matin, mes collègues et moi avons déposé une motion qui offrait au gouvernement l'occasion d'effectuer un examen approfondi du projet de loi C-2. Nous avons demandé que la Chambre se forme en comité plénier le dimanche pendant six heures complètes et que quatre ministres de premier plan soient convoqués pour répondre à des questions. C'est cela le rôle des parlementaires. C'est ce que nous avons demandé et les libéraux ont refusé.
View Mario Simard Profile
BQ (QC)
View Mario Simard Profile
2020-09-28 12:07 [p.156]
Madam Speaker, I would like to begin by congratulating my colleague from Louis-Saint-Laurent on his appointment as House leader. I also look forward to hearing from his party's new Quebec lieutenant, the member for Chicoutimi—Le Fjord, who is a very outspoken individual.
I would like to ask my colleague what he thinks was the reason for the prorogation. We know that, during a pandemic, people want swift and pragmatic action. The government decided to put the House on hold for six weeks. We could have passed this bill much sooner and we could have focused on things that are a little more important, such as a real recovery plan. The Speech from the Throne was a pretentious petition that many thought was lacklustre. We lost six weeks. That is a lot of time.
I would like the House leader of the official opposition to tell me what he thinks was the reason for the prorogation.
Madame la Présidente, je tiens d'abord à féliciter mon collègue de Louis-Saint-Laurent pour sa nomination en tant que leader parlementaire. J'ai également hâte d'entendre le nouveau lieutenant du Québec de son parti, le député de Chicoutimi—Le Fjord, un homme qui est très volubile.
J'aimerais demander à mon collègue ce qui, selon lui, a motivé cette prorogation. On sait que, en temps de pandémie, les gens souhaitent des mesures rapides et pragmatiques. Le gouvernement a décidé de mettre la Chambre sur pause pendant six semaines. Nous aurions pu adopter ce projet de loi beaucoup plus tôt et nous aurions pu nous concentrer sur des choses un peu plus importantes, comme un véritable plan de relance. Le discours du Trône a été une pétition de prétention qui a laissé une impression de mièvrerie à beaucoup de gens. Nous avons perdu six semaines. C'est beaucoup de temps.
J'aimerais que le leader parlementaire de l'opposition officielle me dise ce qui, selon lui, a motivé cette prorogation.
View Gérard Deltell Profile
CPC (QC)
View Gérard Deltell Profile
2020-09-28 12:08 [p.156]
Madam Speaker, I thank my colleague from Jonquière for his kind words. I really appreciate it. We are going to continue to work for the good of Quebeckers and Canadians.
The reason the government decided to kill off Parliament two months ago is perfectly simple: it was stuck in a quagmire of its own making with WE Charity, and it desperately needed a way out.
Let's not forget that at the very moment when the government or the Prime Minister announced the prorogation of the House, we, the Conservatives, had just received 5,000 pages of documents about the WE Charity scandal, 1,000 pages of which had been redacted. It is easy to see why the government wanted to keep parliamentarians from doing their job. It is precisely because we were doing our job, the job we were elected to do, namely asking questions and holding the government accountable.
The Right Hon. Prime Minister of Canada once made a shockingly dishonourable remark that may have revealed his true mindset. He said he had a level of admiration for China's dictatorship.
Unfortunately for him, we are not a dictatorship like China. We are the Parliament of Canada, and all Canadians need to work together for the good of the entire country.
Madame la Présidente, je remercie mon collègue de Jonquière de ses bons mots; que j'apprécie grandement. Nous allons donc continuer à travailler pour le bien des Québécois et des Canadiens.
La raison pour laquelle le gouvernement a décidé d'assassiner le Parlement qui existait il y a deux mois est fort simple: il était coincé dans l'embuscade qu'il avait lui-même créée avec l'organisme UNIS. Il devait absolument sortir de là.
Souvenons-nous qu'au moment même où le gouvernement ou le premier ministre annonçait qu'il prorogeait la Chambre, nous, les conservateurs, recevions 5000 pages de documents concernant le scandale de l'organisme UNIS, dont 1000 pages étaient caviardées. On comprend pourquoi le gouvernement ne voulait pas que les parlementaires fassent leur travail. En effet, nous faisions notre travail, ce pour quoi nous avons été élus: poser des questions et demander des comptes au gouvernement.
Le très honorable premier ministre du Canada a, en d'autres temps, tenu des propos qui révélaient peut-être le fond de sa pensée, mais qui étaient tout à fait déshonorants. Il avait dit qu'il avait une admiration certaine pour la dictature chinoise.
Malheureusement pour lui, nous ne sommes pas la dictature chinoise, nous sommes le Parlement du Canada, et tous les Canadiens doivent travailler pour l'ensemble de ce pays.
View Gord Johns Profile
NDP (BC)
View Gord Johns Profile
2020-09-28 12:10 [p.156]
Madam Speaker, my hon. colleague the opposition House leader talked about the government's prorogation of Parliament, something we are also deeply concerned about, and that the Liberals waited until today, the day after the end of CERB and the end of supports for workers and for businesses that closed their doors for public health. These people are vulnerable right now. Many of them are suffering from mental health challenges because they are worried about how they are going to pay their bills. That is something we agree on.
I am wondering where the Conservatives sit regarding paid sick days. The member talked about the NDP working with the Liberals to move this forward because of the desperation that is going on right now. We know many workers are going to the workplace while sick. In fact, low-income workers are more likely to take unpaid leave than are their high-income counterparts. Only 14% of workers earning less than $16,000 took paid leave, compared with 70% of those earning more than $96,000 a year; this is from the Huffington Post. Workers are going to work sick. They are putting their colleagues at risk and they are putting businesses at risk. These businesses could be brought to their knees if people get sick and the virus spreads.
Do my colleague and the Conservatives support increasing workers' sick days to 10 working days so that people can stay home when they are showing symptoms of the virus? This is not just important for workers. It is also important for the economy. I wonder if the Conservatives and my colleague support our efforts in pushing for this and making sure this happens.
Madame la Présidente, mon collègue leader parlementaire de l'opposition a parlé du fait que le gouvernement a prorogé le Parlement, ce que nous décrions nous aussi, et du fait que les libéraux ont attendu jusqu'à aujourd'hui pour agir, soit après la fin de la Prestation canadienne d'urgence et des mécanismes de soutien destinés aux travailleurs et aux entreprises qui ont dû fermer leurs portes en raison de la crise sanitaire. Les gens sont vulnérables. Bon nombre de Canadiens ont des problèmes de santé mentale parce qu'ils se demandent comment ils vont pouvoir payer leurs factures. Nous sommes d'accord sur ce point.
J'aimerais connaître la position des conservateurs au sujet des journées de maladie payées. À en croire le député, c'est à cause du désespoir ambiant que les néo-démocrates ont accepté de collaborer avec les libéraux dans ce dossier. Nous savons que bon nombre de nos concitoyens vont travailler même s'ils sont malades. Pour tout dire, les travailleurs à faible revenu sont plus susceptibles de prendre des congés non rémunérés que ceux qui gagnent un salaire élevé. Selon le Huffington Post, seulement 14 % des travailleurs qui gagnent moins de 16 000 $ ont déjà pris des congés payés, alors que cette proportion atteint 70 % parmi les travailleurs qui gagnent plus de 96 000 $ par année. Les gens vont travailler même s'ils sont malades. Or, en plus de constituer un danger pour leurs collègues, cette façon de faire peut aussi être néfaste pour les entreprises, car elles pourraient se retrouver dans de beaux draps si leurs autres employés tombaient malades et que le virus se propageait encore plus.
Mon collègue — et, partant, les conservateurs — sont-ils favorables à ce que l'on offre 10 jours de congé de maladie payés aux travailleurs afin qu'ils puissent rester chez eux s'ils ont des symptômes de la COVID? Il n'y a pas que les travailleurs qui y gagneraient, l'économie aussi. Les conservateurs appuient-ils les efforts que nous faisons pour que cette initiative devienne une réalité?
Results: 1 - 30 of 855 | Page: 1 of 29

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
>
>|
Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data