Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 15 of 5095
View Steven Guilbeault Profile
Lib. (QC)
moved that Bill C-5, An Act to amend the Bills of Exchange Act, the Interpretation Act and the Canada Labour Code (National Day for Truth and Reconciliation), be read the second time and referred to a committee.
He said: Mr. Speaker, I want to begin by acknowledging that the House sits on the traditional territory of the Algonquin Anishinabe.
It is a great honour to rise today and speak to Bill C-5, an important bill that seeks to create a new federal statutory holiday, a national day for truth and reconciliation. It is important that we recognize and thank Georgina Jolibois for bringing this bill forward in the last Parliament, but more importantly for being a strong advocate for indigenous rights and a voice for indigenous peoples not only in her riding, but across all of Canada. I also want to thank and acknowledge the hon. member for Burnaby South for supporting this important piece of legislation.
I have had the honour to speak in the House on our country's path toward reconciliation, and I know that reconciliation does not belong to a single political party or single individual. It is a shared responsibility for each and every one of us.
This bill is an important step on the journey that we are taking together. I am proud to work with members of all political parties on this legislative measure.
Some members of the House may have had the privilege of hearing the testimony given before the Standing Committee on Canadian Heritage when it examined Georgina Jolibois's bill in the previous Parliament. The testimony we heard strengthened our conviction that it is important to pass this bill.
Much of that moving and powerful testimony focused on the potential benefits of a national day for truth and reconciliation. For example, National Chief Robert Bertrand of the Congress for Aboriginal Peoples said:
A statutory holiday will be an important opportunity to reflect upon the diverse heritage and culture of our people, which remain so vitally important to the social fabric of this country. In doing so, each and every one of us will be working towards the reality of true reconciliation between indigenous and non-indigenous peoples.
Similarly, Mrs. Theresa Brown, the chair of the National Centre for Truth and Reconciliation's Survivors Circle, spoke powerfully about the importance of a national day of reflection for residential school survivors. She said:
A special, separate day when our grandchildren could go out and lay a wreath, lay tobacco, pray and remember is important to me and other survivors. It is also a time for this country to remember and say “never again”. We want to know that when we are gone, our spirit of truth and reconciliation will live on in our future generations.
Natan Obed, president of the Inuit Tapiriit Kanatami, testified as follows:
...the creation of a statutory holiday provides a greater weight and allows for more education and a bigger platform for us. If you think about holidays, statutory holidays, and how they've been allocated over time, they have been colonial in nature and they have thought about the founding of this country, not necessarily about indigenous peoples within Canada. This would be a marked departure from that legacy.
He went on to say the following:
This holiday can go a long way to making sure that from a very early age, all Canadians have a positive association with first nations, Inuit and Métis.
Mr. Obed's first point speaks to the importance and status of national holidays in Canada, and I would like to remind this chamber that the act of creating a new statutory holiday is, in itself, quite significant. Right now there are nine federally legislated statutory holidays in Canada. A national day for truth and reconciliation would join in rank of importance with holidays like Labour Day and Remembrance Day, highlighting the significance and scope of this day.
During the testimony we heard, many groups expressed points of view similar to those I just quoted about the meaning and impact of a day of commemoration.
The residential school system was indeed a national tragedy. Over the span of 130 years, more than 150,000 first nations, Inuit and Métis children were placed in residential schools. These children were forcibly separated from their parents, their homes, their culture, their language, their land, their relations and their communities.
This day is important. It is an opportunity to reflect on the harm inflicted on first nations, Inuit and Métis peoples throughout our history and to this day by the legacy of residential schools. We are working to repair that harm by responding the the Truth and Reconciliation Commission of Canada's calls to action.
Call to action number 80 calls upon our government to:
establish, as a statutory holiday, a National Day for Truth and Reconciliation to honour Survivors, their families, and communities, and ensure that public commemoration of the history and legacy of residential schools remains a vital component of the reconciliation process.
Today, we want to answer that call to action.
After careful consultations and respectful consideration, September 30 was the date chosen deliberately for its significance. Currently, September 30 is the date of the grassroots movement called Orange Shirt Day, started by the formidable Phyllis Webstad. It was named after the orange shirt that Mrs. Webstad was given by her grandmother on her first day of residential school, only to have it forcibly taken away from her upon her arrival. Her orange shirt is symbolic of the vibrant cultures, languages, traditions, identities and childhoods that were repressed within the residential school system. It is also a symbol of survivors like Phyllis and the monumental efforts by first nations, Inuit and Métis in protecting and revitalizing their cultures and languages for future generations.
From testimony in committee we learned that September is a symbolically painful time for indigenous families and communities. Every year during the month of September children were separated from their loved ones and their community to go back to school. It is important to acknowledge this pain with a solemn day to remember the past, reflect on it and learn together to gain a better knowledge of the history and legacy of residential schools.
It has always been my belief that one of the pillars of reconciliation is education. Establishing a national day for truth and reconciliation is education in action. For all those living in Canada, this would be a day of commemoration, but also a day to learn about a dark chapter of our past. It would serve as a reminder to never forget and never veer from the path toward reconciliation.
Students still go back to school every year in September. The proposed date, September 30, for a national day of truth and reconciliation not only has symbolic importance, but it also provides an opportunity for learning within our schools about our journey toward reconciliation. Teachers across the country will be able to build on discussions about residential schools that are already under way in many schools. Families will have a reason to talk about reconciliation at home. Canadians will have a day to reflect on our history and our values as a society.
I like to think about the day when schools across the country will mark this holiday with ceremonies, as a day of learning. I hope they will invite elders or survivors, indigenous knowledge holders and educators to come into classrooms to talk with the children.
I think of the way that schools across the country use Remembrance Day as an educational tool for children of all ages to learn about the historic conflicts that Canada has been involved in, to understand the horrors of war and, above all, to honour the women and men who have sacrificed so much in serving this country. I believe that a new day for truth and reconciliation is an excellent learning opportunity for this equally important part of Canada's history.
Unfortunately, only half of Canadians know the history of the Indian residential school system and its long-term effects on indigenous peoples.
The final report of the Truth and Reconciliation Commission of Canada states that too many Canadians know little or nothing about the the deep historical roots of these conflicts. This lack of historical knowledge has serious consequences for first nations, Inuit and Métis peoples, and for Canada as a whole. Setting aside a special day each year to take the time to acknowledge this painful history will help everyone learn and understand more about the realities of the residential school era. This is a positive step on our path toward reconciliation. This type of commemoration is a collective, public act of recognition.
This will also be a day of listening and healing for the entire country. Together we can continue our conversation on social justice.
As Dr. Marie Wilson, former commissioner for the Truth and Reconciliation Commission, noted in her testimony to the Standing Committee on Canadian Heritage:
It makes it everybody's call to attention, call to remembrance, and call to respect, and hopefully...there is ongoing education about it. We don't just talk about wars; we talk about peace in the context of talking about wars. In the context of residential schools, we can talk about mistakes of the past and what we are trying to do to address things going forward.
Mr. Tim Argetsinger, political advisor to the Inuit Tapiriit Kanatami, agreed. He said:
I think there's a way of achieving that balance where the focus of a day could be a focus on the past human rights abuses that indigenous peoples have experienced and have worked to overcome. At the same time, it could be the day to focus on the agency that we all have to take positive actions to address some of the challenges that flow from those past experiences.
I want to underscore that reconciliation and advancing indigenous rights remain a constant priority for our government. Some people will say that a single day will not resolve the horrors of the past and will do nothing to improve the unacceptable living conditions that still exist in some communities to this day. I believe, however, that remembering the past is an effective way to ensure that history is not repeated.
Systemic racism and overt racism exist in Canada. They are not and will never be acceptable. Recently, we were reminded of the horrific consequences they can have. The events that preceded the death of Joyce Echaquan shocked us all. They outraged us, but should not surprise us. They are not isolated events.
Addressing systemic racism in all our institutions requires active listening, strong public policy and making more equitable representation at all levels of society. Honouring the victims of institutional racism, whatever form it may have taken throughout history, is a first step. Making sure that these atrocities against indigenous peoples cease completely is our everyday priority.
This national day for truth and reconciliation will be an opportunity for Canadians to reflect on and question their own individual biases and assumptions. Working on them will require a continuous and collective endeavour beyond September 30.
I implore members of the House to listen carefully to the testimony of the survivors and indigenous leaders who are telling us how a national day of recognition would help heal the wounds of the past, honour survivors and move forward together towards reconciliation.
We must also continue to work tirelessly to quickly resolve the many problems faced by indigenous communities today. Access to drinking water, for example, is vital.
Our government is committed to eliminating all boil water advisories, in the long term, in first nations communities living on reserve. We recognize and affirm the right of communities to have access to safe drinking water. As a result of this commitment, 95 boil water advisories have been lifted since 2015.
In the preceding parliament, we passed an important law to reform child and family services with the goal of reducing the number of indigenous children in care. The law also allows first nations, the Inuit and the Métis to have full authority over child services so they can make the decisions that will ensure the well-being of their children, families and communities. There is a crisis in indigenous communities. Too many children are taken away from their homes and communities.
We are also committed to the reclamation, revitalization and strengthening of indigenous languages. A historic piece of legislation, the Indigenous Languages Act, received royal assent on June 21, 2019. This legislation was developed in collaboration with indigenous peoples. It recognizes the language rights of indigenous peoples and sets out how we will support these languages.
Canadian Heritage is working collaboratively with indigenous partners to implement the Indigenous Languages Act. The department is consulting with indigenous governments, governing bodies and a variety of organizations on the appointment of a commissioner and three directors of indigenous languages, as well as the development of an indigenous languages funding model. These are important successes, yet we can all agree that there is so much more we need to do.
I look forward to continuing to work hard with indigenous peoples across the country to make further progress on these and other crucial issues.
Canada has embarked upon a path to reconciliation. With each step, Canadians are able to better understand the lives, challenges and points of view of indigenous peoples from the past and present.
In introducing this bill to create a national day for truth and reconciliation, the Government of Canada is hoping to encourage people across the country to learn about indigenous history, come together and get involved to support these efforts and help their communities move forward on the path to reconciliation.
Although we all have different journeys and experiences, every Canadian has a unique and essential role to play as we walk together on this path toward reconciliation and a stronger, more resilient Canada.
I think it fitting to close with the words of Ms. Georgina Jolibois, who said, “People in Canada are capable of mourning the past while also celebrating the present and looking toward the future.” I urge all members to support this legislation so that our country can honour survivors and mark the history of residential schools with a day for recognition, reflection, commemoration, education and engagement.
We must recognize that others have come before us to chart this path. The commissioners of the Truth and Reconciliation Commission gave so much of themselves to ensure that the voices of others were heard. Those who testified, leaders and indigenous communities across Canada, as well as current and former parliamentarians, including Georgina Jolibois, called for a national day, as is set out in this bill. I thank them all.
Meegwetch, marsi.
propose que le projet de loi C-5, Loi modifiant la Loi sur les lettres de change, la Loi d’interprétation et le Code canadien du travail (Journée nationale de la vérité et de la réconciliation), soit lu pour la deuxième fois et renvoyé à un comité.
— Monsieur le Président, je tiens d'abord à souligner que nous nous trouvons sur les terres ancestrales du peuple algonquin anishinabe.
C'est un grand honneur pour moi de prendre la parole aujourd'hui au sujet du projet de loi C-5, un projet de loi important visant à créer un nouveau jour férié fédéral, la Journée nationale de la vérité et de la réconciliation. Nous devons absolument féliciter et remercier Georgina Jolibois d'avoir présenté ce projet de loi au cours de la législature précédente, mais, surtout, de défendre les droits des peuples autochtones non seulement de sa circonscription, mais de partout au Canada. J'aimerais aussi remercier et saluer le député de Burnaby-Sud de son appui en faveur de cet important projet de loi.
J'ai déjà eu l'honneur de prendre la parole à la Chambre au sujet du cheminement de notre pays vers la réconciliation, et je sais que la réconciliation n'est pas la responsabilité d'un seul parti ou d'une seule personne, mais de tous les Canadiens.
Ce projet de loi est un pas important sur le parcours que nous réalisons ensemble. Je suis fier de travailler avec des députés de tous les partis politiques sur cette mesure législative.
Certains députés de la Chambre ont peut-être eu le privilège d'assister aux témoignages présentés au Comité permanent du patrimoine canadien lors de son étude du projet de loi de Georgina Jolibois, durant la dernière législature. Les témoignages que nous avons entendus ont renforcé notre conviction qu'il est important d'adopter ce projet de loi.
Une grande partie de ces témoignages ont évoqué de manière frappante et puissante les retombées potentielles d'une journée nationale de la vérité et de la réconciliation. Par exemple, le chef national Robert Bertrand, du Congrès des peuples autochtones, a dit:
Un jour de fête légale offrira une occasion importante de réfléchir à la diversité des patrimoines et des cultures de notre peuple, ce qui demeure essentiel au tissu social de notre pays. Ce faisant, chacun d'entre nous s'efforcera de parvenir à une véritable réconciliation entre les Autochtones et les non-Autochtones.
Mme Theresa Brown, présidente du cercle des survivants du Centre national pour la vérité et la réconciliation, a elle aussi livré un témoignage éloquent. Elle a évoqué en ces termes l'importance d'une journée nationale de réflexion pour les survivants des pensionnats indiens:
Une journée spéciale et distincte où nos petits-enfants pourraient déposer une couronne, déposer du tabac, prier et se souvenir est importante pour moi et pour les autres survivants. C'est aussi l'occasion pour notre pays de se souvenir et d'affirmer: « plus jamais ». Nous voulons avoir l'assurance que, lorsque nous serons partis, cet esprit de vérité et de réconciliation survivra pour les générations futures.
M. Natan Obed, président de l'Inuit Tapiriit Kanatami, a témoigné de ce qui suit:
[...] la création d'un jour férié a plus de poids et permet de sensibiliser davantage les gens à l'aide d'une plus grande tribune. Quand on pense aux congés, aux jours fériés et à la façon dont ils ont été désignés au fil du temps, on constate qu'ils sont de nature coloniale et qu'ils se rapportent au fondement du pays, sans nécessairement tenir compte des peuples autochtones établis au Canada. On se démarquerait ainsi considérablement de cet héritage.
Il a également ajouté:
Ce jour férié peut contribuer dans une grande mesure à garantir que dès leur plus jeune âge, tous les Canadiens auront un lien positif avec les Premières Nations, les Inuits et les Métis.
Le premier point soulevé par M. Obed souligne l'importance et le statut des jours fériés nationaux au Canada. Je voudrais rappeler à la Chambre que le fait de créer un jour férié est, en lui-même, tout-à-fait significatif. En ce moment, il y a neuf jours fériés sous réglementation fédérale au Canada. Une journée nationale de la vérité et de la réconciliation aurait le même statut que la fête du Travail ou le jour du Souvenir, ce qui soulignerait l'importance et la portée de cette journée.
Durant les témoignages que nous avons pu entendre, de nombreux groupes ont exprimé des points de vue similaires à ceux que je viens de citer sur le sens et les retombées d'une journée de commémoration.
Le système des pensionnats autochtones a été une véritable tragédie nationale. Pendant 130 ans, plus de 150 000 enfants des Premières Nations, des Inuits et des Métis ont été placés dans des pensionnats. On a séparé de force ces enfants de leurs parents, de leur foyer, de leur culture, de leur langue, de leur terre, de leur réseau de relations et de leur communauté.
Cette journée est importante. Elle offre l'occasion de réfléchir aux maux qui ont été infligés aux Premières Nations, aux Inuits et aux Métis tant au fil de notre histoire que de nos jours en raison des séquelles des pensionnats. Ce préjudice, nous nous efforçons de le réparer en mettant en oeuvre les appels à l'action de la Commission de vérité et réconciliation du Canada.
L'appel à l'action 80, lancé par la Commission de vérité et réconciliation, demande à notre gouvernement
d'établir comme jour férié, en collaboration avec les peuples autochtones, une journée nationale de la vérité et de la réconciliation pour honorer les survivants, leurs familles et leurs collectivités et s'assurer que la commémoration de l'histoire et des séquelles des pensionnats demeure un élément essentiel du processus de réconciliation.
Aujourd'hui, nous voulons répondre à cet appel à l'action.
Après des consultations respectueuses et une mûre réflexion, on a choisi la date du 30 septembre en raison de sa signification. À l'heure actuelle, le 30 septembre est la date du mouvement populaire appelé Journée du chandail orange, créé par la formidable Phyllis Webstad et ainsi nommé en l'honneur du chandail orange que Mme Webstad avait reçu de sa grand-mère pour son premier jour au pensionnat, mais qu'on lui a confisqué dès son arrivée. Son chandail orange symbolise toute la vitalité des cultures, des langues, des traditions, des identités et des enfances qui ont été réprimées au sein du système des pensionnats. Il symbolise également les survivants comme Mme Webstad et les efforts monumentaux déployés par les Premières Nations, les Inuits et les Métis afin de protéger et de revitaliser leurs cultures et leurs langues pour les futures générations.
Durant les témoignages en comité, nous avons appris que septembre était une période douloureusement symbolique pour les familles et les communautés autochtones. C'est durant ce mois que les enfants étaient séparés de leurs proches et de leur communauté, chaque année pour retourner à l'école. Il convient donc de souligner cette souffrance par une journée solennelle pour se souvenir du passé, y réfléchir et apprendre ensemble à mieux connaître l'histoire et les séquelles des pensionnats.
J'ai toujours été convaincu que l'un des piliers de la réconciliation est l'éducation. L'établissement d'une Journée nationale de la vérité et de la réconciliation est de l'éducation en action. Pour tous ceux et celles qui vivent au Canada, ce serait une journée de commémoration, mais aussi une journée pour apprendre à connaître une partie sombre de notre passé. Ce serait une façon de se souvenir de ne jamais oublier et de ne jamais nous arrêter sur le chemin vers la réconciliation.
Les étudiants retournent encore à l'école chaque année en septembre. Au-delà de l'importance symbolique du 30 septembre, cette date proposée, pour une journée nationale de la vérité et de la réconciliation, est aussi une occasion d'apprentissage au sein de nos réseaux scolaires sur notre parcours vers la réconciliation. Les enseignants et les enseignantes de partout au pays pourront s'appuyer sur des discussions déjà en cours dans de nombreuses écoles sur les pensionnats. Les familles auront une raison de parler de la réconciliation à la maison. Les Canadiens et les Canadiennes auront une journée pour réfléchir à notre histoire et à nos valeurs en tant que société.
J'aime à penser au jour où les écoles de tout le pays marqueront ce jour férié par des cérémonies, une journée d'apprentissage. J'espère qu'elles inviteront des aînés ou des survivants, des détenteurs de savoir et des éducateurs autochtones à venir en classe pour parler avec les enfants.
Je pense à la manière dont les écoles du pays tout entier se servent du jour du Souvenir comme d'un outil d'apprentissage pour les enfants de tous âges afin de les renseigner sur les conflits passés auxquels le Canada a participé, de leur faire comprendre les atrocités de la guerre et, surtout, d'honorer les hommes et les femmes qui ont tant sacrifié au service du pays. J'estime qu'une nouvelle journée de la vérité et de la réconciliation serait une excellente occasion d'apprentissage au sujet de ce chapitre de notre histoire qui est tout aussi important que les autres.
Malheureusement, seule la moitié des Canadiens et des Canadiennes connaissent l'histoire du système de pensionnats autochtones et ses effets à long terme sur les peuples autochtones.
Le rapport final de la Commission de vérité et réconciliation du Canada affirme qu'un trop grand nombre de Canadiens ne savent pas grand-chose, voire rien du tout sur les racines historiques et profondes de ces conflits. Le manque de connaissances historiques a d'importantes répercussions pour les Premières Nations, les Métis et les Inuits, ainsi que pour l'ensemble du Canada. Le fait d'avoir chaque année une journée pour prendre le temps de reconnaître cette histoire douloureuse nous aidera à connaître et à comprendre les réalités des pensionnats. C'est une façon positive de cheminer vers la réconciliation. Ce type de commémoration est un acte collectif et public de reconnaissance.
Ce sera aussi une journée d'écoute et de guérison pour le pays tout entier. Ensemble, nous pourrons poursuivre notre conversation sur la justice sociale.
Comme l'a dit Mme Marie Wilson, ancienne commissaire de la Commission de vérité et réconciliation, lorsqu'elle a comparu devant le Comité permanent du patrimoine canadien:
Ainsi, tout le monde devra y porter attention, se souvenir et faire preuve de respect, et espérons [...] que l'apprentissage à ce sujet le sera également. Nous ne nous contentons pas de parler de guerres; nous parlons de la paix dans la discussion sur les guerres. Dans le contexte des pensionnats, nous pouvons parler des erreurs du passé et de ce que nous tentons de faire pour nous attaquer aux problèmes à l'avenir.
M. Tim Argetsinger, conseiller politique de l'Inuit Tapiriit Kanatami, est du même avis lorsqu'il affirme:
[...] je crois qu'il y a une façon de trouver un juste équilibre de sorte que l'attention d'une journée se concentre sur les violations des droits de la personne commises dans le passé à l'encontre des peuples autochtones et que ces derniers cherchent à surmonter. Cette journée pourrait, en même temps, être une occasion de nous concentrer sur notre responsabilité de prendre des mesures positives pour résoudre certaines des difficultés qui découlent des expériences du passé.
Je veux souligner la priorité constante que notre gouvernement accorde à la réconciliation et à la promotion des droits des Autochtones. Certains diront qu'une simple journée ne résoudra pas les horreurs du passé et n'améliorera pas les conditions de vie inacceptables de certaines communautés encore aujourd'hui. Je crois toutefois que ce souvenir du passé est un moyen efficace de s'assurer que l'histoire ne se répète pas.
Le racisme systémique et les actes de racisme sont présents au Canada, mais cela ne les rend pas et ne les rendra jamais acceptables. Nous avons été encore une fois témoins, dernièrement, des conséquences horribles qu'ils peuvent avoir. Les événements qui ont précédé la mort de Joyce Echaquan nous ont tous choqués. Ils nous ont scandalisés, mais ils n'auraient pas dû nous étonner, car il ne s'agissait pas d'événements isolés.
Pour éradiquer le racisme systémique de nos institutions, il faut pratiquer l'écoute active, il faut créer des politiques publiques rigoureuses et il faut que toutes les couches de la société soient également représentées. Rendre hommage aux victimes du racisme institutionnel, quelle que soit la forme qu'il a pu prendre au fil des ans, nous rapproche un tant soit peu de ce but. Tout faire pour que cessent à tout jamais les atrocités dont sont victimes les peuples autochtones sera notre plus grande priorité.
La future journée nationale de la vérité et de la réconciliation sera l'occasion pour les Canadiens de réfléchir à leurs propres préjugés et idées reçues et de les remettre en question. Pour les faire tomber, il faudra toutefois que les efforts collectifs que nous devrons tous déployer s'étendent bien au-delà du 30 septembre.
J'implore les députés de la Chambre d'écouter attentivement les témoignages des survivants et des leaders autochtones qui nous disent comment une journée nationale de reconnaissance aiderait à guérir les blessures du passé, à honorer les survivants et à avancer ensemble vers la réconciliation
Nous devons également continuer à travailler d'arrache-pied pour résoudre rapidement de nombreux problèmes auxquels sont confrontées les communautés autochtones aujourd'hui. L'accès à l'eau potable, par exemple, est essentiel.
Notre gouvernement s'est engagé à mettre fin à tous les avis d'ébullition de l'eau, à long terme, dans les communautés des Premières Nations vivant dans les réserves. Nous reconnaissons et affirmons le droit des communautés à avoir accès à une eau potable et sûre. Dans le cadre de cet engagement, 95 avis d'ébullition d'eau ont été levés depuis 2015.
Au cours de la législature précédente, nous avons adopté une loi importante, afin de réformer le service de protection de la jeunesse et de la famille, dans le but de réduire le nombre d'enfants autochtones pris en charge. Cette loi permet également aux Premières Nations, aux Inuits et aux Métis d'exercer leur pleine autorité sur les services de protection de la jeunesse, afin qu'ils puissent prendre les décisions nécessaires pour le bien-être de leurs enfants, leurs familles et leurs communautés. Une crise est en cours dans les communautés autochtones. Trop d'enfants sont retirés de leurs foyers et de leur communauté.
Nous sommes également engagés vers la réappropriation, la revitalisation et le renforcement des langues autochtones. En effet, la Loi sur les langues autochtones a reçu la sanction royale le 21 juin 2019. Il s'agit d'une loi historique. Elle a été élaborée en collaboration avec les peuples autochtones. Elle reconnaît les droits linguistiques des peuples autochtones et elle indique comment nous allons les soutenir.
Patrimoine canadien s'emploie activement, en collaboration avec ses partenaires autochtones, à la mise en œuvre de la Loi sur les langues autochtones. Il consulte les gouvernements autochtones, les autorités concernées ainsi qu'une panoplie d'organismes concernant, d'une part, la nomination du futur commissaire aux langues autochtones et de ses trois directeurs et, d'autre part, l'élaboration d'un modèle de financement pour les langues autochtones. Il s'agit d'avancées remarquables, mais nous sommes tous conscients qu'il reste encore beaucoup à faire.
Qu'il s'agisse de ce dossier ou de nombreux autres tout aussi importants, je suis impatient de poursuivre les progrès entamés, en collaboration avec les peuples autochtones de partout au Canada.
Le Canada est engagé sur la voie de la réconciliation. À chaque pas, les Canadiens et les Canadiennes ont l'occasion de mieux comprendre la vie, les luttes et les points de vue des peuples autochtones d'hier et d'aujourd'hui.
En présentant ce projet de loi visant à créer une Journée nationale de la vérité et de la réconciliation, le gouvernement du Canada souhaite encourager les gens de tout le pays à apprendre leur histoire, à s'engager et à se rapprocher afin de soutenir et d'accélérer la marche vers la réconciliation dans leur communauté.
Bien que nos parcours et nos expériences soient variés, chaque personne au Canada a un rôle unique et vital à jouer sur ce chemin que nous parcourons ensemble vers la réconciliation et l'édification d'un Canada plus fort et plus résilient.
J'estime qu'il est tout naturel pour moi de terminer mon allocution sur les mots de Mme Georgina Jolibois, qui a dit: « Les Canadiens [sont tout à fait capables de] pleurer le passé, [de] célébrer le présent et [de] se réjouir de l'avenir. » Je presse tous les députés d'appuyer ce projet de loi afin que le Canada puisse honorer les survivants et clore l'histoire des pensionnats autochtones par une journée dédiée à la reconnaissance, à la réflexion, à la commémoration, à la conscientisation et à l'entraide.
Enfin, il est important de reconnaître que d'autres sont venus avant nous pour tracer cette voie. Les commissaires de la Commission de vérité et réconciliation ont tant donné d'eux-mêmes pour que les voix des autres puissent être entendues. Ceux qui ont apporté des témoignages, les dirigeants et les communautés autochtones de tout le Canada ainsi que les parlementaires actuels et anciens, notamment Georgina Jolibois, ont demandé que des mesures soient prises pour créer une telle journée, comme le propose ce projet de loi. Je les remercie toutes et tous.
Meegwetch, marsi.
View Dane Lloyd Profile
CPC (AB)
View Dane Lloyd Profile
2020-10-23 10:23 [p.1154]
Mr. Speaker, I do not think anyone in this House could disagree that there is an essential need for a day of remembrance, but a lot of concerns have been raised to me by my indigenous constituents that creating a new federal holiday on which civil servants would not be working could hurt indigenous people.
Indigenous people have so many needs that have been listed and I want the minister to assure my indigenous constituents that there will be somebody to pick up the phone when they have a need on the national day of remembrance.
Monsieur le Président, je pense qu'aucun député ne peut contester qu'il faille absolument créer une journée de commémoration, mais cette idée a suscité beaucoup d'inquiétudes parmi les Autochtones de ma circonscription parce qu'ils craignent que ce nouveau jour férié où les fonctionnaires fédéraux auraient congé ne soit préjudiciable à la population autochtone.
Les besoins des populations autochtones sont immenses, et je veux que le ministre donne son assurance aux Autochtones de ma circonscription qu'il y aura bien quelqu'un pour répondre au téléphone pendant la journée nationale de commémoration, s'ils ont besoin d'aide.
View Steven Guilbeault Profile
Lib. (QC)
Mr. Speaker, the federal government and the federal system have been working and will continue to work to ensure that we can provide all the necessary services for indigenous peoples across this country.
Monsieur le Président, le gouvernement fédéral et la fonction publique fédérale travaille pour fournir aux peuples autochtones de ce pays tous les services nécessaires dont ils ont besoin, et elle continuera de le faire.
View Kristina Michaud Profile
BQ (QC)
Mr. Speaker, I thank my colleague for his speech.
I applaud the introduction of this bill. It is important to take time to reflect and remember, but I think that we need to go much further than that. This bill responds to call to action no. 80 in the Truth and Reconciliation Commission report.
I would like to draw members' attention to call to action no. 43, which calls upon the federal government to fully adopt and implement the United Nations Declaration on the Rights of Indigenous Peoples. I would like to know whether my colleague agrees that we should implement this declaration to truly achieve reconciliation. Will he ask his government to make that a priority?
Monsieur le Président, je remercie mon collègue de son discours.
Je salue le dépôt de ce projet de loi. Il est important de prendre le temps de réfléchir et de se remémorer, mais je pense qu'il faut aller beaucoup plus loin. Ce projet de loi répond à l'appel à l'action no 80 du rapport de la Commission de vérité et réconciliation.
J'aimerais qu'on porte notre attention sur l'appel à l'action no 43, qui demande au gouvernement fédéral de mettre en œuvre et d'adopter la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones. J'aimerais savoir si mon collègue est d'accord pour dire que nous devrions mettre en œuvre cette Déclaration pour véritablement accomplir la réconciliation. Demandera-t-il à son gouvernement d'en faire une priorité?
View Steven Guilbeault Profile
Lib. (QC)
Mr. Speaker, I thank my hon. colleague for her question.
Obviously, we are committed to doing that. It is a priority for our government, and we will move forward with adopting the United Nations Declaration on the Rights of Indigenous Peoples.
Monsieur le Président, je remercie mon honorable collègue de sa question.
Nous nous sommes évidemment engagés à le faire. C'est une priorité pour notre gouvernement et nous irons de l'avant avec l'adoption de la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones.
View Brian Masse Profile
NDP (ON)
View Brian Masse Profile
2020-10-23 10:25 [p.1154]
Mr. Speaker, I want to thank the minister for recognizing Georgina Jolibois and her work. The way the minister did it was very classy and respectful for Georgina, who worked tirelessly on this and also was, in the spirit of what this day is trying to do, very collaborative. She was very dedicated to reaching out to not only the communities, but also this place.
The bill, as the minister knows, died in the Senate. It is very important that we move this bill forward in unity as a Parliament. I would ask the minister whether he is prepared to work to ensure this bill moves quickly through the House and the Senate.
I again thank him for recognizing Georgina. I saw how hard she worked on this, the effort she put into it and what it meant to her. It means a lot to everyone and it is important that we move forward, but only by recognizing the past and having the past included in our future.
Monsieur le Président, j'aimerais remercier le ministre d'avoir rendu hommage, avec beaucoup de classe et de respect, à Georgina Jolibois et à son travail. Elle a travaillé sans relâche à ce projet et a aussi fait preuve d'un grand esprit de collaboration, c'est-à-dire l'esprit dont nous voudrions marquer cette journée. Elle a vraiment essayé de convaincre non seulement les communautés, mais aussi les députés.
Comme le ministre le sait, le projet de loi est auparavant mort au Feuilleton du Sénat. Il est très important que nous portions ce projet de loi tous ensemble, au Parlement. J'aimerais savoir si le ministre a l'intention de s'investir pour qu'il soit rapidement adopté à la Chambre et au Sénat.
Je le remercie encore une fois d'avoir rendu hommage à Georgina. J'ai vu tout le travail qu'elle a fait dans ce dossier, les efforts qu'elle a déployés et l'importance que ce projet revêt pour elle. Il s'agit d'une question primordiale pour tout le monde et il est important que nous puissions avancer, mais nous devons prendre conscience du passé et l'inscrire dans notre avenir.
View Steven Guilbeault Profile
Lib. (QC)
Mr. Speaker, as we say in English, we should give credit where credit is due. It was absolutely natural for us to do this. I want to assure the member that we will work diligently with all members of this House and the Senate to ensure this bill is adopted as quickly as possible.
Monsieur le Président, il faut rendre à César ce qui appartient à César, comme on dit. C'est un geste tout à fait naturel pour nous. Je tiens à assurer à mon collègue que nous travaillerons assidûment avec tous les députés et tous les sénateurs pour que ce projet de loi soit adopté aussi rapidement que possible.
View Julie Dabrusin Profile
Lib. (ON)
View Julie Dabrusin Profile
2020-10-23 10:27 [p.1154]
Mr. Speaker, it is wonderful to see this put forward today and to be up for debate. I was part of the committee that studied the bill put forward by Georgina Jolibois in the last Parliament, and I know how important it is. Having heard from all the witnesses, I know they really are going to be so happy to see we are moving forward and making it a priority.
The minister touched upon this a bit in his speech, but why this chosen date? I know there has been discussion about it, but why is September 30 the most important date for us to use for the national day for truth and reconciliation?
Monsieur le Président, je suis heureuse que ce projet de loi ait été présenté et que nous en débattions aujourd'hui. Je faisais partie du comité chargé d'examiner le projet de loi présenté par Georgina Jolibois, au cours de la législature précédente. Je sais à quel point c'est un projet de loi important. Je suis convaincue que les témoins que nous avons entendus alors seront ravis d'apprendre que nous réalisons des progrès dans ce dossier et que nous en faisons une priorité.
Le ministre en a parlé brièvement dans son discours, mais j'aimerais savoir pourquoi on a choisi cette date. Je sais qu'il y a eu des discussions à ce sujet, mais pourquoi a-t-on convenu que le 30 septembre serait la meilleure date pour tenir la Journée nationale de la vérité et de la réconciliation?
View Steven Guilbeault Profile
Lib. (QC)
Mr. Speaker, as part of the consultations done during the last Parliament on this bill and the testimonies we heard through the Truth and Reconciliation Commission, it became clear that September 30, Orange Shirt Day, a grassroots movement in Canada led by indigenous peoples across the country, was really the most significant day to create this national federal statutory holiday to remember what happened and what Canada has done to indigenous peoples across the country. We want to work to ensure that Canadians, but especially younger Canadians, understand this part of our past so that never again should this happen in the future.
Monsieur le Président, lorsque des consultations ont eu lieu, au cours de la dernière législature, sur l'ancêtre de ce projet de loi et lorsque des témoignages ont été entendus par l'entremise de la Commission de vérité et réconciliation, il est devenu évident que le 30 septembre, qu'un mouvement populaire mené par les peuples autochtones partout au pays a désigné comme la Journée du chandail orange, est véritablement la date la plus significative pour créer ce jour férié national et commémorer l'histoire et le traitement réservé aux Autochtones par les autorités canadiennes dans le passé. Nous voulons faire en sorte que les Canadiens, mais surtout les jeunes Canadiens, comprennent cette période de notre histoire pour que jamais une telle chose ne se reproduise.
View Colin Carrie Profile
CPC (ON)
View Colin Carrie Profile
2020-10-23 10:28 [p.1154]
Mr. Speaker, one of the privileges I have seen as a member of Parliament is that it has actually helped me learn more and understand my own ignorance as far as reconciliation and the need for reconciliation.
The minister quite rightly points out the need for education because so many Canadians are unaware of this dark chapter in our history. In the bill, there is really no plan to develop an educational strategy. He did compare how this would be similar to Remembrance Day. On Remembrance Day, the federal government and schools and everybody really put an effort forward to allow young people and all Canadians to learn about these tragic parts of our history.
I was wondering if the minister could comment on whether there are any plans for education. One of the concerns with this bill is there does not appear to be a plan for an educational part of this whole process. When we debated Remembrance Day, I remember people worrying and not wanting it to just becoming a holiday but a learning experience.
Monsieur le Président, l'un des privilèges que j'ai eus en tant que député a été de prendre conscience de ma propre ignorance et de m'instruire sur la réconciliation et la nécessité de se réconcilier.
Le ministre souligne, avec raison, le besoin d'éduquer les Canadiens, car un si grand nombre ne sont pas au courant de cette page sombre de notre histoire. Or, le projet de loi ne prévoit pas la création d'une stratégie en matière d'éducation. Il dit que ce jour serait célébré un peu comme le jour du Souvenir. Le jour du Souvenir, le gouvernement fédéral, les écoles et l'ensemble de la population font véritablement un effort pour permettre aux jeunes et à l'ensemble des Canadiens d'en apprendre davantage sur ces périodes tragiques de notre histoire.
J'aimerais que le ministre me dise ce qui est prévu au chapitre de l'éducation. Je trouve préoccupant que le projet de loi n'ait pas de volet éducationnel. Lorsque nous avons débattu du jour du Souvenir, je me souviens que l'on avait soulevé la même préoccupation. On voulait éviter que cette journée devienne simplement un jour de congé et s'assurer que ce soit une occasion d'apprendre.
View Steven Guilbeault Profile
Lib. (QC)
Mr. Speaker, it is a very important issue, and in fact, Canadian Heritage does have programs for educational activities as part of this. This is something we want to continue going into the future and maybe even amplify. It is a very good point.
Monsieur le Président, c'est un élément fort important, d'ailleurs, Patrimoine Canada a prévu des programmes d'activités éducatives relatifs à cette journée. Il s'agit d'une chose que nous voulons poursuivre dans l'avenir et même bonifier. C'est un excellent point.
View Gabriel Ste-Marie Profile
BQ (QC)
View Gabriel Ste-Marie Profile
2020-10-23 10:31 [p.1155]
Mr. Speaker, I thank the minister for his speech.
I would like to know whether he recognizes that the federal Indian Act is a racist and outdated piece of legislation that needs a complete overhaul.
Monsieur le Président, je remercie le ministre de son discours.
J'aimerais savoir s'il reconnaît que la loi fédérale sur les Indiens est une loi raciste et désuète qui doit être complètement changée.
View Steven Guilbeault Profile
Lib. (QC)
Mr. Speaker, I thank my colleague for his question.
I think there are so many things we need to do on our journey towards reconciliation with indigenous peoples. Also, I am not saying that the bill I am introducing today will solve every problem.
However, this was one of the recommendations of the Truth and Reconciliation Commission of Canada, and it is something we heard from coast to coast to coast during the consultations held by that commission and by the Standing Committee on Canadian Heritage.
It is one step towards reconciliation, but there is a lot more work to do.
Monsieur le Président, je remercie mon collègue de sa question.
Je pense qu'il y a énormément de choses que nous devons faire sur le plan de la quête vers la réconciliation envers les peuples autochtones. De plus, je ne prétends pas que le projet de loi que je présente aujourd'hui va régler tous les problèmes.
Toutefois, c'est l'une des recommandations de la Commission de vérité et réconciliation du Canada et c'est l'une des choses que nous avons entendues d'un bout à l'autre du pays dans le cadre des consultations de la Commission de vérité et réconciliation du Canada et du Comité permanent du patrimoine canadien.
C'est un pas vers la réconciliation, mais il y a beaucoup d'autres pas à franchir.
View Alexandre Boulerice Profile
NDP (QC)
Mr. Speaker, I thank the minister for continuing the work started by my former colleague, Georgina Jolibois, and I thank him for the kind words he said about her today.
In this spirit of reconciliation, dialogue and moving forward, I would like to know if he is willing to commit his government to dropping the court challenge of the Canadian Human Rights Tribunal ruling on indigenous child welfare.
Monsieur le Président, je remercie le ministre d'avoir poursuivi et repris le travail de mon ancienne collègue, Georgina Jolibois, et je le remercie des bons mots qu'il a eus pour elle aujourd'hui.
Dans cet esprit de réconciliation, de dialogue et de pas en avant, je voudrais lui demander s'il est prêt à engager son gouvernement à cesser de contester en cour le jugement du Tribunal canadien des droits de la personne en lien avec les services de protection des enfants autochtones.
View Steven Guilbeault Profile
Lib. (QC)
Mr. Speaker, I thank my colleague from Rosemont—La Petite-Patrie for his question.
I said this just now in answer to the member for Joliette, and I will say it again. This bill is one step towards reconciliation with indigenous peoples. There are many other things we have to do.
For example, in my speech, I talked about implementing the Indigenous Languages Act, which is an absolutely crucial element. We are currently holding nationwide consultations about the implementation of that act. I heard one participant say that language is culture and culture is language, and I certainly agree with that.
There is still so much more we need to do. Our government is walking the path of reconciliation with indigenous peoples, and it is a process that will take a lot more time.
Monsieur le Président, je remercie mon collègue de Rosemont—La Petite-Patrie de sa question.
Je l'ai dit tout à l'heure en réponse à la question du député de Joliette et je le répète, ce projet de loi est l'un des éléments vers la réconciliation avec les peuples autochtones. Il y a beaucoup d'autres choses que nous devons faire.
Je parlais par exemple dans mon discours de la mise en œuvre de la Loi concernant les langues autochtones, laquelle est un élément absolument nécessaire. Nous tenons des consultations actuellement dans tout le pays sur la mise en œuvre de cette Loi et j'entendais une intervenante dire que les langues, c'est la culture et que la culture, c'est les langues. Je ne peux qu'être d'accord avec cela.
Il y a beaucoup d'éléments que nous devons mettre en place. Notre gouvernement s'est engagé sur cette voie de la réconciliation avec les peuples autochtones et c'est un processus qui va prendre encore beaucoup de temps.
Results: 1 - 15 of 5095 | Page: 1 of 340

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
>
>|
Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data