Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 30 of 12598
View Mario Simard Profile
BQ (QC)
View Mario Simard Profile
2020-11-30 11:04 [p.2651]
Expand
moved that Bill C-225, An Act to amend the Aeronautics Act, the Fishing and Recreational Harbours Act and other Acts (application of provincial law), be read the second time and referred to the Standing Committee on Transport, Infrastructure and Communities.
He said: Mr. Speaker, I am pleased to have an opportunity this morning to talk to all my colleagues about Bill C-225, especially since this bill was introduced back in 2018 as Bill C-392 by my party's passionate environmental advocate, the charming member for Repentigny. This Bill C-225 is virtually the same as that one.
I will get into more of the details a little later, but first I would like to point out what the bill might represent. It fits perfectly with my political goals, since it implies more political autonomy for Quebec. Everyone seems to be aware of the path towards self-government that Quebec has taken.
We can go back as far as Jean Lesage's famous slogan “Maîtres chez nous”, when environmental matters were perhaps not as urgent as they are today. As for Lesage, he went even further than that slogan.
I remember the early days of what was known as the Quiet Revolution, when Lesage came up with the wonderful phrase, “the Quebec state as the primary instrument for the collective emancipation of Quebeckers”. That phrase, which is also quite famous, means that what we want, perhaps above all else, is to give political substance to the Quebec nation, and I think this can only be achieved through self-government.
We know that when the federal government takes action in areas of federal legislative jurisdiction, Quebec and the provinces cannot force it to respect their laws. In our Constitution, there is a type of hierarchy and we know that federal legislation subordinates provincial legislation.
In the meantime, federal Parliament can impose strict parameters on governments in the application of the legislation it passes. If federal legislation required compliance with Quebec law and provincial law, the federal government could no longer authorize plans that violate those laws. This circumvention strategy may be the purpose of Bill C-225, which would amend seven federal statutes.
Bill C-225 would amend the Aeronautics Act, which governs airports, and the Fishing and Recreational Harbours Act, which governs wharves and harbours for small watercraft. The bill also amends the National Capital Act, which governs the activities of the National Capital Commission in Ottawa and the Outaouais, and the Broadcasting Act, which governs telecommunications infrastructure, including cellular antennas.
The other laws that this bill amends include the Federal Real Property and Federal Immovables Act, which governs all federal properties; the Canada Marine Act, which, as we all know, governs ports; and the Canada Infrastructure Bank Act, which governs projects carried out through the bank. Such projects currently benefit from a form of federal immunity from provincial laws and municipal bylaws.
By passing Bill C-225, Parliament would force the federal government to ensure that it is respecting provincial laws and municipal bylaws before authorizing an activity or infrastructure project, so I believe that this bill is in keeping with Quebec's pursuit of self-government.
What would the impact of this bill be? If this bill passes, Quebec laws governing environmental protection and land management would apply to the entire province of Quebec. At the beginning of my speech, I mentioned Jean Lesage. In my opinion, this bill would be a way for Quebec to be the master of its own house when it comes to the environment.
The privileges of an airport developer would therefore cease to take precedence over the provisions of the Quebec Act Respecting the Preservation of Agricultural Land and Agricultural Activities or the municipal bylaws. Telecommunications companies would have to come to an agreement with the municipalities and respect the wishes of local residents when putting up their towers and antennas. Major federal infrastructure projects and any other similar projects would be subject to the assessment process of the Bureau d'audiences publiques sur l'environnement du Québec. As a result, these projects would have to be given a certificate of authorization from the Government of Quebec before they could go forward.
Along the same lines, federal government property, including large tracts of the Gatineau urban area that belong to the National Capital Commission, will have to comply with development plans and municipal regulations adopted by local authorities.
In addition to providing better environmental protection and more cohesive land development, the bill will establish legal certainty in areas marked by numerous judicial disputes related to shared jurisdictions. By approving a project that contravenes a provincial law, the federal minister would be contravening a federal law. This would resolve the issue of conflicting jurisdictions once and for all.
We all know the Canadian constitutional context. Constitutionally, Quebec land belongs to Quebeckers. Its occupation, use, development and protection fall primarily under the laws and regulations of Quebec and its municipalities. The British North America Act of 1867, however, distributed legislative powers between the provinces and the federal government, which gives to Ottawa many powers that cover the environment and land.
The British North America Act was signed in 1867, at a time when telecommunications, for example, did not exist. As a result, anything that was not named directly in this legislation now falls under federal jurisdiction. Telecommunications are part of that. Other examples are navigation, wharves and ports. I could also mention public property, such as land and buildings that belong to Ottawa, as well as interprovincial transportation, including transportation infrastructure, such as pipelines.
This topic came up quite often during the last election campaign. Our Conservative colleagues had the unfortunate idea of developing an energy corridor that would have seen a pipeline built across Quebec. Judging by my colleagues' quick reaction and raised eyebrows, I can see that they are not happy about that comment, but this bill could provide a framework for similar excesses at the federal level. This is something that can be discussed later.
The Constitution does not classify environmental protection as a jurisdiction in itself. Either provincial or federal laws will apply, depending on the project. If a project is under the exclusive jurisdiction of the federal government, the provincial laws will only be enforced if they do not prevent Ottawa from exercising its own powers. There are all kinds of examples in our past that demonstrate why this bill is necessary.
For instance, Quebec or a municipality could probably adopt regulations or bylaws allowing cell towers to be painted green. That would be entirely possible, and the courts would accept it. Conversely, any laws or regulations made regarding the location of towers would be struck down, which has happened on several occasions.
What does this actually mean? It means that a provincial government's power to act is significantly reduced by the federal government's power. Just between us, I do not think the colour of a telecommunications tower really matters, but where it is located is critical, and Quebec does not have the power to decide that.
As folks will see, I am a good sport. During the 2015 election campaign, which brought the Liberal Party to power, their party platform promised to ensure that projects have social licence. The term “social licence” is on everyone's lips these days. In 2015, the Liberal Party said that social licence should be a priority for projects to be accepted and authorized.
I take no pleasure in this, but I will quote from the 2015 Liberal Party platform: “While governments grant permits for resource development, only communities can grant permission.” Being a charitable man, I thought to myself, why not support my Liberal colleagues so they can fulfill one of the election promises they made in 2015?
I do so purely out of the goodness of my heart. We in Saguenay—Lac-Saint-Jean are good people. Out of the goodness of my heart, I am willing to do this for my Liberal colleagues.
We live in a democracy. Our laws and regulations are passed by the representatives of the people and reflect a certain social licence. Bill C-225 will help deliver on a Liberal election promise, in a sense.
I gave some examples earlier illustrating how the federal government's prerogative over Quebec's environmental laws can sometimes lead to unfortunate circumstances. We can come back to that.
Over the years, we have adopted several laws, regulations and institutions that have helped us protect our land and ensure its harmonious use. Examples include Quebec's environmental protection legislation, the Act Respecting the Preservation of Agricultural Land and Agricultural Activities, and the Act Respecting Land Use Planning and Development, which governs development plans and zoning regulations, as well as the Government of Quebec's mechanism for ensuring social licence, the BAPE, our bureau of environmental public hearings. However, certain activities and infrastructure are only partly covered by our laws, because they fall under federal jurisdiction. Wharves, harbours, airports and telecommunications infrastructure, as I was saying earlier, are all federal property.
In these cases, even though Quebec laws and municipal bylaws are not completely squeezed out, they can apply only if they do not have a substantive effect on the activity that is the federal government's responsibility. Earlier I was talking about certain cases. In 2010, the Supreme Court ruled that the Act Respecting the Preservation of Agricultural Land and Agricultural Activities could not protect a parcel of agricultural land from a developer who wanted to turn it into an airport.
There was a similar case in 2016, when Rogers appealed to the Supreme Court to strike down Châteauguay's bylaw regulating the proliferation of cell towers. Also in 2016, the Quebec Superior Court ruled that a private business, IMTT-Québec Inc., which was blanketing the Limoilou neighbourhood of Quebec City with red dust, was exempt from Quebec's Environment Quality Act because the business was located on Port of Quebec land, which is under federal jurisdiction. That makes absolutely no sense.
The Alberta company behind the whole energy east saga did not feel that its ridiculous plan to build a pipeline across Quebec had to comply with Quebec laws. This piecemeal enforcement of Quebec's laws and regulations is an affront to democracy. These laws were passed by the Quebec National Assembly, which represents all Quebeckers, and these regulations were duly adopted by the representatives of the people. Furthermore, this arrangement deprives residents of the ability to make decisions about their own land. Earlier I mentioned the famous slogan “Maîtres chez nous”.
Some have pointed out that the bill does not mention municipalities, but they are included indirectly. Constitutionally, there are two levels of government: federal and provincial. Municipalities, which are not part of the constitution, are included by virtue of Government of Quebec legislation.
I am going to pick up the pace here and just say that Bill C-225 has a lot of support. Let me go back to my colleague's Bill C-392, which is essentially a copy of what is before us today. At the time, my colleague from Repentigny had the support of twenty or so municipalities whose bylaws applied to federal projects within their city limits, including airports, ports and telecommunications infrastructure. The City of Gatineau also supported the bill because it wanted the National Capital Commission to stop acting like a separate enclave outside the City's purview. The Union des producteurs agricoles wrote to all Quebec MPs, asking them to support the bill and ensure that the Act Respecting the Preservation of Agricultural Land and Agricultural Activities applies at all times.
Quebec's three major unions also supported the bill, as did the Quebec Environmental Law Centre. The Government of Quebec is constantly lobbying for Quebec's land use and environmental laws to apply to federal projects. When Bill C-69 was before the House, the intergovernmental affairs minister, Jean-Marc Fournier—a confirmed sovereignist, no point in denying it—published an open letter in La Presse seeking an amendment to ensure respect for Quebec's laws and assessment processes. Bill C-225 ensures that.
Lastly, the Quebec National Assembly unanimously adopted 11 resolutions to that effect for various federal projects.
If both my Liberal and Conservative colleagues are serious when they say that they want greater recognition for Quebec, their only option is to accept this bill and vote in favour of it.
propose que le projet de loi C-225, Loi modifiant la Loi sur l’aéronautique, la Loi sur les ports de pêche et de plaisance et d’autres lois (application du droit provincial), soit maintenant lu pour la deuxième fois et renvoyé au Comité permanent des transports, de l'infrastructure et des collectivités.
— Monsieur le Président, ce matin, je suis heureux de discuter avec l'ensemble de mes collègues du projet de loi C-225. Je suis d'autant plus heureux que ce projet de loi avait déjà été déposé en 2018, sous le numéro C-392, par celle que l'on appelle la passionaria de l'environnement dans ma formation politique, à savoir la charmante députée de Repentigny. L'actuel projet de loi C-225 est quasiment le même.
On le verra un peu plus tard dans le détail, mais, en prémices, j'aimerais souligner ce que le projet de loi peut représenter. Il s'inscrit parfaitement dans ce que sont mes ambitions politiques puisqu'il suppose une plus grande autonomie politique pour le Québec. Tout le monde semble conscient de cette trajectoire vers l'autonomie politique qu'a prise l'histoire québécoise.
Remontons jusqu'au fameux slogan « Maîtres chez nous » de Jean Lesage. À son époque, la question environnementale n'était peut-être pas aussi pertinente qu'elle l'est aujourd'hui. Quant à Lesage, il est même allé plus loin que ce slogan.
En effet, je me rappelle le début de ce que l'on a appelé la Révolution tranquille, alors que Lesage avait eu cette belle phrase: « L'État du Québec comme l'instrument principal d'émancipation collective des Québécois ». Cette phrase, tout de même assez fameuse, signifie que ce que l'on cherche surtout est peut-être de donner corps à la nation québécoise d'une façon politique, ce qui se fait par l'entremise d'une autonomie politique, d'après moi.
On sait que, lorsque le gouvernement fédéral agit dans les domaines relevant de la compétence législative du Parlement fédéral, le Québec et les provinces ne peuvent pas le forcer à respecter leurs lois. Dans notre Constitution, il y a une forme de hiérarchie et on est conscients de cela, à savoir que les lois fédérales viennent subordonner les lois provinciales.
En revanche, le Parlement fédéral peut imposer des balises strictes aux gouvernements dans l'application des lois qu'il adopte. Si les lois fédérales demandent le respect des lois du Québec et de celles des provinces, le gouvernement fédéral ne pourra plus autoriser de projets qui y contreviennent. Cette stratégie de contournement est peut-être ce que vise le projet de loi C-225, qui viendrait modifier sept lois fédérales.
En effet, le projet de loi C-225 viendrait modifier la Loi sur l'aéronautique et la Loi sur les ports de pêche et de plaisance, qui encadrent respectivement les aéroports, et les quais et les ports pour les petits bateaux. Le projet de loi modifie également la Loi sur la capitale nationale, qui encadre les activités de la Commission de la capitale nationale, tant à Ottawa qu'en Outaouais, ainsi que la Loi sur la radiocommunication, laquelle encadre les infrastructures de télécommunication, dont les antennes cellulaires.
Les autres lois modifiées par le projet de loi comprennent la Loi sur les immeubles fédéraux et les biens réels fédéraux, qui encadre l'ensemble des propriétés fédérales, la Loi maritime du Canada, qui encadre les ports comme on le sait tous, et la Loi sur la Banque de l'infrastructure du Canada, qui encadre les projets réalisés par l'entremise de la Banque, lesquels peuvent à l'heure actuelle jouir d'une certaine forme d'immunité fédérale par rapport aux lois provinciales et aux règlements municipaux.
En adoptant le projet de loi C-225, le Parlement forcerait le gouvernement fédéral à s'assurer qu'il respecte les lois des provinces et les règlements municipaux avant d'autoriser une activité ou une infrastructure. À mon avis, cela s'inscrit donc clairement dans une recherche d'autonomie politique.
Quels seraient les effets de ce projet de loi? Avec son adoption, les lois québécoises relatives à la protection de l'environnement et de l'aménagement du territoire s'appliqueraient sur l'ensemble du territoire québécois. En introduction, j'ai évoqué Jean Lesage: selon moi, ce projet de loi serait donc une forme du « Maîtres chez nous » dans le contexte de l'environnement.
Ainsi, les privilèges d'un promoteur aéroportuaire cesseraient de primer sur les dispositions de la Loi sur la protection du territoire et des activités agricoles ou les règlements municipaux. Les entreprises de télécommunication devraient s'entendre avec les municipalités et ériger leurs tours et leurs antennes dans le respect des résidents locaux. Les projets fédéraux d'infrastructure d'envergure seraient, au même titre que tous les autres projets semblables, assujettis au processus d'évaluation du Bureau d'audiences publiques sur l'environnement du Québec. Ces projets devraient donc obtenir un certificat d'autorisation du gouvernement du Québec avant d'aller de l'avant.
Dans le même ordre d'idées, les propriétés du gouvernement fédéral, y compris les pans du territoire urbain gatinois qui appartiennent à la Commission de la capitale nationale, devront respecter les schémas d'aménagement et les règlements municipaux adoptés par les autorités locales.
En plus d'assurer une meilleure protection de l'environnement et un aménagement plus harmonieux du territoire, le projet de loi vient instaurer une certitude juridique dans des domaines marqués par de nombreuses contestations judiciaires liées au partage des compétences. En autorisant un projet qui enfreint une loi provinciale, c'est à une loi fédérale que le ministre fédéral contreviendrait, réglant la question du conflit de compétence une fois pour toutes.
On connaît le contexte constitutionnel canadien. Constitutionnellement, le territoire québécois appartient aux Québécois et aux Québécoises. Son occupation, son utilisation, son aménagement et sa protection relèvent, pour l'essentiel, des lois et des règlements du Québec et des municipalités. Or, ce que venait faire l'Acte de l'Amérique du Nord britannique en 1867, c'est un partage des pouvoirs législatifs entre les provinces et le gouvernement fédéral qui accorde à Ottawa plusieurs pouvoirs qui touchent l'environnement et le territoire.
Lors de la signature de l'Acte de l'Amérique du Nord britannique, on était dans le contexte de 1867, et des éléments comme les télécommunications n'existaient pas. C'est donc le pouvoir résiduaire qui fait en sorte que tout ce qui n'a pas été nommé en 1867 relève du gouvernement fédéral. Les télécommunications font partie de cela. La navigation, les quais et les ports, c'est autre chose. Il y a aussi la propriété publique, soit les terrains et les bâtiments qui appartiennent à Ottawa, ainsi que les transports interprovinciaux, y compris les infrastructures de transport, comme les oléoducs.
On a eu cette discussion de façon assez récurrente lors de la dernière campagne électorale. C'était l'idée malheureuse de nos collègues conservateurs d'avoir un couloir énergétique qui aurait fait passer un oléoduc sur le territoire québécois. Devant l'empressement et le sourcillement de mes amis, je vois que ce commentaire ne fait pas leur affaire, mais ce projet de loi pourrait venir encadrer de pareilles dérives qui seraient issues du gouvernement fédéral. On pourra en discuter plus tard.
Dans la Constitution, la protection de l'environnement n'est pas considérée comme un champ de compétence en soi. Ce sont les lois provinciales ou fédérales qui s'appliqueront, selon le projet. Si ce projet relève de la compétence exclusive du fédéral, les lois de la province ne pourront s'appliquer que dans la mesure où elles n'ont pas pour effet d'empêcher Ottawa d'exercer ses propres compétences. On peut donner de nombreux exemples du passé qui font la démonstration de la pertinence de ce projet de loi.
Ainsi, le Québec ou une municipalité pourrait probablement adopter un règlement prévoyant que les tours cellulaires puissent être peintes en vert. On pourrait tout à fait faire cela, et ce serait acceptable auprès des tribunaux. En revanche, toute loi ou tout règlement qui interviendrait quant à l'emplacement de la tour serait invalidé, ce qui est arrivé à plusieurs reprises.
Qu'est-ce que cela veut dire, dans les faits? Cela signifie que le pouvoir d'action du gouvernement provincial est considérablement réduit par le pouvoir du gouvernement fédéral. Entre nous, je ne pense pas que ce soit une considération très importante que de savoir la couleur d'une tour de télécommunications, mais son emplacement devient déterminant, et le Québec n'a pas le pouvoir de déterminer cela.
On va voir que je suis bon joueur. Durant la campagne électorale de 2015, qui a amené le Parti libéral au pouvoir, celui-ci promettait dans sa plateforme de s'assurer de l'acceptabilité sociale des projets. C'est un mot qui est sur toutes les lèvres, aujourd'hui, « acceptabilité sociale ». Le Parti libéral nous disait, en 2015, que l'acceptabilité sociale devait être mise en avant pour l'acceptation d'un projet avant d'offrir l'autorisation.
Cela ne me fait pas plaisir, mais je vais citer ce qu'on peut lire dans la plateforme de 2015 du Parti libéral: « Si ce sont les gouvernements qui délivrent des permis aux projets de développement des ressources, seules les communautés peuvent donner leur permission. » Comme je suis un homme charitable, je me suis dit: pourquoi ne pas soutenir mes collègues libéraux pour leur permettre de répondre à l'une de leurs promesses faites en 2015?
Je fais cela par pur altruisme. Nous, les gens du Saguenay—Lac-Saint-Jean, sommes bien faits. Par pur altruisme, je suis prêt à faire cela pour mes collègues libéraux.
Nous vivons en démocratie. Nos lois et règlements sont donc adoptés par les représentants du peuple et reflètent une certaine acceptabilité sociale. Le projet de loi C-225 viendrait en quelque sorte concrétiser une promesse électorale des libéraux.
Tout à l'heure, je parlais d'exemples qui ont fait la démonstration que la prérogative du gouvernement fédéral sur les lois environnementales du Québec peut donner lieu quelquefois à des circonstances malheureuses. On pourrait revenir là-dessus.
Au fil des ans, nous nous sommes dotés de plusieurs lois, règlements et institutions qui nous ont assurés de la protection du territoire et de son aménagement harmonieux. Il s'agit par exemple de la Loi sur la protection de l'environnement du Québec, la Loi sur la protection du territoire et des activités agricoles, la Loi sur l’aménagement et l’urbanisme, de laquelle découle les schémas d'aménagement et les règlements de zonage, et, en particulier, le mécanisme mis en place pour l'acceptabilité sociale de la part du gouvernement du Québec, le fameux BAPE. Or certaines activités et infrastructures échappent en bonne partie à nos lois parce qu'elles relèvent du gouvernement fédéral. Pensons aux quais, aux ports, aux aéroports et aux infrastructures de télécommunications, qui, comme je le disais tout à l'heure, sont tous de propriété fédérale.
En pareil cas, même si les lois québécoises et les règlements municipaux ne sont pas complètement évincés, ils ne peuvent s'appliquer que s'ils n'ont pas d'effet substantiel sur l'activité qui relève du palier fédéral. Je parlais tout à l'heure de certains cas de figure. En 2010, la Cour suprême décidait que la Loi sur la protection du territoire et des activités agricoles ne permettait pas de protéger une terre agricole contre un promoteur qui voulait en faire un aéroport.
Ce fut la même chose en 2016, lorsque Rogers s'est rendu en Cour suprême pour invalider le règlement municipal de Châteauguay qui encadrait la prolifération des antennes cellulaires. Encore une fois, en 2016, la Cour supérieure du Québec jugeait qu'une entreprise privée IMTT-Québec inc., qui pollue à la poussière rouge le quartier Limoilou à Québec, était à l'abri de la Loi sur la qualité de l'environnement du simple fait que cette entreprise avait ses installations dans le port de Québec, qui est une infrastructure fédérale. C'est un non-sens total.
Pendant toute la saga d'Énergie Est, on sait que l'entreprise albertaine ne se sentait pas sous la coupe des lois du Québec dans le projet insensé qu'elle avait mis en avant, celui de faire passer un pipeline sur le territoire québécois. Cette application très partielle des lois et règlements du Québec est un déni de démocratie. Ces lois ont été mises en place par l'Assemblée nationale, qui représente tous les Québécois, alors que ces règles ont été dûment adoptées par des représentants de la population. De plus, elle retire les décisions concernant le territoire des mains de ceux qui l'habitent. Je parlais tout à l'heure du fameux « Maîtres chez nous ».
Certains ont fait remarquer que les municipalités ne sont pas mentionnées dans le projet de loi. En fait, elles sont incluses indirectement. Constitutionnellement, il y a deux paliers de gouvernement, le fédéral et le provincial. Les municipalités, qui n'en font pas partie, peuvent se voir incluses parce qu'elles sont sous la logique d'une loi du gouvernement du Québec.
Je vais aller un peu plus vite, pour dire simplement que le projet de loi C-225 reçoit plusieurs appuis. Je reviens au projet de loi C-392 de ma collègue, qui est quasiment une copie de ce qui est étudié aujourd'hui. À l'époque, ma collègue de Repentigny avait reçu l'appui d'une vingtaine de municipalités, pour qui les règlements municipaux s'appliquaient aux projets fédéraux sur leur territoire, notamment les aéroports, les ports, les infrastructures de télécommunication. La Ville de Gatineau avait également appuyé ce projet de loi pour faire en sorte que la Commission de la capitale nationale cesse de se comporter comme une enclave extraterritoriale de la Ville. L'Union des producteurs agricoles a écrit à tous les députés québécois de la Chambre des communes pour leur demander d'appuyer le projet de loi et ainsi s'assurer que la Loi sur la protection du territoire agricole et des activités agricoles s'applique en tout temps.
Les trois grandes centrales syndicales québécoises avaient également appuyé ce projet de loi. Le Centre québécois du droit de l'environnement l'avait appuyé également. Le gouvernement du Québec demande constamment que les lois québécoises relatives au territoire et à l'environnement s'appliquent aux projets fédéraux. Lors du projet de loi C-69, le ministre des Affaires intergouvernementales, Jean-Marc Fournier, un souverainiste convaincu, disons-le, avait écrit une lettre ouverte dans La Presse pour demander qu'il soit modifié afin d'assurer le respect des lois et des processus d'évaluation québécois que prévoit le projet de loi C-225.
Finalement, l'Assemblée nationale du Québec a unanimement adopté 11 résolutions en ce sens relativement à divers projets de compétence fédérale.
Alors, si mes collègues, tant libéraux que conservateurs, sont sérieux quand ils disent qu'ils veulent une plus grande reconnaissance du Québec, ils ne peuvent pas faire autre chose que d'accepter ce projet de loi et de se prononcer en sa faveur.
Collapse
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2020-11-30 11:20 [p.2653]
Expand
Mr. Speaker, I will give the Bloc credit for being consistent. Its members often look at ways to try to weaken the national framework or the national government.
From my perspective, I see the benefits of a strong, healthy union, and I think the member might want to reflect on the great many benefits a national government could have in providing consistency across the country. It can be important in certain situations.
Would the member apply the same principles of decentralization of power toward municipalities? For example, let us say Montreal would like financial assistance from Ottawa. Would the member support the federal government's providing financial support to communities in the province of Quebec?
Monsieur le Président, il faut reconnaître que le Bloc ne manque pas de constance. Ses députés cherchent souvent des façons de porter atteinte au cadre national ou au gouvernement fédéral.
Pour ma part, je vois les avantages d'une union solide et saine et je crois que le député devrait peut-être réfléchir aux nombreux avantages qu'un gouvernement national peut procurer en assurant l'uniformité partout au Canada. L'uniformité peut être importante dans certaines situations.
Le député appliquerait-il le même principe de décentralisation des pouvoirs aux municipalités? Par exemple, disons que Montréal désire obtenir de l'aide financière d'Ottawa. Le député accepterait-il que le gouvernement fédéral apporte une aide financière aux collectivités du Québec?
Collapse
View Mario Simard Profile
BQ (QC)
View Mario Simard Profile
2020-11-30 11:21 [p.2653]
Expand
Mr. Speaker, I thank my colleague for his question.
My Liberal colleagues seem to have a hard time understanding that Quebec is a nation. It is important to distinguish between the demands of certain ethnocultural minorities, which generally want to be recognized, and the demands of a nation. A nation is seeking greater political autonomy, but the federal government has been saying no for 40 years.
It goes without saying that this bill may offend the sensibilities of the government members. However, if we do not get this done, the Canadian federation will remain a centralist federation that does not respect the choices of nations. The Quebec nation is not the only nation; there are also the indigenous nations. In that sense, I find this to be a significant affront to democracy.
This was actually in the 2015 Liberal platform. If they are serious about their objective of developing greater social licence, I do not see how they can reject this bill.
Monsieur le Président, je remercie mon collègue de sa question.
Il y a quelque chose qui semble difficile à comprendre pour mes collègues libéraux: le Québec est une nation. Il y a une distinction à faire entre les revendications de certaines minorités ethnoculturelles qui demandent généralement une reconnaissance et les revendications d'une nation. Une nation cherche une plus grande autonomie politique. C'est ce que le gouvernement fédéral refuse depuis les 40 dernières années.
Il va donc de soi que ce projet de loi peut heurter la sensibilité des députés du gouvernement, mais si on n’arrive pas à faire ce travail, la fédération canadienne restera une fédération centralisatrice qui ne respecte le choix des nations. D'ailleurs, la nation québécoise n'est pas la seule nation, il y a aussi les nations autochtones. En ce sens, c'est un déni démocratique important pour moi.
C'était d'ailleurs dans la plateforme des libéraux, en 2015. S'ils sont sérieux en ce qui concerne leur objectif de développer une plus grande acceptabilité sociale, je ne vois pas comment ils peuvent refuser un pareil projet de loi.
Collapse
View Marilyn Gladu Profile
CPC (ON)
View Marilyn Gladu Profile
2020-11-30 11:22 [p.2653]
Expand
Mr. Speaker, I thank the member for his speech, and I congratulate him on his bill. I would like to ask him a question.
If there is a jurisdictional conflict between a province and the federal government, this bill would give the province precedence. Does that mean that the federal government's power would actually be eliminated?
Monsieur le Président, je remercie le député de son discours et je le félicite pour son projet de loi. J'aimerais lui poser une question.
S'il y a un conflit de compétence entre une province et le gouvernement fédéral, cela veut dire que la province est plus importante. Est-ce que cela veut dire que le pouvoir du gouvernement fédéral est vraiment éliminé?
Collapse
View Mario Simard Profile
BQ (QC)
View Mario Simard Profile
2020-11-30 11:23 [p.2653]
Expand
Mr. Speaker, I would be delighted if the federal government's power were actually eliminated. I do not think that is going to happen here, but it might happen one day in the Quebec National Assembly.
The bill only covers environmental issues. There is a fairly simple principle at play, and that is land use. If we support the idea of social licence, then we must first get the public's consent on major environmental issues, such as building a pipeline. I think that can only be handled by the Quebec National Assembly.
We need to invert the current system. Right now, there is a hierarchy between federal and provincial laws. We need to change that in order to strike some sort of balance when it comes to the environment. That is what this bill does.
Monsieur le Président, ce serait une joie pour moi que le pouvoir du gouvernement fédéral soit véritablement éliminé. Je ne pense pas que cela va se produire ici, mais cela arrivera peut-être un jour à l'Assemblée nationale du Québec.
Le projet de loi encadre uniquement des questions d'ordre environnemental. Il y a donc un principe assez simple qui est celui de l'occupation du territoire. Si on est en phase avec ce qu'on appelle l'acceptabilité sociale, de prime abord, il faut avoir l'assentiment des gens sur des questions environnementales importantes, comme la mise en place d'un oléoduc. Je pense que cela peut se faire uniquement à partir de l'Assemblée nationale du Québec.
Il faut renverser la situation actuelle, où il y a une hiérarchie séparant les lois fédérales et les lois provinciales, pour arriver à une certaine forme d'équilibre en matière d'environnement, et c'est ce que le projet de loi fait.
Collapse
View Chris Bittle Profile
Lib. (ON)
View Chris Bittle Profile
2020-11-30 11:23 [p.2654]
Expand
Mr. Speaker, I know the hon. member is concerned about the environment and advancing this objective, but will passing the bill not create difficulties with the 13 different sets of laws and regulations across the province dealing with federal areas of responsibility?
Monsieur le Président, je sais que le député se préoccupe de l'environnement et de l'atteinte de cet objectif, mais l'adoption du projet de loi ne créera-t-il pas des problèmes relativement aux 13 différents ensembles de lois et de règlements de la province qui portent sur des domaines de compétence fédérale?
Collapse
View Mario Simard Profile
BQ (QC)
View Mario Simard Profile
2020-11-30 11:24 [p.2654]
Expand
No, I do not believe so, Mr. Speaker.
If we allow our thinking to be guided by social licence, then I do not think that the environmental regulations will be fragmented or divided. Right now, the opposite is true. That is a red herring that sometimes allows Ottawa to reduce environmental protections. At times, the hierarchy set out in the Canadian Constitution enables Ottawa to reduce Quebec's environmental regulations.
It seems to me that that is the opposite of what my colleague is saying. We should look at it not as fragmentation, but rather as a way of guaranteeing better environmental protection.
Monsieur le Président, non, je ne le crois pas.
Si l'acceptabilité sociale guide notre réflexion, je ne crois pas qu'il y aura un morcellement et une division des règles environnementales. En ce moment, c'est plutôt l'inverse. C'est plutôt un faux-fuyant qui permet à Ottawa, quelquefois, de réduire la protection environnementale. La hiérarchie qu'on connaît dans la Constitution canadienne permet quelquefois à Ottawa de diminuer les règles environnementales qui ont cours au Québec.
J'ai l'impression que c'est plutôt l'inverse de ce que dit mon collègue. Il ne faut pas le voir du point de vue d'un morcellement, mais plutôt du point de vue d'une meilleure garantie sur la protection environnementale.
Collapse
View Chris Bittle Profile
Lib. (ON)
View Chris Bittle Profile
2020-11-30 11:25 [p.2654]
Expand
Mr. Speaker, I am pleased today to speak to Bill C-225. The bill touches upon intergovernmental relations, federalism and the paramountcy principle: matters that have been debated in both Houses of Parliament on a wide range of subjects. In essence, this bill seeks to subordinate the exercise of federal power in certain areas of provincial law and to allow provincial governments to impose restrictions on environmental protection activities and land use for projects the federal government undertakes across the country.
These same topics came up when this bill was discussed in the House on June 19, 2018, when Bill C-392 proposed similar amendments during the last Parliament. At the time, Bill C-392 sought to strengthen environmental protection and scrutiny of land use. Since then, Bill C-69, introduced by this government, positively strengthened consultation mechanisms and consideration of the environmental impact of projects under federal jurisdiction.
I congratulate the hon. member for his initiative to heighten the consideration given to land use and development, as well as to environmental protection, when projects and activities under federal jurisdiction are being considered. The government is also invested in protecting Canada's environment, and in ensuring effective consultation that accounts for local concerns related to land use and development and the environment. Canadians should know that all levels of government work in the interests of their well-being.
Every day, millions of Canadians go about their lives in an orderly and predictable way. They routinely use safe roads, drink clean water, consume food free of contaminants, rely on safe transportation systems and know that their safety and security are guarded by police, fire departments, paramedics and military personnel. Even today, while the world is facing COVID-19, Canadians can count on federal, provincial and municipal governments to continue to collaborate until the end of this challenging time so they can maintain as many of their routines as possible.
Our society depends on laws and rules to function, and each level of government is responsible for those things that fall into its jurisdiction. Education, building codes and highways, for example, are primarily provincial responsibilities. Matters such as defence, aeronautics and radio communications, for example, extend beyond provincial borders and impact the country as a whole. In these areas, it falls to the federal government to implement a nationally consistent approach that serves Canada and its people.
Over the last several years, the Liberal government has sought to promote co-operative federalism as a way to face challenges concerning more than one level of government. As we all know, there are many issues that transcend municipal and provincial boundaries, and many others where the federal government may be unaware of a local concern. For this reason, taking a co-operative approach achieves the best possible outcome for Canadians. With a country as large and diverse as Canada, we must all act in good faith and work together to achieve the best possible results for our economy and our environment.
There have been, and will continue to be, times when differences arise despite our best efforts to work together. However, there are already numerous federal statutes, particularly those implicated in Bill C-225, and regulations that accommodate provincial laws concerning land use and development and environmental protection. Efforts are ongoing to encourage co-operative federalism in ways that do not restrict core federal operation.
In order to build on its desire for co-operative federalism, the Liberal government demonstrated its commitment to consulting Canadians when it introduced Bill C-69, which strengthens Canada's environmental assessments and regulatory reviews through legislative changes and amendments. This bill explicitly reflects the consideration of environmental, social, safety, health and socio-economic issues, including gender-based impacts and economics as well as impacts on indigenous peoples. Bill C-69 also includes several provisions that enhance public participation and transparency, which provides members of the public with an opportunity to express their views during the review process.
The changes we made in Bill C-69 exceed the amendments proposed in Bill C-225. As we know, the division of powers in Canada is defined by the Constitution Act, but we also know that the division presents some ambiguity.
There are many areas and many issues where interests cross jurisdictional lines. Two or even three levels of government have stakes in issues such as the environment, health, safety and employment. Our different levels of government need to work together to discuss problems, develop strategies, leverage resources and find solutions.
To reinforce the importance of collaboration, the Supreme Court of Canada encourages all levels of government to work co-operatively. In recent decisions, the Court has indicated that provincial and municipal legislation cannot impair core matters of federal jurisdiction over aeronautics or radio communication infrastructure.
In addition, where possible, it prefers to allow valid provincial laws to apply, if they are not in conflict. While these decisions quite clearly establish federal authority on matters such as aerodromes and cellphone towers, the federal government does not rely on court decisions to impose projects on Canadian communities. Instead, it chooses to use processes for consultation, and the consideration of environmental laws and land use, to ensure that local concerns are taken into consideration regarding activities and projects that fall under federal jurisdiction. A division of powers is essential to maintaining order and predictability in our society and ensures that we avoid the scenario of too many leaders in one situation, or a leadership void when no one wants to take responsibility in another. In Canada, all jurisdictions must work together on certain issues to promote and protect the interests of all Canadians. Even when we agree to work together, we must still respect jurisdictional boundaries.
I would like to provide the House with examples of three areas of federal jurisdiction in which a co-operative approach and consultations play an essential role. First, in January of 2017, following a regulatory consultation process, Transport Canada implemented a new regulation requiring proponents of certain aerodrome projects to consult with the municipalities, citizens or other concerned stakeholders before starting work, so that local concerns could be identified and mitigated. I add that many of these projects do not move forward if there are serious doubts expressed regarding the quality of the consultations carried out by their proponents, or if these projects are deemed not to be in the public interest.
Another example under the Canada Marine Act is that there currently exist provisions for the Governor in Council to make regulations situated on a port, whether a Canadian port authority or public port facility, or on use of the seaway and its property. These provisions include development, use and environmental protections that incorporate provincial legislation by reference.
My third and final example is the Canada Infrastructure Bank, which acts as a partner in delivering federal support to infrastructure projects in the public interest alongside co-investment by the private sector, institutional investors and sponsoring governments. Projects supported by the infrastructure bank must respect all applicable laws in their relevant jurisdictions, including any applicable environmental or labour laws. Project sponsors provide assurance to the bank and other investors that applicable laws in a province have been respected.
These three specific examples were chosen because these initiatives all require consultation and consideration of local issues related to land use and the environment. These would be taken away from the very acts the private member's bill seeks to amend. There are countless other examples, in the same act and elsewhere, that demonstrate the government's commitment to hearing the concerns of Canadians, and advancing the health, safety and economic well-being of our citizens and the stewardship of our natural resources, such as our forests and waters. These duties are the responsibility of all governments, whether municipal, federal or provincial. Our best successes occur when we come together, listen to one another and work together to support policy development, new programs and effective enforcement that serves all Canadians. We have every intention of continuing to listen to and work with other levels of government.
The federal government has worked effectively with provinces, territories and municipalities over many years in response to the requirements of the communities they serve and to the needs of the country as a whole. Like our provincial and municipal partners, we take that responsibility very seriously. The Liberal government will continue to prioritize co-operative federalism and consultation with its citizens. Bill C-225 would represent a major shift in federal-provincial dynamics in Canada and would undermine the co-operative federal relationship we worked so hard to establish.
It is for these reasons the government strongly opposes Bill C-225.
Monsieur le Président, je suis heureux de prendre la parole au sujet du projet de loi C-225. Le projet de loi traite des relations intergouvernementales, du fédéralisme et du principe de la prépondérance, questions qui ont été débattues dans les deux Chambres du Parlement sur un large éventail de sujets. Essentiellement, le projet de loi vise à subordonner l’exercice de certains pouvoirs fédéraux aux règles du droit provincial applicables et de permettre aux gouvernements provinciaux d'imposer des restrictions aux activités de protection de l'environnement et à l'usage du territoire pour les projets que le gouvernement fédéral entreprend partout au pays.
Les mêmes sujets ont été débattus au cours de la dernière législature, le 19 juin 2018, lorsque la Chambre a été saisie du projet de loi C-392, qui propose des modifications semblables. À ce moment-là, le projet de loi C-392 visait à renforcer les protections environnementales et la surveillance de l'usage du territoire. Depuis, le gouvernement a présenté le projet de loi C-69, qui a amélioré les mécanismes de consultation et l'examen de l'impact environnemental des projets de compétence fédérale.
Je félicite le député de son initiative pour qu'une attention accrue soit accordée à l'usage et à l'aménagement du territoire ainsi qu'à la protection de l'environnement lorsque des projets et des activités de compétence fédérale sont envisagés. Le gouvernement s'investit dans la protection de l'environnement du Canada ainsi que dans des consultations efficaces qui tiennent compte des préoccupations locales entourant l'usage et l'aménagement du territoire, de même que l'environnement. Il faut que les Canadiens sachent que tous les ordres de gouvernement s'emploient à assurer leur bien-être.
Chaque jour, des millions de Canadiens vivent leur vie de façon ordonnée et prévisible. Ils ont l'habitude d'emprunter des routes sûres, de boire de l'eau potable, de consommer des aliments exempts de contaminants et de compter sur des réseaux de transport sécuritaires, tout en sachant que leur sécurité est assurée par les policiers, les pompiers, les ambulanciers et l'armée. Même par les temps qui courent, alors que le monde est plongé dans la pandémie de COVID-19, les Canadiens peuvent compter sur les gouvernements fédéral, provinciaux et municipaux pour continuer à collaborer jusqu'à la fin de cette période difficile, afin qu'ils puissent autant que possible vaquer à leurs activités quotidiennes.
Notre société dépend des lois et des règles pour bien fonctionner, et chaque ordre de gouvernement assume la responsabilité des éléments qui font partie de son champ de compétence. L'éducation, les codes du bâtiment et les routes, par exemple, relèvent principalement de la compétence provinciale. La défense, l'aéronautique et les radiocommunications, par exemple, s'étendent au-delà des frontières provinciales et ont des impacts sur l'ensemble du pays. Dans ces domaines, il incombe au gouvernement fédéral d'instaurer une approche nationale uniforme au profit du Canada et de sa population.
Au cours des derrières années, le gouvernement libéral a misé sur le fédéralisme coopératif quand vient le temps de trouver des solutions à un problème qui relève des compétences de plus d'un ordre de gouvernement. Comme nous le savons tous, il y a de nombreuses questions qui dépassent les limites des pouvoirs municipaux et provinciaux. Parallèlement, le gouvernement fédéral n'est pas toujours au courant des préoccupations de la population locale. L'approche coopérative offre ainsi les meilleures solutions pour la population canadienne. Dans un pays aussi vaste et diversifié que le nôtre, ce n'est qu'en collaborant de bonne foi que nous pourrons obtenir les meilleurs résultats possibles pour notre économie et notre environnement.
Malgré notre bonne volonté, il y a eu des situations dans lesquelles les divergences étaient insurmontables, et ce ne sera pas la dernière fois. Cependant, il existe déjà un grand nombre de dispositions législatives, surtout celles énoncées dans le projet de loi C-225, et de règlements fédéraux qui tiennent compte des lois provinciales sur l'usage et l'aménagement du territoire et la protection de l'environnement. Nous continuons à favoriser le fédéralisme coopératif de manière à ne pas limiter les activités principales du gouvernement fédéral.
Afin de concrétiser son désir de fédéralisme coopératif, le gouvernement libéral a prouvé l'engagement qu'il a pris de consulter les Canadiens en présentant le projet de loi C-69, qui renforce les mécanismes d'évaluation environnementale et d'examen réglementaire du Canada grâce à des modifications législatives. Ce projet de loi reflète explicitement l'examen des questions entourant l'environnement, la société, la sécurité, la santé et la situation socioéconomique, notamment les répercussions sexospécifiques et économiques ainsi que les répercussions sur les Autochtones. Le projet de loi C-69 comprend également plusieurs dispositions qui renforcent la participation du public et la transparence, ce qui permet aux citoyens d'exprimer leurs points de vue au cours du processus d'examen.
Les modifications que nous avons apportées au projet de loi C-69 vont au-delà des changements proposés dans le projet de loi C-225. Comme nous le savons, le partage des pouvoirs au Canada est défini par la Loi constitutionnelle, mais nous savons également qu'il comporte une certaine ambiguïté.
De nombreux domaines et de nombreuses questions transcendent les champs de compétence. L'environnement, la santé, la sécurité et l'emploi concernent deux, voire trois ordres de gouvernement. Les différents ordres de gouvernement doivent collaborer pour discuter des problèmes, élaborer des stratégies, mobiliser des ressources et trouver des solutions.
Pour souligner l'importance de la collaboration, la Cour suprême du Canada encourage tous les ordres de gouvernement à collaborer. Dans des décisions récentes, elle a statué que les lois provinciales et les règlements municipaux ne peuvent faire entrave à la compétence fédérale en matière d'aéronautique ou d'infrastructures de télécommunication.
En outre, dans la mesure du possible, la Cour suprême privilégie l'application des lois provinciales si elles ne sont pas en conflit avec les lois fédérales. Même si ces décisions établissent très clairement l'autorité fédérale dans des enjeux tels que les aérodromes et les antennes-relais de téléphonie mobile, le gouvernement fédéral ne se prévaut pas des décisions des tribunaux pour imposer des projets aux collectivités canadiennes. Il préfère faire appel à la consultation et prendre en compte les lois environnementales et l'utilisation des terres afin que les préoccupations locales entrent en ligne de compte dans les activités et les projets de compétence fédérale. Le partage des pouvoirs est essentiel pour maintenir l'ordre et la prévisibilité dans notre société. Il permet d'éviter les scénarios où il y aurait trop de dirigeants dans un cas, ou l'absence de dirigeants dans un autre, celui où personne ne veut assumer la responsabilité des choix à faire. Au Canada, tous les ordres doivent travailler ensemble sur certains dossiers afin de promouvoir et de protéger les intérêts de tous les Canadiens. Même lorsque nous acceptons de travailler ensemble, nous devons quand même respecter les champs de compétence.
Permettez-moi de donner à la Chambre les exemples de trois domaines de compétence fédérale où l'approche coopérative et la consultation jouent un rôle primordial. D'abord, en janvier 2017, à la suite d'un processus de consultation réglementaire, Transports Canada a mis en oeuvre un nouveau règlement dans le cadre duquel les promoteurs de certains projets d'aéroports sont tenus de consulter les municipalités, les citoyens ou d'autres parties prenantes avant de commencer les travaux afin que les préoccupations locales soient prises en compte et que des réponses y aient été trouvées. J'ajouterai que nombre de ces projets n'auront pas le feu vert s'il y a des doutes sérieux quant à la qualité des consultations menées par leurs promoteurs ou si ces projets ne sont pas jugés d'intérêt public.
Autre exemple, en vertu de la Loi maritime du Canada, des dispositions permettent au gouverneur en conseil de prendre des règlements relativement aux ports, qu'il s'agisse d'autorités portuaires canadiennes, d'installations portuaires publiques ou de l'utilisation de la voie maritime et de ses biens. Ces dispositions portent notamment sur l'aménagement, l'utilisation et la protection de l'environnement par renvoi à des lois provinciales.
Mon troisième et dernier exemple est la Banque de l'infrastructure du Canada, qui assure la prestation de soutien fédéral aux projets d'infrastructure d'intérêt public en partenariat avec les autres bailleurs de fonds, notamment le secteur privé, les investisseurs institutionnels ainsi que les municipalités, les provinces et les territoires qui parrainent ces projets. Les projets appuyés par la Banque de l'infrastructure doivent respecter toutes les lois provinciales, territoriales ou fédérales applicables, y compris en matière d'environnement et de main-d'œuvre. Les parrains d'un projet donnent à la Banque de l'infrastructure et aux autres investisseurs l'assurance que les lois applicables sont observées.
J'ai choisi ces trois exemples parce que ces initiatives doivent toutes faire l'objet d'une consultation et tenir compte des enjeux locaux en matière d'utilisation du territoire et d'environnement. Ces obligations seraient retirées des lois que vise à modifier le projet de loi d'initiative parlementaire à l'étude. Il existe d'innombrables exemples supplémentaires, dans cette même loi et ailleurs, qui illustrent l'engagement du gouvernement à entendre les préoccupations des Canadiens et à favoriser la santé, la sécurité et le bien-être économique des citoyens de même que la bonne intendance des ressources naturelles, telles que nos forêts et nos eaux. Ces devoirs incombent à toutes les administrations publiques, que ce soit les municipalités, les provinces ou le gouvernement fédéral. Nous accomplissons nos plus grandes réussites lorsque nous unissons nos efforts, nous écoutons les uns les autres et collaborons pour appuyer l'élaboration des politiques et des programmes ainsi que pour soutenir l'application efficace de la loi dans l'intérêt de l'ensemble des Canadiens. Nous avons pleinement l'intention de demeurer à l'écoute de la population et de continuer de collaborer avec les municipalités, les provinces et les territoires.
Depuis des années, le gouvernement fédéral travaille efficacement avec les provinces, les territoires et les municipalités pour répondre aux exigences de leurs collectivités et aux besoins de l'ensemble du pays. Comme nos partenaires provinciaux et municipaux, nous prenons cette responsabilité très au sérieux. Le gouvernement libéral va continuer d'accorder la priorité au fédéralisme coopératif et à la consultation des citoyens. Le projet de loi C-225 suppose un important changement de la dynamique fédérale-provinciale au Canada et affaiblirait l'aspect collaboratif de la relation que nous avons eu tellement de mal à établir.
Voilà les raisons pour lesquelles le gouvernement s'oppose fermement au projet de loi C-225.
Collapse
View Stephanie Kusie Profile
CPC (AB)
View Stephanie Kusie Profile
2020-11-30 11:34 [p.2655]
Expand
Mr. Speaker, I thank the Bloc Québécois member. I am sure he worked hard to draft and introduce Bill C-225.
We should ask ourselves two very important things every time we look at a piece of legislation at this point in history. First, this is a time to come together as one nation. When we review legislation, we have to consider whether the legislation promotes the good of Canada. Second, and this is very important with the fall economic statement coming out later today, this is a time to build the economy.
Every time we review a piece of legislation in the House we should be asking if it brings Canada together and if it will further Canada's economy. This is not just because of the fall economic statement, but as we emerge from the pandemic and start to consider how we will do vaccine procurement and distribution, we have to think about these things.
I want to go over Bill C-225 briefly for those listening who may not be aware of what it proposes.
The bill would amend six federal acts. It would change legislation regarding land use and development and environmental protection. The Bloc is very motivated to put forward this legislation for two reasons. First, the Supreme Court sided with the federal government in numerous court cases where federal jurisdiction overrode provincial jurisdiction. The Bloc is looking for more provincial power. Second, several of these cases actually originated in the Province of Quebec. For these two reasons, Bloc members are very motivated to change this legislation.
In my observation, Conservatives are concerned because of potential jurisdictional disputes. We think that more cases would have to go before the courts. It is not good to tie up the courts because of discrepancies between two pieces of legislation or determining which one takes precedence in which situation.
As well, we are very concerned that some sections of the bill could be considered unconstitutional. It is surprising to me that the Bloc would put something forward that would be deemed unconstitutional, considering how hard the party fights for the principle of the two founding peoples of the nation and, in particular, the province of Quebec. However, I would say how good both my leader and my colleagues from Quebec have been regarding the modernization of the Official Languages Act. I had the pleasure of sitting on the official languages committee for a brief period of time. When it comes to the Constitution, I would expect the Bloc to consider it.
For those who are not aware, my leader was on Tout le monde en parle yesterday. If members did not have an opportunity to see him, I would suggest they watch it.
Going back to my main points, it is time to come together as a nation and build the economy.
There are concerns that the bill before us could have negative economic implications, as it may deter private investment and infrastructure projects because of additional red tape. Provinces could amend their legislation on land use and environmental protection to block federal projects. Also, and this is very relevant to me as a member of Parliament from Alberta, the bill could block federal economic development projects, such as the Trans Mountain pipeline or other infrastructure projects.
In a time when we are looking to come out of the pandemic united, we really need to think about legislation that will be nation-building. I would certainly count on my colleagues from Quebec to support infrastructure projects all across Canada, as I would, as a member of Parliament from Alberta, support any projects that are in the national interest of Canada. I think it is very important that we all take this into consideration as parliamentarians for Canada. We really have to think about the effects of legislation such as Bill C-69 and Bill C-48 and the way they so negatively impacted the natural resources sector here in Alberta.
People have to put themselves in other people's shoes. If legislation such as this bill were to come across that another province could potentially have the possibility to impact an infrastructure project that would be of benefit to Quebec, I do not think that they would like to see that any more than we do, as members of Parliament from Alberta who see the potential of this happening to us. More importantly, at this time, I think we really have to question what legislation like this would do.
This is the time to build this economy. This bill would create more insecurity around investment in Canada at this time. I will hand it to the Prime Minister and his cabinet, who have done a masterful job of driving away investment from Alberta, the Prairies and the entire energy sector to the detriment of Canada. We are all suffering as we come out of this pandemic with the trillion-dollar debt that we have in front of us; the hundreds of billions of dollars of deficit that we have. We really need to come together as a nation to think about how we are economically going to respond to this. The Prime Minister and his cabinet just do not seem to get that when one part of the nation benefits, the entire nation benefits. I would ask my Bloc colleague to consider this at this time as well.
With that, I ask Canadians to really listen to the fall economic statement today. I really hope we do not see what we saw in the Speech from the Throne, which was a complete disappointment with more poor ideas based upon ideology as opposed to real, solid ideas to build the economy going forward. That is what I am expecting more of today.
When Canadians are listening to the fall economic statement today, I want them to ask themselves three questions:
Number one, will this improve the economy? Listen to what they are saying. Will it improve the economy for Canada? Goodness knows, we need that coming out of this pandemic.
Number two, will this protect my job if I have a job? Is there anything in the fall economic statement to protect my job? I am in a place where I have seen so many people lose their jobs. There is another round of layoffs coming from a major employer, Imperial, this week here in Alberta. It is terrible to hear about. Again, I completely blame the Liberal government for this, for its investment-destroying legislation. I do believe this bill will add to that.
Number three, will this fall economic statement create more jobs?
Will this improve the economy? Will this protect my job? Will this create more jobs? Those are the three things that Canadians have to be asking themselves. At the end of the day, I believe that Canadians have to ask their parliamentarian and government if they are taking actions and passing legislation to support the country and economy or taking actions and passing legislation that is destroying the economy, which is essentially destroying Canada. That is what is happening bit by bit.
This is the time to come together as a nation. This is the time to build the economy. The Liberal government has not done this and Bill C-225 does not do this either.
Monsieur le Président, je remercie le député du Bloc québécois. Je suis certaine qu'il a travaillé fort pour élaborer et présenter le projet de loi C-225.
Il y a deux points très importants auxquels nous devons nous attarder lorsque nous nous penchons sur une mesure législative à ce moment-ci de notre histoire. D'abord, la situation appelle à l'union du pays. Lorsque nous examinons une mesure législative, il faut se demander si celle-ci est dans l'intérêt du Canada. Ensuite, et c'est très important dans la perspective de l'énoncé économique de l'automne qui sera diffusé plus tard aujourd'hui, c'est le moment de construire l'économie.
Chaque fois que la Chambre étudie une mesure législative, nous devrions nous demander si elle contribue à unir le pays et à améliorer son économie. Ce n'est pas seulement en raison de l'énoncé économique, mais parce qu'il faut y penser alors que nous envisageons une sortie de la pandémie et l'acquisition et la distribution des vaccins.
Je vais passer brièvement en revue la teneur du projet de loi C-225 pour les personnes qui nous écoutent et ne savent peut-être pas de quoi il s'agit au juste.
Le projet de loi modifierait six lois fédérales. Il modifierait la législation concernant l'usage et l'aménagement du territoire et la protection de l'environnement. Le Bloc tient à présenter ce projet de loi pour deux raisons. Premièrement, la Cour suprême s'est rangée du côté du gouvernement fédéral dans de nombreuses affaires où la compétence fédérale l'emportait sur la compétence provinciale. Le Bloc cherche à accroître les pouvoirs des provinces. Deuxièmement, plusieurs de ces affaires proviennent en fait de la province de Québec. Pour ces deux raisons, les bloquistes sont très motivés pour modifier cette législation.
D'après mes observations, les conservateurs sont préoccupés par de possibles conflits de compétence. Nous pensons que davantage d'affaires devraient être portées devant les tribunaux. Il n'est pas bon de monopoliser les tribunaux en raison de divergences entre deux textes de loi ou de déterminer lequel a la priorité dans telle ou telle situation.
De plus, nous craignons fort que certains articles du projet de loi ne soient considérés inconstitutionnels. Je suis étonnée que le Bloc québécois présente une mesure susceptible d'être jugée inconstitutionnelle, compte tenu des efforts qu'il déploie pour défendre le principe des deux peuples fondateurs de la nation et, en particulier, la province de Québec. Cependant, je souligne que le chef de mon parti et mes collègues du Québec ont fait de l'excellent travail en ce qui concerne la modernisation de la Loi sur les langues officielles. J'ai eu le plaisir de siéger au comité des langues officielles pendant une brève période. Quoi qu'il en soit, lorsque la Constitution est mise en cause, je m'attendrais à ce que le Bloc en tienne compte.
Pour ceux qui ne seraient pas au courant, le chef de mon parti était un des invités à l'émission Tout le monde en parle hier. Je suggère aux députés qui n'ont pas eu l'occasion de le voir de regarder l'émission.
Pour en revenir aux points principaux que j'ai soulevés, j'affirme qu'il est temps d'unir nos efforts comme nation pour rebâtir l'économie.
Certains craignent que ce projet de loi soit néfaste pour l'économie, car la paperasserie supplémentaire qu'il entraînerait pourrait dissuader des investisseurs et des projets d'infrastructure privés. Les provinces pourraient modifier leurs lois sur l'utilisation des terres et la protection de l'environnement afin de bloquer des projets fédéraux. De plus, et cela pourrait être très pertinent pour moi, en tant que députée de l'Alberta, ce projet de loi pourrait bloquer des projets de développement économique fédéraux comme le pipeline Trans Mountain ou d'autres projets d'infrastructure.
Alors que nous cherchons à sortir de cette pandémie unis, nous devons vraiment songer à des projets de loi qui seront porteurs pour la nation. Je compte certainement sur mes collègues du Québec pour appuyer des projets d'infrastructure partout au pays, tout comme, en tant que députée albertaine, j'appuierais tout projet qui serait dans l'intérêt national du Canada. Je crois qu'il est très important que nous en tenions tous compte en tant que députés fédéraux. Nous devons vraiment songer aux effets de mesures comme les projets de loi C-69 et C-48, qui ont tellement nui au secteur des ressources naturelles de l'Alberta.
Il faut se mettre dans la peau de l'autre. Si une mesure comme le projet de loi dont nous sommes saisis en ce moment venait à faire en sorte qu'une autre province puisse influencer un projet d'infrastructure qui serait bénéfique au Québec, je ne crois pas que ces députés l'apprécieraient, tout comme les députés albertains entrevoient cette possibilité en ce moment. Je crois que ce qui prime, pour l'instant, c'est de songer aux conséquences que pourrait avoir une telle mesure législative.
Le temps est venu de renforcer l'économie. Or, dans la conjoncture, le projet de loi accentue l'incertitude entourant les investissements au Canada. Je tire mon chapeau au premier ministre et à son cabinet, qui, au détriment du Canada, ont fait fuir avec une habileté magistrale les investisseurs en Alberta, dans les Prairies et dans l'ensemble du secteur énergétique. Alors que nous sortons de la pandémie, nous pâtirons tous de la dette d'un billion de dollars et du déficit de centaines de milliards de dollars dont il faudra nous acquitter. Il est impératif que nous nous unissions comme nation et réfléchissions à notre plan de relance économique. Le premier ministre et son cabinet ne semblent pas comprendre que lorsqu'une partie de la nation prospère, la nation entière en bénéficie. J'invite mon collègue bloquiste à en tenir compte également à ce stade-ci.
Cela dit, je demande aux Canadiens d'écouter attentivement l'énoncé économique de l'automne qui sera présenté aujourd'hui. J'espère sincèrement qu'il ne sera pas aussi décevant que le discours du Trône, qui contenait essentiellement des idées médiocres à saveur idéologique au lieu de solutions de relance économique concrètes et efficaces. Je m'attends malheureusement à être déçue aujourd'hui.
Pendant que les Canadiens porteront leur attention sur l'énoncé économique d'aujourd'hui, j'aimerais qu'ils se posent trois questions:
Premièrement, les mesures proposées stimuleront-elles l'économie? Il faudra se le demander après avoir entendu ce que les libéraux ont à dire. Les mesures proposées amélioreront-elles la situation économique du Canada? Dieu sait que nous en aurons besoin au sortir de la pandémie.
Deuxièmement, ces mesures protègeront-elles leur emploi, s'ils en ont un? Y a-t-il quoi que ce soit dans l'énoncé économique de l'automne pour protéger leur emploi? De nombreuses personnes ont perdu leur emploi dans ma région. En Alberta, un grand employeur, Imperial, procédera à une autre série de mises à pied cette semaine. C'est une terrible nouvelle. Comme je l'ai déjà dit, le gouvernement libéral est entièrement responsable de cette situation, car il a adopté des mesures législatives qui ont fait fuir les investissements. Je pense que ce projet de loi aggraverait la situation.
Troisièmement, l'énoncé économique de l'automne permettra-t-il de créer des emplois?
Ces mesures stimuleront-elles l'économie? Protègeront-elles mon emploi? Créeront-elles des emplois? Voilà les trois questions que les Canadiens doivent se poser. Au bout du compte, les Canadiens doivent demander aux parlementaires et au gouvernement s'ils prennent des mesures et s'ils adoptent des projets de loi qui soutiennent le pays et l'économie ou qui détruisent l'économie, ce qui revient essentiellement à détruire le Canada. C'est ce qui arrive petit à petit.
Il est temps pour le pays entier de se serrer les coudes. Il est temps de bâtir l'économie. Le gouvernement libéral ne l'a pas fait, et le projet de loi C-225 n'a pas cet objectif non plus.
Collapse
View Alexandre Boulerice Profile
NDP (QC)
View Alexandre Boulerice Profile
2020-11-30 11:45 [p.2657]
Expand
Mr. Speaker, I am happy to have this opportunity to participate in the debate on a bill that we have already seen in virtually the same form, as the member for Jonquière noted. It is almost identical to the bill introduced by the member for Repentigny in the previous Parliament. I will come back to the “almost” part because there is something important hidden here.
I would stress that the NDP was among those who supported that bill. We certainly intend to continue doing so because we recognize that Quebec is a nation, which should have a direct and practical impact on the decision-making process. Moreover, we believe that this bill will support a better decision-making process and greater respect for local communities, regional perspectives and decisions that have already been made by democratic institutions and organizations, such as the provinces and municipalities too.
As we have seen in the past, when a project does not have social licence—the Liberals talked about this in 2015 but have never done anything about it—it causes tremendous tensions within certain regions and certain communities, which end up quite angry that they did not have a say on a tower being erected, the use of an airport, or the activities of a company in a fishing harbour or a commercial harbour, for example.
We want a process that is more harmonious and respectful of all the players in the regions and that is why we in the NDP fully support the spirit of the bill introduced today. We represent people at the federal level, but these very people are also citizens of the provinces and municipalities.
Today's bill would ensure that the federal government complies with provincial legislation and, accordingly, with municipal regulations. We think this co-operative approach between the different levels of government will bring about better decisions that will better serve people instead of steamrolling over them. We call that multilateral decision-making.
I think that this bill needs to be seen from the perspective of working together, of having a dialogue and listening. The parliamentary secretary to the government House leader was also talking about listening, dialogue and collaboration. However, he then said that the Liberals are completely against this bill. That is entirely contradictory of the Liberals.
The Conservatives also opposed a similar bill in the last Parliament. I am close to falling off my chair here because it appears that the Conservatives, who claim to champion respect for the provinces and autonomy, once again oppose this bill. I do not understand. The Leader of the Opposition will have to explain to Quebeckers why he refuses to take into account provincial legislation or decisions made by certain municipalities. It is too bad, because doing so would reduce a lot of the tension we have seen in the past in relation to certain decisions and projects.
There are still some things about the bill I want to explain, so I will talk quickly. Incorporating provincial laws into federal laws can be done through the technique of incorporation by reference. This has been used in the past, so it can be done. There is a real possibility that this bill could be used and applied, but how this incorporation will be interpreted is not yet clear. What will be the actual consequences? If this bill is studied in committee, as we hope it will be, those are the kinds of questions we in the NDP would want clarification on, as there are still some grey areas.
That said, the member for Jonquière is quite right to point out that this bill is almost identical to the previous bill introduced by his colleague from Repentigny.
I am shocked by that because it goes completely against the Bloc Québécois's claims that they are champions of the environment, as the member for Jonquière said in his speech a few minutes ago.
The previous bill, which was introduced by the member for Repentigny, made very clear reference to the National Energy Board Act. That law was amended and is now called the Canadian Energy Regulator Act, but there is no mention of it in Bill C-225, which was introduced by the member for Jonquière. Why, all of a sudden, does the Bloc Québécois no longer seem to want provincial laws or municipal decisions to apply to oil and gas pipelines?
People in British Columbia and Quebec are very concerned about various projects. I am thinking of Trans Mountain, Energy East and GNL Québec's gas pipeline project in Saguenay.
I would like to know whether the member for Jonquière simply forgot about GNL Québec's project. I, too, will be very generous. Either the Bloc members did not copy and paste properly and dropped the ball, or they left that part out on purpose because it is in their interest to not say too much about GNL Québec's gas pipeline project. Is this a way for the Bloc Québécois to dismiss this issue and continue to quietly support a gas pipeline project like GNL Québec's while giving the company a little wink and a nod?
The NDP is extremely concerned about this. We do not think that this was an oversight. We believe that this might have been intentional for various reasons and that is worrisome because GNL Québec's gas pipeline project will produce massive amounts of greenhouse gas emissions and methane, which is 83 or 84 times more potent than CO2 as a greenhouse gas. That is extremely problematic.
Over the past five to 10 years, we have seen that there is a consensus against shale gas production in Quebec. When development projects were proposed in Quebec, there was a public outcry against them.
In short, this bill proposes greater citizen engagement in granting projects social licence, except for anything to do with oil and gas pipelines. The NDP finds that a little troubling, because we feel that the Bloc Québécois is talking out of both sides of its mouth and is double-dealing.
Shale gas extraction in the west or northern Ontario contributes to our production of carbon and our collective carbon footprint, and this runs counter to our Paris Agreement targets.
If the bill goes to committee, I hope we will be able to make this amendment and go back to the bill introduced by the member for Repentigny, which included all regulations concerning pipelines. These regulations have now suddenly disappeared. I also hope that the Bloc Québécois will admit that the GNL Québec project is a bad project. It is smoke and mirrors. It would increase our carbon footprint and also create a tremendous amount of marine traffic in the Saguenay River Fjord, a habitat of the belugas, which is currently an endangered species. This will have very important repercussions for their ability to continue to survive in this environment.
I think we need structuring projects that create jobs, but in light of the crisis we have been facing for many years, we must ensure that everything is done through a climate accountability lens. Greenhouse gas emissions continue to rise in spite of the pandemic. This was reported in Le Devoir this week or recently.
The right thing to do is to make job-creating investments, but in renewable energy projects. I think there is huge potential there, in Quebec, or in Saguenay—Lac-Saint-Jean, especially with respect to forestry waste. Biomass can have many uses, and these are some very exciting projects.
We find this very exciting and we will support Bill C-225 at second reading. However, we have a lot of questions about the disappearance of the pipeline provision.
Monsieur le Président, cela me fait plaisir, aujourd'hui, d'être présent pour participer à ce débat sur un projet de loi qui, effectivement, avait déjà été présenté sous une forme presque identique. Le député de Jonquière l'a bien reconnu. C'est quasiment la même chose que le projet de loi qui avait été présenté par la députée de Repentigny lors de la précédente législature. Je reviendrai sur le mot « quasiment », car il cache quelque chose d'important.
Je dois souligner que, parmi l'ensemble des acteurs et des intervenants qui avaient appuyé ce projet de loi, il y avait le NPD. Nous avons bien l'intention de poursuivre dans la même direction, parce que nous reconnaissons aussi que le Québec est une nation et que cela doit avoir des conséquences directes et pratiques dans le processus de prise de décision. Qui plus est, selon nous, ce projet de loi va dans le sens d'un meilleur processus décisionnel et respecte beaucoup plus les communautés locales, les perspectives régionales et les décisions qui ont déjà été prises par des organismes et des institutions démocratiques, qui sont les provinces et les municipalités également.
Comme on l'a vu dans le passé, quand un projet n'a pas l'acceptation sociale — les libéraux en parlaient en 2015, mais ils n'ont rien fait là-dessus —, cela provoque énormément de tensions au sein de certaines régions et de certaines communautés, qui se retrouvent très fâchées de ne pas avoir leur mot à dire sur l'implantation d'une tour, l'utilisation d'un aéroport ou les agissements d'une compagnie dans un port de pêche ou un port commercial, par exemple.
C'est donc parce que nous voulons un processus plus harmonieux et plus respectueux de l'ensemble des acteurs des régions que nous, au NPD, appuyons tout à fait l'esprit du projet de loi qui est déposé aujourd'hui. Nous représentons des gens au niveau fédéral, mais ces mêmes personnes sont également des citoyens et des citoyennes des provinces et des municipalités.
Le projet de loi d'aujourd'hui ferait en sorte que le fédéral se conforme aux lois provinciales et, par conséquent, aux règlements municipaux. Nous pensons que cette approche de coopération entre les différents ordres de gouvernement apportera de meilleures décisions qui seront davantage dans l'intérêt des gens, plutôt que de vouloir tout écraser avec un bulldozer. On appelle cela une prise de décision multilatérale.
Je pense que c'est dans la perspective de travailler ensemble, d'avoir un dialogue et d'être à l'écoute que ce projet de loi doit être vu et apprécié. Le secrétaire parlementaire du leader du gouvernement parlait lui aussi d'écoute, de dialogue et de collaboration. Toutefois, il nous disait ensuite que les libéraux s'opposaient complètement à ce projet de loi. C'est complètement contradictoire de la part des libéraux.
Lors de la dernière législature, les conservateurs s'étaient également opposés à un projet de loi semblable. Je tombe un peu en bas de ma chaise, parce que les conservateurs, qui se proclament les champions du respect des provinces et de l'autonomie, semblent encore s'opposer à ce projet de loi. Je ne comprends pas. Il va falloir que le chef du Parti conservateur explique aux Québécois et aux Québécoises pourquoi il ne va pas du tout tenir compte des lois provinciales ou des décisions de certaines municipalités. C'est dommage, parce qu'un tel processus permettrait de réduire beaucoup de tensions qu'on a vues dans le passé relativement à certaines décisions et certains projets.
Il y a encore des choses à préciser au sujet du projet de loi. Je vais en parler rapidement. Incorporer des lois provinciales dans les lois fédérales, cela peut se faire par une technique qui s'appelle l'incorporation par renvoi. Cela a déjà été utilisé, donc c'est possible de le faire. Il y a une réelle possibilité que ce projet de loi puisse être utilisé et appliqué, mais l'interprétation de cette incorporation n'est pas claire encore. Quelles seront les conséquences réelles? Si ce projet de loi va être étudié en comité — nous l'espérons —, c'est le genre de question que nous allons vouloir éclaircir, au NPD, car il y a encore quelques flous.
Cela dit, quand le député de Jonquière nous dit que ce projet de loi est quasiment identique au projet de loi précédent qui avait été présenté par sa collègue de Repentigny, il a tout à fait raison.
Personnellement, cela me jette en bas de ma chaise, parce que c'est tout à fait contraire aux prétentions du Bloc québécois d'être les champions de l'environnement, comme le disait le député de Jonquière dans son discours il y a quelques minutes.
Le projet de loi précédent, celui de la députée de Repentigny, faisait référence très clairement à la Loi sur l'Office national de l'énergie. Aujourd'hui, cette loi a été modifiée et s'appelle maintenant la Loi sur la Régie canadienne de l'énergie. Or cela n'apparaît pas dans le projet de loi C-225, qui a été déposé par le député de Jonquière. Pourquoi, soudainement, le Bloc québécois ne semble-t-il plus vouloir que les lois provinciales ou les décisions municipales s'appliquent à des oléoducs ou des gazoducs?
Il y a de très grandes préoccupations en Colombie-Britannique et au Québec au sujet de différents projets. Je pense à Trans Mountain, à Énergie Est et au projet de gazoduc de GNL Québec, au Saguenay.
J'aimerais savoir si le député de Jonquière a tout simplement oublié le projet de GNL Québec. Moi aussi, je serai extrêmement généreux: ou bien les gens du Bloc n'ont pas réussi leur copier-coller et ont échappé le ballon, ou alors, c'est calculé, parce qu'ils ont tout intérêt à ne pas trop se prononcer sur le projet de gazoduc de GNL Québec. Est-ce une façon, pour le Bloc québécois, d'écarter cette question afin de pouvoir continuer, sans trop le dire, à appuyer un projet de gazoducs comme celui de GNL Québec en faisant un petit clin d'œil?
Cela nous trouble énormément, au NPD. Nous pensons que ce n'est pas un oubli. Il y a peut-être une intention derrière cela pour différentes considérations, et c'est très inquiétant, parce que le projet de gazoducs de GNL Québec sera un émetteur massif de gaz à effet de serre et de méthane, qui est 83 ou 84 fois plus polluant que le CO2, ce qui pose énormément de problèmes.
On l'a vu au cours des cinq ou dix dernières années, il y a un consensus, au sein des Québécois et des Québécoises, contre le gaz de schiste. Lorsque des projets d'exploitation ont été proposés au Québec, il y a eu une levée de boucliers contre ceux-ci.
En somme, ce projet de loi propose qu'il y ait plus de participation citoyenne autour de l'acceptabilité sociale de certains projets, sauf que tout ce qui touche la question des oléoducs et des gazoducs est mis de côté. Cela trouble un peu le NPD, car nous avons l'impression que le Bloc québécois parle un double discours et joue un double jeu.
Lorsque l'extraction du gaz de schiste se fait dans les provinces de l'Ouest ou bien dans le Nord de l'Ontario, cela entre quand même dans notre bilan et notre empreinte carbone collective et cela va tout à fait à l'encontre de nos objectifs en vertu de l'Accord de Paris.
Si le projet de loi se rend en comité, j'espère qu'on pourra faire cet amendement et revenir au projet de loi qu'avait proposé la députée de Repentigny, qui incluait toutes les réglementations concernant les pipelines, qui sont soudainement disparues. J'espère également que le Bloc québécois va admettre que le projet de GNL Québec est un mauvais projet. C'est de la poudre aux yeux. Cela augmenterait notre empreinte carbone, en plus de créer un immense trafic maritime dans le fjord du Saguenay, où l'on retrouve les bélugas, une espèce menacée en ce moment. Cela aura des répercussions très importantes sur leur capacité de continuer à vivre dans cet environnement.
Je pense que nous avons besoin de projets structurants qui sont créateurs d'emplois, mais nous devons le faire dans une perspective de responsabilité climatique devant la crise qui nous pend au nez depuis des années. Les émissions de gaz à effet de serre continuent d'augmenter, et ce, malgré la pandémie. C'est ce qu'on a appris dans Le Devoir cette semaine ou récemment.
La bonne chose à faire, c'est de faire des investissements créateurs d'emplois, mais dans des projets d'énergie renouvelable. Je pense qu'il y a de très grandes possibilités, que ce soit au Québec ou au Saguenay—Lac-Saint-Jean, d'utiliser cela, notamment les résidus forestiers. Beaucoup de choses peuvent se faire avec la biomasse également. Ce sont des projets vraiment très intéressants.
Nous trouvons cela intéressant et nous allons appuyer le projet de loi C-225 en deuxième lecture. Toutefois, nous nous posons beaucoup de questions sur la disparition du règlement sur les pipelines.
Collapse
View Monique Pauzé Profile
BQ (QC)
View Monique Pauzé Profile
2020-11-30 11:55 [p.2658]
Expand
Mr. Speaker, my colleague from Rosemont—La Petite-Patrie should not worry. The Bloc Québécois is still against the pipelines that are being shoved down our throats. We were unable to do so in January, so we are waiting for committee stage to insert that missing part back into Bill C-225.
This bill is close to my heart, and I thank the member for Jonquière for introducing it.
The Bloc Québécois has introduced this bill, which is at the heart of our political commitments here, because we believe it is imperative that Quebeckers feel at home on the land that is historically and constitutionally ours. Sovereignty certainly does factor into our objective as a nation, as a people, but it also refers to a power that trumps all others.
When federal laws contradict Quebec's legislative provisions and run counter to our collective interests, to the detriment of the population and the environment we need to protect, we have the duty to act. Quebec belongs to its citizens. Land occupancy, use, development and protection are essentially governed by Quebec and municipal laws and regulations. No one can argue that, and it applies to both Quebec and the other provinces. We, the elected members of the Bloc Québécois, represent Quebecers’ interests, and that is why we are debating Bill C-225 today.
The current legal structure gives the federal government precedence over the legal and regulatory framework of Quebec and its municipalities. This precedence is unjustified, and it undermines the legal powers and responsibilities of the Quebec government, which is working tirelessly to support land development and environmental issues. There is a great deal of infrastructure and many activities under federal jurisdiction. As my colleague said, those include wharves, ports, airports, telecommunications, federal properties and railways. The Department of Transport is anything but a model in this respect. They would be unable to deal with any of these sectors without the help of the Quebec government.
Our body of laws and regulations is being undermined in these sectors, and our people truly understand why Bill C-225 is so important. What it addresses has an impact on their quality of life, their physical environment and their perception of what it means to live together in a democratic space such as ours, and that is what is so sorely lacking. Companies under federal jurisdiction encounter few obstacles. In the last Parliament, I took a good look at the projects that people were unhappy with, and the situation is no better now. By maintaining its provisions, the federal legislator is showing its contempt for the people of Quebec and their laws, through which they want to have a say on what happens in Quebec.
Although the Quebec Act Respecting the Preservation of Agricultural Land and Agricultural Activities, the Union des producteurs agricoles and the municipalities were against the construction of aerodromes, the Supreme Court ruled in 2010 that such projects could go ahead. We could also talk about the construction of telecommunications towers in some municipalities. No one can make me believe that mayors and other elected officials did not contact several members of the House to tell them that building a telecommunications tower in such a location was ridiculous and to ask them to intervene. I am certain that almost everyone here got a call like that.
There are also projects, including the one in the Port of Quebec, that pollute and have a measurable negative impact on air quality. That impact is being felt by the population of Limoilou. These projects can go ahead. In every case, a superior or supreme court rules in favour of federal legislation. In the case of IMTT-Québec, the company in the Port of Quebec, the Superior Court ruled that Quebec's environmental protection act did not apply. When a company runs afoul of Quebec law, it does not worry too much about the fine because the courts are there to protect it. In every case, the rulings are handed down in federal courts by judges appointed by the federal government.
Given everything surrounding the appointment of federal judges, I will simply say that it is not enough to render a decision under the law. There must be the appearance of justice.
With respect to the provisions addressed in Bill C-225, it is clear that the shared jurisdiction over environment and land development is never even considered by federal courts.
The Quebec government has fought a number of battles over the years, because every citizens group that tried to mobilize was stonewalled by the federal government. We need to put a stop to companies under federal jurisdiction being allowed to do whatever they want without complying with Quebec's laws and regulations. Land development is an arduous task. It does not always turn out perfectly, but the people who devote their time to it do so within a framework that takes our population and our laws into account. Quebec has all the necessary mechanisms to oversee, guide and evaluate every aspect of a given project.
However, when these mechanisms are treated with contempt, when municipal bylaws, for example, become ineffective and legislation is called into question, people can become cynical, disinterested and even angry. Yes, people get angry. Fortunately, this anger is often channelled into mobilization, where protest becomes a force for change. In different regions of Canada, especially in Quebec, people have protested against many projects that threatened and are still threatening their land and their environment.
We are close enough to the people to know what affects them the most, and the laws are miles away from what the people want. The federal government needs to review the imposed hierarchy so that activities under its jurisdiction take into account what Quebeckers want and need. Quebeckers certainly do not need to see Ottawa's imperialist policy giving carte blanche to projects that break our laws and regulations.
On this subject, as spokesperson for the environment, I must point out that the Quebec government believes that its environmental and land development laws must apply at all times. Quebec's National Assembly has unanimously called for this many times. In Quebec, this issue is not only a political one. Municipalities, environmental groups, unions, the Union des producteurs agricoles and many more want the same thing: projects that obey the laws at every level. This will strengthen our democracy, and certainly better protect the environment.
This is 2020. The climate emergency motion was voted on in the last Parliament. The motion was tabled by the Liberal government. I think we need to review the order of priorities. We spoke earlier of 1867 and 1982. I will say it again: This is the 21st century and the climate emergency requires that we change our focus.
Land management and development and environmental protection must become the factors on which decisions to authorize projects under federal jurisdiction are based. I have often said that environmental protection is a cross-cutting issue. It affects all sectors.
The government with the most stringent legislation should have precedence. This should satisfy the parliamentary secretary, who was saying that federal laws would no longer hold. Effectively, the toughest law would prevail. In this case, Quebec's environmental protection laws are stricter than those of the federal government. In fact, federal laws are too permissive. Restrictive legislation can protect the common good.
Instead of strengthening its legislation, the federal government is catering to the private sector, and these companies can do whatever they want. There is no community building, and corporate individualism is encouraged.
We want to protect our people, our land, our living environments, our industrial, social and cultural fabric, and our environment. Members from Quebec, regardless of their affiliation, will see that there is a consensus on Bill C-225.
Monsieur le Président, je dirai à mon collègue de Rosemont—La Petite-Patrie de ne pas s'inquiéter. Le Bloc québécois est toujours contre les pipelines qu'on essaie de nous enfoncer dans la gorge. S'il n'a pas été possible de le faire en janvier, nous attendons l'occasion en comité de réintroduire ce bout qui manque actuellement au projet de loi C-225.
Ce projet de loi revêt un caractère bien spécial pour moi, et je remercie le député de Jonquière de l'avoir déposé.
Ce qui justifie que le Bloc québécois le présente et qu'il soit au cœur des engagements politiques de tous ceux qui sont ici, c'est l'incontournable besoin de se sentir chez soi sur le territoire qui est historiquement et constitutionnellement le nôtre. Oui, le mot « souveraineté » s'applique à notre objectif pour notre nation, pour notre peuple, mais cela veut aussi dire un pouvoir qui l'emporte sur les autres.
Quand des lois fédérales viennent s'opposer à des dispositions législatives du Québec et que ces lois vont à l'encontre de nos intérêts collectifs au détriment de la population et de l'environnement à protéger, nous considérons que nous avons le devoir d'agir. Le territoire du Québec appartient à ses citoyens. L'occupation du territoire, son utilisation, son aménagement et sa protection relèvent essentiellement des lois et règlements du Québec et des municipalités. On ne peut pas dire le contraire, et cela s'applique de toute façon au Québec et aux autres provinces. Nous, élus du Bloc québécois, représentons les intérêts des Québécoises et des Québécois, et c'est pour cette raison que le projet de loi C-225 est devant nous tous aujourd'hui.
La structure juridique actuelle accorde au palier fédéral la préséance sur l'édifice juridique et réglementaire du Québec et de ses municipalités. Cette préséance est indue, et elle mine les pouvoirs et les responsabilités juridiques de l'État québécois, alors que celui-ci travaille sans relâche pour soutenir le progrès dans toutes ses mesures liées à l'aménagement du territoire et à l'environnement. La quantité d'infrastructures et d'activités qui relèvent des compétences fédérales n'est pas négligeable. Mon collègue les a nommés. Il s'agit des quais, des ports, des aéroports, des télécommunications, des propriétés fédérales, des chemins de fer. Le ministère des Transports est tout sauf un modèle à cet égard. On ne saurait aborder l'un ou l'autre de ces secteurs sans que soit impliquée notre action gouvernementale québécoise.
Notre corpus législatif et réglementaire est mis à mal à l'égard de ces secteurs, et nos gens comprennent vraiment pourquoi le projet de loi C-225 est précieux. Ce qu'il aborde a une incidence sur leur qualité de vie, sur leur environnement physique et leur perception de ce qu'est la cohabitation dans un espace démocratique comme le nôtre, et c'est ce qui nous manque cruellement. Lorsque des compagnies relèvent du fédéral, il n'y a pas beaucoup d'obstacles devant elles. Lors de la précédente législature, j'ai pris toute la mesure des projets qui suscitaient du mécontentement dans la population, et cela n'a pas diminué. L'instance fédérale, en maintenant ses dispositions législatives, n'offre finalement que du mépris aux populations du Québec et à leurs lois qui veulent avoir une prise sur ce qui se passe chez eux.
Même si la Loi sur la protection du territoire agricole et des activités agricoles, l'Union des producteurs agricoles et les municipalités étaient en désaccord sur la construction d'aérodromes, la Cour suprême a décidé, en 2010, que de tels projets pouvaient être mis en avant. On pourrait aussi parler des installations de tours de télécommunications dans certaines municipalités. On ne me fera pas croire que des maires et des élus n'ont pas contacté plusieurs députés de la Chambre pour leur dire que cela n'avait aucun sens de bâtir telle tour de télécommunication à tel endroit et pour leur demander d'intervenir. Je suis sûre que c'est arrivé à presque tout le monde, ici.
Il y a aussi des projets, dont celui dans le port de Québec, qui polluent et qui réduisent la qualité de l'air de façon mesurable et ressentie par la population du quartier Limoilou. Ces projets peuvent être mis en œuvre. Dans tous les cas, on a une Cour supérieure ou une Cour suprême qui tranche systématiquement en faveur de la législation fédérale. Dans le cas de cette compagnie dans le port de Québec, IMTT-Québec, la Cour supérieure a décidé que la loi québécoise de protection de l'environnement ne s'appliquait pas. Lorsqu'une compagnie commet une infraction à une loi québécoise, elle se fiche de la contravention, car les tribunaux sont là pour la protéger. Dans tous les cas, ce sont les tribunaux fédéraux avec des juges nommés par le gouvernement fédéral qui tranchent.
Compte tenu de tout ce qui entoure la nomination des juges d'instance fédérale, je me permettrai simplement de dire qu'il ne suffit pas de rendre une décision en vertu du droit. Encore faut-il qu'il y ait apparence de justice.
Au regard des dispositions abordées dans le projet de loi C-225, on peut reconnaître que les compétences partagées que sont l'environnement et l'aménagement du territoire n'ont jamais obtenu les considérations des tribunaux fédéraux.
Le gouvernement de Québec a mené de nombreux combats au fil des ans, parce que tous les groupes de citoyens qui se sont mobilisés ont essuyé des fins de non-recevoir de la part d'Ottawa. Le fait de laisser les entreprises de compétence fédérale faire la pluie et le beau temps sans devoir se conformer aux lois et règlements du Québec doit cesser. Aménager un territoire, c'est du travail. Ce n'est pas toujours parfait, mais le monde qui s'y consacre le fait dans un cadre qui tient compte de la population et de nos lois. Tous les mécanismes qui veillent à superviser, à conseiller et à évaluer tous les aspects d'un projet donné existent au Québec.
Cependant, lorsque ces mécanismes sont méprisés, que la réglementation municipale, par exemple, devient inopérante et que la législation est remise en cause, les gens changent parfois d'attitude en manifestant du cynisme, du désintérêt, et parfois même de la colère. Effectivement, il y a de la colère. Heureusement, elle prend souvent une forme de mobilisation où la contestation devient une force pour changer les choses. Dans différentes régions du Canada, et particulièrement au Québec, les gens ont contesté une foule de projets qui menaçaient et menacent encore leur territoire et leur environnement.
On est proche de ce qui touche les gens de plus près, et les lois sont à des lieues stratosphériques de ce que les gens veulent. Ottawa a donc besoin de revoir la hiérarchie imposée, de telle sorte que les activités qui relèvent de sa compétence tiennent compte de ce que les Québécois veulent et de ce dont ils ont besoin. Ils n'ont sûrement pas besoin de voir l'autorité impérialiste d'Ottawa donner carte blanche aux projets qui contreviennent à nos lois et nos règlements.
À ce sujet, en tant que porte-parole en matière d'environnement, je dois préciser que le gouvernement de Québec estime que ses lois relatives à l'environnement et à l'aménagement du territoire doivent s'appliquer en tout temps. L'Assemblée nationale du Québec a été unanime à le réclamer à maintes reprises. Au Québec, cette question n'est pas seulement politique. Les municipalités, les groupes environnementaux, les groupes syndicaux, l'Union des producteurs agricoles, et j'en passe, veulent la même chose: des projets qui respectent juridiquement tous les paliers. Cela correspond à une démocratie renforcée, et certainement à une meilleure protection de l'environnement.
On est en 2020. La motion d'urgence climatique a été votée lors de la dernière législature. Cette motion a été déposée par le gouvernement libéral. Il me semble que l'ordre des priorités doit être revu. On a évoqué un peu plus tôt les années 1867 et 1982. Je le répète, nous sommes au XXIe siècle et l'urgence climatique impose une visite chez l'optométriste pour changer de point de mire.
La gestion et l'aménagement du territoire et de la protection de l'environnement doivent devenir les paramètres guidant l'autorisation ou non de projets dans les secteurs de compétence fédérale. Je le dis souvent, la protection de l'environnement est un enjeu transversal. Cela traverse donc tous ces secteurs.
L'autorité qui offre la législation la plus rigoureuse devrait avoir préséance. Cela devrait répondre au secrétaire parlementaire, qui disait que les lois fédérales ne tiendraient plus. Effectivement, la loi la plus forte aura préséance sur l'autre. Dans le cas du Québec, ce sont les lois sur la protection de l'environnement du Québec qui sont plus fortes que les lois du gouvernement fédéral. En effet, le fédéral est trop permissif. La législation peut être contraignante, et c'est dans le but de protéger le bien commun.
Au lieu de réglementer davantage, le gouvernement fédéral répond aux attentes du secteur privé. Ces sociétés ont donc beau jeu de faire ce qu'elles veulent. Il n'y a pas renforcement des collectivités, et l'individualisme corporatiste est encouragé.
Nous, nous voulons protéger notre monde, nos terres, nos milieux de vie, notre tissu industriel, social et culturel, et notre environnement. Les députés du Québec verront, peu importe leur parti, que le projet de loi C-225 fait consensus.
Collapse
View Bruce Stanton Profile
CPC (ON)
View Bruce Stanton Profile
2020-11-30 12:04 [p.2659]
Expand
Order.
The time provided for the consideration of Private Members' Business has now expired and the order is dropped to the bottom of the order of precedence on the Order Paper.
À l'ordre.
La période prévue pour l'étude des affaires émanant des députés est maintenant expirée et l'ordre est reporté au bas de l'ordre de priorité au Feuilleton.
Collapse
View Bruce Stanton Profile
CPC (ON)
View Bruce Stanton Profile
2020-11-30 12:05 [p.2659]
Expand
When the House last took up the motion before the House, the hon. member for Sherwood Park—Fort Saskatchewan had three minutes remaining in his time for debate. He will also have five minutes for questions and comments.
The hon. member for Sherwood Park—Fort Saskatchewan.
La dernière fois que la Chambre a discuté de la motion à l'étude, il restait trois minutes de temps de parole au député de Sherwood Park-Fort Saskatchewan. Il disposera également de cinq minutes pour les questions et observations.
Le député de Sherwood Park-Fort Saskatchewan a la parole.
Collapse
View Garnett Genuis Profile
CPC (AB)
View Garnett Genuis Profile
2020-11-30 12:05 [p.2659]
Expand
Mr. Speaker, to conclude my remarks on Bill C-7, I will speak to the way the bill would enshrine discrimination against people living with disabilities. I will explain how that is.
Historically, when people experience extreme existential angst or suicidal ideation and present at a professional environment, perhaps an emergency department, they receive suicide prevention care. The intervention the system provides to them is trying to prevent them from acting on their suicidal ideation.
This is done out of a sense that suicide prevention is good for the person involved. It has been, and still is by many people, seen as consistent with small-l liberalism or a belief in autonomy more generally. When people experience these kinds of feelings, they are counselled and advised in a way that affirms the idea that life for them is very much worth living. This is the standard practice of suicide prevention as it has been practised for most of our history, and as it is practised for most people.
Based on what we have already heard regarding the experiences of people with disabilities, what they are sometimes presently experiencing when interacting with the health care system is that, when they come forward with the same kinds of feelings, they do not receive suicide prevention. Instead they receive suicide facilitation.
In other words, if I, as an able-bodied person, were to come to an emergency department with the same feelings as a friend of mine, who happens to be a person with disabilities, this friend would be much more likely to be offered suicide facilitation, whereas I would be offered suicide prevention. That is discrimination by definition.
The question for this House to consider is this: Who should get suicide prevention, and who should get suicide facilitation? This is an important question that people with disabilities are raising and have been raising at committee, that they would experience something different from the health care system than people who are able-bodied.
The direction in which members want to resolve that discrimination, according to their values, is an open question, but the fact is that people will now be treated differently if they have a disability compared with if they do not. That is very clear from this legislation and the fact that, overwhelmingly, all of the organizations representing people with disabilities that testified before the committee expressed grave concerns about the implications this would have.
I think we want to be the kind of country that treats people fairly and equally, and affirms the life and dignity of all people, regardless of whether or not they are living with a disability. This is one of many concerns that was top of mind and presented at the committee discussion on Bill C-7. I hope members will listen to it, take it seriously and think about it as they proceed to vote on these amendments at report stage.
Monsieur le Président, pour conclure mes remarques au sujet du projet de loi C-7, je vais parler de la façon dont cette mesure législative consacrerait la discrimination envers les personnes handicapées. Je m'explique.
Historiquement, lorsque les gens qui ressentent une angoisse existentielle profonde ou qui ont des idées suicidaires se présentent dans un milieu professionnel, par exemple dans un service des urgences, ils obtiennent des soins de prévention du suicide. Le système prévoit une intervention dans le but de dissuader les personnes suicidaires de passer au geste ultime.
L'idée, ici, c'est que la prévention du suicide est une bonne chose pour les personnes concernées. De nombreuses personnes considéraient et considèrent toujours que cette méthode est conforme au libéralisme au sens large du terme ou qu'elle cadre avec le principe de l'autonomie de façon plus générale. Les personnes qui ressentent ces idées troublantes sont amenées par les professionnels à réaliser que leur vie vaut vraiment la peine d'être vécue. Il s'agit de la pratique la plus courante de la prévention du suicide comme elle a été établie durant la majeure partie de notre histoire, et c'est la pratique la plus favorisée encore aujourd'hui.
Si on se fie aux expériences vécues actuellement par les personnes handicapées, il arrive qu'au lieu de les aider à se débarrasser de leurs idées suicidaires, on leur propose des moyens de mettre fin à leurs jours.
Autrement dit, si mon ami handicapé et moi nous nous présentions tous les deux aux urgences pour des idées suicidaires, on essaierait de me dissuader moi, qui ai la pleine jouissance de mon corps, mais il est très probable que l'on conseille à mon ami des moyens de faciliter son suicide. C'est la définition même de la discrimination.
Voici la question à laquelle la Chambre doit répondre: qui a droit à la prévention du suicide et qui a droit à la facilitation du suicide? Cette question primordiale, les personnes handicapées se la posent au moment où on se parle et elles sont venues la poser au comité. Selon elles, le réseau de la santé ne les traite pas de la même manière que les personnes qui ont la pleine jouissance de leur corps.
Chacun, selon ses valeurs, pourra proposer ses propres moyens d'éliminer cette discrimination, mais le fait est que certaines personnes seront désormais traitées différemment selon qu'elles ont ou non un handicap. C'est ce qui ressort très clairement du texte à l'étude, et c'est ce que nous ont confirmé les organismes qui défendent les droits des personnes handicapées, qui craignent plus que tout les conséquences que cela pourrait avoir.
Selon moi, le Canada veut être perçu comme un pays qui traite ses citoyens de manière juste et équitable — tous ses citoyens, qu'ils soient handicapés ou non — et qui chérit la vie et la dignité. Il s'agit d'une des nombreuses réserves exprimées au comité relativement au projet de loi C-7. Espérons maintenant que les députés prêteront l'oreille, qu'ils prendront les objections de ces gens au sérieux et qu'ils en tiendront compte lorsque viendra le temps de se prononcer sur les amendements à l'étape du rapport.
Collapse
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2020-11-30 12:09 [p.2660]
Expand
Mr. Speaker, one thing the member left out of the equation is the incredible efforts provided by our medical profession, individuals who, I believe, would provide proper and consistent advice. I do not think anyone would encourage the type of behaviour the member is implying in his comments.
I wonder if, upon reflecting of some of his comments, he might take this opportunity to recognize the sense of professionalism provided by the the health care workers in our health care system today.
Monsieur le Président, un des éléments de l'équation qu'a oublié le député, ce sont les efforts incroyables déployés par les professionnels de la santé au pays, des gens qui, à mon avis, donneront des conseils appropriés et de qualité égale pour tous. Je crois que personne n'encouragera le genre de comportements sous-entendus dans les observations du député.
Je me demande si, après avoir repensé à certains des commentaires qu'il a faits, le député ne souhaite pas saisir l'occasion pour reconnaître le professionnalisme dont les travailleurs de la santé font preuve au sein du système de santé canadien.
Collapse
View Garnett Genuis Profile
CPC (AB)
View Garnett Genuis Profile
2020-11-30 12:10 [p.2660]
Expand
Mr. Speaker, the member is referring to some of the comments I have raised about the committee testimony, which already shows concern for people with disabilities being treated differently in the system, even being pushed toward euthanasia or assisted suicide, and the need for safeguards against that.
I agree that the vast majority of our health care workers are well intentioned and do great work. Three out of four of my siblings, as well as my wife and my father, all work in health care, so I probably have more direct familial contact with people in health care than many other members.
There are hundreds of thousands of people in this country working in health care. The reason we have safeguards is not because most of those people might make problematic decisions; it is because there is always a risk, and we have already heard from people in the disability community that people are having these negative experiences, of being encouraged toward medical assistance in dying.
One person testified about being called selfish for not wanting this option. That is why we have safeguards in place. It is not for the general cases; it is for the exceptional cases, because life and death are still involved in exceptional cases.
Monsieur le Président, le député fait référence à certains des commentaires que j'ai faits au sujet des témoignages entendus au comité, qui faisaient déjà état d'inquiétudes quant au fait que les personnes handicapées seront traitées différemment dans le système et qu'elles pourraient même être incitées à opter pour l'euthanasie ou le suicide assisté, et qu'il faut des protections pour empêcher que cela ne se produise.
Je conviens que la grande majorité des travailleurs de la santé au pays sont bien intentionnés et font de l'excellent travail. Trois de mes frères et sœurs ainsi que ma femme et mon père travaillent dans le système de santé, alors j'ai probablement une relation familiale plus directe avec le système de santé que bon nombre de députés.
Des centaines de milliers de gens au pays travaillent dans le secteur de la santé. La raison pour laquelle nous mettons en place des mesures de protection, ce n'est pas parce que la majorité des gens prennent des décisions hasardeuses; c'est parce qu'il existe toujours le risque — des représentants de la communauté des personnes handicapées nous ont dit que ce genre de situations négatives se produisent déjà — qu'une personne soit incitée à choisir l'aide médicale à mourir.
Une des personnes venues témoigner nous a dit qu'on l'avait traitée d'égoïste parce qu'elle ne voulait pas de l'aide médicale à mourir. C'est ce qui explique la présence de mesures de protection: pas pour l'ensemble des cas en général, mais pour les cas d'exception, parce que, même dans ces cas-là, il est toujours question de vie ou de mort.
Collapse
View Dane Lloyd Profile
CPC (AB)
View Dane Lloyd Profile
2020-11-30 12:11 [p.2660]
Expand
Mr. Speaker, I have a concern about the removal of the reflection period for people who might be suffering from mental challenges if they might qualify under what is understood as a reasonably foreseeable death. We know not all doctors are equipped to assess those challenges.
Therefore, could the member talk about the possible risks of removing the reflection period for people with mental challenges and how we could see some very dangerous consequences from that?
Monsieur le Président, je suis préoccupé par la suppression de la période de réflexion pour les personnes souffrant de troubles mentaux qui répondent au critère de mort raisonnablement prévisible. Nous savons que ce ne sont pas tous les médecins qui sont adéquatement outillés pour évaluer les difficultés que vivent ces patients.
Par conséquent, le député pourrait-il parler des risques liés à l'élimination de la période de réflexion pour les personnes souffrant de troubles mentaux, ainsi que des conséquences très dangereuses que cela pourrait avoir?
Collapse
View Garnett Genuis Profile
CPC (AB)
View Garnett Genuis Profile
2020-11-30 12:12 [p.2660]
Expand
Mr. Speaker, I know my colleague's work on this issue. The reflection period is one of the amendments in front of us to vote on. It is important for members to understand the reflection period can already be waived in certain circumstance. For any argument that the reflection period might not be appropriate in certain circumstance, it can already be waived. However, the reflection period creates a default, a sense that we should not have same-day death.
A person may be experiencing an extensive set of challenges on a particular day that may be very real but very transient. The reflection period is designed to ensure that the choice people make reflects considered exercise of autonomy over time, not a momentary place of darkness.
Monsieur le Président, je connais le travail effectué par mon collègue dans ce dossier. Un des amendements que nous avons sous les yeux et sur lesquels nous devons nous prononcer porte sur la période de réflexion. Il est important que les députés comprennent qu'il est déjà possible de lever la période de réflexion dans certaines circonstances, lorsqu'il est approprié de le faire. Néanmoins, le fait qu'il existe une période de réflexion dans la plupart des cas évite qu'une personne qui présente une demande se trouve à recevoir l'aide médicale à mourir le jour même.
Une personne peut être confrontée à une série de défis très réels, mais aussi très passagers lors d'une journée donnée. La période de réflexion existe pour veiller à ce que le choix des personnes reflète bien leur volonté réfléchie, et non pas un accès de désespoir momentané.
Collapse
View Philip Lawrence Profile
CPC (ON)
Mr. Speaker, the member spoke eloquently about some of the shortcomings of the legislation. I want to give him a chance to talk about any particular amendments with respect to helping persons with disabilities and strengthening the legislation.
Monsieur le Président, le député a parlé avec éloquence de certaines lacunes du projet de loi. J'aimerais lui donner la chance de parler de certains amendements qui contribueraient à aider les personnes handicapées et à améliorer le projet de loi.
Collapse
View Garnett Genuis Profile
CPC (AB)
View Garnett Genuis Profile
2020-11-30 12:13 [p.2660]
Expand
Mr. Speaker, many great amendments were proposed at committee that would have helped the situation. Some of those amendments will be considered in the House. I am hopeful that those considering this bill in the other place will also take a look at some of the amendments.
One amendment that would make a big difference to people living with disabilities is the requirement that a doctor or a nurse practitioner not be the one to initiate the conversation. If people come forward and say that they would like more information about MAID, then at that point the doctor or the nurse practitioner would engage and provide that information.
It should be clearly established in the law that people cannot have it suggested to them that they should consider it. If it is not something they want brought up and suddenly they are told by the system that they should really think about dying, it completely changes their engagement with the system.
Why not have in place an amendment that says that the first person to bring it up should be patient, not the doctor? We put that forward at committee. Unfortunately it was voted down, but I am hopeful people in the other place will consider this as something to maybe put in the legislation.
Monsieur le Président, bon nombre des excellents amendements qui ont été proposés au comité auraient amélioré la situation. Certains de ces amendements seront étudiés à la Chambre. J'espère que ceux qui étudient ce projet de loi à l'autre endroit se pencheront également sur certains de ces amendements.
L'un des amendements qu'on pourrait apporter pour faire une grande différence dans la vie des personnes handicapées consisterait à exiger que ce ne soit ni un médecin ni un infirmier praticien qui amorce la discussion. Si un patient demandait plus d'information sur l'aide médicale à mourir, c'est à ce moment-là que le médecin ou l'infirmier praticien interviendrait en fournissant cette information.
Il faudrait établir clairement dans la loi qu'on ne doit pas laisser entendre à une personne qu'elle devrait envisager l'aide médicale à mourir. Si un patient qui n'envisage pas de demander l'aide médicale à mourir se fait soudainement dire par un intervenant du système qu'il devrait sérieusement songer à mourir, cela changera complètement ses rapports avec le système.
Pourquoi ne pas adopter un amendement pour établir que c'est le patient, et non le médecin, qui devrait soulever la question en premier? Nous avons proposé cet amendement au comité. Malheureusement, il a été rejeté, mais j'ai bon espoir que les gens à l'autre endroit envisageront d'apporter ce genre de modification au projet de loi.
Collapse
View Peter Kent Profile
CPC (ON)
View Peter Kent Profile
2020-11-30 12:14 [p.2661]
Expand
Mr. Speaker, when I last rose in the House to speak to the matter of physician-assisted death in 2016, I noted that the legislation then before us, Bill C-14, was neither the alpha nor the omega in the continuing conversations on the topic that Canadians have had for decades.
The Supreme Court had forced that legislative moment on reluctant politicians with the Carter decision, although the conversation had been simmering across society from the last century into this one.
However, in 2016, Bill C-14 brought us nowhere near where the Supreme Court had ruled Parliament must go. It was an interim step. It was a very cautious first step that was driven home with the Truchon-Gladu ruling in Quebec, which ordered that a class of people denied eligibility for medical assistance in dying by Bill C-14 were indeed entitled to access medical assistance in accordance with the Carter ruling.
The legislation before us now, Bill C-7, as amended in committee, under-amended I believe, and I will get to that in a moment, goes considerably beyond Truchon-Gladu. That said, the past five years of medically assisted death has brought Canadian society to a much more accepting place than in 2016; that increased acceptance of the practice justifies the additional provisions included in Bill C-7.
To my point that Bill C-7 was under-amended by the justice committee, the Conservatives hold that, for a variety of reasons, not least of which the WE scandal prorogation that wasted six valuable weeks in the summer, Bill C-7 has been indecently rushed through committee with not nearly adequate consultation. In the shadow of time allocation, signalled by the Liberal House leader last Thursday, it seems it will be denied adequate debate now during report stage.
This flawed process makes even more important the separate full and comprehensive parliamentary review of medically assisted death demanded by Bill C-14.
At committee, the Conservatives proposed nine amendments to better protect vulnerable groups, reasonable amendments, all rejected by the Liberals, but amendments which I hope Senate colleagues will consider in the upper house. I say that with some expectation of that actually happening as a result of testimony before the Senate's legal affairs committee last week by the Minister of Employment, Workforce Development and Disability Inclusion. In fact, the minister endorsed exactly the same point as was proposed by one of the Conservative amendments, which was voted down by Liberal members of the House justice committee. She said, unambiguously, that health practitioners should not be allowed to discuss the issue of assisted dying until a patient asked.
Admittedly, this is a particularly difficult issue and one of context. I understand why anyone, but particularly a person with disabilities might feel improperly, even terrifyingly pressured, depending on how the matter is raised by a doctor. There is quite a difference between a physician informing of a range of choices facing a seriously ill patient and directly recommending assisted death.
The Canadian Nurses Association advised the Senate committee that the law should explicitly allow doctors to raise the issue with patients, as did the Canadian Association of Medical Assistance in Death Assessors and Providers. Dr. Stefanie Green told the committee that it would be unprofessional not to lay all the options on the table. I am sure we will all follow Senate dealings on this question very closely.
The disability inclusion minister testified as well before the Senate committee that she was open to considering an amendment to Bill C-7 that would impose a 12-month sunset clause on the proposed ban on individuals suffering solely from mental illnesses to seek an assisted death. Legal experts have made it abundantly clear that if that clause remains in Bill C-7, it is destined, almost certainly, to return to the Supreme Court where it will almost certainly be found to be unconstitutional. This is another consideration to watch closely.
Over the years since Bill C-14 was passed, and now as Bill C-7 is being rushed to law, a dark cloud has hung over discussion and debate, and that is the government's still unkept promise, a broken promise actually, to better provide choice, a meaningful alternative to physician-assisted death.
In 2015, the Liberals made a campaign commitment to invest $3 billion in long-term care, including palliative care. In fact, the importance of access to palliative care and end-of-life decision-making was one of the few unanimous points of agreement in the special joint committee's report to Parliament in February, 2016.
The government promised to expand the availability of accessible, affordable, acceptable palliative care for all those who for reason of conscience, faith or choice decided not to avail themselves of physician-assisted death. The Liberals' inconsistency in the matter of choice in other circumstances aside, this is a promise that must be fulfilled. It is essential that hospice and palliative care capacity in the country be vastly expanded to provide for those who would choose a meaningful alternative to MAID.
As I said in the House four years ago, my personal decision, which will determine my vote on this legislation, is a product of three individuals and their experiences and my own.
In my previous life as a journalist, I followed closely the unsuccessful legal crusade of Sue Rodriguez, as ALS steadily increased its smothering, deadly grip on her. I was seized by her rhetorical question posed to all Canadians, “If I cannot give consent to my own death, whose body is this? Who owns my life?”
When I first came to Parliament 12 years ago, I became close to another thoughtful, courageous Canadian, a fellow MP, the Hon. Steven Fletcher, Canada's first quadriplegic MP, re-elected three times. Steven did not give up after a life-changing accident. He met immense challenges and he overcame them.
However, in two private members' bills tabled several years ago, which I seconded, and in testimony before the justice committee in January 2016, Steven made a powerfully convincing argument for self-determination to one day make a final decision. Steven argued for a law by which an individual could make one's own decision based on one's own morals and ethics, but under guarantee there would be no pressure on that person from society, family, friends, or the facility in which he or she might be.
I was also powerfully persuaded by the tragically tortuous passing of my brother-in-law, a brilliant academic, by Alzheimer's. I informed the House during debate on Bill C-14 that should such an end one day face me, I would surely compose an advance directive and that one way or the other it would be fulfilled.
Finally, as a cancer survivor, I have had many hours of reflection during treatment and since to personally ponder the issues involved in medically assisted death and Sue Rodriguez' quite powerful rhetorical question: Who owns my life?
I am honoured to participate in this debate on Bill C-7 as I was with Bill C-14. Bill C-7 would correct the major deficiencies of the original legislation, but it is still deficient. Whatever happens in the Senate, I hope the parliamentary review, which should have occurred before consideration and passage of Bill C-7, will now more thoroughly examine this evolving law and properly lead to eventual amendments, chief among them measures to better ensure protection of Canada's most vulnerable.
Monsieur le Président, la dernière fois que j'ai pris la parole à la Chambre au sujet de l'aide médicale à mourir, en 2016, j'ai dit que le projet de loi dont nous étions saisis, le projet de loi C-14, n'était ni l'alpha ni l'oméga des dizaines d'années de débats des Canadiens sur l'aide médicale à mourir.
La Cour suprême avait imposé, dans l'arrêt Carter, ce travail législatif à des politiciens peu empressés de le faire, même si le débat à ce sujet couvait déjà dans la société canadienne depuis le siècle dernier.
Cependant, en 2016, le projet de loi C-14 ne nous a pas rapprochés, même un peu, de l'objectif fixé par la Cour suprême au Parlement. Il ne s'agissait que d'une étape provisoire. C'était un premier pas prudent qui découlait de l'arrêt Truchon-Gladu, au Québec, selon lequel une catégorie de personnes qui avaient été déclarées non admissibles à l'aide médicale à mourir par le projet de loi C-14 était bel et bien admissible en vertu de l'arrêt Carter.
Le projet de loi dont nous sommes maintenant saisis, le projet de loi C-7, tel que modifié au comité — de manière insuffisante, à mon avis, mais j'y reviendrai —, va bien au-delà de l'arrêt Truchon-Gladu. Cela dit, ces cinq dernières années, la société canadienne en est venue à accepter beaucoup plus l'aide médicale à mourir qu'en 2016. Cette acceptation accrue justifie les dispositions supplémentaires prévues dans le projet de loi C-7.
En ce qui concerne le fait que le comité de la justice n'a pas apporté suffisamment d'amendements au projet de loi C-7, les conservateurs estiment que, pour diverses raisons, notamment la prorogation entraînée par le scandale UNIS, qui nous a fait perdre six précieuses semaines durant l'été, le projet de loi C-7 a été étudié en comité à toute vapeur sans véritable consultation. Sous la menace de l'attribution de temps évoquée par le leader du gouvernement à la Chambre des communes jeudi dernier, il semble qu'il n'y aura pas non plus de véritable débat à l'étape du rapport.
En raison de ce processus boiteux, l'examen parlementaire distinct et détaillé de la loi sur l'aide médicale à mourir, prévu dans le projet de loi C-14, est encore plus important.
En comité, les conservateurs ont proposé neuf amendements visant à mieux protéger les groupes vulnérables — des amendements raisonnables —, mais les libéraux les ont tous rejetés. J'espère que les sénateurs les considéreront à la Chambre haute. J'ai bon espoir que ce sera le cas, étant donné le témoignage qu'a livré la ministre de l’Emploi, du Développement de la main-d’œuvre et de l'Inclusion des personnes handicapées la semaine dernière devant le comité sénatorial des affaires juridiques. En fait, la ministre a fait valoir exactement le même point que celui proposé dans l'un des amendements des conservateurs, qui a été rejeté par les députés libéraux du comité de la justice de la Chambre. Elle a déclaré, sans équivoque, que les praticiens de la santé ne devraient pas être autorisés à discuter de l'aide médicale à mourir tant qu'un patient ne la demande pas.
Il est vrai qu'il s'agit d'une question de contexte particulièrement épineuse. Je comprends pourquoi une personne, en particulier une personne handicapée, pourrait avoir l'impression qu'un médecin, selon la façon dont il aborde la question, exerce des pressions indues sur elle, et même pourquoi cela pourrait la terrifier. Il y a une grande différence entre informer son patient gravement malade des divers choix qui s'offrent à lui et lui recommander directement d'obtenir l'aide médicale à mourir.
À l'instar de l'Association canadienne des évaluateurs et prestataires de l'AMM, l'Association des infirmières et infirmiers du Canada a indiqué au comité sénatorial que la loi devrait autoriser explicitement les médecins à aborder le sujet avec leurs patients. La Dre Stefanie Green a dit au comité qu'il ne serait pas professionnel de ne pas préciser aux patients toutes les options à leur disposition. Je suis sûr que nous suivrons très attentivement les délibérations du Sénat sur cet enjeu.
Par ailleurs, la ministre de l'Inclusion des personnes handicapées a indiqué au comité sénatorial qu'elle était disposée à envisager un amendement au projet de loi C-7 qui imposerait une disposition de caducité de 12 mois à l'interdiction pour les personnes souffrant uniquement de maladie mentale de réclamer l'aide médicale à mourir. Les juristes ont très clairement fait savoir que si cette interdiction demeure dans le projet de loi C-7, il est presque certain que cela fera l'objet d'une contestation devant la Cour suprême et que cette dernière jugera qu'elle est inconstitutionnelle. Il faudra aussi donc suivre attentivement les délibérations sur cette question.
Depuis l'adoption du projet de loi C-14 il y a quelques années et depuis le début du processus pour faire adopter le projet de loi C-7 à toute vapeur, un nuage noir plane sur les discussions et les débats. En effet, le gouvernement n'a toujours pas tenu sa promesse — j'irais même jusqu'à dire qu'il l'a brisée — d'offrir un véritable choix, une autre option que l'aide médicale à mourir.
Pendant la campagne électorale de 2015, les libéraux s'étaient engagés à investir 3 milliards de dollars dans le secteur des soins de longue durée, ce qui comprend les soins palliatifs. En fait, l'importance de l'accès aux soins palliatifs dans la prise de décisions concernant la fin de vie était l'un des rares points qui faisaient l'unanimité dans le rapport que le comité spécial mixte a présenté au Parlement en février 2016.
Le gouvernement a promis d'élargir l'accès à des soins palliatifs abordables et acceptables pour tous ceux qui, suivant leur conscience ou leur foi ou pour d'autres raisons, décident de ne pas se prévaloir de leur droit à l'aide médicale à mourir. Même si les libéraux ont fait preuve d'incohérence en ce qui concerne la question du choix dans d'autres circonstances, cette promesse doit être tenue. Il est essentiel que les soins palliatifs soient grandement bonifiés dans l'ensemble du pays afin d'offrir une option valable autre que l'aide médicale à mourir.
Comme je l'ai dit à la Chambre il y a quatre ans, ma décision personnelle, dont dépendra mon vote sur le projet de loi, est l'aboutissement de mes observations sur trois personnes et leur expérience, en plus de mon expérience personnelle.
Lorsque j'étais journaliste, j'ai suivi de près la croisade judiciaire infructueuse de Sue Rodriguez, pendant que la sclérose latérale amyotrophique resserrait sur elle son emprise étouffante et mortelle. J'ai été marqué par la grande question qu'elle a adressée aux Canadiens: « Si je ne peux pas consentir à ma propre mort, à qui ce corps appartient-il? Qui possède ma vie? »
Lorsque j'ai été élu au Parlement pour la première fois il y a 12 ans, j'ai noué des liens étroits avec un autre Canadien courageux et prévenant, Steven Fletcher. Celui-ci était le premier député quadriplégique du Canada. Il a été élu trois fois. À la suite de l'accident qui a bouleversé sa vie, M. Fletcher n'a pas abandonné. Il s'est heurté à d'immenses difficultés et les a surmontées.
Cela dit, dans le cadre de l'étude de deux projets de loi d'initiative parlementaire déposés il y a plusieurs années, dont j'étais comotionnaire, ainsi que dans le cadre de son témoignage au comité de la justice en janvier 2016, M. Fletcher a fait valoir avec des arguments très convaincants le droit à l'autodétermination, c'est-à-dire de pouvoir, un jour, prendre une décision finale. M. Fletcher réclamait une loi qui, d'une part, habiliterait les Canadiens à prendre leur propre décision en fonction de leurs propres convictions morales et éthiques, et qui, d'autre part, garantirait que ces personnes puissent prendre cette décision en étant libres de toute pression de la société, de leur famille, de leurs amis ou de l'établissement où ils se trouvent.
J'ai aussi été fermement persuadé en voyant la fin de vie tragique et pénible qu'a connue mon beau-frère, un brillant universitaire qui souffrait d'alzheimer. Lorsque nous avons débattu du projet de loi C-14, j'ai informé la Chambre que, dans l'éventualité où une telle fin m'attendrait, il est certain que je présenterais une demande anticipée et que je me prévaudrais de l'aide médicale à mourir, coûte que coûte.
Enfin, en tant que survivant du cancer, j'ai consacré de nombreuses heures pendant mes traitements et depuis, à réfléchir aux questions entourant l'aide médicale à mourir ainsi qu'à la question rhétorique lourde de sens posée par Sue Rodriguez: à qui appartient ma vie?
Je suis honoré de participer à ce débat sur le projet de loi C-7, tout comme j'étais honoré de participer à celui sur le projet de loi C-14. Le projet de loi C-7 remédierait aux principales faiblesses du projet de loi initial, mais demeure lacunaire. Quoi qu'il advienne au Sénat, j'espère que, lors de l'examen parlementaire qui aurait dû avoir lieu avant l'étude et l'adoption du projet de loi C-7, on se penchera plus rigoureusement sur cette loi en évolution et que, par la suite, on y apportera des modifications judicieuses, notamment afin de mieux protéger les Canadiens les plus vulnérables.
Collapse
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2020-11-30 12:23 [p.2662]
Expand
Mr. Speaker, when we talk about the beginning and the end of this issue, I suspect we will still not be at the end, that ongoing discussions will take place both formally and informally among parliamentarians going forward.
I respect the member's belief in Parliament. If an amendment is brought forward that has already been voted on and defeated in the House by elected parliamentarians, does the member support that very same amendment being brought forward in the Senate chamber where the Senate would pass something on which a clear decision was by members of Parliament?
Monsieur le Président, je serais porté à croire que nous n'avons pas fini d'entendre parler de l'enjeu actuel et que les parlementaires continueront d'en discuter officiellement et officieusement.
Je respecte l'opinion du député à propos du Parlement. Si un amendement était présenté à la Chambre, mais que les députés votaient contre ce dernier, le député serait-il d'accord pour appuyer ce même amendement s'il obtenait un vote favorable au Sénat, même si les députés ne l'avaient pas appuyé au départ?
Collapse
View Peter Kent Profile
CPC (ON)
View Peter Kent Profile
2020-11-30 12:24 [p.2662]
Expand
Mr. Speaker, in many instances that has been the parliamentary practice and tradition. However, the testimony of the Minister of Disability Inclusion last week before the Senate committee's pre-study of Bill C-7, and her unambiguous comments on two amendments that she would, in fact, support, demonstrate that the government either did not ask her or did not include her in the process, and that the Senate is well within its realm to consider those specific amendments proposed and send them back to this place for proper consideration.
Monsieur le Président, une telle situation s'est souvent produite et fait partie des pratiques et de la tradition parlementaires. Cependant, que la ministre de l'Inclusion des personnes handicapées ait clairement exprimé son appui à deux amendements lors de son témoignage devant le comité sénatorial la semaine dernière, dans le cadre de l'étude préliminaire du projet de loi C-7, nous amène à penser que le gouvernement ne lui avait pas demandé son opinion ou qu'il l'avait exclue de ce dossier. Par conséquent, le Sénat est entièrement dans ses droits d'examiner les deux amendements proposés et de les renvoyer à la Chambre pour qu'elle les considère comme il se doit.
Collapse
View Rachel Blaney Profile
NDP (BC)
View Rachel Blaney Profile
2020-11-30 12:25 [p.2662]
Expand
Mr. Speaker, I have spoken in the House before about my experience with MAID, where I was with a very beloved and dear family member. It was a very beautiful but sad day. I will always be grateful for that experience.
One of the things that is so important to me is the use of language. I want to be very clear that it is important that we do not use the word “suicide” in this. This is about a human being managing their own life journey. They are looking at a foreseeable death and they want to die in the best way they possibly can.
Could the member talk about the importance of language and making sure that, as we go through this process, we are very respectful of the people who have to make decisions about how they choose to leave?
Monsieur le Président, j'ai déjà raconté à la Chambre mon expérience personnelle en ce qui concerne l'aide médicale à mourir. J'ai accompagné un membre de ma famille qui m'était très cher. Cette journée était à la fois très belle et remplie de tristesse. Je serai éternellement reconnaissante de cette expérience.
L'utilisation des mots revêt une très grande importance à mes yeux. Je veux qu'il soit bien clair que le mot « suicide » ne convient pas à la situation. Il s'agit d'un être humain qui gère lui-même le parcours de son existence. Il est confronté à une mort prévisible et il décide de mourir de la meilleure manière possible.
Le député pourrait-il parler de l'importance des mots utilisés et de la nécessité de s'assurer, dans le cadre de ce processus, de respecter les personnes qui doivent prendre des décisions difficiles sur la manière de quitter ce monde?
Collapse
View Peter Kent Profile
CPC (ON)
View Peter Kent Profile
2020-11-30 12:26 [p.2662]
Expand
Mr. Speaker, indeed, language is important. Bill C-7, in many ways, has blurred the lines with regard to the most vulnerable in Canada. That explicit language should be and I hope will be eventually added.
I must say to her first point that I do not agree with the characterization of medically assisted death as suicide. I believe it is about determining by a profound, personal and dignified choice the manner of an unavoidable outcome.
Monsieur le Président, les mots utilisés sont effectivement importants. Le libellé du projet de loi C-7 n'est pas assez clair lorsqu'on pense aux personnes les plus vulnérables du pays. Le projet de loi devrait être plus explicite et j'espère qu'on y remédiera.
À propos du premier élément que la députée a abordé, je ne crois pas qu'on doit qualifier l'aide médicale à mourir de suicide. Je crois qu'il s'agit de déterminer les détails d'une issue inévitable par un choix profond, personnel et essentiel à la dignité d'une personne.
Collapse
View Elizabeth May Profile
GP (BC)
View Elizabeth May Profile
2020-11-30 12:27 [p.2662]
Expand
Mr. Speaker, I was tremendously moved by the hon. member for Thornhill's speech. The riding I represent is Saanich—Gulf Islands. I would have been, had I lived there then, the member of Parliament for Sue Rodriguez. She lived in North Saanich. Her struggle and her courage made an indelible impact, certainly on my constituents. That is one of the reasons I am so grateful that Parliament is moving forward.
I just wanted to thank the hon. member for the honesty and personal nature of his comments. I am so glad that he is well and over cancer. Please God it remain so.
Monsieur le Président, le discours du député de Thornhill m'a profondément touchée. La circonscription que je représente aujourd'hui est Saanich-Gulf Islands. Si j'y avais habité à l'époque, j'aurais été la députée de Sue Rodriguez. Cette dernière habitait à North Saanich. Sa lutte et son courage ont laissé une marque indélébile dans le cœur des Canadiens, surtout dans celui des gens de ma circonscription. C'est l'une des raisons pour lesquelles je suis très heureuse que le Parlement avance dans le dossier actuel.
Je voudrais remercier le député pour sa sincérité et pour le caractère personnel de son propos. Je suis très heureuse qu'il se porte bien et que son cancer soit guéri. Je prie Dieu qu'il en soit ainsi.
Collapse
View Peter Kent Profile
CPC (ON)
View Peter Kent Profile
2020-11-30 12:28 [p.2663]
Expand
Mr. Speaker, I thank the member for her very caring, kind and gracious words. I look forward to our paths crossing again in the House, in this place, rather than by this imperfect hybrid means.
Monsieur le Président, je remercie la députée de ses paroles bienveillantes et remplies de compassion. J'espère bien avoir l'occasion de la croiser à la Chambre, en personne, plutôt que par l'entremise de cette méthode hybride imparfaite.
Collapse
View Dane Lloyd Profile
CPC (AB)
View Dane Lloyd Profile
2020-11-30 12:28 [p.2663]
Expand
Mr. Speaker, in a previous speech at second reading, I noted how, perhaps 50 years from now or even sooner, we may look back on this era and these debates and ask ourselves how we could have been so foolish. History is filled with examples of ideas that were socially acceptable, celebrated or even considered the most moral option, but these ideas and policies were later shown to callously disregard the rights and dignity of individuals and communities.
As the bill went to the justice committee, I held out hope that parliamentarians would listen to the concerns of the disabled and other vulnerable Canadians who were sounding the alarm on the legislation and its implications for their lives. I hoped that the committee members would consider passing amendments to protect the vulnerable, such as extending reflection periods, which are the amendments that we are debating today, so that people would not feel that they are being rushed into medical assistance in dying.
Despite the overwhelming and compelling evidence, the committee majority really chose to ram through the bill with little consideration. There were only five meetings to hear witnesses, and of those five meetings, the majority were with the proponents of medical assistance in dying and there was very little opportunity, relatively, to hear from those who had concerns about the bill. This amounted to a mere hours of debate on an issue that is literally about the life and death of Canadians.
It is just wrong that the government is trying to ram through this important legislation in an expedited manner without taking time to listen and include the concerns of those communities who are vulnerable. It appears that the Liberals do not really want to listen to criticism or work to improve the bill and that they want to implement their agenda, regardless. In doing so, I believe they are ignoring the voices of disabled people, indigenous people, doctors and many others who have raised concerns.
In dealing with the amendments today, I am very pleased that my Conservative colleagues have strongly put forward these amendments related to the 10-day reflection period. I believe that the defeat of this amendment is removing a very basic safeguard for the protection of the vulnerable. The government claims that this would only apply to those with a reasonably foreseeable death and that there should not be a reflection period. However, we have seen the evidence that people who would not be under the existing legislation, individuals who do not have a reasonably foreseeable death, are receiving medical assistance in dying under the current legislation. The government has not strengthened or clarified the definition of what is reasonably foreseeable. The Liberals are actually planning to remove it as a requirement entirely.
I do not believe that the two streams the Liberals are talking about would apply any protections. The reflection period is essential to give Canadians the opportunity to make a decision and then revisit that decision after deep reflection. I understand that no decision to pursue MAID is taken lightly, but by accelerating the timeline between the decision and the receipt of MAID, we are removing an opportunity for reconsideration.
I also do not believe that doctors are always in the best position to consider underlying mental health conditions. If someone comes in and seeks medical assistance in dying with this new expedited timeline, doctors may not be equipped to recognize people with mental health challenges. It could be that those struggling with their mental health will receive medical assistance in dying without their family being informed and without an opportunity to offer treatment or an intervention. This is obviously a very real and dangerous possibility. In fact, it has already happened.
According to testimony from Dr. Trudo Lemmens and in a recent article in Maclean's magazine, people have been seeking and granted MAID because they do not want to live with financial difficulties and loneliness. This is wrong. When did poverty get added to the list of justifications for accessing MAID? I have yet to see it in any legislation, but we are seeing it happen here, right in front of our eyes.
We must also consider that the will to live can fluctuate. Put simply, people who need to make a life-and-death decision must have the opportunity to reflect on that decision over a period of time. Dr. Harvey Chochinov, who gave testimony at committee, reported:
Our research group reported that the will to live can be highly fluctuant over intervals as short as 12 to 24 hours. In fact, 40% of patients who were prescribed lethal drugs in Oregon decided not to take [the drugs].
We also know that people facing chronic conditions may be suffering from suicidal ideation, but if they are given some time, they might choose not to follow through with that. It is clear that when it comes to issues of life and death, it is not black and white. The will to live, to continue on and to overcome can change over time.
Expanding further on the definition and enforcement of “reasonably foreseeable death”, the requirement that a death be reasonably foreseeable was one that a broad group of people could support in 2016, but since 2016, we have seen it abused in ways that people could not have imagined. One recent case comes to mind. Nancy Russell, an elderly woman who was struggling with pandemic-induced isolation, underwent MAID recently in order to, reportedly, avoid another lockdown.
I want to take a moment to say that my thoughts are with her family who recently faced this loss. I know it is not an easy situation. Nevertheless, this is a pertinent example of medical assistance in dying being provided when there was no apparent reasonably foreseeable death. Some have argued that old age in itself is a qualifier for reasonably foreseeable death, although that argument was not made when the original legislation was put forward. It was not the understanding of the public at the time we accepted this.
In this case, however, if COVID-19 had been eradicated and a further lockdown avoided, it is very likely that this woman and maybe several others would not have pursued an assisted death. Therefore, it is clear to me that the reasonably foreseeable requirement has not been respected and is not being enforced or even defined well by the Liberal government.
Let us dive deeper. “Reasonably foreseeable” is not even considered a medical concept. Professor Alain Naud from Laval University stated in his testimony, “The term does not meet any medical concept or definition. It doesn't exist in any medical textbook. Yet it is the responsibility of physicians to assess the eligibility of patients.” The Canadian Bar Association, David E. Roberge, also stated that reasonably foreseeable death has caused “significant uncertainty in practice, and Bill C-7 does not give any guidance on how to apply it.”
Instead of doing the right thing and defining the terminology for the medical community, the government and the committee majority have decided to just remove the safeguard altogether. Clearly, the bill needs further study and clarity, because when it comes to life and death, doctors need a clear set of rules and guidelines, and the bill really fails to provide that.
When I listened to the Minister of Health's committee testimony, she talked about the need to create two streams, one for those with a reasonably foreseeable death and another for those without a reasonably foreseeable death. Since the definition of “reasonably foreseeable” is so ill-defined and subject to abuse, the so-called safeguards for the vulnerable in this case are not worth the paper they are written on. The fact is that there is no desire to intervene to protect the lives of vulnerable people and I firmly believe that once the next parliamentary review is completed, we will see the further removal of any safeguards.
Another point on this feature is that the concerns of the correctional investigator, Dr. Ivan Zinger, were not included in the committee study or in any of the recommendations. Dr. Zinger has raised deep concerns about medical assistance in dying in Canada's prisons and believes that there has been some abuse of process. I agree with his assessment. Prisoners with limited rights being granted medical assistance in dying is a deep, moral and ethical problem, and it is a problem that the committee chose not to deal with. He has even called for a moratorium on MAID in Canada. I did not see his testimony included. His concerns have not been raised or addressed and that is a real failure of the bill.
This brings me to another concern, which is that it seems the government wanted to use the bill as an opportunity to circumvent the will of Parliament. Ironically, it was the will of the last Parliament, when Liberals had a majority government, that we would have a mandated five-year parliamentary review.
The government saw an opportunity with the Truchon decision. Even in the Minister of Justice's own testimony at committee, he said that they saw this as an opportunity to get something done before the five-year review. It kind of undermines the whole point of a review when we need more time. This is a radical departure from where we have been as a country and we need time to experience this and come to a new understanding as a country. We have just short-circuited that review and are pushing forward with the legislation.
In closing, I am pleased that we have brought these amendments forward. I hope we will give them their full consideration so that we can protect the lives of vulnerable people.
Monsieur le Président, dans un discours antérieur en seconde lecture, j’ai eu l’occasion de faire remarquer que dans 50 ans, voire plus tôt, quand nous repenserons à cette époque et à ces débats, nous nous demanderons probablement pourquoi nous avons été aussi imprudents. L’histoire est remplie d’exemples d’idées qui étaient socialement acceptables, modernes ou même très vertueuses et qui, plus tard, se sont avérées attentatoires aux droits et à la dignité des personnes et des communautés.
Quand le projet de loi a été envoyé au comité de la justice, j’espérais que les parlementaires écouteraient les préoccupations des personnes handicapées et des autres Canadiens vulnérables qui sonnaient l’alarme sur ce projet de loi et sur ce qu’il signifiait pour eux. J’espère que les membres du Comité seront prêts à examiner des amendements visant à protéger les personnes vulnérables, comme la prolongation de la période de réflexion, ce dont nous discutons aujourd’hui, afin que les gens n’aient pas l’impression qu’on les pousse à demander l’aide médicale à mourir.
Malgré la montagne de données éloquentes, le Comité a décidé, à la majorité, d’examiner le projet de loi à toute vitesse. Il n’y a eu que cinq réunions pour entendre des témoins, et la majorité d’entre eux étaient des partisans de l’aide médicale à mourir, de sorte que ceux qui avaient des réserves à l’égard du projet de loi n’ont guère eu l’occasion de s’exprimer. Au final, il n’y a eu que quelques heures de débat sur un sujet qui est véritablement une question de vie ou de mort pour des Canadiens.
Le gouvernement a tort de vouloir faire adopter ce projet de loi à toute vitesse, sans prendre le temps d’écouter les préoccupations des groupes les plus vulnérables. Manifestement, les libéraux ne veulent pas entendre des critiques du projet de loi ou des suggestions pour l’améliorer. Ils ont un objectif en tête, le reste importe peu. J’estime qu’ils font fi des personnes handicapées, des peuples autochtones, des médecins et de bien d’autres Canadiens qui ont exprimé des préoccupations au sujet du projet de loi.
S’agissant des amendements dont nous sommes saisis, je me réjouis que mes collègues conservateurs aient défendu avec force les amendements concernant la période de réflexion de 10 jours. Le rejet de cet amendement supprime ce qui aurait été une plus grande protection pour les personnes vulnérables. Le gouvernement prétend que le projet de loi ne s’applique qu’en cas de mort raisonnablement prévisible et qu’il ne devrait pas y avoir de période de réflexion. Pourtant, nous savons pertinemment que des gens qui n’auraient pas dû être couverts par la loi actuelle parce que leur mort n’était pas raisonnablement prévisible ont pourtant obtenu l’aide médicale à mourir. Le gouvernement n’a ni renforcé ni précisé la définition de ce qui est raisonnablement prévisible. En fait, les libéraux envisagent même de supprimer complètement cette exigence.
Je ne pense pas que les deux catégories que les libéraux envisagent de créer ajoutent des mesures de protection. La période de réflexion est essentielle si l’on veut s’assurer que les Canadiens ont le temps nécessaire pour prendre une décision et, éventuellement, pour revenir sur cette décision, après réflexion. Je sais qu’on ne prend pas à la légère la décision de demander l’aide médicale à mourir, mais en raccourcissant le délai entre cette décision et le moment où l'aide est fournie, nous empêchons la réflexion d'avoir lieu.
Je ne pense pas non plus que les médecins sont nécessairement les mieux placés pour tenir compte des problèmes de santé mentale sous-jacents. Avec cet échéancier accéléré, les médecins n'ont peut-être pas les compétences voulues pour déceler les problèmes de santé mentale chez les personnes qui demandent l'aide médicale à mourir. Les personnes aux prises avec des problèmes de santé mentale pourraient recevoir l'aide médicale à mourir sans que leur famille en soit informée et sans possibilité de traitement ou d'intervention. Ce risque est bien réel et il est dangereux. Nous en avons d'ailleurs déjà des exemples.
Selon un témoignage du Dr Trudo Lemmens et un article publié récemment dans la revue Maclean's, il y a des personnes qui demandent et se voient accorder l'aide médicale à mourir parce qu'elles ne veulent pas faire face à des difficultés financières et à la solitude. C'est inacceptable. Quand la pauvreté a-t-elle été ajoutée à la liste des motifs d'admissibilité à l'aide médicale à mourir? À ma connaissance, cela ne figure dans aucune mesure législative. Pourtant, nous voyons de tels cas se produire.
Il faut aussi tenir compte du fait que la volonté de vivre d'une personne peut fluctuer. Autrement dit, il faut que les personnes qui ont à faire un choix entre la vie et la mort puissent avoir l'occasion de réfléchir à leur décision sur une certaine période. Voici ce qu'a dit le Dr Harvey Chochinov dans son témoignage devant le comité:
Les travaux de notre groupe de recherche ont pourtant révélé que la volonté de vivre d'une personne peut fluctuer grandement dans des intervalles aussi courts que 12 à 24 heures. Ainsi, 40 % des patients qui se sont fait prescrire des médicaments létaux en Oregon ont finalement décidé de ne pas recevoir [ces médicaments].
Nous savons également que les personnes souffrant de maladies chroniques peuvent avoir des idées suicidaires, mais si on leur donne un peu de temps, elles peuvent choisir de ne pas aller jusqu’au bout. Il est clair que lorsqu’il s’agit de questions de vie ou de mort, tout n’est pas noir ou blanc. La volonté de vivre, de continuer et de lutter peut changer au fil du temps.
Pour aller plus loin dans la définition et l’application de la notion de « mort raisonnablement prévisible », que la mort soit raisonnablement prévisible était une exigence qu’un grand groupe de personnes pouvait soutenir en 2016; cependant, depuis 2016, nous avons vu qu’elle a fait l’objet d’abus que personne n’aurait pu imaginer. Un cas récent nous vient à l’esprit. Nancy Russell, une femme âgée qui souffrait de l’isolement causé par la pandémie, a récemment demandé l’aide à mourir pour éviter, semble-t-il, un nouveau confinement.
J’aimerais prendre quelques instants pour exprimer ma compassion à sa famille qui a récemment subi cette perte. Je sais que ce n’est pas une situation facile. Néanmoins, c’est un exemple pertinent d’une aide médicale à mourir accordée lorsqu’il n’y avait pas de mort apparente raisonnablement prévisible. D’aucuns ont fait valoir que la vieillesse est en soi un critère de mort raisonnablement prévisible, bien que cet argument n’ait pas été avancé lorsque la loi initiale a été présentée. Ce n’était pas l’avis du public à l’époque où nous l’avons acceptée.
Dans le cas présent, cependant, si la COVID-19 avait été éradiquée, et si un nouveau confinement avait été évité, il est très probable que cette femme et peut-être plusieurs autres personnes n’auraient pas demandé l’aide à mourir. Par conséquent, il est clair pour moi que l’exigence de la mort raisonnablement prévisible n’a pas été respectée et n’est pas appliquée ni même bien définie par le gouvernement libéral.
Allons un peu plus en profondeur. L’expression « raisonnablement prévisible » n’est même pas considérée comme étant un concept médical. Le Dr Alain Naud de l’Université Laval a déclaré dans son témoignage: « Cette expression ne répond à aucun concept ni aucune définition médicale. Elle n'existe dans aucun manuel de médecine. Pourtant, ce sont les médecins qui ont la responsabilité d'évaluer l'admissibilité des malades. » David E. Roberge, de l’Association du Barreau canadien, a également déclaré que la mort raisonnablement prévisible « a été source de beaucoup d’incertitude et de difficultés, et le projet de loi C-7 ne fournit aucune orientation quant à la façon de l’appliquer ».
Au lieu de faire ce qu’il faut et de définir la terminologie pour la communauté médicale, le gouvernement et la majorité du comité ont décidé de supprimer purement et simplement cette garantie. Sans aucun doute, le projet de loi doit être examiné plus en profondeur et éclairci, car, lorsqu’il s’agit de vie ou de mort, les médecins ont besoin d’un ensemble de règles et de directives claires, et le projet de loi n’en fournit aucune.
Lorsque j’ai écouté le témoignage de la ministre de la Santé devant le comité, elle a parlé de la nécessité de créer deux volets, un pour les personnes dont la mort est raisonnablement prévisible et un pour les autres. Comme l’expression « raisonnablement prévisible » est si mal définie et sujette à des abus, les soi-disant garanties pour les personnes vulnérables dans ce cas-ci ne valent pas le papier sur lequel elles sont écrites. Le fait est qu’il n’y a aucune volonté d’intervenir pour protéger la vie des personnes vulnérables et je crois fermement qu’une fois le prochain examen parlementaire terminé, nous assisterons à l’élimination de toute garantie.
De plus, les préoccupations de l’enquêteur correctionnel, M. Ivan Zinger, n’ont pas été prises en compte dans l’étude du comité ni dans les recommandations. M. Zinger a fait part de ses profondes inquiétudes à propos de l’aide médicale à mourir dans les prisons du Canada, estimant qu’il y a eu un certain abus de procédure. Je souscris à son évaluation. Des prisonniers dont les droits sont limités qui se voient accorder l'aide médicale à mourir pose un profond problème moral et éthique, un problème que le comité a choisi de ne pas aborder. M. Zinger a même appelé à un moratoire sur l’aide médicale à mourir au Canada. Je n’ai pas vu son témoignage être pris en compte. Ses préoccupations n’ont pas été soulevées ni abordées, ce qui constitue un véritable échec du projet de loi.
Cela m’amène à une autre préoccupation, à savoir qu’il semble que le gouvernement ait voulu utiliser le projet de loi comme une occasion de contourner la volonté du Parlement. Paradoxalement, c’était la volonté du Parlement lors de la législature précédente, lorsque les libéraux avaient un gouvernement majoritaire, que nous ayons un examen parlementaire quinquennal obligatoire.
Le gouvernement a entrevu une occasion avec la décision Truchon. Même dans son propre témoignage devant le comité, le ministre de la Justice a déclaré qu’ils y ont vu une occasion de faire quelque chose avant l’examen quinquennal. En quelque sorte, cela mine l’objectif même d’un examen alors que nous avons besoin de plus de temps. Il s’agit d’un changement radical par rapport à ce que nous avons connu en tant que pays, et nous avons besoin de temps pour voir ce qu'il en est et comprendre tous les tenants et aboutissants. Nous venons de court-circuiter cet examen et nous avançons à toute vapeur avec ce projet de loi.
Je dirai pour conclure que je suis heureux que nous ayons présenté ces amendements. J’espère que nous les examinerons sérieusement afin de protéger la vie des personnes vulnérables.
Collapse
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
View Kevin Lamoureux Profile
2020-11-30 12:39 [p.2664]
Expand
Mr. Speaker, there is no conspiracy here. The coronavirus and the court's decision from the province of Quebec are important realities that we have to face.
The member said the government is ramming this legislation through. Need I remind the member that this is a minority government, which cannot ram things through without working with other political parties. Members of the Green Party, the New Democrats and the Bloc are supporting the legislation, from what I understand.
I am wondering if the member could provide his thoughts on the idea that the majority's will is of more than one political party. This does not amount to ramming.
Monsieur le Président, il n’y a pas de conspiration ici. Le coronavirus et la décision de la cour de la province de Québec sont des réalités importantes avec lesquelles nous devons composer.
Le député a dit que le gouvernement fait adopter cette mesure législative à toute vapeur. Dois-je rappeler au député qu’il s’agit d’un gouvernement minoritaire, qui ne peut pas faire adopter cette mesure à toute vapeur sans la collaboration d'autres partis politiques. D’après ce que je comprends, les députés du Parti vert, les néo-démocrates et le Bloc appuient le projet de loi.
Je me demande si le député pourrait nous dire ce qu’il pense de l’idée que la volonté de la majorité est celle de plus d’un parti politique. Cela ne constitue pas une adoption forcée.
Collapse
View Dane Lloyd Profile
CPC (AB)
View Dane Lloyd Profile
2020-11-30 12:40 [p.2664]
Expand
Mr. Speaker, this does not change the facts related to a bill dealing with an issue as important as the life and death of Canadians and changing the Criminal Code, regardless of whether other parties are supporting it or not in a minority Parliament. The fact is that we had only five meetings, the majority of which were with officials and people who have an interest in getting this legislation passed, and had relatively few meetings with people who are raising concerns about the bill. Therefore, yes, it absolutely is being rammed through.
If the government had not prorogued this summer, perhaps we would have had more time to thoughtfully consider this legislation and put forward some real, common-sense amendments.
Monsieur le Président, le fait demeure que, pour un projet de loi concernant un sujet aussi important que la vie et la mort des Canadiens et la modification du Code criminel, quel que soit le soutien accordé par les autres partis et que nous soyons ou non en situation de gouvernement minoritaire, nous n’avons eu que cinq réunions, dont la majorité se sont déroulées en présence de fonctionnaires et de témoins qui avaient intérêt à ce que ce projet de loi soit adopté, et que nous avons eu relativement peu de réunions avec des témoins qui avaient des réserves à l’égard du projet de loi. Alors oui, on peut tout à fait dire que ce projet de loi a été étudié à toute vitesse.
Si le gouvernement n’avait pas prorogé le Parlement l’été dernier, nous aurions peut-être eu plus de temps pour le faire de façon approfondie et pour proposer des amendements sérieux.
Collapse
Results: 1 - 30 of 12598 | Page: 1 of 420

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
>
>|
Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data