Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 15 of 15730
View Mona Fortier Profile
Lib. (ON)
View Mona Fortier Profile
2021-01-25 11:05 [p.3365]
Expand
Mr. Speaker, I rise on a point of order.
There have been discussions among the parties, and I believe that, if you seek it, you will find unanimous consent for the following motion:
That, notwithstanding any standing order, special order or usual practice of the House, until Wednesday, June 23, 2021:
(a) members may participate in proceedings of the House either in person or by videoconference;
(b) members who participate remotely in a sitting of the House are counted for the purpose of quorum;
(c) any reference in the Standing Orders to the need for members to rise or to be in their place, as well as any reference to the chair, the table or the chamber shall be interpreted in a manner consistent with the virtual nature of the proceedings;
(d) the application of Standing Order 17 shall be suspended;
(e) the application of Standing Order 62 shall be suspended for any member participating remotely;
(f) in Standing Orders 26(2), 53(4), 56.1(3), and 56.2(2), the reference to the number of members required to rise be replaced with the word “five”;
(g) documents may be laid before the House or presented to the House electronically, provided that:
(i) documents deposited pursuant to Standing Order 32(1) shall be deposited with the Clerk of the House electronically,
(ii) during Routine Proceedings, members who participate remotely may table documents or present petitions or reports to the House electronically, provided that the documents are transmitted to the Clerk prior to their intervention,
(iii) any petition presented pursuant to Standing Order 36(5) may be filed with the Clerk electronically;
(iv) responses to questions on the Order Paper deposited pursuant to Standing Order 39 may be tabled electronically;
(h) should the House resolve itself in a committee of the whole, the Chair may preside from the Speaker’s chair;
(i) when a question that could lead to a recorded division is put to the House, in lieu of calling for the yeas and nays, one representative of a recognized party can rise to request a recorded vote or to indicate that the motion is adopted on division, provided that a request for a recorded division has precedence;
(j) when a recorded division is requested in respect of a debatable motion, including any division arising as a consequence of the application of Standing Order 61(2) or Standing Order 78, but excluding any division in relation to motions relating to the budget debate, pursuant to Standing Order 84, or the business of supply occurring on the last supply day of a period, other than as provided in Standing Orders 81(17) and (18)(b), or arising as a consequence of an order made pursuant to Standing Order 57,
(i) before 2 p.m. on a Monday, Tuesday, Wednesday or Thursday, it shall stand deferred until the conclusion of Oral Questions at that day’s sitting, or
(ii) after 2 p.m. on a Monday, Tuesday, Wednesday or Thursday, or at any time on a Friday, it shall stand deferred until the conclusion of Oral Questions at the next sitting day that is not a Friday, provided that, if a recorded division on the previous question is deferred and the motion is subsequently adopted, the recorded division on the original question shall not be deferred;
provided that any extension of time pursuant to Standing Order 45(7.1) shall not exceed 90 minutes;
(k) when a recorded division, which would have ordinarily been deemed deferred on a Wednesday governed by this order, to no later than the expiry of the time provided for Government Orders, or to immediately before the time provided for Private Members’ Business, is requested, the said division is deemed to have been deferred until the conclusion of Oral Questions on the same Wednesday;
(l) for greater certainty, this order shall not limit the application of Standing Order 45(7);
(m) when a recorded division is to be held, the bells to call in the members shall be sounded for not more than 30 minutes, except recorded divisions deferred to the conclusion of Oral Questions, when the bells shall be sounded for not more than 15 minutes;
(n) until such a time as a remote voting application is ready to use, recorded divisions shall take place in the usual way for members participating in person and by roll call for members participating by videoconference, provided that members participating by videoconference must have their camera on for the duration of the vote;
(o) in relation to the development of a remote voting application, the House administration be directed to begin the onboarding process of all members as soon as possible and conduct two comprehensive simulations with all members being invited to attend;
(p) after the two simulations outlined in paragraph (o) have been completed and after the Speaker has received a notice from the House leaders of all recognized parties in the House stating that they are satisfied that the remote voting application is ready to be used, starting the next sitting day and concluding on Wednesday, June 23, 2021, the Speaker shall so inform the House and recorded divisions shall take place in the usual way for members participating in person or by electronic means for all other members, provided that:
(i) electronic votes shall be cast from within Canada through the House of Commons electronic voting application using the member's House-managed mobile device and the member's personal House of Commons account, and that each vote requires visual identity validation,
(ii) the period allowed for voting electronically on a motion shall be 10 minutes, to begin after the Chair has read the motion to the House and members voting electronically may change their vote until the electronic voting period has closed,
(iii) in the event a member casts their vote both in person and electronically, a vote cast in person task precedence,
(iv) any technical issues encountered by:
(A) members of recognized parties shall be brought to the attention of their respective whip, and that whip may then rise before the results are announced to indicate to the Speaker the voting intention of the identified members of their party,
(B) members not part of a recognized party shall be brought to the attention of the Speaker and the member shall immediately confirm to the Speaker how they cast their vote, before the results are announced,
(v) the whip of each recognized party have access to a tool to confirm the visual identity of each member voting by electronic means, and that the votes of members voting by electronic means be made available to the public during the period allowed for the vote,
(vi) the process for votes in committees of the whole take place in a manner similar to the process for votes during sittings of the House with the exception of the requirement to call in the members,
(vii) any question to be resolved by a secret ballot be excluded from this order; and
(q) during meetings of standing, standing joint, special and legislative committees and the Liaison Committee, as well as their subcommittees, where applicable, members may participate either in person or by videoconference and witnesses shall participate remotely, provided that the priority use of House resources for meetings shall be established by an agreement of the whips and, for virtual or hybrid meetings, the following provisions shall apply:
(i) members who participate remotely shall be counted for the purpose of quorum,
(ii) except for those decided unanimously or "on division", all questions shall be decided by a recorded vote,
(iii) when more than one motion is proposed for the election of a chair or a vice-chair of a committee, any motion received after the initial one shall be taken as a notice of motion and such motions shall be put to the committee seriatim until one is adopted,
(iv) public proceedings shall be made available to the public via the House of Commons website,
(v) in camera proceedings may be conducted in a manner that takes into account the potential risks to confidentiality inherent in meetings with remote participants,
(vi) notices of membership substitutions pursuant to Standing Order 114(2) and requests pursuant to Standing Order 106(4) may be filled with the clerk of each committee by email, and
r) that, following the adoption of this order, the sitting be suspended to the call of the Chair to permit members to participate by videoconference, and, when the sitting resumes, the House shall proceed to the consideration of Private Members' Business for a maximum of one hour.
Monsieur le Président, j'invoque le Règlement.
Il y a des discussions entre les partis et je crois que vous constaterez qu'il y a consentement unanime à l'égard de la motion suivante:
Que, nonobstant tout article du Règlement, ordre spécial ou usage habituel de la Chambre, jusqu'au mercredi 23 juin 2021:
a) les députés puissent participer aux délibérations de la Chambre en personne ou par vidéoconférence;
b) les députés participant à distance à une séance de la Chambre soient comptés pour fin de quorum;
c) toute référence dans le Règlement relative à l'exigence des députés de se lever ou d'être à leur place, ainsi que toute référence au fauteuil, au bureau ou à l'enceinte de la Chambre soit interprétée de manière cohérente avec la nature virtuelle des délibérations;
d) l'application de l'article 17 du Règlement soit suspendue;
e) l'application de l'article 62 du Règlement soit suspendue pour tous les députés participant à distance;
f) aux articles 26(2), 53(4), 56.1(3) et 56.2(2) du Règlement, la référence au nombre des députés devant se lever soit remplacée par le mot « cinq »;
g) des documents puissent être déposés ou présentés à la Chambre sous forme électronique pourvu que:
(i) les documents déposés conformément à l'article 32(1) du Règlement soient déposés auprès du greffier de la Chambre sous forme électronique;
(ii) durant les affaires courantes, les députés qui participent à distance puissent déposer des documents ou présenter des pétitions ou des rapports à la Chambre sous forme électronique pourvu que les documents soient transmis au greffier avant leur intervention;
(iii) toute pétition présentée conformément à l'article 36(5) du Règlement puisse être déposée auprès du greffier sous forme électronique;
(iv) les réponses aux questions inscrites au Feuilleton déposées conformément à l'article 39 du Règlement puissent être déposées sous forme électronique;
h) si la Chambre se forme en comité plénier, la présidence puisse présider du fauteuil du Président;
i) au moment de la mise aux voix, lorsque la question pourrait donner lieu à un vote par appel nominal, au lieu de procéder à un vote par oui ou non, un représentant d'un parti reconnu puisse se lever pour demander un vote par appel nominal ou que la question ainsi mise aux voix soit adoptée avec dissidence, pourvu qu'une demande de vote par appel nominal ait préséance;
j) lorsqu'un vote par appel nominal est demandé à l'égard d'une motion sujette à débat, y compris tout vote résultant de l'application de l'article 61(2) ou 78 du Règlement, mais à l'exclusion de tout vote relatif à toute motion relative aux débats sur le projet prévue à l'article 84 du Règlement ou aux travaux des subsides se déroulant le dernier jour d'une période des subsides, sauf tel que prévu aux articles 81(17) et (18)b) du Règlement, ou découlant d'un ordre adopté conformément à l'article 57 du Règlement,
(i) avant 14 heures les lundis, mardis, mercredis ou jeudis, il soit différé à la fin de la période des questions orales de la séance, ou
(ii) après 14 heures les lundis, mardis, mercredis ou jeudis, ou à toute heure le vendredi, il soit différé à la fin de la période des questions orales de la prochaine séance qui n'est pas un vendredi, étant entendu que, si un vote par appel nominal sur la question préalable est différé et que la motion est adoptée par la suite, le vote par appel nominal sur la question initiale ne sera pas différé;
sous réserve que toute prolongation en vertu de l'article 45(7.1) du Règlement n'excède pas 90 minutes;
k) lorsqu'un vote par appel nominal, qui aurait normalement été réputé différé un mercredi visé par cet ordre au plus tard à la fin de la période prévue pour les ordres émanant du gouvernement ou juste avant la période prévue pour les affaires émanant des députés, est demandé, il soit réputé avoir été différé à la fin de la période des questions orales de ce même mercredi;
l) pour plus de certitude, cet ordre ne limite nullement l'application de l'article 45(7) du Règlement;
m) lorsqu'un vote par appel nominal doit avoir lieu, la sonnerie d'appel fonctionne pendant au plus 30 minutes, à l'exception des votes par appel nominal différés à la conclusion des questions orales, où la sonnerie d'appel fonctionne pendant au plus 15 minutes;
n) jusqu'à ce qu'une application de vote électronique soit prête à être utilisée, les votes par appel nominal aient lieu de la manière usuelle par les députés qui participent en personne et par appel nominal pour les députés qui participent par vidéoconférence, pourvu que ceux qui participent par vidéoconférence aient leur caméra allumée pour la durée du vote;
o) concernant le développement d’une application de vote électronique, l’Administration de la Chambre soit chargée de commencer le processus d’inscription de tous les députés dès que possible et de tenir deux simulations complètes en invitant tous les députés à participer;
p) après la tenue des deux simulations prévues au paragraphe o) et suivant la réception par la présidence d’un avis des leaders à la Chambre de tous les partis reconnus à l’effet qu’ils sont satisfaits que l’application de vote électronique est prête à être utilisée, à partir du jour de séance suivant et jusqu’au mercredi 23 juin 2021, le Président en informe la Chambre et les votes par appel nominal aient lieu de la manière usuelle pour les députés qui participent en personne ou par voie électronique pour tous les autres députés, pourvu que:
(i) les votes électroniques soient exprimés à partir du Canada par l’entremise de l’application de vote électronique de la Chambre des communes, à l’aide de l’appareil mobile du député géré par la Chambre et à partir de son compte personnel de la Chambre des communes, et que chaque vote exige une validation de l’identité visuelle,
(ii) la période accordée pour voter par voie électronique sur une motion soit de 10 minutes, période qui commence après la lecture de la motion à la Chambre par la présidence, et les députés votant par voie électronique puissent changer leur vote jusqu’à ce que la période de vote électronique prenne fin,
(iii) si un député exprime son vote en personne et par voie électronique, son vote en personne ait préséance,
(iv) en cas de difficultés techniques,
(A) le député d’un parti reconnu signale la difficulté à son whip et le whip puisse alors prendre la parole avant l’annonce des résultats afin d’aviser le Président de l’intention de vote du député en question;
(B) le député n’appartenant pas à un parti reconnu signale la difficulté au Président, puis confirme immédiatement au Président, avant l’annonce des résultats, le vote qu’il souhaite exprimer;
(v) le whip de chaque parti reconnu ait accès à un outil pour confirmer l’identité visuelle de chaque député votant par voie électronique, et que le vote des députés votant par voie électronique soit disponible au public pendant la période accordée pour le vote;
(vi) les votes en comité plénier se tiennent de façon semblable aux votes se tenant lors des séances de la Chambre, sauf pour ce qui est de l’obligation de convoquer les députés;
(vii) toute question devant être résolue par scrutin secret soit exclue de cet ordre;
q) lors des réunions des comités permanents, comités mixtes permanents, spéciaux et législatifs, ainsi que du comité de liaison, et de leurs sous-comités, le cas échéant, les députés puissent participer en personne ou par vidéoconférence et les témoins doivent participer à distance, pourvu que la priorité d’utilisation des ressources de la Chambre soit établie par entente de tous les whips des partis reconnus et que les dispositions suivantes s’appliquent aux réunions virtuelles ou hybrides :
(i) les membres participant à distance soient comptés pour fins de quorum,
(ii) toutes les questions soient décidées par appel nominal, sauf celles agréées du consentement unanime ou avec dissidence,
(iii) lorsque plus d’une motion est proposée pour l’élection du président ou d’un vice-président d’un comité, toute motion reçue après la première soit traitée comme un avis de motion et que ces motions soient soumises au comité l’une après l’autre jusqu’à ce que l’une d’elles soit adoptée,
(iv) les délibérations publiques soient rendues disponibles au public via le site Web de la Chambre des communes,
(v) les délibérations à huis clos puissent être menées d’une manière qui tienne compte des risques potentiels pour la confidentialité inhérente aux réunions avec des participants à distance,
(vi) les avis de substitution de membres, en vertu de l’article 114(2) du Règlement et les demandes conformément à l’article 106(4) du Règlement soient remis au greffier de chaque comité par courriel;
r) à la suite de l’adoption de cet ordre, la séance soit suspendue jusqu’à ce que la présidence en signale la reprise pour permettre aux députés de participer par vidéoconférence et, lorsque la séance reprend, la Chambre procède à l’étude des affaires émanant des députés pendant au plus une heure.
Collapse
View Gérard Deltell Profile
CPC (QC)
View Gérard Deltell Profile
2021-01-25 11:17 [p.3366]
Expand
Mr. Speaker, I would like to clarify something.
I first want to say that I am pleased to be here with my colleagues to work on behalf of all Canadians.
I would like to draw the attention of the House to the fact that paragraph j) of the motion brought forward by the minister that we just agreed to adopt states the following:
j) when a recorded division is requested in respect of a debatable motion, including any division arising as a consequence of the application of Standing Order 61(2) or Standing Order 78, but excluding any division in relation to motions relating to the budget debate, pursuant to Standing Order 84....
When the minister was reading it earlier she said, “relating to the project debate, pursuant to Standing Order 84”.
I would like the minister to confirm whether we are talking about a “budget” or a “project”.
Monsieur le Président, j'aimerais que l'on apporte une précision.
Je tiens d'abord à dire que je suis heureux d'être ici avec mes collègues pour travailler au nom de tous les Canadiens.
J'aimerais porter à l'attention de la Chambre le fait que l'article j) de la motion présentée par la ministre contient ceci dans le texte que nous avons convenu d'adopter:
j) lorsqu'un vote par appel nominal est demandé à l'égard d'une motion sujette à débat, y compris tout vote résultant de l'application de l'article 61(2) ou 78 du Règlement, mais à l'exclusion de tout vote relatif à toute motion relative au débat sur le budget prévue à l'article 84 [...]
Lors de la lecture, tout à l'heure, madame la ministre a dit « relative au débat sur le projet prévue à l'article 84 ».
J'aimerais que la ministre précise s'il est question de « budget » ou de « projet ».
Collapse
View Mona Fortier Profile
Lib. (ON)
View Mona Fortier Profile
2021-01-25 11:18 [p.3366]
Expand
Mr. Speaker, this is on the standing order.
Monsieur le Président, c'est dans le Règlement.
Collapse
View Gérard Deltell Profile
CPC (QC)
View Gérard Deltell Profile
2021-01-25 11:18 [p.3366]
Expand
Mr. Speaker, let me be even more specific.
The minister has the text in front of her. Let us look at paragraph j), which is on line 6. The minister read the word “project”, but the text we agreed to adopt uses the word “budget”. I believe the minister said “project”, but the word should have been “budget”. Could she just clarify that she meant to say “budget”?
Monsieur le Président, allons-y de façon plus précise.
La ministre a le texte sous les yeux. Regardons l'article j), qui se trouve à la ligne 6. La ministre a fait lecture du mot « projet », alors que, dans le texte que nous avons convenu d'adopter, il est question de « budget ». Je crois que la ministre a parlé de « projet », mais je sais qu'il s'agit de « budget ». Peut-elle simplement clarifier qu'il s'agit bel est bien de « budget »?
Collapse
View Mona Fortier Profile
Lib. (ON)
View Mona Fortier Profile
2021-01-25 11:19 [p.3366]
Expand
Mr. Speaker, “budget” is the right word.
Monsieur le Président, il s'agit bien du mot « budget ».
Collapse
View Anthony Rota Profile
Lib. (ON)
View Anthony Rota Profile
2021-01-25 11:19 [p.3366]
Expand
Does the hon. minister have the unanimous consent of the House to move the motion?
Some hon. members: Agreed.
The Speaker: The House has heard the terms of the motion. Is it the pleasure of the House to adopt the motion?
Some hon. members: Agreed.
L'honorable ministre a-t-elle le consentement unanime de la Chambre afin de proposer la motion?
Des voix: D'accord.
Le Président: La Chambre a entendu l'énoncé de la motion. Plaît-il à la Chambre d'adopter cette motion?
Des voix: D'accord.
Collapse
View Anthony Rota Profile
Lib. (ON)
View Anthony Rota Profile
2021-01-25 11:19 [p.3366]
Expand
We will suspend for five to ten minutes to let members join the sitting virtually.
Nous allons suspendre la séance pour environ cinq à dix minutes afin de laisser entrer les députés qui se joignent à nous de façon virtuelle.
Collapse
View Alexandra Mendès Profile
Lib. (QC)
View Alexandra Mendès Profile
2021-01-25 11:28 [p.3366]
Expand
I have the honour to inform the House that a message has been received from the Senate informing this House that the Senate has passed the following bill, to which the concurrence of the House is desired: Bill S‑2, An Act to amend the Chemical Weapons Convention Implementation Act.
J'ai l'honneur d'annoncer à la Chambre que le Sénat lui a transmis un message pour l'informer qu'il a adopté le projet de loi suivant, qu'il soumet à l'assentiment de la Chambre: le projet de loi S‑2, Loi modifiant la Loi de mise en œuvre de la Convention sur les armes chimiques.
Collapse
View Kristina Michaud Profile
BQ (QC)
Madam Speaker, I am pleased to rise in the House today as Parliament resumes its work. I hope that you had a good holiday. It is nice to see you again, Madam Speaker.
I am very pleased to speak to gun control, an issue that has broad consensus in Quebec. I thank my colleague from Markham—Unionville for his work and for introducing this bill that seeks to amend the Criminal Code to imposes harsher sentences on those who unlawfully import firearms.
I will begin by sharing the Bloc Québécois' criticisms of Bill C‑238. I will also take this opportunity to point out that the Liberal government made commitments to prohibit all military-style assault rifles, ban semi-automatic assault rifles and give municipalities the authority to ban handguns. Those commitments have been slow to materialize.
It goes without saying that the Bloc Québécois supports stricter gun control, especially for handguns. The vast majority of Quebeckers agree. This bill needs to be studied in committee, but we do have some concerns, which I will come back to.
We all want to combat violence, and more specifically gun violence. Given the dire consequences, there is no excuse for the Canadian government's complacent attitude towards gun control.
I want to talk about a few deeply disturbing stories.
“A troubled, hate-filled young man was able to kill six people, seriously wound five and traumatize 25 others for life, including four children, in less than two minutes, because he had easy access to firearms. This is what someone armed with a Glock pistol and five 10-round magazines can do.” That is a quote from the co-founder of the Quebec City mosque, about the massacre that happened there on January 29, 2017. Everyone remembers that tragic day in Quebec's capital city.
What we find so very upsetting is that the weapon used was acquired legally. The legal availability of handguns has not changed even though a September 2019 Angus Reid poll showed that 72% of Quebeckers want more restrictions on access to handguns.
There has been no progress despite the fact that seven out of 10 Canadians support a handgun ban. The federal government could have been expected to take this statistic more seriously. Moreover, there has been no progress despite Statistics Canada data showing that the number of gun homicides grew steadily from 2016 to 2019, an increase that closely tracked the dismantling of measures—
Madame la Présidente, je suis ravie de prendre la parole à la Chambre aujourd'hui, en ce jour de reprise des travaux parlementaires. J'espère que vous avez passé un bon temps des Fêtes. Je suis contente de vous revoir, madame la Présidente.
Je suis très heureuse de parler d'un enjeu qui fait largement consensus au Québec, c'est-à-dire le contrôle de la possession d'armes à feu. Je remercie mon collègue de Markham—Unionville de son travail et du dépôt du projet de loi en question, qui vise à modifier le Code criminel pour infliger des peines plus sévères à ceux qui importent illégalement des armes à feu.
Je vais d'abord exposer les critiques formulées par le Bloc québécois à propos du projet de loi C‑238. J'en profiterai aussi pour rappeler les engagements pris par le gouvernement libéral d'interdire toutes les armes d'assaut de type militaire, de bannir les fusils d'assaut semi‑automatiques et de donner aux municipalités le pouvoir de bannir les armes de poing. Ce sont des engagements qui tardent à se concrétiser.
Évidemment, il va de soi que le Bloc québécois est en faveur d'un meilleur contrôle des armes à feu, particulièrement des armes de poing. C'est d'ailleurs ce que veut la très grande majorité des Québécois. Ce projet de loi doit être envoyé en comité pour y être étudié, mais nous émettons quand même quelques réserves. J'y reviendrai plus en détail.
L'ennemi commun est certainement la violence, plus précisément la violence par armes à feu. Les conséquences du laxisme injustifiable relativement au contrôle par la gouvernance canadienne sont déplorables.
Je vais me permettre de rappeler quelques pans de l'histoire qui nous ont profondément choqués.
« C'est grâce à l'accès facile aux armes à feu qu'un jeune homme troublé et rempli de haine a pu faire 6 morts, 5 blessés graves et 25 personnes traumatisées à vie, dont 4 enfants, en moins de deux minutes. Voilà à quoi peut servir un pistolet Glock avec cinq chargeurs de 10 balles. » Ces paroles sont celles du cofondateur de la mosquée de Québec, qui a été le théâtre d'un massacre le 29 janvier 2017. Tout le monde se souvient de ce tragique événement survenu dans la capitale nationale du Québec.
Ce que nous déplorons, c'est que l'arme utilisée avait été acquise de façon tout à fait légale. En fait, rien n'a changé quant à la disponibilité légale des armes de poing, bien qu'un sondage de la firme Angus Reid réalisé au printemps 2019 indique que 72 % des Québécois veulent plus de limites concernant l'accès aux armes de poing.
Il n'y a pas eu de progrès, malgré le fait que 7 Canadiens sur 10 appuient l'interdiction des armes de poing. D'ailleurs, on aurait pu croire que cette statistique allait avoir davantage de poids au sein du gouvernement fédéral. De plus, il n'y a pas eu de progrès malgré les données de Statistique Canada qui démontrent que le nombre d'homicides par armes à feu a augmenté de façon consécutive entre 2016 et 2019 et que cette recrudescence d'homicides suit de près le démantèlement de mesures...
Collapse
View Alexandra Mendès Profile
Lib. (QC)
View Alexandra Mendès Profile
2021-01-25 11:32 [p.3367]
Expand
I have to interrupt the hon. member for Avignon—La Mitis—Matane—Matapédia because the hon. member for Kingston and the Islands is rising on a point of order.
Je dois interrompre la députée d'Avignon—La Mitis—Matane—Matapédia, car l'honorable député de Kingston et les Îles invoque le Règlement.
Collapse
View Mark Gerretsen Profile
Lib. (ON)
View Mark Gerretsen Profile
2021-01-25 11:32 [p.3367]
Expand
Madam Speaker, on a point of order, the interpreter has indicated twice that the sound quality is not good enough for her to interpret. Maybe we could look into getting that fixed.
Madame la Présidente, j'invoque le Règlement. L'interprète a indiqué à deux reprises que la qualité du son est insuffisante pour qu'elle puisse faire son travail. Nous pourrions peut-être tenter de régler le problème.
Collapse
View Alexandra Mendès Profile
Lib. (QC)
View Alexandra Mendès Profile
2021-01-25 11:32 [p.3367]
Expand
We have to check the sound quality because the interpreter is having a hard time hearing the member. I see that the hon. member has her headphones and microphone on. Is everything plugged in?
The hon. member for Kingston and the Islands.
Il faudrait que l'on vérifie la qualité du son, puisque l'interprète a des difficultés à comprendre ce que dit la députée. Pourtant, je vois que l'honorable députée a son casque d'écoute et son microphone. Est-ce que tout est bien branché?
L'honorable député de Kingston et les Îles a la parole.
Collapse
View Mark Gerretsen Profile
Lib. (ON)
View Mark Gerretsen Profile
2021-01-25 11:32 [p.3367]
Expand
Madam Speaker, on a point of order, the interpreter also indicated that there are other people who are not muted, which is making it difficult for the interpreters to hear.
Madame la Présidente, j'invoque le Règlement. L'interprète a également indiqué que certaines personnes n'ont pas désactivé leur microphone, alors les interprètes ont du mal à entendre la personne qui parle.
Collapse
View Alexandra Mendès Profile
Lib. (QC)
View Alexandra Mendès Profile
2021-01-25 11:32 [p.3367]
Expand
I would like to remind all members participating virtually that they have to mute their microphone so that the interpreters can hear only the person speaking.
The hon. member for Avignon—La Mitis—Matane—Matapédia.
J'aimerais rappeler à tous les députés qui participent à la séance de façon virtuelle qu'ils doivent mettre leur micro en sourdine, afin que seule la personne qui a le droit de parole soit entendue par les interprètes.
La députée d'Avignon—La Mitis—Matane—Matapédia a la parole.
Collapse
View Kristina Michaud Profile
BQ (QC)
There has been no progress despite data from Statistics Canada showing that the number of gun homicides increased every year between 2016 and 2019 and that this surge in homicides tracks closely with the Harper government's major dismantling of control measures starting in 2012.
In a letter sent to the Minister of Public Safety in November 2019, relatives of victims of the shootings at the Polytechnique, Dawson College, and the Quebec City mosque, as well as the father of a police officer killed in the line of duty, unanimously called on the Liberal government to implement an immediate moratorium on the sale of assault weapons and a permanent ban on the importation and manufacture of handguns.
As members know, in August 2018, Montreal city council passed a motion calling on the federal government to ban assault weapons and handguns. The mayor of Montreal, Valérie Plante, stated at the time that approximately 30% of violent crimes committed between 2013 and 2016 involved a weapon and that two-thirds of these were handguns. Despite all these good reasons to take action to more broadly limit access to weapons, gun violence continues to be widespread on our streets. Bill C‑238 specifically seeks to amend the Criminal Code to impose tougher penalties on those who illegally import firearms, with minimum sentences of three years for a first offence and five years or more for repeat offences.
Increasing the length of minimum sentences is a good thing, but we are concerned that this will unfortunately not have a marked impact on the importation of illegal weapons. More importantly, we are concerned that it will not have a significant impact on reducing violence in our communities.
The Conservatives' desire to address the issue of access to firearms is legitimate, but is it genuine? Unfortunately, history has shown us otherwise. My concern is that a bill like this one could be used as a justification for refusing to support broader restrictions on military-style assault weapons and handguns.
Although organized crime groups often use imported or stolen weapons, and I strongly believe we need to address this issue, a large number of violent crimes are committed with weapons that were legally imported or obtained, as was the case with the attacks at the Quebec City mosque, Dawson College, the former Métropolis and École Polytechnique in Montreal. At the end of the day, if we want to stop such massacres from happening, we need to ban handguns and military-style assault rifles, which exist only to kill human beings and have no place in our society.
How are they still allowed in this country? How have successive federal governments ignored calls from Quebeckers and Canadians to ban these weapons, which are designed to slaughter human beings and carry out unspeakable acts of violence? The government has made promises in the past.
In September 2019, the Prime Minister said that assault weapons, like the semi-automatic AR-15 rifles used in many massacres in recent years, would be banned if Canadians re-elected the Liberal Party. He also said that a Liberal government would work with the provinces to empower municipalities to ban handguns.
This is meant to be a cautious approach, but the government has yet to follow through. We have to wonder how cautious an approach can be if people continue to have access to such deadly weapons after Quebec and the rest of Canada have experienced—
Il n'y a pas eu de progrès non plus malgré les données de Statistique Canada qui démontrent que le nombre d'homicides par arme à feu a augmenté de façon consécutive entre 2016 et 2019, et que cette recrudescence d'homicides suit de près le démantèlement majeur de mesures de contrôle entrepris à partir de 2012 par le gouvernement Harper.
D'une même voix, des proches des victimes des tueries de Polytechnique, du Collège Dawson et de la grande mosquée de Québec, de même que le père d'un policier tué dans l'exercice de ses fonctions, ont réclamé dans une lettre adressée au ministre de la Sécurité publique en novembre 2019 que le gouvernement libéral décrète un moratoire immédiat sur la vente des armes d'assaut, de même qu'une interdiction permanente de l'importation et de la fabrication des armes de poing.
Vous n'êtes pas sans savoir qu'en août 2018, le conseil municipal de Montréal a adopté une motion réclamant au gouvernement fédéral l'interdiction des armes d'assaut et de poing. La mairesse de Montréal, Valérie Plante, faisait alors valoir qu'environ 30 % des crimes violents commis de 2013 à 2016 impliquaient une arme et que, de ce nombre, les deux tiers étaient des armes de poing. Malgré toutes ces bonnes raisons d'agir pour limiter de façon plus large l'accès aux armes, la violence par arme à feu continue d'être largement présente dans nos rues. Le projet de loi C‑238 vise précisément à modifier le Code criminel pour infliger des peines plus sévères à ceux qui importent illégalement des armes à feu, comportant des peines minimales de trois ans pour une première offense et de cinq ans et plus en cas de récidive.
Il est bien d'augmenter la durée des peines minimales. Cependant, nous craignons que cela n'ait malheureusement pas d'effet marqué sur l'importation d'armes illégales. De façon plus importante encore, nous craignons que cela n'ait pas d'incidence notable sur la diminution de la violence dans nos collectivités.
La volonté des conservateurs de vouloir s'attaquer au problème de l'accès aux armes à feu est légitime, mais est-elle réelle? Le passé nous a malheureusement démontré le contraire. Mes craintes sont qu'un projet de loi comme celui-ci serve de justification d'un éventuel refus d'appuyer des restrictions plus larges contre les armes d'assaut de type militaire et les armes de poing.
Si le crime organisé utilise souvent des armes importées ou volées —  comprenez-moi bien: il faut à tout prix endiguer ce fléau —, il demeure que beaucoup de crimes violents sont commis avec des armes importées et procurées de façon tout à fait légale, comme ce fût le cas durant les attentats à la grande mosquée de Québec, au Collège Dawson, à l'ancien Métropolis ou à l'École Polytechnique de Montréal. Au bout du compte, pour éviter de tels massacres, il faut bannir les armes de poing et les armes d'assaut de type militaire, qui n'ont aucune raison d'être et qui ne servent qu'à tuer des êtres humains.
Comment se fait-il que nous les tolérions encore chez nous? Comment se fait-il que les gouvernements successifs à Ottawa soient si sourds à la volonté de la population de bannir ces armes, qui sont vouées à anéantir des vies humaines et vouées à une violence inouïe? Pourtant, le gouvernement a pris des engagements en ce sens.
En effet, en septembre 2019, le premier ministre a affirmé que les armes d'assaut, dont les fusils semi-automatiques AR‑15 utilisés dans plusieurs tueries de masse ces dernières années, seraient bannies si les Canadiens et les Canadiennes confiaient un second mandat au Parti libéral. Il a également déclaré qu'un gouvernement libéral travaillerait avec les provinces pour permettre aux municipalités qui le souhaitent de bannir les armes de poing sur leur territoire.
Cette approche se veut mesurée, mais elle tarde toujours à être mise en place. Il faut plutôt se demander en quoi il est mesuré de continuer à donner accès à des armes aussi meurtrières alors que le Québec et le reste du Canada ont connu...
Collapse
Results: 1 - 15 of 15730 | Page: 1 of 1049

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
>
>|
Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data