Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 15 of 3115
View Karen Vecchio Profile
CPC (ON)
Mr. Speaker, this is my first opportunity to stand in this House of Commons in the 44th Parliament to deliver my speech. To begin, I would really like to thank all of the constituents of Elgin—Middlesex—London who re-elected me to come and be their voice here in Ottawa.
I am going to switch right into the debate today because it is a very important debate that we are having. Bill C-3 has been introduced. It has a lot of merit when it comes to some of the important efforts that we are trying to make. I will start by reading a quote that I read on Facebook. This quote is from September 13 and was posted by the London Health Sciences Centre.
“We are the people who deliver your babies. We are the people who heal your injuries. We are the people who help you live with chronic diseases. We have worked tirelessly through the pandemic to keep you safe.
The vast majority of Londoners have shown appreciation for our work and respect for our people. But a small minority has taken its protests to our hospitals, putting our patients, staff and physicians at risk.
While everyone has the right to free speech, our patients, staff and physicians have an equal right to seek and provide health care without harassment. We have important work to do to care for our patients. We have therefore enhanced security and are working with London Police Service to keep patients, visitors and staff and physicians safe during today's planned protests. We are closely monitoring this situation to ensure the continuity of patient care.”
I bring this forward because occurred in my region back on September 13, just days before the federal election. As COVID continued to grow, we continued to see these types of things. In Ontario, there were protests at 10 different hospitals that day.
The post was brought to my attention by Jason DeSilva, a friend of my husband. He was diagnosed with cancer, and thought, “What am I going to do?” When we see places like this and we are in pain and suffering and in critical illness, it is important to know that there is access to those types of buildings.
It was brought to my attention, and all I could think of were the people being impacted. I continued to read through all of the different comments. There were something like 968 comments, and I cannot even imagine the number of retweets. People were talking about this. Following that, there was a comment made by one of the patients, who said:
“Never ever protest at a hospital.
I've lived out the worst days of my entire life inside of a hospital when I needed healthcare workers the most.
I've had my insides cut apart, ovarian cancer painstakingly scraped out of my abdomen, multiple organs cut apart and stitched back together, a crushed femoral nerve as I took each step in agony to make it into the car for my long ride home after cancer surgery, all while wearing a diaper as my insides continued to bleed and leak.
Never ever protest at a hospital no matter how you feel about things right now. People going through the hardest days of their lives, and the staff that care for them, shouldn't have to deal with you. (There are other places to go if you feel you need to do that.)”
With this, it had “#beatcancer” and “#beagoodhuman”.
Another message that came from the post was this:
“Thankfully, my husband's appointment at the London cancer clinic was the next day.... Please know that the majority of people were appalled that such a protest would be carried out at any hospital...and we all know that the very people that showed up at this protest would be welcomed and treated with compassionate care in their time of any medical need at the very place where they protested...that's what makes it even more sad.... I hope they realize that this was a mistake and will never do this again....hank you to all our London hospitals for being there for us all.”
This has been a very trying time. When we talk about things like protests at hospitals, we all can agree that when someone is going to the hospital, in many cases it is their family and the individual who are driving. There is a great concern as they are driving there. Who knows what type of treatment they are going for? Maybe they are going to speak to a doctor to get a treatment plan, looking forward. Maybe it is cancer. Maybe they are having a new baby. Who knows what it may be? We recognize that this time is extremely stressful. Not being able to get into that type of facility is extremely concerning for so many people.
We can thank our health care providers. Throughout this pandemic and the last 20 months, we have seen the finest of the finest really step up. I think of the health care workers at the St. Thomas Elgin General Hospital; I think of the people at the London Health Sciences Centre and all across this great country, all of those people who stepped forward.
They heard there was a virus and a potential of being killed, and we saw health care workers put extra gear on and take extra caution. They served at the time when people needed them the most, when there was so much unknown and so much angst. Those people stepped up for us.
This is why I am so passionate in ensuring that those health care workers, who during the last 22 months have been there on the front line helping us, are not put in this situation. It is not fair to the health care workers, it is not fair to the staff who work there and it definitely is not fair to the patients and their families.
I also want to say it is not just those people who have helped us out. Across this country we have seen volunteers and organizations that have really stepped up. Because it is my first time being able to really talk about this, I want to thank my staff: Cathy, Jena, Scott, Jillian, Charli and Raghed. We really believe in service over self, and that is exactly what we see here. We see, in our Parliament, in our health care fields and in anybody who has stepped up during this pandemic, this service over self.
Returning to the debate on Bill C-3, I want to talk about a rational discussion, where we can recognize that we can have peaceful protests, but never lose critical services. The protests in London took place on September 13. I was going through the newspapers looking at those days and I was reminded of something. This is a quote from a London Free Press article on September 13, written by James Chaarani, “When asked why they chose to protest at a hospital,...the executive director of the London chapter of Vaccine Choice Canada, said it was a busy intersection and the group wanted to show support for health care workers. 'It's an opportunity for people of London to drive by this intersection and see that not everybody agrees with what the government is doing, and often our voice is not heard'”.
I am not here to try to debate whether they are right or wrong; that is not my choice for today. I recognize we have to look at the big picture. We have to look at what happens when this is critical infrastructure and what happens when this is going to have an impact on our people.
I would like to inform the House that I will be splitting with the member for Barrie—Springwater—Oro-Medonte.
These are ultimately critical times for families. I think about myself, because following this protest my mom fell ill. She fell ill two days before the election. It is very personal, because when I talk about the health of my mother, that is what always comes first to me. I apologize to my mom because I know she is watching today. When I went to see her that day, I thought she was dead. I walked in there and kept rubbing her to get her awake. When I finally got her awake, I called my sister who said to take her temperature. I called the MPP Jeff Yurek, who said to take her temperature. However, what I needed to do, ultimately, was get her to the hospital.
I wonder what it would have been like. I know what I am like. Anyone in this chamber, as well as anyone at home, knows the passion I have for my loved ones. I think about what would have happened to me personally and what would have happened to others, and I cannot even imagine being in that type of situation.
These are feelings that are very strong. I know that throughout Canada, protests continue to happen. It is important to have the right to protest, but there is a time and place, and when it comes to projects and people's health and safety, that is not the time to put people at risk.
I am going to quickly switch gears and talk about the other part of this, about extending health benefits for sick days to federally regulated employees. Here in Canada we have approximately 910,000 federally regulated employees, and the majority of them are here in our government. We know that there are 18,000 employers whose labour rights and responsibilities are defined by the Canada Labour Code, and these types of organizations include our Crown corporations, Canada Post operations, port service, marine shipping, ferries, tunnels, canals, bridges and pipelines.
I think it is very important, as we saw through this pandemic, that when we are sick we have the ability to take time off. It is very important that when we are looking at this we understand that, if somebody is sick, they do not go to work. We do need to have some sort of backup plan. I know in many of the federal government policies that there is time and space for that, but for others, not so much. I think it is a great opportunity to have this discussion.
Monsieur le Président, c'est la première fois que je prends la parole à la Chambre des communes en cette 44e législature pour prononcer un discours. Je tiens d'abord à remercier sincèrement tous les habitants d'Elgin—Middlesex—London qui m'ont réélue pour les représenter à Ottawa.
Je vais passer tout de suite au débat d'aujourd'hui parce qu'il est très important. Le projet de loi C‑3 vient d'être présenté. Il a beaucoup de mérites en ce qui concerne les efforts importants que nous tentons d'accomplir. Je vais commencer par lire une citation que j'ai lue sur Facebook. La citation date du 13 septembre et a été publiée par le London Health Sciences Centre.
« C'est nous qui mettons vos bébés au monde. C'est nous qui soignons vos blessures. C'est nous qui vous aidons à vivre avec des maladies chroniques. Nous avons travaillé sans relâche pendant la pandémie pour assurer votre sécurité.
« La grande majorité des habitants de London se sont montrés reconnaissants de notre travail et respectueux de notre personnel. Cependant, une petite minorité s'est mise à manifester dans nos hôpitaux, ce qui met en danger nos patients, notre personnel et nos médecins.
« Si chacun a le droit d'exercer sa liberté d'expression, nos patients, notre personnel et nos médecins ont le même droit d'obtenir et de fournir des soins de santé sans être harcelés. Nous avons un travail important à faire pour prendre soin de nos patients. Nous avons donc renforcé la sécurité et nous travaillons avec le service de police de London pour assurer la sécurité des patients, des visiteurs, du personnel et des médecins pendant les manifestations prévues aujourd'hui. Nous suivons de près la situation afin d'assurer la continuité des soins aux patients. »
Je fais part à la Chambre de cet incident parce qu'il est survenu dans ma région le 13 septembre, soit quelques jours avant les élections fédérales. À mesure que la pandémie de COVID se propage, ce genre d'incidents se répand. En Ontario, des manifestations se sont déroulées devant 10 hôpitaux différents ce jour-là.
C'est Jason DeSilva, un ami de mon mari, qui a porté cette publication à mon attention. On lui avait diagnostiqué un cancer, et il se demandait ce qu'il allait faire. Lorsqu'on souffre et qu'on a une maladie grave, il est important de savoir qu'on peut facilement avoir accès aux établissements de soins de santé.
Lorsqu'on m'a fait part de cette situation, je n'avais que le sort des personnes touchées en tête. J'ai continué à lire les différents commentaires. Il y en avait 968 ou quelque chose du genre, et je ne parle même pas du nombre de partages. C'était sur toutes les lèvres. Par la suite, une patiente a publié le commentaire suivant:
« Ne jamais, au grand jamais, protester devant un hôpital.
« J'ai passé les pires journées de toute ma vie dans un hôpital à un moment où j'avais le plus besoin des travailleurs de la santé.
« On m'a ouvert les entrailles pour en gratter laborieusement la moindre parcelle de cancer des ovaires. On m'a ouvert puis recousu de nombreux organes. Le nerf fémoral en bouillie, j'ai marché pas à pas avec agonie jusqu'à la voiture pour un long chemin de retour vers la maison, tout ce temps en portant une couche, car mes entrailles continuaient de saigner.
« Ne jamais, au grand jamais, protester devant un hôpital, peu importe quels sont vos sentiments au sujet de ce qui se passe en ce moment. Les gens qui y traversent les pires moments de leur vie et le personnel qui y prend soin d'eux ne devraient pas avoir à s'occuper de vous. (Il y a d'autres endroits pour faire cela si l'envie vous prend.) »
Il y avait ensuite les mots-clics « #beatcancer » et « #beagoodhuman ».
Voici un autre message provenant de la même publication:
« Heureusement, le rendez-vous de mon mari au centre de cancérologie de London était prévu le lendemain [...] Sachez que la majorité des gens étaient consternés qu'une telle manifestation ait lieu à n'importe quel hôpital [...] et nous sommes tous conscients que les personnes qui ont participé à la manifestation seraient accueillies et traitées avec compassion si elles devaient avoir besoin de soins médicaux à l'endroit où elles manifestaient [...] c'est ce qui rend les circonstances encore plus affligeantes [...] j'espère qu'elles réaliseront qu'elles ont fait une erreur et qu'elles ne referont jamais une telle chose [...] merci à tous les hôpitaux de London d'être là pour nous tous. »
Ce fut une période très pénible. Lorsqu'il y a une manifestation à un hôpital, nous sommes tous d'accord que les patients arrivent souvent en voiture en compagnie de leur famille. Durant le trajet, ils ressentent beaucoup d'inquiétude. Qui sait quel genre de traitement ils s'apprêtent à recevoir? Peut-être qu'ils vont s'entretenir avec un médecin au sujet de leur plan de traitement. Peut-être qu'ils souffrent du cancer. Peut-être qu'ils attendent un bébé. Qui sait ce qu'ils traversent? Nous reconnaissons que c'est extrêmement stressant. Ne pas être en mesure de se rendre dans ce genre d'établissement est extrêmement préoccupant pour beaucoup de gens.
Nous pouvons remercier les travailleurs de la santé. Durant la pandémie, au cours des 20 derniers mois, nous avons vu les meilleurs intensifier leurs efforts. Je pense aux travailleurs de la santé de l'Hôpital général St. Thomas Elgin, du Centre des sciences de la santé de London et de partout au pays.
Les travailleurs de la santé ont entendu qu'un virus circulait et qu'ils risquaient d'en mourir, mais ils se sont parés d'équipement de protection et ont pris des mesures de précaution additionnelles. Ils ont accompli leur devoir quand la population avait le plus besoin d'eux et quand planaient une grande incertitude et beaucoup d'angoisse. Les travailleurs de la santé ont redoublé d'efforts pour veiller à notre bien-être.
C'est pourquoi je suis si déterminée à faire tout mon possible pour que ces travailleurs qui se sacrifient sur la ligne de front pour combattre le virus depuis 22 mois ne se retrouvent pas dans cette situation. C'est injuste pour les travailleurs de la santé, c'est injuste pour le personnel de soutien et, surtout, c'est injuste pour les patients et leur famille.
J'aimerais ajouter que ce ne sont pas les seules personnes qui nous ont aidés. D'un bout à l'autre du pays, d'innombrables bénévoles et organismes ont multiplié leurs efforts. Comme c'est la première fois que j'en ai la possibilité, j'aimerais remercier les membres de mon équipe: Cathy, Jena, Scott, Jillian, Charli et Raghed. Nous croyons sincèrement au don de soi, et c'est exactement ce que l'on voit partout autour de nous. Que ce soit sur la Colline du Parlement, dans nos secteurs de la santé ou dans tous les autres domaines de la société où les Canadiens ont prêté main-forte depuis le début de la pandémie, nous sommes témoins du don de soi.
Pour reprendre le débat sur le projet de loi C‑3, j'aimerais l'aborder dans le contexte d'une discussion rationnelle où nous reconnaissons qu'il peut y avoir des manifestations paisibles qui ne perturbent jamais les services essentiels. Les manifestations de London ont eu lieu le 13 septembre. Je feuilletais les journaux publiés à cette période et je me suis rappelé une chose. Voici un extrait d'un article de James Chaarani publié le 13 septembre dans le London Free Press: « Lorsqu'on a demandé pourquoi il a été décidé d'organiser la manifestation devant un hôpital, [...] le directeur général de la division de London de Vaccine Choice Canada a dit que c'était parce que l'intersection était très achalandée et que le groupe voulait manifester son appui à l'égard des travailleurs de la santé. "C'est une occasion pour les habitants de London de passer à cette intersection et de voir que ce n'est pas tout le monde qui approuve ce que fait le gouvernement, car, souvent, notre voix n'est pas entendue." »
Je ne suis pas là pour tenter de déterminer si ces gens ont raison ou s'ils ont tort; ce n'est pas ce que j'ai choisi de faire aujourd'hui. Je reconnais qu'il faut avoir une vue d'ensemble. Il faut examiner ce qui arrive lorsqu'il s'agit d'infrastructures essentielles et que ces activités ont des conséquences pour les Canadiens.
J'aimerais informer la Chambre que je partagerai mon temps de parole avec le député de Barrie—Springwater—Oro-Medonte.
Les temps sont extrêmement difficiles pour les familles. Je suis bien placée pour le savoir, parce qu'après cette manifestation, ma propre mère est tombée malade. C'était deux jours avant le scrutin. Il s'agit donc d'un sujet très personnel, car il me rappelle aussitôt l'état de santé de ma mère. Je m'excuse d'ailleurs auprès d'elle, car je sais qu'elle est à l'écoute aujourd'hui. Quand je suis allée la voir ce jour-là, j'ai cru qu'elle était morte. Je me suis approchée et je me suis mise à la frictionner pour qu'elle reprenne connaissance. Quand j'ai finalement réussi à la réveiller, j'ai appelé ma sœur, qui m'a conseillé de prendre sa température — celle de ma mère, évidemment. J'ai aussi appelé le député provincial Jeff Yurek, et il m'a dit de faire la même chose. Or, c'est à l'hôpital qu'il aurait fallu que je l'emmène.
Je me demande ce qui serait arrivé. Je me connais. Tous mes collègues — et mes proches pourront le confirmer — savent que je suis prête à tout pour ceux que j'aime. Je me demande ce qui me serait arrivé à moi, mais aussi ce qui aurait pu arriver aux autres, et j'ai du mal à m'en faire une image mentale.
Il s'agit d'émotions très puissantes. Je sais que les manifestations se poursuivent un peu partout au Canada. Le droit de manifester est très important, mais il y a un moment et un endroit pour le faire, et qu'il s'agisse de projets ou de santé et sécurité, il ne faut jamais mettre autrui à risque.
J'aimerais maintenant changer de registre et parler des autres parties du projet de loi, notamment celle qui prévoit d'accorder des congés de maladie aux employés de ressort fédéral. Il y en a environ 910 000 dans l'ensemble du Canada, et la majorité d'entre eux font partie de la fonction publique. Il y a environ 18 000 employeurs dont les droits et les responsabilités sont définis par le Code canadien du travail. Pensons par exemple aux sociétés d'État, à la Société canadienne des postes, aux autorités portuaires, aux armateurs ainsi qu'aux exploitants et aux administrateurs de traversiers, de tunnels, de canaux, de ponts et de pipelines.
Lorsqu'une personne est malade, je crois qu'il est très important qu'elle puisse prendre congé, comme nous l'avons constaté pendant la pandémie. Il faut s'attendre à ce que les gens ne retournent pas au travail lorsqu'ils sont malades et prévoir une solution de rechange. Je sais qu'il y a des dispositions à cet égard au gouvernement fédéral, mais ce n'est pas nécessairement le cas ailleurs. Je crois que c'est une excellente occasion de tenir ce genre de discussion.
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
Mr. Speaker, we owe a great deal of gratitude to our health care professionals. In fact, thousands of people from Saskatchewan and Manitoba came to Winnipeg yesterday to witness the Western Semi-Final where the Bombers were very successful and prevailed in beating the Saskatchewan Roughriders. It so encouraging to see my friend and colleague from across the way, the member for Regina—Lewvan, wearing a Bomber jersey, and if I could ask him a question I would.
However, to my colleague across the way, would she not recognize that this wonderful game took place yesterday because, in good part, of the health care professionals and the fine work that they did, and the fact that Canada is doing so well on full vaccination?
By the way, let us look forward to the Grey Cup next Sunday.
Monsieur le Président, nous devons une fière chandelle aux professionnels de la santé. Hier, des milliers de Saskatchewanais et de Manitobains sont venus à Winnipeg pour assister à la demi-finale de la division de l'Ouest. Les Bombers l'ont emporté sur les Roughriders de la Saskatchewan. J'ai été ravi de voir mon ami et collègue d'en face, le député de Regina—Lewvan, porter un chandail des Bombers, et je lui poserais une question si je le pouvais.
Cela dit, ma collègue d'en face ne convient-elle pas que le match formidable d'hier a pu avoir lieu en grande partie grâce au travail exceptionnel des professionnels de la santé et au fait que le Canada s'en tire très bien au chapitre de la vaccination complète de sa population?
J'en profite pour dire que nous attendons avec impatience le match de la Coupe Grey, qui aura lieu dimanche prochain.
View Karen Vecchio Profile
CPC (ON)
Mr. Speaker, that is the nicest question I have ever had from this member, but he has to remember that I am from Ontario, so “go Ticats”.
However, it is absolutely the case that, because of our scientists, health care workers and all of those essential services, we are able to be here today and that so many of our children are able to go back to school. I would like to thank each and every health care worker and everyone on the front lines throughout this pandemic.
Monsieur le Président, c'est la plus belle question que le député m'ait jamais posée, mais il doit se rappeler que je viens de l'Ontario. Alors, allez les Ticats!
Je suis tout à fait d'accord que c'est grâce à nos scientifiques, à nos travailleurs de la santé et à tous les travailleurs essentiels que nous pouvons être ici aujourd'hui et que tant de nos enfants peuvent retourner à l'école. Je veux remercier chaque travailleur de la santé et toutes les personnes en première ligne depuis le début de la pandémie.
View Charlie Angus Profile
NDP (ON)
Mr. Speaker, I think what is happening in Canada is deeply troubling.
We pride ourselves on our willingness to be good neighbours, that is who we are as Canadians, and yet we are seeing with the anti-vax protest a really disturbing rise in toxic behaviour. This past weekend in Edmonton, a mob attacked a children's store. What is with that? In my region, a small-town doc who was a hero to so many people shut her practice because of online harassment. We have had young mothers attacked at vaccine clinics in my region. I could never have imagined in a thousand years that a mother and her child would be attacked and shouted down by a mob for trying to keep her child safe.
We have legislation here for our frontline health workers, but I want to ask my hon. colleague about the larger level of toxicity and this kind of anti-science violence that we are seeing that is targeting families and people who are trying to get through a really difficult time.
Monsieur le Président, je pense que ce qui se passe au Canada est profondément troublant.
Nous sommes fiers de notre volonté d'être de bons voisins; cela fait partie de l'identité canadienne. Pourtant, nous observons une hausse vraiment inquiétante des comportements toxiques chez les opposants à la vaccination. Par exemple, la fin de semaine dernière, une foule a attaqué un magasin pour enfants à Edmonton. Quelle était sa motivation? Dans ma région, une médecin, qui exerçait dans une petite ville et était une héroïne pour tant de gens, a abandonné sa pratique parce qu'elle était victime de harcèlement en ligne. Également dans ma région, il y a eu de jeunes mères qui ont été agressées dans des cliniques de vaccination. Je n'aurais jamais pu imaginer qu'on aurait agressé et chahuté une mère et son enfant parce que la mère tentait de protéger son enfant.
Nous débattons d'une mesure législative portant sur nos travailleurs de la santé de première ligne. Cependant, je veux demander à ma collègue ce qu'elle pense de la hausse du degré de toxicité et des actes de violence perpétrés par des gens hostiles à la science contre des familles et des particuliers qui tentent de traverser une période fort difficile.
View Karen Vecchio Profile
CPC (ON)
Mr. Speaker, I believe all members probably went through the same thing throughout this election. In my riding of Elgin—Middlesex—London, unfortunately, one of my constituents is being charged for throwing gravel at the Prime Minister, and I should not say “unfortunately”, because he needs to be charged. This is just not the behaviour that gets things done. This is toxic behaviour, and it needs to be dealt with. Those are things that I do not support. We saw that type of temperament throughout the entire campaign in Elgin—Middlesex—London, and we had to be aware of it.
Safety of Canadians has to be first, and if we could get back to less divisive discussions and more of a willingness to work together, we would have a better country once again.
Monsieur le Président, je crois que tous les députés ont probablement vécu la même chose durant la campagne électorale. Dans ma circonscription, Elgin—Middlesex—London, un des résidants a malheureusement été accusé d'avoir lancé du gravier au premier ministre, et je ne devrais pas dire « malheureusement », parce qu'il mérite d'être accusé. Un tel geste ne mène à rien. C'est un comportement toxique et inacceptable. Je désapprouve de tels gestes. Nous avons été témoins de ce type de choses tout au long de la campagne dans Elgin—Middlesex—London, et il fallait en tenir compte et prendre des mesures en conséquence.
La sécurité des Canadiens doit primer. Si nous pouvions revenir à des discussions moins conflictuelles et démontrer une volonté de travailler ensemble, notre pays ne s'en porterait que mieux.
View Dan Albas Profile
CPC (BC)
Mr. Speaker, some areas in my riding, such as the Kelowna General Hospital and the Penticton Regional Hospital, have been built up to the footprint of the road, and there is not a lot of space. Again, I am very supportive, as is the member, of freedom of expression and the ability to share one's political views regardless of what they are. We are a free and open society, but let us bear in mind that these particular infrastructures are not built for those kinds of protests.
I would like to hear whether the member has other examples of infrastructure where it may not be appropriate for people to utilize those spaces.
Monsieur le Président, certains secteurs de ma circonscription, comme l'hôpital général de Kelowna et l’hôpital régional de Penticton, ont été développés jusqu'au tracé de la route, et il ne reste pas beaucoup d'espace. Comme je l'ai déjà dit, à l'instar de la députée, j'appuie entièrement la liberté d'expression et la possibilité d'exprimer ses opinions politiques, quelles qu'elles soient. Nous appartenons à une société libre et ouverte, mais il faut se rappeler que de telles infrastructures n'ont pas été conçues pour ce genre de manifestation.
J'aimerais que la députée nous donne des exemples d'autres infrastructures qui ne se prêtent pas à un tel usage.
View Karen Vecchio Profile
CPC (ON)
Mr. Speaker, any time we have critical projects that are going to be good for this country, we have to very cautious, and safety is one of those things.
It is interesting when we watch people who start to protest, because it can start off very soft and calm and then the next thing we know we have a person up in a tree throwing stones. This is about common decency. I wish people would recognize that when they want to have their voices heard they should do so, but just be respectful.
Monsieur le Président, tout projet essentiel et avantageux pour le pays requiert une grande prudence, notamment au chapitre de la sécurité.
Souvent, les manifestations commencent de manière pacifique, dans le calme, puis, soudainement, une personne juchée dans un arbre se met à lancer des pierres. C'est une question de savoir-vivre. J'aimerais que les gens comprennent qu'il est correct de manifester pour faire entendre sa voix, mais cela doit se faire dans le respect.
View Doug Shipley Profile
CPC (ON)
Mr. Speaker, it is an honour to rise here today for my first speech in the 44th Parliament as the member for Barrie—Springwater—Oro-Medonte.
As this is my first time rising to speak during this new session of Parliament, I would like to use this opportunity to share my sincere thanks to my wife, Lisa, and my sons, Wyatt and Luke, for their unwavering support. I would also like to thank my campaign team and the many volunteers who selflessly gave countless hours of hard work, my dedicated EDA, and the residents of Barrie—Springwater—Oro-Medonte for once again placing their trust in me to represent them here in Ottawa. I am and will remain committed to working tirelessly on behalf of my community, both locally and in Parliament.
I am pleased to be speaking today to Bill C-3, an act to amend the Criminal Code and the Canada Labour Code.
Barrie—Springwater—Oro-Medonte is home to the Royal Victoria Regional Health Centre, also known locally as RVH. RVH is known as a place for receiving safe, compassionate, advanced care. It is a place of exceptional health care, led by an unwavering commitment to safety and quality. RVH was awarded accreditation with exemplary standing in 2019 by Accreditation Canada. That is the highest level of recognition awarded, and it is achieved by only 20% of Canadian health care organizations.
Among many other local, provincial and national recognitions, RVH has also received a gold quality health care workplace award from the Ontario Hospital Association for its continued focus on fostering a healthy and safe workplace that promotes a positive work-life balance.
The current president and CEO of the Royal Victoria Health Centre, Janice Skot, has led the health centre for 17 years and has recently announced her much-deserved retirement. I personally want to wish her the very best in her future endeavours. Alongside Ms. Skot are a visionary board of directors, an exceptional senior team and leaders, skilled physicians and nurses, compassionate volunteers and a supportive community.
Hospitals across Canada, including RVH, are places of healing. They are places where we face difficult days, seek treatment, and say hello and goodbye to loved ones. They are places of solemn solace and of beautiful beginnings.
My wife, Lisa, and I were thankful to welcome our two sons in the birthing unit of RVH. When my youngest son required immediate neonatal care, it was the wonderful health care workers of RVH who supported and cared for our family. During my son's 17-day stay in the neonatal intensive care unit, it was imperative that we had unencumbered and free access to the hospital throughout the day to provide our son with much-needed nourishment. I am pleased to say that over 16 years later and completely healthy, he will be graduating high school next year.
Hospitals should remain peaceful places for staff, patients, visitors and volunteers alike. I truly believe that harassment of our frontline nurses, doctors and health care workers is completely unacceptable. We all owe a huge debt of thanks to these frontline workers, who have been health care heroes both before and throughout this pandemic. They deserve unending appreciation and respect.
Unfortunately, this is not always the case. Katharine Smart, president of the Canadian Medical Association, said just last month that this past year, there has been an unfortunate escalation of hate directed towards the medical profession and all health care workers.
Linda Silas, president of the Canadian Federation of Nurses Unions, said that before the pandemic, 90 percent of nurses reported being exposed to physical violence at work, and during the pandemic, 60 percent of nurses reported that the level of violence had increased.
Shamefully, as recently as September of this year, staff, patients, visitors and volunteers were faced with a rally against COVID-19 restrictions, which took place outside of the hospital's doors. Regrettably, RVH was among the hospitals that were targeted.
Janice Skot, president and CEO of RVH, said the following in a statement:
People have a right to peacefully express their opinions, but these rallies in front of hospitals are disheartening, frustrating and offensive to health-care workers who have worked tirelessly throughout this gruelling pandemic.
While protesters lined our sidewalk opposing the safety measures intended to keep our communities safe, exhausted staff and physicians inside RVH continue working long hours under extremely difficult conditions, caring for sick patients—including those with COVID-19.
Skot went on to say that a crowd of largely unmasked protesters is also extremely intimidating for the patients coming to RVH to seek care. Dedicated health care workers should not be the target of angry protests. A global pandemic is a time when Canadians should, said Skot, “stand with our health-care workers, not protest outside the building in which they are doing heroic work.”
Since the pandemic began, RVH has cared for over 600 COVID patients. Skot says many of them have been critically ill and some have spent months recovering in hospital. Sadly, 98 have died due to COVID-related complications. She says, “Our employees and physicians have seen first-hand the tragic and heartbreaking impacts of this virus, and RVH supports any effort to keep our patients, our team, and our community safe.”
Dr. Colin Ward, the chief of surgery at RVH, echoed Ms. Skot's concerns regarding Bill C-3. He said, “The last two years have been extremely challenging for the health care community as we have worked tirelessly to provide health care under difficult and sometimes heartbreaking conditions. We appreciate the efforts made by Bill C-3 to help protect both the patients and all of the workers who provide care for them.”
RVH was not the only hospital affected by these protests. Hospitals in Toronto, Ottawa, Sudbury and London were also targeted by protesters.
Our health care centres are essential infrastructure. Access to them must not be blocked for any reason. The staff delivering critical care in these centres must be allowed to access the resources required to deliver necessary life-saving care, without threats, intimidation or harassment. Jaime Gallaher, a Canadian emergency room nurse, shared her experience working as a nurse while protests were taking place outside of hospital doors. She said, “One of our patients actually passed away in emerge, behind a curtain with his family, which was gut-wrenching because that should never, ever happen. They had no privacy to mourn.” Ms. Gallaher also explained that the protesters could be heard in the ER and called the disruption “a slap in the face” to grieving families and patients in need of emergency care.
Likewise, Dr. Rod Lim, a pediatric emergency room physician in London, Ontario, had this to say about protests outside of hospitals:
The protests are demoralizing. There’s a lack of common decency, to protest in front of a hospital, to delay people who are trying to get the care that they deserve. They have nothing to do with the protests, nothing to do with government policy, and they’re being adversely affected. This is absolutely maddening.
As a past member of the Barrie area physician recruitment task force, I am aware how difficult it is to recruit medical staff. With current labour shortages, human resources teams are currently facing a very competitive job market, which is a challenge for recruiting new frontline employees. Vicki McKenna, president of the Ontario Nurses' Association, said, “Prior to COVID, we had hundreds of RN vacancies. That hasn’t improved—it’s gotten worse. RVH is no different than any other hospital; they have vacancies. It’s tough out there.”
Having protesters outside of health care settings does not help this issue. I know freedom of speech is an important right for Canadians, but the foundational principles of Canada are peace, order and good government. When protests turn into blockades and threaten people's ability to access services critical to their lives, the government must appropriately step in, not to diminish or destroy our liberties, but to ensure that people are living to enjoy them.
The staff at RVH and at hospitals across Canada have been working tirelessly throughout this pandemic to care for our communities. Staff from RVH and other healthcare settings across Barrie—Springwater—Oro-Medonte spent their off hours during the pandemic staffing COVID-19 testing centres and vaccine clinics. They have risen to the challenge of supporting us through this pandemic, and they deserve our support, now and always.
Health care settings are not an appropriate place for protests that threaten patients' well-being, disrupt quiet recuperation or block access to much-needed medical services. Slowing down or not permitting health care professionals to gain access to their places of employment is completely unacceptable. We need to respect the health care heroes who have supported and cared for our communities before and throughout this pandemic and who will be there for us long after this pandemic.
Monsieur le Président, je suis honoré de prononcer aujourd'hui mon premier discours de la 44e législature à titre de député de Barrie—Springwater—Oro‑Medonte.
Comme c'est la première fois que je prends la parole en cette nouvelle session parlementaire, j'aimerais saisir l'occasion pour remercier sincèrement mon épouse, Lisa, ainsi que mes fils, Wyatt et Luke, de leur soutien inébranlable. J'aimerais également remercier mon équipe de campagne et les nombreux bénévoles qui ont travaillé d'arrache-pied sans compter les heures. Je remercie mon association de circonscription de son dévouement, de même que les résidants de Barrie—Springwater—Oro‑Medonte de m'avoir à nouveau fait confiance pour les représenter ici, à Ottawa. Je promets de travailler sans relâche au nom de ma collectivité, tant sur place qu'au Parlement.
Je suis heureux de m'exprimer aujourd'hui au sujet du projet de loi C‑3, Loi modifiant le Code criminel et le Code canadien du travail.
C'est à Barrie—Springwater—Oro‑Medonte qu'est situé le centre régional de santé Royal Victoria, réputé pour prodiguer en toute sécurité et avec compassion des soins avancés. Il s'agit d'un lieu de soins exceptionnels, guidé par un engagement infaillible en matière de sécurité et de qualité. En 2019, Agrément Canada a octroyé au centre l'agrément avec distinction pour pratique exemplaire. Il s'agit de la plus haute distinction, que seulement 20 % des organismes de santé au Canada ont réussi à obtenir.
En plus de beaucoup d'autres distinctions locales, provinciales et nationales, le centre régional de santé Royal Victoria a reçu un prix du milieu de travail en soins de santé de catégorie Or, qui est remis par l'Association des hôpitaux de l'Ontario. Ce prix souligne les efforts soutenus de l'hôpital pour favoriser un milieu de travail sain et sûr qui encourage la conciliation entre le travail et la vie personnelle.
L'actuelle présidente-directrice générale, Janice Skot, est à la tête du centre depuis 17 ans. Elle a récemment annoncé qu'elle allait prendre une retraite bien méritée. Je lui souhaite la meilleure des chances dans tout ce qu'elle entreprendra. Madame Skot est épaulée par un conseil d'administration visionnaire, une équipe exceptionnelle de professionnels accomplis et de dirigeants, des médecins et des infirmiers qualifiés, des bénévoles pleins de compassion et un milieu communautaire solidaire.
Les hôpitaux de partout au Canada, y compris le centre régional de santé Royal Victoria, sont des lieux de guérison. Nous y vivons des jours difficiles et y recevons des traitements. C'est là que nous souhaitons la bienvenue et disons au revoir à des proches. Ce sont des lieux de réconfort solennel et de magnifiques débuts.
C'est avec reconnaissance que mon épouse, Lisa, et moi avons accueilli nos deux fils à l'unité des naissances du centre. Quand mon plus jeune fils a eu besoin de soins néonatals immédiats, les extraordinaires travailleurs de la santé de cet hôpital ont pris soin de notre famille et nous ont appuyés. Pendant les 17 jours d'hospitalisation à l'unité néonatale de soins intensifs, il était essentiel que nous ayons un accès non limité à l'hôpital tout au long de la journée pour nourrir notre fils, pour lui donner ce dont il avait besoin. Je suis heureux de pouvoir dire que plus de 16 ans plus tard, il est en pleine santé et qu'il terminera ses études secondaires l'année prochaine.
Les hôpitaux doivent demeurer des lieux paisibles pour le personnel, les patients, les visiteurs et les bénévoles. Bien franchement, j'estime carrément inacceptable de harceler le personnel infirmier de première ligne, les médecins et les travailleurs de la santé. Nous sommes tous immensément redevables à ces travailleurs de première ligne qui ont été les héros du système de santé, avant et après la pandémie. Ils méritent une appréciation et un respect sans bornes.
Malheureusement, ce n'est pas toujours le cas. Katharine Smart, présidente de l'Association médicale canadienne, a déclaré le mois dernier qu'au cours de l'année passée, on avait enregistré une hausse regrettable des manifestations de haine contre l'ensemble des travailleurs de la santé, y compris le corps médical.
Linda Silas, présidente de la Fédération canadienne des syndicats d'infirmières et d'infirmiers, a affirmé qu'avant la pandémie, 90 % du personnel infirmier rapportait avoir été exposé à de la violence physique au travail et que, durant la pandémie, 60 % avait signalé que le niveau de violence avait augmenté.
Qui plus est, pas plus tard qu'en septembre de cette année, le personnel, les patients, les visiteurs et les bénévoles ont été confrontés à des manifestations contre les restrictions liées à la COVID‑19. Ces levées de boucliers ont eu lieu à l'extérieur, aux portes des hôpitaux. Malheureusement, le centre régional de santé Royal Victoria figurait au nombre des hôpitaux ciblés.
Janice Skot, présidente-directrice générale du centre, a déclaré:
Les gens ont le droit d'exprimer pacifiquement leur opinion, mais ces manifestations devant les hôpitaux sont décourageantes, frustrantes et offensantes pour les travailleurs de la santé qui se dévouent sans relâche depuis le début de cette éprouvante pandémie.
Alors que les manifestants occupaient le trottoir pour dénoncer les mesures de sécurité visant à assurer la sécurité des collectivités, le personnel de la santé et les médecins à l'intérieur du centre continuaient de travailler de longues heures dans des conditions extrêmement difficiles pour prodiguer des soins aux malades, y compris ceux atteints de la COVID‑19.
Mme Skot a ajouté qu'une foule de manifestants pour la plupart non masqués se révèle extrêmement intimidante pour les patients qui se présentent au centre pour obtenir des soins. Les vaillants travailleurs de la santé ne devraient pas être la cible de manifestations hargneuses. Mme Skot a également déclaré qu'en temps de pandémie mondiale, les Canadiens devraient se montrer solidaires des travailleurs de la santé plutôt que de manifester à l'extérieur d'un établissement de santé où le personnel fait un travail héroïque.
Depuis le début de la pandémie, le centre s'est occupé de plus de 600 patients atteints de la COVID. Mme Skot a affirmé que plusieurs avaient été très malades et que certains ont passé des mois à l'hôpital en convalescence. Malheureusement, 98 personnes ont été emportées par les complications liées à la COVID. Mme Skot ajoute: « Les employés et les docteurs du centre ont été témoin des impacts tragiques et bouleversants du virus, et le centre soutient tous les efforts visant à assurer la sécurité des patients, des travailleurs et de la collectivité. »
Le Dr Colin Ward, chirurgien en chef au centre, a fait écho aux propos de Mme Skot concernant le projet de loi C‑3. Il a dit ceci: « Les deux dernières années ont été extrêmement difficiles dans le milieu de la santé, et nous avons travaillé sans relâche pour donner des soins dans des conditions dures et parfois bouleversantes. Nous apprécions les efforts déployés dans le cadre du projet de loi C‑3 pour protéger autant les patients que toutes les personnes qui leur donnent des soins. »
Le centre n'est pas le seul hôpital à avoir été touché par des manifestations. Des hôpitaux de Toronto, d'Ottawa, de Sudbury et de London ont aussi été ciblés par les manifestants.
Les centres de soins de santé font partie de l'infrastructure essentielle du pays. Rien ne peut justifier de bloquer l'accès à ces centres. Le personnel qui prodigue les soins essentiels qui sauvent des vies au moyen des ressources qui se trouvent dans ces centres doit pouvoir accéder à ces derniers sans être menacé, intimidé ou harcelé. Jaime Gallaher, une infirmière qui travaille aux urgences, a raconté ce que c'était que de travailler pendant qu'une manifestation se déroule à l'extérieur. Elle a dit: « Un de nos patients est décédé à l'urgence, derrière un rideau en compagnie de sa famille, ce qui était révoltant, parce que cela ne devrait jamais arriver. Cette famille n'a même pas eu droit à un peu d'intimité pour faire son deuil. » Mme Gallaher a également ajouté qu'on pouvait entendre les manifestants depuis la salle des urgences et que, pour elle, leur présence était comme « une claque au visage » des familles endeuillées et des patients des urgences.
Le Dr Rod Lim, un pédiatre qui travaille aux urgences à London, en Ontario, a tenu à peu près le même discours au sujet des manifestations devant les hôpitaux:
Il est démoralisant de voir ces manifestations. Il faut manquer de décence pour aller manifester devant un hôpital, pour entraver le passage des gens qui s'y rendent pour obtenir les soins dont ils ont besoin. Ces gens n'ont rien à voir avec l'objet de la manifestation, ils n'ont rien à voir avec les politiques du gouvernement, mais ce sont eux qui subissent les impacts. C'est carrément enrageant.
En tant qu'ancien membre du groupe de travail sur le recrutement des médecins de la région de Barrie, je suis conscient de la difficulté de recruter du personnel médical. Avec les pénuries de main-d'œuvre actuelles, les équipes de ressources humaines sont actuellement confrontées à un marché du travail très concurrentiel, ce qui complique le recrutement de nouveaux employés de première ligne. Vicki McKenna, présidente de l’Association des infirmières et infirmiers de l’Ontario, a déclaré: « Avant la COVID, nous avions des centaines de postes vacants d'infirmières et d'infirmiers autorisés. La situation ne s'est pas améliorée — elle s'est aggravée. Le centre de santé régional Royal Victoria n'est pas différent des autres hôpitaux; il a des vacances de postes. La situation est difficile ».
La présence de manifestants à l'extérieur des établissements de soins de santé n'aide pas à résoudre ce problème. Je sais que la liberté d'expression est un droit important pour les Canadiens, mais les principes fondamentaux du Canada sont la paix, l'ordre et le bon gouvernement. Lorsque les manifestations se transforment en blocus et compromettent l'accès des gens à des services essentiels à leur vie, le gouvernement doit intervenir de façon appropriée, non pas pour diminuer ou détruire nos libertés, mais pour s'assurer que les gens vivent pour en profiter.
Le personnel du centre de santé régional Royal Victoria et des hôpitaux du Canada a travaillé sans relâche tout au long de cette pandémie pour prendre soin de nos communautés. Les membres du personnel du centre de santé régional et d'autres établissements de soins de santé de Barrie—Springwater—Oro-Medonte ont passé leurs heures de repos pendant la pandémie à s'occuper des centres de dépistage de la COVID‑19 et des cliniques de vaccination. Ils ont relevé le défi de nous soutenir pendant cette pandémie et ils méritent notre soutien, maintenant et à jamais.
Les établissements de soins de santé ne sont pas des lieux appropriés pour des manifestations qui compromettent le bien-être des patients, perturbent leur récupération dans le calme ou bloquent l'accès à des services médicaux indispensables. Il est totalement inacceptable de ralentir les professionnels de la santé ou de ne pas leur permettre d'accéder à leur lieu de travail. Nous devons respecter les héros de la santé qui ont soutenu et soigné nos communautés avant et pendant cette pandémie, et qui seront là pour nous longtemps après celle-ci.
View Luc Thériault Profile
BQ (QC)
View Luc Thériault Profile
2021-12-06 11:29
Mr. Speaker, since I have not yet had the opportunity to do so, I would like to congratulate you on your appointment. I am sure that you will be up to the task of ensuring that the debates run smoothly.
I would like to hear my colleague's comments on something that I have been thinking about.
Does he not believe that, had the government not taken so long to bring Parliament back after calling an election ostensibly because there were things that had to be taken care of right away, we would not be here two months later dealing with a bill that covers two completely different areas?
Is it because the government is determined to pass two bills in one?
If the government had brought the House back right away after the election, about two weeks after, for example, then we could have been debating two different bills. With regard to the Criminal Code, the bill is redundant because the offences already exist.
Monsieur le Président, je n'ai pas encore eu l'occasion de le faire, mais j'aimerais vous féliciter pour votre nomination. Je suis sûr que vous serez à la hauteur de votre talent quant au bon déroulement des débats.
J'aimerais entendre les commentaires de mon collègue au sujet d'une réflexion que j'ai eue.
Ne croit-il pas que, si le gouvernement n'avait pas pris tout ce temps pour rappeler le Parlement, alors que des élections avaient été déclenchées soi-disant parce qu'il était urgent de régler les questions, on ne se retrouverait pas, deux mois plus tard, avec un projet de loi qui couvre deux domaines totalement différents?
Est-ce parce que le gouvernement veut absolument faire adopter deux projets de loi en un?
Au fond, si le gouvernement avait rappelé la Chambre tout de suite après les élections, par exemple deux semaines après, on aurait pu tabler sur deux projets de loi. Somme toute, pour ce qui est du Code criminel, on dit que ce projet de loi est très redondant puisque les infractions existent déjà.
View Doug Shipley Profile
CPC (ON)
Mr. Speaker, I will go one step further: We do not feel there should have been an election called in the first place. We should have remained here working throughout all of that, so yes, we should have been here working over the summer and much earlier in the fall. I agree that we could have been here dealing with this over many weeks prior to this.
Monsieur le Président, je vais même aller encore plus loin que mon collègue. Nous pensons carrément que ces élections n'auraient jamais dû avoir lieu. Nous aurions dû rester ici à travailler cet été et au début de l’automne. Je conviens que nous aurions pu commencer ce travail il y a des semaines et des semaines.
View Gord Johns Profile
NDP (BC)
Mr. Speaker, during the pandemic, medical health professionals were really clear that they wanted us to social distance and wash our hands, but they also wanted politicians to implement paid sick days and people to get vaccinated. Here we are, 20 months later, and finally we have Conservatives and Liberals implementing paid sick days.
I think about the other health crisis that was happening previous to COVID, which is the opioid overdose crisis that is taking place in our country. Health professionals have been saying they want to see decriminalization and a safe supply as immediate first steps, and we need to listen to the sound advice of these health professionals.
Does my colleague agree politicians have failed in listening to medical health professionals and that we have lost lives as a result, whether it be by not implementing paid sick days or not implementing policies to address this overdose crisis happening in our country? I would like to hear his perspective on this.
Monsieur le Président, pendant la pandémie, les professionnels de la santé nous ont clairement indiqué qu’il fallait respecter la distanciation sociale et nous laver les mains. Ils voulaient aussi que les politiciens votent pour des congés de maladie payés et que les gens se fassent vacciner. Aujourd’hui, 20 mois plus tard, les conservateurs et les libéraux se mettent enfin à vouloir voter pour ces congés de maladie payés.
Je pense à l’autre crise sanitaire qui sévissait avant la pandémie: la crise des surdoses d’opioïdes, qui est toujours présente dans notre pays. Les professionnels de la santé ont demandé la décriminalisation et un approvisionnement sûr pour commencer, et nous devons écouter leurs judicieux conseils.
Mon collègue est-il d’accord pour dire que les politiciens n’ont pas su entendre les professionnels de la santé et qu’à cause de cela, nous avons perdu des vies, que ce soit en ce qui concerne les congés maladie payés ou la crise des surdoses? J’aimerais avoir son avis à ce sujet.
View Doug Shipley Profile
CPC (ON)
Mr. Speaker, hindsight is 20/20 on a lot of issues. We can look back and say we failed on many things, but as long as we are trying to do our best, that is very important.
Speaking of the opioid pandemic, Barrie—Springwater—Oro-Medonte has been devastated by this. Right now, the City of Barrie is looking at opening up a supervised consumption site. I will take all information into account regarding that and try to make a proper decision, while keeping good words like the ones my fellow colleague mentioned today. I always try to get all the information I can together for making valid, true and honest decisions, and I will go forward that way. That is the way I have always tried to conduct myself, and I will continue to do that going forward.
Monsieur le Président, avec du recul, il est plus facile de porter un jugement sur bien des questions. Nous pourrions regarder derrière nous et nous dire que nous avons échoué sur plusieurs plans, mais tant que nous tâchons de faire de notre mieux, c’est ce qui est le plus important.
Pour en revenir à la pandémie d’opioïdes, la circonscription de Barrie—Springwater—Oro-Medonte a été durement touchée par cette crise. En ce moment, la Ville de Barrie envisage de donner le feu vert à un centre de consommation supervisée. Je prendrai en compte tout ce qui a été dit à ce sujet et tâcherai de prendre une décision éclairée, en gardant à l’esprit les commentaires pertinents comme ceux que mon collègue a formulés aujourd’hui. J’essaie toujours de recueillir tous les renseignements possibles pour prendre des décisions valables, justes et honnêtes, et je poursuivrai dans cette voie. Je me suis toujours efforcé de procéder ainsi, et continuerai de le faire.
View Damien Kurek Profile
CPC (AB)
Mr. Speaker, it is good to be able to enter into debate on this important subject today.
I have heard from a number of colleagues and a number of parties, who have raised concerns that this bill addresses two very different issues. Although both are very important to discuss and debate in this place, the fact is that they are quite different. One is related to protecting health care workers from being restricted from entering hospitals and whatnot, and then the other is regarding paid sick leave.
I am wondering if my colleague has any comments about whether these two distinct issues should be debated separately and if there is value in that to ensure it has the fulsome discussion required to make good policy that comes from this place.
Monsieur le Président, je suis heureux de pouvoir débattre de cet important sujet aujourd’hui.
Un certain nombre de collègues et différents partis m’ont fait part de leurs préoccupations quant au fait que ce projet de loi traite de deux questions distinctes. S’il est très important de discuter et de débattre de ces deux questions à la Chambre, il n’en demeure pas moins qu’elles sont très différentes. L’une vise à protéger les travailleurs de la santé, notamment pour éviter qu’on leur bloque l’accès aux hôpitaux, et l’autre concerne les congés de maladie payés.
Je voudrais savoir si mon collègue pense que ces deux questions distinctes devraient être débattues séparément et qu’il serait judicieux de le faire afin de garantir que nous ayons les discussions approfondies nécessaires pour élaborer une bonne politique.
View Doug Shipley Profile
CPC (ON)
Mr. Speaker, we sometimes have to deal with what we have been given, and they are together in this one so we will do our best to come together and deal with them. Hopefully, if and when they go to committee, they will be able to be dealt with properly.
We do have to look at what we have been given, and I concentrated more on the health care portion today. I am looking forward to getting that implemented. Knowing there is such a large health institution in my area that was given a very rough ride in the summer with protests, I am looking forward to seeing that get passed as soon as possible.
Monsieur le Président, nous devons parfois composer avec ce que l'on nous donne, et comme les deux projets de loi sont réunis dans celui‑ci, nous ferons de notre mieux pour les examiner ensemble. J'espère que si nous les renvoyons en comité, ils pourront être traités comme il se doit.
Nous devons examiner ce que nous avons reçu. Pour l'instant, j'ai mis l'accent sur la partie qui porte sur les soins de santé. J'ai hâte que cela soit mis en œuvre. Comme il y a un important établissement de santé dans ma région qui, l'été dernier, a été très malmené par des protestations, je souhaite que ces mesures soient adoptées au plus vite.
View Arif Virani Profile
Lib. (ON)
Mr. Speaker, I am glad to be speaking here in Ottawa from the unceded territory of the Algonquin Anishinabe people. My riding of Parkdale—High Park, which I am proud to represent in this chamber, rests on the traditional territory of the Haudenosaunee, the Wendat, the Métis, and most recently, the Mississaugas of the Credit. Toronto is now home to many first nations, Inuit and Métis people.
These past 22 months, it goes without saying, have been defined by the global COVID-19 pandemic. These past 22 months have also been defined by exemplary work on the part of health care professionals working extremely hard to keep all of us safe. The first thing I want to say in addressing Bill C-3 is a very heartfelt and sincere thanks to all health care professionals who have been doing so much for all of us in our time of need.
I am speaking of doctors. I am speaking of nurses. I am speaking of auxiliary health staff. I am speaking of researchers who have brought us vaccines. I am speaking of the people in my riding of Parkdale—High Park at St. Joseph's hospital, at the Parkdale Queen West Community Health Centre, at Four Villages and at Runnymede rehab. I am speaking of all of the countless nurses, practitioners, doctors and other health care professionals who call my riding home.
I am also speaking very personally about my wife and her team at the Public Health Agency of Canada. I have spoken about Suchita before. She has the distinct duty, during this pandemic, of being in charge of quarantine and border health controls for the Public Health Agency in all of Ontario and for the north. It is a critical job at the simplest of times, but during a pandemic it is a pivotal job for what we do and keeping all of us safe. I thank Suchita for what she has been doing consistently for the past 22 months.
All of these people deserve our appreciation, our gratitude and our respect, yet things have unfortunately been inverted in these last several months. Those who should have been receiving praise are receiving scorn. Those who should be empowered to keep us safe are being actively prevented from entering hospitals and clinics. They are sometimes being threatened, harassed or even assaulted.
It extends beyond just those who provide health care. It also applies to those who are seeking health care. Patients are being intimidated and prevented from entering some of these health care facilities. The impact is severe. Health care professionals feel they have gone from heroes to villains, and it is indeed demoralizing.
I will be sharing my time with the member for Sackville—Preston—Chezzetcook. We can tell it is a new Parliament because I am off my game.
I was talking about the impact. The impact is that health care professionals feel they have gone from being heroes to villains, and it is demoralizing. It is also an impact that has been borne by Canadians who are seeking to do the right thing in following public health guidelines, in accessing care to keep themselves and our communities safe. They are at the same time being vilified for daring to follow those public health imperatives.
How has it come to this? How have we gotten to this state of affairs in Canada in December 2021? There are those who have embraced the science behind COVID, the public health measures that are needed to help keep all of us safe, and the utility of vaccines in the fight against this virus. There are those who have not and those who challenge the utility of vaccines, science, scientists and all of the health care professionals who support these endeavours.
Let me be clear about one thing that is pivotal in this chamber of all places: the democratic right to disagree and to dissent. That is what freedom of assembly, freedom of association and freedom of expression mean as protected under section 2 of the Canadian Charter of Rights and Freedoms, which I had the privilege of defending for 15 years while I was a practising lawyer. That is the hallmark of any democracy, let alone this democracy.
There are and always have been limits to such expressive rights. There is an old legal adage that says a person has the right to swing their arm, but that right ends at my nose. The notion that it conjures up is that one's expressive rights end when they can cause harm to another individual. It encapsulates the idea that threats, harassment and physical assault have always been against the law and remain against the law in this country.
Through this important piece of legislation, Bill C-3, we are proposing to enhance these very protections, particularly in the case of health care workers and those who seek access to health care. With Bill C-3, we are proposing to take decisive action by amending the Criminal Code as well as the Labour Code. I am speaking today of the Criminal Code amendments.
The amendments to the Criminal Code would ensure significant consequences for those who use fear to prevent health care professionals from doing their jobs and for those who prevent patients from receiving such care. Bill C-3 would create a new, specific offence for intimidation of health care workers and those who seek health care, as well as an offence that would prohibit someone from obstructing a person from accessing health care facilities.
Individuals who intend to use fear to stop health care workers from performing their duties, or to prevent people from accessing health services, could be charged with this proposed new offence.
In the Criminal Code, aggravating factors are considered for sentencing. An aggravating factor would be added to require courts to consider more serious penalties for any offender who targets health care workers engaged in their duties or who impedes others from accessing health services.
A new sentencing provision would also be created that requires courts to consider more serious penalties. There would be up to a 10-year maximum, compared with the current five-year maximum in the Criminal Code, for offenders who target health care workers engaged in their duties or who impede people from obtaining health care services.
In precise terms, that is what Bill C-3 would capture. For those who are still skeptical, let me be crystal clear about what Bill C-3 would not capture. It would not capture peaceful demonstrations, or the right of health care professionals to protest to improve their own working conditions. Instead, it would protect such people from the unfortunate violence they are currently facing and would help to ensure safer workplaces than they have right now.
The freedom of Canadians to voice their concerns and protest in a safe and peaceful manner is critical, as is obviously the ability of health care workers to take labour action and organize themselves. That would be respected by these proposed changes in the criminal law, because a communication defence is being entrenched in Bill C-3. That would help ensure that there is a balance, as there has always been due to how the charter was designed in 1982. There would be a balance between the protections we need and the protection of the expressive rights of Canadian citizens, including the health care workers and those who would peacefully protest against them. That balance is the legislative change we need to see in this country, because what we are seeing unfortunately is an escalation of hate. Let us call it what it is. It is hatred directed toward these workers and those who would access their services.
The right to protest and to dissent is one thing, and as I have outlined it is critical. However, obstructing patients and health care personnel and trying to strike fear into their hearts and minds is something that cannot and should not be tolerated in this country in 2021. We have seen people getting in the faces of vulnerable patients who are trying to access care, yelling and spitting at them, or following health care professionals to their cars and vandalizing their vehicles. We have seen health care professionals targeted by death threats: those same health care professionals who are always working not only to keep us safe, but to keep us alive in this pandemic. These death threats, whether made in person or through social media campaigns, are designed to intimidate and frighten those people. It is an unacceptable state of affairs.
What I would inject in these final two minutes is that we are not just talking about COVID. When we talk about the health care apparatus, we have to think about all the health care services that are provided and not just those that address the pandemic. The impacts extend to all those who seek other medical treatments at hospitals and clinics across this country: those who rely on nurses, physicians and surgeons to perform things such as transplants, hip surgeries and knee replacements. The list goes on. Right now, those Canadians are being victimized by the type of escalating hatred we are witnessing around the country, because these surgeries are being delayed or cancelled outright because of the chaos being unleashed at health care facilities around the country. The result is that Canadians awaiting such surgeries are forced to wait that much longer, prolonging their pain and suffering. It is an untenable situation.
Health care workers have taken the Hippocratic oath. I am sure that 22 months ago, they thought they understood the contours of that oath to serve other people, to care for them and provide them assistance. That has been turned on its head over these past 22 months with COVID. I want to underscore this, and we have heard it from other speakers in this chamber: At this time in particular, these people deserve our gratitude, appreciation and respect. If I see somebody wearing scrubs in my riding, I have made it my personal mission to point them out, to stop them and ask them where they work and to thank them for what they are doing, because these people are always brave in the face of adversity. They are always selfless and devote extended hours to their craft. Now they need our support more than ever. That is what Bill C-3 would achieve, which is why I hope all members of the House can get behind this important bill.
Monsieur le Président, je suis heureux de prendre la parole ici, à Ottawa, depuis le territoire non cédé du peuple algonquin anishinabe. Ma circonscription, Parkdale—High Park, que je suis fier de représenter à la Chambre, se trouve sur le territoire ancestral des Haudenosaunee, des Wendats, des Métis et, plus récemment, de la bande des Mississaugas de Credit. Toronto est devenu le lieu de résidence de nombreux membres des Premières nations, Inuits et Métis.
Il va sans dire que les 22 derniers mois ont été marqués par la pandémie mondiale de COVID‑19. Les 22 derniers mois ont également été définis par le travail exemplaire des professionnels de la santé qui travaillent extrêmement fort pour assurer la sécurité de tous. La première chose que je veux faire dans le cadre de ce débat sur le projet de loi C‑3, c'est remercier sincèrement tous les professionnels de la santé qui en font beaucoup pour nous tous en ces temps difficiles.
Je parle des médecins. Je parle du personnel infirmier. Je parle du personnel auxiliaire de santé. Je parle des chercheurs à qui nous devons les vaccins. Je parle des gens de ma circonscription, Parkdale—High Park, qui travaillent à l'hôpital St. Joseph, au centre de santé communautaire Parkdale Queen West, à Four Villages et au centre de réadaptation Runnymede. Je parle des innombrables infirmiers, praticiens, médecins et autres professionnels de la santé qui vivent dans ma circonscription.
Je fais aussi référence à une expérience toute personnelle, soit celle de ma femme et de son équipe à l'Agence de la santé publique du Canada. J'ai déjà parlé de Suchita. Elle est responsable, pendant la pandémie actuelle, de la mise en quarantaine et des mesures de contrôle sanitaire aux frontières pour l'Ontario et le Nord canadien à l'Agence de la santé publique du Canada, une tâche bien particulière. En temps normal, c'est déjà un travail essentiel, mais pendant une pandémie, cela devient un travail crucial pour nous, les députés, et pour la sécurité de la population canadienne. Je remercie Suchita pour ce qu'elle accomplit assidûment depuis 22 mois.
Toutes ces personnes méritent notre estime, notre gratitude et notre respect, mais, malheureusement, ces derniers mois, tout semble inversé: les personnes que nous devrions féliciter ont droit à notre mépris. Plutôt que de donner à ces personnes la capacité d'assurer notre sécurité, nous les empêchons activement d'entrer dans les hôpitaux et les cliniques. Elles font parfois l'objet de menaces ou de harcèlement, et sont même agressées.
La situation ne touche pas seulement les fournisseurs de soins. Elle s'applique également aux personnes qui souhaitent obtenir des soins. Des patients subissent de l'intimidation et on les empêche d'accéder à certains établissements de soins de santé. Les conséquences sont graves. Les professionnels de la santé ont l'impression d'être passés de héros à méchants, et c'est franchement démoralisant.
Je vais partager mon temps de parole avec le député de Sackville—Preston—Chezzetcook. On peut voir que c'est une nouvelle législature, car j'ai perdu mes repères.
Je parlais des répercussions, qui donnent l'impression aux professionnels de la santé qu'après avoir été héros, ils sont maintenant des méchants. C'est démoralisant. Il y a aussi des répercussions pour les Canadiens qui s'efforcent de faire ce qu'il faut en suivant les consignes sanitaires et en se faisant soigner afin d'assurer leur sécurité et celle de la collectivité. Eux aussi se font vilipender pour oser suivre ces impératifs en matière de santé publique.
Comment en sommes-nous venus là? Comment nous sommes-nous trouvés en pareille situation, au Canada, en décembre 2021? Il y a ceux qui adhèrent aux données scientifiques concernant la COVID, aux mesures de santé publique qui sont nécessaires pour assurer la sécurité de tous et à l'utilité des vaccins pour la lutte contre le virus. Il y a ceux qui ne le font pas et qui remettent en question l'utilité des vaccins, de la science, des scientifiques et des professionnels de la santé qui appuient ces efforts.
Je tiens à rappeler une chose absolument fondamentale, surtout ici, à la Chambre: le droit de ne pas être d'accord et d'exprimer son opposition. Ce droit découle de la liberté de réunion, de la liberté d'association et de la liberté d'expression, que protège l'article 2 de la Charte canadienne des droits et libertés. Il s'agit d'un principe que j'ai eu le privilège de défendre pendant 15 ans lorsque j'étais avocat. C'est le fondement même de toute démocratie et, à plus forte raison, de la nôtre.
Or, ces droits d'expression ont toujours eu des limites. En droit, il y a un vieil adage qui dit que toute personne a le droit de balancer les bras, mais que ce droit s'arrête là où commence le nez des autres. Ce qu'il faut comprendre, c'est que les droits d'expression s'arrêtent là où ils pourraient causer du tort à autrui. En somme, les menaces, le harcèlement et les agressions physiques ont toujours été contraires à la loi, et c'est toujours le cas dans notre pays.
En proposant cette importante mesure législative, le projet de loi C‑3, nous voulons améliorer ces protections, et ce, plus particulièrement pour les travailleurs de la santé et les personnes qui demandent des soins médicaux. Le projet de loi C‑3, qui modifie le Code criminel et le Code du travail, prévoit donc des mesures énergiques en ce sens. Mon intervention porte sur les modifications apportées au Code criminel.
Les modifications au Code criminel imposeraient des conséquences importantes à ceux qui ont recours à la peur pour empêcher les professionnels de la santé de faire leur travail ou qui empêchent les patients de recevoir des soins. Le projet de loi C‑3 créerait une nouvelle infraction visant expressément l'intimidation des travailleurs de la santé ou des personnes qui cherchent à obtenir des soins de santé, ainsi qu'une infraction interdisant à quiconque d'entraver l'accès par autrui à des établissements de soins de santé.
Les individus ayant l'intention d'utiliser la peur pour empêcher les travailleurs de la santé d'exercer leurs fonctions ou pour empêcher les gens d'avoir accès à des services de santé pourraient être accusés de cette nouvelle infraction qui est proposée.
Aux termes du Code criminel, il faut tenir compte des circonstances aggravantes pour la détermination de la peine. Ainsi, le projet de loi exigerait que les tribunaux envisagent d'imposer des peines plus sévères à tout contrevenant qui cible des travailleurs de la santé dans l'exercice de leurs attributions ou qui nuit à l'obtention par autrui de services de santé puisqu'il s'agirait de circonstances aggravantes.
Une nouvelle disposition en matière de détermination de la peine serait également créée pour obliger les tribunaux à envisager des peines plus lourdes. Les contrevenants qui ciblent des travailleurs de la santé dans l'exercice de leurs attributions ou qui nuisent à l'obtention par autrui de services de santé seraient passibles d'une peine maximale de 10 ans, comparativement à la peine maximale de 5 ans que prévoit actuellement le Code criminel.
Voilà donc ce que le projet de loi C‑3 viserait précisément. À ceux qui demeurent sceptiques, je tiens à dire une chose très clairement: le projet de loi C‑3 n'interdirait pas les manifestations pacifiques ni le droit des professionnels de la santé de protester pour améliorer leurs propres conditions de travail. Au contraire, le projet de loi protégerait ces derniers de la violence à laquelle ils font malheureusement face dans l'état actuel des choses, en plus de contribuer à rendre leurs lieux de travail plus sûrs.
Il est essentiel que les Canadiens puissent faire entendre leurs préoccupations et protester d'une façon sécuritaire et pacifique, tout comme il est essentiel que les travailleurs de la santé puissent exercer des moyens de pression et s'organiser. Les modifications proposées dans le Code criminel respecteraient ces deux principes, car la communication est inscrite dans le projet de loi C-3 à titre de moyen de défense. On veille ainsi à ce qu'il y ait un équilibre, comme c'est toujours le cas depuis l'adoption de la Charte en 1982. Il y aurait donc un équilibre entre la protection dont nous avons besoin et la protection des droits à la liberté d'expression des Canadiens, y compris des travailleurs de la santé et de ceux qui manifestent de façon pacifique contre eux. L'équilibre passe par cette modification législative qui doit être apportée au pays, car nous assistons malheureusement à une escalade de la haine. N'ayons pas peur des mots. Les travailleurs de la santé et ceux qui veulent avoir accès à leurs services sont bel et bien victimes de haine.
Le droit de manifester et d'être en désaccord est une chose, et comme je l'ai mentionné, c'est un droit essentiel. Toutefois, empêcher les patients et le personnel de la santé de passer et tenter d'instiller la peur en eux est quelque chose que nous ne pouvons pas et ne devons pas tolérer dans ce pays en 2021. Nous avons vu des gens harceler des patients vulnérables qui tentent d'avoir accès à des soins, crier après eux et leur cracher dessus, ou encore suivre des professionnels de la santé jusqu'à leur voiture et la vandaliser. Nous avons vu des professionnels de la santé recevoir des menaces de mort: nous parlons des gens qui travaillent pour nous protéger et nous garder en vie pendant la pandémie. Ces menaces de mort, qu'elles soient proférées en personne ou par l'entremise de campagnes sur les médias sociaux, visent à les intimider et à les effrayer. C'est une situation inacceptable.
Pendant les deux dernières minutes qu'il me reste, je tiens à insister sur le fait qu'il n'est pas seulement question de la COVID. Quand on parle du réseau de la santé, il faut penser à tous les services fournis et non seulement à ceux qui servent à lutter contre la pandémie. Les conséquences de la pandémie touchent toutes les personnes qui ont besoin d'autres traitements médicaux dans les hôpitaux et les cliniques du pays, celles qui dépendent des infirmières, des médecins et des chirurgiens pour effectuer des opérations comme des greffes, des chirurgies de la hanche, des arthroplasties du genou, et j'en passe. À l'heure actuelle, ces Canadiens sont victimes du type de haine qui grandit partout au pays parce que ces chirurgies sont retardées, voire carrément annulées à cause du chaos semé dans les établissements de santé du Canada. En conséquence, les Canadiens qui attendent de telles chirurgies doivent attendre plus longtemps, ce qui prolonge leur douleur et leur souffrance. C'est une situation intenable.
Les travailleurs de la santé ont prêté le serment d'Hippocrate. Je suis certain que, il y a 22 mois, ils croyaient en comprendre les grandes lignes: servir les autres, prendre soin d'eux et les aider. La situation a changé de façon draconienne depuis 22 mois à cause de la COVID. À l'instar d'autres intervenants à la Chambre, je tiens à souligner que les travailleurs de la santé méritent notre gratitude, notre reconnaissance et notre respect, surtout en ce moment. Quand je vois une personne qui porte une tenue médicale dans ma circonscription, je me suis donné comme mission personnelle de l'arrêter pour lui demander où elle travaille et pour la remercier de ce qu'elle fait parce que ces personnes font toujours preuve de courage devant l'adversité. Elles font toujours preuve d'altruisme et consacrent de longues heures à leur profession. Maintenant, elles ont besoin de notre appui plus que jamais. Voilà ce que le projet de loi C‑3 permettrait de faire, c'est pourquoi j'espère que tous les députés appuieront cette importante mesure législative.
Results: 1 - 15 of 3115 | Page: 1 of 208

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
>
>|
Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data