Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 100 of 3115
View Karen Vecchio Profile
CPC (ON)
Mr. Speaker, this is my first opportunity to stand in this House of Commons in the 44th Parliament to deliver my speech. To begin, I would really like to thank all of the constituents of Elgin—Middlesex—London who re-elected me to come and be their voice here in Ottawa.
I am going to switch right into the debate today because it is a very important debate that we are having. Bill C-3 has been introduced. It has a lot of merit when it comes to some of the important efforts that we are trying to make. I will start by reading a quote that I read on Facebook. This quote is from September 13 and was posted by the London Health Sciences Centre.
“We are the people who deliver your babies. We are the people who heal your injuries. We are the people who help you live with chronic diseases. We have worked tirelessly through the pandemic to keep you safe.
The vast majority of Londoners have shown appreciation for our work and respect for our people. But a small minority has taken its protests to our hospitals, putting our patients, staff and physicians at risk.
While everyone has the right to free speech, our patients, staff and physicians have an equal right to seek and provide health care without harassment. We have important work to do to care for our patients. We have therefore enhanced security and are working with London Police Service to keep patients, visitors and staff and physicians safe during today's planned protests. We are closely monitoring this situation to ensure the continuity of patient care.”
I bring this forward because occurred in my region back on September 13, just days before the federal election. As COVID continued to grow, we continued to see these types of things. In Ontario, there were protests at 10 different hospitals that day.
The post was brought to my attention by Jason DeSilva, a friend of my husband. He was diagnosed with cancer, and thought, “What am I going to do?” When we see places like this and we are in pain and suffering and in critical illness, it is important to know that there is access to those types of buildings.
It was brought to my attention, and all I could think of were the people being impacted. I continued to read through all of the different comments. There were something like 968 comments, and I cannot even imagine the number of retweets. People were talking about this. Following that, there was a comment made by one of the patients, who said:
“Never ever protest at a hospital.
I've lived out the worst days of my entire life inside of a hospital when I needed healthcare workers the most.
I've had my insides cut apart, ovarian cancer painstakingly scraped out of my abdomen, multiple organs cut apart and stitched back together, a crushed femoral nerve as I took each step in agony to make it into the car for my long ride home after cancer surgery, all while wearing a diaper as my insides continued to bleed and leak.
Never ever protest at a hospital no matter how you feel about things right now. People going through the hardest days of their lives, and the staff that care for them, shouldn't have to deal with you. (There are other places to go if you feel you need to do that.)”
With this, it had “#beatcancer” and “#beagoodhuman”.
Another message that came from the post was this:
“Thankfully, my husband's appointment at the London cancer clinic was the next day.... Please know that the majority of people were appalled that such a protest would be carried out at any hospital...and we all know that the very people that showed up at this protest would be welcomed and treated with compassionate care in their time of any medical need at the very place where they protested...that's what makes it even more sad.... I hope they realize that this was a mistake and will never do this again....hank you to all our London hospitals for being there for us all.”
This has been a very trying time. When we talk about things like protests at hospitals, we all can agree that when someone is going to the hospital, in many cases it is their family and the individual who are driving. There is a great concern as they are driving there. Who knows what type of treatment they are going for? Maybe they are going to speak to a doctor to get a treatment plan, looking forward. Maybe it is cancer. Maybe they are having a new baby. Who knows what it may be? We recognize that this time is extremely stressful. Not being able to get into that type of facility is extremely concerning for so many people.
We can thank our health care providers. Throughout this pandemic and the last 20 months, we have seen the finest of the finest really step up. I think of the health care workers at the St. Thomas Elgin General Hospital; I think of the people at the London Health Sciences Centre and all across this great country, all of those people who stepped forward.
They heard there was a virus and a potential of being killed, and we saw health care workers put extra gear on and take extra caution. They served at the time when people needed them the most, when there was so much unknown and so much angst. Those people stepped up for us.
This is why I am so passionate in ensuring that those health care workers, who during the last 22 months have been there on the front line helping us, are not put in this situation. It is not fair to the health care workers, it is not fair to the staff who work there and it definitely is not fair to the patients and their families.
I also want to say it is not just those people who have helped us out. Across this country we have seen volunteers and organizations that have really stepped up. Because it is my first time being able to really talk about this, I want to thank my staff: Cathy, Jena, Scott, Jillian, Charli and Raghed. We really believe in service over self, and that is exactly what we see here. We see, in our Parliament, in our health care fields and in anybody who has stepped up during this pandemic, this service over self.
Returning to the debate on Bill C-3, I want to talk about a rational discussion, where we can recognize that we can have peaceful protests, but never lose critical services. The protests in London took place on September 13. I was going through the newspapers looking at those days and I was reminded of something. This is a quote from a London Free Press article on September 13, written by James Chaarani, “When asked why they chose to protest at a hospital,...the executive director of the London chapter of Vaccine Choice Canada, said it was a busy intersection and the group wanted to show support for health care workers. 'It's an opportunity for people of London to drive by this intersection and see that not everybody agrees with what the government is doing, and often our voice is not heard'”.
I am not here to try to debate whether they are right or wrong; that is not my choice for today. I recognize we have to look at the big picture. We have to look at what happens when this is critical infrastructure and what happens when this is going to have an impact on our people.
I would like to inform the House that I will be splitting with the member for Barrie—Springwater—Oro-Medonte.
These are ultimately critical times for families. I think about myself, because following this protest my mom fell ill. She fell ill two days before the election. It is very personal, because when I talk about the health of my mother, that is what always comes first to me. I apologize to my mom because I know she is watching today. When I went to see her that day, I thought she was dead. I walked in there and kept rubbing her to get her awake. When I finally got her awake, I called my sister who said to take her temperature. I called the MPP Jeff Yurek, who said to take her temperature. However, what I needed to do, ultimately, was get her to the hospital.
I wonder what it would have been like. I know what I am like. Anyone in this chamber, as well as anyone at home, knows the passion I have for my loved ones. I think about what would have happened to me personally and what would have happened to others, and I cannot even imagine being in that type of situation.
These are feelings that are very strong. I know that throughout Canada, protests continue to happen. It is important to have the right to protest, but there is a time and place, and when it comes to projects and people's health and safety, that is not the time to put people at risk.
I am going to quickly switch gears and talk about the other part of this, about extending health benefits for sick days to federally regulated employees. Here in Canada we have approximately 910,000 federally regulated employees, and the majority of them are here in our government. We know that there are 18,000 employers whose labour rights and responsibilities are defined by the Canada Labour Code, and these types of organizations include our Crown corporations, Canada Post operations, port service, marine shipping, ferries, tunnels, canals, bridges and pipelines.
I think it is very important, as we saw through this pandemic, that when we are sick we have the ability to take time off. It is very important that when we are looking at this we understand that, if somebody is sick, they do not go to work. We do need to have some sort of backup plan. I know in many of the federal government policies that there is time and space for that, but for others, not so much. I think it is a great opportunity to have this discussion.
Monsieur le Président, c'est la première fois que je prends la parole à la Chambre des communes en cette 44e législature pour prononcer un discours. Je tiens d'abord à remercier sincèrement tous les habitants d'Elgin—Middlesex—London qui m'ont réélue pour les représenter à Ottawa.
Je vais passer tout de suite au débat d'aujourd'hui parce qu'il est très important. Le projet de loi C‑3 vient d'être présenté. Il a beaucoup de mérites en ce qui concerne les efforts importants que nous tentons d'accomplir. Je vais commencer par lire une citation que j'ai lue sur Facebook. La citation date du 13 septembre et a été publiée par le London Health Sciences Centre.
« C'est nous qui mettons vos bébés au monde. C'est nous qui soignons vos blessures. C'est nous qui vous aidons à vivre avec des maladies chroniques. Nous avons travaillé sans relâche pendant la pandémie pour assurer votre sécurité.
« La grande majorité des habitants de London se sont montrés reconnaissants de notre travail et respectueux de notre personnel. Cependant, une petite minorité s'est mise à manifester dans nos hôpitaux, ce qui met en danger nos patients, notre personnel et nos médecins.
« Si chacun a le droit d'exercer sa liberté d'expression, nos patients, notre personnel et nos médecins ont le même droit d'obtenir et de fournir des soins de santé sans être harcelés. Nous avons un travail important à faire pour prendre soin de nos patients. Nous avons donc renforcé la sécurité et nous travaillons avec le service de police de London pour assurer la sécurité des patients, des visiteurs, du personnel et des médecins pendant les manifestations prévues aujourd'hui. Nous suivons de près la situation afin d'assurer la continuité des soins aux patients. »
Je fais part à la Chambre de cet incident parce qu'il est survenu dans ma région le 13 septembre, soit quelques jours avant les élections fédérales. À mesure que la pandémie de COVID se propage, ce genre d'incidents se répand. En Ontario, des manifestations se sont déroulées devant 10 hôpitaux différents ce jour-là.
C'est Jason DeSilva, un ami de mon mari, qui a porté cette publication à mon attention. On lui avait diagnostiqué un cancer, et il se demandait ce qu'il allait faire. Lorsqu'on souffre et qu'on a une maladie grave, il est important de savoir qu'on peut facilement avoir accès aux établissements de soins de santé.
Lorsqu'on m'a fait part de cette situation, je n'avais que le sort des personnes touchées en tête. J'ai continué à lire les différents commentaires. Il y en avait 968 ou quelque chose du genre, et je ne parle même pas du nombre de partages. C'était sur toutes les lèvres. Par la suite, une patiente a publié le commentaire suivant:
« Ne jamais, au grand jamais, protester devant un hôpital.
« J'ai passé les pires journées de toute ma vie dans un hôpital à un moment où j'avais le plus besoin des travailleurs de la santé.
« On m'a ouvert les entrailles pour en gratter laborieusement la moindre parcelle de cancer des ovaires. On m'a ouvert puis recousu de nombreux organes. Le nerf fémoral en bouillie, j'ai marché pas à pas avec agonie jusqu'à la voiture pour un long chemin de retour vers la maison, tout ce temps en portant une couche, car mes entrailles continuaient de saigner.
« Ne jamais, au grand jamais, protester devant un hôpital, peu importe quels sont vos sentiments au sujet de ce qui se passe en ce moment. Les gens qui y traversent les pires moments de leur vie et le personnel qui y prend soin d'eux ne devraient pas avoir à s'occuper de vous. (Il y a d'autres endroits pour faire cela si l'envie vous prend.) »
Il y avait ensuite les mots-clics « #beatcancer » et « #beagoodhuman ».
Voici un autre message provenant de la même publication:
« Heureusement, le rendez-vous de mon mari au centre de cancérologie de London était prévu le lendemain [...] Sachez que la majorité des gens étaient consternés qu'une telle manifestation ait lieu à n'importe quel hôpital [...] et nous sommes tous conscients que les personnes qui ont participé à la manifestation seraient accueillies et traitées avec compassion si elles devaient avoir besoin de soins médicaux à l'endroit où elles manifestaient [...] c'est ce qui rend les circonstances encore plus affligeantes [...] j'espère qu'elles réaliseront qu'elles ont fait une erreur et qu'elles ne referont jamais une telle chose [...] merci à tous les hôpitaux de London d'être là pour nous tous. »
Ce fut une période très pénible. Lorsqu'il y a une manifestation à un hôpital, nous sommes tous d'accord que les patients arrivent souvent en voiture en compagnie de leur famille. Durant le trajet, ils ressentent beaucoup d'inquiétude. Qui sait quel genre de traitement ils s'apprêtent à recevoir? Peut-être qu'ils vont s'entretenir avec un médecin au sujet de leur plan de traitement. Peut-être qu'ils souffrent du cancer. Peut-être qu'ils attendent un bébé. Qui sait ce qu'ils traversent? Nous reconnaissons que c'est extrêmement stressant. Ne pas être en mesure de se rendre dans ce genre d'établissement est extrêmement préoccupant pour beaucoup de gens.
Nous pouvons remercier les travailleurs de la santé. Durant la pandémie, au cours des 20 derniers mois, nous avons vu les meilleurs intensifier leurs efforts. Je pense aux travailleurs de la santé de l'Hôpital général St. Thomas Elgin, du Centre des sciences de la santé de London et de partout au pays.
Les travailleurs de la santé ont entendu qu'un virus circulait et qu'ils risquaient d'en mourir, mais ils se sont parés d'équipement de protection et ont pris des mesures de précaution additionnelles. Ils ont accompli leur devoir quand la population avait le plus besoin d'eux et quand planaient une grande incertitude et beaucoup d'angoisse. Les travailleurs de la santé ont redoublé d'efforts pour veiller à notre bien-être.
C'est pourquoi je suis si déterminée à faire tout mon possible pour que ces travailleurs qui se sacrifient sur la ligne de front pour combattre le virus depuis 22 mois ne se retrouvent pas dans cette situation. C'est injuste pour les travailleurs de la santé, c'est injuste pour le personnel de soutien et, surtout, c'est injuste pour les patients et leur famille.
J'aimerais ajouter que ce ne sont pas les seules personnes qui nous ont aidés. D'un bout à l'autre du pays, d'innombrables bénévoles et organismes ont multiplié leurs efforts. Comme c'est la première fois que j'en ai la possibilité, j'aimerais remercier les membres de mon équipe: Cathy, Jena, Scott, Jillian, Charli et Raghed. Nous croyons sincèrement au don de soi, et c'est exactement ce que l'on voit partout autour de nous. Que ce soit sur la Colline du Parlement, dans nos secteurs de la santé ou dans tous les autres domaines de la société où les Canadiens ont prêté main-forte depuis le début de la pandémie, nous sommes témoins du don de soi.
Pour reprendre le débat sur le projet de loi C‑3, j'aimerais l'aborder dans le contexte d'une discussion rationnelle où nous reconnaissons qu'il peut y avoir des manifestations paisibles qui ne perturbent jamais les services essentiels. Les manifestations de London ont eu lieu le 13 septembre. Je feuilletais les journaux publiés à cette période et je me suis rappelé une chose. Voici un extrait d'un article de James Chaarani publié le 13 septembre dans le London Free Press: « Lorsqu'on a demandé pourquoi il a été décidé d'organiser la manifestation devant un hôpital, [...] le directeur général de la division de London de Vaccine Choice Canada a dit que c'était parce que l'intersection était très achalandée et que le groupe voulait manifester son appui à l'égard des travailleurs de la santé. "C'est une occasion pour les habitants de London de passer à cette intersection et de voir que ce n'est pas tout le monde qui approuve ce que fait le gouvernement, car, souvent, notre voix n'est pas entendue." »
Je ne suis pas là pour tenter de déterminer si ces gens ont raison ou s'ils ont tort; ce n'est pas ce que j'ai choisi de faire aujourd'hui. Je reconnais qu'il faut avoir une vue d'ensemble. Il faut examiner ce qui arrive lorsqu'il s'agit d'infrastructures essentielles et que ces activités ont des conséquences pour les Canadiens.
J'aimerais informer la Chambre que je partagerai mon temps de parole avec le député de Barrie—Springwater—Oro-Medonte.
Les temps sont extrêmement difficiles pour les familles. Je suis bien placée pour le savoir, parce qu'après cette manifestation, ma propre mère est tombée malade. C'était deux jours avant le scrutin. Il s'agit donc d'un sujet très personnel, car il me rappelle aussitôt l'état de santé de ma mère. Je m'excuse d'ailleurs auprès d'elle, car je sais qu'elle est à l'écoute aujourd'hui. Quand je suis allée la voir ce jour-là, j'ai cru qu'elle était morte. Je me suis approchée et je me suis mise à la frictionner pour qu'elle reprenne connaissance. Quand j'ai finalement réussi à la réveiller, j'ai appelé ma sœur, qui m'a conseillé de prendre sa température — celle de ma mère, évidemment. J'ai aussi appelé le député provincial Jeff Yurek, et il m'a dit de faire la même chose. Or, c'est à l'hôpital qu'il aurait fallu que je l'emmène.
Je me demande ce qui serait arrivé. Je me connais. Tous mes collègues — et mes proches pourront le confirmer — savent que je suis prête à tout pour ceux que j'aime. Je me demande ce qui me serait arrivé à moi, mais aussi ce qui aurait pu arriver aux autres, et j'ai du mal à m'en faire une image mentale.
Il s'agit d'émotions très puissantes. Je sais que les manifestations se poursuivent un peu partout au Canada. Le droit de manifester est très important, mais il y a un moment et un endroit pour le faire, et qu'il s'agisse de projets ou de santé et sécurité, il ne faut jamais mettre autrui à risque.
J'aimerais maintenant changer de registre et parler des autres parties du projet de loi, notamment celle qui prévoit d'accorder des congés de maladie aux employés de ressort fédéral. Il y en a environ 910 000 dans l'ensemble du Canada, et la majorité d'entre eux font partie de la fonction publique. Il y a environ 18 000 employeurs dont les droits et les responsabilités sont définis par le Code canadien du travail. Pensons par exemple aux sociétés d'État, à la Société canadienne des postes, aux autorités portuaires, aux armateurs ainsi qu'aux exploitants et aux administrateurs de traversiers, de tunnels, de canaux, de ponts et de pipelines.
Lorsqu'une personne est malade, je crois qu'il est très important qu'elle puisse prendre congé, comme nous l'avons constaté pendant la pandémie. Il faut s'attendre à ce que les gens ne retournent pas au travail lorsqu'ils sont malades et prévoir une solution de rechange. Je sais qu'il y a des dispositions à cet égard au gouvernement fédéral, mais ce n'est pas nécessairement le cas ailleurs. Je crois que c'est une excellente occasion de tenir ce genre de discussion.
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
Mr. Speaker, we owe a great deal of gratitude to our health care professionals. In fact, thousands of people from Saskatchewan and Manitoba came to Winnipeg yesterday to witness the Western Semi-Final where the Bombers were very successful and prevailed in beating the Saskatchewan Roughriders. It so encouraging to see my friend and colleague from across the way, the member for Regina—Lewvan, wearing a Bomber jersey, and if I could ask him a question I would.
However, to my colleague across the way, would she not recognize that this wonderful game took place yesterday because, in good part, of the health care professionals and the fine work that they did, and the fact that Canada is doing so well on full vaccination?
By the way, let us look forward to the Grey Cup next Sunday.
Monsieur le Président, nous devons une fière chandelle aux professionnels de la santé. Hier, des milliers de Saskatchewanais et de Manitobains sont venus à Winnipeg pour assister à la demi-finale de la division de l'Ouest. Les Bombers l'ont emporté sur les Roughriders de la Saskatchewan. J'ai été ravi de voir mon ami et collègue d'en face, le député de Regina—Lewvan, porter un chandail des Bombers, et je lui poserais une question si je le pouvais.
Cela dit, ma collègue d'en face ne convient-elle pas que le match formidable d'hier a pu avoir lieu en grande partie grâce au travail exceptionnel des professionnels de la santé et au fait que le Canada s'en tire très bien au chapitre de la vaccination complète de sa population?
J'en profite pour dire que nous attendons avec impatience le match de la Coupe Grey, qui aura lieu dimanche prochain.
View Karen Vecchio Profile
CPC (ON)
Mr. Speaker, that is the nicest question I have ever had from this member, but he has to remember that I am from Ontario, so “go Ticats”.
However, it is absolutely the case that, because of our scientists, health care workers and all of those essential services, we are able to be here today and that so many of our children are able to go back to school. I would like to thank each and every health care worker and everyone on the front lines throughout this pandemic.
Monsieur le Président, c'est la plus belle question que le député m'ait jamais posée, mais il doit se rappeler que je viens de l'Ontario. Alors, allez les Ticats!
Je suis tout à fait d'accord que c'est grâce à nos scientifiques, à nos travailleurs de la santé et à tous les travailleurs essentiels que nous pouvons être ici aujourd'hui et que tant de nos enfants peuvent retourner à l'école. Je veux remercier chaque travailleur de la santé et toutes les personnes en première ligne depuis le début de la pandémie.
View Charlie Angus Profile
NDP (ON)
Mr. Speaker, I think what is happening in Canada is deeply troubling.
We pride ourselves on our willingness to be good neighbours, that is who we are as Canadians, and yet we are seeing with the anti-vax protest a really disturbing rise in toxic behaviour. This past weekend in Edmonton, a mob attacked a children's store. What is with that? In my region, a small-town doc who was a hero to so many people shut her practice because of online harassment. We have had young mothers attacked at vaccine clinics in my region. I could never have imagined in a thousand years that a mother and her child would be attacked and shouted down by a mob for trying to keep her child safe.
We have legislation here for our frontline health workers, but I want to ask my hon. colleague about the larger level of toxicity and this kind of anti-science violence that we are seeing that is targeting families and people who are trying to get through a really difficult time.
Monsieur le Président, je pense que ce qui se passe au Canada est profondément troublant.
Nous sommes fiers de notre volonté d'être de bons voisins; cela fait partie de l'identité canadienne. Pourtant, nous observons une hausse vraiment inquiétante des comportements toxiques chez les opposants à la vaccination. Par exemple, la fin de semaine dernière, une foule a attaqué un magasin pour enfants à Edmonton. Quelle était sa motivation? Dans ma région, une médecin, qui exerçait dans une petite ville et était une héroïne pour tant de gens, a abandonné sa pratique parce qu'elle était victime de harcèlement en ligne. Également dans ma région, il y a eu de jeunes mères qui ont été agressées dans des cliniques de vaccination. Je n'aurais jamais pu imaginer qu'on aurait agressé et chahuté une mère et son enfant parce que la mère tentait de protéger son enfant.
Nous débattons d'une mesure législative portant sur nos travailleurs de la santé de première ligne. Cependant, je veux demander à ma collègue ce qu'elle pense de la hausse du degré de toxicité et des actes de violence perpétrés par des gens hostiles à la science contre des familles et des particuliers qui tentent de traverser une période fort difficile.
View Karen Vecchio Profile
CPC (ON)
Mr. Speaker, I believe all members probably went through the same thing throughout this election. In my riding of Elgin—Middlesex—London, unfortunately, one of my constituents is being charged for throwing gravel at the Prime Minister, and I should not say “unfortunately”, because he needs to be charged. This is just not the behaviour that gets things done. This is toxic behaviour, and it needs to be dealt with. Those are things that I do not support. We saw that type of temperament throughout the entire campaign in Elgin—Middlesex—London, and we had to be aware of it.
Safety of Canadians has to be first, and if we could get back to less divisive discussions and more of a willingness to work together, we would have a better country once again.
Monsieur le Président, je crois que tous les députés ont probablement vécu la même chose durant la campagne électorale. Dans ma circonscription, Elgin—Middlesex—London, un des résidants a malheureusement été accusé d'avoir lancé du gravier au premier ministre, et je ne devrais pas dire « malheureusement », parce qu'il mérite d'être accusé. Un tel geste ne mène à rien. C'est un comportement toxique et inacceptable. Je désapprouve de tels gestes. Nous avons été témoins de ce type de choses tout au long de la campagne dans Elgin—Middlesex—London, et il fallait en tenir compte et prendre des mesures en conséquence.
La sécurité des Canadiens doit primer. Si nous pouvions revenir à des discussions moins conflictuelles et démontrer une volonté de travailler ensemble, notre pays ne s'en porterait que mieux.
View Dan Albas Profile
CPC (BC)
Mr. Speaker, some areas in my riding, such as the Kelowna General Hospital and the Penticton Regional Hospital, have been built up to the footprint of the road, and there is not a lot of space. Again, I am very supportive, as is the member, of freedom of expression and the ability to share one's political views regardless of what they are. We are a free and open society, but let us bear in mind that these particular infrastructures are not built for those kinds of protests.
I would like to hear whether the member has other examples of infrastructure where it may not be appropriate for people to utilize those spaces.
Monsieur le Président, certains secteurs de ma circonscription, comme l'hôpital général de Kelowna et l’hôpital régional de Penticton, ont été développés jusqu'au tracé de la route, et il ne reste pas beaucoup d'espace. Comme je l'ai déjà dit, à l'instar de la députée, j'appuie entièrement la liberté d'expression et la possibilité d'exprimer ses opinions politiques, quelles qu'elles soient. Nous appartenons à une société libre et ouverte, mais il faut se rappeler que de telles infrastructures n'ont pas été conçues pour ce genre de manifestation.
J'aimerais que la députée nous donne des exemples d'autres infrastructures qui ne se prêtent pas à un tel usage.
View Karen Vecchio Profile
CPC (ON)
Mr. Speaker, any time we have critical projects that are going to be good for this country, we have to very cautious, and safety is one of those things.
It is interesting when we watch people who start to protest, because it can start off very soft and calm and then the next thing we know we have a person up in a tree throwing stones. This is about common decency. I wish people would recognize that when they want to have their voices heard they should do so, but just be respectful.
Monsieur le Président, tout projet essentiel et avantageux pour le pays requiert une grande prudence, notamment au chapitre de la sécurité.
Souvent, les manifestations commencent de manière pacifique, dans le calme, puis, soudainement, une personne juchée dans un arbre se met à lancer des pierres. C'est une question de savoir-vivre. J'aimerais que les gens comprennent qu'il est correct de manifester pour faire entendre sa voix, mais cela doit se faire dans le respect.
View Doug Shipley Profile
CPC (ON)
Mr. Speaker, it is an honour to rise here today for my first speech in the 44th Parliament as the member for Barrie—Springwater—Oro-Medonte.
As this is my first time rising to speak during this new session of Parliament, I would like to use this opportunity to share my sincere thanks to my wife, Lisa, and my sons, Wyatt and Luke, for their unwavering support. I would also like to thank my campaign team and the many volunteers who selflessly gave countless hours of hard work, my dedicated EDA, and the residents of Barrie—Springwater—Oro-Medonte for once again placing their trust in me to represent them here in Ottawa. I am and will remain committed to working tirelessly on behalf of my community, both locally and in Parliament.
I am pleased to be speaking today to Bill C-3, an act to amend the Criminal Code and the Canada Labour Code.
Barrie—Springwater—Oro-Medonte is home to the Royal Victoria Regional Health Centre, also known locally as RVH. RVH is known as a place for receiving safe, compassionate, advanced care. It is a place of exceptional health care, led by an unwavering commitment to safety and quality. RVH was awarded accreditation with exemplary standing in 2019 by Accreditation Canada. That is the highest level of recognition awarded, and it is achieved by only 20% of Canadian health care organizations.
Among many other local, provincial and national recognitions, RVH has also received a gold quality health care workplace award from the Ontario Hospital Association for its continued focus on fostering a healthy and safe workplace that promotes a positive work-life balance.
The current president and CEO of the Royal Victoria Health Centre, Janice Skot, has led the health centre for 17 years and has recently announced her much-deserved retirement. I personally want to wish her the very best in her future endeavours. Alongside Ms. Skot are a visionary board of directors, an exceptional senior team and leaders, skilled physicians and nurses, compassionate volunteers and a supportive community.
Hospitals across Canada, including RVH, are places of healing. They are places where we face difficult days, seek treatment, and say hello and goodbye to loved ones. They are places of solemn solace and of beautiful beginnings.
My wife, Lisa, and I were thankful to welcome our two sons in the birthing unit of RVH. When my youngest son required immediate neonatal care, it was the wonderful health care workers of RVH who supported and cared for our family. During my son's 17-day stay in the neonatal intensive care unit, it was imperative that we had unencumbered and free access to the hospital throughout the day to provide our son with much-needed nourishment. I am pleased to say that over 16 years later and completely healthy, he will be graduating high school next year.
Hospitals should remain peaceful places for staff, patients, visitors and volunteers alike. I truly believe that harassment of our frontline nurses, doctors and health care workers is completely unacceptable. We all owe a huge debt of thanks to these frontline workers, who have been health care heroes both before and throughout this pandemic. They deserve unending appreciation and respect.
Unfortunately, this is not always the case. Katharine Smart, president of the Canadian Medical Association, said just last month that this past year, there has been an unfortunate escalation of hate directed towards the medical profession and all health care workers.
Linda Silas, president of the Canadian Federation of Nurses Unions, said that before the pandemic, 90 percent of nurses reported being exposed to physical violence at work, and during the pandemic, 60 percent of nurses reported that the level of violence had increased.
Shamefully, as recently as September of this year, staff, patients, visitors and volunteers were faced with a rally against COVID-19 restrictions, which took place outside of the hospital's doors. Regrettably, RVH was among the hospitals that were targeted.
Janice Skot, president and CEO of RVH, said the following in a statement:
People have a right to peacefully express their opinions, but these rallies in front of hospitals are disheartening, frustrating and offensive to health-care workers who have worked tirelessly throughout this gruelling pandemic.
While protesters lined our sidewalk opposing the safety measures intended to keep our communities safe, exhausted staff and physicians inside RVH continue working long hours under extremely difficult conditions, caring for sick patients—including those with COVID-19.
Skot went on to say that a crowd of largely unmasked protesters is also extremely intimidating for the patients coming to RVH to seek care. Dedicated health care workers should not be the target of angry protests. A global pandemic is a time when Canadians should, said Skot, “stand with our health-care workers, not protest outside the building in which they are doing heroic work.”
Since the pandemic began, RVH has cared for over 600 COVID patients. Skot says many of them have been critically ill and some have spent months recovering in hospital. Sadly, 98 have died due to COVID-related complications. She says, “Our employees and physicians have seen first-hand the tragic and heartbreaking impacts of this virus, and RVH supports any effort to keep our patients, our team, and our community safe.”
Dr. Colin Ward, the chief of surgery at RVH, echoed Ms. Skot's concerns regarding Bill C-3. He said, “The last two years have been extremely challenging for the health care community as we have worked tirelessly to provide health care under difficult and sometimes heartbreaking conditions. We appreciate the efforts made by Bill C-3 to help protect both the patients and all of the workers who provide care for them.”
RVH was not the only hospital affected by these protests. Hospitals in Toronto, Ottawa, Sudbury and London were also targeted by protesters.
Our health care centres are essential infrastructure. Access to them must not be blocked for any reason. The staff delivering critical care in these centres must be allowed to access the resources required to deliver necessary life-saving care, without threats, intimidation or harassment. Jaime Gallaher, a Canadian emergency room nurse, shared her experience working as a nurse while protests were taking place outside of hospital doors. She said, “One of our patients actually passed away in emerge, behind a curtain with his family, which was gut-wrenching because that should never, ever happen. They had no privacy to mourn.” Ms. Gallaher also explained that the protesters could be heard in the ER and called the disruption “a slap in the face” to grieving families and patients in need of emergency care.
Likewise, Dr. Rod Lim, a pediatric emergency room physician in London, Ontario, had this to say about protests outside of hospitals:
The protests are demoralizing. There’s a lack of common decency, to protest in front of a hospital, to delay people who are trying to get the care that they deserve. They have nothing to do with the protests, nothing to do with government policy, and they’re being adversely affected. This is absolutely maddening.
As a past member of the Barrie area physician recruitment task force, I am aware how difficult it is to recruit medical staff. With current labour shortages, human resources teams are currently facing a very competitive job market, which is a challenge for recruiting new frontline employees. Vicki McKenna, president of the Ontario Nurses' Association, said, “Prior to COVID, we had hundreds of RN vacancies. That hasn’t improved—it’s gotten worse. RVH is no different than any other hospital; they have vacancies. It’s tough out there.”
Having protesters outside of health care settings does not help this issue. I know freedom of speech is an important right for Canadians, but the foundational principles of Canada are peace, order and good government. When protests turn into blockades and threaten people's ability to access services critical to their lives, the government must appropriately step in, not to diminish or destroy our liberties, but to ensure that people are living to enjoy them.
The staff at RVH and at hospitals across Canada have been working tirelessly throughout this pandemic to care for our communities. Staff from RVH and other healthcare settings across Barrie—Springwater—Oro-Medonte spent their off hours during the pandemic staffing COVID-19 testing centres and vaccine clinics. They have risen to the challenge of supporting us through this pandemic, and they deserve our support, now and always.
Health care settings are not an appropriate place for protests that threaten patients' well-being, disrupt quiet recuperation or block access to much-needed medical services. Slowing down or not permitting health care professionals to gain access to their places of employment is completely unacceptable. We need to respect the health care heroes who have supported and cared for our communities before and throughout this pandemic and who will be there for us long after this pandemic.
Monsieur le Président, je suis honoré de prononcer aujourd'hui mon premier discours de la 44e législature à titre de député de Barrie—Springwater—Oro‑Medonte.
Comme c'est la première fois que je prends la parole en cette nouvelle session parlementaire, j'aimerais saisir l'occasion pour remercier sincèrement mon épouse, Lisa, ainsi que mes fils, Wyatt et Luke, de leur soutien inébranlable. J'aimerais également remercier mon équipe de campagne et les nombreux bénévoles qui ont travaillé d'arrache-pied sans compter les heures. Je remercie mon association de circonscription de son dévouement, de même que les résidants de Barrie—Springwater—Oro‑Medonte de m'avoir à nouveau fait confiance pour les représenter ici, à Ottawa. Je promets de travailler sans relâche au nom de ma collectivité, tant sur place qu'au Parlement.
Je suis heureux de m'exprimer aujourd'hui au sujet du projet de loi C‑3, Loi modifiant le Code criminel et le Code canadien du travail.
C'est à Barrie—Springwater—Oro‑Medonte qu'est situé le centre régional de santé Royal Victoria, réputé pour prodiguer en toute sécurité et avec compassion des soins avancés. Il s'agit d'un lieu de soins exceptionnels, guidé par un engagement infaillible en matière de sécurité et de qualité. En 2019, Agrément Canada a octroyé au centre l'agrément avec distinction pour pratique exemplaire. Il s'agit de la plus haute distinction, que seulement 20 % des organismes de santé au Canada ont réussi à obtenir.
En plus de beaucoup d'autres distinctions locales, provinciales et nationales, le centre régional de santé Royal Victoria a reçu un prix du milieu de travail en soins de santé de catégorie Or, qui est remis par l'Association des hôpitaux de l'Ontario. Ce prix souligne les efforts soutenus de l'hôpital pour favoriser un milieu de travail sain et sûr qui encourage la conciliation entre le travail et la vie personnelle.
L'actuelle présidente-directrice générale, Janice Skot, est à la tête du centre depuis 17 ans. Elle a récemment annoncé qu'elle allait prendre une retraite bien méritée. Je lui souhaite la meilleure des chances dans tout ce qu'elle entreprendra. Madame Skot est épaulée par un conseil d'administration visionnaire, une équipe exceptionnelle de professionnels accomplis et de dirigeants, des médecins et des infirmiers qualifiés, des bénévoles pleins de compassion et un milieu communautaire solidaire.
Les hôpitaux de partout au Canada, y compris le centre régional de santé Royal Victoria, sont des lieux de guérison. Nous y vivons des jours difficiles et y recevons des traitements. C'est là que nous souhaitons la bienvenue et disons au revoir à des proches. Ce sont des lieux de réconfort solennel et de magnifiques débuts.
C'est avec reconnaissance que mon épouse, Lisa, et moi avons accueilli nos deux fils à l'unité des naissances du centre. Quand mon plus jeune fils a eu besoin de soins néonatals immédiats, les extraordinaires travailleurs de la santé de cet hôpital ont pris soin de notre famille et nous ont appuyés. Pendant les 17 jours d'hospitalisation à l'unité néonatale de soins intensifs, il était essentiel que nous ayons un accès non limité à l'hôpital tout au long de la journée pour nourrir notre fils, pour lui donner ce dont il avait besoin. Je suis heureux de pouvoir dire que plus de 16 ans plus tard, il est en pleine santé et qu'il terminera ses études secondaires l'année prochaine.
Les hôpitaux doivent demeurer des lieux paisibles pour le personnel, les patients, les visiteurs et les bénévoles. Bien franchement, j'estime carrément inacceptable de harceler le personnel infirmier de première ligne, les médecins et les travailleurs de la santé. Nous sommes tous immensément redevables à ces travailleurs de première ligne qui ont été les héros du système de santé, avant et après la pandémie. Ils méritent une appréciation et un respect sans bornes.
Malheureusement, ce n'est pas toujours le cas. Katharine Smart, présidente de l'Association médicale canadienne, a déclaré le mois dernier qu'au cours de l'année passée, on avait enregistré une hausse regrettable des manifestations de haine contre l'ensemble des travailleurs de la santé, y compris le corps médical.
Linda Silas, présidente de la Fédération canadienne des syndicats d'infirmières et d'infirmiers, a affirmé qu'avant la pandémie, 90 % du personnel infirmier rapportait avoir été exposé à de la violence physique au travail et que, durant la pandémie, 60 % avait signalé que le niveau de violence avait augmenté.
Qui plus est, pas plus tard qu'en septembre de cette année, le personnel, les patients, les visiteurs et les bénévoles ont été confrontés à des manifestations contre les restrictions liées à la COVID‑19. Ces levées de boucliers ont eu lieu à l'extérieur, aux portes des hôpitaux. Malheureusement, le centre régional de santé Royal Victoria figurait au nombre des hôpitaux ciblés.
Janice Skot, présidente-directrice générale du centre, a déclaré:
Les gens ont le droit d'exprimer pacifiquement leur opinion, mais ces manifestations devant les hôpitaux sont décourageantes, frustrantes et offensantes pour les travailleurs de la santé qui se dévouent sans relâche depuis le début de cette éprouvante pandémie.
Alors que les manifestants occupaient le trottoir pour dénoncer les mesures de sécurité visant à assurer la sécurité des collectivités, le personnel de la santé et les médecins à l'intérieur du centre continuaient de travailler de longues heures dans des conditions extrêmement difficiles pour prodiguer des soins aux malades, y compris ceux atteints de la COVID‑19.
Mme Skot a ajouté qu'une foule de manifestants pour la plupart non masqués se révèle extrêmement intimidante pour les patients qui se présentent au centre pour obtenir des soins. Les vaillants travailleurs de la santé ne devraient pas être la cible de manifestations hargneuses. Mme Skot a également déclaré qu'en temps de pandémie mondiale, les Canadiens devraient se montrer solidaires des travailleurs de la santé plutôt que de manifester à l'extérieur d'un établissement de santé où le personnel fait un travail héroïque.
Depuis le début de la pandémie, le centre s'est occupé de plus de 600 patients atteints de la COVID. Mme Skot a affirmé que plusieurs avaient été très malades et que certains ont passé des mois à l'hôpital en convalescence. Malheureusement, 98 personnes ont été emportées par les complications liées à la COVID. Mme Skot ajoute: « Les employés et les docteurs du centre ont été témoin des impacts tragiques et bouleversants du virus, et le centre soutient tous les efforts visant à assurer la sécurité des patients, des travailleurs et de la collectivité. »
Le Dr Colin Ward, chirurgien en chef au centre, a fait écho aux propos de Mme Skot concernant le projet de loi C‑3. Il a dit ceci: « Les deux dernières années ont été extrêmement difficiles dans le milieu de la santé, et nous avons travaillé sans relâche pour donner des soins dans des conditions dures et parfois bouleversantes. Nous apprécions les efforts déployés dans le cadre du projet de loi C‑3 pour protéger autant les patients que toutes les personnes qui leur donnent des soins. »
Le centre n'est pas le seul hôpital à avoir été touché par des manifestations. Des hôpitaux de Toronto, d'Ottawa, de Sudbury et de London ont aussi été ciblés par les manifestants.
Les centres de soins de santé font partie de l'infrastructure essentielle du pays. Rien ne peut justifier de bloquer l'accès à ces centres. Le personnel qui prodigue les soins essentiels qui sauvent des vies au moyen des ressources qui se trouvent dans ces centres doit pouvoir accéder à ces derniers sans être menacé, intimidé ou harcelé. Jaime Gallaher, une infirmière qui travaille aux urgences, a raconté ce que c'était que de travailler pendant qu'une manifestation se déroule à l'extérieur. Elle a dit: « Un de nos patients est décédé à l'urgence, derrière un rideau en compagnie de sa famille, ce qui était révoltant, parce que cela ne devrait jamais arriver. Cette famille n'a même pas eu droit à un peu d'intimité pour faire son deuil. » Mme Gallaher a également ajouté qu'on pouvait entendre les manifestants depuis la salle des urgences et que, pour elle, leur présence était comme « une claque au visage » des familles endeuillées et des patients des urgences.
Le Dr Rod Lim, un pédiatre qui travaille aux urgences à London, en Ontario, a tenu à peu près le même discours au sujet des manifestations devant les hôpitaux:
Il est démoralisant de voir ces manifestations. Il faut manquer de décence pour aller manifester devant un hôpital, pour entraver le passage des gens qui s'y rendent pour obtenir les soins dont ils ont besoin. Ces gens n'ont rien à voir avec l'objet de la manifestation, ils n'ont rien à voir avec les politiques du gouvernement, mais ce sont eux qui subissent les impacts. C'est carrément enrageant.
En tant qu'ancien membre du groupe de travail sur le recrutement des médecins de la région de Barrie, je suis conscient de la difficulté de recruter du personnel médical. Avec les pénuries de main-d'œuvre actuelles, les équipes de ressources humaines sont actuellement confrontées à un marché du travail très concurrentiel, ce qui complique le recrutement de nouveaux employés de première ligne. Vicki McKenna, présidente de l’Association des infirmières et infirmiers de l’Ontario, a déclaré: « Avant la COVID, nous avions des centaines de postes vacants d'infirmières et d'infirmiers autorisés. La situation ne s'est pas améliorée — elle s'est aggravée. Le centre de santé régional Royal Victoria n'est pas différent des autres hôpitaux; il a des vacances de postes. La situation est difficile ».
La présence de manifestants à l'extérieur des établissements de soins de santé n'aide pas à résoudre ce problème. Je sais que la liberté d'expression est un droit important pour les Canadiens, mais les principes fondamentaux du Canada sont la paix, l'ordre et le bon gouvernement. Lorsque les manifestations se transforment en blocus et compromettent l'accès des gens à des services essentiels à leur vie, le gouvernement doit intervenir de façon appropriée, non pas pour diminuer ou détruire nos libertés, mais pour s'assurer que les gens vivent pour en profiter.
Le personnel du centre de santé régional Royal Victoria et des hôpitaux du Canada a travaillé sans relâche tout au long de cette pandémie pour prendre soin de nos communautés. Les membres du personnel du centre de santé régional et d'autres établissements de soins de santé de Barrie—Springwater—Oro-Medonte ont passé leurs heures de repos pendant la pandémie à s'occuper des centres de dépistage de la COVID‑19 et des cliniques de vaccination. Ils ont relevé le défi de nous soutenir pendant cette pandémie et ils méritent notre soutien, maintenant et à jamais.
Les établissements de soins de santé ne sont pas des lieux appropriés pour des manifestations qui compromettent le bien-être des patients, perturbent leur récupération dans le calme ou bloquent l'accès à des services médicaux indispensables. Il est totalement inacceptable de ralentir les professionnels de la santé ou de ne pas leur permettre d'accéder à leur lieu de travail. Nous devons respecter les héros de la santé qui ont soutenu et soigné nos communautés avant et pendant cette pandémie, et qui seront là pour nous longtemps après celle-ci.
View Luc Thériault Profile
BQ (QC)
View Luc Thériault Profile
2021-12-06 11:29
Mr. Speaker, since I have not yet had the opportunity to do so, I would like to congratulate you on your appointment. I am sure that you will be up to the task of ensuring that the debates run smoothly.
I would like to hear my colleague's comments on something that I have been thinking about.
Does he not believe that, had the government not taken so long to bring Parliament back after calling an election ostensibly because there were things that had to be taken care of right away, we would not be here two months later dealing with a bill that covers two completely different areas?
Is it because the government is determined to pass two bills in one?
If the government had brought the House back right away after the election, about two weeks after, for example, then we could have been debating two different bills. With regard to the Criminal Code, the bill is redundant because the offences already exist.
Monsieur le Président, je n'ai pas encore eu l'occasion de le faire, mais j'aimerais vous féliciter pour votre nomination. Je suis sûr que vous serez à la hauteur de votre talent quant au bon déroulement des débats.
J'aimerais entendre les commentaires de mon collègue au sujet d'une réflexion que j'ai eue.
Ne croit-il pas que, si le gouvernement n'avait pas pris tout ce temps pour rappeler le Parlement, alors que des élections avaient été déclenchées soi-disant parce qu'il était urgent de régler les questions, on ne se retrouverait pas, deux mois plus tard, avec un projet de loi qui couvre deux domaines totalement différents?
Est-ce parce que le gouvernement veut absolument faire adopter deux projets de loi en un?
Au fond, si le gouvernement avait rappelé la Chambre tout de suite après les élections, par exemple deux semaines après, on aurait pu tabler sur deux projets de loi. Somme toute, pour ce qui est du Code criminel, on dit que ce projet de loi est très redondant puisque les infractions existent déjà.
View Doug Shipley Profile
CPC (ON)
Mr. Speaker, I will go one step further: We do not feel there should have been an election called in the first place. We should have remained here working throughout all of that, so yes, we should have been here working over the summer and much earlier in the fall. I agree that we could have been here dealing with this over many weeks prior to this.
Monsieur le Président, je vais même aller encore plus loin que mon collègue. Nous pensons carrément que ces élections n'auraient jamais dû avoir lieu. Nous aurions dû rester ici à travailler cet été et au début de l’automne. Je conviens que nous aurions pu commencer ce travail il y a des semaines et des semaines.
View Gord Johns Profile
NDP (BC)
Mr. Speaker, during the pandemic, medical health professionals were really clear that they wanted us to social distance and wash our hands, but they also wanted politicians to implement paid sick days and people to get vaccinated. Here we are, 20 months later, and finally we have Conservatives and Liberals implementing paid sick days.
I think about the other health crisis that was happening previous to COVID, which is the opioid overdose crisis that is taking place in our country. Health professionals have been saying they want to see decriminalization and a safe supply as immediate first steps, and we need to listen to the sound advice of these health professionals.
Does my colleague agree politicians have failed in listening to medical health professionals and that we have lost lives as a result, whether it be by not implementing paid sick days or not implementing policies to address this overdose crisis happening in our country? I would like to hear his perspective on this.
Monsieur le Président, pendant la pandémie, les professionnels de la santé nous ont clairement indiqué qu’il fallait respecter la distanciation sociale et nous laver les mains. Ils voulaient aussi que les politiciens votent pour des congés de maladie payés et que les gens se fassent vacciner. Aujourd’hui, 20 mois plus tard, les conservateurs et les libéraux se mettent enfin à vouloir voter pour ces congés de maladie payés.
Je pense à l’autre crise sanitaire qui sévissait avant la pandémie: la crise des surdoses d’opioïdes, qui est toujours présente dans notre pays. Les professionnels de la santé ont demandé la décriminalisation et un approvisionnement sûr pour commencer, et nous devons écouter leurs judicieux conseils.
Mon collègue est-il d’accord pour dire que les politiciens n’ont pas su entendre les professionnels de la santé et qu’à cause de cela, nous avons perdu des vies, que ce soit en ce qui concerne les congés maladie payés ou la crise des surdoses? J’aimerais avoir son avis à ce sujet.
View Doug Shipley Profile
CPC (ON)
Mr. Speaker, hindsight is 20/20 on a lot of issues. We can look back and say we failed on many things, but as long as we are trying to do our best, that is very important.
Speaking of the opioid pandemic, Barrie—Springwater—Oro-Medonte has been devastated by this. Right now, the City of Barrie is looking at opening up a supervised consumption site. I will take all information into account regarding that and try to make a proper decision, while keeping good words like the ones my fellow colleague mentioned today. I always try to get all the information I can together for making valid, true and honest decisions, and I will go forward that way. That is the way I have always tried to conduct myself, and I will continue to do that going forward.
Monsieur le Président, avec du recul, il est plus facile de porter un jugement sur bien des questions. Nous pourrions regarder derrière nous et nous dire que nous avons échoué sur plusieurs plans, mais tant que nous tâchons de faire de notre mieux, c’est ce qui est le plus important.
Pour en revenir à la pandémie d’opioïdes, la circonscription de Barrie—Springwater—Oro-Medonte a été durement touchée par cette crise. En ce moment, la Ville de Barrie envisage de donner le feu vert à un centre de consommation supervisée. Je prendrai en compte tout ce qui a été dit à ce sujet et tâcherai de prendre une décision éclairée, en gardant à l’esprit les commentaires pertinents comme ceux que mon collègue a formulés aujourd’hui. J’essaie toujours de recueillir tous les renseignements possibles pour prendre des décisions valables, justes et honnêtes, et je poursuivrai dans cette voie. Je me suis toujours efforcé de procéder ainsi, et continuerai de le faire.
View Damien Kurek Profile
CPC (AB)
Mr. Speaker, it is good to be able to enter into debate on this important subject today.
I have heard from a number of colleagues and a number of parties, who have raised concerns that this bill addresses two very different issues. Although both are very important to discuss and debate in this place, the fact is that they are quite different. One is related to protecting health care workers from being restricted from entering hospitals and whatnot, and then the other is regarding paid sick leave.
I am wondering if my colleague has any comments about whether these two distinct issues should be debated separately and if there is value in that to ensure it has the fulsome discussion required to make good policy that comes from this place.
Monsieur le Président, je suis heureux de pouvoir débattre de cet important sujet aujourd’hui.
Un certain nombre de collègues et différents partis m’ont fait part de leurs préoccupations quant au fait que ce projet de loi traite de deux questions distinctes. S’il est très important de discuter et de débattre de ces deux questions à la Chambre, il n’en demeure pas moins qu’elles sont très différentes. L’une vise à protéger les travailleurs de la santé, notamment pour éviter qu’on leur bloque l’accès aux hôpitaux, et l’autre concerne les congés de maladie payés.
Je voudrais savoir si mon collègue pense que ces deux questions distinctes devraient être débattues séparément et qu’il serait judicieux de le faire afin de garantir que nous ayons les discussions approfondies nécessaires pour élaborer une bonne politique.
View Doug Shipley Profile
CPC (ON)
Mr. Speaker, we sometimes have to deal with what we have been given, and they are together in this one so we will do our best to come together and deal with them. Hopefully, if and when they go to committee, they will be able to be dealt with properly.
We do have to look at what we have been given, and I concentrated more on the health care portion today. I am looking forward to getting that implemented. Knowing there is such a large health institution in my area that was given a very rough ride in the summer with protests, I am looking forward to seeing that get passed as soon as possible.
Monsieur le Président, nous devons parfois composer avec ce que l'on nous donne, et comme les deux projets de loi sont réunis dans celui‑ci, nous ferons de notre mieux pour les examiner ensemble. J'espère que si nous les renvoyons en comité, ils pourront être traités comme il se doit.
Nous devons examiner ce que nous avons reçu. Pour l'instant, j'ai mis l'accent sur la partie qui porte sur les soins de santé. J'ai hâte que cela soit mis en œuvre. Comme il y a un important établissement de santé dans ma région qui, l'été dernier, a été très malmené par des protestations, je souhaite que ces mesures soient adoptées au plus vite.
View Arif Virani Profile
Lib. (ON)
Mr. Speaker, I am glad to be speaking here in Ottawa from the unceded territory of the Algonquin Anishinabe people. My riding of Parkdale—High Park, which I am proud to represent in this chamber, rests on the traditional territory of the Haudenosaunee, the Wendat, the Métis, and most recently, the Mississaugas of the Credit. Toronto is now home to many first nations, Inuit and Métis people.
These past 22 months, it goes without saying, have been defined by the global COVID-19 pandemic. These past 22 months have also been defined by exemplary work on the part of health care professionals working extremely hard to keep all of us safe. The first thing I want to say in addressing Bill C-3 is a very heartfelt and sincere thanks to all health care professionals who have been doing so much for all of us in our time of need.
I am speaking of doctors. I am speaking of nurses. I am speaking of auxiliary health staff. I am speaking of researchers who have brought us vaccines. I am speaking of the people in my riding of Parkdale—High Park at St. Joseph's hospital, at the Parkdale Queen West Community Health Centre, at Four Villages and at Runnymede rehab. I am speaking of all of the countless nurses, practitioners, doctors and other health care professionals who call my riding home.
I am also speaking very personally about my wife and her team at the Public Health Agency of Canada. I have spoken about Suchita before. She has the distinct duty, during this pandemic, of being in charge of quarantine and border health controls for the Public Health Agency in all of Ontario and for the north. It is a critical job at the simplest of times, but during a pandemic it is a pivotal job for what we do and keeping all of us safe. I thank Suchita for what she has been doing consistently for the past 22 months.
All of these people deserve our appreciation, our gratitude and our respect, yet things have unfortunately been inverted in these last several months. Those who should have been receiving praise are receiving scorn. Those who should be empowered to keep us safe are being actively prevented from entering hospitals and clinics. They are sometimes being threatened, harassed or even assaulted.
It extends beyond just those who provide health care. It also applies to those who are seeking health care. Patients are being intimidated and prevented from entering some of these health care facilities. The impact is severe. Health care professionals feel they have gone from heroes to villains, and it is indeed demoralizing.
I will be sharing my time with the member for Sackville—Preston—Chezzetcook. We can tell it is a new Parliament because I am off my game.
I was talking about the impact. The impact is that health care professionals feel they have gone from being heroes to villains, and it is demoralizing. It is also an impact that has been borne by Canadians who are seeking to do the right thing in following public health guidelines, in accessing care to keep themselves and our communities safe. They are at the same time being vilified for daring to follow those public health imperatives.
How has it come to this? How have we gotten to this state of affairs in Canada in December 2021? There are those who have embraced the science behind COVID, the public health measures that are needed to help keep all of us safe, and the utility of vaccines in the fight against this virus. There are those who have not and those who challenge the utility of vaccines, science, scientists and all of the health care professionals who support these endeavours.
Let me be clear about one thing that is pivotal in this chamber of all places: the democratic right to disagree and to dissent. That is what freedom of assembly, freedom of association and freedom of expression mean as protected under section 2 of the Canadian Charter of Rights and Freedoms, which I had the privilege of defending for 15 years while I was a practising lawyer. That is the hallmark of any democracy, let alone this democracy.
There are and always have been limits to such expressive rights. There is an old legal adage that says a person has the right to swing their arm, but that right ends at my nose. The notion that it conjures up is that one's expressive rights end when they can cause harm to another individual. It encapsulates the idea that threats, harassment and physical assault have always been against the law and remain against the law in this country.
Through this important piece of legislation, Bill C-3, we are proposing to enhance these very protections, particularly in the case of health care workers and those who seek access to health care. With Bill C-3, we are proposing to take decisive action by amending the Criminal Code as well as the Labour Code. I am speaking today of the Criminal Code amendments.
The amendments to the Criminal Code would ensure significant consequences for those who use fear to prevent health care professionals from doing their jobs and for those who prevent patients from receiving such care. Bill C-3 would create a new, specific offence for intimidation of health care workers and those who seek health care, as well as an offence that would prohibit someone from obstructing a person from accessing health care facilities.
Individuals who intend to use fear to stop health care workers from performing their duties, or to prevent people from accessing health services, could be charged with this proposed new offence.
In the Criminal Code, aggravating factors are considered for sentencing. An aggravating factor would be added to require courts to consider more serious penalties for any offender who targets health care workers engaged in their duties or who impedes others from accessing health services.
A new sentencing provision would also be created that requires courts to consider more serious penalties. There would be up to a 10-year maximum, compared with the current five-year maximum in the Criminal Code, for offenders who target health care workers engaged in their duties or who impede people from obtaining health care services.
In precise terms, that is what Bill C-3 would capture. For those who are still skeptical, let me be crystal clear about what Bill C-3 would not capture. It would not capture peaceful demonstrations, or the right of health care professionals to protest to improve their own working conditions. Instead, it would protect such people from the unfortunate violence they are currently facing and would help to ensure safer workplaces than they have right now.
The freedom of Canadians to voice their concerns and protest in a safe and peaceful manner is critical, as is obviously the ability of health care workers to take labour action and organize themselves. That would be respected by these proposed changes in the criminal law, because a communication defence is being entrenched in Bill C-3. That would help ensure that there is a balance, as there has always been due to how the charter was designed in 1982. There would be a balance between the protections we need and the protection of the expressive rights of Canadian citizens, including the health care workers and those who would peacefully protest against them. That balance is the legislative change we need to see in this country, because what we are seeing unfortunately is an escalation of hate. Let us call it what it is. It is hatred directed toward these workers and those who would access their services.
The right to protest and to dissent is one thing, and as I have outlined it is critical. However, obstructing patients and health care personnel and trying to strike fear into their hearts and minds is something that cannot and should not be tolerated in this country in 2021. We have seen people getting in the faces of vulnerable patients who are trying to access care, yelling and spitting at them, or following health care professionals to their cars and vandalizing their vehicles. We have seen health care professionals targeted by death threats: those same health care professionals who are always working not only to keep us safe, but to keep us alive in this pandemic. These death threats, whether made in person or through social media campaigns, are designed to intimidate and frighten those people. It is an unacceptable state of affairs.
What I would inject in these final two minutes is that we are not just talking about COVID. When we talk about the health care apparatus, we have to think about all the health care services that are provided and not just those that address the pandemic. The impacts extend to all those who seek other medical treatments at hospitals and clinics across this country: those who rely on nurses, physicians and surgeons to perform things such as transplants, hip surgeries and knee replacements. The list goes on. Right now, those Canadians are being victimized by the type of escalating hatred we are witnessing around the country, because these surgeries are being delayed or cancelled outright because of the chaos being unleashed at health care facilities around the country. The result is that Canadians awaiting such surgeries are forced to wait that much longer, prolonging their pain and suffering. It is an untenable situation.
Health care workers have taken the Hippocratic oath. I am sure that 22 months ago, they thought they understood the contours of that oath to serve other people, to care for them and provide them assistance. That has been turned on its head over these past 22 months with COVID. I want to underscore this, and we have heard it from other speakers in this chamber: At this time in particular, these people deserve our gratitude, appreciation and respect. If I see somebody wearing scrubs in my riding, I have made it my personal mission to point them out, to stop them and ask them where they work and to thank them for what they are doing, because these people are always brave in the face of adversity. They are always selfless and devote extended hours to their craft. Now they need our support more than ever. That is what Bill C-3 would achieve, which is why I hope all members of the House can get behind this important bill.
Monsieur le Président, je suis heureux de prendre la parole ici, à Ottawa, depuis le territoire non cédé du peuple algonquin anishinabe. Ma circonscription, Parkdale—High Park, que je suis fier de représenter à la Chambre, se trouve sur le territoire ancestral des Haudenosaunee, des Wendats, des Métis et, plus récemment, de la bande des Mississaugas de Credit. Toronto est devenu le lieu de résidence de nombreux membres des Premières nations, Inuits et Métis.
Il va sans dire que les 22 derniers mois ont été marqués par la pandémie mondiale de COVID‑19. Les 22 derniers mois ont également été définis par le travail exemplaire des professionnels de la santé qui travaillent extrêmement fort pour assurer la sécurité de tous. La première chose que je veux faire dans le cadre de ce débat sur le projet de loi C‑3, c'est remercier sincèrement tous les professionnels de la santé qui en font beaucoup pour nous tous en ces temps difficiles.
Je parle des médecins. Je parle du personnel infirmier. Je parle du personnel auxiliaire de santé. Je parle des chercheurs à qui nous devons les vaccins. Je parle des gens de ma circonscription, Parkdale—High Park, qui travaillent à l'hôpital St. Joseph, au centre de santé communautaire Parkdale Queen West, à Four Villages et au centre de réadaptation Runnymede. Je parle des innombrables infirmiers, praticiens, médecins et autres professionnels de la santé qui vivent dans ma circonscription.
Je fais aussi référence à une expérience toute personnelle, soit celle de ma femme et de son équipe à l'Agence de la santé publique du Canada. J'ai déjà parlé de Suchita. Elle est responsable, pendant la pandémie actuelle, de la mise en quarantaine et des mesures de contrôle sanitaire aux frontières pour l'Ontario et le Nord canadien à l'Agence de la santé publique du Canada, une tâche bien particulière. En temps normal, c'est déjà un travail essentiel, mais pendant une pandémie, cela devient un travail crucial pour nous, les députés, et pour la sécurité de la population canadienne. Je remercie Suchita pour ce qu'elle accomplit assidûment depuis 22 mois.
Toutes ces personnes méritent notre estime, notre gratitude et notre respect, mais, malheureusement, ces derniers mois, tout semble inversé: les personnes que nous devrions féliciter ont droit à notre mépris. Plutôt que de donner à ces personnes la capacité d'assurer notre sécurité, nous les empêchons activement d'entrer dans les hôpitaux et les cliniques. Elles font parfois l'objet de menaces ou de harcèlement, et sont même agressées.
La situation ne touche pas seulement les fournisseurs de soins. Elle s'applique également aux personnes qui souhaitent obtenir des soins. Des patients subissent de l'intimidation et on les empêche d'accéder à certains établissements de soins de santé. Les conséquences sont graves. Les professionnels de la santé ont l'impression d'être passés de héros à méchants, et c'est franchement démoralisant.
Je vais partager mon temps de parole avec le député de Sackville—Preston—Chezzetcook. On peut voir que c'est une nouvelle législature, car j'ai perdu mes repères.
Je parlais des répercussions, qui donnent l'impression aux professionnels de la santé qu'après avoir été héros, ils sont maintenant des méchants. C'est démoralisant. Il y a aussi des répercussions pour les Canadiens qui s'efforcent de faire ce qu'il faut en suivant les consignes sanitaires et en se faisant soigner afin d'assurer leur sécurité et celle de la collectivité. Eux aussi se font vilipender pour oser suivre ces impératifs en matière de santé publique.
Comment en sommes-nous venus là? Comment nous sommes-nous trouvés en pareille situation, au Canada, en décembre 2021? Il y a ceux qui adhèrent aux données scientifiques concernant la COVID, aux mesures de santé publique qui sont nécessaires pour assurer la sécurité de tous et à l'utilité des vaccins pour la lutte contre le virus. Il y a ceux qui ne le font pas et qui remettent en question l'utilité des vaccins, de la science, des scientifiques et des professionnels de la santé qui appuient ces efforts.
Je tiens à rappeler une chose absolument fondamentale, surtout ici, à la Chambre: le droit de ne pas être d'accord et d'exprimer son opposition. Ce droit découle de la liberté de réunion, de la liberté d'association et de la liberté d'expression, que protège l'article 2 de la Charte canadienne des droits et libertés. Il s'agit d'un principe que j'ai eu le privilège de défendre pendant 15 ans lorsque j'étais avocat. C'est le fondement même de toute démocratie et, à plus forte raison, de la nôtre.
Or, ces droits d'expression ont toujours eu des limites. En droit, il y a un vieil adage qui dit que toute personne a le droit de balancer les bras, mais que ce droit s'arrête là où commence le nez des autres. Ce qu'il faut comprendre, c'est que les droits d'expression s'arrêtent là où ils pourraient causer du tort à autrui. En somme, les menaces, le harcèlement et les agressions physiques ont toujours été contraires à la loi, et c'est toujours le cas dans notre pays.
En proposant cette importante mesure législative, le projet de loi C‑3, nous voulons améliorer ces protections, et ce, plus particulièrement pour les travailleurs de la santé et les personnes qui demandent des soins médicaux. Le projet de loi C‑3, qui modifie le Code criminel et le Code du travail, prévoit donc des mesures énergiques en ce sens. Mon intervention porte sur les modifications apportées au Code criminel.
Les modifications au Code criminel imposeraient des conséquences importantes à ceux qui ont recours à la peur pour empêcher les professionnels de la santé de faire leur travail ou qui empêchent les patients de recevoir des soins. Le projet de loi C‑3 créerait une nouvelle infraction visant expressément l'intimidation des travailleurs de la santé ou des personnes qui cherchent à obtenir des soins de santé, ainsi qu'une infraction interdisant à quiconque d'entraver l'accès par autrui à des établissements de soins de santé.
Les individus ayant l'intention d'utiliser la peur pour empêcher les travailleurs de la santé d'exercer leurs fonctions ou pour empêcher les gens d'avoir accès à des services de santé pourraient être accusés de cette nouvelle infraction qui est proposée.
Aux termes du Code criminel, il faut tenir compte des circonstances aggravantes pour la détermination de la peine. Ainsi, le projet de loi exigerait que les tribunaux envisagent d'imposer des peines plus sévères à tout contrevenant qui cible des travailleurs de la santé dans l'exercice de leurs attributions ou qui nuit à l'obtention par autrui de services de santé puisqu'il s'agirait de circonstances aggravantes.
Une nouvelle disposition en matière de détermination de la peine serait également créée pour obliger les tribunaux à envisager des peines plus lourdes. Les contrevenants qui ciblent des travailleurs de la santé dans l'exercice de leurs attributions ou qui nuisent à l'obtention par autrui de services de santé seraient passibles d'une peine maximale de 10 ans, comparativement à la peine maximale de 5 ans que prévoit actuellement le Code criminel.
Voilà donc ce que le projet de loi C‑3 viserait précisément. À ceux qui demeurent sceptiques, je tiens à dire une chose très clairement: le projet de loi C‑3 n'interdirait pas les manifestations pacifiques ni le droit des professionnels de la santé de protester pour améliorer leurs propres conditions de travail. Au contraire, le projet de loi protégerait ces derniers de la violence à laquelle ils font malheureusement face dans l'état actuel des choses, en plus de contribuer à rendre leurs lieux de travail plus sûrs.
Il est essentiel que les Canadiens puissent faire entendre leurs préoccupations et protester d'une façon sécuritaire et pacifique, tout comme il est essentiel que les travailleurs de la santé puissent exercer des moyens de pression et s'organiser. Les modifications proposées dans le Code criminel respecteraient ces deux principes, car la communication est inscrite dans le projet de loi C-3 à titre de moyen de défense. On veille ainsi à ce qu'il y ait un équilibre, comme c'est toujours le cas depuis l'adoption de la Charte en 1982. Il y aurait donc un équilibre entre la protection dont nous avons besoin et la protection des droits à la liberté d'expression des Canadiens, y compris des travailleurs de la santé et de ceux qui manifestent de façon pacifique contre eux. L'équilibre passe par cette modification législative qui doit être apportée au pays, car nous assistons malheureusement à une escalade de la haine. N'ayons pas peur des mots. Les travailleurs de la santé et ceux qui veulent avoir accès à leurs services sont bel et bien victimes de haine.
Le droit de manifester et d'être en désaccord est une chose, et comme je l'ai mentionné, c'est un droit essentiel. Toutefois, empêcher les patients et le personnel de la santé de passer et tenter d'instiller la peur en eux est quelque chose que nous ne pouvons pas et ne devons pas tolérer dans ce pays en 2021. Nous avons vu des gens harceler des patients vulnérables qui tentent d'avoir accès à des soins, crier après eux et leur cracher dessus, ou encore suivre des professionnels de la santé jusqu'à leur voiture et la vandaliser. Nous avons vu des professionnels de la santé recevoir des menaces de mort: nous parlons des gens qui travaillent pour nous protéger et nous garder en vie pendant la pandémie. Ces menaces de mort, qu'elles soient proférées en personne ou par l'entremise de campagnes sur les médias sociaux, visent à les intimider et à les effrayer. C'est une situation inacceptable.
Pendant les deux dernières minutes qu'il me reste, je tiens à insister sur le fait qu'il n'est pas seulement question de la COVID. Quand on parle du réseau de la santé, il faut penser à tous les services fournis et non seulement à ceux qui servent à lutter contre la pandémie. Les conséquences de la pandémie touchent toutes les personnes qui ont besoin d'autres traitements médicaux dans les hôpitaux et les cliniques du pays, celles qui dépendent des infirmières, des médecins et des chirurgiens pour effectuer des opérations comme des greffes, des chirurgies de la hanche, des arthroplasties du genou, et j'en passe. À l'heure actuelle, ces Canadiens sont victimes du type de haine qui grandit partout au pays parce que ces chirurgies sont retardées, voire carrément annulées à cause du chaos semé dans les établissements de santé du Canada. En conséquence, les Canadiens qui attendent de telles chirurgies doivent attendre plus longtemps, ce qui prolonge leur douleur et leur souffrance. C'est une situation intenable.
Les travailleurs de la santé ont prêté le serment d'Hippocrate. Je suis certain que, il y a 22 mois, ils croyaient en comprendre les grandes lignes: servir les autres, prendre soin d'eux et les aider. La situation a changé de façon draconienne depuis 22 mois à cause de la COVID. À l'instar d'autres intervenants à la Chambre, je tiens à souligner que les travailleurs de la santé méritent notre gratitude, notre reconnaissance et notre respect, surtout en ce moment. Quand je vois une personne qui porte une tenue médicale dans ma circonscription, je me suis donné comme mission personnelle de l'arrêter pour lui demander où elle travaille et pour la remercier de ce qu'elle fait parce que ces personnes font toujours preuve de courage devant l'adversité. Elles font toujours preuve d'altruisme et consacrent de longues heures à leur profession. Maintenant, elles ont besoin de notre appui plus que jamais. Voilà ce que le projet de loi C‑3 permettrait de faire, c'est pourquoi j'espère que tous les députés appuieront cette importante mesure législative.
View Ziad Aboultaif Profile
CPC (AB)
Mr. Speaker, thank you for giving me my first opportunity to speak in the House since the election.
I would like to take this opportunity to also thank the health care workers who serve us all the time, and especially during this difficult time with COVID.
The hon. member said that Bill C-3 would provide a balance between the rights of people and the protection of health care workers, the facilities and so forth. Where does he see the bill strike that balance? Could the hon. member advise us on that?
Monsieur le Président, je vous remercie de m'accorder ma première occasion de m'adresser à la Chambre depuis les élections.
J'aimerais profiter de cette occasion pour remercier les travailleurs de la santé, qui sont toujours prêts à nous servir, surtout durant cette période difficile qu'est la pandémie de COVID.
Le député a affirmé que le projet de loi C‑3 procurerait un équilibre entre les droits des Canadiens et la protection des travailleurs de la santé, des installations, et ainsi de suite. Comment croit-il que le projet de loi établit cet équilibre? Le député pourrait-il nous l'expliquer?
View Arif Virani Profile
Lib. (ON)
Mr. Speaker, I welcome my friend opposite back to the House and congratulate him on his re-election.
The balance is both in the legislation and in the Constitution. That is the twofold answer. The legislation entrenches a defence of communication, and communication for the sole purpose of expressing dissent in a peaceful format is entirely protected within the contours of this bill. It is also subject to what is called the “saving clause” in the charter. The charter has section 2 expressive rights that are protected, and the saving clause in section 1 allows for reasonable limits on such expression. That is the balance carved in the Constitution as it has been interpreted by the jurisprudence of our Supreme Court.
Monsieur le Président, je souhaite un bon retour à la Chambre au député d'en face et je le félicite d'avoir été réélu.
L'équilibre se trouve à la fois dans le projet de loi et dans la Constitution. Voilà la réponse à deux volets. Le projet de loi consacre la défense de la communication et il protège entièrement la communication dont l'unique but est d'exprimer une dissidence de manière pacifique. Celle-ci est également assujettie à ce que l'on appelle la « disposition d'exemption » de la Charte. L'article 2 de la Charte protège la liberté d'expression, et la disposition d'exemption de l'article 1 prévoit que cette liberté d'expression ne peut être restreinte que dans des limites qui soient raisonnables. Voilà l'équilibre prévu dans la Constitution, tel que la Cour suprême l'a interprété dans la jurisprudence.
View Denis Trudel Profile
BQ (QC)
Mr. Speaker, obviously no one is against apple pie. We are legislating this morning to put an end to the intimidation and harassment being faced by health care workers outside of hospitals. I think everyone agrees on the principle.
However, I am wondering why the government chose to talk about this this morning. We are in the midst of a global pandemic. Quebec's health care system, like those of the other provinces, has been gutted. There is not enough funding. We have been talking about the underfunding of the health care system for a long time.
The Bloc Québécois thinks it is time to reinvest massively in health to take care of people. Health care workers are leaving the health care system in droves because they are overworked. If we really want to take care of Quebec's health care workers, is it not time to do what the Bloc Québécois has been calling for and reinvest massively in health care?
The federal government is currently only paying 22% of costs. Should that not be raised to 35% to take care of health care workers?
Monsieur le Président, personne n’est évidemment contre la tarte aux pommes. Nous légiférons ce matin pour faire cesser, devant les hôpitaux, l’intimidation et le harcèlement envers les travailleurs de la santé. Je pense que tout le monde est d’accord sur le principe.
Toutefois, je m’interroge sur le choix de parler de cela ce matin. Nous sommes en pleine pandémie mondiale. Le système de santé au Québec, comme partout au Canada, est exsangue. On manque de financement. Le sous‑financement du système de santé, on en parle depuis longtemps.
Au Bloc québécois, nous pensons qu'il est temps de réinvestir massivement dans la santé pour justement prendre soin des gens. Les gens quittent le système de santé à pleine porte à cause du surmenage. Si on veut vraiment prendre soin des travailleurs de la santé au Québec, ne serait-il pas temps, comme le demande le Bloc québécois, de réinvestir massivement dans la santé?
La part que le fédéral paie en ce moment est de 22 %. Ne faudrait-il pas l’augmenter à 35 %, afin de justement prendre soin des travailleurs de la santé?
View Arif Virani Profile
Lib. (ON)
Mr. Speaker, I appreciate the question from my colleague opposite, and I congratulate him on being re-elected.
I would say it makes perfect sense to talk about this bill now. Earlier this fall, during the election campaign, we promised to start working on some of our priorities right away. One of those priorities was making sure we provide better protection to Canada's health care workers. We are keeping a promise we made.
I think my colleague's suggestion about health care system funding is a good one worth examining.
We support health care workers. We are always listening to them so we can help them and meet their needs.
Monsieur le Président, j’apprécie la question de mon collègue de l'autre côté de la Chambre et je le félicite pour sa réélection.
Je dirais que le moment choisi pour parler de ce projet de loi est compréhensible. Plus tôt cet automne, lors de la campagne électorale, nous avions fait la promesse de nous mettre rapidement au travail en ce qui concerne quelques-unes de nos priorités. L’une d’entre elles était de veiller à mieux protéger les travailleurs du système de santé au Canada. Nous respectons donc une promesse que nous avions faite.
En ce qui a trait au financement du système de santé, je trouve qu'il s'agit d'une bonne suggestion de la part de mon collègue et d'un bon sujet d'étude.
Nous appuyons les travailleurs de la santé. Nous sommes toujours à leur écoute pour les aider et répondre à leurs besoins.
View Gord Johns Profile
NDP (BC)
Mr. Speaker, throughout the health crisis we heard from health professionals who said two really critical things. The first was that people should get vaccinated. The second was that governments should bring in paid sick days, so that people were not making the difficult choice of not paying their bills or going to work sick and spreading sickness to their colleagues. As a result of this, people actually died.
I think about the parallel health crisis that is taking place: the overdose crisis due to fentanyl poisoning. Medical health professionals have made it very clear that the first steps are decriminalization and safe supply.
Would my colleague support moving forward with his own Health Canada expert task force on substance use and support decriminalization, or is the government going to wait for more people to die? The government needs to take action. It needs to listen to the health professionals giving it guidance on policy, and it needs to take action on the steps that are recommended.
Monsieur le Président, depuis le début de la crise sanitaire, des professionnels de la santé ne cessent de répéter deux choses vraiment essentielles. Premièrement, les gens devraient se faire vacciner et, deuxièmement, les gouvernements devraient offrir des congés de maladie payés afin que les gens n'aient pas à choisir entre ne pas pouvoir régler leurs factures ou aller travailler malades, contaminant ainsi leurs collègues. Des gens sont morts à cause de telles situations.
Je songe à cette crise sanitaire parallèle, celle des surdoses, qui est due à l'intoxication au fentanyl. Les professionnels de la santé ont été très clairs à ce sujet: il faut d’abord décriminaliser, puis assurer un approvisionnement sûr.
Le député serait-il d'accord pour former un groupe de travail composé d'experts de Santé Canada qui serait chargé de se pencher sur la toxicomanie et pour appuyer la décriminalisation, ou est-ce que le gouvernement va continuer de laisser des gens mourir? Le gouvernement doit agir. Il doit écouter les professionnels de la santé qui lui donnent des conseils sur les politiques, et il doit agir en fonction des recommandations.
View Arif Virani Profile
Lib. (ON)
Mr. Speaker, in terms of paid sick days, obviously we legislate in areas of our jurisdiction.
Many of the responsibilities the member has identified relate to the provincial level of jurisdiction. What we are doing for the federally regulated sector is offering 10 paid sick days, as promised. We are committing to that promise.
With respect to opioids, our perspective has always been with respect to safe supply, safe injection sites and meeting people where they are with a harm reduction model. That is the policy I will continue to advocate for.
Monsieur le Président, pour ce qui est des congés de maladie payés, il faut évidemment légiférer en fonction des domaines de compétence.
Bon nombre des responsabilités énumérées par le député sont du ressort des provinces. Comme promis, nous offrons 10 jours de congé de maladie payés dans le secteur sous réglementation fédérale. Nous tenons notre promesse.
Pour ce qui est des opioïdes, nous avons toujours été en faveur d'un approvisionnement sûr, de centres d’injection supervisée et d'un modèle de réduction des méfaits aisément accessible aux gens. Telle est la politique que je continuerai de préconiser.
View Darrell Samson Profile
Lib. (NS)
Mr. Speaker, congratulations on your new role in the 44th Parliament. I know it will be an unforgettable experience. I wish you four good years of service, assuming that is how it plays out.
I am very happy to speak to this bill. I feel it is a very important bill about peace, order and good government.
I am very pleased with the comments and questions by the opposition, as it is clear that all members of the House are looking at the bill as being an extremely important bill to move forward. We will be making amendments to the Criminal Code to protect health care workers and those who are accessing their services. I will speak at length about that as well. The second piece is the change to sick leave with the Canada Labour Code amendments, which would allow us to implement sick leave.
However, before I go into the bill in depth, I want to share with the House some comments about the pandemic. As my colleague said earlier, 22 months of a global pandemic have been challenging on every country in the world and have been challenging on every Canadian. It has been difficult not just for those who have had bad luck, but also for all of the families, friends and colleagues around them.
When I think back, I remember my dad telling me many years ago about the Spanish flu that hit Canada and the world between 1918 and 1921. That was a really big challenge. What has come out of all the pandemics we will talk about is, of course, the heroes: the health care workers, the individuals who have done their part and more to support Canadians and their neighbours, families and friends. This was crucial, and I want to talk about it a bit.
I remember my dad telling me that in our community, if someone was exposed to the Spanish flu, they could die within days. However, there were people in the community putting their life and their families' lives at risk to try to help their neighbours and friends. That by itself is just unbelievable. I cannot say enough about those individuals and the health care workers.
I also want to talk about polio between the twenties and the fifties. Most Canadians would have heard about polio as well. This was a global pandemic. We have seen and heard all kinds of stories on it, but I have a personal one to share, because as my mom would tell me often, my grandfather was a doctor and some felt he should have been able to do more. I am sure he wanted to do more, and that is one of the challenges.
My mom's brother, whose name was Leo Patrick, contracted polio, and contamination exposure could lead to death. Two people eating from the same spoon was noted as a possible transmission process. I remember my mom telling me that when she would feed her little brother, once in a while, because he did not want to eat since he was not feeling well, she would have a bite to show him how to do it. Then he would laugh and take a bite as well. I lost my uncle, whom I have never seen of course, but I remember the story from my mom like it was yesterday. She said for some reason she never got polio even though she had done things like sharing a spoon.
I guess the family always tries to keep life going to some extent, so one of my brothers is named Leo Patrick. They wanted to continue it, I believe, and he is a very special person as well. There are heroes everywhere in our country and in the world.
I read an article on April 20, 2020, of a lady in Halifax, Gloria Stephens. She was a nurse in Halifax at the Victoria General Hospital. She talked about her experience as a nurse, a job she did for 46 years, if members can imagine. There were similarities between polio and the global pandemic, and she shared some of them. I was really touched by that. She would wear a mask, a gown and gloves, and she would work 12 hours a day and then remove all of that clothing. When polio took place, similar to the pandemic, in some pockets of the country schools and playgrounds were closed. It brings us back to those times and also reminds us of our health care workers and what they have been through.
In April, May, June, July, August and September 2020, people were scared to leave their homes. They did not know what they were risking. However, every day, doctors, nurses and frontline workers would leave their homes and do their jobs. That is special, and those are the individuals I want to thank personally. It is one thing for them to risk their lives, but it is another thing when it is at a job they are doing every day where exposure could lead to greater difficulties for themselves and their families. It is just unbelievable.
I think about the people protesting and stopping workers from going into hospitals to help others and offer services, and even the individuals wanting to access health care and being unable to do so. This is unacceptable, and the bill would allow us to move forward. Intimidating health care workers or individuals who are accessing care is unacceptable. Obstructing their access is unacceptable. This bill deals with that.
We have also increased the sentencing to up to 10 years rather than five years, which is extremely important. I know there are lots of questions around the Charter of Rights and Freedoms, but again, there are places to protest, and doing it to health care workers and to people accessing health care is absolutely unacceptable.
In closing, on the 10 days of sick leave, people are asking if there is a link. There is absolutely a link between both parts of the bill, which touches on the Criminal Code and on the Canada Labour Code. The Canada Labour Code is about sickness during the pandemic, going to work and the possibility of bringing the illness to co-workers and colleagues in a department. That is not what we want. We want people to stay home if they are sick. By moving forward on this, we would ensure that the safety of Canadians is our top priority.
Monsieur le Président, je vous félicite pour votre nouveau rôle au Parlement en cette 44e législature. Je sais que ce sera une expérience inoubliable. Je vous souhaite quatre bonnes années de service, le cas échéant.
Je suis très heureux de prendre la parole sur ce projet de loi, que je considère comme très important pour assurer la paix, l'ordre et la bonne gouvernance.
Je suis ravi des commentaires et des questions de l'opposition, car, de toute évidence, tous les députés de la Chambre sont d'avis qu'il s'agit d'un projet de loi très important pour notre avenir. Nous allons apporter des modifications au Code criminel pour protéger les travailleurs de la santé et ceux qui veulent avoir accès à leurs services. Je vais parler aussi longuement de ce sujet. Le deuxième volet porte sur les modifications au Code canadien du travail qui nous permettront d'instaurer des congés de maladie.
Toutefois, avant de parler plus en détail du projet de loi, je veux faire part à la Chambre de quelques observations sur la pandémie. Comme mon collègue l'a mentionné un peu plus tôt, 22 mois de pandémie mondiale ont été une situation difficile pour tous les pays et pour tous les Canadiens. La situation n'a pas été difficile seulement pour ceux qui n'ont pas eu de chance, mais aussi pour leurs familles, leurs amis et leurs collègues.
Quand j'y réfléchis, je me rappelle que, il y a bien des années, mon père me parlait de la pandémie de grippe espagnole qui a frappé le Canada et le monde entier de 1918 à 1921. Ce fut un énorme défi. Bien sûr, ce qui ressort de toutes les pandémies dont nous parlons, ce sont les héros: les travailleurs de la santé et les personnes qui ont fait leur part et plus encore pour aider les Canadiens ainsi que leurs voisins, leur famille et leurs amis. Ils ont été essentiels, et je tiens à en parler brièvement.
Je me souviens d'avoir entendu mon père me dire que, dans notre région, si quelqu'un contractait la grippe espagnole, il pouvait mourir en quelques jours. Toutefois, des habitants de la région risquaient leur vie et la vie de leurs proches pour tenter d'aider leurs voisins et leurs amis. En soi, c'est tout simplement incroyable. Je ne saurais vanter assez ces personnes et les travailleurs de la santé.
Je tiens aussi à parler de la poliomyélite qui a sévi des années 1920 aux années 1950 et dont la plupart des Canadiens ont déjà entendu parler. Il s'agissait d'une pandémie mondiale. On a vu et entendu toutes sortes d'histoires au sujet de la polio, mais j'ai une histoire personnelle à raconter. Comme ma mère me l'a souvent répété, mon grand-père était médecin, et certains estimaient qu'il aurait dû être capable d'en faire davantage. Je suis sûr qu'il voulait en faire davantage, et c'est l'une des difficultés.
Le frère de ma mère, qui s'appelait Leo Patrick, a contracté la polio. Le virus de la polio est potentiellement mortel et c'est possible d'y être exposé par exemple en mangeant de la même cuillère que quelqu'un d'infecté. Je me souviens que ma mère m'a dit que lorsqu'elle nourrissait son petit frère, parfois, lorsqu'il ne voulait pas manger parce qu'il ne se sentait pas bien, elle prenait une bouchée pour donner l'exemple. Cela faisait rire son petit frère, qui acceptait ensuite de prendre une bouchée à son tour. J'ai perdu mon oncle, que je n'ai jamais connu, bien sûr, mais je me souviens du récit de ma mère comme si c'était hier. Elle m'a dit que, pour une raison qu'elle ignore, elle n'a jamais contracté la polio, même si elle a fait des choses comme partager une cuillère.
J'imagine que la famille tente toujours de célébrer le fait que la vie continue d'une certaine façon. L'un de mes frères s'appelle aussi Leo Patrick. Je crois que la famille voulait prolonger la mémoire de mon oncle, et mon frère est lui aussi une personne très spéciale. Il y a des héros partout dans notre pays et dans le monde.
Le 20 avril 2020, j'ai lu un article écrit par une femme d'Halifax, Gloria Stephens. Elle était infirmière à l'hôpital général de Victoria, à Halifax. Elle a parlé de son expérience à titre d'infirmière, un travail qu'elle a fait pendant 46 ans — un exploit que les députés auront peut-être de la difficulté à s'imaginer. L'épidémie de polio et la pandémie mondiale actuelle présentent des similarités, et elle a parlé de quelques-unes d'entre elles. C'était très touchant. Elle portait un masque, une blouse et des gants. Elle travaillait 12 heures par jour, puis elle retirait tout cet équipement. Lorsque la polio a frappé, un peu comme pendant la pandémie, les écoles et les terrains de jeu ont été fermés dans certaines régions du pays. La situation actuelle nous replonge dans cette époque et nous rappelle ce que les travailleurs de la santé ont alors traversé.
D'avril à septembre 2020, les gens avaient peur de sortir de chez eux. Ils ne savaient pas à quoi ils s'exposaient. Pourtant, tous les jours, les médecins, les infirmières et les travailleurs de première ligne laissaient leur domicile pour se rendre au travail. C'est remarquable, et je tiens à remercier personnellement chacune et chacun d'entre eux. C'est une chose de risquer sa vie, mais c'en est une autre quand c'est pour faire un travail où on risque chaque jour d'être exposé à des choses qui pourraient nous causer du tort, à nous ou à nos proches. C'est difficile à croire.
Je pense aux gens qui manifestent et qui empêchent les travailleurs d'entrer dans les hôpitaux pour aider les autres et leur offrir leurs services, et je pense aussi à ceux qui ont besoin de soins médicaux et qui en sont privés. C'est inacceptable, mais ce projet de loi nous permettra de faire avancer les choses. L'intimidation des travailleurs de la santé et des personnes qui ont besoin de soins est tout simplement inacceptable, tout comme le fait de leur bloquer le chemin. Ce projet de loi permet d'y voir.
Nous avons aussi fait passer de 5 à 10 ans la peine à laquelle s'exposent les contrevenants, et je crois qu'il s'agit d'un point extrêmement important. Je sais que la conformité à la Charte des droits et libertés soulève son lot de questions, mais je répète qu'il y a des endroits pour manifester, et on ne peut accepter que des gens s'en prennent aux travailleurs de la santé et aux Canadiens qui ont besoin de soins.
En terminant, les gens demandent s'il existe un lien entre les deux parties du projet de loi, l'une modifiant le Code criminel pour protéger les travailleurs du harcèlement et l'autre modifiant le Code canadien du travail pour leur offrir 10 jours de congé de maladie. La réponse est: absolument. La modification proposée au Code canadien du travail porte sur la maladie pendant la pandémie et vise à éviter que les gens malades se présentent au travail, où ils risquent de contaminer leurs collègues. On veut que les personnes malades restent chez elles. En adoptant ce projet de loi, nous prouverions que protéger les Canadiens est notre priorité.
View Elizabeth May Profile
GP (BC)
Mr. Speaker, I want to put on the record how strongly I support this bill and the Greens support this bill.
The hon. member spoke so movingly of the Spanish flu. I am named, actually, after my great-grandmother, who died in the Spanish flu epidemic. I am really concerned in the here and now with our nurses. I am concerned with health care professionals, and particularly the nursing profession, which is feeling beleaguered and unappreciated. We are losing nurses because we have not done a good enough job as a society to thank them and support them. This bill may be even more important for what it says to nurses across Canada about our respect and gratitude.
Does the hon. member have any thoughts on the current situation of nursing in Canada?
Monsieur le Président, j'aimerais préciser que j'appuie fermement ce projet de loi et que les verts l'appuient.
Le député a parlé de façon émouvante de la grippe espagnole. Justement, je porte le nom de mon arrière-grand-mère, qui est décédée lors de la pandémie de grippe espagnole. La situation actuelle des infirmiers me préoccupe vraiment. Je m'inquiète pour les professionnels de la santé, en particulier les infirmiers, qui sont durement éprouvés et qui n'ont pas le sentiment d'être appréciés à leur juste valeur. Nous perdons des infirmiers parce que nous n'en avons pas fait suffisamment, en tant que société, pour les remercier et les soutenir. Le projet de loi est peut-être d'autant plus important parce qu'il montre aux infirmiers du Canada que nous les respectons et leur sommes reconnaissants.
Que pense le député de la situation actuelle des infirmiers au Canada?
View Darrell Samson Profile
Lib. (NS)
Mr. Speaker, exactly as my colleague said, this would be, in my opinion, one quick way of showing nurses and frontline workers that the role they play is important. We need to do this as a government to keep them safe and keep all Canadians safe. This is another indication of how we appreciate our health care workers.
Monsieur le Président, comme ma collègue le disait fort à propos, ce serait, à mon avis, une façon rapide de montrer au personnel infirmier et aux travailleurs de première ligne que le rôle qu'ils jouent est important. Nous devons agir ainsi en tant que gouvernement pour assurer leur sécurité et celle de tous les Canadiens. C'est une autre façon de montrer que nous reconnaissons l'importance des travailleurs de la santé.
View Julie Vignola Profile
BQ (QC)
Mr. Speaker, the bill before us today is important because it will protect health care workers as well as patients. The scope of this bill extends well beyond vaccination. For example, it will also cover intimidation that takes place at family planning clinics.
Nevertheless, intimidation is still a crime regardless of a person's status or job.
Why the hurry to specify that this applies to health care services now, especially considering that it should apply to everyone, everywhere, period?
Monsieur le Président, le projet de loi que nous étudions aujourd'hui est important pour protéger non seulement nos travailleurs de la santé, mais également les patients. C'est un projet de loi dont la portée est beaucoup plus large que la vaccination. Par exemple, je pense aux cliniques de planification familiale où des gens sont intimidés.
Cela dit, l'intimidation, peu importe le statut et l'emploi d'une personne, demeure un acte criminel.
Quelle est l'urgence de préciser maintenant que cela concerne les services de santé, alors que, normalement, cela devrait inclure tout le monde sans exception?
View Darrell Samson Profile
Lib. (NS)
Mr. Speaker, I thank my hon. colleague for her important question.
The bill we are introducing, Bill C‑3, is meant to protect all Canadians. Yes, it targets the health sector for the moment, but we are talking about a bill that will help all Canadians. We need to ensure that no Canadians are subjected to intimidation, and we need to be there to protect everyone.
Monsieur le Président, je remercie ma collègue de sa question importante.
Le projet de loi C‑3 que nous présentons est destiné à protéger tous les Canadiens. Effectivement, il vise le secteur de la santé pour le moment, mais on parle tout de même d'un projet de loi qui va aider tous les Canadiens. Il faut s'assurer qu'aucun Canadien n'est victime d'intimidation et nous devons être là pour les protéger.
View Lisa Marie Barron Profile
NDP (BC)
Mr. Speaker, unfortunately, for almost two years workers have been forced to work sick. As is the case in many constituencies, in my riding of Nanaimo—Ladysmith many constituents rely on their wages to feed their families and keep a roof over their heads.
We have lost too many lives as a result of government inaction. Does my colleague find it acceptable to have forced workers for almost two years to report to work while unwell by refusing to provide them with the sick leave they need to keep everyone safe?
Monsieur le Président, malheureusement, depuis près de deux ans, les travailleurs sont obligés de travailler alors qu'ils sont malades. Comme c'est le cas dans bien d'autres circonscriptions, de nombreux travailleurs de ma circonscription, Nanaimo—Ladysmith, comptent sur leur salaire pour nourrir et loger leur famille.
Nous avons perdu trop de vies à cause de l'inaction du gouvernement. Mon collègue trouve‑t‑il acceptable d'avoir forcé des travailleurs pendant près de deux ans à se présenter au travail alors qu'ils étaient malades en leur refusant les congés de maladie qu'il leur fallait pour assurer la sécurité de tous?
View Darrell Samson Profile
Lib. (NS)
Mr. Speaker, I want to share with my colleague that in 2019 we moved forward on three-day sick leave and then we had the sick leave benefit. Here we are moving it to 10 days, so I believe we are doing exactly what she is proposing.
Monsieur le Président, je tiens à signaler à ma collègue qu'en 2019, nous sommes allés de l'avant avec le congé de maladie de trois jours et que nous avons ensuite instauré la prestation de maladie. Ici, nous faisons passer ce congé à 10 jours. Je crois par conséquent que nous faisons exactement ce qu'elle propose.
View Karen Vecchio Profile
CPC (ON)
Mr. Speaker, I am wondering if this legislation would help people who have contracts. Does it extend to people who have contracts with the Government of Canada, or would it be just the employees of the government?
Monsieur le Président, je me demande si cette mesure législative aidera les gens qui ont des contrats. S'appliquera‑t‑elle aussi aux personnes qui ont des contrats avec le gouvernement du Canada ou seulement au personnel de la fonction publique?
View Darrell Samson Profile
Lib. (NS)
Mr. Speaker, I had an opportunity to listen to my colleague's speech this morning, which I much appreciated. I know she does great work in the House, and I want to thank her for that.
My understanding is that federal employees are already getting these benefits. These would be for federally regulated employees, so this would be an extension. The objective of our government is to have discussions with the provinces and territories so that we can move forward with the private sector to find ways to support all Canadians so they have access to sick leave.
Monsieur le Président, j'ai eu l'occasion d'écouter le discours de ma collègue ce matin, qui m'a beaucoup plu. Elle fait un excellent travail à la Chambre, et je l'en remercie.
D'après ce que je comprends, les employés fédéraux ont déjà droit à ces avantages sociaux. La modification s'appliquerait aux employés sous réglementation fédérale. Il s'agirait donc d'étendre ce droit à plus de gens. L'objectif du gouvernement est de mener des discussions avec les provinces et les territoires pour faire progresser le dossier dans le secteur privé et ainsi trouver des façons de soutenir tous les Canadiens afin qu'ils aient droit à des congés de maladie.
View Chris Lewis Profile
CPC (ON)
View Chris Lewis Profile
2021-12-06 12:04
Mr. Speaker, I would ask that the House allow me to share my time with the hon. member for Mégantic—L'Érable. I also congratulate you on your appointment as Deputy Speaker. I think it is fantastic, and I think that you are doing a fantastic job.
We are here, and some of us have already spoken in the House, but some have not had the chance to yet. This is my maiden speech of the 44th Parliament, and it has been quite a journey over the past two years. It was also quite a journey just getting to this place last night. Many of us are probably going on two and a half or three hours of sleep, but we are here, regardless. We are tired, but we are here.
Before I get into Bill C-3, it is important that I thank a few people.
First and foremost, as I did in the 43rd Parliament, I thank my Lord and Saviour for the opportunity to serve Essex and for my health. Without my God, I would not be here.
I thank my family. Probably my greatest supporter is my mother, but she is also my biggest critic, and she is probably watching right now. I love my Mom and thank her for keeping tabs on me and for all that she does.
I also thank my wife. I am only afraid of three people in this world, and they are in this order: my Lord and Saviour, my wife and my mother. My wife, Allison, is probably not watching, as she is most likely taking care of Levi, our grandchild. However, I love Allison dearly, and I thank her for giving me the freedom and the opportunity to come here to represent Essex and do what I know in my heart of hearts is right. I thank her for the sacrifices she has made for this country along the way. I love her so dearly.
I thank my staff, who have been working tirelessly. They are tired, and have had two years of being tired, with hundreds of thousands of phone calls, emails and text messages. Each and every one of them is absolutely fantastic, and I thank them for serving our constituents so well.
I thank my colleagues, those I have grabbed dinner with in the House, and I do not necessarily mean just Conservative colleagues, but those across the aisle as well. They have made a difficult time a little easier and a bit more enjoyable, so I thank my colleagues. As well, I congratulate all those re-elected. I encourage those who have been elected for the first time to hang on because it is a lot of fun up here. They will be able to do some great things. I congratulate each and every member.
I thank our Hill staff. The onboarding during a pandemic, compared to the onboarding during normal times in Ottawa, was second to none. To our Hill support, for the onboarding process, I thank each one of them. I thank them for their sacrifice and for making our jobs a whole lot easier on the Hill.
Most important, besides my Lord, are my constituents in Essex for giving me the honour to serve them in their seat. It is not my seat. It is theirs, and I thank them for the honour. I thank them for sending me back to Ottawa, and I promise my devotion to each and every one of them.
Bill C-3 should also have a Bill C-3.1 because, in my opinion, it really should be two bills. The bill talks about harassment, which falls under the Criminal Code, and it also talks about labour, which falls under the Canada Labour Code. I will speak to harassment first, and then I will finish with the labour issue.
On the day of the election, I had an unfortunate accident when, just so the world knows, I fell off my horse. I was spending time with my wife, and I was a little more banged up than perhaps even she knew. Long story short, I went to the hospital in Leamington, the Erie Shores HealthCare. The doctors were second to none. The nursing staff was second to none. I have actually had meetings with the CEO of the hospital to try to advance this forward.
Then I went to the Windsor Regional Hospital. In a couple of months, I will go to get shoulder surgery. My orthopaedic surgeon is second to none.
I was a firefighter. I know what frontline service is all about. I am really blessed to say that my aunt Eva was nurse of the year on a couple of occasions. My mother was a nurse as well.
Before I jumped on the plane that finally got me here, after hours and hours, through no fault of Air Canada, I held onto my grandchild, Levi, for about an hour. As he slept there so peacefully and innocently, I thought about this debate today and the influence I could have to leave the world a better place than I found it. I thought about what I could do for Levi today to ensure that he comes into a world that has less hatred and less harassment, and that respects all genders and respects our frontline workers.
I am excited about the harassment side of Bill C-3. It is something that we, as a generation, have perhaps lost a little focus, or perhaps a lot of focus, on. I also think, to a greater extent, that we all, in this place, agree with. That is something very monumental.
I am also a freedom fighter. I believe in the freedoms of Canadians. I believe that Canadians have the right to voice their opinions. I believe they have the right to protest. I also know that with that freedom comes nothing less than responsibility. What is absolutely vital, right now, is that people are not shamed into doing something against our frontline workers who are ultimately taking care of our parents and grandparents and, in my case, me. We need to give them full access and full support. It is absolutely not acceptable for the folks in this profession to have anything less than this House's support.
With regard to the Labour Code, in my capacity as deputy shadow minister for labour, I very happy to be able to stand here and speak to this today. I started my speech saying that many of us are tired. I can only imagine how tired our frontline workers are, the ones who get us on the planes, our air service personnel and the ones who get us here on Via Rail. They are not only tired physically. They are also tired mentally. This is to ensure there is a floor of 10 days, but many of these companies already have more than 10 days, so quite frankly it would not affect them.
They also deserve nothing less than this House's support. We are all tired. I am not saying that from a function of, “Oh, boo hoo, Chris had to spend some time on a plane”. No, I am saying that as a country, as a world, we are tired. Now is the time to bring the support forward, whatever that support looks like, and ensure that it gets done.
Rest assured, Conservatives will certainly be here for labour. Conservatives will be here for physicians, nurses and support staff. I am very proud to be back in the House. I thank Essex for sending me back to this place.
Monsieur le Président, je demande à la Chambre de me permettre de partager mon temps de parole avec le député de Mégantic—L'Érable. Par ailleurs, je vous félicite de votre nomination au poste de vice-président. C'est une excellente nouvelle, et je pense que vous faites un travail fantastique.
Certains d'entre nous ici ont déjà pris la parole à la Chambre, mais d'autres n'ont pas encore eu cette chance. C'est le premier discours que je prononce en cette 44e législature, et les deux dernières années ont été toute une aventure. Je pourrais même dire que le simple fait de me rendre ici hier soir a été une aventure. Bon nombre d'entre nous n'ont probablement eu que deux heures et demie ou trois heures de sommeil, mais nous sommes quand même ici. Nous sommes fatigués, mais nous sommes ici.
Avant de parler du projet de loi C‑3, je tiens à remercier quelques personnes.
D'abord et avant tout, comme je l'ai fait à la 43e législature, je remercie mon Seigneur et Sauveur de m'avoir accordé la possibilité de servir Essex et de m'avoir donné la santé. Sans Dieu, je ne serais pas là.
Je remercie ma famille. Ma plus grande partisane est probablement ma mère, mais elle est aussi ma plus grande critique. Elle est probablement à l'écoute en ce moment. J'aime ma mère et je la remercie de tout ce qu'elle fait, y compris de suivre mon travail de près.
Je remercie également ma femme. J'ai seulement peur de trois personnes dans ce monde, et les voici, en ordre d'importance: mon Seigneur et Sauveur, ma femme et ma mère. Ma femme, Allison, ne nous regarde probablement pas, car elle prend probablement soin de notre petit-fils, Levi, mais je l'aime beaucoup et je la remercie de m'avoir donné la liberté et l'occasion de venir ici représenter Essex pour faire ce que je sais, au plus profond de moi-même, être juste. Je la remercie des sacrifices qu'elle a faits pour le Canada au fil des ans. Je l'aime tant.
Je remercie mon personnel, qui travaille sans relâche, malgré la fatigue, depuis deux ans, à répondre à des centaines d'appels téléphoniques, de courriels et de textos. Chacun de mes employés est absolument fantastique et je les remercie de l'excellent service qu'ils offrent aux habitants de notre circonscription.
Je remercie mes collègues, avec qui j'ai dîné à la Chambre, et je ne parle pas nécessairement juste de collègues conservateurs, mais aussi de ceux d'en face. Ils ont fait en sorte qu'une période difficile soit un peu plus facile et un peu plus plaisante à traverser, alors je remercie mes collègues. De plus, je félicite ceux qui ont été réélus. J'encourage ceux qui viennent d'être élus pour la première fois à tenir le coup, car le travail est très agréable. Ils pourront accomplir de grandes choses. Je félicite tous les députés.
Je remercie le personnel de la Colline. Les services d'accompagnement offerts ont été sans égal, surtout qu'on se trouvait au cœur d'une pandémie et non en temps normal à Ottawa. Je remercie tous les membres du personnel de la Colline qui ont participé à ce processus. Je les remercie de leur sacrifice et d'avoir rendu notre travail beaucoup plus facile sur la Colline.
Surtout, outre mon Seigneur, je remercie mes électeurs d'Essex qui m'ont accordé l'honneur de les servir en occupant leur siège. Il ne s'agit pas de mon siège, mais du leur, et je les remercie de cet honneur. Je les remercie de m'avoir réélu et je promets de me dévouer à chacun d'entre eux.
Le projet de loi C‑3 devrait aussi inclure un projet de loi C‑3.1, car j'estime qu'il aurait vraiment dû être séparé en deux mesures législatives. Le projet de loi porte sur le harcèlement, qui relève du Code criminel, ainsi que sur le travail, qui relève du Code canadien du travail. Je vais d'abord parler du harcèlement, puis je terminerai mon intervention en parlant de la question du travail.
Le jour des élections, j'ai eu un malheureux accident. Pour tout dire, je suis tombé de mon cheval. J'étais peut-être un peu plus amoché que même ma femme, qui m'accompagnait, ne le croyait. Bref, je me suis rendu à l'hôpital Erie Shores HealthCare, à Leamington. Les médecins ont été exceptionnels. Le personnel infirmier a été exceptionnel. J'ai même rencontré le directeur général de l'hôpital pour que ces derniers obtiennent une certaine forme de reconnaissance.
Puis, je me suis rendu à l'hôpital régional de Windsor où, dans quelques mois, je me ferai opérer à l'épaule par mon chirurgien orthopédiste, qui est exceptionnel.
Plus tôt dans ma carrière, j'ai exercé les fonctions de pompier. Je sais ce que représente le travail de première ligne. Je suis très honoré de dire que ma tante Eva a reçu le titre d'infirmière de l'année deux fois. Ma mère aussi a été infirmière.
Avant d'embarquer dans l'avion qui m'a amené à Ottawa après des heures interminables de vol — quoique sans faute de la part d'Air Canada —, j'ai tenu mon petit-fils, Levi, dans mes bras pendant presque une heure. Alors qu'il dormait si profondément avec toute son innocence, j'ai pensé au débat d'aujourd'hui et à l'influence que je peux exercer pour créer un monde meilleur. J'ai pensé à ce que je pourrais faire pour Levi aujourd'hui afin de m'assurer qu'il grandisse dans un monde où il y a moins de haine et moins de harcèlement et où il y a plus de respect pour toutes les personnes, peu importe leur genre, ainsi que pour nos travailleurs de première ligne.
Je suis ravi que le projet de loi C‑3 traite, entre autres, du harcèlement. C'est quelque chose que notre génération a perdu un peu, ou peut‑être même beaucoup, de vue. Toutefois, dans une grande mesure, je pense que tous les députés s'entendent pour dire que c'est un problème auquel il faut remédier. C'est vraiment monumental.
Or, je suis aussi un défenseur des libertés. Je crois aux libertés des Canadiens. Je crois également que les Canadiens ont le droit d'exprimer leurs opinions et de manifester. Cependant, qui dit liberté dit également responsabilité. Il est absolument essentiel que la honte ne pousse pas les gens à s'en prendre à nos travailleurs de première ligne qui, au bout du compte, s'occupent de nos parents, de nos grands-parents et de moi. Nous devons leur accorder un accès et un soutien complets. Il est totalement inacceptable que les personnes exerçant cette profession n'aient pas le soutien complet de la Chambre.
Je suis heureux de m'exprimer aujourd'hui à l'égard de ce projet de loi modifiant le Code canadien du travail en ma qualité de ministre adjoint du cabinet fantôme pour le travail. J'ai commencé mon discours en disant que beaucoup d'entre nous sont fatigués. Je peux seulement imaginer la fatigue des travailleurs de première ligne, grâce à qui nous pouvons notamment nous déplacer en avion ou en train. Ces personnes sont fatiguées physiquement, mais aussi mentalement. Le projet de loi vise à leur garantir un minimum de 10 jours de congé, quoique, bien franchement, bien peu de gens seront touchés par cette mesure puisque beaucoup d'entreprises offrent déjà plus de 10 jours.
Ces travailleurs ne méritent rien de moins que le soutien de la Chambre. Nous sommes tous fatigués. Certains seront tentés de dire avec sarcasme: « Pauvre Chris, qui a dû prendre l'avion! » Je ne dis pas cela pour me plaindre personnellement. Ce que je veux dire, c'est que le pays et le monde entiers sont fatigués. Le temps est venu d'offrir du soutien, quelle qu'en soit la forme. Nous devons faire en sorte que cette aide se concrétise.
Les députés peuvent être assurés que les conservateurs défendront l'intérêt des travailleurs. Nous serons là pour les médecins, les infirmiers et le personnel de soutien. Je suis très fier d'être de retour à la Chambre. Je remercie Essex de m'y avoir accordé un nouveau mandat.
View Lori Idlout Profile
NDP (NU)
View Lori Idlout Profile
2021-12-06 12:14
Uqaqtittiji, qujannamiik..
In Nunavut, we do not have much access to health care. We only have one hospital for all of the 25 communities, so the rest of the 25 communities have to get health care services through health centres. Not many of them have doctors. Most have health nurse practitioners.
A lot of the patients from Nunavut, when they are looking to access the same level of health care as everybody else in this room, just as the member spoke so eloquently about before, they have to go on medical travel and be sent to places like Ottawa, Edmonton, Winnipeg or Yellowknife. When these strikes are happening in these other major centres, they are also impacting patients from my constituency, so this is an important issue for me.
Knowing health care professionals in the south are being impacted by protests and are not being able to take up to 10 days of paid sick leave is a great concern. Does the member agree it is time for a 10-day paid sick leave?
Uqaqtittiji, qujannamiik.
Les habitants du Nunavut n'ont pas beaucoup accès aux soins de santé. Dans les 25 localités que compte le territoire, il n'y a qu'un seul hôpital. Les gens des autres localités doivent donc aller dans un centre de santé pour obtenir des services. Il y a peu de centres où on peut consulter un médecin. Dans la plupart d'entre eux, il y a des infirmières praticiennes.
Lorsqu'ils ont besoin des mêmes soins médicaux que ceux auxquels quiconque à la Chambre a droit — comme le député l'a si bien dit —, beaucoup de patients du Nunavut doivent se rendre par exemple à Ottawa, à Edmonton, à Winnipeg ou à Yellowknife. Les grèves qui se déclenchent dans ces grands centres urbains ont aussi des répercussions sur les patients de ma circonscription. Cette question est donc tout aussi importante pour moi.
Il est très préoccupant que les manifestations aient des répercussions sur les professionnels de la santé du Sud et que ces derniers ne puissent pas prendre 10 jours de congés de maladie payés. Le député n'estime-t-il pas qu'il est temps que ces travailleurs puissent bénéficier de 10 jours de congés de maladie payés?
View Chris Lewis Profile
CPC (ON)
View Chris Lewis Profile
2021-12-06 12:15
Mr. Speaker, that is a dynamite question.
Just yesterday WECHU, the Windsor-Essex County Health Unit, and I believe this to be true, was the first in Canada to come down with more restrictions for Windsor and Essex, which is a very sad thing.
The Erie Shores HealthCare I was speaking of earlier is actually pleading with people to go to a different area to get care if they can do so. It is brimming and flowing over the top.
All of Canada, quite frankly, deserves to have proper health care and proper physicians. We need to ensure we put the proper guards in place to make sure everybody is dealt with equally. I really hope, for the member's sake, the situation in her riding gets better.
Monsieur le Président, c'est une question explosive.
Pas plus tard qu'hier, l'unité de santé du comté de Windsor-Essex est le premier établissement de santé du Canada — et je crois que c'est vrai — à devoir imposer encore plus de restrictions dans la région, ce qui est affligeant.
L'hôpital Erie Shores HealthCare, dont je parlais tout à l'heure, invite les gens qui ont besoin de soins à se rendre dans un établissement de santé d'une autre région, s'ils le peuvent. L'hôpital est complètement débordé.
En fait, j'estime que quiconque au Canada a droit à de bons soins médicaux et devrait pouvoir consulter un médecin. Il faut instaurer de bonnes mesures de protection qui permettent de traiter tout le monde avec équité. J'espère sincèrement que la situation s'améliorera dans la circonscription de la députée.
View Ziad Aboultaif Profile
CPC (AB)
Mr. Speaker, I congratulate my friend from Essex on his re-election.
What I heard in his speech was a message of unity dealing with the challenges we are all facing together as a country. If he could somehow elaborate on that, it would be great.
Monsieur le Président, je félicite mon ami, le député d'Essex, pour sa réélection.
Ce que j'ai retenu de son intervention, c'est un message en faveur de l'unité, malgré les défis auxquels nous devons tous faire face dans l'ensemble du pays. Si le député pouvait nous en dire un peu plus à ce sujet, je lui en saurais gré.
View Chris Lewis Profile
CPC (ON)
View Chris Lewis Profile
2021-12-06 12:17
Mr. Speaker, my hon. colleague nailed it. It is exactly what I am talking about.
I congratulate my colleague on the fantastic outreach he does, not only in Canada, but also across the world. I thank the member for that.
Absolutely, if there was ever a time for unity, a time to rally the troops, or a time to pull together and stop the divisiveness, now is the time. That is our responsibility. It is one of the things we can actually bring to our country through this House. With his help, we will all endeavour together to ensure that takes place moving forward.
Monsieur le Président, mon collègue a visé en plein dans le mille. C'est exactement là où je veux en venir.
Je tiens d'ailleurs à féliciter mon collègue pour le formidable travail de sensibilisation qu'il effectue non seulement au Canada, mais aussi dans le monde entier. Je l'en remercie.
En effet, s'il y a un moment où il faut instaurer l'unité, rallier les troupes ou se rassembler et mettre fin aux dissensions, c'est bien maintenant. Il s'agit de notre responsabilité. C'est justement l'une des choses que nous pouvons apporter à notre pays par l'entremise de la Chambre. Grâce à l'aide du député, nous tâcherons tous d'en faire une réalité.
View Mario Beaulieu Profile
BQ (QC)
Mr. Speaker, congratulations on your re-election, as well as your appointment to the chair.
Bill C-3 does not really change much. The offences in question are already covered by the law. As stated earlier, intimidation is illegal everywhere, and this bill simply reiterates that. It seems that Bill C-3 is really more about creating the perception that the government is doing something on the health care file.
However, there is something far more important the government could do, namely, restoring health transfers and increasing them to 35% of total spending, as Quebec and all Canadian provinces are calling for. What are my colleague's thoughts on that?
Monsieur le Président, je vous félicite de votre réélection, ainsi que de votre nomination au fauteuil.
Le projet de loi C‑3 ne change pas énormément de choses. Les infractions discutées sont déjà couvertes par la loi. Comme on l'a dit un peu plus tôt, l'intimidation est illégale partout et le projet de loi ne fait que réitérer la chose. Cela donne l'impression que le projet de loi C‑3 vise surtout à faire croire que le gouvernement va bouger dans le dossier de la santé.
Pourtant, il y a des mesures beaucoup plus importantes à prendre dans ce domaine, comme rétablir les transferts en santé et les faire passer à 35 % des coûts totaux, comme le Québec et l'ensemble des provinces canadiennes le demandent. Qu'en pense mon collègue?
View Chris Lewis Profile
CPC (ON)
View Chris Lewis Profile
2021-12-06 12:19
Mr. Speaker, at the end of the day, it kind of goes like this: If there had not been a $600-million election, which nobody wanted, we would be in committee discussing these things, and we would be moving this agenda forward. Unfortunately, that has not happened. I would strongly suggest we get back to committee, back to the business of the House. Then we could perhaps address many of the things my hon. colleague has brought up.
Monsieur le Président, au bout du compte, voici l'essentiel: s'il n'y avait pas eu ces élections de 600 millions de dollars — des élections dont personne ne voulait —, nous serions déjà en train de discuter de ces questions en comité et de faire avancer ce programme. Malheureusement, ce n'est pas le cas. Je recommande fortement la reprise des travaux des comités de la Chambre. Nous pourrions alors aborder bon nombre des points soulevés par mon collègue.
View Arif Virani Profile
Lib. (ON)
Mr. Speaker, there have been discussions among the parties and if you seek it, I think you will find unanimous consent for the following motion:
That, notwithstanding any Standing Order, special order or usual practice of the House, at 4 p.m. on Tuesday, December the 14th, 2021, the Speaker shall interrupt the proceedings to permit the Deputy Prime Minister and Minister of Finance to make a statement followed by a period of up to 10 minutes for questions and comments; after the statement, a member from each recognized opposition party may reply for a period approximately equivalent to the time taken by the minister's statement and each statement shall be followed by a period of 10 minutes for questions and comments; after each member has replied, or when no member rises to speak, whichever comes first, the House shall adjourn to the next sitting day.
Monsieur le Président, il y a eu discussion entre les partis et, si vous le demandez, vous constaterez qu’il y a consentement unanime à l’égard de la motion suivante:
Que, nonobstant tout article du Règlement, ordre spécial ou usage habituel de la Chambre, à 16 heures, le mardi 14 décembre 2021, le Président interrompe les délibérations pour permettre à la vice-première ministre et ministre des Finances de faire une déclaration suivie d’une période d’au plus 10 minutes pour les questions et observations; après cette déclaration, un député de chaque parti reconnu de l’opposition puisse répondre pendant une période qui correspond approximativement au temps pris par la ministre pour sa déclaration et que chaque discours soit suivi d’une période d’au plus 10 minutes pour les questions et observations; après la réponse de chaque député, ou lorsqu’aucun député ne prendra la parole, selon la première éventualité, la Chambre s’ajourne jusqu’à la prochaine journée de séance.
View Chris d'Entremont Profile
CPC (NS)
This being a hybrid session, all those opposed to the hon. member moving the motion will please say nay.
Hearing no dissenting voice, it is agreed.
The House has heard the terms of the motion. All those opposed will please say nay.
Hearing no dissenting voice, I declare the motion carried.
Resuming debate.
The hon. member for Mégantic—L'Érable.
Étant donné que nous sommes en séance hybride, que tous ceux qui s’opposent à ce que le député propose la motion veuillent bien dire non.
Comme il n'y a pas de voix dissidentes, je déclare la motion adoptée.
La Chambre a entendu l'énoncé de la motion. Que tous ceux qui s'y opposent veuillent bien dire non.
Comme je n'entends aucune voix dissidente, je déclare la motion adoptée.
Nous reprenons le débat.
L'honorable député de Mégantic—L'Érable a la parole.
View Luc Berthold Profile
CPC (QC)
Mr. Speaker, this being December 6, I will take a few moments to acknowledge the anniversary of the awful tragedy at Polytechnique Montréal where 14 young women lost their lives.
It is important to always take a few minutes on this day to reflect on what happened at the time and what continues to happen in our society. Violence against women still exists, now more than ever. Taking the time to commemorate this horrible tragedy makes us look at the present to see what has been done and what we are doing at home, in our neighbourhoods and across the board to ensure that such things never happen again. This includes small gestures when a man or a woman is in an unacceptable domestic violence situation. Women tend to end up vulnerable, without resources and without help, because they simply do not have the means and the necessary resources at hand to report and flee domestic violence.
I want to give everyone, especially the women in my riding, the phone numbers they can use if they find themselves in a difficult situation. In the Appalaches RCM, the La Gîtée shelter can be reached at 418-335-5551. In the Granite RCM, people can contact La Bouée at 819-583-1233. I commend the women in the Granite RCM who are marching today to speak out against violence against women and to advance the cause. In central Quebec, the La Volte-Face women's shelter can be reached at 819-795-3444. Anyone in need anywhere in Quebec can contact the domestic violence service SOS Violence Conjugale at 1-800-363-9010.
Resources are available, and people are there to help. It is just a matter of getting to a phone to ask for help. This is something each and everyone one of us should be more conscious of.
I also want to address Canadians who are currently living with domestic violence. Far too often, these people are overlooked or ignored, and others act as though nothing is going on. There has been an unusually high number of femicides since the beginning of the pandemic, and this trend is continuing. If every one of us took the time to recognize what is going on, to do something and to try to help people who are dealing with violence against women, we could surely make a difference and potentially prevent someone from becoming a victim. Anyone could be a victim at any time, in any place, because others turn a blind eye and pretend as though nothing is going on.
I wanted to say a little something given that today is December 6. It is extremely important and is directly connected to the bill we are debating today. This bill would provide meaningful protections against intimidation and harassment of health care workers. This type of intimidation has no place in our society.
The Thetford police force has released its 2020 annual report, and I bring this up because we will be calling on police officers to enforce a law that would eliminate or reduce instances of harassment of health care workers, essential workers and our guardian angels who have been there for us since the beginning of the pandemic.
The police are very aware of the situation and the problems, and they too wish they had the means to intervene. For example, they intervened 315 times in situations involving people with mental health issues, which is an increase of 17% from 2019 to 2020. Even though the number of suicides and attempted suicides decreased by 3% in the region during the same period, police expect an increase in this type of intervention in the coming weeks and months, as indicated in the report.
These police officers have been there from the beginning. I think we should spare a thought for them, as they will have to enforce these laws and implement these measures, while respecting people's right to protest peacefully.
Looking at everything that has happened since the beginning of the pandemic, many of our health care workers, our guardian angels, shared with us that they were exhausted dealing with an illness that they knew practically nothing about. They were not sufficiently protected and feared for their family members and friends. They also had to work overtime, sometimes 16 hours straight. It was extremely exhausting for all health care workers.
As the situation evolved, we unfortunately saw more and more people protesting against these very workers who were putting their heart and soul into trying to save people, our neighbours, our uncles, our aunts, our grandmothers and grandfathers from this horrible virus, which has been gripping our society since March 2020. That is on top of the stress at work caused by this unknown virus and professional burnout. I think it is about time that the government intervened to protect and, above all, to recognize these workers.
I, too, want to recognize the entire profession. I am thinking of the nurses, who have done an extraordinary job and who are also stretched thin. It is not only them, however; I am also thinking of the orderlies and the support staff. I am thinking of those who disinfect our hospitals. We do not often talk about them, but they are directly on the front lines of the battle against COVID-19. I am thinking of the administrative staff who are there to greet us in hospitals and who surely have also had to go through a very difficult time. I am thinking of the lab technicians who handle this virus to determine which of us have come into contact with it.
All these individuals deserve the respect and, most importantly, the protection of the government and fellow members of the public. They should not be harassed or threatened. I am thinking of the dedicated physicians and specialists. I am also thinking of the child care workers who, in taking care of our children, must also deal with the additional stress of the pandemic every day, because young children do not have access to vaccination and are a potential target of this accursed virus, even though its effects on them are not as serious.
I am thinking of teachers, of police officers, whom I mentioned earlier, and of paramedics and social workers, who also have to go out and see a lot of people because of mental health issues. At the very least, all of these workers should be protected by their government against harassment and intimidation.
For these reasons, I will certainly support this initiative, especially since it was included in the platform proposed by the member for Durham, the leader of the official opposition, during the last election campaign. He wanted to introduce a bill to protect critical infrastructure, including in health care.
I am also doing this for my daughter, who is currently studying to be a nurse. She has the calling and the drive, and she wants to help and to serve. I think that we should support and encourage her, not discourage her.
Monsieur le Président, tout d'abord, en ce 6 décembre, je vais prendre quelques instants pour souligner l'anniversaire de l'horrible tragédie de la Polytechnique Montréal au cours de laquelle 14 jeunes femmes ont perdu la vie.
On doit toujours prendre quelques minutes lors de cette journée pour réfléchir non seulement à ce qui s'est passé à ce moment-là, mais aussi à ce qui continue de se passer encore dans notre société. Les violences faites aux femmes sont encore présentes, et ce, plus que jamais. Le fait de prendre le temps de se remémorer cette horrible tragédie fait qu'on regarde le présent pour voir ce qui a été fait et ce que nous continuons de faire chacun chez nous, dans notre domicile, dans notre rue pour nos voisins et un peu partout pour que de pareils gestes ne se reproduisent pas. Cela comprend de petits gestes quand un homme ou une femme est aux prises avec une situation de violence familiale vraiment inacceptable. Les femmes se retrouvent la plupart du temps démunies, sans ressources et sans aide, parce qu'elles n'ont tout simplement pas les moyens et les ressources nécessaires à proximité pour dénoncer ces situations de violence conjugale et s'en sortir.
Je tiens à rappeler pour tous les citoyens et les citoyennes, et particulièrement pour les femmes de ma circonscription, les numéros de téléphone à composer si elles se retrouvent dans une situation difficile. Dans la MRC des Appalaches, la maison d'hébergement La Gîtée peut être jointe au 418-335-5551; dans la MRC du Granite, on peut joindre La Bouée au 819-583-1233. D'ailleurs, je salue les femmes de la région MRC du Granite qui, aujourd'hui, marchent pour dénoncer la violence faite aux femmes et pour faire avancer cette cause. Dans le Centre-du-Québec, la maison d'hébergement pour femmes La Volte-Face peut être jointe au 819-795-3444. Pour l'ensemble du Québec, si on a besoin d'aide, on peut joindre SOS violence conjugale au 1-800-363-9010.
Des ressources sont disponibles et des gens sont là pour apporter leur aide. Il s'agit de trouver une façon de prendre le téléphone pour demander de l'aide. C'est quelque chose dont chacun d'entre nous devrait être plus conscient.
Je m'adresse également à tous ceux et celles qui côtoient des familles où la violence est présente. Trop souvent, on ferme les yeux, on regarde à côté, on fait comme si ce n'était pas vrai et comme si cela ne se passait pas. Depuis le début de la pandémie, il y a eu un nombre anormalement élevé de féminicides et cela continue. Je pense que si chacun d'entre nous prenait le temps de regarder ce qui se passe, de faire un geste et d'essayer d'aider les gens qui sont aux prises avec ce phénomène de violence faite aux femmes, on pourrait sûrement faire une différence, on pourrait peut-être sauver une nouvelle victime. Il pourrait y avoir une victime on ne sait pas quand, on ne sait pas où, parce que personne n'aura ouvert les yeux et tout le monde aura fait semblant que ce sont des choses qui n'arrivent pas.
Je tenais à dire ces quelques mots en cette journée du 6 décembre. C'est extrêmement important et c'est directement lié au projet de loi dont nous parlons aujourd'hui. Il s'agit d'un projet de loi pour contrer l'intimidation et le harcèlement faits aux travailleurs et aux travailleuses de la santé. Cette forme d'intimidation n'a pas sa place dans notre société.
Le Service de police de Thetford a publié son rapport annuel pour 2020. J'en parle parce qu'on va demander aux policiers d'appliquer une loi pour faire cesser ou diminuer le harcèlement envers les travailleurs de la santé, envers les travailleurs essentiels et envers nos anges gardiens qui ont été là depuis le début de la pandémie.
Ces policiers sont très conscients de la situation et des problèmes et souhaitent eux aussi avoir les moyens d'intervenir. Par exemple, ils l'ont fait à 315 reprises, soit une hausse de 17 %, entre 2019 et 2020 pour des situations en lien avec la santé mentale des personnes. Même si le nombre de suicides ou de tentatives de suicide a diminué de 3 % dans la région pendant la même période, les policiers s'attendent — comme l'indique le rapport — à une augmentation de ce genre d'interventions au cours des prochaines semaines et des prochains mois.
Ces policiers ont été présents depuis le début. Je pense que l'on doit aussi avoir une pensée pour eux, qui auront à faire appliquer ces lois et ces mesures, tout en permettant et en laissant le droit aux gens de manifester calmement.
Si l'on regarde tout ce qui s'est passé depuis le début de la pandémie, beaucoup de nos travailleurs et de nos travailleuses de la santé, nos anges gardiens et nos anges gardiennes, nous ont fait part du fait qu'ils étaient exténués face à une maladie dont ils ignoraient à peu près tout. Ils n'étaient pas suffisamment protégés et craignaient pour leurs proches, sans compter qu'ils devaient faire des heures supplémentaires, des quarts de travail de 16 heures d'affilée. Cela a été extrêmement épuisant pour tout le personnel de la santé.
Au fur et à mesure que la situation évoluait, on a malheureusement vu de plus en plus de gens manifester contre ces mêmes travailleurs, qui se dévouaient corps et âme pour tenter de sauver la population, nos voisins, nos voisines, notre oncle, notre tante, notre grand‑mère et notre grand‑père de ce méchant virus qui touche notre société depuis le mois de mars 2020. Cela se rajoute au stress du travail qu'exige cette maladie inconnue et à la fatigue professionnelle. Je pense donc qu'il était temps que le gouvernement intervienne pour protéger ces travailleurs et, surtout, qu'on les reconnaisse.
Je veux moi aussi reconnaître l'ensemble de la profession. Je pense ici aux infirmières et aux infirmiers, qui ont fait un travail extraordinaire et qui sont eux aussi à bout de souffle. Il n'y a pas qu'eux, par contre, et je pense aussi aux préposés aux bénéficiaires et au personnel de soutien. Je pense également aux gens qui travaillent à la désinfection dans nos hôpitaux, dont on parle peu, mais qui sont pourtant directement en première ligne face à la COVID‑19. Je pense au personnel administratif qui est là et qui nous reçoit dans les hôpitaux, dont les membres ont eux aussi dû vivre une période assez difficile. Je pense aux techniciens de laboratoire qui manipulent ce fameux virus pour déterminer qui sont ceux et celles d'entre nous qui en sont atteints.
Toutes ces personnes méritent le respect et, surtout, la protection de leur gouvernement et de leurs concitoyens et concitoyennes. Ils ne doivent pas subir de harcèlement ni de menaces. Je pense encore aux médecins qui se dévouent et aux spécialistes. Je pense également aux éducatrices en service de garde qui, pour soigner nos enfants, doivent elles aussi affronter chaque jour ce stress additionnel qu'est la pandémie puisque les jeunes enfants n'ont pas accès à la vaccination et sont une cible potentielle de ce maudit virus, même si les effets sont moins importants chez eux.
Je pense aux enseignants et aux enseignantes, je pense aussi aux policiers, dont j'ai parlé tout à l'heure, ainsi qu'aux ambulanciers et aux travailleurs sociaux qui, eux aussi, doivent se rendre sur place et rencontrer beaucoup de gens en raison de problèmes de santé mentale. C'est donc la moindre des choses que l'ensemble de ces professions‑là reçoivent une protection de leur gouvernement contre ce harcèlement et contre l'intimidation.
Pour ces raisons, je vais sûrement appuyer cette initiative, d'autant plus que c'était une proposition de la plateforme déposée par le député de Durham, le leader de l'opposition officielle, lors de la dernière campagne électorale. Il a voulu déposer un projet de loi pour protéger les infrastructures essentielles, dont celles du secteur de la santé.
Je le fais aussi pour ma fille, qui étudie présentement pour devenir infirmière. Elle a la vocation et la passion, elle veut aider et elle veut servir. Je pense que l'on doit la soutenir et l'encourager, non pas la décourager.
View Julie Vignola Profile
BQ (QC)
Mr. Speaker, I think that we agree on how important it is to protect the full complement of health care workers, including orderlies and custodians, as my colleague was saying. These people are extremely important. It is unacceptable that these workers are being harassed when all they want is to do their job.
However, Bill C-3 has another part to it, namely 10 days of paid sick leave for federally regulated workers. My colleague has not said anything about this, and I would like to know what he thinks.
Monsieur le Président, je pense qu'on s'entend pour dire à quel point il est important de protéger les travailleurs de la santé de toutes les catégories, y compris les préposés et les concierges, comme mon collègue le disait. Ces personnes ont une importance capitale. Il est en effet inacceptable que ces travailleurs soient intimidés alors qu'ils ne veulent que bien faire leur travail.
Cependant, le projet de loi C‑3 comporte un autre volet: 10 jours de congé de maladie payés pour les travailleurs sous réglementation fédérale. On n'a pas entendu mon collègue à ce sujet et j'aimerais avoir son point de vue.
View Luc Berthold Profile
CPC (QC)
Mr. Speaker, I would like to reiterate that, for the benefit of all health care workers, this bill must be passed, yes.
The government also wanted to include in this bill 10 days of sick leave for federally regulated workers.
During a pandemic like the one we are going through, all workers, not just those under federal jurisdiction, should have access to sick leave and whatever else they need to help them continue working, take care of their families, and, most importantly, take care of themselves.
Monsieur le Président, je répéterai que, pour tout le personnel du système de santé, il s'agit d'un projet de loi qui doit effectivement être adopté.
Dans ce projet de loi, le gouvernement a également voulu inclure 10 jours de congés de maladie pour les travailleurs sous réglementation fédérale.
Lors d'une pandémie comme celle que nous traversons, tous les travailleurs, et non seulement ceux qui relèvent du fédéral, devraient avoir accès à des congés de maladie et à tout ce dont ils ont besoin pour leur permettre de continuer leur travail, de prendre soin de leur famille et, surtout, de prendre soin d'eux-mêmes.
View Dane Lloyd Profile
CPC (AB)
Mr. Speaker, my grandmother works at the hospital. We have seen the intimidation during these protests. Could the member speak to the importance of ensuring that we stand behind our health care workers during this very difficult time?
Monsieur le Président, ma grand-mère travaille à l’hôpital. Nous avons assisté aux manœuvres d’intimidation perpétrées lors de ces manifestations. Le député pourrait-il nous expliquer pourquoi il est si important de soutenir les travailleurs de la santé en cette période très difficile?
View Luc Berthold Profile
CPC (QC)
Mr. Speaker, that is a very important question. They are counting on us to do the right thing, to protect them from the bad attitudes we see in public sometimes. If we are not there for them, how can we count on them to protect us and take care of us? I totally agree with my colleague that we need to do what we can to achieve the goal of protecting them from the bad behaviour that we see are seeing in our society.
Il s'agit d'une question importante, monsieur le Président. Les travailleurs de la santé comptent sur nous pour défendre leurs droits et les protéger contre les personnes à l'attitude belliqueuse qu'on retrouve parfois en public. Si nous ne sommes pas là pour eux, comment peut-on s'attendre ensuite à ce qu'ils nous protègent et prennent soin de nous? Je suis tout à fait d'accord avec mon collègue quand il dit que nous devons tout faire pour protéger ces travailleurs contre les comportements néfastes dont la société est parfois le théâtre.
View Elizabeth May Profile
GP (BC)
Mr. Speaker, I want to ask my colleague a larger and broader question. I think we can all agree that we need to ensure that our nurses, our health care professionals and all front-line workers know how grateful we are and how much we support them.
Does the member have any reflections on what it says about us as a society that anyone would attack nurses, or try to block them or ill patients in an ambulance from making it to a hospital? What on earth has happened to us? I cannot believe we need a bill like this, even though I recognize we do.
Monsieur le Président, j'aimerais poser une question plus générale à mon collègue. Tout le monde s'entend, je pense, sur le fait que nous devons faire savoir aux infirmières, aux professionnels de la santé et aux travailleurs de première ligne en général à quel point nous leur sommes reconnaissants et à quel point nous les soutenons.
J'aimerais avoir l'avis du député: qu'est-ce que cela dit de nous comme société si nous sommes rendus à nous en prendre aux infirmières, à les empêcher de faire leur travail ou à empêcher des patients en ambulance de se rendre à l'hôpital? Quelle mouche a bien pu nous piquer? Je ne peux pas croire que nous ayons besoin d'un projet de loi comme celui-ci, même si je suis consciente que c'est la triste réalité.
View Luc Berthold Profile
CPC (QC)
Mr. Speaker, I thank my colleague for her question. However, I would need more than 30 seconds to try and analyze our current society.
I will therefore go back to what I was talking about at the very beginning of my speech, namely, violence against women, which is still happening in our society today.
Despite tragedies like the one at the Polytechnique and the fact people are talking more and more about this type of violence in the media, it seems that some still suffer from this hard-to-treat disease.
Society needs to address this and find ways to protect victims. Most importantly, we also need to work to prevent this from happening, before women become victims.
There are groups that work to prevent violence, and some focus on abusive men. These men have access to certain resources, but they must first recognize that they need them.
It all comes back to what I said earlier. Each of us has a duty to go see our neighbours and let them know what resources are currently available. We must no longer turn a blind eye, but rather take action and direct these individuals to the appropriate resources.
Monsieur le Président, je remercie ma collègue de sa question. J'aurais cependant besoin de plus que 30 secondes pour essayer de faire l'analyse de notre société actuelle.
Je reviens à ce dont je parlais au tout début de mon discours, c'est-à-dire cette violence envers les femmes, que l'on retrouve encore aujourd'hui dans notre société.
Malgré les tragédies comme celle de Polytechnique et malgré le fait qu'on parle de plus en plus de cette violence dans les médias, il semble que certaines personnes souffrent encore de cette maladie difficile à soigner.
Il faut que la société s'en occupe et trouve les moyens de protéger les victimes. Il faut surtout aussi travailler à prévenir ce genre de situation avant même que les femmes en soient victimes.
Certains mouvements existent pour prévenir la violence, notamment chez les hommes violents. Ces hommes peuvent avoir accès à certaines ressources, mais encore faut-il qu'ils reconnaissent ces besoins.
Cela revient à ce que je disais tout à l'heure. C'est le rôle de chacun d'entre nous d'aller voir son voisin ou sa voisine afin de l'informer des ressources qui sont actuellement disponibles. Il ne faut plus fermer les yeux, mais agir et diriger les personnes vers les bonnes ressources.
View David Lametti Profile
Lib. (QC)
Mr. Speaker, this is my first time rising in the House since the election, so it is my turn to thank the voters of LaSalle—Émard—Verdun for placing their trust in me for the third time. I will do my best to represent them as their MP.
I would also like to draw everyone's attention to the fact that today is December 6. As a Montrealer, a Canadian and a Quebecker, the memory of what happened in Montreal on December 6 never fails to move me. Fourteen young female engineering students lost their lives. I will do my best to make sure nothing like that ever happens again.
I am pleased to speak at the second reading debate on Bill C-3, an act to amend the Criminal Code and the Canada Labour Code, which I introduced alongside the Minister of Labour last week. I will focus my remarks on the Criminal Code amendments contained in the bill.
I am proud of Bill C-3, but I will be honest. I am disappointed, as was the member for Saanich—Gulf Islands a moment ago, that we are having to propose criminal law reforms to explicitly protect health care workers and patients against intimidation and obstruction.
Since the start of the global pandemic 20 months ago, the health sector in Canada has faced unprecedented challenges. Health professionals have been working relentlessly and under extraordinarily difficult circumstances to save lives. A Statistics Canada survey revealed that seven in 10 health care workers reported worsening mental health due to the pandemic. However, that is only part of the story.
On top of the strain on mental health, our health professionals are also facing violence in the workplace.
Dr. Katharine Smart, president of the Canadian Medical Association, told Canadians, during a news conference on this bill, that preliminary results from the 2021 National Physician Health Survey suggested that three out of four physicians had experienced intimidation, bullying and harassment in the workplace. She went further to say, “one in three say that this happens regularly. This number jumps to 80% of female physicians.” These numbers are telling me a deeply disturbing story, especially when we look at the impact on people who identify as female in the health profession.
Most Canadians have shown tremendous respect for our health care workers and have followed the guidance of public health authorities. Unfortunately, a small number of individuals refuse to believe the authorities or follow evidence-based public health measures. An even smaller group has even uttered threats, including death threats. These people have also committed acts of violence against health workers who were simply doing their jobs by providing essential care to Canadians.
Violence against health care workers is a long-standing problem. Ever since the pandemic hit, health care workers have expressed concern about their ability to keep doing their jobs. Some have even been forced to quit. Moreover, people who need health care services have expressed similar concern about their ability to keep accessing health care facilities safely.
I cannot stress enough how disappointed I was to learn of this behaviour. There is simply no place in Canada for such conduct, and we will not tolerate it. The ability to express ourselves and to protest what we do not believe is right is a cherished freedom in this country, but Canadians understand the difference between expressing our views and threatening those we disagree with.
We have seen the consequences of this abuse. For example, Dr. Gretchen Roedde of Latchford, Ontario has decided to retire early due to online abuse. This small town could lose a doctor because of this kind of behaviour.
Shockingly, this abuse and harassment even extends to children. Nolan Blaszczyk, a seven-year-old boy, faced a torrent of verbal abuse when he went with his mother to get his vaccine. Abby Blaszczyk was told that she was murdering her son and she was committing genocide. How is this acceptable?
As everyone knows, the Criminal Code includes a broad range of general offences to protect all Canadians. The Criminal Code already prohibits some of the despicable behaviour we have seen over the past year, including assault, criminal harassment, intimidation and threats. Today we see just how urgent it is to go even further.
Enhancing these existing measures by explicitly prohibiting this conduct in the health care sector has become necessary and urgent.
During the recent election campaign, as COVID‑19-related protests began to intensify around health facilities, the Prime Minister committed to protecting our health care workers and ensuring all Canadians had access to health care without fear of threat or intimidation. The measures introduced in Bill C-3 would fully address these commitments and ensure a broad range of responses to various forms of harmful conduct facing the health sector.
The bill would create two new offences specific to the health context.
First, a new intimidation offence would be enacted to protect both health workers and health seekers. Intimidation is already criminalized as a general offence, but these amendments would give police and prosecutors additional tools to specifically protect our health care workers and users. Furthermore, they would provide for a higher maximum sentence for intimidation of 10 years. The current intimidation offence carries a maximum sentence of five years.
This new offence would extend to health care workers similar protections to those justice system participants, people like judges, jurors, witnesses, as well as journalists who report on organized crime. Intimidation is treated as a more serious offence when committed to impede them in their important functions.
That specific intimidation offence was created in response to a series of incidents in which prosecutors, witnesses and others were intimidated by criminal organizations to destabilize the criminal justice system. Similar to what we are doing now, Parliament's response then was to enhance criminal law protections for such intimidation with a distinct offence and an enhanced penalty. It is important to protect those who are working to improve our country, whether through the health care system or legal system.
The new intimidation offence would prohibit any act intended to promote fear in health care professionals in order to stop them from performing their professional duties. As noted above, this includes health care professionals working at abortion clinics, other frequent target of threats and intimidation. Anyone who works to assist health professionals in the performance of their duties would also be protected by the intimidation offence. Depending on the circumstances, this could be a professional support worker or clinic staff working alongside a physician or nurse.
It takes a community of health workers to deliver health services in our country, so those who assist health care professionals in carrying out their duties are rightly covered by this offence.
The proposed offence would also protect anyone seeking or receiving health care services. Any behaviour intended to incite fear in individuals seeking health care services, for the purpose of dissuading those individuals from obtaining services, would be expressly prohibited.
Creating this new offence will also allow us to increase the maximum penalty for this behaviour. The new offence will be a hybrid offence and will carry a maximum penalty of 10 years in prison, on indictment. This is a harsher penalty than the general offence of intimidation, which is five years.
Increasing the penalty in this way sends a very clear message that Parliament strongly condemns these forms of behaviour directed at the health sector.
There is another point that I want to be very clear about. The proposed intimidation offence can be committed in person or through electronic means, including social media and other online channels. Media outlets across the country are reporting that health care providers are being threatened and intimidated on social media. Medical associations, including the Canadian Medical Association and the Ontario Medical Association, have confirmed that threats and intimidation are occurring not only in person, but also online. The offence of intimidation would apply regardless of the means of communication.
In addition to protecting the heroes in the health care sector, the bill also creates a new offence that would prohibit intentionally obstructing or interfering with a person's ability to access a health facility. The offence would protect access to any and every place where health services are provided, including a hospital, a mobile clinic, an abortion clinic, a vaccine clinic, a doctor's office and even doctors' homes if that is where they provide their services. This new offence is hybrid and will carry a maximum penalty of 10 years of imprisonment.
I want to be very clear about one thing. Nothing in the proposed legislation would undermine workers' ability to strike or Canadians' ability to peacefully protest. Our government stands by the charter and the freedoms it guarantees, including freedom of speech and the right to strike. That is why this offence would expressly exclude communicative activity that remains peaceful and lawful, such as strike action or peaceful protest, even if it has a minor impact on access. Minor inconvenience for those seeking to get into buildings is a fair price to pay to protect our cherished liberties, but behaviour that is threatening or violent or that creates a major impediment to access is rightly criminalized. This is the current state of our criminal law and the bill would only enhance that.
The legislation provides for a definition of “health professional” to clarify the scope of the offences and how they are intended to be applied to police and prosecutors. A health professional would be defined as a person who is entitled, under the laws of a province or territory, to provide a health service, such as doctors or nurses. Given that the provinces and territories are responsible for the health sector and regulation of health professionals and services, the definition is intended to be broad and capable of being applied in accordance with each jurisdiction's health system.
I would now like to talk about the sentencing reforms in Bill  C‑3. These changes address the concerns that health professionals have had for a while now, and, in fact, parliamentarians from all sides have presented similar reforms in the past through private members' bills.
The bill would require that, in cases where there is evidence showing that the offence was committed against a health care provider who was carrying out their duties, sentencing courts treat this evidence as an aggravating factor. Aggravating factors will also apply if the offence involved impeding another person from obtaining health services. Individuals on both sides of our health care system must be protected, meaning health care providers and their patients.
Support workers, also referred to as orderlies, are also vulnerable to violence in the workplace. Even though they are not regulated in many regions across the country like health professionals are, they still provide care and essential support to many Canadians. Therefore, the aggravating factors proposed in this bill expressly include personal care services.
These sentencing reforms are based on long-standing calls from stakeholders. Indeed, during our news conference following the introduction of the bill, the presidents of the CMA and the Canadian Federation of Nurses Unions affirmed the importance of these measures to our health workers.
The aggravating factors also implement a recommendation of the 2019 report conducted by the House of Commons Standing Committee on Health entitled “Violence Facing Health Care Workers in Canada”. The report requested the Government of Canada amend the Criminal Code to require a court to consider the fact that the victim of an assault is a health care sector worker to be an aggravating circumstance for the purposes of sentencing. The same report documented that health care workers have four times the rate of workplace violence than any other profession, despite most of this violence being unreported due to a culture of acceptance.
While the pandemic has created new challenges for health care workers and exacerbated the violence they face, as I mentioned before, those who provide abortion services and the women who access them have also experienced unacceptable threats and violence. It was not so long ago, in the 1990s, that several physicians in Canada were shot because of their work providing abortion services. Abortion clinics have been attacked and blocked. Those seek abortion services have been harassed, threatened and intimidated by individuals opposed to abortion. The safety and security of abortion health care workers and patients continue to be a troubling issue. Our government will protect abortion service providers alongside other health professionals. We support the rights of women to control their bodies and have unimpeded access to abortion services along with other health services.
I hope—like all members here today, I am sure—that health care workers will one day be able to do their jobs free from violence and can feel safe and valued when they are caring for us. The pandemic is not over, as we know, and neither is the need to protect our health care workers.
These workers play a very important role in the lives of all Canadians. Thanks to them, we have been able to fend off this devastating pandemic and make recovery plans for our society and our country. The proposed reforms will enhance existing measures in the Criminal Code and they have broad support within the medical community. For these reasons, I urge all members to support Bill  C‑3, which is urgent, important and necessary.
Monsieur le Président, puisque c'est la première fois que je prends la parole à la Chambre depuis les élections, j'aimerais à mon tour remercier les électeurs de LaSalle—Émard—Verdun de m'avoir fait confiance pour un troisième mandat. En tant que député, je ferai de mon mieux pour bien les représenter.
J'aimerais aussi souligner cette date du 6 décembre. En tant que Montréalais, Canadien et Québécois, je suis toujours très ému lorsque je me rappelle ce qui s'est produit le 6 décembre à Montréal, alors que 14 jeunes femmes qui étudiaient pour devenir ingénieures ont perdu la vie. Je ferai de mon mieux pour que de tels événements ne se reproduisent jamais.
Je suis heureux de prendre la parole à l'occasion de la deuxième lecture du projet de loi C‑3, Loi modifiant le Code criminel et le Code canadien du travail, que j'ai présenté de pair avec le ministre du Travail la semaine dernière. Mes remarques porteront surtout sur les modifications au Code criminel prévues dans le projet de loi.
Je suis fier du projet de loi C‑3, mais, pour être franc, je suis aussi déçu, tout comme l'était la députée de Saanich—Gulf Islands il y a un instant, que nous ayons à proposer des modifications au droit criminel pour expressément protéger les travailleurs de la santé et les patients contre l'intimidation et les entraves à l'accès.
Depuis le début de la pandémie, il y a 20 mois, le secteur de la santé au Canada est confronté à des défis sans précédent. Les professionnels de la santé travaillent sans relâche et dans des conditions extrêmement difficiles pour sauver des vies. Un sondage mené par Statistique Canada indique que 7 travailleurs de la santé sur 10 rapportent une aggravation de leur santé mentale en raison de la pandémie. Toutefois, cela n'est que la pointe de l'iceberg.
En plus du fardeau mental, nos professionnels de la santé vivent aussi de la violence au travail.
La Dre Katharine Smart, présidente de l'Association médicale canadienne, a déclaré à la population canadienne, à l'occasion d'une conférence de presse sur ce projet de loi, que les résultats préliminaires du Sondage national de l'AMC sur la santé des médecins de 2021 indiquent que trois médecins sur quatre ont subi de l'intimidation et à du harcèlement au travail. Elle a en outre déclaré qu’un médecin sur trois affirme que cela se produit régulièrement. Chez les femmes médecins, c'est de l'ordre des 80 %. Ces chiffres sont profondément perturbants, surtout quand on constate l'incidence sur les femmes dans le milieu de la santé.
La plupart des Canadiens ont fait preuve d'un grand respect envers nos travailleurs de la santé et ont suivi les conseils des responsables de la santé publique. Malheureusement, un petit nombre d'individus refusent de croire ou de suivre les mesures de santé publique fondées sur la science. Parmi eux, un plus petit groupe a même proféré des menaces, y compris des menaces de mort. Ces gens ont aussi commis des actes de violence à l'encontre des travailleurs de la santé, lesquels exerçaient simplement leur métier en fournissant des soins essentiels aux Canadiens.
La violence envers les travailleurs de soins de la santé est un problème de longue date. Depuis le début de la pandémie, les travailleurs de la santé ont exprimé des inquiétudes quant à leur capacité de continuer à exercer leurs fonctions, et certains ont même été contraints de quitter leur profession. De plus, les personnes ayant besoin de services de santé ont exprimé des craintes similaires quant à leur capacité d'accéder aux établissements de santé en toute sécurité.
Je ne saurais trop insister sur ma déception en réaction à de tels actes. Il n'y a tout simplement pas de place au Canada pour une telle conduite, et nous ne le tolérerons pas. La liberté d'expression et de manifestation sur ce qu'une personne ne croit pas être juste est une liberté précieuse du pays, mais les Canadiens comprennent qu'il y a une distinction entre exprimer ses opinions et menacer ceux contre qui on est en désaccord.
Nous avons vu les conséquences de ce genre d'agressions. Par exemple, la Dre Gretchen Roedde de Latchford, en Ontario, a décidé de prendre sa retraite plus tôt que prévu en raison du harcèlement qu'elle subissait en ligne. Cette petite ville pourrait perdre une médecin à cause de ce genre de comportement.
Ce qui est encore plus troublant, c'est que les insultes et le harcèlement ciblent même des enfants. Nolan Blaszczyk, un garçon de 7 ans, s'est fait agresser verbalement lorsqu'il est allé se faire vacciner en compagnie de sa mère. Abby Blaszczyk s'est fait dire qu'elle assassinait son fils et qu'elle prenait part à un génocide. Qui peut accepter cela?
Nous savons que le Code criminel, par l'entremise d'un large éventail d'infractions générales, protège tous les Canadiens. Le Code interdit déjà certains de ces comportements monstrueux dont nous avons été témoins l'année dernière: agressions, harcèlement criminel, intimidations et menaces. Aujourd'hui, nous voyons à quel point il est urgent d'aller plus loin.
Il est devenu nécessaire et urgent de parfaire ces mesures en interdisant explicitement ce genre de comportements dans le secteur de la santé.
Au cours de la dernière campagne électorale, alors que les manifestations liées à la COVID‑19 près des hôpitaux prenaient de l'ampleur, le premier ministre s'est engagé à protéger les travailleurs de la santé à faire en sorte que tous les Canadiens puissent avoir accès aux services de santé sans craindre d'être intimidés. Les mesures que comprend le projet de loi C‑3 viennent appuyer ces engagements et prévoient différentes réponses aux comportements dangereux qui ciblent présentement le secteur de la santé.
Le projet de loi crée deux nouvelles infractions qui concernent spécifiquement le secteur de la santé.
Premièrement, on mettrait en place une nouvelle infraction d'intimidation pour protéger ceux qui offrent et ceux qui reçoivent des soins de santé. Il y a déjà des dispositions pénales à l'égard de l'intimidation en général, mais ces modifications donneraient aux forces de police et aux procureurs des outils supplémentaires pour protéger plus particulièrement ceux qui offrent et ceux qui reçoivent des soins de santé. Par ailleurs, une peine maximale plus sévère de 10 ans d'emprisonnement serait prévue. À l'heure actuelle, l'infraction d'intimidation est passible d'une peine d'emprisonnement maximale de cinq ans.
Les dispositions sur cette nouvelle infraction conféreraient aux travailleurs de la santé des protections semblables à celles offertes à des intervenants du système de justice comme les juges, les jurés, les témoins ainsi que les journalistes qui font des reportages sur le crime organisé. L'intimidation est traitée comme une infraction plus grave lorsqu'elle vise à empêcher ces intervenants de remplir leurs importantes fonctions.
Cette infraction d'intimidation a été créée en réponse à une série d'incidents où des procureurs, des témoins et d'autres intervenants ont été intimidés par des organisations criminelles afin de déstabiliser le système de justice pénale. À l'instar de ce que nous faisons maintenant, le Parlement a décidé à l'époque de renforcer les protections du droit pénal pour cette forme d'intimidation en créant une infraction distincte passible d'une peine plus sévère. Il est important de protéger les gens qui travaillent à améliorer notre pays, que ce soit dans le système de santé ou au sein du système de justice.
Selon les dispositions sur la nouvelle infraction d'intimidation, il serait interdit de provoquer la peur chez les professionnels de la santé afin de les empêcher de remplir leurs fonctions. Comme je l'ai indiqué précédemment, cela comprend les professionnels de la santé qui travaillent dans des cliniques d'avortement et d'autres intervenants qui font fréquemment l'objet de menaces et d'intimidation. Toute personne dont les fonctions consistent à appuyer un professionnel de la santé dans l'exercice de ses fonctions serait aussi protégée par ces dispositions. Selon les circonstances, il pourrait s'agir d'un préposé aux services de soutien ou du personnel médical qui travaille auprès d'un médecin ou d'un membre du personnel infirmier.
Étant donné qu'une foule d'intervenants contribuent aux services de santé offerts au Canada, toute personne qui aide les professionnels de la santé à remplir leurs fonctions est couverte à juste titre par ces dispositions.
L’infraction proposée protégera également toute personne qui recherche et reçoit les services de soin de santé. Tout comportement visant à susciter la peur chez une personne cherchant à obtenir un service de santé, dans le but de la contraindre à ne pas obtenir ce service, serait expressément interdit.
La création de cette nouvelle infraction nous permettra également d’augmenter la peine maximale pour ce comportement. La nouvelle infraction sera l’infraction hybride et, en cas de mise en accusation, elle sera passible d’une peine maximale de 10 ans d’emprisonnement. Il s’agit d’une peine plus élevée que l’infraction générale d’intimidation qui est de cinq ans.
En augmentant la peine de cette manière, on envoie un message très clair selon lequel le Parlement condamne fermement ces formes de comportements dirigées vers le secteur de la santé.
Il y a un autre point sur lequel je veux être très clair. L’infraction d’intimidation proposée peut être commise en personne ou par des moyens électroniques, y compris les médias sociaux, ou par d’autres communications en ligne. Les médias de tout le pays révèlent que des prestataires de soins de santé sont menacés et intimidés dans les médias sociaux. Les associations médicales, dont l’Association médicale canadienne et l’Ontario Medical Association, ont confirmé que les menaces et les intimidations se produisent non seulement en personne, mais aussi en ligne. L’infraction d’intimidation s’appliquerait, quel que soit le moyen de communication.
Outre le fait qu'il protège les héros du secteur des soins de santé, le projet de loi crée aussi une nouvelle infraction en interdisant d'empêcher ou de gêner intentionnellement l'accès par autrui à un établissement de santé. L'infraction vise à protéger l'accès à tout endroit où des services de santé sont offerts, notamment les hôpitaux, les cliniques mobiles, d'avortement et de vaccination et les cabinets de médecin, voire la résidence d'un médecin si c'est là que ce professionnel fournit ses services. Cette nouvelle infraction mixte est passible d'un emprisonnement maximal de 10 ans.
Je tiens à être très clair au sujet d'une chose en particulier. Rien dans le projet de loi ne nuirait à la capacité des travailleurs de faire la grève ou à celle des Canadiens de manifester pacifiquement. Le gouvernement souscrit à la Charte et aux libertés qu'elle garantit, notamment la liberté d'expression et le droit de grève. Voilà pourquoi cette infraction exclurait expressément toute activité pacifique et légale, comme une grève ou une manifestation pacifique, même si elle avait de légères répercussions sur l'accès. Il n'est pas déraisonnable d'accepter les légers désagréments causés aux personnes qui souhaitent entrer dans un édifice si c'est pour assurer la protection des libertés auxquelles nous tenons tant. Cependant, tout comportement menaçant ou violent ou qui crée un obstacle majeur à l'accès serait à juste titre traité comme une infraction criminelle. Voilà la position actuelle en matière de droit pénal, et le projet de loi ne ferait que la confirmer.
Le projet de loi donne une définition de « professionnel de la santé » pour préciser la portée des infractions et la façon dont elles doivent être traitées par la police et les procureurs. Aux termes du projet de loi, un professionnel de la santé s'entend d'une personne autorisée par le droit d'une province ou d'un territoire à fournir des services de santé, comme les médecins ou le personnel infirmier. Étant donné que l'administration du secteur de la santé et la réglementation des professionnels de la santé et des services de santé relèvent des provinces et des territoires, la définition est suffisamment large pour être applicable au système de santé de l'ensemble des provinces et territoires.
J'aimerais maintenant parler des réformes en matière de détermination de la peine qui sont incluses dans le projet de loi C‑3. Ces changements répondent aux préoccupations de longue date des professionnels de la santé et, en fait, des parlementaires de tous bords qui ont présenté des réformes similaires dans le passé par le truchement de projets de loi émanant des députés.
Le projet de loi obligerait les tribunaux chargés de la détermination de la peine à considérer comme un facteur aggravant la preuve que l'infraction a été commise contre un fournisseur de soins de santé qui agissait dans l'exercice de ses fonctions. La peine sera également aggravée lorsqu'une infraction a eu pour effet d'empêcher une personne d'obtenir des services de santé. D'ailleurs, les deux groupes de notre système de santé doivent être protégés: ceux qui fournissent des soins de santé et ceux qui les reçoivent.
Les préposés au soutien personnel, aussi appelés préposés aux bénéficiaires, sont aussi vulnérables à la violence sur leur lieu de travail. Même s'ils ne sont pas réglementés dans de nombreuses régions du pays comme étant des professionnels de la santé, ils fournissent tout de même des soins et un soutien essentiels à de nombreux Canadiens. Par conséquent, les facteurs aggravants proposés incluent aussi expressément les services de soins personnels.
Ces réformes de la détermination de la peine sont fondées sur des appels lancés depuis longtemps par les intervenants. En effet, lors de la conférence de presse qui a suivi la présentation du projet de loi, les présidents de l’Association médicale canadienne et de la Fédération canadienne des syndicats d'infirmières et d'infirmiers ont affirmé l'importance de ces mesures pour nos travailleurs de la santé.
L'adjonction au projet de loi des circonstances aggravantes découle aussi d'une recommandation du rapport de 2019 du Comité permanent de la santé de la Chambre des communes intitulé « Violence subie par les travailleurs de la santé au Canada ». Ce rapport demandait au gouvernement du Canada de modifier le Code criminel afin d'exiger, aux fins de la détermination de la peine, que le tribunal tienne pour circonstance aggravante le fait que la victime d'une agression soit un travailleur du secteur de la santé. Le même rapport révèle que le taux de violence au travail est quatre fois plus élevé chez les travailleurs de la santé que dans toute autre profession, même si la plupart de ces violences ne sont pas signalées en raison d'une culture d'acceptation.
Si la pandémie a créé de nouveaux défis pour les travailleurs de la santé et exacerbé la violence à laquelle ils sont exposés, comme je l'ai déjà mentionné, les fournisseurs de services d'avortement et les femmes qui y font appel ont également été victimes de menaces et de violences inacceptables. Il n'y a pas si longtemps au Canada, dans les années 1990, un certain nombre de médecins ont été abattus parce qu'ils offraient des services d'avortement. On a bloqué l'accès à des cliniques d'avortement et on les a attaquées. Des personnes cherchant à obtenir des services d'avortement ont été harcelées, menacées et intimidées par des personnes opposées à l'avortement. La sûreté et la sécurité des travailleurs de la santé qui offrent des services d'avortement et des patients demeurent une question préoccupante. Notre gouvernement protégera les prestataires de services d'avortement comme les autres professionnels de la santé. Nous soutenons le droit des femmes à disposer de leur corps et à avoir le même accès sans entrave aux services d'avortement qu'aux autres services de santé.
J'ai l'espoir — sans doute partagé par nous tous ici aujourd'hui — que les travailleurs de la santé pourront un jour faire leur travail sans violence tout en se sentant en sécurité et valorisés alors qu'ils prennent soin de nous. Comme nous le savons, la pandémie n'est pas terminée, et notre besoin de protéger les travailleurs du secteur de la santé ne l'est pas non plus.
Ces travailleurs jouent un rôle essentiel dans la santé de chaque Canadien. C'est grâce à eux que nous avons pu résister à cette pandémie dévastatrice et faire des plans pour nous rétablir en tant que société et en tant que pays. Les réformes proposées améliorent les mesures existantes dans le Code criminel et bénéficient d'un large soutien de la communauté médicale. Pour ces raisons, j'exhorte tous les députés à appuyer de toute urgence le projet de loi C‑3, qui est important et nécessaire.
View John Barlow Profile
CPC (AB)
View John Barlow Profile
2021-12-06 12:52
Mr. Speaker, I appreciate the fact that the minister was talking about the importance of these protests in that we need to protect the rights of Canadians. I could not agree more. My private member's bill, Bill C-205, went through the parliamentary process in the last Parliament, made it very close to the finish line and was about protecting the rights of farm families and ranch families from protests on farms and on their properties.
When we talk about the rights of Canadians, I think that goes both ways. I was honoured to have the support of the Liberal Party at committee as well as having the agriculture minister be in support of that initiative during the election.
I am wondering if the justice minister will also support Bill C-205, if I am able to bring it back this Parliament.
Monsieur le Président, je remercie le ministre d’avoir parlé de l’importance que revêtent ces manifestations, car nous devons protéger les droits des Canadiens. Je suis tout à fait d’accord avec lui. Mon projet de loi d’initiative parlementaire, le projet de loi C‑205, a franchi toutes les étapes du processus parlementaire au cours de la dernière législature et s’est rendu très près de la ligne d’arrivée; il visait à protéger les droits des familles d’agriculteurs et d’éleveurs, relativement aux manifestations tenues sur leurs fermes et leurs propriétés.
En ce qui concerne les droits des Canadiens, à mon avis, la protection doit aller dans les deux sens. J’ai eu l’honneur de recevoir l’appui du Parti libéral lors de l’étude en comité et celui de la ministre de l’Agriculture pendant la campagne électorale.
Je me demande si le ministre de la Justice appuiera lui aussi le projet de loi C‑205, si je suis en mesure de le présenter de nouveau au cours de la présente législature.
View David Lametti Profile
Lib. (QC)
Mr. Speaker, it is always wonderful to field a few pucks from the hon. member's part of the House.
We were open as a party in the last Parliament, as the government in the last Parliament, to that bill. While I cannot commit as a minister of my cabinet to doing that right now, I can assure the hon. member that we will be open.
There is a general protection, as the hon. member knows, against intimidation and violence, which I mentioned in the course of my speech. It carries a five-year penalty. We have taken specific measures in the judicial sphere, we are now proposing to take specific measures in the health care sphere, and I would assure the hon. member that we would be open to considering this measure in other places and spaces.
Monsieur le Président, il est toujours agréable de recevoir quelques passes en provenance de l’autre côté de la Chambre.
En tant que parti et gouvernement, nous avons accueilli favorablement ce projet de loi lors de la dernière législature. Bien que je ne puisse pas, en tant que ministre du Cabinet, m’engager à l’appuyer maintenant, je peux assurer au député que nous resterons ouverts.
Comme le député le sait, il existe une protection générale contre l’intimidation et la violence, que j’ai mentionnée dans mon discours. Elle est assortie d’une peine de cinq ans en cas d’infraction. Nous avons pris des mesures particulières sur le plan judiciaire et nous proposons maintenant d’en prendre dans le domaine des soins de santé. Je peux assurer au député que nous sommes prêts à envisager l’application de cette mesure dans d’autres lieux et contextes.
View Luc Thériault Profile
BQ (QC)
View Luc Thériault Profile
2021-12-06 12:54
Mr. Speaker, the Quebec government did not wait for the Liberal government to pass a law to deal with these types of protests held near institutions. That said, I would be remiss if I did not remind my distinguished colleague of the reason why we find ourselves discussing Bill C-3 about two weeks before Christmas.
Earlier, the government referred to the 2019 report from the Standing Committee on Health on violence faced by health care workers. The report, issued two years ago, pointed out that seven out of 10 workers were experiencing deteriorating mental health. The fear and intimidation is only going to worsen their situation if they return to the system.
We are clearly in favour of the principle of such a bill. However, why do we find ourselves today with a government that called an election, dragged its feet on recalling Parliament after the election, and consequently delayed other very important bills, in particular the bill in memory of Émilie Sansfaçon, which sought to give people with cancer up to 50 weeks of EI sickness benefits?
This also had an impact on the work of the Special Joint Committee on Physician-Assisted Dying. It had one year to submit its report, but it will have barely four months to discuss such a critical issue. Does my colleague not find it hard to be part of a government that puts off critical and important problems like these?
Monsieur le Président, le gouvernement du Québec n'a pas attendu le gouvernement libéral pour adopter une loi afin de contrer ce genre de manifestations autour des établissements. Cela étant dit, je m'en voudrais ne pas rappeler à mon distingué collègue la petite histoire de pourquoi l'on se retrouve ici, à environ deux semaines de Noël, à discuter du projet de loi C‑3.
Le gouvernement a cité plus tôt le rapport de 2019 — d'il y a deux ans, donc — du Comité permanent de la santé sur la violence subie par les travailleurs de la santé et rappelé que 7 travailleurs sur 10 vivent une détérioration de leur santé mentale. Ce ne sont ni l'intimidation ni la peur qui pourront les ramener dans le réseau sans aggraver leur situation.
Nous sommes évidemment en faveur du principe d'un tel projet de loi. Cependant, comment se fait-il qu'on se retrouve aujourd'hui avec un gouvernement qui a déclenché une élection, qui s'est traîné les pieds après l'élection avant de rappeler le Parlement et qui a, ce faisant, retardé d'autres projets de loi très importants, notamment celui d'Émilie Sansfaçon, qui visait l'obtention de 50 semaines de prestations de maladie de l'assurance-emploi pour les personnes atteintes d'un cancer?
Cela a aussi touché les travaux du comité mixte spécial sur l'aide médicale à mourir. Ce dernier avait un an pour remettre son rapport, mais ne va disposer que de quatre mois à peine pour discuter d'une question aussi cruciale. Mon collègue ne trouve-t-il pas éprouvant de faire partie d'un gouvernement qui reporte des problèmes précieux et importants comme ceux-là?
View David Lametti Profile
Lib. (QC)
Mr. Speaker, I thank my hon. colleague for the question. It is always a pleasure to work with him on different projects, including on medical assistance in dying.
In a democracy, it is always important to canvass the people directly. That is what we do when we have an election. We have a Westminster parliamentary system, and it has been working well for Canada and the provinces for years. Elections are part of that system.
I can assure my colleague that we will work hard on Bill C-3 and on all of our common goals in other areas, such as medical assistance in dying, which we want to improve by taking another look at what we did in 2016 and 2020. I can assure my colleague that we are here to work together.
Monsieur le Président, je remercie mon honorable collègue de sa question. C'est toujours un plaisir de travailler avec lui sur plusieurs projets, dont celui de l'aide médicale à mourir.
Dans une démocratie, il est toujours important de sonder directement le peuple. C'est ce que nous faisons quand il y a des élections. Nous avons un système parlementaire fondé sur celui de Westminster et cela fait des années qu'il fonctionne bien pour le Canada et les provinces. Les élections font partie de ce système.
Je peux assurer à mon collègue que nous allons travailler avec acharnement sur le projet de loi C‑3, ainsi que pour nos buts communs dans d'autres domaines comme l'aide médicale à mourir, que nous voulons améliorer en regardant à nouveau ce que nous avons fait en 2016 et en 2020. Je peux donc assurer à mon collègue que nous sommes ici pour travailler ensemble.
View Peter Julian Profile
NDP (BC)
Mr. Speaker, as the Minister of Justice knows, the NDP is supportive of the principle of protecting health care workers, and the member for Burnaby South, the NDP leader, and the NDP caucus have been the strongest advocates for the 10 days of paid sick leave in Parliament. We fought to have the temporary sick leave program brought in. The government implemented that badly, I think it is fair to say. In this bill, although we support it very much in principle, there are two weaknesses that need to be addressed.
First off, in terms of protecting health care workers, there is no amendment that has been accepted by the government that would explicitly protect legal union activities from the risk of prosecution under the new Criminal Code amendments. Then, in terms of paid sick leave, as members know, we actually would have a delay, even if the program in the bill is implemented, that would mean that the first day of paid sick leave would take over a month for a person to access, and it would take 11 months for a worker to access the 10 days of paid sick leave that are so important to protect the worker, the family and also to protect the public.
Will the government explicitly say that it will accept those amendments at committee stage?
Monsieur le Président, comme le ministre de la Justice le sait, le NPD appuie l'idée de protéger les travailleurs de la santé et le député de Burnaby‑Sud, le chef du NPD et le caucus du NPD ont été les plus ardents défenseurs des 10 jours de congé de maladie payé au Parlement. Nous nous sommes battus pour que le programme temporaire de congés de maladie soit mis en place. Je pense qu'il est juste de dire que le gouvernement l'a mal mis en œuvre. Bien que nous appuyions fortement le projet de loi en principe, il comporte deux faiblesses qui doivent être corrigées.
Tout d'abord, en ce qui concerne la protection des travailleurs de la santé, le gouvernement n'a accepté aucun amendement qui protégerait explicitement les activités syndicales légales contre le risque de poursuites en vertu des nouvelles modifications au Code criminel. Ensuite, en ce qui concerne les congés de maladie payés, comme les députés le savent, il y aura un décalage même si le programme prévu dans le projet de loi est mis en œuvre, ce qui signifie qu'une personne devra patienter plus d'un mois pour avoir un premier jour de congé de maladie payé. Il lui faudra donc 11 mois pour se prévaloir des 10 jours de congé de maladie payé qui sont si importants pour assurer sa protection, celle de sa famille et celle du public.
Le gouvernement dira-t-il explicitement qu'il acceptera ces amendements à l'étape de l'étude en comité?
View David Lametti Profile
Lib. (QC)
Mr. Speaker, with respect to the question on sick leave, I will defer to my colleague, the Minister of Labour, who I believe spoke in this place on Friday, to work with members of the opposition, with respect to making sure the bill is in a satisfactory form to achieve the goals we have in common.
With respect to the Criminal Code amendments and the right of labour to organize, I would like to assure the hon. member that we actually crafted the bill with the language from the jurisprudence in the cases that explicitly protect a worker's right to picket, go on strike, organize and express their political and social views in that format.
Of course, I am open to working, if there is a way to make the language more precise, but we do feel we have taken the actual wording from the cases that enshrine this right.
Monsieur le Président, en ce qui concerne les congés de maladie, je vais m'en remettre à mon collègue le ministre du Travail, qui, je pense, a pris la parole à la Chambre vendredi dernier. Il lui reviendra de travailler avec les députés de l'opposition pour faire en sorte que le libellé du projet de loi permette d'atteindre les objectifs que nous avons en commun.
En ce qui concerne les modifications au Code criminel et le droit des travailleurs de s'organiser, je peux assurer au député que nous avons rédigé le projet de loi en nous appuyant sur la jurisprudence, plus précisément sur les cas qui protègent explicitement le droit des travailleurs à faire du piquetage, à faire la grève, à s'organiser et à exprimer leurs points de vue politiques et sociaux de cette façon.
Bien sûr, je suis disposé à entendre les suggestions qui rendraient le libellé plus précis, mais nous sommes d'avis que nous avons utilisé les formulations exactes des cas qui ont inscrit ce droit dans la loi.
View Yasir Naqvi Profile
Lib. (ON)
Mr. Speaker, I want to thank the Minister of Justice along with the Minister of Labour for bringing forward this very important piece of legislation.
I think a lot of us can recount horrible incidences that we saw during the peak period of vaccination, when our hospitals that are so critical for the health and well being of our communities were being picketed by individuals who were just trying to prevent people from getting access to medical care. In my riding of Ottawa Centre, where the Civic Hospital is located, we saw picketing taking place with the sole intention of preventing people from getting important health care. This type of legislation would ensure that members of our community can get health care, whether to get a vaccine or just to visit their loved ones.
My precise question to the minister is around protecting abortion services, as well, which I fully support. When I was the attorney general in Ontario, we brought a similar piece of legislation called the Safe Access to Abortion Services Act. I was wondering if the minister could elaborate as to how this particular piece of legislation, if passed, would interact with provincial legislation, such as in Ontario, British Columbia and Quebec, which are the provinces that have similar protections for women to access abortion services.
Monsieur le Président, je tiens à remercier le ministre de la Justice ainsi que le ministre du Travail d'avoir présenté ce très important projet de loi.
Je crois que nous sommes nombreux à pouvoir parler des situations terribles que nous avons vues au plus fort de la vaccination, lorsque nos hôpitaux qui sont si indispensables à notre santé et au bien-être de nos communautés sont devenus des lieux de manifestation pour des individus qui voulaient uniquement empêcher des gens d'avoir accès à des soins de santé. Dans ma circonscription, Ottawa-Centre, où se trouve l'Hôpital Civic, le piquetage avait en effet pour seul but de priver des gens de soins de santé importants. Ce projet de loi garantirait donc que nos concitoyens pourraient se rendre dans les hôpitaux, que ce soit pour se faire vacciner ou rendre visite à un proche.
Ma question au ministre porte précisément sur la protection des services d'avortement, que j'appuie sans réserve. Lorsque j'étais procureur général de l'Ontario, nous avons présenté une mesure législative semblable appelée Loi sur l'accès sécuritaire aux services d'interruption volontaire de grossesse. J'aimerais lui demander de nous parler de l'incidence que ce projet de loi, s'il est adopté, aura sur les lois provinciales, comme celles de l'Ontario, de la Colombie-Britannique et du Québec, soit les provinces qui offrent des protections semblables aux femmes qui veulent avoir accès à des services d'avortement.
View David Lametti Profile
Lib. (QC)
Mr. Speaker, I congratulate the hon. member for his recent appointment to the position of parliamentary secretary.
First off all, to repeat, abortion services are health care services and abortion clinics are health care clinics. Hence, they are protected. With respect to the larger interoperation between the federal use of the criminal law power and provincial use of property and civil rights protections and other heads of provincial power, the answer is that they interoperate very well. Provinces can enact measures to protect spaces. What we would be doing with the criminal law power is protecting the impeding of access, as well as the threat of intimidation. Each has its own standards, both in terms of the mental and actus reus elements of crime, and they fit very well with what provinces have done.
Monsieur le Président, je félicite le député pour sa récente nomination au poste de secrétaire parlementaire.
Tout d'abord, je me permets de dire à nouveau que les services d'avortement font partie des soins de santé et que les cliniques d'avortement sont des cliniques de soins de santé. Ces services et ces cliniques sont donc protégés. En ce qui concerne l'interfonctionnement plus large entre l'utilisation fédérale du pouvoir en matière de droit criminel et l'utilisation provinciale de la protection de la propriété et des droits civils et d'autres chefs de compétence provinciale, la réponse est qu'ils interagissent très bien. Les provinces peuvent adopter des mesures pour protéger les espaces. Ce que nous ferions avec le pouvoir du droit pénal, c'est nous prémunir contre l'entrave à l'accès et l'intimidation. Chaque aspect a ses propres normes, tant en ce qui concerne l'élément mental que l'élément matériel du crime, et elles correspondent très bien à ce que les provinces ont fait.
View Lori Idlout Profile
NDP (NU)
View Lori Idlout Profile
2021-12-06 13:02
Mr. Speaker, Qujannamiik, uqaqtittiji. This is a very important discussion, and I would like to ask the Minister of Justice about an issue that is very important to Nunavut.
How was Johannes Rivoire allowed to leave Canada? He is now protected in France. I would like to hear from the minister what the government plans to do about this criminal who is hiding in France at the moment.
Monsieur le Président, Qujannamiik, Uqaqtittiji. Il s'agit d'un enjeu très important, et j'aimerais sonder le ministre de la Justice au sujet d'une question qui préoccupe beaucoup le Nunavut.
Comment Johannes Rivoire a‑t‑il pu quitter le Canada? Il est maintenant en France, où il est protégé. J'aimerais que le ministre de la Justice nous dise ce que le gouvernement compte faire au sujet de ce criminel qui se cache en France en ce moment.
View David Lametti Profile
Lib. (QC)
Mr. Speaker, I thank the hon. member for her question.
As I have stated a number of times publicly, and has been stated publicly, the specific proceedings against Johannes Rivoire were stayed by the Prosecution Service. I cannot resurrect the stay; however, there is always the possibility that further evidence might be brought forward by other complainants or other witnesses. It would at that point be something that the police, the Prosecution Service and ultimately the Justice Department and the International Assistance Group would have to look at.
Monsieur le Président, je remercie la députée de sa question.
Comme je l'ai dit à plusieurs reprises et comme cela a déjà été dit publiquement, les procédures particulières au sujet de Johannes Rivoire ont été suspendues par le service des poursuites, et je ne peux pas revenir sur cette suspension. Il est cependant toujours possible que d'autres preuves soient apportées par d'autres plaignants ou d'autres témoins. Il s'agirait alors d'éléments que la police, le service des poursuites et, en dernier ressort, le ministère de la Justice et le Groupe d'entraide internationale seraient tenus d'examiner.
View Louise Chabot Profile
BQ (QC)
Mr. Speaker, I would first like to inform you that I will be sharing my time with my esteemed colleague from Beauport—Limoilou.
Furthermore, as today is December 6, the 32nd anniversary of the tragic Polytechnique massacre, in which 14 women were killed just for being women, I would like to offer my support and solidarity and say that we remember.
Let us return now to Bill C‑3, which is currently under consideration. This is a two-pronged bill: it amends the Canada Labour Code, and it amends the Criminal Code. These two statutes do not address the same issues.
What we do know about this bill is that it stems from a commitment the government made during the last election campaign, the one that should not have happened. During that campaign, the government stated that it wanted to increase the number of sick days for workers who have none and strengthen the Criminal Code with more severe penalties for people who impede the provision of health care or intimidate health care workers.
Since we are talking about two jurisdictions here, and since this bill will definitely be worth studying in committee, I am wondering which would be the best committee to study it.
The government thought it would be a good idea to significantly strengthen the measures set out in the Criminal Code that penalize people who intimidate or harass patients and health care workers, but is that the right solution to this problem?
We will need to examine this bill to be able to answer that question properly. We understand the purpose of the measure, which is to make it clear to health care workers and those who need access to medical care that we will never allow them to be intimidated or afraid to get care. I think everyone understands the message, which may have been necessary.
However, as a health care worker myself, even though it has been some time since I worked in the field, what I am wondering is whether our labour laws, our workplace health and safety laws, also protect the workplace from acts of violence, intimidation and harassment.
Perhaps that should have been considered. Besides the incidents that we all witnessed in Quebec and the provinces, the major unions have been long calling for stronger measures against violence, intimidation and harassment to be included in our labour laws, because employers also have an obligation to provide a safe workplace.
In Quebec, anti-vaxxers have protested in front of primary schools. They have also protested to a lesser extent in front of hospitals and vaccination clinics. The Government of Quebec did not wait for the federal government before it significantly increased fines and public safety measures. That is why we wonder if strengthening the Criminal Code is the right solution.
The Canadian Labour Congress made it clear, and we agree, that we must avoid depriving individuals of the fundamental right to associate, to unionize, to strike, to picket and to mobilize. It is a major right guaranteed by the Constitution, and we must ensure that it is included in this bill.
As for the Canada Labour Code, the Minister of Labour stated in his speech on Friday that there are gaps in the social safety net. That is not news. Canada's antiquated labour laws are sorely in need of attention. Fifty-eight percent, or 580,000, of Canada's workers do not have paid leave, and it is time to give them 10 days of paid sick leave. We could also amend the Canada Labour Code to increase the minimum wage as the government promised in the last budget. That would send a clear message in the current circumstances that we are protecting workers, who should have good working conditions and good wages.
Speaking of gaps in the social safety net, the government has forgotten one important aspect, namely, the employment insurance system. I am thinking specifically of people who are sick. The government is failing thousands of people who have no paid sick leave, no wage loss program and only 15 weeks of sickness benefits. This really is a gap in the social safety net.
Why is the government introducing a bill that targets the Canada Labour Code and the Criminal Code, which are two different systems, rather than strengthening labour laws and the EI system to protect people who are sick and have nothing to fall back on when they become seriously ill?
Why did the government not ensure that the constitutional right to protest and to freedom of expression were properly protected in the Criminal Code, if that were its intention? It will be important to study those two matters in committee.
We support the bill in principle, with a bit of fine-tuning.
Monsieur le Président, j’aimerais d'abord vous informer que je partagerai mon temps de parole avec ma chère et estimée collègue de Beauport—Limoilou.
De plus, permettez-moi en ce 6 décembre, jour du triste drame de Polytechnique où, il y a 32 ans, 14 femmes ont été tuées parce qu’elles étaient des femmes, d'offrir mon soutien et ma solidarité, et de dire que nous nous souvenons.
Revenons maintenant au projet de loi C‑3, présentement à l'étude. Ce projet de loi a deux dimensions: il modifie le Code canadien du travail et il modifie le Code criminel. Ces deux recueils de lois ne s'adressent pas à la même tribune.
Ce qu'on comprend de ce projet de loi, c'est qu'il est lié à un engagement que le gouvernement avait pris lors de la dernière campagne électorale, laquelle n'avait pas lieu d’être. Au cours de cette campagne électorale, le gouvernement avait affirmé sa volonté d’augmenter les jours de congé de maladie pour les travailleurs qui n’en ont pas et de renforcer le Code criminel pour punir plus sévèrement les personnes qui entravent la prestation de soins de santé ou qui intimident les professionnels de la santé.
Comme il s'agit ici de deux compétences, et puisque ce projet de loi méritera effectivement une étude en comité, je me demande dans quel comité il serait le plus judicieux de l'étudier.
Le gouvernement a cru bon de venir renforcer de manière très importante les mesures du Code criminel pour pénaliser ceux et celles qui viendraient intimider ou harceler les patients et les travailleurs ou les travailleuses de la santé, mais est-ce le bon remède au bon problème?
L’étude du projet de loi sera nécessaire afin de répondre correctement à cette question. On peut comprendre ce que vise cette mesure: dire clairement aux travailleuses et aux travailleurs de la santé, et aux personnes qui ont besoin d’avoir accès à tous les soins, de santé qu’on ne tolérera jamais que ces gens puissent être intimidés ou craindre de se faire soigner. Je pense qu'on comprend bien le message, qui était peut-être nécessaire.
Cependant, la question que je me pose, étant moi-même une travailleuse de la santé, même si c’était il y a quelque temps, est la suivante: est-ce que nos lois du travail, en matière de santé et de sécurité, protègent également bien le milieu de travail contre les actes de violence, d’intimidation et de harcèlement?
Cette dimension aurait peut-être pu être examinée. Au-delà des événements que nous avons tous pu observer dans les provinces et au Québec, des mesures contre la violence, l’intimidation et le harcèlement sont revendiquées depuis longtemps par les grands syndicats comme devant être renforcées également dans les lois du travail, parce que les employeurs ont eux aussi l’obligation de s’assurer d’un milieu de travail sain.
Au Québec, nous avons pu observer des situations impliquant des anti-vaccins devant les écoles primaires. À moins grande échelle, il y en a également eu devant les hôpitaux et dans les cliniques de vaccination. Le gouvernement du Québec n’a pas attendu après le fédéral pour venir renforcer les amendes de façon serrée, en plus d’augmenter la sécurité publique. C’est pour cela que nous nous demandons si le renforcement du Code criminel est le bon remède.
Le Congrès du travail du Canada a été clair et nous le sommes aussi: on doit éviter de priver les individus du droit fondamental de s'associer, de se syndiquer, de faire la grève, de faire du piquetage et de se mobiliser. C'est un droit majeur garanti par la Constitution et l'on devra s'assurer de l'inscrire dans ce projet de loi.
En ce qui concerne le Code canadien du travail, le ministre du Travail disait, vendredi, dans sa présentation, qu'il y a des lacunes dans le filet social. Ce n'est pas une grande révélation. Les lois du travail au Canada ont besoin d'un peu d'amour et d'être dépoussiérées depuis longtemps. En effet, 58 % des travailleurs au Canada n'ont pas de congés payés, c'est-à-dire 580 000 personnes, et il est temps de leur accorder 10 jours de congé de maladie payé. On pourrait aussi modifier le Code canadien du travail pour y ajouter la hausse du salaire minimum promise par le gouvernement lors du dernier budget. Cela enverrait un signal clair dans le contexte actuel de protection des travailleurs, qui doivent avoir de bonnes conditions et de bons salaires.
En parlant de lacunes dans le filet social, le gouvernement a oublié un aspect important: le régime d'assurance-emploi. Je pense particulièrement aux personnes malades. Le gouvernement laisse pour compte des milliers de personnes qui n'ont ni congés de maladie payés ni régime d'assurance-salaire et qui ne peuvent bénéficier que de 15 semaines en cas de maladie. C'est véritablement une faiblesse dans le filet social.
Pourquoi le gouvernement a-t-il privilégié un projet de loi qui vise le Code canadien du travail ainsi que le Code criminel, qui sont deux systèmes différents, et qu'il n'a pas plutôt renforcé les lois du travail et le régime d'assurance-emploi afin de protéger les personnes malades qui se retrouvent devant rien en cas de maladie grave?
Pourquoi le gouvernement, même s'il en avait l'intention, ne s'est-il pas assuré de bien protéger dans le Code criminel le droit constitutionnel de manifester et celui de s'exprimer librement? Ce sont deux questions qu'il sera important d'étudier en comité.
Nous sommes favorables au principe du projet de loi avec les nuances qu'il faudrait y apporter.
View Gord Johns Profile
NDP (BC)
Mr. Speaker, I want to thank my hon. colleague for talking about the importance of protecting workers.
I have asked other parties this same question. Throughout the health crisis, medical health professionals said the top two things that could be done to stop the spread of COVID were for people to get vaccinated and for governments to implement paid sick days. The government chose to drag this legislation out. Here we are 20 months later, and it is finally implementing paid sick days. In the meantime, people have lost their lives.
A parallel crisis is happening in our country: the overdose crisis. Medical health professionals are saying that we need to decriminalize the personal possession of illicit drugs and to provide safe spaces, which are the first steps to end the stigma against people who are using illicit drugs.
Does my colleague agree that the government has failed to listen to health professionals' guidance on the overdose crisis because of the stigma? Does she also agree that they can end it, and that we need to listen to health professionals when it comes to guidance to respond to emergencies much faster? People are dying as a result of inaction.
Monsieur le Président, je tiens à remercier ma collègue d'avoir parlé de l'importance de protéger les travailleurs.
J'ai posé la même question à d'autres partis. Tout au long de la crise sanitaire, les professionnels de la santé ont dit que les deux meilleures mesures pour endiguer la propagation de la COVID étaient les suivantes: les gens devaient se faire vacciner et les gouvernements devaient instaurer des congés de maladie payés. Le gouvernement a choisi de laisser traîner cette mesure législative. C'est seulement 20 mois plus tard qu'il a enfin décidé d'instaurer les congés de maladie payés. Entretemps, des gens ont perdu la vie.
Parallèlement, une autre crise secoue le pays: la crise des surdoses. Les professionnels de la santé affirment que nous devons décriminaliser la possession de drogues illicites pour usage personnel et fournir des espaces sécuritaires pour les consommer, car il s'agit des premières étapes pour mettre fin aux préjugés à l'égard des personnes qui consomment des drogues illicites.
Ma collègue convient-elle que c'est à cause des préjugés que le gouvernement n'a pas écouté les conseils des professionnels de la santé sur la crise des surdoses? Convient-elle aussi que le gouvernement peut mettre fin aux préjugés et que nous devons écouter les conseils des professionnels de la santé pour répondre plus rapidement aux urgences? Des gens meurent à cause de l'inaction.
View Louise Chabot Profile
BQ (QC)
Mr. Speaker, a number of issues could have been raised, but the government determines the legislative agenda, so I will not comment on what could have been done. Many things could have been done, but they are well outside the scope of this bill.
Granting sick leave is the bare minimum. Quebec already does it. Other provinces do not. Granting sick leave will send a clear signal, but workers need more protection. Amending the Criminal Code is a start, but this issue is much bigger than that.
Monsieur le Président, plusieurs questions auraient pu être étudiées, mais c'est le gouvernement qui détermine le programme législatif et je ne me prononcerai pas sur ce qu'on aurait pu faire. Plusieurs choses auraient pu être faites, mais elles dépassent largement le présent projet de loi.
C'est un minimum d'accorder les congés de maladie, comme cela se fait déjà au Québec, même si d'autres provinces ne le font pas. Accorder des congés de maladie enverra un signal clair. Il faut toutefois protéger davantage les travailleurs. Il ne s'agit pas simplement de modifier le Code criminel, cette question est beaucoup plus large que cela.
View Lisa Marie Barron Profile
NDP (BC)
Mr. Speaker, I thank my colleague for her speech.
We are still in the midst of a pandemic, and many medical associations are recommending that employers not require a doctor's note for people who may have contracted COVID-19. However, this bill gives employers the power to require a doctor's note, regardless of how many days of leave are taken.
Does my colleague not believe that this requirement could reduce the number of leave requests and increase the risk of spreading COVID-19?
Monsieur le Président, je remercie ma collègue de son discours.
Nous sommes toujours en pleine pandémie et plusieurs associations médicales recommandent aux employeurs de ne pas exiger de billet du médecin pour les personnes qui pourraient avoir contracté la COVID‑19. Or ce projet de loi donne le pouvoir aux employeurs d'exiger un billet du médecin, peu importe le nombre de congés utilisés.
Ma collègue ne croit-elle pas que cette exigence risque de diminuer les demandes de congé et d'augmenter le risque de transmission de la COVID‑19?
View Louise Chabot Profile
BQ (QC)
Mr. Speaker, there are questions about the terms and conditions of the sick leave provided for in the bill, which contains only two clauses pertaining to the Canada Labour Code. For example, how does a person accumulate 10 days of leave?
With regard to the doctor's note, I have always said that the attending physician is the one who is in the best position to decide whether a patient should be on leave. In my opinion, the employer should respect the doctor's opinion.
Monsieur le Président, des questions se posent quant aux modalités entourant les congés de maladie prévues par le projet de loi, lequel ne comporte que deux articles visant le Code canadien du travail. Par exemple, comment accumule-t-on les 10 jours de congé?
En ce qui touche la question du billet du médecin, j'ai toujours affirmé que le médecin traitant était le mieux placé pour décider d'accorder ou non un congé à son patient. Selon moi, l'employeur devrait respecter l'avis du médecin traitant.
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
Mr. Speaker, I want to note the importance of the two issues with which we are dealing. The first is to recognize the important role our health care workers play. In addition, whether one is a patient or a health care worker, the underlying principle is that they should be able to go to a facility and feel safe and secure in doing so. All members of the House should be supporting that principle.
Could the member provide her thoughts on why that is so important?
Monsieur le Président, je tiens à souligner l'importance des deux sujets dont il est question. Il faut d'abord reconnaître l'importance du rôle de nos travailleurs de la santé. Ensuite, que l'on soit un patient ou un travailleur de la santé, on devrait pouvoir se sentir en sécurité d'aller dans un établissement de soins de santé. Tous les députés devraient appuyer ce principe.
La députée pourrait-elle nous dire pourquoi c'est si important?
View Louise Chabot Profile
BQ (QC)
Mr. Speaker, that is always an important issue.
Health professionals who devote all of their time to the health care system and who have been fighting against COVID-19 deserve recognition and protection all the time. We cannot recognize them just because they are essential to the health care system right now. We need to support them all the time, which is why it is important to ensure that the labour laws properly protect them at all times. The bill sends a clear message to offenders in cases involving serious threats and intimidation. However, this message of recognition must be ongoing.
Monsieur le Président, cette question est importante et j'oserais dire qu'elle l'est en tout temps.
Les professionnels de la santé qui consacrent tout leur temps au réseau de la santé et qui ont lutté contre la COVID‑19 méritent une reconnaissance et une protection, et ce, en tout temps. On ne peut pas leur offrir cette reconnaissance simplement parce qu'ils sont essentiels au réseau de la santé en ce moment. Il faut aussi les soutenir chaque jour, d'où l'importance de s'assurer que les lois régissant le travail les protègent bien tout le temps. Le projet de loi envoie un message clair aux contrevenants dans un cas grave de menace ou d'intimidation. Cependant, ce message de reconnaissance ne peut être momentané.
View Julie Vignola Profile
BQ (QC)
Mr. Speaker, today is December 6, and I want to join my colleagues in taking a few moments to think about the victims of the École Polytechnique massacre and their loved ones. I was 12 years old at the time, and I, fortunately or unfortunately, have an excellent memory, especially when my emotions are involved. I clearly remember, at 12 years old, the feelings of stress, distress and disbelief when I learned that women could be murdered simply because they were women. I thought that was something rare, out of the ordinary, but I now realize that it unfortunately happens far too often.
I have been asking questions in the House since the beginning of this Parliament, but since today I am making my first speech, I want to take the time to thank the people of Beauport—Limoilou for electing me and allowing me to continue serving and representing them. I also want to thank my volunteers, who whose support was invaluable during this campaign, my second. When I say their support was invaluable, I think back to my first campaign and how there were just two of us. I thank my volunteers from the bottom of my heart because they did so much, even showing up during a heat wave. That is amazing.
Lastly, I want to say hello to the loves of my life: Pierre, Zoé, Louis, Benoît and Simon. They are extraordinary, and without them my life would be empty. I love them very much.
I could speak at length about the support I received during the campaign and how grateful I am to each and every person, from 18 to 77, who donated their precious time. Now, just as they helped me, it is my turn to help improve the lives of others by adding my thoughts about Bill C-3, an act to amend the Criminal Code and the Canada Labour Code.
I have to admit that when I read the bill's preamble and eight clauses, I initially wondered how this bill could actually help people. Here is the brief analysis I did as I read the bill.
The first clause adds a definition of intimidation in health services to the definitions of offence. In short, it indicates that intimidation in a health services setting constitutes an offence. This is just one addition to the long list of what is considered to be an offence. This could certainly be simplified by indicating that any form of intimidation, regardless of a person's status or job, is an offence. However, I recognize that this was an election promise. Accordingly, stipulating that the intimidation becomes an offence based on who specifically is being targeted makes the government look good, given the current situation.
The second clause of the bill inserts a new provision into the Criminal Code, subsection 423(2). It specifies that intimidation is an offence when committed against a person seeking health services—a patient—a health professional, or any person working to assist a health professional. This includes orderlies, administrative assistants, custodians, and so forth.
In short, it would be an offence to intimidate anyone in order to prevent them from receiving or providing health services. In my opinion, this clause makes sense, not only with respect to vaccination, but also with respect to other terrible situations that patients and health care personnel could experience.
Take, for example, women who go to a family planning clinic and are confronted by people who are angrily screaming and shouting. Think of those people and the clinic's staff, whose workplace is vandalized or who have their car tires slashed. All of these acts are unacceptable and lack the minimum civility, respect, or dignity, in addition to negatively affecting the physical and psychological health of the victims being targeted.
The new section 423.2, in the second and third subsections, makes it an offence to obstruct access to a place at which health services are provided, and a maximum sentence of 10 years can now be imposed on a person guilty of this offence. Here, I wondered about this: What about workers striking outside of their workplace? Will their right to strike be respected, or will it be considered a form of intimidation?
The question bears asking, especially since Bill C-3 specifies that a person cannot be found guilty if they go to the location of a demonstration for the purpose only of communicating or obtaining information. This might include a journalist, for instance. If a person who is going to communicate or obtain information is specifically exempted from being found guilty of an offence, why is it not specified that a person exercising their right to strike cannot be found guilty of an offence either? After all, a strike is a form of demonstration in front of a place where health services are provided.
The third clause adds a definition to part XV of the Criminal Code on special procedures and powers, specifically forensic DNA analysis. This addition makes subsection 423.2 also fall under the definition of a secondary designated offence. All the bases are covered to ensure there is no way out for anyone using intimidation against health services. However, I wonder about the need for DNA analysis in the case of intimidation. The link is not clear.
The fourth clause amends subsection 515(4.1), which sets out the aggravating factors of a charge. It adds intimidating a health professional as an aggravating factor. That is good.
The fifth clause states that the offence was committed against a person who was providing health services, including personal care services, and had the effect of impeding another person from obtaining those services. That covers anyone who is directly or indirectly connected to a health service. I have nothing to add, but what does that mean exactly?
What it all means is that from now on, as Quebec has been doing for a few months now, demonstrations will not be allowed in the vicinity of places where health care services are provided, and intimidating a health professional will be prohibited, as will be intimidating a person who decides to receive health care, regardless of their age or the nature of the health care.
As I said earlier, I think this makes sense because intimidation is indecent, unacceptable, degrading and stressful, no matter the target, and is an act devoid of dignity and respect. I am repeating this because I think it is important to keep it in mind. Such acts should never be committed against anyone, regardless of their social or employment status.
That said, intimidation is already an offence under the Criminal Code. Why are these clarifications needed? I am still wondering about that. If intimidation is prohibited and is an aggravating circumstance, that applies to everyone. Are we not all equal before the law? Was it really necessary to draft a bill to clarify that intimidation in the health care sector is criminal? Everyone is equal before the law. Anyone who is the victim of intimidation, regardless of their age, social status or job, is the victim of a criminal act.
Bill C‑3 also amends the Canada Labour Code to eliminate part of subsection 206.‍6(1), specifically ‍paragraph (a), which states that every employee is entitled to up to five days of sick leave per year for the purpose of treating illness or injury. That paragraph is being eliminated, because now it will be up to 10 days with a medical certificate. This will affect many employees across Canada. Here is my question. If this matter is under federal jurisdiction, could it affect negotiations with unions and workers? It is important to ensure that unions' right to strike and to negotiate their working conditions are not subject to this bill.
To sum up, the Bloc Québécois agrees with the principle of protecting federally regulated workers and health care workers. However, the committee will have to amend the bill for clarity to ensure respect for workers' other rights, such as the right to protest and the right to negotiate collective agreements in good faith.
Monsieur le Président, aujourd'hui, nous sommes le 6 décembre et, comme mes collègues, je vais prendre quelques moments pour penser aux victimes de la tuerie de l'École polytechnique et à leurs proches. À l'époque, j'avais 12 ans. J'ai, heureusement ou malheureusement, une excellente mémoire, notamment celle des émotions. Je me souviens avec une grande clarté du stress, de la détresse et de l'incompréhension que j'ai vécus à 12 ans en constatant que des femmes pouvaient être assassinées simplement parce qu'elles étaient femmes. Je pensais que c'était exceptionnel, mais je me rends compte aujourd'hui que cela arrive encore trop souvent, malheureusement.
J'ai déjà posé des questions à la Chambre depuis le début de la présente législature, mais, puisqu'il s'agit aujourd'hui de mon premier discours, je prends aussi le temps de remercier les citoyens de Beauport-Limoilou qui m'ont élue et me permettent maintenant de continuer à les servir et à les représenter. Je remercie aussi mes bénévoles, qui ont été d'un soutien incomparable durant cette deuxième campagne que j'ai vécue. Je parle d'un soutien incomparable en pensant à comment s'était passée ma première campagne: nous étions deux. Je les remercie infiniment, car ils ont apporté toute une contribution, étant présents même les journées de canicule. C'est extraordinaire.
J'aimerais enfin saluer mes amours: Pierre, Zoé, Louis, Benoît et Simon. Mes amours sont extraordinaires et, sans eux, ma vie ne serait tout simplement pas belle. Je les aime fort.
Je pourrais parler encore longtemps de l'aide que j'ai reçue durant la campagne et de toute ma reconnaissance envers chacune des personnes de 18 à 77 ans qui a offert de son temps précieux. Aujourd'hui, tout comme ces personnes m'ont aidée, c'est à mon tour d'aider à améliorer la vie des gens en apportant mes réflexions sur le projet de loi C‑3, Loi modifiant le Code criminel et le Code canadien du travail.
Je dois avouer qu'à la lecture du préambule et des huit articles du projet de loi, je me suis d'abord demandé comment ce projet de loi allait vraiment aider les gens. Je reprends donc ici l'analyse rapide que j'en ai faite en le lisant.
L'article premier ajoute dans les définitions d'infraction celle sur l'intimidation dans les services de santé. En somme, on précise que l'intimidation dans un contexte de services de santé constitue une infraction. Ce n'est là qu'un ajout à une longue liste de ce qui est considéré comme étant une infraction. II y aurait certainement moyen de simplifier tout cela en précisant que toute forme d'intimidation, peu importe le statut ou l'emploi qu'occupe une personne, est une infraction. Cependant, il s'agissait ici d'une promesse électorale, j'en conviens. Ainsi, préciser envers qui l'intimidation est une infraction fait bien paraître dans la situation dans laquelle nous vivons aujourd'hui.
Le deuxième article du projet de loi insère une nouvelle disposition au Code criminel, soit le paragraphe 423(2). Ce dernier précise que l'intimidation est une infraction lorsqu'elle est commise envers une personne qui demande des soins de santé — un patient —, un professionnel de la santé ou toute personne travaillant à soutenir un professionnel de la santé. Cela inclut donc les préposés, les adjointes administratives, les concierges, et j'en passe.
En somme, toute intimidation ayant pour but d'empêcher une personne de recevoir des soins de santé ou d'en donner est une infraction. À mon avis, cet article tombe sous le sens, et ce, non seulement concernant la vaccination, mais également en lien avec d'autres situations déplorables que les patients et le personnel des services de santé peuvent vivre.
Pensons par exemple aux femmes qui vont dans une clinique de planification familiale et qui se font accueillir par des gens qui hurlent et crient de colère. Pensons à ces personnes et au personnel de la clinique, qui voient cette dernière être vandalisée ou leurs pneus de voiture être crevés. Tous ces actes sont inadmissibles et manquent singulièrement de civilité, de respect et de dignité, en plus d'avoir un effet négatif sur la santé physique et psychologique des victimes de ces actes.
Le nouvel article 423.2, aux deuxième et troisième paragraphes, précise que le fait de bloquer l'accès à un lieu où sont donnés des soins de santé constitue une infraction et qu'une peine maximale de 10 ans peut maintenant être donnée à une personne coupable de cette infraction. Ici, je me suis questionnée. Qu'en est-il des travailleurs faisant la grève devant leur lieu de travail? Leur droit de grève sera-t-il respecté ou sera-t-il considéré comme une forme d'intimidation?
La question se pose, d'autant plus que le projet de loi C‑3 précise qu'une personne ne peut pas être considérée comme coupable si elle va sur les lieux d'une manifestation pour donner ou recevoir des informations. Par exemple, on peut penser à un journaliste. S'il est précisé qu'une personne allant chercher ou recevoir des informations ne peut pas être déclarée coupable d'infraction, pourquoi n'est-ce pas précisé qu'une personne exerçant son droit de grève ne peut pas, elle non plus, être considérée comme étant en état d'infraction? Après tout, une grève est une forme de manifestation devant les lieux où sont donnés des services de santé.
L'article 3 du projet de loi ajoute une définition à la PARTIE XV du Code criminel qui concerne les procédures et pouvoirs spéciaux, en particulier les analyses génétiques effectuées à des fins médicolégales. Cet ajout a pour effet que l'article 423.2 fait également partie des définitions d'infraction secondaire. On couvre ainsi toutes les possibilités afin qu'il y ait moins de voies de sortie pour une personne utilisant l'intimidation envers les services de santé. Par contre, je me questionne sur la nécessité d'analyse génétique dans le cas d'intimidation. Le lien n'est pas clair.
L'article 4 modifie le paragraphe 515(4.1) qui précise les conditions aggravantes d'une accusation. On y ajoute que le fait d'intimider les services de santé constitue une condition aggravante. C'est bien.
L'article 5 précise que l'infraction a été commise envers une personne prodiguant des soins de santé, des soins personnels et a eu pour conséquence de nuire à une personne devant recevoir ces soins. Donc, on couvre toutes les personnes qui sont en lien direct ou indirect avec un service de santé. Je n'ai rien à dire, mais qu'est-ce que cela veut dire exactement?
Tout cela implique que dorénavant, comme le Québec l'a fait il y a quelques mois, les manifestations ne sont pas permises aux alentours des lieux où sont prodigués des soins de santé et qu'il n'est pas permis d'intimider le personnel des services de santé, pas plus qu'il n'est permis d'intimider une personne ayant pris la décision de recevoir des soins de santé, peu importe son âge et la nature de ces soins de santé.
Tel que je l'ai précisé auparavant, je trouve que tout cela tombe sous le sens puisque l'intimidation, peu importe envers qui elle est dirigée, est un acte indécent, inacceptable, dégradant, stressant et manquant singulièrement de dignité et de respect. Je le répète, parce que je pense que c'est important que cela reste en mémoire. De tels actes ne devraient jamais être commis envers qui que ce soit, peu importe le statut social ou l'emploi.
Cela dit, l'intimidation était déjà incluse dans le Code criminel. Pourquoi apporter ces précisions? Je me pose encore la question. Si l'intimidation est inacceptable et qu'elle est une condition aggravante, elle l'est pour tout le monde. Ne sommes-nous pas tous égaux devant la loi? Était-il réellement utile de faire un projet de loi pour préciser que l'intimidation envers les services de santé est criminelle? Tous égaux devant la loi. Si nous sommes victimes d'intimidation, nous sommes tous, peu importe notre âge, notre statut social et notre emploi, victimes d'un acte criminel.
Le projet de loi C‑3 modifie également le Code canadien du travail en éliminant une partie du paragraphe 206.6(1), soit l'alinéa a) où il est précisé qu'un employé a droit à au plus cinq jours de congé de maladie par année pour soigner sa maladie ou sa blessure. Cet alinéa est éliminé parce que, maintenant, ce sera au plus 10 jours avec certificat médical. Plusieurs employés partout au Canada seront touchés. Ma question est la suivante: si c'est sous compétence fédérale, est-ce que cela peut venir influencer la négociation des syndicats et des travailleurs? Il faut s'assurer que les droits de grève et les droits des syndicats de négocier leurs conditions de travail ne sont pas assujettis à ce projet de loi.
En somme, le Bloc québécois est d'accord sur le principe de protéger les travailleurs de la santé et les travailleurs sous compétence fédérale. Cependant, des précisions devront être apportées en comité par amendement afin que les autres droits des travailleurs, dont celui de manifester et celui de négocier de bonne foi leur convention collective soient également respectés.
View Mark Gerretsen Profile
Lib. (ON)
Mr. Speaker, I listened carefully to the intervention by our Bloc colleague today. I submit to her that there should be a distinction for those who are trying to protect public safety when it comes to the issue of protests and, quite frankly, aggravated protests, which have been happening in front of hospitals. As we are seeing during the pandemic, a certain level of intimidation and fear is being aimed at individuals who are, by their most basic function, trying to protect society.
Would the member not agree that it is extremely important to make sure these individuals are not being subject to that during a time when their sole responsibility is to ensure and promote public safety?
Monsieur le Président, j'ai écouté attentivement l'intervention de notre collègue du Bloc. À mon avis, il faut établir une distinction pour ceux qui tentent de protéger la sécurité publique dans le cadre de ces manifestations, que je qualifierais de musclées dans certains cas, qui ont eu lieu devant des hôpitaux. On le constate depuis le début de la pandémie, des gens dont la fonction même consiste à protéger la société sont victimes de campagnes d'intimidation et de peur.
La députée ne convient-elle pas qu’il est extrêmement important de veiller à ce que ces travailleurs ne soient pas victimes d'intimidation alors que leur seule responsabilité consiste à veiller à la sécurité publique et à la protéger?
View Julie Vignola Profile
BQ (QC)
Mr. Speaker, the member should not try to put words in my mouth.
Everyone has the right to be protected. Intimidating people who are dedicating themselves, who are giving their lives, risking their lives, is unacceptable. That also applies to teachers, who also give their lives in service to others, and to us as parliamentarians. No form of intimidation is acceptable.
What I said was that it is important to protect health care workers and it is important to distinguish between a violent, intimidating protest and a strike.
Monsieur le Président, il ne faudrait pas mettre dans ma bouche des mots que je n'ai pas dits.
Tout le monde a le droit d'être protégé, et il est inacceptable que des gens qui se dévouent, qui donnent leur vie et la mettent en danger soient intimidés. C'est également le cas pour les enseignants qui mettent eux aussi leur vie au service des autres, et c'est le cas pour nous, les parlementaires. L'intimidation, peu importe la forme, n'a pas lieu d'être.
J'ai dit qu'il était important de protéger les gens de la santé, mais qu'il était aussi important de faire la différence entre une manifestation intimidante et violente et une grève.
View Lori Idlout Profile
NDP (NU)
View Lori Idlout Profile
2021-12-06 13:29
Uqaqtittiji, qujannamiik. As I said in my earlier intervention, Nunavut does not have very much access to physicians and health services. More than one-third of the Government of Nunavut's departmental budget is spent on costs associated with medical travel, at $109 million, with physical and hospital services outside of the territory costing $69.5 million. As such, I have quite an interest in how workers are treated outside of Nunavut.
In relation to the Bloc's positions, with its demand to suspend the CRB and its silence on the 10-day paid sick leave, the gap between the demands of workers and the position of the leader of the Bloc continues to widen. Why is the party's position regressing on its defence of workers' rights?
Uqaqtittiji, qujannamiik. Comme j'en ai parlé durant mon intervention précédente, le Nunavut n'a pas vraiment accès à des services de santé, ni à des médecins. Plus du tiers du budget du gouvernement du Nunavut pour le secteur de la santé est consacré aux frais de transport médical, c'est-à-dire 109 millions de dollars, alors que les frais pour les services de santé et hospitaliers à l'extérieur du territoire s'élèvent à 69,5 millions de dollars. Voilà pourquoi je m'intéresse de près à la situation des travailleurs de la santé à l'extérieur du Nunavut.
En ce qui concerne la position du Bloc — qui demande de suspendre la Prestation canadienne de la relance économique et qui garde le silence à propos des 10 jours de congé de maladie payés —, l'écart ne cesse de croître entre les demandes des travailleurs et la position du chef du Bloc. Pourquoi le Bloc recule-t-il dans sa défense des droits des travailleurs?
View Julie Vignola Profile
BQ (QC)
Mr. Speaker, I grew up in Fermont, and I got viral meningitis when I was six years old. Since there is no hospital in Fermont, I had to wait for an air ambulance to be available to be urgently transferred, so I know what it means to have to wait when your life is in danger because certain services are not available.
The CERB has already been suspended. We asked that it be extended for the cultural and tourism industries, so I do not know why we are being accused of demanding that it be suspended.
We agree with the principle of 10 days of paid sick leave. What we are saying is that the government also needs to take into account the realities of SMEs, which have needs just like workers. That being said, health is the most important thing.
The government needs to reinvest so that the people of Nunavut and anyone else who is in a situation like I was in when I was six years old are able to quickly get access to proper health care, even if they live in a remote area. It is long overdue.
Monsieur le Président, j'ai grandi à Fermont et j'ai souffert d'une méningite virale à l'âge de 6 ans. Puisqu'il n'y a pas d'hôpital à Fermont, j'ai dû être transférée d'urgence et attendre qu'un avion-ambulance soit disponible. Je sais donc ce que c'est que de devoir attendre lorsque sa vie est en danger parce que des services ne sont pas offerts.
La PCU est déjà suspendue. Nous avions demandé à ce qu'elle soit prolongée pour les secteurs de la culture et du tourisme. Je ne vois donc pas pourquoi on nous accuse d'avoir demandé qu'elle soit suspendue.
Concernant les 10 jours de congés de maladie payés, nous sommes d'accord sur le principe. Ce que nous disons, c'est qu'il faut prendre aussi en compte les réalités des PME, qui ont elles aussi des besoins, autant que les travailleurs. Cela dit, c'est la santé qui doit primer.
Il faut très certainement réinvestir de l'argent pour que les gens du Nunavut et tous les autres qui se trouvent dans une situation comme celle que j'ai vécue à l'âge de 6 ans puissent avoir accès à des soins de santé adéquats rapidement même s'ils se trouvent dans des régions éloignées. Il est plus que temps de le faire.
View Denis Trudel Profile
BQ (QC)
Mr. Speaker, I thank my colleague for her fine speech and I congratulate her.
We are currently in the midst of a serious housing crisis. In Quebec alone, 500,000 households are in core housing need. In addition, we have a global climate crisis hanging over our heads, and there are some really significant issues related to the health care crisis. For example, we need to overhaul the way the health care system is funded.
In addition, we are experiencing a major language crisis in Canada. We are not talking about this issue yet, but it will be addressed in the House soon, I hope. In Quebec, we are witnessing a major decline in the French language. In short, these are all very important issues that we should be tackling now.
I would like my colleague to talk a little bit about the appropriateness of talking about Bill C‑3 here today, when there are so many other pressing issues that we could be discussing.
Monsieur le Président, je remercie ma collègue de son beau discours et je la félicite.
En ce moment, nous vivons une grave crise du logement. Seulement au Québec, 500 000 ménages ont des besoins impérieux en matière de logement. De plus, une crise climatique mondiale nous pend au bout du nez, et des questions liées à la crise sanitaire sont vraiment très importantes. Il faut par exemple refinancer le système de santé.
Aussi, nous vivons une crise linguistique majeure au Canada. C'est une question dont nous ne parlons pas encore, mais qui sera bientôt abordée à la Chambre, je l'espère. Au Québec, on assiste à un recul majeur du français. Bref, ce sont toutes des questions très importantes que nous devrions aborder maintenant.
J'aimerais que ma collègue nous parle un peu de la pertinence de parler du projet de loi C‑3 ici aujourd'hui alors qu'il y a tant d'autres problèmes urgents dont nous pourrions discuter.
View Julie Vignola Profile
BQ (QC)
Yes, Mr. Speaker, it is important to talk about protecting health care services and all the other issues my colleague raised, because they are important in relation to health too.
Being underhoused or undernourished, belonging to a financially vulnerable household, these things directly affect our physical and mental health. Mental health also impacts physical health. It is a vicious cycle, and it is hellish.
There was an election. Some people said it was useful, but it is obvious it was useless, and it took forever for Parliament to return. Now here we are discussing this issue instead of moving forward on equally important bills.
Monsieur le Président, effectivement, il est important de parler de la protection des services de santé et de tous les sujets que mon collègue a mentionnés, car ils sont également importants en rapport à la santé.
Si l'on est mal logé, mal nourri, et qu'on a un système économique familial qui n'est pas suffisamment fort, cela a un effet direct sur notre santé physique et sur notre santé mentale. Cette dernière a aussi un effet sur notre santé physique, c'est comme une roue qui tourne et c'est l'enfer.
Il y a eu des élections qui étaient dites « utiles », mais dont on se rend compte qu'elles étaient inutiles, et le Parlement a pris la moitié d'une éternité avant d'être rappelé. Finalement, on discute de ce sujet au lieu d'avoir pu continuer d'avancer sur des projets tout aussi importants.
View Gary Anandasangaree Profile
Lib. (ON)
Mr. Speaker, I will be sharing my time with the member for Kingston and the Islands.
Let me start by acknowledging what an important day today is. It is a day of action to end violence against women, and I recognize all the women who have died in Canada and around the world and the incredible women who continue to fight each and every day. As a society, we have a long way to go to end violence against women, but it is a day for us to redouble our efforts in this regard.
I am glad to speak today to Bill C-3, an act to amend the Criminal Code and the Canada Labour Code. I will be speaking primarily about the amendments to the Criminal Code of Canada.
The last 19 months or so have been difficult for frontline workers, particularly those in the health care sector. They have been working around the clock to help Canadians get through the pandemic. In many ways they have been putting their families at risk and have been away from their families during this period. We are very grateful for their service.
In my home community of Scarborough, I know that members of the Scarborough Health Network and those at the TAIBU Community Health Centre and many other local organizations have been instrumental in supporting us. However, sadly, the work of many of our frontline workers, especially those in the health care sector, has been the brunt of a great number of issues over the past few months, and I want to speak to that. I believe the amendments that are proposed today would address this.
It should be a fundamental right to go to work free of harassment and free of any form of disruption by the public, but sadly, because of anti-vaxxers and many others, health care workers are scared to go to work. I have been able to speak to many nurses, PSWs and physicians who are at their wit's end. They are stressed and are going on leave or are considering it because they can no longer bear what is happening to them.
I think all members would agree that it is unsettling to see reports in the media of bullying, threats, violence and intimidation directed toward health care workers and those seeking care. I was shocked to see reports of individuals in Canada using online platforms to incite others to shoot health care service providers who vaccinate children. Let me be clear: Such conduct is criminal and has no place in our society.
This past weekend I was able to get my second daughter vaccinated. She had her first dose. It was administered by Dr. Jaya, who has been at the forefront of the fight against COVID. I know she and her colleagues want to work in an environment where they are free and safe. We are very thankful for what they have done so far.
Bill C-3 seeks to provide enhanced protections to health care workers and those seeking care at a time when the fight against the COVID-19 pandemic is ongoing. Unimpeded access to health services is critical to moving Canada beyond the pandemic. As Ontario right now has reached the important 90% mark of vaccination for those over the age of 12, it is more important than ever that we extend these protections to all Canadians who are working in the health care sector.
While Bill C-3 would create two new offences in the Criminal Code, namely a new specific intimidation offence and an offence of obstructing access to health care facilities, I want to focus my remarks today on the sentencing amendments advanced in the bill that relate to the proposed aggravating factors.
In short, aggravating factors are facts present in any given case that increase the gravity of the offence or the offender's degree of responsibility. Existing Criminal Code examples include when an offence is motivated by hate or prejudice and when an offender abuses a position of trust. To arrive at a fit sentence when sentencing, the court must weigh all aggravating and mitigating factors present in the case at hand.
Before speaking to these proposed legislative changes in more detail, I want to provide some additional context in relation to the sentencing amendments being advanced.
In 2019, the House of Commons Standing Committee on Health studied the prevalence of violence faced by health care workers in Canada. It reported that the rate of workplace violence against health care workers was four times higher than any other profession. What is particularly alarming about this figure is that stakeholders in this area also reported that most of the violence that workers experienced remained unreported due to a culture of acceptance.
In its report entitled “Violence Facing Health Care Workers in Canada”, the House of Commons Standing Committee on Health made several recommendations, including that the Government of Canada amend the Criminal Code to require courts to treat an assault against a health care sector worker as an aggravating factor for sentencing. In advancing this recommendation, the committee heard testimony from the Canadian Federation of Nurses Union that such an amendment would serve as a deterrent for individuals perpetrating violence against health care workers.
The sentencing amendments in Bill C-3 would respond to the long-standing calls from health care sector stakeholders and to the recommendation of the committee to codify assaulting health care practitioners, who are acting in the course of their duties, as an aggravating factor at sentencing and would reflect the common law in this area.
Let me take a moment to explain why. Existing sentencing laws already provide sentencing courts with the broad discretion to account for all relevant aggravating and mitigating factors in determining a sentence that is proportionate, having regard to the gravity of the offence and degree of responsibility of the offender. The list of aggravating factors provided in section 7(1)(a)(ii) of the Criminal Code is not exhaustive and courts can, and do, expand the list by recognizing new aggravating and mitigating factors at sentencing. In fact, reported cases in Canada have already recognized assaulting persons working in the health care system as an aggravating circumstance at sentencing.
Consistent with this existing treatment by courts, Bill C-3 would create two new aggravating factors applicable in the health care context, which would apply when a person is being sentenced for any criminal offence.
The proposed measures in the bill would include an aggravating factor where the offence was committed against any person who, in the performance of their duties and functions, was providing health services. The concept of health services would not be defined in the bill, but the courts would have the flexibility to apply it in appropriate cases. The aggravating factors also make clear that personal care services are captured within the concept of health services for aggravating factors.
Personal support workers provide health services that are essential to the well-being of all patients. The House of Commons Standing Committee on Health reported that an alarming 89% of all personal support workers had experienced physical violence on the job based on a poll commissioned by the Ontario Council of Hospital Unions. Codifying this aggravating factor signals Parliament's view that criminal conduct directed at personal support workers must be recognized and denounced.
There is a great deal more I could say on this issue, but I want to emphasize that this is important legislation that stands up for health care workers who are essential for Canadian society to recover and thrive, especially during a global pandemic. This bill is long overdue and delivers on an important commitment the government made to Canadians.
For all the reasons identified above, I urge all members of the House to support the swift passage of Bill C-3.
Monsieur le Président, je partagerai mon temps de parole avec le député de Kingston et les Îles.
J'aimerais d'abord souligner à quel point la journée d'aujourd'hui est importante. En effet, aujourd'hui, nous agissons pour mettre fin à la violence contre les femmes. Je tiens à rendre hommage à toutes les femmes qui sont décédées au Canada et ailleurs dans le monde ainsi qu'à toutes les femmes qui continuent de se battre, chaque jour. En tant que société, nous avons encore beaucoup de travail à faire pour mettre fin à la violence contre les femmes, mais aujourd'hui, nous avons le devoir de redoubler nos efforts pour réaliser des progrès.
Je suis heureux de prendre la parole aujourd'hui au sujet du projet de loi C‑3, Loi modifiant le Code criminel et le Code canadien du travail. J'examinerai d'abord les modifications proposées au Code criminel du Canada.
Au cours des 19 derniers mois environ, les travailleurs de première ligne, surtout ceux du secteur de la santé, ont eu à relever d'énormes défis. Ils travaillent sans relâche pour aider les Canadiens à traverser la pandémie. À bien des égards, ils mettent les membres de leur famille en danger ou sont éloignés d'eux depuis le début de la pandémie. Nous sommes très reconnaissants de leur dévouement.
Dans ma ville, Scarborough, je sais que des membres du Scarborough Health Network, du TAIBU Community Health Centre et d'autres organismes locaux ont apporté une aide essentielle. Malheureusement, de nombreux travailleurs de première ligne, en particulier dans le secteur de la santé, ont fait les frais de bon nombre des problèmes qu'on a connus dans les derniers mois, et j'aimerais en dire davantage à ce sujet. Je crois que les modifications proposées aujourd'hui permettraient de remédier à la situation.
Les gens devraient avoir comme droit fondamental de pouvoir travailler sans craindre de faire l'objet de harcèlement ou de toute forme de perturbation que ce soit de la part du public. Malheureusement, à cause des antivaccins et de bien d'autres personnes, certains travailleurs de la santé ont peur de retourner au travail. J'ai pu parler avec un grand nombre de membres du personnel infirmier, de préposés aux bénéficiaires et de médecins qui sont au bout du rouleau. Ils sont stressés et ils veulent partir ou ils envisagent de le faire parce qu'ils ne peuvent plus supporter ce qui leur arrive.
Je crois que tous les députés conviendront qu'il est troublant de voir des reportages sur des cas d'intimidation, de menaces et de violence à l'endroit de travailleurs de la santé et de patients. J'ai été choqué d'apprendre qu'au Canada, on utilise des plateformes en ligne pour inciter des personnes à tirer sur des professionnels de la santé qui vaccinent des enfants. Soyons clairs: une telle conduite est criminelle et n'a pas sa place dans notre société.
Le week-end dernier, j'ai pu faire vacciner ma deuxième fille. Elle a reçu sa première dose, administrée par la Dre Jaya, qui a joué un rôle prédominant dans la lutte contre la COVID. Je sais qu'elle et ses collègues veulent travailler dans un milieu où ils sont libres et en sécurité. Nous sommes très reconnaissants de ce qu'ils ont accompli jusqu'à présent.
Le projet de loi C‑3 vise à offrir de meilleures protections aux travailleurs de la santé et à ceux qui veulent obtenir des services de santé en cette période de lutte contre la pandémie de COVID‑19. L'accès sans entrave aux services de santé est crucial pour aider le Canada à se sortir de la pandémie. Alors que l'Ontario a atteint un taux de vaccination de 90 % pour les personnes âgées de plus de 12 ans, il est plus important que jamais d'offrir des protections à tous les Canadiens qui travaillent dans le secteur de la santé.
Le projet de loi C‑3 crée deux nouvelles infractions dans le Code criminel: l'une consiste à intimider dans des circonstances précises et l'autre, à empêcher l'accès à un endroit où des services de santé sont fournis. Je veux me concentrer aujourd'hui sur les modifications proposées relativement à la détermination de la peine, qui sont liées aux circonstances aggravantes prévues dans le projet de loi.
En quelques mots, les circonstances aggravantes sont des faits présentés dans une cause qui augmentent la gravité de l'infraction ou le degré de responsabilité du contrevenant. Parmi celles qui sont répertoriées dans le Code criminel, mentionnons la haine ou le préjudice qui motive une infraction, ou le fait que le contrevenant ait abusé de la confiance de la victime en commettant l'infraction. Pour prononcer une peine adaptée à l'infraction, la cour doit tenir compte de toutes les circonstances aggravantes et atténuantes qui sont présentes dans l'affaire en cause.
Avant d'examiner en détail les changements législatifs prévus, je veux fournir un peu plus de contexte quant aux modifications proposées relativement à la détermination de la peine.
En 2019, le Comité permanent de la santé de la Chambre des communes a étudié la prévalence de la violence subie par les travailleurs de la santé au Canada. Il a rapporté que les travailleurs de la santé ont quatre fois plus de risque de subir de la violence au travail que les travailleurs des autres professions. Cette statistique est particulièrement préoccupante parce que les intervenants du milieu ont aussi signalé que la plupart des cas de violence qu’ils subissent ne sont pas signalés en raison de la culture d’acceptation de la violence.
Dans son rapport intitulé « Violence subie par les travailleurs de la santé au Canada », le Comité permanent de la santé formule plusieurs recommandations, y compris que le gouvernement du Canada modifie le Code criminel afin d’exiger qu’il considère comme circonstance aggravante pour la détermination de la peine le fait que la victime de voies de fait est un travailleur du secteur de la santé.
Les modifications apportées à la détermination de la peine dans le projet de loi C‑3 répondent aux demandes de longue date des intervenants du milieu de la santé et à la recommandation du comité quant à l'inclusion dans le Code criminel des agressions contre les professionnels de la santé dans le cadre de leurs fonctions comme circonstances aggravantes pour la détermination de la peine, en plus d'être conformes à la common law à cet égard.
Je m'explique. À l'heure actuelle, les lois sur la détermination des peines offrent aux tribunaux le pouvoir discrétionnaire de prendre en considération toutes les circonstances aggravantes ou atténuantes liées à un crime afin que la peine qu'ils infligent soit proportionnelle à la gravité de l'infraction et au degré de responsabilité de l'inculpé. La liste des circonstances aggravantes se trouvant au sous-alinéa 7(1)a)(ii) du Code criminel n'est pas exhaustive, et les tribunaux peuvent en ajouter d'autres, ce qu'ils font d'ailleurs déjà. Pour tout dire, les tribunaux canadiens ont déjà considéré que le fait d'agresser une personne qui travaille dans le réseau de la santé constitue une circonstance aggravante.
Pour aller dans le même sens que les tribunaux, le projet de loi C‑3 créera deux nouvelles circonstances aggravantes pour les personnes reconnues coupables d'infractions criminelles perpétrées dans un contexte lié aux soins de santé.
Serait ainsi considéré comme une circonstance aggravante le fait de commettre une infraction à l'encontre d'une personne qui, dans l'exercice de ses attributions, fournissait des services de santé. Le concept de services de santé ne sera pas défini dans le texte, mais les tribunaux sauront l'appliquer lorsque ce sera pertinent. Le projet de loi précise en outre que les services de soins personnels font partie des services de santé et que les dispositions sur les circonstances aggravantes pourront s'y appliquer.
Les préposés aux bénéficiaires fournissent des services de santé essentiels au bien-être de tous les patients. Or, le Comité permanent de la santé de la Chambre des communes a signalé que 89 % de tous les préposés aux bénéficiaires avaient déjà subi de la violence physique au travail, selon une enquête effectuée pour le compte du Conseil des syndicats d'hôpitaux de l'Ontario. C'est alarmant. L'ajout de ces circonstances aggravantes dans la loi montre que le Parlement estime que les actes criminels visant des préposés aux bénéficiaires doivent être reconnus comme tels et dénoncés.
Je pourrais encore parler longuement de ce sujet, mais je veux souligner le fait que nous sommes saisis d'un important projet de loi défendant les intérêts des travailleurs de la santé qui sont essentiels au rétablissement et à la prospérité de la société canadienne, surtout lors d'une pandémie mondiale. Ce projet de loi est attendu depuis longtemps et donne suite à un engagement important que le gouvernement a pris envers les Canadiens.
Pour toutes les raisons mentionnées, j'exhorte tous les députés à appuyer l'adoption rapide du projet de loi C‑3.
View Glen Motz Profile
CPC (AB)
Mr. Speaker, I want to congratulate my friend across the way on his new role and wish him well. I am sure we can work well together.
I am curious to know this. As I am sure the member knows, we support the health care workers who have worked so diligently over the last couple of years and the need to protect our hospitals so they can freely go to and from work. I wonder whether there would be consideration by the justice department, the member and the minister to extend those same sorts of protections to our infrastructure, such as pipelines and rail facilities, along with hospitals, to ensure those projects and the livelihoods around them are also protected.
Monsieur le Président, je désire féliciter mon collègue d'en face de son nouveau rôle et lui souhaiter bonne chance. Je suis sûr que nous pourrons bien travailler ensemble.
J'aimerais savoir quelque chose. Comme le député le sait sûrement, nous appuyons les travailleurs de la santé qui ont travaillé si fort au cours des dernières années et nous reconnaissons la nécessité de protéger nos hôpitaux pour que ces personnes puissent, en toute liberté, se rendre au travail et en revenir. Je me demande si le ministère de la Justice, le député et le ministre envisageraient d'étendre ce même type de protections à nos infrastructures, par exemple les pipelines et les installations ferroviaires, ainsi qu'aux hôpitaux, pour assurer aussi la protection de ces projets et des gagne‑pain qui en découlent.
View Gary Anandasangaree Profile
Lib. (ON)
Mr. Speaker, I want to emphasize the need to protect health care workers and facilities that are served by the health care sector. It is such an important aspect of the fight against COVID. Physicians, nurses, PSWs or any support staff going to work in the morning to help Canadians should not be facing intimidation, risk or threats to their lives. That is why we are bringing forward this important legislation.
The matters that the hon. member is discussing can be put forward in other legislation, but for the purpose of today it is very important that we pass this as soon as possible.
Monsieur le Président, je veux souligner l'importance de protéger les travailleurs de la santé et les établissements du secteur de la santé. C'est un aspect vraiment important de la lutte contre la COVID. Les médecins, le personnel infirmier, les préposés aux services de soutien ou tout autre employé de soutien qui se présentent au travail pour aider les Canadiens ne devraient pas avoir à subir d'intimidation, être exposés à des risques ou recevoir des menaces de mort. Voilà pourquoi cet important projet de loi est présenté.
Les questions que le député soulève peuvent faire l'objet d'autres mesures législatives, mais dans le cadre des travaux du jour, il est très important que ce projet de loi soit adopté dès que possible.
View Gord Johns Profile
NDP (BC)
Mr. Speaker, I certainly agree with the part of the legislation that protects our health care workers, and I appreciate the member speaking about it.
We know that the government has been guilty of outsourcing at a rapid rate, especially at Veterans Affairs, for which I used to be the the critic. The Liberal government promised to restore the jobs cut by the Conservatives in the previous government, yet it has continued to hire people on short-term contracts. Those who have been impacted by contract flipping practices could lose their paid sick days accumulated in their previous contract. That is what is going to happen to a lot of those workers.
Would my colleague be open to amendments that would ensure that all federal sub-jurisdictional workers have access to the 10 paid days of sick leave? Also, will the Liberals do something to stop their government from outsourcing?
Monsieur le Président, je suis d'accord avec la section du projet de loi qui protège les travailleurs de la santé, et je suis heureux que le député en parle.
Nous savons que le gouvernement est coupable de s'être rapidement tourné vers l'impartition, surtout au ministère des Anciens Combattants, dont j'étais le porte-parole pour mon parti. Le gouvernement libéral a promis de rétablir les emplois éliminés par les conservateurs du gouvernement précédent, mais il a plutôt continué à embaucher du personnel en lui accordant des contrats à court terme. Or, les personnes touchées par les pratiques de renversement de contrat risquent de perdre les jours de congé de maladie payé qu'elles ont accumulés durant leur contrat précédent. Voilà ce qui arrivera à bon nombre de ces travailleurs.
Le député serait-il disposé à examiner des amendements qui feraient en sorte que tous les travailleurs fédéraux régionaux aient accès à 10 jours de congé de maladie payé? Aussi, les libéraux interviendront-ils pour que le gouvernement cesse l'impartition?
View Gary Anandasangaree Profile
Lib. (ON)
Mr. Speaker, I would like to emphasize what is in the legislation, and that is to ensure health care workers and health care facilities are protected. During this pandemic, it is important that the federal government play an essential role in ensuring that our front-line workers, our essential workers, and our health care workers are protected against those who would intimidate and abuse them. That is exactly what we are doing in this legislation.
Monsieur le Président, j’aimerais mettre l’accent sur le contenu de ce projet de loi qui vise à protéger les professionnels de la santé et les établissements de soins. Pendant la pandémie, le gouvernement fédéral doit impérativement faire en sorte de protéger les travailleurs de première ligne, les travailleurs essentiels et les professionnels de la santé contre ceux qui voudraient les intimider ou les maltraiter. C’est exactement ce que nous proposons avec ce projet de loi.
View Elizabeth May Profile
GP (BC)
Mr. Speaker, I want to zero in on something that has not been discussed yet on Bill C-3. As I have been able to state previously, I am very supportive of protecting our wonderful nurses and health care workers.
I want to focus on another aspect of sentencing, which is the flexibility that a judge will have. I noticed some commentary in the media that this may be too harsh a way to protect our nurses by having as much as a 10-year sentence.
I wonder if the hon. member could comment on the fact that the judge will have a lot of discretion. It can be an offence by summary conviction. It can also be an indictable offence of up to 10 years. There are no mandatory minimums here.
Monsieur le Président, j’aimerais m’attarder sur un point qui n’a pas encore été discuté dans le cadre du projet de loi C-3. Comme je l’ai déjà dit, je soutiens sans réserve l'idée qu'il faille protéger nos fantastiques infirmiers et professionnels de la santé.
Je souhaite parler de la détermination de la peine et de la marge de manœuvre dont les juges disposent. J’ai lu dans les médias des commentaires sur la gravité des peines encourues, certains jugeant trop sévère le fait qu’on puisse écoper d’une peine allant jusqu’à 10 ans de prison.
Le député pourrait-il nous expliquer que les juges auront beaucoup de latitude? Ils pourront opter pour une procédure sommaire ou choisir de considérer l’infraction comme un acte criminel punissable d’une peine allant jusqu’à 10 ans d’emprisonnement. Il n’y aura pas de peines minimales obligatoires.
View Gary Anandasangaree Profile
Lib. (ON)
Mr. Speaker, I want to emphasize that the legislation in front of us does give judges the discretion and allows them to look at aggravating and mitigating circumstances in sentencing. It is an essential tool that judges are able to use. We believe the judiciary is well positioned to make those decisions and impart sentences at those points in time.
Monsieur le Président, je tiens à préciser que ce projet de loi donne un pouvoir discrétionnaire aux juges, ce qui leur permet de prendre en compte des circonstances aggravantes ou atténuantes pour déterminer la peine. Il s’agit d’un outil indispensable pour les juges. Nous pensons que la magistrature est en mesure de prendre ce type de décisions et de prononcer des peines au moment voulu.
View Mark Gerretsen Profile
Lib. (ON)
Mr. Speaker, it is an honour today to rise to speak to Bill C-3, very important legislation that covers two aspects of providing for our health care workers, especially during this pandemic.
The latter half of the bill specifically addresses the issue of paid sick leave and how important it is to ensure that people do not have to choose between paying their bills and going to work. When people are sick, as we have learned through this pandemic, we do not want them going to work and participating in an environment where they could potentially be passing along illness to other people. When we are sick or do not feel well, it is important we stay home. To that end, we need the proper legislation in place to protect workers and give them that flexibility so they can take the proper measures to protect themselves.
The other part of the bill, which I will focus a little more on, specifically ensures that proper measures are put into our Criminal Code to protect individuals from being harassed on their way to and from work, in particular, health care professionals. When the bill was introduced, I was extremely happy to hear about the measures that would be put in place.
There was an extremely unfortunate incident at Kingston General Hospital at the beginning of the election campaign, when protests were gaining speed and traction. A group of people chose to protest not just in front of Kingston General Hospital, but right in front of the cancer clinic at the hospital. Folks going to receive their cancer treatments and then leaving were being harassed by a protest group that yelled insults. In addition, those serving on the front line, the nurses and doctors, were being harassed as they were going in and out of the hospital. It is absolutely ridiculous that we even need to have this debate or that we have a requirement for legislation. However, unfortunate incidents have been popping up, such as the one most recently in my community of Kingston and the Islands.
Perhaps it was the nature of the election taking place at the time that really added fuel to the fire. The unfortunate part about the campaign was that it was taking a political lens. The People's Party of Canada was really promoting this event. People's Party of Canada signs were in front of the hospital during this protest. By and large, on Twitter, it was the People's Party and its supporters who were promoting this event to take place. Of course, they did it all in the name of civil liberties, believing that somehow liberties had been breached during the pandemic, which I find extremely alarming.
Even though the People's Party did not win any seats in this place, I still find it concerning when members of the House attempt to play footsies with the issue of civil liberties being in jeopardy during the pandemic. Unfortunately, I am reminded of the more recently formed Conservative liberties caucus, the freedom fighters caucus, whatever it is called, which consists of approximately 15 to 30 Conservative members of Parliament and senators, who somehow find it their job to stand up for the liberties that have been infringed upon during the pandemic. I believe that every person in the House believes strongly that people are entitled to certain rights afforded them under the charter and that, indeed, no person's rights have been infringed upon during the pandemic. However, this is not the way it is being interpreted. When leaders are helping to fuel the fire through their actions and words, it only further instills within the people who are leading these protests to go out there, to charge and suggest they somehow need to be protected.
We end up with what I described in my riding of Kingston and the Islands in front of the Kingston General Hospital: an event where there were about 50 people yelling, screaming and hurling insults and accusations toward not just health care professionals, the nurses and the doctors coming and going from the hospital, but indeed people entering the cancer clinic at Kingston General Hospital and people who were leaving immediately following treatments.
Members can imagine the public outcry against this type of activity that was going on. It was quite a bit, and there was a lot of anger and frustration from the community, but at the same time it provided an opportunity for a certain degree of empowerment in this group.
This legislation specifically seeks to make this type of activity something that is not permissible in the Criminal Code and indeed that people can be held accountable for. I am extremely happy to see this legislation that we committed to during the election come forward so quickly. I want to see this get to committee as quickly as possible so it can be properly studied. As I have been listening to the debate today, some of my colleagues have raised questions about the content of the bill and how that will be affected. I think back to the previous question from the NDP member, and these are good questions and things to study at committee, where we can hash out the details to ensure that this legislation is the best it can be.
The reality of Bill C-3 is that it is a commitment to Canadians. It is a commitment that we will not tolerate this kind of behaviour around health care facilities that are providing services. The frontline workers are there to provide services to our communities. We will not allow people to participate in activities that intimidate, harass or threaten their ability to move freely in and out of such a facility in order to provide these frontline services.
I know I am close to question period and I am happy to begin my five minutes of questions, but I want to say I am very glad the bill is before us. I want it to move quickly to committee so it can be thoroughly examined and reported back to the House and we can pass it into legislation.
Monsieur le Président, je suis honoré de prendre la parole au sujet du projet de loi C‑3, qui prévoit deux mesures de soutien pour les travailleurs canadiens de la santé, ce qui est très important, surtout en période de pandémie.
La deuxième moitié du projet de loi porte sur les congés de maladie payés, car personne ne devrait avoir à choisir entre se présenter au travail malade ou ne pas pouvoir payer ses factures. Comme la pandémie nous l'a appris, il est important de rester chez soi lorsqu'on est malade ou qu'on ne se sent pas bien pour éviter de contaminer ses collègues ou d'autres personnes. Un projet de loi adéquat s'impose donc pour protéger les travailleurs et leur procurer la flexibilité dont ils ont besoin pour prendre les mesures nécessaires à leur protection.
L'autre moitié du projet de loi, dont je vais parler plus en détail, vise à mettre en place des mesures adéquates dans le Code criminel afin de protéger les travailleurs, en particulier les professionnels de la santé, contre le harcèlement lorsqu'ils se rendent au travail. J'ai été ravi d'entendre les mesures proposées dans ce projet de loi lorsque celui-ci a été présenté.
Il y a eu un incident fort malheureux à l'hôpital général de Kingston au début de la campagne électorale, au moment où les manifestations prenaient de l'ampleur. Un groupe a décidé de manifester pas seulement devant l'hôpital général, mais carrément à l'entrée du centre d'oncologie de l'hôpital. Les gens qui s'y rendaient pour des traitements se faisaient harceler à leur arrivée et à leur départ par des manifestants qui les insultaient. De plus, les intervenants de première ligne, les infirmières et les médecins, se faisaient harceler lorsqu'ils arrivaient à l'hôpital ou qu'ils s'en allaient. C'est vraiment ridicule que nous ayons à tenir ce débat et qu'il faille adopter une loi. Cependant, de malheureux incidents du genre ont commencé à survenir partout, pas seulement à Kingston et les Îles.
Peut-être que le fait que la campagne électorale a eu lieu à ce moment précis a jeté de l'huile sur le feu. Ce qui est malheureux de la campagne, c'est que cet enjeu a pris une tournure politique. Le Parti populaire du Canada faisait activement la promotion de l'événement. Pendant la manifestation, on pouvait voir des pancartes du Parti populaire du Canada devant l'hôpital. C'était surtout ce parti et ses partisans qui faisaient la promotion de la manifestation sur Twitter. Évidemment, ils affirmaient le faire au nom des libertés civiles, parce qu'ils avaient l'impression que leurs libertés auraient été violées pendant la pandémie, ce que je trouve extrêmement alarmant.
Le Parti populaire n'a remporté aucun siège à la Chambre des communes, mais je trouve encore préoccupant de voir que certains députés tentent de brouiller les cartes en prétendant que les libertés civiles sont menacées pendant la pandémie. Malheureusement, je songe au caucus conservateur des défenseurs de la liberté récemment mis sur pied — peu importe son nom — qui compte approximativement de 15 à 30 députés et sénateurs qui estiment de leur devoir de défendre les libertés qui auraient été brimées pendant la pandémie. Je pense que tous ici à la Chambre croient fermement que nos concitoyens bénéficient de certains droits en vertu de la Charte et que ces droits n'ont absolument pas été lésés pendant la pandémie. Toutefois, ce n'est pas ainsi que certains voient les choses. Les chefs de parti qui jettent de l'huile sur le feu par leurs gestes et leurs propos ne font qu'inciter les organisateurs de ces manifestations à monter aux barricades, attaquer et laisser entendre qu'il y a lieu de protéger ces droits.
Cette attitude donne lieu à des situations comme celle qui s'est produite dans ma circonscription, Kingston et les îles, en face de l'Hôpital général de Kingston. Environ 50 personnes criaient, hurlaient et lançaient des insultes et des accusations dirigées non seulement contre les professionnels de la santé, le personnel infirmier et les médecins qui arrivaient à l'hôpital ou qui en partaient, mais également contre les gens qui se présentaient à la clinique d'oncologie de l'hôpital et aux patients qui la quittaient immédiatement après un traitement.
Les députés imaginent sans peine le tollé provoqué par ce genre de manifestation. L'affaire a passablement secoué la collectivité et provoqué énormément de colère et de frustration. Cependant, elle a également été l'occasion pour ce groupe de s'affirmer.
Cette mesure législative vise précisément à interdire ce type d'activités aux termes du Code criminel et à exiger que les contrevenants répondent de leurs actes. Je me réjouis de la rapidité avec laquelle nous avons présenté le projet de loi, qui figurait parmi nos promesses électorales. J'aimerais qu'il soit renvoyé au comité le plus vite possible afin de faire l'objet d'une étude en bonne et due forme. J'ai écouté le débat d'aujourd'hui, et certains de mes collègues ont soulevé des questions sur la teneur du projet de loi et sur ses effets. Je repense à la question précédente du député néo-démocrate, et ce sont là de bonnes questions à étudier au comité, où nous pourrons régler les détails pour faire en sorte que cette mesure législative soit la meilleure possible.
En réalité, le projet de loi C‑3 se veut un engagement envers les Canadiens. Nous nous engageons ainsi à ne pas tolérer ce genre de comportements aux alentours des établissements de soins de santé qui fournissent des services. Les travailleurs de première ligne sont là pour offrir des services à nos collectivités. Nous ne permettrons aucune activité visant à les intimider, à les harceler ou à les empêcher de se déplacer librement à l'intérieur et à l'extérieur d'un tel établissement pour offrir des services de première ligne.
Je sais que nous allons bientôt passer à la période des questions et je serai heureux d'entamer mes cinq minutes pour les questions, mais je tiens à dire que je suis ravi que nous soyons saisis de cette mesure législative. J'aimerais que le projet de loi soit renvoyé rapidement au comité pour qu'il puisse faire l'objet d'un examen approfondi avant d'être présenté de nouveau à la Chambre en vue de son adoption.
View Damien Kurek Profile
CPC (AB)
Mr. Speaker, I appreciate the opportunity to once again ask a question in this important debate. I want to note that the bill addresses two very distinct areas and that I asked earlier whether or not it would be relevant to split the bill into two separate ones.
However, specifically regarding health care facilities, it brings up a very important point. No Canadian and no health care professional should be hindered from being able to access their workplace or from being able to access care.
Specifically, I wonder if the member would support that being expanded to include something like critical infrastructure, pipelines and railways and so on. Especially at a time when there are serious supply chain challenges within this country, I am wondering if the member would be open to including that in this legislation.
Monsieur le Président, je suis heureux d'avoir l'occasion de poser à nouveau une question dans le cadre de cet important débat. Je tiens à souligner que le projet de loi porte sur deux domaines très distincts et que j'ai demandé plus tôt s'il serait pertinent ou non de scinder le projet de loi en deux.
Cependant, en ce qui concerne les établissements de soins de santé en particulier, la mesure législative à l'étude soulève un point très important. Personne au Canada, qu'il s'agisse d'un particulier ou d'un professionnel de la santé, ne devrait se voir empêché d'accéder à son lieu de travail ou de recevoir des soins.
Plus précisément, je me demande si le député serait d'accord pour que cette mesure soit élargie afin d'englober des éléments comme les infrastructures essentielles, les pipelines et les chemins de fer. À l'heure où la chaîne d'approvisionnement connaît de graves problèmes dans notre pays, je me demande si le député serait disposé à intégrer cet aspect dans le projet de loi.
View Mark Gerretsen Profile
Lib. (ON)
Mr. Speaker, only a Conservative would suggest that the security of the work of our frontline workers should be compared to that of a pipeline.
Monsieur le Président, seul un conservateur pourrait suggérer que l'on compare la sécurité au travail de nos travailleurs de première ligne à celle d'un pipeline.
View Chris Bittle Profile
Lib. (ON)
Mr. Speaker, I have heard a couple of times from the Conservatives that they are likening hospitals, vaccination centres and abortion clinics to pipelines. I am a cancer survivor. Many of my constituents go daily to the St. Catharines General Hospital to receive treatment. I would like to ask if the hon. member agrees how ridiculous this argument from the Conservatives is, to liken a hospital, a cancer centre or a vaccination centre to a pipeline.
Monsieur le Président, j'ai entendu à quelques reprises les conservateurs comparer les hôpitaux, les centres de vaccination et les cliniques d'avortement à des pipelines. Je suis un survivant du cancer. Bon nombre de mes concitoyens se rendent quotidiennement à l'hôpital général de St. Catharines pour y recevoir des traitements. J'aimerais demander au député s'il convient du ridicule de cet argument des conservateurs, qui assimilent un hôpital, un centre anticancéreux ou un centre de vaccination à un pipeline.
View Mark Gerretsen Profile
Lib. (ON)
Mr. Speaker, either it is in documentation they have been provided in advance of this debate or it is just a common theme among Conservatives, because the last two members have literally asked questions comparing the security around pipelines to that around health care facilities.
As I indicated in my speech, in my own constituency during the election, there were People's Party of Canada candidates and anti-vaxxers protesting out in front of the cancer clinic of Kingston General Hospital. How ridiculous is it that we even have to bring forward this legislation?
Monsieur le Président, je ne sais pas si c'est à cause des documents qu'on leur a fournis ou si c'est tout simplement une marotte des conservateurs, mais les deux derniers députés ont littéralement fait un parallèle entre les mesures de sécurité entourant les pipelines et celles qui se rapportent aux établissements de santé.
Comme je l'ai dit tout à l'heure, pendant la campagne électorale, des candidats du Parti populaire du Canada et des antivaccins ont manifesté devant le centre d'oncologie de l'hôpital général de Kingston, dans ma circonscription. N'est-ce pas même ridicule d'avoir à présenter un projet de loi comme celui-ci?
View Lisa Marie Barron Profile
NDP (BC)
Mr. Speaker, health care workers have worked tirelessly throughout the pandemic and provide life-saving care for our loved ones. As a result of underfunding and underprioritization through the Liberal government, health care workers in my riding of Nanaimo—Ladysmith were already overworked and underpaid. Adding to this, we have seen an increase of bullying and hatred of health care workers. Our health care workers are tired and deserve better.
When will this government support the NDP's plan to increase health care for workers and increase training, recruitment and retention of health care workers?
Monsieur le Président, les travailleurs de la santé ont œuvré sans relâche pendant la pandémie. Ils offrent des soins vitaux. À cause du sous-financement de ce secteur et du fait que le gouvernement libéral ne le jugeait pas prioritaire, les travailleurs de la santé de ma circonscription, Nanaimo—Ladysmith, étaient déjà surmenés et sous-payés. L'intimidation des travailleurs de la santé et la haine dirigée à leur endroit ont pris de l'ampleur et se sont ajoutées à tout cela. Les travailleurs de la santé sont carrément épuisés et méritent d'être mieux traités.
Quand le gouvernement appuiera-t-il enfin le plan du NPD visant à améliorer le régime d'assurance-maladie des travailleurs, à former davantage de travailleurs de la santé et à favoriser leur recrutement et leur maintien en poste?
View Mark Gerretsen Profile
Lib. (ON)
Mr. Speaker, I can respect the fact that the question is slightly off the topic of this particular debate, but the member raises a good point. If we have not learned from this pandemic that we need to strengthen the resources around hiring, recruiting and bringing more frontline workers on board, then I do not think we have truly learned the lesson from this pandemic. If the NDP is set to make proposals in this regard, I would be interested in hearing what they are.
Monsieur le Président, la question soulevée est peut-être un peu hors sujet, mais la députée a tout à fait raison. Si la pandémie ne nous fait pas comprendre que nous devons consacrer plus de ressources à la formation, à l'embauche et au recrutement de travailleurs de première ligne, c'est que nous n'aurons rien appris. Je serais curieux d'entendre les propositions du NPD à cet égard.
View Elizabeth May Profile
GP (BC)
Mr. Speaker, 32 years ago, 14 women were killed at École Polytechnique in Montreal. We remember Geneviève Bergeron, Hélène Colgan, Nathalie Croteau, Barbara Daigneault, Anne-Marie Edward, Maud Haviernick, Maryse Laganière, Maryse Leclair, Anne-Marie Lemay, Sonia Pelletier, Michèle Richard, Annie St-Arneault, Annie Turcotte and Barbara Klucznik-Widajewicz.
We must end misogyny, end patriarchy and stop violence against women.
Monsieur le Président, il y a 32 ans, 14 femmes ont été tuées à l'École polytechnique de Montréal. Nous nous souvenons de Geneviève Bergeron, Hélène Colgan, Nathalie Croteau, Barbara Daigneault, Anne-Marie Edward, Maud Haviernick, Maryse Laganière, Maryse Leclair, Anne-Marie Lemay, Sonia Pelletier, Michèle Richard, Annie St-Arneault, Annie Turcotte et Barbara Klucznik-Widajewicz.
Nous devons mettre fin à la misogynie, au patriarcat et à la violence faite aux femmes.
View Kevin Lamoureux Profile
Lib. (MB)
Mr. Speaker, I want to talk about diversity. Do members know one of the fastest-growing communities in Canada today is the Filipino heritage community, at approximately one million strong and growing?
Winnipeg, which I would suggest is the heart of the Filipino community, is after all where we got our very first Jollibee here in Canada. I have more good news when it comes to diversity and businesses. Winnipeg, not the first this time, as Edmonton beat us, now has Potato Corner, another successful franchise that comes from the Philippines.
It speaks volumes that one of the things that gives Canada its greatest value is our diversity, so let us give a hand for Canada's diverse community and the Filipino heritage community.
Monsieur le Président, j’aimerais parler de diversité. Les députés savent-ils que, de nos jours, l’une des communautés dont la croissance est la plus rapide au Canada est la communauté philippine, laquelle compte environ un million de membres et est en pleine expansion?
C’est à Winnipeg — la ville qui, à mon avis, est le cœur de la communauté philippino-canadienne — que le tout premier Jollibee a ouvert ses portes au Canada. J’ai d’autres bonnes nouvelles en ce qui concerne la diversité et les entreprises. Winnipeg accueille maintenant un restaurant d’une autre chaîne à succès originaire des Philippines, Potato Corner, quoiqu’il ne s’agisse pas de son premier franchisé en sol canadien, Edmonton l’ayant accueilli avant nous.
Cela démontre bien que l’une des plus grandes richesses du Canada est sa diversité, alors donnons une bonne main d’applaudissement aux collectivités diversifiées du Canada et plus particulièrement à la communauté philippine.
View Kerry-Lynne Findlay Profile
CPC (BC)
Mr. Speaker, I want to warmly thank the good people of South Surrey—White Rock for re-electing me and give an enthusiastic shout-out to the friendship of many volunteers and my campaign manager, who made it all possible.
Public service is both a solemn duty and a great honour, and today I remember the wonderful Benno Friesen. He represented my community for a record five terms as MP, from 1974 to 1993, and passed away in September at age 92.
He remained very sharp when it came to politics, history, literature and theology. An eloquent English literature professor and founder of Trinity Western University, he was highly respected in this place. He was predeceased by his wife Marge, and my sympathies go to his daughters, Cyndi and Lynne, and their families, including seven grandchildren.
Benno was a mentor and friend. I am truly blessed to have received his wisdom and advice.
Monsieur le Président, je tiens à remercier chaleureusement les bonnes gens de Surrey‑Sud—White Rock de m’avoir réélue et à témoigner ma reconnaissance aux nombreux bénévoles et à mon directeur de campagne qui ont rendu le tout possible.
Le service public est à la fois un devoir solennel et un immense honneur, et aujourd’hui, je voudrais saluer la mémoire d’un grand homme, Benno Friesen. Il a représenté ma circonscription pendant cinq mandats, un record, de 1974 à 1993, et est décédé en septembre dernier à l’âge de 92 ans.
Il n’avait rien perdu de sa vivacité d’esprit lorsqu’il était question de politique, d’histoire, de littérature et de théologie. Éloquent professeur de littérature anglaise et fondateur de l’Université Trinity Western, il était très respecté dans cette enceinte. Benno a été précédé dans la mort par son épouse, Marge, et je souhaite adresser mes condoléances à ses filles, Cyndi et Lynne, ainsi qu’à leur famille, et notamment aux sept petits-enfants de Benno.
Il était un mentor et un ami, et je m’estime très privilégiée d’avoir bénéficié de sa sagesse et de ses conseils.
View Chad Collins Profile
Lib. (ON)
Mr. Speaker, I rise today for the first time in the 44th Parliament to say thanks. I thank the residents of ward 5 in Hamilton East—Stoney Creek for their 26 years of support when I was their city councillor. It was an honour and privilege to serve them for so many years.
I thank those very same residents in Hamilton East—Stoney Creek who elected me this past September as their new member of Parliament. I look forward to addressing the challenges and opportunities that face our community and our great city. As all elected representatives know, we owe our success in large part to our families, friends and volunteers. Oftentimes our service to the community conflicts with special occasions at home or simply spending time with those we care about the most.
I thank my wife, Mary, and our children, Chase and Reese, for their unconditional love and support and the sacrifices we have made as a family to support my time in public office.
I thank my parents, Shirley and Bob, and my sister Candace and her family for being there every step of the way. I could not have done it without them.
As for my friends, volunteers and supporters in the community, many of them like part of an extended family, it continues to be an honour and a privilege to serve them.
Monsieur le Président, je prends la parole aujourd'hui pour la première fois en cette 44e législature pour dire merci. Merci aux habitants du district no 5 de Hamilton-Est—Stoney Creek pour les 26 années pendant lesquelles ils m'ont soutenu en tant que conseiller municipal. Ce fut un honneur et un privilège de les servir pendant toutes ces années.
Je remercie aussi ces mêmes habitants de Hamilton-Est—Stoney Creek, qui m'ont élu en septembre dernier en tant que leur nouveau député fédéral. Je suis impatient de m'attaquer aux défis et aux possibilités de notre communauté et de notre merveilleuse ville. Comme tous les élus le savent, nous devons en grande partie notre succès aux membres de notre famille, à nos amis et aux bénévoles. Souvent, notre service envers la collectivité entre en conflit avec des occasions spéciales à la maison ou nous empêche tout simplement de passer du temps avec ceux qui nous tiennent le plus à cœur.
Je remercie mon épouse, Mary, et nos enfants, Chase et Reese, pour leur amour et leur soutien inconditionnels et pour les sacrifices qu'ils ont consentis afin de m'appuyer dans ma charge publique.
Je remercie mes parents, Shirley et Bob, ainsi que ma sœur, Candace, et sa famille, d'avoir été à mes côtés depuis le tout début. Je n'aurais pas réussi sans eux.
Quant à mes amis, aux bénévoles et à mes partisans dans la collectivité, bon nombre d'entre eux sont comme une famille élargie. C'est un honneur et un privilège de les servir.
View Kristina Michaud Profile
BQ (QC)
Mr. Speaker, exactly 32 years ago today, a man obsessed by his hatred of feminists opened fire at École Polytechnique in Montreal, killing 14 women and injuring several others. For the past 32 years, this sad anniversary has been a time to condemn violence against women, as well as gun violence. We condemned it last year, and the year before that, and the year before that. I do not think that there are words to describe the exasperation of the survivors who have been fighting for over 30 years. The more time passes, the more it seems like we are making no progress or even going backwards.
In memory of all those who have been gunned down over the past 30 years, and those who have been killed on the streets over the last few months, as recently as last week in Montreal, it is our duty to work harder for gun control, but we will need the government's help. The federal government cannot wait for another fatal shooting before taking action.
On behalf of the Bloc Québécois, I urge the government to do more to curb gun violence. We owe it to the victims.
Monsieur le Président, il y a 32 ans, jour pour jour, un homme obsédé par sa haine des féministes ouvrait le feu sur le campus de l'École polytechnique de Montréal, tuant 14 femmes et en blessant plusieurs autres. Ce triste anniversaire est depuis 32 ans l'occasion de dénoncer la violence faite aux femmes, mais également la violence par arme à feu. Nous le dénoncions l'année dernière, l'année d'avant et l'année avant cela. Je pense qu'il n'y a pas de mots pour illustrer le seuil d'exaspération des survivantes qui se battent depuis plus de 30 ans. Plus cela avance, rien ne change; on a même l'impression de reculer.
Au nom de toutes celles tombées sous les balles depuis plus de 30 ans et de ceux et celles tués en pleine rue dans les derniers mois jusqu'à la semaine dernière à Montréal, nous nous devons d'en faire plus pour le contrôle des armes à feu, mais nous aurons besoin de l'aide du gouvernement. Le fédéral ne doit pas attendre un autre décès par balle avant d'agir.
Au nom du Bloc québécois, j'exhorte le gouvernement à en faire davantage pour endiguer la violence par arme à feu. Nous le devons aux victimes.
View Andy Fillmore Profile
Lib. (NS)
View Andy Fillmore Profile
2021-12-06 14:05
Mr. Speaker, today marks the 104th anniversary of the Halifax explosion. On the morning of December 6, 1917, the SS Mont-Blanc, an incoming munitions vessel, collided with the SS Imo, an outgoing Belgian relief vessel in Halifax harbour. Hundred-foot flames erupted from the ships as the volatile cargo violently exploded, the largest human-caused explosion until the atomic bomb.
Two thousand people were killed, 9,000 people were injured and every structure in an 800-metre radius was flattened. The hearts of Haligonians were shattered too, as they mourned the loss of their loved ones and neighbours. The explosion also damaged the tower clock and bell of Halifax city hall, but this year that bell was repaired and triumphantly returned to service, where it can now be heard at Grand Parade, a testament to the enduring efforts to rebuild our city.
It was community and love of place that helped us build back better following the explosion, and a century later we have not forgotten.
Monsieur le Président, c'est aujourd'hui 104e anniversaire de l'explosion d'Halifax. Le matin du 6 décembre 1917, en entrant dans le port d'Halifax, le Mont‑Blanc, un navire de transport de munitions, est entré en collision avec l'Imo, un navire de secours belge, qui en sortait. Des flammes de cent pieds ont jailli des navires lorsque la cargaison volatile a explosé violemment. Il s'agissait de la plus grande explosion causée par l'homme avant l'arrivée de la bombe atomique.
Deux mille personnes ont été tuées; 9 000 ont été blessées et toutes les structures dans un rayon de 800 mètres ont été rasées. Le cœur des habitants d'Halifax a également été brisé, alors qu'ils pleuraient la perte de leurs proches et de leurs voisins. L'explosion a également endommagé l'horloge de la tour et la cloche de l'hôtel de ville d'Halifax. Cependant, cette année, la cloche a été réparée et remise en service triomphalement et on peut maintenant l'entendre à la place Grand Parade, ce qui témoigne des efforts soutenus visant à reconstruire la ville.
C'est notre esprit communautaire et notre attachement à la ville qui nous ont permis de rebâtir en mieux après l'explosion et, un siècle plus tard, nous n'avons pas oublié.
View Alex Ruff Profile
CPC (ON)
Mr. Speaker, it was 100 years ago today that the first woman, Agnes Macphail, was elected here to the House of Commons. Born in Grey County, Agnes was first elected to represent the riding of Grey South East and later represented the riding of Grey—Bruce. She worked hard to represent farmers and rural interests here in Ottawa. She knew what mattered to rural communities and was instrumental in the establishment of old age pensions and the reform of our Canadian prison system.
Agnes's achievements did not end with being elected to the Canadian Parliament. She was the first woman to represent Canada at the League of Nations and was the one of the first two to be elected to the Ontario legislature in 1943. Today, her legacy and work continue with organizations like electHER Now that aim to increase women's representation in municipal politics across my riding of Bruce—Grey—Owen Sound by connecting aspiring women with some of the great role models in the riding.
I hope all members will join me today in recognizing the historic and inspiring contribution Agnes made to Canada and here in the House of Commons.
Monsieur le Président, cela fait 100 ans que la première femme, Agnes Macphail, a été élue à la Chambre des communes. Née dans le comté de Grey, Mme Macphail a été élue pour représenter la circonscription de Grey South East et plus tard celle de Grey—Bruce. Elle n’a ménagé aucun effort pour représenter les agriculteurs et les intérêts de la ruralité ici à Ottawa. Elle savait ce qui comptait pour les communautés rurales et elle a contribué à la création des pensions de vieillesse et à la réforme du système carcéral canadien.
Les exploits de Mme Macphail ne se limitent pas à son élection au Parlement canadien. Elle a été la première femme à représenter le Canada à la Société des Nations, et elle a été une des deux premières femmes à être élues à l’Assemblée législative de l’Ontario, en 1943. Aujourd’hui, son héritage et son travail perdurent grâce à des organismes comme electHER Now, qui visent à améliorer la représentativité des femmes sur la scène politique municipale dans la circonscription de Bruce—Grey—Owen Sound, en mettant en relation les femmes qui y aspirent avec d’excellents modèles d’inspiration.
Je souhaite que tous les députés se joignent à moi aujourd’hui pour saluer la contribution historique et inspirante d’Agnes Macphail à l’édification du Canada et de la Chambre des communes.
View Peter Fragiskatos Profile
Lib. (ON)
Mr. Speaker, as I rise for the first time in the 44th Parliament, I want to express my sincere and profound gratitude to the residents of London North Centre for electing me to be their member of Parliament for a third time.
A concern consistently brought to my attention by those constituents is the affordability of child care. The average London family is paying more than $15,000 annually per child. This hits close to home, as my wife Katy and I welcomed our first child at the end of September, a healthy baby girl named Ava. We are currently planning for what is next. Though we are in a very privileged position, many parents are struggling with how to pay the child care bill.
It is time for $10-a-day child care in London, in Ontario and across Canada. I therefore implore the Ontario government to get a deal done with the federal government now. It is time to join other provinces and territories that have signed on to make child care affordable for all. Doing so is vital for equality of opportunity, gender equality and economic betterment.
Monsieur le Président, comme c'est la première fois que je prends la parole depuis l'ouverture de la 44e législature, je veux exprimer ma gratitude sincère et profonde aux habitants de London‑Centre‑Nord, qui m'ont élu pour la troisième fois.
Mes concitoyens attirent constamment mon attention sur l'abordabilité des services de garde d'enfants. Une famille moyenne de London paie plus de 15 000 $ par an pour chaque enfant. Ce sujet me touche de près parce que mon épouse Kathy et moi avons accueilli notre premier enfant à la fin de septembre, une petite fille en bonne santé nommée Ava. Nous dressons actuellement des plans pour l'avenir. Nous sommes très privilégiés, mais de nombreux autres parents ont du mal à payer les frais de garde.
Il est temps de mettre en place un programme de garderies à 10 $ par jour à London, en Ontario, et dans le reste du pays. J'implore donc le gouvernement de l'Ontario de conclure une entente avec le gouvernement fédéral maintenant. Il est temps de se joindre aux autres provinces et territoires qui ont signé une entente pour rendre les services de garde abordables pour tous. C'est vital pour favoriser l'égalité des chances, l'égalité des genres et le mieux‑être économique.
View Alexandra Mendès Profile
Lib. (QC)
Mr. Speaker, today is the 32nd anniversary of the massacre at École Polytechnique. I do not think there are many Canadians who do not understand what this event represented for the country, but I think this is particularly true for the 50% of Canadians who are born female.
Femicide is now recognized for what it is: the intentional killing of a person because of their gender. There are many murders in Canada, a large number of which are connected to organized crime. However, what remains particularly worrisome about the event that took the lives of 14 young women who wanted to become engineers is that their only crime was that they were women. The primary motivation behind femicide is the fact that the victim is a woman. I find this incomprehensible and deeply troubling.
I am a grandmother to two boys. My dream for them is a growing awareness of the intrinsic equality of all individuals and a society that recognizes that every single one of us is responsible for promoting equality.
Monsieur le Président, nous soulignons aujourd'hui le 32 e anniversaire du massacre de Polytechnique. Je crois qu'il ne doit pas y avoir beaucoup de personnes au Canada qui ignorent ce que cela a représenté pour le pays, mais tout particulièrement pour 50 % de la population du Canada qui est née femme.
Les féminicides sont maintenant reconnus pour ce qu'ils sont: l'assassinat délibéré d'une personne simplement en raison de son genre. Il y a nombre de meurtres au Canada, dont beaucoup sont reliés au crime organisé. Or, ce qui demeure particulièrement déroutant dans les événements qui ont fauché la vie de 14 jeunes femmes qui voulaient devenir ingénieures, c'est que leur seul crime était leur sexe. Ce qui continue à être la première motivation des féminicides revient strictement à leur statut de femme. Cela me dépasse et cela me déroute.
Je suis grand-mère de deux garçons. Je rêve pour eux d'une conscience grandissante de l'égalité intrinsèque entre toutes les personnes, tout autant que d'une société qui reconnaît que, toutes et tous, nous sommes responsable de notre contribution à l'avancement de l'égalité.
View Michelle Ferreri Profile
CPC (ON)
Mr. Speaker, today I am very proud to share the story of #CoachCal, a six-year-old from my riding of Peterborough—Kawartha. Cal was selected after auditioning for the next gen program. He was granted a single-game contract with our OHL team, the Peterborough Petes, to give the pre-game pep talk. His pep talk went viral on social media and has been trending across North American media. It has over three millions view on the NHL’s TikTok.
I cannot deliver the speech as well as Cal, but I want to share some of my favourite words from his passionate speech: “Everyone in this room has a dream, but those dreams don’t just come to you, you have to earn it. This is a team and each one of us brings something to the team.” Cal's words are a powerful reminder of what we should be focusing on, both on and off the ice. As his MP, I am very proud of his hard work, and I will do whatever it takes to get the “W” for Peterborough—Kawartha.
Monsieur le Président, je suis très fière de raconter l'histoire de #CoachCal, un garçon de six ans de ma circonscription, Peterborough—Kawartha. Cal a été sélectionné à la suite de son audition pour le programme de la prochaine génération. On lui a accordé un contrat d'une seule partie avec notre équipe de la Ligue de hockey de l'Ontario, les Petes de Peterborough, pour livrer le discours d'encouragement d'avant-match. Ce discours est devenu viral sur les médias sociaux, et on en parle dans les médias partout en Amérique du Nord. Il a été visionné plus de trois millions de fois sur le compte TikTok de la LNH.
Je n'arriverais pas à le livrer aussi bien que Cal, mais je voudrais dire un passage de ce discours passionné: « Chaque personne présente dans cette pièce a un rêve, mais ce rêve ne tombera pas du ciel; il faut le mériter. Nous faisons partie d'une équipe, et chaque coéquipier y apporte sa contribution ». Cal nous rappelle ce qui compte, aussi bien sur la patinoire qu'à l'extérieur de celle-ci. À titre de députée de Cal, je suis très fière de son travail et je mettrai tout en œuvre pour que Peterborough—Kawartha obtienne la victoire.
View Bryan May Profile
Lib. (ON)
View Bryan May Profile
2021-12-06 14:11
Mr. Speaker, it is a pleasure to rise to speak to the recent accomplishments by the Canadian nuclear industry.
Ontario Power Generation has announced that Darlington will construct a small modular reactor, SMR, in partnership with GE Hitachi Nuclear Energy.
This is a significant step in the development of SMRs. It delivers jobs and helps us meet the climate crisis. In addition, the Canadian Nuclear Association recently signed MOUs with Romania and the French nuclear energy society to promote the growth of civil nuclear energy.
These are decades-long relationships that will continue to grow as Canada works to address climate change with its international partners. These announcements demonstrate the leadership of OPG, CNA and the nuclear industry's creation of jobs and economic, environmental and technological benefits for all Canadians. Please join me in helping welcome them and congratulating them on their incredible work.
Monsieur le Président, je suis heureux de prendre la parole pour souligner les récentes réalisations de l'industrie nucléaire canadienne.
Ontario Power Generation a annoncé que Darlington construira un petit réacteur modulaire en partenariat avec GE Hitachi Nuclear Energy.
Il s'agit d'une étape importante dans le développement des petits réacteurs modulaires. En plus de créer des emplois, elle nous aide à faire face à la crise climatique. De plus, l'Association nucléaire canadienne a récemment signé des protocoles d'entente avec la Roumanie et la Société française d'énergie nucléaire afin de promouvoir la croissance de l'énergie nucléaire civile.
Il s'agit de relations qui durent depuis des décennies et qui continueront de se développer alors que le Canada s'efforce de lutter contre le changement climatique avec ses partenaires internationaux. Ces annonces témoignent du leadership d'Ontario Power Generation, de l'Association nucléaire canadienne et de l'industrie nucléaire, qui créent des emplois et procurent des avantages économiques, environnementaux et technologiques à tous les Canadiens. J'invite tous les députés à se joindre à moi pour leur souhaiter la bienvenue et les féliciter pour leur incroyable travail.
View Dane Lloyd Profile
CPC (AB)
Mr. Speaker, since the flooding began in British Columbia, Canadians have stepped up.
The heroic efforts of first responders, members of the Canadian Forces and just regular people have helped save lives and protect property. Faith groups and civic organizations have also stepped up in a big way to provide food and shelter to evacuees.
As we work to rebuild the Fraser Valley, Canadians want to know what is going to be done to ensure something like this never happens again. They want to know why critical infrastructure that could have prevented this disaster was not built. They want to know that the government will have their back and will act proactively to mitigate these disasters in the future.
Whenever trouble arises, Canadians never fail to live up to our reputation. We are a generous people, always ready to help those in need, even when it means putting our own lives at risk.
Conservatives are committed to a team Canada approach. We will work hard to rebuild and to protect British Columbians for generations to come. It is time to get the job done.
Monsieur le Président, depuis le début des inondations en Colombie‑Britannique, les Canadiens ont répondu à l'appel.
Les efforts héroïques des premiers intervenants, des membres des Forces canadiennes et de la population en général ont permis de sauver des vies et de protéger des biens. Des groupes religieux et des organisations de la société civile ont aussi joué un grand rôle en offrant de la nourriture et un refuge aux personnes évacuées.
Alors que nous travaillons à reconstruire la vallée du Fraser, les Canadiens veulent savoir ce qui sera fait pour éviter qu'une telle catastrophe se produise de nouveau. Ils veulent savoir pourquoi les infrastructures essentielles qui auraient pu empêcher cette catastrophe n'ont jamais été bâties. Ils veulent avoir l'assurance que le gouvernement les protégera et qu'il s'affairera à atténuer les impacts d'éventuelles catastrophes de ce genre.
Quand des catastrophes surviennent, les Canadiens sont toujours à la hauteur de leur réputation. Les Canadiens sont des gens généreux, toujours prêts à venir en aide aux personnes dans le besoin, même si cela signifie mettre leur propre vie en péril.
Les conservateurs sont prêts à participer à une approche Équipe Canada. Nous allons travailler fort pour rebâtir et protéger la Colombie‑Britannique pour les générations futures. Il est temps de retrousser nos manches.
View Eric Melillo Profile
CPC (ON)
View Eric Melillo Profile
2021-12-06 14:13
Mr. Speaker, in Canada 50% of women have been victims of sexual or physical violence. Last year, on average, a woman or girl was killed every two and a half days, with indigenous women being disproportionately targeted. The vast majority of identified perpetrators are men, and in many cases are current or former intimate partners.
As we mourn the losses, we must direct our efforts into preventing future tragedies. We must ensure abusers face real consequences while providing vulnerable women and girls with access to safe housing and other support services.
In our personal lives, we must stand against domestic violence, abuse and coercion. We must hold ourselves and our friends accountable, listen to the survivors in our lives and offer support to women looking to leave abusive partners.
We all have a role to play in ending violence against women.
Monsieur le Président, au Canada, 50 % des femmes ont été victimes de violence physique ou sexuelle. L'année dernière, il y a eu en moyenne une femme ou une fille tuée tous les deux jours et demi, et les femmes autochtones sont ciblées de façon disproportionnée. Dans la grande majorité des cas, les agresseurs identifiés sont des hommes et, souvent, il s'agissait du conjoint ou d'un ancien conjoint de la victime.
Ces morts déplorables doivent nous pousser à redoubler d'efforts pour prévenir d'autres tragédies. Nous devons veiller à ce que les agresseurs subissent de véritables conséquences tout en aidant les femmes et les filles vulnérables à accéder à un logement sécuritaire et à d'autres services de soutien.
Sur le plan personnel, nous devons dénoncer la violence familiale, les mauvais traitements et la coercition. Nos proches et nous-mêmes devons être tenus responsables de nos actes, écouter les survivantes de notre entourage et offrir notre soutien aux femmes qui veulent quitter un conjoint violent.
Nous avons tous un rôle à jouer pour mettre fin à la violence contre les femmes.
View Kody Blois Profile
Lib. (NS)
View Kody Blois Profile
2021-12-06 14:14
Mr. Speaker, I rise today to recognize an exceptional Maritimer, someone who has had a lasting impact on journalism in Canada.
Earlier this week, Steve Murphy delivered his last sign-off as anchor CTV Atlantic News at Six after a broadcasting career that spanned four decades. He has taken us through many historic moments during his time, tragedies like the crash of Swissair Flight 111, massive storms and weather events like hurricane Juan and White Juan, historic visits from the Queen and American presidents, and milestones like the opening of the Confederation Bridge.
Steve has also reported on many elections. His interviews were known for being tough but fair. Indeed, he has held the feet of many prime ministers and MPs to the fire on the issues of the day. In fact, Steve's interviews were seen as a rite of passage for elected officials. One of my own regrets as a young MP was to not have had one of those interviews and to not have been questioned by Steve.
I would like to ask that all members of this House wish Steve Murphy all the best in his retirement and the days ahead.
Monsieur le Président, je prends la parole aujourd'hui pour saluer un habitant exceptionnel des Maritimes, qui a laissé une trace indélébile sur le journalisme au Canada.
Plus tôt cette semaine, Steve Murphy a prononcé ses adieux à titre de présentateur de nouvelles à CTV Atlantic News at Six, après une carrière longue de quatre décennies. Il nous a accompagnés durant de nombreux moments historiques: des tragédies comme l'écrasement du vol 111 de Swissair, d'énormes tempêtes et des phénomènes météorologiques tels que l'ouragan Juan et la tempête « Juan blanc », les visites marquantes de la Reine et de présidents américains, et des événements comme l'ouverture du pont de la Confédération.
Steve a aussi couvert de nombreuses élections. Il était connu comme un intervieweur dur, mais juste. En effet, il a talonné plus d'un premier ministre et député à propos des sujets de l'heure. En fait, les entrevues de Steve étaient considérées comme un rite de passage pour les élus. En tant que jeune député, je regrette de ne pas avoir participé à l'une de ces entrevues et de ne pas avoir eu à répondre aux questions de Steve.
J'invite tous les députés à souhaiter à Steve une excellente retraite et un avenir rempli d'événements heureux.
View Alexandre Boulerice Profile
NDP (QC)
Mr. Speaker, Geneviève Bergeron, Hélène Colgan, Nathalie Croteau, Barbara Daigneault, Anne-Marie Edward, Maud Haviernick, Barbara Klucznik-Widajewicz, Maryse Laganière, Maryse Leclair, Anne-Marie Lemay, Sonia Pelletier, Michèle Richard, Annie St-Arneault and Annie Turcotte, 14 young women with bright futures, had their lives taken from them just because they were women. Thirty-two years ago, they were shot and killed by a man who hated women, particularly those who could hold their own.
That was 32 years ago, but have we made any real progress as a society? It is hard to tell. This year, there have already been 18 femicides in Quebec alone. Eighteen women died at the hands of their violent partners. We need to do more. We need to continue to focus on education, putting resources on the ground and limiting access to guns in our communities. We owe it to our sisters, our friends, our daughters and those 14 young women who left us far too soon 32 years ago.
Monsieur le Président, Geneviève Bergeron, Hélène Colgan, Nathalie Croteau, Barbara Daigneault, Anne-Marie Edward, Maud Haviernick, Barbara Klucznik-Widajewicz, Maryse Laganière, Maryse Leclair, Anne-Marie Lemay, Sonia Pelletier, Michèle Richard, Annie St-Arneault et Annie Turcotte, ces 14 jeunes femmes promises à un avenir brillant ont été arrachées à la vie parce qu’elles étaient des femmes. Il y a 32 ans, s’abattaient sur elles les balles d’un homme qui détestait les femmes, surtout celles qui se tiennent debout.
C’était il y a 32 ans, mais avons-nous vraiment progressé collectivement? Ce n'est pas évident. Juste au Québec, cette année, il y a déjà eu 18 féminicides, 18 femmes qui sont mortes sous les coups d’un conjoint violent. Nous devons faire plus, nous devons encore et toujours éduquer, mettre des ressources sur le terrain et limiter l’accès aux armes dans nos communautés. Nous le devons à nos sœurs, à nos amies, à nos filles et à ces 14 jeunes femmes disparues bien trop tôt, il y a 32 ans.
Results: 1 - 100 of 3115 | Page: 1 of 32

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
>
>|
Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data