Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 1 of 1
View Dave MacKenzie Profile
CPC (ON)
View Dave MacKenzie Profile
2017-05-08 11:54 [p.10864]
Expand
Mr. Speaker, I am pleased to stand to speak to this bill. The bill really touches the tip of the iceberg with respect to these drugs.
I heard my colleague talk about how other parties were opposed to mandatory minimum sentences. From past experience, I know we have had mandatory minimums on a lot of crimes. Impaired driving is the most frequently charged Criminal Code offence, and has had mandatory minimums for a long time. This offence is equal to impaired driving.
This bill would address those people who bring drugs into the country for no purpose other than to provide them to younger people, typically, who perhaps do not realize what they are ingesting. Many times the drugs are a real danger to the first responders who attend: the police, the firefighters, and the ambulance and hospital staff.
Increasing the offences for people importing and exporting these controlled drugs and substances should just be the beginning. Everybody in here should be supportive of that. We face a rising tide of crime in relation to the public health crisis we are facing with opioids. Codeine, fentanyl, OxyContin, hydrocodone, and morphine have become household names as Canadians learn of the extent of this crisis and families suffer losses of their loved ones.
I truly wish that those people who are opposed to having mandatory minimum sentences for individuals who break this law, bring the drugs into the country and distribute them across the country could see how families are torn apart by these drugs.
Diverted pharmaceuticals, fentanyl purchased from China, and stolen horse tranquillizers are finding their way onto Canadian streets with fatal consequences. Most worrying of all is the speed with which illegal opioid sales have grown and the number of overdoses. To put things into perspective, the chief coroner for British Columbia told us at the health committee that the percentage of illicit drug deaths involving fentanyl increased from 5% in 2012 to 60% in 2016. If that is not enough to wake up everybody in the House to the fact that we need to do something to get mandatory minimums in place, I do not know what will wake them up.
It is not just a crisis that affects those who find themselves living without a home, but one that affects Canadians of all ages. Fifty-five thousand Canadian high school students indicated that they had abused opioid pain relievers in the past year. That is a tremendous number.
In Ontario, one in eight deaths of individuals aged 25 to 34 years was found to be opioid-related in 2010. That number will not go down; it will simply go up. Families are being destroyed, communities are being invaded, and all Canadians are experiencing reduced access to health and social services because of the resources required to fight this epidemic. This is a public emergency that hits close to home.
Organized crime has now found a foothold in places and at levels never seen before. When the other side wants to legalize marijuana and when we see what this has done, we can only project what the future will be for organized crime. Even for those people who live in areas free of dealers and opioid users, the effects of this drug in drug crime are still felt in people's access to services.
First responders have had to divert significant resources to address this crisis. Ambulance services, firefighters, police, and hospital emergency rooms are all having resources diverted to address this crisis. This means other crimes committed against local residents are not being investigated. It means ambulances resources are increasingly overworked as they respond to a spike in drug overdoses. It means firefighters now have to additionally consider the chance that what appears to be a simple residential fire may in fact be an illicit and contaminated drug lab, a danger to both their immediate safety and their long-term health.
This says nothing about the increased burden on social services that are already stretched due to the Liberal government's lack of support to local communities.
Mental health workers are already facing an uphill battle against criminal gangs continually pushing all kinds of harmful drugs into the community. If we are to help those most in need, then we also need to fight this crisis at its source and punish those who would wish to continue it. This would bring justice not only to those caught in addiction, but to the sons, daughters, husbands, wives, brothers, and sisters already lost to these lethal street drugs.
I recognize that the opioid crisis is multi-faceted, but Bill C-338 is one key step in cutting off the source. I support the bill because criminal enterprises are not facing harsh enough sentences for diverting legitimate pharmaceuticals to illicit street drugs. Those pushing opioids into our streets and communities need to know that their actions will incur serious penalties.
The House is currently debating Bill C-307, which, through tamper-proof safeguards, would deny illegal manufacturers the easy ability to use legal prescriptions to create illicit substances. Cracking down on this prescription loophole would deter many Canadians from selling their prescriptions for easy profits. If we can increase the possibility of serious jail time for dealing illegal opioids, we can send a message to all criminal enterprises that Canada is a place they should not risk operating in.
I would be the first to admit that this one change would not solve the entire problem. A whole host of changes are required to stop opioids from ending up on our streets. Canada's physicians need to overhaul prescribing practices for opioids. Too many prescriptions are being exploited for criminal profit and manufacturing. We must ensure the quick implementation of measures to allow Canada Border Services Agency employees to check packages smaller than 30 grams, and we must ensure they are properly enforced, as called for by Conservative members. Enforcing this measure would ensure an end to the previously unlimited supply of fentanyl mailed in small packages from China.
The government must also ensure that once we have removed these opioids from the streets and placed the criminals behind bars, these same drugs do not end up infecting our prison populations as well. Canadian prisons are currently facing great problems in keeping these dangerous narcotics out. Correctional Service Canada has reported that now even fentanyl has found its way behind bars, as well as the overdoses connected with it. The government needs to ensure that Correctional Service officers have the proper equipment to deal with this rise in overdoses and do more to keep these drugs out of our prisons.
In conclusion, I would say that we need to tackle the source of this problem, which is the lack of treatment options for those with mental health issues, who, as a result, are left most susceptible to dealers and other criminals. If the ongoing mental health crisis is allowed to continue in our streets, on our reserves, and in our schools and universities, the drug crisis and the criminal enterprises that go with it will only continue to grow.
A national strategy for dealing with this is an absolute priority. Whether it is fentanyl, crystal meth, or the next street drug that is easy to produce and cheap to buy at the heart of this drug epidemic, it is the people who are emotionally hurting. This is why the human face of this epidemic is so heartbreaking to acknowledge. These are vulnerable people who have chosen drugs because they do not have the support and the necessary tools to take on life.
Those who would wish to exploit them for illicit gain must know that they will face the full force of the law and serious jail time. This is why I am asking all members of this House to understand the further pain that opioids are causing to Canadian families and to support this very important piece of legislation, Bill C-338.
Monsieur le Président, je suis heureux de prendre la parole au sujet du projet de loi. Le projet de loi porte sur la partie connue du problème posé par ces drogues.
J'ai entendu ma collègue parler de l'opposition des autres partis aux peines minimales obligatoires. Je sais d'expérience que beaucoup de crimes ont des peines minimales. La conduite avec facultés affaiblies est l'infraction au Code criminel dont les Canadiens sont le plus souvent inculpés et elle encourt des peines obligatoires depuis longtemps. L'infraction en cause équivaut à l'infraction de conduite avec facultés affaiblies.
Le projet de loi s'attaquerait aux personnes qui importent des drogues au Canada dans le seul but de les vendre à des jeunes, en général, qui ne réalisent peut-être pas ce qu'ils ingèrent. Dans bien des cas, les drogues représentent un danger réel pour les premiers intervenants qui ont à s'occuper d'eux, soit les policiers, les pompiers, les ambulanciers et le personnel des hôpitaux.
L'imposition de peines plus sévères aux personnes qui importent et exportent ces drogues et substances désignées devrait n'être qu'un début. Tous les députés devraient être en faveur de cette mesure. Nous sommes confrontés à une multiplication du nombre de crimes en raison de la crise de santé publique due aux opioïdes. La codéine, le fentanyl, l'OxyContin, l'hydrocodone et la morphine sont des noms désormais familiers pour les Canadiens qui découvrent l'ampleur de la crise et les familles qui perdent leurs proches.
J'aimerais vraiment que les gens qui s'opposent à l'idée d'imposer des peines minimales obligatoires aux personnes qui enfreignent cette loi, importent ces drogues au Canada et les distribuent dans l'ensemble du pays puissent voir à quel point ces drogues déchirent les familles.
Les produits pharmaceutiques détournés, le fentanyl acheté en Chine et les tranquillisants pour chevaux volés se retrouvent dans les rues et ont des conséquences mortelles. Ce qui est le plus alarmant, c'est la vitesse à laquelle augmentent l'offre d'opioïdes illégaux et le nombre de surdoses. La coroner en chef de la Colombie-Britannique a informé le comité de la santé que le nombre de décès liés à la consommation illicite de fentanyl était passé de 5 % en 2012 à 60 % en 2016. Si ces données ne suffisent pas à convaincre tous les députés qu'il faut imposer des peines minimales obligatoires, je ne sais pas ce qui pourra leur faire prendre conscience de la situation.
Cette crise ne touche pas seulement les sans-abri, mais les Canadiens de tous les âges. En tout, 55 000 élèves du secondaire ont dit avoir fait un usage abusif d'analgésiques opioïdes au cours de la dernière année. C'est énorme!
Parmi les décès de jeunes Ontariens de 25 à 34 ans qui se sont produits en 2010, un sur huit est lié à la consommation d'opioïdes. Ce nombre n'ira pas en diminuant, mais en augmentant. De nombreuses familles sont détruites; des quartiers et des municipalités sont envahis; l'ensemble de la population a moins accès aux services sociaux et aux services de santé parce qu'une part des ressources sert à lutter contre cette épidémie. Il s'agit d'une urgence publique qui nous touche de près.
Le crime organisé s'est maintenant implanté dans des endroits et à des échelons jamais vus auparavant. Alors que l'autre côté désire légaliser la marijuana et que l'on constate ce qu'une telle mesure a donné ailleurs, nous pouvons prévoir ce que sera l'avenir du crime organisé. Même l'accès aux services des personnes qui vivent dans les régions où il n'y a pas de trafiquants de drogues et de consommateurs d'opioïdes est touché par les effets de cette drogue.
Les premiers intervenants ont dû affecter des ressources considérables pour faire face à la crise. Les services ambulanciers, les pompiers, la police et les salles d'urgence des hôpitaux doivent tous affecter des ressources pour s'attaquer à la crise. Cette situation signifie que les autres crimes commis contre des résidants ne font pas l'objet d'une enquête. Cela veut dire que les services ambulanciers sont de plus en plus surchargés, puisqu'ils répondent à une hausse des surdoses de drogue. De plus, les pompiers doivent désormais envisager la possibilité que ce qui semble être une simple résidence en feu puisse en fait contenir un laboratoire clandestin contaminé, ce qui pose un risque autant pour leur sécurité immédiate que pour leur santé à long terme.
Il ne faut pas oublier non plus que les services sociaux subissent un fardeau accru et qu'ils sont déjà poussés à l'extrême en raison du manque de soutien du gouvernement libéral à l'égard des collectivités.
Les travailleurs en santé mentale livrent déjà une lutte difficile contre les gangs criminels qui revendent continuellement toutes sortes de drogues nocives dans la collectivité. Si nous voulons aider les personnes qui sont le plus dans le besoin, nous devons également combattre cette crise à la source et punir les gens qui souhaitent qu'elle se poursuive. Cela rendrait justice non seulement aux toxicomanes, mais aux fils, aux filles, aux époux, aux épouses, aux frères et aux soeurs déjà décédés à cause de ces drogues de rue mortelles.
Je reconnais que la crise des opioïdes a plusieurs facettes, mais le projet de loi C-338 est une étape clé pour couper l'approvisionnement à la source. J'appuie le projet de loi, car les entreprises criminelles ne sont pas passibles de peines suffisamment sévères lorsqu'elles transforment des produits pharmaceutiques légitimes en drogues de rues illicites. Ceux qui revendent des opioïdes dans nos rues et nos municipalités doivent savoir que leurs actes entraîneront de graves pénalités.
La Chambre étudie actuellement le projet de loi C-307, qui, au moyen de mesures assurant la résistance à l'altération, empêcherait les fabricants illégaux d'utiliser facilement des médicaments sur ordonnance légaux pour créer des substances illicites. Remédier à cette échappatoire empêcherait de nombreux Canadiens de vendre leurs médicaments sur ordonnance pour réaliser facilement des profits. Si nous pouvons accroître la possibilité que la vente d'opioïdes illégaux entraîne une peine d'emprisonnement considérable, nous ferons savoir à toutes les entreprises criminelles que le Canada est un endroit risqué où mener leurs activités.
Je suis le premier à l'admettre: ce changement à lui seul ne réglerait pas le problème. Pour empêcher que les opioïdes se retrouvent dans la rue, il faudrait prendre beaucoup d'autres mesures. Les médecins canadiens doivent revoir leurs façons de faire en ce qui concerne la prescription d'opioïdes. Un trop grand nombre de prescriptions sont détournées vers la fabrication illégale, au profit des criminels. Il faut mettre en oeuvre rapidement les mesures qui permettront aux employés de l'Agence des services frontaliers du Canada de vérifier les envois de moins de 30 grammes et il faut garantir leur application adéquate, comme l'ont demandé les députés conservateurs. Ces mesures mettraient fin à l'approvisionnement illimité de fentanyl en provenance de la Chine, envoyé par la poste dans de petits colis.
Une fois que les opioïdes sont retirés des rues et que les criminels se retrouvent derrière les barreaux, le gouvernement doit également veiller à ce que les mêmes drogues ne circulent pas au sein des populations carcérales. Les prisons canadiennes éprouvent actuellement beaucoup de difficultés à empêcher que ces drogues dangereuses se retrouvent à l'intérieur de leurs murs. Le Service correctionnel du Canada a signalé que même le fentanyl a maintenant réussi à s'infiltrer dans les prisons, ce qui entraîne une vague de surdoses. Le gouvernement doit fournir l'équipement nécessaire aux agents du Service correctionnel pour gérer cette hausse de surdoses et mieux empêcher l'entrée de ces drogues dans les prisons.
En conclusion, je dirais que nous devons nous attaquer au problème à sa source, qui est le manque d'options de traitement pour les personnes atteintes de troubles mentaux qui, de ce fait, sont plus susceptibles de devenir la proie de revendeurs et d'autres criminels. À défaut de remédier à la crise en santé mentale qui sévit actuellement dans les rues, les réserves ainsi que les écoles et les universités, la crise des stupéfiants et les activités criminelles qui l'alimentent ne feront que s'intensifier.
Il nous faut de toute urgence une stratégie nationale pour contrer ce problème. Que la drogue au coeur de cette épidémie soit le fentanyl, la méthamphétamine ou la prochaine drogue de rue facile à produire et peu coûteuse, la crise touche des gens qui portent des blessures émotionnelles. C'est la raison pour laquelle l'aspect humain de cette épidémie est si douloureux à admettre. Ce sont des personnes vulnérables qui se sont tournées vers la drogue parce qu'elles ne reçoivent pas de soutien et qu'elles ne sont pas outillées pour affronter la vie.
Ceux qui veulent les exploiter pour gagner illégalement de l'argent doivent savoir qu'ils devront subir toutes les conséquences prévues par la loi et qu'ils risquent une longue peine d'emprisonnement. C'est la raison pour laquelle je demande à tous les députés de comprendre toute la souffrance que les opioïdes infligent aussi à des familles canadiennes et d'appuyer cette importante mesure législative qu'est le projet de loi C-338.
Collapse
Result: 1 - 1 of 1

Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data