Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 1 of 1
View Yves-François Blanchet Profile
BQ (QC)
Madam Speaker, I would like to start by saying that I will be sharing my time with the most hon. member for Shefford.
We must take time to reflect on the other tragedy being faced by the people of Nova Scotia today. I find it hard to imagine what this senseless trail of violence, played out over some 120 kilometres, is like. This violence, no matter the reason, cannot be justified, and we must focus our minds on understanding how such things could happen and how we can prevent them. Our thoughts and hearts are with the people of Nova Scotia.
We have spent the past few days and hours, and taken up a lot of media time, discussing how we would meet here today, and in many respects, it was a lot of dithering. I sincerely doubt that Canadians and Quebeckers are interested in seeing a bunch of parliamentarians talking to other parliamentarians about parliamentary matters to figure out how to fix them as parliamentarians. Even I am not very interested in that. However, now that we are here, we have a job to do and there are some things we need to address.
Heaven knows that such issues as who will talk the most or the least, who will ask three additional questions on Tuesday or Wednesday afternoon, or whether the House should sit two and a half days instead of two days do have the appearance of being partisan, even if they are not meant to be.
I could have said that I am not really enthusiastic about that and that I do not have much respect for anyone who claims that the Bloc Québécois does not speak on behalf of its constituents. It is almost funny, and I am becoming more familiar with Saskatchewan's sense of humour. People have already expressed their opinions and, at some point, they will have the opportunity to do so again and to choose the person who will best represent them. When that day comes, we will see the impact of this type of rather useless talk.
I have spoken in the media about “tataouinage”. In English Canada, there has been a whole debate about what that word means. The people we represent all know what it means, and perhaps it will be added to dictionaries one day. It means to dilly-dally.
At some point in time we have to move on from this sort of approach. The Conservatives want to negotiate and go on TV. I understand that they need to grow their voter base, but they should not be doing so at the expense of those who are suffering. They are saying that Parliament is an essential service. However, I would like them to name something that is more essential to a lot of people than their health, and banks. I imagine that a typical Conservative would think that banks are essential, and I would like them to find one bank that does not offer virtual banking services.
We are capable of working virtually and sitting remotely, knowing that the Standing Orders require us to be physically present to vote. We will live with that requirement. We could have said that we will come only to vote, but every time would have been “ReFeLeMeLe”, another tricky expression to translate, this one from the group Rock et Belles Oreilles, meaning do it again. Every time, we would have to address the nature of the negotiations, the need for our vote, the fact that we do not agree or that we will claim to disagree, but vote in favour anyway. I would prefer that we focus on bringing in rules for a virtual Parliament, a transition that is bound to happen sooner or later.
I especially want us to focus on our seniors. I have been asking about this for two weeks now. I do not expect the government to acknowledge that the hon. member for Beloeil—Chambly has made demands and that they all need to be met.
The examples we have seen so far show that it worked fairly well. The government has talked to almost everybody, and there is a general sense of urgency and necessity.
I do not want to be the kind of person who takes credit for everything good, but the Bloc Québécois contributed to the wage subsidy, the addition of fixed costs, the recognition of social economy enterprises, and the changes made for growing businesses.
Sadly, when we ask questions about seniors, we do not hear a peep in response. In a pandemic, there is no group more vulnerable than the elderly, especially in terms of health. When it comes to seniors, the numbers do not just speak for themselves; they positively shriek.
Seniors are also more vulnerable economically. That is why we have put forward a number of demands. These demands are not perfect, but we can talk them over. We can study them, adjust them and lay them out. We can do a lot of things. The only thing we cannot do is nothing. We need to do something for seniors.
Since we are gathered here in the House, I will take this opportunity to strongly emphasize the importance of addressing the issues facing seniors.
Our requests have to do with old age security benefits, the guaranteed income supplement, drug prices and Internet access. This has all been clearly explained, and I am confident that the government has been listening.
Allow me to provide some numbers. All told, the government has freed up $250 billion in cash in the context of this crisis, including roughly $107 billion in direct spending. Increasing old age security benefits by $110 a month for seniors in Canada and Quebec for a three-month period would cost $1 billion. That is 250 times less than what has already been committed for so many people, and seniors are the most vulnerable. How has this not already been done?
The Liberals could have returned our phone call to at least talk about it. The last time we did this, we were given a briefing. In a briefing, someone tells us what has already been decided, and we have no say in the matter. We would like to be more involved when it comes to seniors.
Last week I did a very friendly comparison with the oil and gas industry. I do not think Alberta oil workers should have to suffer more than workers in any other industry. They are employees who are working for a business.
I am okay with the way things were, meaning that employees would have their jobs back. I am not saying that I am not somewhat uneasy, but I am sure that my colleague from Laurier—Sainte-Marie is keeping an eye on the situation.
At first glance, investing in cleaning up orphan wells is not a bad idea. Are we subsidizing businesses that should have shouldered their share of the responsibility? Maybe, but at least it is something.
I worry about what happens down the road. We cannot allow this to become a Trojan horse used to pour money into the oil and gas industry. Are our seniors not just as important as oil and gas? That is a question that springs to mind, but the answer is pretty obvious.
I want to raise two other cases that I would like us to discuss.
Most students are not eligible for the Canada emergency response benefit. There are probably several people among us who studied for quite some time. We will recall that having financial anxiety as a student is no joke.
Those young people are experiencing economic anxiety, but there is nothing specifically for them. I do not want the federal government to intervene in areas under provincial jurisdiction, but I do want to see students in Quebec and elsewhere get back the money their parents paid. A measure could be implemented for that. The Canada emergency response benefit should handle it. I will come back to that.
As I said, knowledge and science will enable us to overcome this crisis. We need to recognize what research has to offer. We also need to provide additional support for research.
I will conclude by paraphrasing Jean Gabin. We think we know everything, but the next day we discover that we do not. Basically, any time we think we know something and think we have found a solution to something, that is not necessarily the case.
The crisis is not over, and I hope we will all work together and, more importantly, in good faith.
Madame la Présidente, je voudrais d'abord signifier que je vais partager mon temps avec la très honorable députée de Shefford.
Il est absolument nécessaire de prendre la mesure du drame qui s'ajoute, celui que vivent les gens de la Nouvelle-Écosse aujourd'hui. J'ai peine à fermer les yeux et à imaginer ce que doit être cette traînée de violence insensée sur quelque 120 km. Cette violence, quelle qu'en soit la raison, ne peut pas se justifier et nous devons faire appel à toute notre intelligence pour comprendre comment de telles choses peuvent se produire et comment les prévenir. Nos pensées et notre cœur sont avec les gens de la Nouvelle-Écosse.
Nous avons passé les derniers jours et les dernières heures et sacrifié beaucoup d'espace média à une discussion — qui, à bien des égards, fait figure de tergiversations — sur la manière dont nous allions nous réunir ici aujourd'hui. Je doute sincèrement que les citoyens et les citoyennes du Canada et du Québec s'intéressent beaucoup à des parlementaires qui se parlent en parlementaires de questions de parlementaires pour voir comment ils vont les résoudre comme parlementaires. Même moi, cela m'intéressait assez peu. Cependant, une fois rendus ici, nous avons un travail à faire et nous devons régler un certain nombre de choses.
Même si elles ne se veulent pas partisanes, des questions comme qui va parler le plus ou le moins, qui va poser trois questions de plus le mercredi ou le mardi après-midi, ou s'il faut siéger deux jours et demi au lieu de deux jours, en ont Dieu sait toutes les apparences.
J'aurais pu dire que je n'ai pas grande envie de cela ni beaucoup de respect pour quelqu'un qui prétend que le Bloc ne parle pas au nom de ses électeurs. C'est presque de l'humour et je me familiarise avec celui de la Saskatchewan. Les gens se sont déjà exprimés et, à un moment donné, ils vont avoir l'occasion de s'exprimer de nouveau pour désigner la personne qui parlera le mieux en leur nom. Ce jour-là, on prendra la mesure de ce genre de propos passablement stériles.
Je me suis permis devant les médias de parler de « tataouinage ». Au Canada anglais, il y a eu tout un débat pour savoir ce que voulait dire « tataouinage ». Les gens au nom desquels nous parlons savent tous ce que c'est du « tataouinage ». Les dictionnaires s'en enrichiront peut-être un jour: il s'agit de maudites niaiseries.
À un moment donné, on en arrive à la troisième période de ce genre d'activité. On veut négocier et on veut passer à la télévision. Je comprends qu'il faut nourrir sa base électorale, mais pas au détriment des intérêts de ceux qui souffrent. On dit que le Parlement est un service essentiel. Pourtant, j'aimerais que l'on me nomme quelque chose de plus essentiel que la santé et les banques pour bien des gens. J'imagine qu'un conservateur normalement constitué trouve que les banques sont essentielles, et j'aimerais que l'on m'en trouve une qui ne soit pas virtuelle.
Nous sommes capables de travailler de façon virtuelle et de siéger à distance, même si nous comprenons que le Règlement exige que nous soyons physiquement présents lors des votes. Nous allons vivre avec cette exigence. Nous aurions pu dire que nous ne viendrions que lorsqu’il y aurait des votes, mais cela aurait été chaque fois un « ReFeLeMeLe », pour reprendre une autre expression difficile à traduire, celle-là du groupe Rock et Belles Oreilles. Chaque fois, nous nous serions interrogés sur la nature des négociations, le besoin de notre vote, le fait que nous ne sommes pas d'accord ou que nous allons faire semblant de ne pas être d'accord, et le fait que nous allons voter quand même. J'aimerais mieux que l'on s'attarde à mettre en place les règles d'un Parlement virtuel, une transition par laquelle il va falloir passer.
Je veux surtout que l'on s'attarde à nos aînés. Cela fait deux semaines que j'ai formulé des demandes. Je ne m'attends évidemment pas à ce que le gouvernement se dise que le député de Belœil—Chambly a formulé des demandes et qu'il faut donc toutes les satisfaire.
À ce jour, les exemples démontrent que cela s'est assez bien passé. Le gouvernement a discuté avec à peu près tout le monde, et tout le monde a un sentiment d'urgence et un sentiment de nécessité.
Je ne veux pas dire que lorsque l'été va arriver, ce sera grâce à moi, mais le Bloc québécois a contribué à la subvention salariale, à l'ajout des frais fixes, à la reconnaissance des entreprises de l'économie sociale et aux changements apportés aux entreprises en forte émergence.
Malheureusement, lorsqu'il est question des aînés, il n'y a pas de son, pas d'image, c'est-à-dire que nous n'avons pas de réponses à nos questions. Pourtant, lors d'une pandémie, il n'y a pas plus fragiles que les aînés, surtout sur le plan de la santé, évidemment. Lorsqu'il s'agit des aînés, on peut dire que les chiffres ne parlent pas, mais qu'ils crient, qu'ils hurlent.
De plus, les aînés sont également très fragiles sur le plan économique. Ainsi, nous avons fait un certain nombre de demandes. Ces dernières ne sont pas parfaites, mais nous pouvons en discuter. Nous pouvons les étudier, les moduler et les étaler. Nous pouvons faire beaucoup de choses. La seule chose que nous ne pouvons pas faire, c'est ne rien faire. Il faut faire quelque chose pour les aînés.
Je me permets de profiter de notre présence à la Chambre pour insister fortement sur les enjeux avec lesquels les aînés sont aux prises.
Nos demandes concernent la pension de la Sécurité de la vieillesse, le Supplément de revenu garanti, le prix des médicaments et l'accès à Internet. Tout cela est expliqué clairement, et je suis convaincu que le gouvernement en a pris connaissance.
Je me permets de donner quelques chiffres. Le total des liquidités déployées par le gouvernement dans le cadre de la crise atteint 250 milliards de dollars. Les dépenses directes sont d'environ 107 milliards de dollars. Augmenter la pension de la Sécurité de la vieillesse de 110 $ par mois pour les aînés du Canada et du Québec, pour une période de 3 mois, coûterait 1 milliard de dollars. C'est une proportion de 1/250 de ce qui a déjà été engagé pour des gens qui sont très nombreux, en plus d'être les plus vulnérables de la population. Comment peut-on ne pas l'avoir fait?
On aurait pu retourner le coup de fil et proposer d'en parler. Cependant, la dernière fois que nous avons fait cela, nous avons eu droit à un breffage. Lors d'un breffage, quelqu'un nous parle de ce qui a déjà été décidé, sans que nous ayons notre mot à dire. Nous aimerions être davantage impliqués lorsque cela concerne les aînés.
La semaine dernière, j'ai fait, de façon très amicale, une comparaison avec l'industrie pétrolière. À mon avis, les travailleurs de l'industrie pétrolière de l'Alberta n'ont pas à souffrir davantage que ceux de n'importe quelle autre industrie. Ce sont des employés, et ils travaillent pour une entreprise.
Selon moi, le statu quo ante voulant que les employés retrouvent leur travail est correct. Je ne suis pas en train de dire que je ne suis pas méfiant, mais je suis certain que mon collègue de Laurier—Sainte-Marie veille au grain.
À priori, investir dans la restauration de sites orphelins n'est pas une mauvaise idée. Allons-nous soutenir des entreprises qui auraient dû assumer leur part des responsabilités? Peut-être, mais, au moins, il y a quelque chose là.
Je me méfie de la suite des choses. Il ne faudrait pas que cela devienne le cheval de Troie qui va servir à lancer de l'argent à l'industrie pétrolière. Les aînés ne devraient-ils pas passer au moins en même temps que le pétrole? C'est une question qui m'est venue à l'esprit, mais la réponse me paraît évidente.
Je veux soulever deux autres cas, et j'aimerais qu'on en discute.
La plupart des étudiants n'ont pas accès à la Prestation canadienne d'urgence. Il y a probablement plusieurs personnes parmi nous qui ont étudié assez longtemps. Rappelons-nous que l'anxiété économique pendant les études, ce n'est pas drôle.
Ces jeunes vivent de l'anxiété économique, et il n'y a rien de précis pour eux. À mon avis, il ne s'agit pas de faire intervenir le gouvernement fédéral dans les champs de compétence des provinces, mais plutôt de retourner aux étudiants du Québec et d'ailleurs l'argent payé par leurs parents. Cela pourrait être fait au moyen d'une mesure. La Prestation canadienne d'urgence devrait faire cela. J'y reviendrai.
Comme je l'ai déjà mentionné, ce sont les connaissances et la science qui nous permettront de sortir de la crise que nous vivons actuellement. Il faut reconnaître les apports de la recherche. Il faut aussi offrir de l'aide supplémentaire en matière de recherche.
Je terminerai mon discours en paraphrasant Jean Gabin. On pense tout savoir, mais le lendemain, ce que l'on disait, on ne le sait plus. En effet, chaque fois que l'on pense savoir une chose et que l'on pense avoir trouvé une solution à quelque chose, ce n'est pas nécessairement le cas.
Nous ne sommes pas sortis de la crise, et j'espère que nous travaillerons en collaboration et, surtout, de bonne foi.
Result: 1 - 1 of 1

Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data