Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 1 of 1
View Yves Perron Profile
BQ (QC)
View Yves Perron Profile
2020-03-11 16:54 [p.1954]
Madam Speaker, the Bloc Québécois has always been in favour of free trade. The free market allows for growth that would never be possible in a closed market. Quebec needs free trade agreements to help all of its economic sectors grow and innovate.
For example, after the original NAFTA was implemented in 1994, exports of Canadian fruits and vegetables and fresh fruit to Mexico and the United States increased by 396%. The majority of the exports were to the United States. It is essential that we retain this access.
The new CUSMA will ensure that businesses have continued access to the American market, and it will have benefits for many producers. We recognize that. Some producers will come out on top, in particular grain producers. The improved definition of grain is a positive.
A few minutes ago, my NDP colleague mentioned eliminating the investor-state dispute settlement mechanism. That is another positive. A number of organizations are therefore calling for this agreement to be ratified quickly.
However, there are some sectors that do not benefit from the agreement. They sometimes benefit very little, or not at all, yet they are the economic mainstay of our rural areas, the pillars that support the dynamic use of our vast land. Like culture, these sectors may need an exception. As members may have guessed, I am, of course, talking about our supply management sectors.
We in the Bloc are working constructively and will be long remembered for the solutions we proposed for the aluminum industry. In fact, our Conservative colleague just mentioned that. At some point, the same thing must be done for the sectors under supply management, but we first need to focus on when the agreement will be ratified.
In this agreement, Canada agreed to allow the United States to restrict its exports to third countries. That is unprecedented. We are talking, of course, about milk by-products. I think members are starting to realize that. Milk by-products, such as milk proteins, powdered milk and infant formula, are restricted. Approximately 110,000 tonnes of these products were exported in 2019. The Trump administration managed to include a provision that limits these exports to 55,000 tonnes the first year and 35,000 tonnes the second year. That is unbelievable.
Not only is our dairy sector already losing 3.9% of the market, but all supply-managed sectors are losing market share. Furthermore, restrictions placed on our farmers make it difficult for them to make up their losses by exporting their surplus solid protein to third countries.
Something will eventually have to be done about this, but the first step is to make sure the agreement is ratified after May 1. If the agreement is ratified in April, the clause explains that the agreement will enter into force on the first day of the third month. That means it would enter into force in July.
If the agreement is ratified in May, however, it would enter into force in August. That would make a world of difference, and people need to realize that. The dairy production year starts on August 1. If the agreement starts on July 1, that means the first year of the agreement will only be a month long. Farmers will only have a month to export the 55,000 tonnes. It makes no sense. That is why we have to make sure the agreement is ratified after May 1.
This will not delay the implementation of the agreement, and I am not suggesting that we postpone the ratification of CUSMA until after this session. That is not the issue. The issue is to make sure the agreement enters into force after August 1 so that farmers can start recouping their losses. We will see what we can do after that. Everyone knows that the Bloc Québécois can be creative. We will need to find a solution to this harmful and unacceptable clause.
On another note, we were pleased to read in the news that dairy farmers have begun receiving compensation. Everybody is happy, even the farmers, although it would have made them prouder to produce milk and feed Canadians, which is all they really wanted.
However, certain sectors are still not getting compensation. They are the supply-managed sectors, including the poultry, turkey, hatching egg and table egg sectors.
Representatives of those organizations acted in good faith and were very patient. They sat down with government representatives and presented their numbers. They reached an agreement on the amount of compensation needed last April. This is now March, so it has been almost a year. Nothing has happened since, no sign of anything. There were some meetings last summer, in July and August, maybe because our Liberal Party colleagues wanted to make a campaign announcement. That certainly helps, but nothing ever came of it.
What is holding up this file? Unlike people in the dairy sector, who asked for cash compensation, people in these sectors are asking for compensation in the form of innovation programs and infrastructure upgrades. They also want the option to run a marketing and promotional campaign and funding to support it. It varies from one sector to the next. I listed the four earlier.
I have a question for the House. Is the Government of Canada in the best position to know exactly what each of those sectors needs? Would it not make more sense to give people in those sectors the right to say what they want, what their needs are and what, in their opinion, will help their industries stay competitive and ensure their long-term viability? I think the answer is self-evident: it is up to the people in those sectors to decide.
People in those sectors do not understand. The Bloc Québécois does not understand why there is never any progress. The budget will be tabled soon. We would like to see some numbers. We want to see numbers for this. We want to know what the budget for this is. The government promised compensation for all supply-managed sectors. Settling matters with dairy producers is good, but dairy is just one of five supply-managed sectors, which means there are still four more. We want answers that demonstrate respect for the people working in those sectors, compensation that offsets losses and is comparable to what dairy producers got.
During questions and comments I would like people from the Liberal Party to tell me where we are on this file, because there are some people who are a bit anxious, who are waiting and have concerns. Yesterday, I met with representatives of these sectors, together with my distinguished colleague from Joliette. We want answers. Today, I am asking for answers.
Once this compensation has been paid, we will have to reflect collectively on the importance of these supply-managed industries to the economy, to our rural areas and to the dynamic use of the land. We have to understand the direct impacts these farms have as part of our supply management system, that is, in a protected market that allows us to have quality products, stable income, and food security. We also have to understand the secondary impact on industries that supply goods to these people.
Representatives of these supply-managed sectors told me something that I quite liked, and I want to share it with you. They told me that they are thought of as privileged, when in fact they indirectly pay the rent of the vendors and purchasers they do business with and they provide stability to the economy, a stability that also translates into food security.
The system is already seeing signs of neglect. I hope no one in the House would dare say that the Canadian market is protected. Once the agreement is implemented, 18% of the market will have been ceded to foreign producers. If that is considered a closed market, then I would like to know what an open one is. I think that the supply-managed sectors have done their fair share and it is high time we had legislation to protect them.
We are happy to hear the government's promises. It has assured us that it will not back down and it will be watching Brexit and Mercosur very closely. Still, the government has made similar promises in the past. Unfortunately, public confidence wavers when the government breaks its word. The public then demands more guarantees. Those who made verbal promises but did not keep them are asked to put their promises down on paper and sign them. This paper can then be brought out again. In this case, the paper I am referring to is the bill that my colleague and I introduced to protect supply management.
Madame la Présidente, au Bloc québécois, nous avons toujours été en faveur du libre-échange. Le libre marché nous permet de viser une croissance qui ne serait pas possible dans un marché fermé. Le Québec a besoin d'ententes de libre-échange afin de favoriser le développement et l'innovation de l'ensemble de ses secteurs économiques.
À titre d'exemple, après la mise en place du précédent ALENA, en 1994, les exportations canadiennes de fruits et légumes et de fruits frais vers le Mexique et les États-Unis ont augmenté de 396 %. Les exportations étaient principalement concentrées vers les États-Unis. Il est donc essentiel de conserver cet accès.
Le nouvel ACEUM permet aux entreprises de continuer d'avoir accès au marché américain et apporte des retombées positives pour plusieurs producteurs. Nous en sommes conscients. Certains producteurs y gagnent, notamment les producteurs de grains. Là où il y a une meilleure définition du grain, il y a un gain positif.
Il y a quelques minutes, mon collègue du NPD a fait mention de l'élimination du mécanisme de règlement des différends entre investisseurs et États. C'est également un gain positif. Plusieurs organisations demandent donc une ratification rapide.
Cependant, il y a des secteurs qui ne bénéficient pas de l'entente. Ils en bénéficient parfois très peu, sinon pas du tout. Ces secteurs s'avèrent le pilier de l'activité économique de nos campagnes, c'est-à-dire la base de l'occupation dynamique de notre vaste territoire. Tout comme la culture, ces secteurs auraient peut-être besoin d'une exception. Je parle bien sûr, on l'aura deviné, des secteurs sous gestion de l'offre.
Au Bloc, nous travaillons de façon constructive. On se souviendra longtemps que nous avons proposé des pistes de solution pour l'aluminium. Cela vient d'ailleurs d'être souligné par notre collègue du Parti conservateur. Il faudra, un jour ou l'autre, faire la même chose pour les secteurs sous gestion de l'offre, mais nous devons d'abord porter notre attention sur le moment où l'entente sera ratifiée.
Dans cette entente, le Canada a accepté de se faire limiter ses exportations vers des tiers pays par les États-Unis. C'est du jamais-vu. On parle bien sûr des sous-produits du lait. Je pense d'ailleurs que les gens à la Chambre commencent à en être conscients. Ainsi, les sous-produits du lait, comme les protéines laitières, le lait en poudre et les produits pour nourrissons sont limités. Dans ce domaine, les exportations représentaient environ 110 000 tonnes en 2019. L'administration Trump a réussi à inclure une clause qui limite ces exportations à 55 000 tonnes la première année et à 35 000 tonnes la deuxième année. C'est incroyable.
Non seulement nous perdons déjà 3,9 % de marché dans le secteur laitier, mais tous les secteurs sous gestion de l'offre y perdent. De plus, on se fait limiter la façon dont nos producteurs peuvent se reprendre en exportant leurs surplus de protéines solides dans les tiers pays.
Il faudra ultimement faire quelque chose à cet égard, mais la première étape est de s'assurer que l'entente est ratifiée après le 1er mai. Si l'entente est ratifiée en avril, la clause explique que l'entente entre en vigueur le premier jour du troisième mois. Elle entrerait donc en vigueur en juillet.
Par contre, si l'entente est ratifiée en mai, elle entrerait en vigueur en août. Cela fait toute une différence, et les gens doivent en être conscients. En effet, l'année de production laitière commence le 1er août. Si on a une entente qui débute le 1er juillet, cela veut donc dire que la première année de l'entente va durer seulement un mois. Ils ne disposeront que d'un mois pour exporter les 55 000 tonnes. Cela n'a pas de bon sens. Il faut donc s'assurer que l'entente sera ratifiée après le 1er mai.
Cela ne retarde pas l'application de l'entente, et je ne parle pas de retarder la ratification de l'ACEUM après la présente session. Là n'est pas la question. Il s'agit de s'assurer que l'entente entre en vigueur après le 1er août pour commencer à compenser les pertes. Ensuite, on verra ce qu'on fait avec cela. Tous savent que nous sommes capables d'être inventifs, au Bloc québécois. Il faudra trouver une solution à cette clause néfaste et inacceptable.
Par ailleurs, nous avons été heureux d'apprendre, dans l'actualité, qu'on avait commencé à dédommager les producteurs laitiers. Tout le monde est content, même les producteurs, malgré que ce qu'ils voulaient, eux, c'est produire et nourrir la population dans la fierté.
Toutefois, certains secteurs ne sont pas encore compensés. Ce sont les secteurs sous gestion de l'offre, incluant notamment la production de poulet, de dindon, d'œufs d'incubation et d'œufs de consommation.
Les représentants de ces organismes ont été de bonne foi et très patients. Ils se sont assis avec les représentants gouvernementaux et leur ont présenté leurs chiffres. Ils en sont arrivés à une entente sur le montant des compensations nécessaires en avril dernier. Nous sommes au mois de mars, cela va donc bientôt faire un an. Depuis, il n'y a rien eu, il n'y a eu aucun signal. Il y a bien eu quelques rencontres pendant l'été en juillet et août, peut-être parce que nos collègues du Parti libéral voulaient faire une annonce pour la campagne électorale — c'est sûr que cela aide. Or, cela n'a débouché sur rien.
Qu'est-ce qui bloque ce dossier? Contrairement aux gens du secteur laitier, qui ont demandé une compensation en argent, les gens de ces secteurs demandent une compensation sous forme de programmes d'innovation et de modernisation des infrastructures. Ils demandent aussi d'avoir la possibilité de faire une campagne de promotion et de mise en marché et d'avoir un soutien financier à cette fin. Cela varie d'un secteur à l'autre; j'ai nommé les quatre tantôt.
Je pose une question à la Chambre: est-ce que le gouvernement du Canada est le mieux placé pour savoir exactement quels sont les besoins de chacun de ces secteurs? Ne devrait-on pas plutôt donner le droit aux gens de ces secteurs d'exprimer ce qu'ils veulent, leurs besoins et ce qui, selon eux, va assurer la pérennité et la compétitivité de leurs industries? Je pense que poser la question, c'est y répondre: selon moi, c'est aux gens de ces secteurs de décider.
Les gens de ces secteurs ne comprennent pas. Le Bloc québécois ne comprend pas pourquoi cela ne débouche sur rien. Le budget sera déposé bientôt. Nous aimerions voir des chiffres. Nous demandons à voir des chiffres à ce sujet. Nous voulons que ce soit chiffré. On nous a promis des compensations pour l'ensemble des secteurs sous gestion de l'offre. Le fait de régler la question avec les producteurs laitiers, c'est bien, mais le secteur laitier n'est qu'un des cinq secteurs sous gestion de l'offre. Il en manque donc quatre. Nous voulons des réponses qui respectent les gens de ces secteurs, qui équivaudront aux pertes subies et qui seront bien sûr équivalentes à ce qu'ont reçu les producteurs laitiers.
Pendant ces questions et commentaires, j'aimerais que des gens du Parti libéral me disent où nous en sommes dans ce dossier, parce qu'il y a des gens qui sont un peu angoissés, qui attendent et qui ont des craintes. Hier, je rencontrais justement des représentants de ces industries en compagnie de mon distingué collègue de Joliette. Nous voulons des réponses. Alors, aujourd'hui, je demande des réponses.
Quand on aura obtenu ces compensations, il faudra réfléchir collectivement à l'importance de ces productions sous gestion de l'offre pour l'économie, pour nos campagnes et pour l'occupation dynamique du territoire. Il faut comprendre les répercussions directes qu'ont ces fermes en matière de gestion de l'offre, c'est-à-dire dans un marché protégé qui permet d'avoir un produit de qualité, un revenu stable et une sécurité alimentaire. Il faut aussi en comprendre les répercussions secondaires: des industries fournissent des marchandises à ces gens.
Des représentants de ces secteurs sous gestion de l'offre m'ont dit quelque chose que j'ai aimé et que je vais donc répéter. Ils m'ont dit qu'on les trouve privilégiés, mais qu'en fait, ils paient indirectement le loyer des vendeurs et des acheteurs avec lesquels ils font affaire et qu'ils apportent une stabilité à l'économie, une stabilité qui est aussi alimentaire, une sécurité alimentaire.
On a déjà commencé à laisser aller le système. J'espère que personne à la Chambre ne va oser me dire que le marché canadien est protégé. En effet, après la mise en œuvre de l'Accord, c'est 18 % du marché qui aura été consenti aux producteurs d'autres pays. Si c'est cela, un marché fermé, j'aimerais savoir ce qu'est un marché ouvert. Je pense que les secteurs sous gestion de l'offre ont fourni leur juste part et qu'il est grandement temps de les protéger au moyen d'une loi.
Nous sommes contents des promesses du gouvernement. Ce dernier nous assure qu'il ne cédera pas et qu'il sera très vigilant dans le cadre du Brexit et du Mercosur. Pourtant, on nous a déjà fait des promesses semblables dans le passé. C'est dommage, mais la confiance diminue quand l'autre renie sa parole: les années suivantes, on demande donc plus de garanties. On demande à ceux qui ont fait des promesses verbales, mais qui ne les ont pas tenues, de mettre leurs promesses par écrit sur un papier et de le signer. On pourra par la suite ressortir ce papier. Dans le cas présent, ce papier, c'est le projet de loi que mon collègue et moi avons déposé pour protéger la gestion de l'offre.
Result: 1 - 1 of 1

Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data