Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 1 of 1
View Tom Kmiec Profile
CPC (AB)
View Tom Kmiec Profile
2020-02-25 17:31 [p.1539]
Madam Speaker, I am glad to be joining the debate on the NDP motion. I again thank my constituents for sending me here to represent them in this cathedral of our democracy and to speak to the motion.
When I was looking over both the text of the motion and listening to the debate so far, I like the first part, but I have a problems with the second part. The first part reads:
That the House call on the government to change its proposed tax cuts by targeting benefits to those who earn less than $90,000 per year, and use those savings to invest in priorities that give real help to Canadians...
The first part is a rich mouthful. There is a lot there for Conservatives to agree with. We want to see more tax savings for Canadians with more reasonable means, people who are working class or trying to get into the middle class, a term that the government cannot define although it has a minister responsible for it.
It is the second part I have a problem with. It says, “including dental coverage for uninsured families making less than $90,000 per year.”
That gives me a heavy groan. That is a Yiddish proverb, “A rich mouthful, a heavy groan”. The motion is exactly that.
I could get completely behind the first part. It is rich in a lot of things I would like to see done for Canadians earning less than $90,000.
However, it gives me a heavy groan when I see after the comma what is basically an intervention into a provincial jurisdiction. I am sure every Bloc member will appreciate this, because it is a provincial jurisdiction. It is up to our provinces to provide this. The Alberta government provides 21 different public service plans in health care, including drug plans and mental health plans that are created for our residents.
Let us talk numbers. My colleague who spoke before me talked about numbers. We have a $26.6 billion deficit. We are accumulating debt for future generations to pay off.
If we go back to budget 2015, it expected $263.2 billion worth of spending. Budget 2019 said that by the 2022-23 fiscal year, we would be spending $358.4 billion. That is an incredible increase in financial resources that the Government of Canada is expending. We do not have a surplus in any of those years. It is all debt and deficit spending.
This is where I start having problems. When I look at these numbers, in budgets 2015, 2019 and 2020, we would be spending about $302.6 billion. Budget 2019 actually showed that we were spending $329.4 billion. We have a structural deficit in the country. The government is spending more money on programs than it is bringing in.
I want tax cuts, especially for lower-income Canadians. It is targeted at the right place. The NDP has it right at the beginning of the motion and then completely loses the story on the back end when we look at the numbers and what is going on with public finances.
I have looked at the main estimates and old age security payments for 2019-20 are $42.7 billion. It is one of the biggest programs in government right now. Guaranteed income supplement payments are $12.8 billion. Looking at these numbers, what strikes me the most is that in the past two years old age security has gone up by $4.5 billion in spending. That curve does not go down; it just keeps getting bigger and bigger.
This is usually targeted toward low-income seniors who are receiving these payments. Obviously, we want to do right by our seniors who helped build this great country and set us on the right path to build an even greater country. Whatever we can do to make Canada better is something for which we should be striving. The problem is that we need to bring in enough revenue to pay for all these things.
The government in the last little while has announced $41.3 billion of new spending over five years, unbudgeted in any way. It is absolutely ridiculous. How can we make right by people?
The previous member from Saskatchewan mentioned Roy Romanow. He was on a West of Centre podcast. He talked about fiscal responsibility, ensuring savings and thrift in government. These are all things with which I agree. Those Prairie NDPers are cut from a different cloth. It is a cloth that I sometimes agree with, not always but sometimes, especially at the provincial level. On the podcast, he said that when he took over the Saskatchewan government, it had $14 billion in debt. He talked about the reality.
He said that if we do not get out of debt when we have a deficit and are accumulating more debt, decisions will be made by those who lend out money: bankers. They will make the decisions for us. Bondholders will be making public-policy decisions for us, because as credit ratings begin to downgrade, as the Moody's of the world, financial investors and speculators start making judgment calls on whether we are running our finances correctly, they will constrain our ability to make the right decisions for the residents in our provinces.
I will give the House an example from my province of Alberta.
In 1990, when Premier Ralph Klein took over government, there was a terrible situation: a massive deficit, a large volume of debt. At that time, he tasked Stockwell Day and Jim Dinning, successive treasurers, to get him back on track. It required the closure of entire government departments. They were not doing this because they had some great love for putting civil servants out of work. They did so because those who were lending them money told them they would not lend out one more penny. They hit the debt wall.
What happens when we hit the debt wall? We are incapable of borrowing and of paying debt interest. When debt interest becomes the second largest line item in our budget, we have a spending problem and we have to stop. Those who suffer the most when those decisions have to be made are those who earn less than $90,000. They are lucky if they have an income. Usually they are losing their jobs at that moment.
There came an oil and gas boom on the royalty side, specifically for natural gas, that helped Alberta get itself out of debt. By 2002-03, Alberta had paid its debt in full. There was a great sign that Ralph Klein used to hold. He was proud of it. That is an important image to remember. It has happened to provinces before, and there is no reason why it cannot happen to the federal government.
One of my constituents sent me an email about the unconstitutional carbon tax. The Court of the Queen's Bench in Alberta has decided to call it a constitutional Trojan horse. We all knew this from the start. It was just an attempt to get more revenue into government coffers.
I remember this discussion at finance committee and asking a question about it, the same question that Leon in my riding asked: When are Albertans going to get a complete refund of every single dollar they have spent on this unconstitutional carbon tax in their province? I am not talking about the rebate. I am talking about 100% of the cost that was imposed, basically illegally, on Albertans, in my home province. That is what I want to know from the government. I want to hear the Liberals answer this question.
Difficult decisions were made by Roy Romanow, who was mentioned by the previous member. Premier Romanow had to close 52 rural hospitals. He said this on the podcast and I had to look it up afterward. I am guessing that did not make him a very popular premier, which he readily admitted afterwards, but service delivery had obviously changed in health care and those were difficult decisions to make. Those are not decisions I want to see a future government constrained by because bondholders, bankers and speculators are betting on whether Canada can pay off its debt and betting on whether Canada will ever get into a position where the deficit has been reduced to zero and we are on track to returning some of the money.
There is no great recession going on right now worldwide. There is no reason we cannot return to a surplus budget. There is only one political reason for it: The Liberal government is incapable of stopping its spending.
To return to my Yiddish proverb, “a rich mouthful”, the motion gets this right. People earning under $90,000 a year deserve greater attention from the government to lighten their tax burden. Working-class families, single-income families and single-parent families do not need to pay more in taxes. They should be paying less. The problem is that establishing a new government program now, after $41.3 billion of more spending, is the wrong way to go.
I hope other members in the House will reflect upon these numbers. We are in a bad fiscal situation. Eventually, the big companies that do the ratings will take away our AAA credit rating. I do not want to be here when a government has to announce large budgetary cutbacks.
Just to repeat, this is provincial jurisdiction. It is up to a province to decide how it wishes to spend its money. It is not for the federal government to intervene in what should otherwise be completely up to the provinces to determine.
Madame la Présidente, je suis heureux de participer au débat sur la motion du NPD. Je remercie encore une fois les électeurs de ma circonscription de m'avoir élu pour les représenter dans le temple de notre démocratie et pour pouvoir prendre la parole au sujet de cette motion.
En lisant la motion et en écoutant le débat jusqu'à maintenant, je dois dire que j'aime la première partie, mais la deuxième me pose problème. La première partie se lit comme suit:
Que la Chambre demande au gouvernement de modifier les réductions d’impôts proposées en s’efforçant de procurer des avantages aux personnes qui gagnent moins de 90 000 $ par année et d'utiliser ces économies pour investir dans des priorités qui apportent une aide réelle aux Canadiens.
La première partie est une grande bouchée. Elle renferme bien des choses qui plaisent aux conservateurs. Nous voulons voir les Canadiens ayant des revenus raisonnables payer moins d'impôt, les gens qui font partie de la classe moyenne ou qui s'efforcent d'en faire partie, un terme que le gouvernement ne peut pas définir, même en ayant une ministre qui en est responsable.
C'est la deuxième partie qui me pose problème, quand on dit: « y compris l’assurance des soins dentaires des familles qui n’ont pas d’assurance et dont le revenu annuel est inférieur à 90 000 $ ».
Cela m'incite à pousser un profond grognement. Il y a un proverbe yiddish qui dit: « Une grande bouchée, un profond grognement. » C'est exactement à cela que me fait penser la motion.
Je pourrais appuyer sans réserve la première partie de la motion. Elle laisse entrevoir tout plein de choses que j'aimerais que l'on fasse pour les Canadiens qui font moins de 90 000 $ par année.
Cependant, la partie qui fait suite à la virgule me fait pousser un profond grognement, car il s'agit essentiellement d'un empiétement dans un champ de compétence provinciale. Je suis convaincu que tous les députés du Bloc conviendront avec moi qu'il s'agit d'un champ de compétence provinciale. Il incombe aux provinces d'intervenir dans ce domaine. Le gouvernement de l'Alberta administre 21 régimes publics différents de soins de santé, dont des régimes d'assurance-médicaments et de santé mentale destinés aux résidants de cette province.
Parlons chiffres. Le député qui est intervenu avant moi a cité des chiffres. Le déficit atteint 26,6 milliards de dollars. Le pays accumule une dette que les générations futures devront rembourser.
Le budget de 2015 prévoyait des dépenses de 263,2 milliards de dollars. Dans le budget de 2019, le gouvernement a dit que, d'ici l'année financière 2022-2023, il dépenserait 358,4 milliards de dollars. Le gouvernement du Canada a décidé d'augmenter ses dépenses de façon spectaculaire. Il n'y aura aucun excédent au cours de ces années; ces dépenses viendront tout simplement alourdir la dette et le déficit.
C'est ici que je commence à voir des problèmes. Selon les chiffres indiqués dans les budgets de 2015, 2019 et 2020, nous dépenserions environ 302,6 milliards de dollars. Or, selon le budget de 2019, nous avons dépensé 329,4 milliards de dollars. Le Canada a un déficit structurel. Les dépenses de programme faites par le gouvernement sont supérieures aux recettes de l'État.
Je veux des réductions d'impôts, surtout pour les Canadiens à faible revenu. La motion cible le bon point à améliorer. Le début de la motion est bon, mais force est de constater, lorsqu'on tient compte des chiffres et de l'état des finances publiques, que le NPD fait complètement fausse route à la fin de motion.
J'ai examiné le budget principal des dépenses, et les versements au titre de la Sécurité de la vieillesse pour 2019-2020 s'élèvent à 42,7 milliards de dollars. Il s'agit actuellement d'un des programmes les plus importants du gouvernement. Les versements au titre du Supplément de revenu garanti s'élèvent à 12,8 milliards de dollars. Lorsque je regarde ces chiffres, ce qui me frappe le plus, c'est que les dépenses au titre de la Sécurité de la vieillesse ont augmenté de 4,5 milliards de dollars au cours des deux dernières années. L'augmentation ne faiblit pas; elle ne fait que s'accentuer.
Ce programme est généralement axé sur les aînés à faible revenu qui touchent ces versements. De toute évidence, nous voulons bien traiter nos aînés qui ont contribué à bâtir notre beau pays et qui ont ouvert la voie pour que nous bâtissions une nation encore plus grande. Peu importe ce que nous pouvons faire pour que le Canada soit un pays encore meilleur, c'est un but que nous devrions avoir en commun. Le problème est que nous avons besoin d'engendrer suffisamment de revenus pour payer pour tout cela.
Il n'y a pas si longtemps, le gouvernement a annoncé 41,3 milliards de dollars en nouvelles dépenses échelonnées sur cinq ans, non prévues au budget d'aucune façon. C'est absolument ridicule. Comment pouvons-nous être équitables à l'égard de la population?
Le député de la Saskatchewan qui pris la parole tout à l'heure a mentionné Roy Romanow, qui a participé à un balado de la série West of Centre. Il a parlé de responsabilité financière, de l'importance pour le gouvernement de faire des économies et d'épargner. Ce sont des points avec lesquels je suis d'accord. Les néo-démocrates des Prairies ont des idées différentes. Je suis parfois d'accord avec eux, pas toujours, mais parfois, particulièrement à l'échelon provincial. Dans le balado, il a déclaré que lorsqu'il est arrivé au pouvoir en Saskatchewan, la dette de la province s'élevait à 14 milliards de dollars. Il a parlé de cette réalité.
Il a expliqué que si nous ne nous sortons pas de l’endettement, en continuant à accumuler les déficits et les nouvelles dettes, alors les décisions seront prises par ceux qui nous prêtent cet argent: les banquiers. Ce sont eux qui prendront les décisions à notre place. Les créanciers obligataires prendront les décisions en matière de politiques publiques à notre place. En effet, lorsque notre cote de crédit commencera à baisser, les Moody’s de ce monde, les investisseurs financiers et les spéculateurs commenceront à se demander si nous gérons correctement nos finances et entraveront notre capacité à prendre les bonnes décisions pour les citoyens de nos provinces.
Je vais donner à la Chambre un exemple tiré de ma province, l’Alberta.
En 1990, lorsque le premier ministre Ralph Klein a pris le pouvoir, la situation était terrible: il a hérité d’un énorme déficit et d’une dette colossale. À l’époque, il a confié à Stockwell Day et à Jim Dinning, qui se sont succédés à la trésorerie, la tâche de remettre l’économie de la province sur les rails. Cela a nécessité la fermeture complète de services entiers de la province. Ils n’ont pas pris cette mesure parce qu’ils aimaient mettre des fonctionnaires au chômage: ils l’ont fait parce que les créanciers les ont avertis qu’ils ne prêteraient pas un sou de plus. Ils se sont heurtés au mur de la dette.
Qu'arrive-t-il quand on heurte le mur de la dette? On est incapable d'emprunter et de rembourser les intérêts sur la dette. Quand les intérêts sur la dette deviennent le deuxième poste du budget en importance, on a un problème de dépenses et il faut arrêter. Les personnes qui souffrent le plus quand il faut prendre ce genre de décisions sont celles qui gagnent moins de 90 000 $ par année. Elles sont chanceuses si elles conservent un revenu. Habituellement, elles perdent leur emploi à ce moment-là.
Par la suite, un boum pétrolier et gazier, surtout dans le secteur du gaz naturel, a permis à l'Alberta de percevoir beaucoup de redevances et de se sortir de l'endettement. En 2002-2003, l'Alberta avait remboursé sa dette au complet. Ralph Klein avait l'habitude de brandir une grande affiche. Il en était fier. Il est important de se souvenir de cette image. Une province y est déjà arrivée, et il n'y a aucune raison pour que le gouvernement fédéral n'y arrive pas.
L'un de mes concitoyens m'a envoyé un courriel au sujet de la taxe inconstitutionnelle sur le carbone. La Cour du banc de la Reine de l'Alberta a décidé de la qualifier de cheval de Troie constitutionnel. Nous le savions tous d'entrée de jeu. Ce n'était qu'une tentative pour renflouer les coffres du gouvernement.
Je me souviens d'une discussion qui s'est tenue au comité des finances et d'une question qui a été posée à ce sujet, la même que Léon a posée dans ma circonscription: Quand les Albertains vont-ils se faire rembourser chaque dollar qu'ils ont payé pour cette taxe sur le carbone inconstitutionnelle dans leur province? Je ne parle pas du remboursement. Je parle de la totalité du coût qui a été imposé, essentiellement illégalement, aux résidants de ma province. C'est ce que je demande au gouvernement. Je veux entendre les libéraux répondre à cette question.
L'intervenant précédent a parlé du premier ministre Roy Romanow, qui a dû prendre en son temps des décisions difficiles. Il a dû fermer 52 hôpitaux dans des régions rurales. Il l'a dit dans la baladodiffusion et j'ai dû chercher l'épisode par la suite. Je suppose que cette mesure ne l'a pas rendu très populaire, ce qu'il a volontiers admis plus tard. La prestation de services avait manifestement changé dans le secteur des soins de santé et ce fut des décisions difficiles à prendre. Je ne souhaite à aucun gouvernement d'avoir à prendre ce genre de décisions, car les titulaires d'obligations, les banquiers et les spéculateurs parient sur la capacité du Canada à rembourser sa dette et à éponger son déficit.
À l'heure actuelle, il n'y a pas de grande récession dans le monde. Je ne vois pas pourquoi on ne pourrait pas rétablir l'équilibre budgétaire. En fait, la seule chose qui nous empêche de le faire, c'est le gouvernement libéral, qui est incapable de mettre un frein à ses dépenses.
Je reviens au proverbe yiddish de la « grande bouchée ». Les personnes qui gagnent moins de 90 000 $ par année méritent que le gouvernement allège leur fardeau fiscal, comme le dit la motion. Les familles de la classe ouvrière, à revenu unique et monoparentales n'ont pas besoin de payer plus d'impôts. Au contraire, elles devraient en payer moins. Le problème, c'est que ce n'est pas le moment d'instaurer un nouveau programme gouvernemental, après que des dépenses de 41,3 milliards de dollars viennent d'être engagées.
J'espère que les autres députés se pencheront sur ces chiffres. Nous sommes dans une mauvaise situation financière. Ce qui va finir par arriver, c'est que les grandes sociétés qui attribuent des cotes de crédit vont nous retirer notre cote « AAA ». En tant que député, je ne veux pas être témoin de l'annonce d'importantes compressions budgétaires par un gouvernement.
Je tiens à répéter que cette question est de compétence provinciale. Il revient aux provinces de déterminer comment elles veulent dépenser leur argent. Le gouvernement fédéral ne devrait absolument pas se mêler de cela.
Result: 1 - 1 of 1

Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data