Hansard
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Consult the user guide
For assistance, please contact us
Add search criteria
Results: 1 - 1 of 1
View Darrell Samson Profile
Lib. (NS)
Mr. Speaker, I will be sharing my time with the member for Niagara Centre.
I am pleased to participate in the debate on the opposition motion on employment insurance and sick benefits.
For starters, I want to say that our government is not blind to the financial difficulties that Canadians may face during the most challenging times of their lives. On the contrary, we take them very seriously. Health problems can change a person's ability to earn a living at any time.
We know that far too many Canadians are coping with serious illnesses, and are worried about being able to get the treatments they need and ending up relying on their families. A serious health problem can disrupt all aspects of their lives, whether it is a chronic or life-threatening illness, such as cancer, mental health illness, stroke, heart attack, etc.
We know that workers and their families face difficult, stressful situations because of this, particularly if they are also dealing with financial burdens. That is why we made changes to the employment insurance plan to make it more responsive to Canadians' actual circumstances.
First, I would like to highlight the employment insurance sickness benefit, which is an important measure supporting Canadians who are unable to work because of illness, injury or quarantine. It allows workers time to restore their health so that they can return to work.
Today, under the Employment Insurance Act, eligible claimants can receive sickness benefits for a maximum period of 15 weeks. Recipients have the flexibility to use their 15 weeks of sickness benefits during the 52-week benefit period. For example, in 2017-18, a total of approximately $1.7 billion in sickness benefits was paid to over 412,000 claimants.
Of that number, 64% of recipients did not use the full 15 weeks of benefits to which they were entitled. That being said, some recipients use up 15 weeks before they are able to return to work, and we are sensitive to the experiences of these Canadians and their families. That is why our government is committed to extending the EI sickness benefits from 15 weeks to 26 weeks in order to help workers pay the bills while they rest and recover.
The proposed extension would support Canadians who are diagnosed with a serious illness like cancer and who need to take time off from their jobs to receive treatment. Sickness benefits are a short-term income replacement measure for temporary absences from work.
It is important to note that in cases of chronic and long-term illness, workers also have other financial support measures at their disposal; for example, Canada pension plan disability benefits, private insurance plan benefits and support from provinces and territories.
Since 2016, our government has improved the flexibility of the employment insurance special benefits, which include maternity leave, parental benefits, sickness benefits, compassionate care benefits and family care benefits. Today, millions of Canadians provide informal care and support for critically ill family members. Canadians told us what they wanted, and we found ways of being more flexible and more inclusive for all families.
We announced special measures in budget 2017 to make it easier for caregivers to access EI benefits and give families more flexibility. These measures are making a real difference in the lives of Canadians.
One example is the creation of the new employment insurance family care benefit for adults.
This new benefit has made a huge difference in the lives of many hard-working Canadians who must take time off work to care for a loved one. This benefit of up to 15 weeks allows caregivers to provide care for a critically ill or injured adult family member.
I would also like to point out that, for the first time, immediate and extended family members of children who are critically ill have access to a maximum of 35 weeks of benefits, which was previously accessible only to parents.
This goes beyond the immediate family and relatives to individuals who are not relatives but are considered to be like family. For example, neighbours could be eligible to receive the benefits to provide care for a critically ill child. Caregivers can share the available weeks of benefits at the same time or at a separate time. It is estimated that approximately 22,000 families have accessed the new EI caregiving benefit since its creation.
Another very important aspect applies to caregivers of both children and adults. More specialists, family physicians and even nurse practitioners will now be authorized to sign medical certificates confirming that a child or adult is critically ill or injured.
This also applies to caregivers who access compassionate care benefits while providing care, including end-of-life care, for a child or adult family member.
This change makes the administrative process easier while allowing Canadians to focus on what really matters, being at the side of their loved ones. Every Canadian situation is unique, with different family and work needs, but every Canadian family deserves our support. That is why the EI benefit is now more flexible and more inclusive for Canadians.
In conclusion, what matters most to us is family. When a family member needs help, people must be able to provide care, and we must support these caregivers. We are committed to offering EI benefits that are more flexible, inclusive and, of course, accessible.
Our government promised Canadians that we would support parents and caregivers, and that is exactly what we are doing.
Monsieur le Président, je vais partager mon temps de parole avec le député de Niagara-Centre.
Je suis heureux de participer au débat sur la motion de l’opposition sur les prestations de maladie de l’assurance-emploi.
Pour commencer, j'aimerais souligner que notre gouvernement ne fait pas la sourde oreille quant aux problèmes financiers que peuvent vivre les Canadiens pendant les moments les plus difficiles de leur vie. Au contraire, nous les prenons très au sérieux. Les problèmes de santé peuvent à tout moment changer la capacité des personnes de gagner un salaire.
Nous savons que beaucoup trop de Canadiens sont atteints de maladies graves et s’inquiètent de ne pouvoir obtenir les traitements dont ils ont besoin et de finir par être dépendants de leurs familles. Un problème de santé grave peut chambouler toute leur vie, qu’il s’agisse d’une maladie chronique ou d’une maladie potentiellement mortelle, comme le cancer, une maladie mentale, un AVC, une crise cardiaque ou une autre maladie.
Nous savons que les travailleurs et leurs familles vivent des situations difficiles et stressantes à cause de cela, en particulier si un fardeau financier s’y ajoute. C’est pourquoi nous avons apporté des changements au régime d’assurance-emploi afin de le rendre plus adapté aux circonstances réelles vécues par les Canadiens.
J’aimerais d’abord souligner que les prestations de maladie de l’assurance-emploi sont une mesure importante qui vient en aide aux Canadiens qui ne peuvent travailler à cause d’une maladie, d’une blessure ou d’une mise en quarantaine. Cette mesure permet aux travailleurs de se rétablir pour être en mesure de retourner au travail.
Aujourd’hui, en vertu de la Loi sur l’assurance-emploi, des prestations de maladie peuvent être versées aux demandeurs admissibles pour une période maximale de 15 semaines. En outre, les bénéficiaires ont la flexibilité d’utiliser leurs 15 semaines de prestations de maladie pendant la période de prestation de 52 semaines. Par exemple, en 2017-2018, un montant total d'environ 1,7 milliard de dollars en prestations de maladie a été versé à plus de 412 000 bénéficiaires.
De ce nombre, 64 % des prestataires n’ont pas réclamé toutes les 15 semaines de prestations auxquelles ils avaient droit. Cela dit, certains prestataires ont besoin des 15 semaines au complet avant de pouvoir retourner au travail, et nous comprenons les difficultés que vivent ces Canadiens et leur famille. C’est pourquoi le gouvernement s’est engagé à faire passer les prestations de maladie de l’assurance-emploi de 15 à 26 semaines afin d’aider les travailleurs à payer leurs factures pendant qu’ils se reposent et se rétablissent.
Le prolongement proposé soutiendrait les Canadiens qui ont reçu un diagnostic de maladie grave comme le cancer et qui ont besoin de prendre un congé de leur travail pour recevoir des traitements. Les prestations de maladie constituent une mesure de remplacement de revenu à court terme pour les absences temporaires du travail.
Il convient de signaler que, dans les cas de maladie chronique et de longue durée, les travailleurs disposent également d’autres mesures de soutien financier, comme les prestations d’invalidité du Régime de pensions du Canada, les prestations de régimes d’assurance privés et le soutien des provinces et des territoires.
Depuis 2016, le gouvernement a assoupli les modalités des prestations spéciales de l’assurance-emploi, qui comprennent le congé de maternité, les prestations parentales, les prestations de maladie, les prestations de compassion et les prestations pour soins familiaux. Aujourd’hui, des millions de Canadiens prodiguent des soins et fournissent un soutien informels aux membres de leur famille qui sont gravement malades. Les Canadiens nous ont exprimé leurs besoins, et nous avons trouvé des façons d’être plus souples et plus inclusifs pour toutes les familles.
Dans le budget de 2017, nous avons annoncé des mesures spéciales pour faciliter l’accès des aidants naturels aux prestations d’assurance-emploi afin d’offrir plus de flexibilité aux familles. Ces mesures ont aujourd’hui une incidence réelle sur la vie des Canadiens et des Canadiennes.
Citons en exemple la création de la nouvelle prestation pour soins familiaux de l’assurance-emploi qui s’appliquent aux adultes.
Cette nouvelle prestation fait une différence énorme dans la vie de bon nombre de Canadiens qui travaillent fort, mais qui doivent aussi s’absenter du travail pour prendre soin de leurs proches. Cette prestation, qui va jusqu’à 15 semaines, permet aux aidants naturels de fournir des soins à un membre adulte de leur famille qui est gravement malade ou blessé.
J’aimerais aussi souligner que, pour la première fois, des membres de la famille immédiate et élargie d’enfants qui sont gravement malades ont accès à un maximum de 35 semaines de prestations, ce qui n’était auparavant accessible qu'aux parents.
Cette mesure va au-delà de la famille immédiate et des membres de la famille et s’étend à des personnes qui ne sont pas des membres de la famille, mais qui sont considérées comme tels. Par exemple, des voisins pourraient être admissibles aux prestations pour s’occuper d’un enfant gravement malade. Les aidants naturels peuvent partager les semaines de prestations disponibles en même temps ou à un autre moment. On estime qu’environ 22 000 familles ont eu accès à la nouvelle prestation d’assurance-emploi aux aidants naturels depuis sa création.
Un autre point très important s’applique autant aux aidants naturels d’enfants qu’aux aidants naturels d’adultes. Plus de médecins spécialisés, de médecins de famille, ou même d’infirmières praticiennes seront désormais autorisés à signer le certificat attestant que l’enfant ou l’adulte est gravement blessé ou malade.
Cela s’applique également aux aidants naturels qui touchent des prestations de compassion pendant qu’ils donnent des soins ou un soutien en fin de vie à un membre de la famille, un enfant ou un adulte.
Ce changement facilite le processus administratif tout en permettant aux Canadiens de se concentrer sur ce qui importe vraiment, c’est-à-dire être aux côtés de leurs proches. Chaque situation est unique et elle comporte des besoins familiaux et professionnels différents, mais chaque famille canadienne mérite notre soutien. C’est pourquoi les prestations d’assurance-emploi sont maintenant plus souples et plus inclusives pour les Canadiens.
En conclusion, la famille est ce qui compte le plus pour nous. Lorsqu’un membre de la famille a besoin d’aide, nous devons être en mesure de prendre soin de lui et nous devons assurer le bien-être de ces gens. Nous sommes déterminés à offrir des prestations de l’assurance-emploi plus flexibles, inclusives et, bien sûr, accessibles.
Notre gouvernement a promis aux Canadiens et aux Canadiennes de soutenir les parents et les aidants naturels. C’est exactement ce que nous faisons.
Result: 1 - 1 of 1

Export As: XML CSV RSS

For more data options, please see Open Data