Interventions in the House of Commons
 
 
 
RSS feed based on search criteria Export search results - CSV (plain text) Export search results - XML
Add search criteria
View Elizabeth May Profile
GP (BC)
View Elizabeth May Profile
2019-06-20 12:20 [p.29469]
Mr. Speaker and dear friends, the hon. member for Langley—Aldergrove can now be addressed by his real name, because he has passed from us.
Mark Warawa was a dear friend of mine, and I want to identify some things about my experience of knowing Mark, in expressing my deep condolences to Diane.
One thing I noticed right away about Mark is that it was Mark and Diane. There is a plane that leaves Vancouver to bring B.C. MPs to Ottawa every week, and sometimes I call it the school bus. If there was a spouse who was almost always there, it was Diane. I think she travelled to Ottawa with Mark more often than most.
I know how hard this is right now. As we know, Mark is in the arms of our Lord, and it is Diane to whom we send our prayers and deepest condolences, so she may have strength in this difficult time.
This is how I knew Mark. I was elected to this place in 2011. From 2006 to 2011, before I was elected, Mark Warawa had the title of Parliamentary Secretary to the Minister of Environment. I worked with him often. I talked to him often. Although we did not agree on policy, his personal commitments were clear. He and Diane had done many things in their own home: They had solar panels; they composted. He could go on and on. He really was committed to doing things in his own life to make this a better world.
He also created a local award in Langley for environmental heroes. It mattered to him. He did things in his own way. He never would have thwarted policies of his own party; I am not suggesting that at all. He was committed, and he took the time to talk to me and, as we have heard, always in respectful ways.
When I was elected, I got to know Mark in a whole new way. I hope Canadians will be happy to know such a thing exists, as we do not talk about it very much here, but the one truly non-partisan thing that happens in this place, every single Wednesday at 7 a.m., is that we gather in prayer. My brother from Battle River—Crowfoot looks at me and I am going to start crying. It keeps me going, goodness knows, to know that despite the fact that we may not agree on anything, we are able to love each other.
I loved Mark. He was so clear, focused and devoted to the Lord in his day-to-day life and, as we have heard from other members from other parties, in how he conducted himself in this place.
He had real courage. One thing we have talked about lately at the procedure and House affairs committee is how to reduce the role of the party whips in controlling what happens here. A lot of people talk about it, but in my eight years of experience, Mark Warawa was the bravest in standing up against a party whip. He told us that when he was going to give his Standing Order 31 statement, he was told by the whip he was not allowed to bring it forward. At the time, the Speaker ruled on that. Eleven other members of Parliament, including many members of Mark's party, stood up to agree with him.
I just want it remembered that Mark stood up for democracy in this place, when he could have been afraid, when he could have taken the easy route and not thwarted his party whip. He had confidence in the right of all members of Parliament in this place to speak to what was in their hearts and say what they wanted to say in their own 60-second opportunity every few months. He stood up on principle and asked for the Speaker to rule that his rights had been violated. That was brave.
Of many things about Mark Warawa's life, he will be remembered. As we heard from the member for Abbotsford, he was a community champion, working at the local level and municipal government before coming to this place. As the member for Skeena—Bulkley Valley so rightly said, he was someone known for his kindness. I also want him remembered for his willingness to reach across party lines.
There was a moment, and this is my last story, when a student from Langley contacted me. He was on an adventure in citizenship program. He said that he was supposed to have lunch with his own MP, but since he was not a Conservative, he wanted to meet me. I said to him, “Your MP is a great guy. I think you should have lunch with both of us.” I asked Mark, and he said, “Absolutely, let's both take our student to lunch.”
We had this wonderful, wide-ranging conversation about environmental goals. I could see this young high school student's eyes light up because he realized he did not have to be a Conservative to love his MP. He just had to know him and know that he really was doing the best he could by his own lights every day. Then, in a truly generous gesture, Mark picked up the tab. That does not happen every day, around here or anywhere.
God bless you, Mark. God, greet one of your wonderful spirits, a soul who has served you well. Give him eternal rest. Let light perpetual shine upon him. Thank you, Lord, that we came to know him and call him friend.
Monsieur le Président, chers collègues, nous pouvons maintenant parler du député de Langley—Aldergrove en utilisant son propre nom, puisqu'il nous a quittés.
Mark Warawa était un bon ami. J'aimerais aujourd'hui évoquer quelques souvenirs de lui, et aussi présenter mes condoléances à Diane.
J'ai tout de suite remarqué une chose, et c'est à quel point Mark et Diane étaient proches. Les députés de Colombie-Britannique prennent chaque semaine le même avion pour faire le trajet de Vancouver à Ottawa; je l'appelle parfois l'autobus scolaire. S'il y avait un conjoint qui était presque toujours là, c'était Diane. Je crois qu'elle se rendait à Ottawa avec Mark plus souvent que la plupart des autres.
Je sais combien c'est dur en ce moment. Comme nous le savons, Mark est dans les bras de notre Seigneur, et c'est à Diane que nous dédions nos prières et offrons nos plus sincères condoléances, afin qu'elle trouve en elle la force de faire face à ces moments difficiles.
Voici comment j'ai connu Mark. J'ai été élue à la Chambre des communes en 2011. De 2006 à 2011, avant mon élection, Mark Warawa était secrétaire parlementaire du ministre de l'Environnement. J'avais souvent à travailler avec lui et je lui parlais régulièrement. Même si nous ne nous entendions pas sur les politiques, ses engagements personnels étaient clairs. Diane et lui faisaient beaucoup de choses à la maison: ils avaient des panneaux solaires et ils faisaient du compost. Il pouvait en parler abondamment. Son engagement était de poser des gestes dans sa vie personnelle afin d'améliorer le monde.
Il a également créé un prix à Langley visant à reconnaître les grands défenseurs de l'environnement. C'était une cause importante pour lui. Il faisait les choses à sa manière. Il n'aurait jamais rien fait qui aille à l'encontre des politiques de son parti, ce n'est pas ce que je veux dire. Il était dévoué et il prenait le temps de discuter avec moi, toujours de manière respectueuse, comme plusieurs l'ont souligné.
Une fois élue, j'ai connu Mark sous un tout autre jour. J'espère que les Canadiens seront ravis d'apprendre qu'il est possible, même si on en entend très rarement parler, de vivre des moments réellement non partisans à la Chambre, comme c'est le cas chaque mercredi matin à 7 heures au moment de la prière. Mon frère de Battle River—Crowfoot me regarde et je vais me mettre à pleurer. Ce qui m'aide à continuer, Dieu le sait, c'est de savoir que, même si nous ne nous entendions sur rien, nous nous aimions quand même.
J'aimais Mark. Il était lucide, déterminé et dévoué au Seigneur dans sa vie quotidienne et, comme l'ont dit les députés des autres partis, cela se reflétait dans son comportement à la Chambre.
Il a fait preuve de beaucoup de courage. Dernièrement, le comité de la procédure et des affaires de la Chambre s'est penché sur la façon de réduire le pouvoir des whips relativement au déroulement des travaux dans cette enceinte. Beaucoup de gens en parlent. Cela dit, au cours de mes huit années d'expérience, je n'ai vu personne faire preuve de plus de courage que Mark Warawa pour s'élever contre un whip. Il nous a dit qu'un jour, le whip lui avait annoncé qu'il ne serait pas autorisé à présenter la déclaration de député qu'il avait préparée. À l'époque, la présidence a rendu une décision sur cette question. Onze autres députés, y compris plusieurs collègues conservateurs de Mark, ont pris la parole pour l'appuyer.
Je veux simplement qu'on se souvienne que Mark a défendu la démocratie à la Chambre à un moment où il aurait pu avoir peur, où il aurait pu opter pour la facilité en ne s'opposant pas au whip de son parti. Il était convaincu que tous les députés avaient le droit de parler de ce qui leur tenait à cœur, en toute liberté, dans leurs 60 secondes de temps de parole tous les deux ou trois mois. C'était pour lui une question de principe. Il a demandé à la présidence de conclure qu'on avait porté atteinte à ses droits. C'était courageux.
On se souviendra de Mark Warawa pour de nombreuses raisons. Comme l'a souligné le député d'Abbotsford, il a été un pilier de sa collectivité en travaillant à l'échelle locale et municipale avant de faire le saut en politique fédérale. Comme le député de Skeena—Bulkley Valley l'a si bien dit, il se démarquait par sa gentillesse. Je veux aussi qu'on se souvienne de sa volonté de tendre la main à ses collègues au-delà des allégeances politiques.
À un moment donné — et c'est ma dernière anecdote —, un élève de Langley a communiqué avec moi. Il participait au programme Le Patriotisme vécu. Il a dit qu'il était censé aller manger le midi avec son député, mais que, comme il n'était pas conservateur, il voulait plutôt me rencontrer. Je lui ai dit: « Ton député est un type formidable. Je pense que tu devrais venir manger avec nous deux. » J'en ai parlé à Mark, et il a dit: « Absolument, allons manger avec notre élève. »
Nous avons eu une merveilleuse conversation, très étendue, sur les objectifs environnementaux. Je pouvais voir le regard de ce jeune élève du secondaire s'illuminer parce qu'il se rendait compte qu'il n'avait pas à être conservateur pour aimer son député. Il n'avait qu'à le connaître et à savoir qu'il faisait chaque jour vraiment de son mieux, selon son entendement. Puis, dans un geste d'une grande générosité, Mark a réglé l'addition. On ne voit pas cela tous les jours ici ou ailleurs.
Que Dieu vous bénisse, Mark. Dieu, accueillez un de vos merveilleux esprits, une âme qui vous a bien servi. Accordez-lui le repos éternel. Que la lumière perpétuelle brille sur lui. Merci, Seigneur, de nous avoir permis de le connaître et de le considérer comme un ami.
Result: 1 - 1 of 1