Interventions in the House of Commons
For assistance, please contact us
 
 
 
RSS feed based on search criteria Export search results - CSV (plain text) Export search results - XML
For assistance, please contact us
Add search criteria
View Jamie Schmale Profile
CPC (ON)
Mr. Speaker, I rise today to speak to Bill C-83, an act to amend the Corrections and Conditional Release Act and another act. Let me state from the outset that I am opposed to this bill, not for what the bill purports to accomplish but for what I am afraid the bill would unintentionally accomplish.
This legislation proposes to eliminate administrative segregation in corrections facilities by replacing these facilities with new structured intervention units and to also allow the commissioner to reassign the security classification of each penitentiary or any area in a penitentiary.
It is a tenet of our free and democratic society that the worst punishment one can consign to people is to deprive them of their liberty. Indeed, our Charter of Rights and Freedoms is clear on that matter. Section 7 states,
Everyone has the right to life, liberty and security of the person and the right not to be deprived thereof except in accordance with the principles of fundamental justice.
It is that clause that allows a democratic society that holds the fundamental principles of life, liberty and security of the person in such high esteem to deprive another of them. If someone commits a crime in Canada, particularly a heinous crime, that person will be locked away to protect society from that person's acts.
There are Canadians, particularly those who have endured unimaginable pain at the hands of criminals, who believe that they should have no rights in jail. On a deeply personal basis, I understand that cry for vengeance, the need to make another suffer for the way that person made a loved one suffer. As a parliamentarian, I must, like my colleagues in this House, temper my personal feelings with the duty Canadians have sought fit to invest in me to ensure that all people are treated equitably under the laws of this great nation.
As such, inmates in Canada are afforded a number of protections through human rights legislation, various statutes and the supreme law in Canada, our Constitution. They too are protected from the most dangerous criminals inside our institutions.
Segregation, or isolation, whatever we want to call it, affords protection for inmates, and let us not forget, the correctional staff who work in these facilities. The law requires that a balance must be struck between the protection of inmates and staff and the protection of inmates in segregation.
Inmates who are determined to be at risk to themselves or others would now be placed in new structured intervention units, or SIUs. Inmates would be given at least four hours a day outside their cells and guaranteed at least two hours to interact with others.
The introduction of SIUs would pose a risk to prison guards and inmates and to the inmates for whom solitary confinement is used for their own safety. Bill C-83 would strip the ability to use segregation for discipline. This change would make prisons more dangerous for the guards, as they would have to deal with the most violent of inmates, those who continue to prey on others inside the institution.
The Union of Canadian Correctional Officers has said that it has not been properly consulted on Bill C-83. On October 21, the Vancouver Sun reported that the head of the national prison guards' union predicted a “bloodbath” behind bars as the federal government moves to end solitary confinement in Canadian prisons. The national president, Jason Godin, explained:
...by eliminating segregation and replacing it with structured intervention units, CSC will further struggle to achieve its mandate of exercising safe, secure and humane control over its inmate populations. We are concerned about policy revisions that appear to be reducing the ability to isolate an inmate, either for their safety or for that of staff....
I share this concern that no thought has been given to what measures we need to take to make sure that nobody gets hurt.
Ivan Zinger, the correctional investigator of Canada, stated:
ln effect, Bill C-83 proposes a softer version of segregation without any of the constitutional protections. The bill is uniformly short on specifics and places too much discretion and trust in correctional authorities to replace segregation with an unproven and not well-conceived correctional model.
Bill C-83 goes further than what was raised in either of the Superior Court decisions. With respect to SIUs, the bill would allow the commissioner to reassign the security classification of each penitentiary or any area within a penitentiary. These sub-designations have raised concerns about whether this would allow an entire penitentiary to become an SIU and what that would mean for security and staffing.
Furthermore, these sub-designations could lead to more cases of higher-security prisoners being in a lower-security space, based on technicalities.
We know just how soft the government is already on the most despicable elements of our society. Recently, Terri-Lynne McClintic, who was convicted of first degree murder in the 2009 kidnapping and brutal killing of eight-year-old Victoria Stafford, was transferred to a minimum-security facility in Saskatchewan, even though she is serving a life sentence with no chance of parole for 25 years. Now the government wants to institute an official policy to allow this to potentially happen on a regular basis. It will not be on our watch.
Conservatives are opposed to any legislation that opens the door to allowing high-risk offenders to be housed in low-security facilities. Dangerous child killers, pedophiles and murderers—the most heinous of people—deserve to be behind bars. ISIS terrorists deserve to be in prison, not offered poetry classes by the government.
This bill is just another example of Liberals putting the rights of dangerous criminals ahead of the rights of victims and their families, ahead of the safety and well-being of correctional officers who must work in these facilities and of course ahead of common sense. The legislation is too wide-ranging.
Debra Parkes, a professor at the UBC law school, stated:
The first point is that the proposal for structured intervention units actually expands rather than eliminates segregated conditions. These provisions give incredibly broad powers to the commissioner to designate whole prisons or areas of prisons as SIUs. Purposes for placing in SIUs are also very broad, including from proposed paragraph 32(a), to “provide an appropriate living environment for an inmate who cannot be maintained in the mainstream inmate population for security or other reasons”, undefined and unclear. It's very broad.
While the supplementary estimates show $448 million for CSC over the next six years, this piece of legislation has not been costed. Our correctional officers are doing an exemplary job at keeping everyone safe, including themselves and the inmates, but situations arise and people do get hurt. Now we are asking our correctional staff to do more with less. As situations continue to arise—and they will—more people will get hurt, and that is not acceptable.
Jason Godin, the president of the Union of Canadian Correctional Officers, stated:
As recently as a couple of weeks ago, I was in Edmonton sitting in the segregation unit asking the staff in there if they were meeting the two-hour requirement, with the showers and the phone calls, and they said, “Absolutely not. It's 10 o'clock at night and we can't meet them.”
Currently, segregated inmates are supervised at a two-to-one guard-to-prisoner ratio when they are not in their unit. Bill C-83 purports to expand services to inmates in segregation and to double their time out of segregation without costing the resources needed to keep inmates and staff safe.
This is another reason I oppose the bill. It just does not add up, and the result could mean that people will be getting hurt.
The CSC ombudsman, the union of correctional officers, civil liberties and indigenous groups have all commented on the lack of consultation and they are concerned that too much of this legislation is being left to regulations. I am anxious that not enough consideration was given to the concerns of indigenous groups, to civil liberty organizations and to the correctional services staff who must maintain security in these institutions. The lack of consultation and foresight from the government on Bill C-83 is, to be frank, appalling.
Jason Godin offers this insight into the process, stating:
Unfortunately, due to cabinet confidentiality, as our commissioner often tells us, we weren't really consulted. The bill was as much a surprise to us as it was to anybody. I don't see the bill before it comes onto the table, so we weren't officially consulted on Bill C-83.
There was also this shocking revelation by Ivan Zinger:
All the consultations seem to have been done internally. To my knowledge, there have been no consultations with external stakeholders. I think that's why you end up with something that is perhaps not fully thought out.
It is of concern that the Liberals are moving away from segregation, particularly as a deterrent to bad behaviour, as it strips front-line officers of their tools to manage difficult prisoners. Solitary confinement must take into account the mental health of prisoners balanced with the safety and protection of guards, workers, and fellow inmates.
The safety of inmates and correctional service officers must be the priority for any legislation put forward by this government. It is clear, in our opinion, that the Liberals did not do their homework when it came to Bill C-83, and Canada's Conservatives call on this government to go back to drawing board with Bill C-83 and put forward legislation that prioritizes inmate safety and the safety of correctional service officers.
Monsieur le Président, je vais parler du projet de loi C-83, Loi modifiant la Loi sur le système correctionnel et la mise en liberté sous condition et une autre loi. D’entrée de jeu, permettez-moi de dire que je m’oppose à ce projet de loi, non pas pour ce qu’il est destiné à accomplir, mais pour ce que je crains qu’il permette d’accomplir sans qu’on le souhaite.
Le projet de loi propose d’éliminer l’isolement préventif dans les établissements correctionnels, de le remplacer par l'utilisation de nouvelles unités d’intervention structurée et de permettre au commissaire de modifier la classification de sécurité de tout un pénitencier ou d’un secteur en particulier.
Dans notre société libre et démocratique, la pire punition qu’on puisse infliger aux gens est de les priver de leur liberté. En effet, la Charte des droits et libertés est claire à ce sujet. Voici ce que dit l’article 7 à cet égard:
Chacun a droit à la vie, à la liberté et à la sécurité de sa personne; il ne peut être porté atteinte à ce droit qu’en conformité avec les principes de justice fondamentale.
C’est cette disposition qui permet à une société démocratique qui tient en haute estime les principes fondamentaux de la vie, de la liberté et de la sécurité de la personne de priver une personne de l’application de ces mêmes principes. Si quelqu’un commet un crime au Canada, surtout si c’est un crime odieux, il sera enfermé pour protéger la société contre ses actes.
Il y a des Canadiens, surtout ceux qui ont subi des souffrances inimaginables aux mains de criminels, qui croient que ces gens-là ne devraient pas avoir de droits en prison. Sur le plan personnel, je comprends ce cri de vengeance, ce besoin de faire souffrir l’autre personne pour la façon dont elle a elle-même fait souffrir un être cher. En ma qualité de parlementaire, et à l’instar de mes collègues de la Chambre, je dois cependant tempérer mes sentiments personnels compte tenu du devoir que les Canadiens ont voulu me confier afin que tout le monde soit traité équitablement au titre des lois de notre grand pays.
Cela étant, au Canada, les détenus bénéficient d’un certain nombre de protections grâce aux lois sur les droits de la personne, à diverses lois et à la loi suprême du Canada: notre Constitution. Eux aussi sont protégés contre les criminels les plus dangereux à l’intérieur des établissements carcéraux.
L’isolement assure la protection des détenus et, ne l’oublions pas, du personnel correctionnel qui travaille dans les établissements. La loi exige qu’il y ait un équilibre entre la protection des détenus et du personnel et la protection des détenus en isolement.
Les détenus qui, selon une évaluation, poseraient des risques pour eux-mêmes ou pour d'autres personnes seraient placés dans l'une des nouvelles unités d'intervention structurée. Ils pourraient passer au moins quatre heures par jour en dehors de leur cellule et auraient la possibilité d'interagir avec d'autres personnes pendant au moins deux heures.
Le recours à des unités d'intervention structurée poserait des risques pour les gardiens de prison, l'ensemble des détenus et les détenus qui sont placés en isolement pour leur propre sécurité. Le projet de loi C-83 éliminerait le recours à l'isolement à des fins de discipline. Les prisons deviendraient donc plus dangereuses pour les gardiens, puisqu'ils devraient composer avec les détenus les plus violents, qui s'en prennent aux autres détenus.
Le Syndicat des agents correctionnels du Canada soutient ne pas avoir été consulté adéquatement à propos du projet de loi C-83. Selon un article publié le 21 octobre dans le Vancouver Sun, le président du syndicat qui représente les gardiens de prison prévoit qu'il y aura un « bain de sang » dans les prisons canadiennes si le gouvernement fédéral élimine l'isolement comme il compte le faire. Comme l'a expliqué le président de l'exécutif national, Jason Godin:
[...] où le recours à l'isolement a été remplacé par les unités d'intervention structurée, le SCC aura encore plus de difficulté à réaliser son mandat, soit exercer une surveillance sécuritaire et humaine sur les populations carcérales. Nous sommes préoccupés par ces révisions, car elles semblent réduire la possibilité de recourir à l'isolement pour assurer la sécurité d'un détenu ou celle du personnel [...]
Je déplore moi aussi qu'on n'ait pas réfléchi aux mesures qu'il faut prendre pour éviter que des personnes soient blessées.
Ivan Zinger, l'enquêteur correctionnel du Canada, a dit ceci:
En effet, le projet de loi C-83 propose une version adoucie de l'isolement sans les protections constitutionnelles. Le projet de loi passe trop vite sur les détails et accorde trop de pouvoir discrétionnaire et de confiance aux autorités correctionnelles afin de remplacer l'isolement par un modèle correctionnel non vérifié et mal conçu.
Le projet de loi C-83 va plus loin que les exigences des décisions des deux cours supérieures. En ce qui a trait aux unités d'intervention structurée, le projet de loi autoriserait le commissaire à attribuer une cote de sécurité à chaque pénitencier ou à tout secteur à l'intérieur d'un pénitencier. Ces désignations ont amené certaines personnes à craindre que tout un pénitencier puisse devenir une unité d'intervention structurée et à s'inquiéter des répercussions pour la sécurité et le personnel.
Par ailleurs, à cause de ces nouvelles dispositions, un plus grand nombre de prisonniers ayant un niveau de sécurité supérieur pourra se trouver dans des secteurs ayant une cote de sécurité inférieure, tout cela en raison de détails techniques.
Nous avons déjà été témoin du laxisme du gouvernement envers les individus les plus répréhensibles qui soient. Récemment, Terri-Lynne McClintic, qui a été reconnue coupable en 2009 de meurtre au premier degré pour l'enlèvement et le meurtre d'une fillette de huit ans, Victoria Stafford, a été transférée dans un établissement à sécurité minimale en Saskatchewan, malgré sa condamnation à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle avant 25 ans. Le gouvernement veut maintenant mettre en place une politique officielle qui permettrait à ce genre de situation aberrante de se produire régulièrement. Nous ne le laisserons certainement pas faire.
Les conservateurs s'opposent à toute mesure législative qui facilite l'incarcération de contrevenants à risque élevé dans des établissements à sécurité minimale. Les tueurs d'enfants, les pédophiles et les meurtriers — les criminels les plus horribles — méritent de se retrouver derrière les barreaux. Les terroristes du groupe armé État islamique devraient être jetés en prison, et non se voir offrir des cours de poésie par le gouvernement.
Ce projet de loi prouve encore une fois que les libéraux font passer les droits des dangereux criminels avant ceux des victimes et de leur famille, avant la sécurité et le bien-être des agents correctionnels qui doivent travailler dans ces établissements, et, bien entendu, avant le bon sens. Ce projet de loi a une trop vaste portée.
Debra Parkes, professeure à la faculté de droit de l'Université de Colombie-Britannique, a déclaré:
Le premier point, c'est que la proposition des unités d'intervention structurée élargit, plutôt qu'elle n'élimine, les conditions de l'isolement. Ces dispositions accordent des pouvoirs incroyablement vastes au commissaire de désigner comme [unités d'intervention structurée] des établissements pénitentiaires entiers ou des secteurs de ces établissements. Les buts visés par le placement dans des [unités d'intervention structurée] sont aussi très vastes, y compris celui, à l'alinéa 32a) proposé, « de fournir un milieu de vie qui convient à tout détenu dont le transfèrement dans l'unité a été autorisé et qui ne peut demeurer au sein de la population carcérale régulière notamment pour des raisons de sécurité », qui est peu défini et peu clair. C'est très vaste.
Bien que la somme de 448 millions de dollars pour les six prochaines années soit affectée au Service correctionnel du Canada dans le Budget supplémentaire des dépenses, le coût de cette mesure législative n'a pas été évalué. Nos agents correctionnels font un travail exemplaire pour assurer la sécurité de tout le monde, y compris la leur et celle des détenus, mais il arrive des incidents. Voilà maintenant que nous demandons au personnel d'en faire plus avec moins. À mesure que se produiront des incidents — et il y en aura — des gens en souffriront et ce n'est pas acceptable.
Jason Godin, président du Syndicat des agents correctionnels du Canada, a déclaré:
Pas plus tard qu’il y a quelques semaines, je me suis rendu à Edmonton, dans l’unité d’isolement, pour demander au personnel s’il répondait à l’exigence des deux heures, avec les douches et les appels téléphoniques en plus. On m'a répondu: « Absolument pas. Il est 22 heures et nous ne pouvons pas la respecter. »
À l'heure actuelle, les détenus placés en isolement sont supervisés selon un ratio de deux gardes pour un prisonnier lorsqu'ils ne sont pas dans leur unité. Le projet de loi C-83 vise à augmenter les services offerts aux détenus en isolement et à doubler le temps qu'ils passeront en dehors de leur cellule d'isolement sans sacrifier les ressources requises pour assurer la sécurité des détenus et du personnel.
C'est une autre raison pour laquelle je m'oppose au projet de loi. Il ne tient tout simplement pas la route, ce qui pourrait faire en sorte que des gens seront blessés.
L'ombudsman du Service correctionnel du Canada, le syndicat des agents correctionnels, des groupes de défense des libertés civiles et des groupes autochtones ont tous parlé du manque de consultation et ils craignent que trop de volets du projet de loi soient déterminés par les règlements. Je crains qu'on n'ait pas suffisamment tenu compte des préoccupations des groupes autochtones, des organismes de défense des libertés civiles et du personnel du service correctionnel qui doit assurer la sécurité dans les établissements. Pour être franc, le manque de consultation et de prévoyance de la part du gouvernement concernant le projet de loi C-83 est épouvantable.
Jason Godin a fait le commentaire suivant sur le processus:
Malheureusement, en raison de la confidentialité du Cabinet, comme notre commissaire nous le dit souvent, nous n’avons pas vraiment été consultés. Nous avons été aussi surpris que n'importe qui par ce projet de loi. Je ne vois pas le projet de loi avant qu’il soit déposé, alors nous n’avons pas été officiellement consultés au sujet du projet de loi C-83.
Il y a aussi la révélation stupéfiante d'Ivan Zinger, qui a dit ceci:
Toutes les consultations semblent avoir été faites à l'interne. À ma connaissance, il n'y a pas eu de consultations avec les intervenants externes. C'est pourquoi, je pense, vous vous retrouvez avec un texte qui n'est peut-être pas entièrement abouti.
Il est inquiétant que les libéraux abandonnent la pratique de l'isolement, surtout comme moyen de dissuasion à la mauvaise conduite. Les agents de première ligne perdent ainsi des outils pour gérer les détenus difficiles. La décision de recourir à l'isolement doit tenir compte de la santé mentale des délinquants ainsi que de la sécurité des gardiens, du personnel et des autres détenus.
La sécurité des détenus et des agents des services correctionnels doit être une priorité dans toute mesure législative que le gouvernement présente. Il est évident, à notre avis, que les libéraux n'ont pas bien fait le travail en ce qui concerne le projet de loi C-83. Les conservateurs du Canada demandent au gouvernement de reprendre à zéro le projet de loi C-83 pour proposer une mesure législative qui accorde la priorité à la sécurité des détenus et des agents des services correctionnels.
Result: 1 - 1 of 1