Passer au contenu

SDIR Communiqué de presse de comité

Si vous avez des questions ou commentaires concernant l'accessibilité à cette publication, veuillez communiquer avec nous à accessible@parl.gc.ca.


Sous-comité des droits internationaux de la personne du Comité permanent des affaires étrangères et du développement international
House of Commons / Chambre des communes
Subcommittee on International Human Rights of the Standing Committee on Foreign Affairs and International Development

Pour publication immédiate


COMMUNIQUÉ DE PRESSE


Situation des droits de la personne au Zimbabwe

Ottawa, 11 décembre 2020 -

Depuis la proclamation de l’indépendance du pays en 1980, les Zimbabwéens sont sous le joug de gouvernements corrompus qui font fi des droits de la personne. L’arrivée au pouvoir d’Edward Mnangagwa, en 2017, n’a rien fait pour mettre un terme à des décennies de souffrance, au contraire. Des témoins ont parlé de la situation aux membres du Sous-comité des droits internationaux de la personne.

La population du Zimbabwe est aujourd’hui victime de toutes sortes des violations des droits de la personne. Une foule de facteurs contribuent à la situation, notamment l’inflation rampante, la pénurie de produits de première nécessité, la répression de l’opposition politique par l’État, la brutalité policière et l’érosion de la primauté du droit.

Des témoins ont rapporté que des pannes de courant généralisées font que seulement 40 % de la population a parfois accès à de l’électricité, freinant ainsi l’emploi, l’éducation et les tâches quotidiennes. Les pénuries d’eau potable sont synonymes de maladies voire d’épidémies, surtout dans les zones urbaines et rurales défavorisées, les gens étant contraints de boire de l’eau contaminée. Le système de soins de santé s’effondre, les soins d’urgence étant pratiquement inexistants. Les travailleurs de la santé sont mal payés et doivent travailler sans équipement de protection individuelle en pleine pandémie.

Une grave insécurité alimentaire vient exacerber la situation précaire du Zimbabwe. En effet, plus de deux millions de Zimbabwéens sont actuellement en proie à la famine, et on prévoit qu’un million d’autres seront dans la même situation au printemps prochain. Comme l’a dit un témoin : « Les familles n’ont rien à manger, les pertes d’emploi sont nombreuses et le chômage atteint un niveau record ».

Lorsque les Zimbabwéens réclament des changements, ils sont reçus avec violence. Des témoins ont parlé de « conditions non démocratiques » pour décrire la nouvelle réalité, c’est à dire que les manifestants et autres dissidents politiques, ainsi que les journalistes et les personnalités publiques, sont de plus en plus la cible de violences policières et militaires, de tortures, de disparitions forcées et de violences sexuelles.

Le Sous-comité des droits internationaux de la personne est solidaire du peuple zimbabwéen et est déterminé à défendre ceux qui œuvrent à la promotion des droits de la personne et de la qualité de vie globale des citoyens du Zimbabwe. Le Sous-comité demande au gouvernement du Canada d’attirer l’attention de ses partenaires internationaux sur la situation au Zimbabwe en condamnant les violations des droits de la personne qui s’y produisent, et de s’engager à travailler avec ses partenaires non gouvernementaux sur place pour remédier à l’insécurité alimentaire croissante et pour fournir de l’eau potable et d’autres produits de première nécessité. Les Zimbabwéens exigent des changements et doivent savoir que le Canada soutient leurs efforts.

- 30 -

Pour de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec :
Erica Pereira, greffière du Sous-comité des droits internationaux de la personne du Comité permanent des affaires étrangères et du développement international
Téléphone: 613-992-9672
Courriel: SDIR@parl.gc.ca